Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Ngai Pun, Made in China, Vivre avec les ouvrières chinoises

Stéphanie Barral
p. 130
Référence(s) :

NGAI P., 2012, Made in China, Vivre avec les ouvrières chinoises, Paris, Editions de l'Aube (première édition en anglais en 2005).

Texte intégral

1L’ouvrage de Pun Ngai, Made in China, Vivre avec les ouvrières chinoises, propose une anthropologie de la condition ouvrière en Chine, en s’attachant à décrire les situations de travail et de vie en usine de milliers de jeunes femmes venues de zones rurales, les dagongmei. Cette sociologue et anthropologue de Hong-Kong analyse finement cette forme d’exploitation de la main-d’œuvre, en mobilisant à la fois une réflexion sur le travail et les conditions sociales et économiques de son développement, et sur les mouvements migratoires qui les sous-tendent. Soulignons ici l’originalité de cette approche, alors que les questions migratoires et celles des conditions de travail sont rarement posées ensemble dans les recherches en sciences sociales. Pun Ngai apporte ainsi une contribution précieuse à la sociologie du capitalisme et du travail des pays émergents.

2Le développement économique des pays asiatiques, et de la Chine en particulier, soulève de nombreuses questions auxquelles Pun Ngai s’attache à répondre. Elle fonde son travail sur des observations de terrain précises obtenues par immersion totale : pour les recueillir, elle est allée travailler pendant huit mois sur une ligne de fabrication d’électronique de Shengzhen, partageant avec les ouvrières non seulement les heures de travail mais aussi les temps de repos dans les dortoirs de l’usine.

3Le livre, d’environ 300 pages, se compose de sept chapitres, abordant l’analyse selon des problématiques spécifiques, telles que les questions de régulations étatiques, de genre, de migration, dans une argumentation allant d’une échelle nationale à des observations précises au sein des usines.

4Si la rigueur de l’approche qualitative de Pun Ngai ne fait aucun doute, il en est de même du cadre théorique, solide, par lequel elle interprète ses données. Se fondant sur les concepts foucaldiens de domination et de résistance, elle montre précisément comment les trajectoires de vie et les représentations sociales des dagongmei relèvent d’une triple oppression imposée par « le capitalisme mondialisé, le socialisme d’Etat et la famille patriarcale » (p. 11). La figure de la dagongmei, jeune ouvrière issue du milieu rural et ayant vocation à y retourner, constitue une identité nouvelle dans la société chinoise, spécifique de la période contemporaine, et intimement liée à la forme du développement industriel que connait le pays.

5Le capitalisme mondialisé s’exprime dans les villes côtières du pays par le fleurissement d’usines de production de biens manufacturés et exportés telles que celle où enquête Pun Ngai. Le recours à l’usine-dortoir dans les zones industrielles traduit selon elle une double volonté de maximisation du temps de travail associée à une absence de préoccupation de la reproduction de la main-d’œuvre à long terme. Pun Ngai s’attache à montrer comment, dans ces usines d’ouvrières, le genre, associé à la différence rural/urbain et au niveau d’éducation, devient un moyen de discipline et d’autodiscipline. Les dagongmei qui arrivent des campagnes, en moyenne âgées de 18 ans, ne peuvent supporter plus de 7 ou 8 ans les difficiles conditions de travail.

6L’équilibre de ce système repose sur la « capacité de l’administration locale à incorporer la société rurale et la vie paysanne dans un contrat État-société orienté vers une croissance menée par le marché » (p. 55) : les relations étatiques socialistes soutiennent le développement de ce capitalisme mondialisé en organisant et régulant les migrations des dagongmei. Elles participent de la transformation du migrant rural en ouvrier spécialisé tout en assurant le retour au village : des politiques migratoires assurent l’impossibilité de se fixer à long terme dans les villes. Ces migrations « temporaires » (de moins de dix ans) reposent sur un système de règlementation administrative de la main-d’œuvre qui comprend le contrôle des migrations et des recrutements. À Shengzhen, à la fin des années 2000, la population active était de plus de quatre millions de personnes, dont 70% étaient des résidents temporaires, c'est-à-dire qu’ils ne disposaient pas de titre de séjour officiel leur donnant droit à la citoyenneté locale. Ainsi les politiques publiques servent le projet hégémonique de la modernité chinoise en autorisant le recours à des travailleuses d’origine rurale qui, usées après plusieurs années de travail, s’en retournent se marier dans leur village d’origine.

7Selon les réglementations chinoises, le statut d’ouvrier temporaire est exclu de toute fourniture de protection sociale publique. Officiellement, ce sont les familles des régions rurales qui sont supposées les soutenir. Le processus de prolétarisation chinois, comme souvent dans les pays en voie de développement, repose sur une subsistance directement liée à la production agricole. Les entreprises organisent la prise en charge des besoins quotidiens (logement, hygiène et alimentation) mais, sur le long terme, c’est bien la possibilité d’un retour au village qui épargne les villes de la paupérisation telle qu’elle a pu être observée dans les débuts du développement industriel anglais.

8L’imposition du système patriarcal s’exprime principalement autour de la question du mariage et de l’acceptation du statut inférieur de la femme rurale. Pun Ngai met en évidence, dans de très belles pages, la conflictualité interne qui caractérise le processus de construction de l’identité de la dagongmei dans ce contexte. Les formes de résistance à la domination dans le travail et à la domination patriarcale qu’elles développent, ne peuvent être entendues comme une simple dichotomie qui les traverse. Pun Ngai discute alors son cadre d’analyse et propose une théorisation nouvelle de la résistance au-delà des actions individuelles et collectives, en montrant comment les dagongmei se trouvent hantées par les perspectives de soumission inhérentes aux différents moments de leur existence, et s’en protègent symboliquement par le développement d’un entre-soi prononcé.

9L’anthropologie de Pun Ngai illustre la puissance de travaux qui savent relier des observations fines et précises à des informations sur l’environnement social, politique et économique. Cependant, il aurait été souhaitable que cette analyse qualitative soit contextualisée par plus de données chiffrées exprimant l’ampleur du développement industriel favorisé par cette configuration institutionnelle singulière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Barral, « Ngai Pun, Made in China, Vivre avec les ouvrières chinoises », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 130.

Référence électronique

Stéphanie Barral, « Ngai Pun, Made in China, Vivre avec les ouvrières chinoises », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 29 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8993

Haut de page

Auteur

Stéphanie Barral

Docteure en sociologie, Chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs (CNRS / EHESS / ENS, Paris), chercheuse associée à l’UMR ART-Dev (CIRAD, Montpellier)

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page