Navigation – Plan du site

La Pologne dans l’espace européen

Poland in a European context
Alicja Szajnowska-Wysocka
p. 7-16

Résumés

L’intégration de la Pologne à l’Union Européenne crée les conditions d’une moderni-sation accélérée ainsi que de modifications profondes de l’espace polonais, placées sous le signe d’un “retour” civilisationnel à l’Europe occidentale, à sa civilisation postindustrielle. Le proces-sus de l’intégration des nouveaux membres à l’Union Européenne équivaut à leur “européa-nisation”, c’est-à-dire devenir semblable aux régions européennes développées de l’Ouest. Le développement économique des régions postsocialistes, leur intégration à l’Europe, est un processus en cours de longue durée. L’article présente les conditions de ce retour vers l’Europe dans une perspective géographique, en analysant les modalités selon lesquelles la Pologne participe à la formation d’un nouvel espace européen. Puis il présente les dynamiques de l’organisa-tion de l’espace en centres et périphéries à trois étapes de l’histoire récente : la période de l’industrialisation rapide des années 1970, les débuts de la transformation systémique post-socialiste (début des années 1990) et au début du XXIe s, depuis l’entrée dans l’UE. Le rôle des villes dans ces transformations est analysé dans la troisième partie de l’article, et montre que la hiérarchie urbaine a connu une grande instabilité depuis quelques décennies.

Haut de page

Texte intégral

1L’intégration de la Pologne à l’Union Européenne lui offre les conditions d’accélérer la modernisation de l’Etat, de la société, et engendre un processus de transformation de l’espace. Cette entrée dans un contexte géopolitique européen post-Yalta ouvre des perspectives historiques uniques pour renforcer le développement de la Pologne et surmonter des retards culturels et civilisationnels. Le développement spatial de l’Europe du XXIe s. doit aller dans le sens de l’intégration et de la diversification : il est essentiel de résoudre les problèmes résultant de l’hétérogénéité des niveaux de richesse et de développement par des principes de solidarité régionale. La conviction qu’une Nouvelle Europe est à construire non seulement amplifie les processus d’intégration qui soutiennent les politiques de restructuration économique, mais aussi renforce le développement pacifique et la coopération des pays entrants, unis autour du principe de démocratie (Kostrubiec, Laboda, 1997).

2L’évolution de l’espace polonais dans cette Europe intégrée est très complexe. Elle doit s’efforcer d’harmoniser les conditions de compétitivité et d’efficacité nécessaires au défi du développement économique global avec les aspirations de la société polonaise pour une amélioration de ses conditions de vie ici et maintenant. Le problème est de savoir si ces deux objectifs sont conciliables, compte tenu des héritages laissés par une longue récession et par les inégalités de développement. Il est difficile de répondre à cette demande de développement équilibré et égal, car l’économie de marché a naturellement tendance à générer de la polarisation spatiale, soit le plus court chemin menant à la compétitivité, en sélectionnant des zones et des pôles d’activité où se concentrent l’innovation et la production. La politique nationale, dans ce type de stratégie, vise alors à stimuler le développement des structures d’une croissance polarisée, et à diffuser leur influence sur l’ensemble du pays (Kolodziejski, 1997). La société polonaise a du mal à adhérer à ce type de stratégie libérale, à cause d’une conscience historique selon laquelle l’égalitarisme a pour fondement le paradigme d’un développement régional équilibré. Ce paradigme, très présent dans la période socialiste, date en fait de la première formulation d’une stratégie de développement à long terme, dans les années 1930.

  • 1  European Institute of Regional and Local Development, actuellement Center of European Regional and (...)

3La stratégie de développement libéral (Kolodziejski, ibid.) reprend les thèses du rapport Vers une nouvelle Europe, synthèse de nombreuses études sur l’espace européen au XXIe s. menées par un groupe d’experts internationaux travaillant pour la DATAR à Paris et l’ARL (Akademie für Raumforschung und Landes-plannung) à Hanovre (Kuklinski, ibid.). Ce rapport insiste sur deux points : d’une part, en rejoignant l’Union Européenne1, la Pologne effectue un retour vers l’Europe occidentale, vers la civilisation post-industrielle qui s’y est développée pendant la période du socialisme en Europe centrale. D’autre part, ce retour vers l’Europe via un travail de modernisation socio-économique demande un temps de rattrapage économique et culturel. C’est pourquoi l’intégration peut être dite en cours, et dans ce cas les disparités régionales marquées doivent être prises en considération. L’objet de cet article est de présenter les conditions et les étapes de ce processus de différenciation régionale de la Pologne.

L’intégration européenne : le retour vers l’Europe

L’européanisation : un mouvement spatio-temporel

4L’espace culturel polonais (les régions appartenant aux terres polonaises) s’est formé avec l’histoire du continent européen. Il a préservé des marquages architecturaux et spatiaux (routes, organisation des villes et des villages) hérités de diverses époques et cultures de l’histoire européenne (Karlowska-Kamzowa, 1994). L’Europe centrale, et donc la Pologne, était restée sous l’influence de l’Eglise catholique romaine après la grande division du christianisme européen : c’est pourquoi l’élargissement de l’Union Européenne n’a pas franchi la ligne de Huntington (Huntingon, 1997).

5Nul n’est besoin de montrer que la Pologne appartient géographiquement à l’Europe, mais elle a rejoint formellement l’Union Européenne en mai 2004, ce qui lui permet d’accéder aux conditions d’une modernisation plus rapide, par l’adoption de modèles de l’Europe occidentale, et d’atteindre le niveau de vie des régions développées. Ces régions constituent une norme de modernité économique et sociale, devenue le principal objectif des pays post-socialistes. La transformation de ces pays signifie en fait leur européanisation, le passage de l’économie socialiste vers l’économie de marché. Elle signifie également un retour vers l’Europe, fondé sur l’idée d’un rattrapage culturel et civilisationnel des pays post-socialistes. On rejoint ici les thèses de K. Pomian (1990) selon lesquelles les pays européens existent non seulement dans des espaces, mais aussi dans des temps (civilisationnels) différents. Ainsi peut-on dire que les habitants de Prague, de Varsovie ou de Budapest jouissant d’un haut niveau d’études et de revenus - la classe métropolitaine selon B. Jalowiecki (1999) - sont devenus européens au tournant des XXe et XXIe s., tandis que les paysans, travailleurs non qualifiés des petites villes sont plus près du début du XXe s. La population de la partie occidentale de la Pologne est de même plus proche de l’Europe que celle des régions orientales. Les nouveaux pays membres de l’UE, dans un contexte de chaos économique et politique sont des apprentis : ils se forment aux savoirs de la nouvelle économie et des institutions politiques ainsi qu’aux valeurs des Européens modernes des régions développées. L’adjectif européen est devenu synonyme de modernisation post-socialiste et de progrès, et possède une connotation délibérément positive. Le développement des pays post-socialistes doit donc selon ce processus atteindre l’objectif de l’introduction complète de l’économie de marché (Smith, 2002 ; Domanski, 2004).

6L’idée de l’unicité historique de la transformation post-socialiste reste soumise à discussion. Certains pensent qu’il n’existe aucune alternative à l’européanisation politique, culturelle et économique et que l’Europe reste un standard de développement. On peut penser en revanche qu’un processus mixte est à l’œuvre, pour créer un nouvel espace européen. Il est fait d’une part de forts éléments d’originalité, d’innovations caractéristiques du XXIe s., d’autre part de la transformation du système du socialisme réel vers le capitalisme (événement inaugural dans l’histoire) - l’adaptation de procédés issus du capitalisme l’emportant au bout du compte.

Un nouvel espace polonais en Europe

7L’espace européen est nouveau pour les pays post-socialistes pour plusieurs raisons : ceux-ci effectuent le retour vers l’Europe, s’adaptent à l’Union Européenne, et deviennent une composante du développement européen global (Foucher, 1993). L’espace polonais dans ce triple mouvement, doit réaliser plusieurs mutations, que A. Kuklinski (1997) définit comme le passage du fermé à l’ouvert, du monopole à la compétition, de la routine à l’innovation, du pollué au propre, de l’unitaire au multiculturel.

8Ouvrir l’espace polonais peut sembler une gageure, pas tant du point de vue des flux de biens, de personnes, de capitaux ou d’information que cela peut représenter, mais par l’ouverture des mentalités des sociétés locales ou régionales, et d’une partie de la classe politique. À un espace ouvert doivent correspondre une société, un pays ouverts ; or l’étroitesse polonaise est bien antérieure au socialisme. La formation d’un espace compétitif est complexe et difficile, car l’espace économique polonais est dominé par des modèles monopolistiques d’activités et de pensée. L’évaluation du développement du capitalisme en Pologne ne devrait pas se limiter aux indices habituels que sont la privatisation ou les investissements directs étrangers (IDE) : elle devrait englober aussi l’analyse de la sphère politique, sociale, économique, à différentes échelles (régions, villes). Les infrastructures constituent un fondement indispensable de la compétitivité. Leur adaptation aux standards de l’UE est une tâche des plus ardues pour la Pologne, du point de vue financier et technique. Est-elle réalisable sans une aide extérieure ? La Grèce offre un bon exemple d’amélioration des infrastructures grâce aux fonds européens. Dans le cas polonais, deux problèmes sont à prendre en considération : l’impact des corridors pan-européens polariserait l’espace sur les quelques centres régionaux et nationaux qu’ils relieraient. D’autre part, la géométrie des corridors peut fragiliser de nombreux pans de l’espace polonais (la tentation de tracés simples et directs pouvant contredire les impératifs de protection patrimoniale). La création d’un espace sain est encore plus ardue. L’Europe centrale est devenue le poumon noir de l’Europe au XXe s., et la Pologne en est largement responsable. L’éradication de cette situation est un processus endogène, qui ne se résume pas à la liquidation des problèmes environnementaux hérités de l’époque socialiste (comme par exemple les bases militaires) : les atteintes à l’environnement sont aussi le fait aujourd’hui de nouvelles entreprises capitalistes. La création de structures d’innovation qui feraient partie d’un réseau européen est très importante pour l’intégration de la Pologne au XXIe s. Cette quête d’innovation doit être la ligne directrice du système éducatif, de la recherche, de la politique régionale. Enfin l’espace polonais doit préserver ses différences comme faisant pleinement partie d’un espace européen diversifié (unique dans monde global). C’est une tâche complexe, mais qui ne contredit ni le processus d’unification par les infrastructures, ni la réduction des niveaux de vie. Bien sûr, l’accroissement de la diversité régionale et locale par l’affirmation d’espaces ayant une identité culturelle ou écologique est préférable à des phénomènes de déculturation d’autres espaces.

9Il est difficile d’adhérer à une vision pragmatique d’autorégulation spatiale : les dynamiques de l’espace sont toujours sous contrôle de l’activité économique et culturelle de l’Homme. C’est donc bien un nouveau mode de vie qui doit engendrer un nouvel espace polonais comme partie intégrante du nouvel espace européen. Parmi les acteurs de ce nouveau mode de vie, l’entreprise a acquis un rôle majeur - positif ou négatif - dans les transformations spatiales ; mais on ne voit toujours pas en quoi son action est rationnelle et si l’Etat mettra en œuvre des outils de régulation. La société civile au niveau local a une place importante également dans les traditions européennes : la politique régionale doit-elle obéir aux impératifs locaux ou globaux ? Dans le premier cas, elle a pour but de réduire les disparités régionales, alors que dans le second, elle s’attache à promouvoir des locomotives régionales pour les lancer dans une compétition nationale et internationale.

Centres et périphéries

L’Europe post-socialiste, nouvelle périphérie de l’UE ?

10L’espace polonais est le produit de deux révolutions industrielles ; il a constitué le coeur d’un espace industriel à l’échelle de toute l’Europe centrale et est désormais le possible ferment d’une troisième révolution industrielle pour les pays post-socialistes, transformation systémique baignant dans un environnement institutionnel et technologique nouveau, à l’issue de laquelle les hiérarchies régionales seront renversées. Les pays d’Europe post-socialiste, isolés à l’Est du rideau de fer, étaient peu connus des Européens de l’Ouest pour qui ils constituaient une Europe différente. Aujourd’hui, les économies post-socialistes sont appelées émergentes, et le moindre incident peut causer le départ des capitaux de toute la zone, considérée comme à risques (Sidaway et Pryke, 2000). La métaphore de cathédrales dans le désert (Grabher, 1994) résume les caractéristiques du développement régional en Europe centrale au tournant du XXe et du XXIe s. : l’expression a servi à décrire les mutations industrielles en Allemagne quelques années après la réunification, caractérisées par des isolats créés par les investissements directs étrangers (IDE), déconnectés de leur assise régionale dégradée. En effet, les régions d’Europe centrale peuvent n’offrir que des ressources de marchés, de matières premières et de main-d’œuvre dans le nouvel espace européen. Les zones situées à l’est de Vienne et de Berlin sont traitées alors comme des périphéries, non seulement économiques, mais aussi politiques. Le concept de zone de broyage datant du début du XXe s. réapparaît dans les manuels de géographie et confère à l’Europe centrale une image de chaos, de danger, car on pense que ces périphéries peuvent abriter des comportements anachroniques, des conflits ethniques et religieux.

  • 2  Le glissement des frontières de l’Etat polonais après 1945 avait été décidé lors de la conférence (...)

11On peut analyser les différenciations dynamiques de l’espace entre centres et périphéries à différentes échelles et selon plusieurs dimensions : politique, culturelle, économique (Rykiel, 1995). Mais selon J. Friedmann et W. Alonso (1967), la dichotomie centre/périphérie est trop simpliste et doit être déclinée en régions centrales (pôles de croissance, régions métropolitaines), axes de développement (des extensions des régions centrales), marges (zones de développement dans les périphéries du territoire), et zones déclinantes. On utilisera cette typologie pour analyser les principales phases de l’organisation de l’espace polonais depuis une trentaine d’années, selon trois moments clés : la croissance socialiste à la fin des années 1970, les changements du système politique au début des années 1990, et enfin la formation d’une économie de marché au début du XXIe s. avec l’intégration européenne2.

Centres et périphéries dans l’espace polonais socialiste

12Pendant la période de croissance socialiste, l’aménagement de l’espace reposait sur des investissements permanents et sur les ressources du travail, car l’industrie lourde, extensive, nécessitait d’abondantes réserves de main- d’œuvre peu qualifiée. Ainsi, la structuration de l’espace en centres et périphéries dépendait de deux facteurs : la localisation des régions industrielles et la distribution de la population.

13Dans les années 1970, le cœur de l’espace polonais était le Bassin Industriel de Haute-Silésie (GOP, Gornyslaski Okreg Przemyslowy), qui s’étend de Czestochowa au Nord à Cracovie et à la frontière tchèque au sud. Cette région rassemblait sur 3% de la superficie du pays 11 % de la population, 16% de l’emploi et 20% de la production industrielle réalisée essentiellement dans des entreprises nationales (fig. 1). Varsovie et Lodz peuvent être considérées comme des centres secondaires au vu de leur concentration démographique et industrielle. Elles jouaient en outre un rôle idéologique important comme centres de la classe ouvrière.

Figure 1 : Evolution des centres et périphéries en Pologne

Figure 1 : Evolution des centres et périphéries en Pologne

14Les régions périphériques peuvent être identifiées par l’isoligne de 150 hab/km2, délimitant une vaste zone triangulaire entre Gdansk, Prague et Lvov. Les régions du nord-ouest, du nord-est et de l’est polonais relèvent de cette périphérie (Dziewonski, 1977). Il est difficile d’identifier dans ces périphéries des marges dynamiques : les régions frontalières étaient strictement protégées et traitées comme des barrières politiques, économiques et naturelles. Il est également malaisé d’identifier des zones déclinantes quand toute la périphérie est sous-développée. Comme le montre la figure 1, tout le nord de la Pologne était périphérique, à cause du manque de ressources industrielles et du faible potentiel des agglomérations. Des conditions historiques (surpeuplement rural, transferts de population après la Seconde Guerre Mondiale de l’Ukraine vers les Territoires Recouvrés que sont la Silésie, la Grande Pologne et la Poméranie) en ont renforcé la marginalisation. Les régions situées à l’intérieur du triangle Gdansk-Prague-Lvov mais en dehors des centres industriels constituent des semi-périphéries. On y trouve cinq grandes villes : Wroclaw, Poznan, la conurbation Gdansk-Gdynia-Sopot dite Triville, Bydgoszcz et Lublin, dont le large potentiel économique fut sous-utilisé par l’économie socialiste, qui privilégiait les économies d’échelle et d’agglomération sur les avantages de localisation.

L’organisation de l’espace après la phase de transformation systémique

15Après la transformation systémique, l’aménagement de l’espace en Pologne s’est doté de valeurs inspirées de l’économie de marché : efficacité, entreprenariat, innovation, accès à l’information, marché du travail diversifié, haut niveau de qualification. L’organisation de l’espace au début des années 1990 est déterminée par trois facteurs : la distance à l’administration gouvernementale, l’accès à l’éducation et l’intégration sociale (Rykiel, ibid.).

16Dans ces conditions, l’agglomération varsovienne bénéficie de nombreux atouts : accès à l’adminis-tration centrale, concentration d’établissements d’enseignement supérieur, instituts de recherche, haut niveau de qualification. C’est aussi un centre de diffusion d’innovations économiques qui émergea comme tel dans cette période de transformation. Wroclaw, Poznan, la Triville, Cracovie apparaissent comme des centres secondaires, dotés des mêmes atouts que Varsovie, excepté l’accès direct à l’administration centrale. Ils jouissent d’une bonne localisation, de connexions économiques avec des centres à l’étranger, ce qui est plus important dans l’économie de marché que les économies d’échelle et que la taille de l’agglomération. Au début des années 1990, les agglomérations qui étaient proches de l’Allemagne (seul pays limitrophe membre de l’UE alors) en étaient stimulées.

17Les transformations géo-économiques font réapparaître un axe de développement formé de la ceinture régionale appelée marge occidentale pendant la période d’entre-deux-guerres, et qui va de Gdansk à Bydgoszcz en passant par Poznan et Opole. Ces régions montrent une structure socio-démographique semblable à celle d’avant-guerre, avec un fort pourcentage de population originaire de la région, ce qui renforce les réseaux locaux et régionaux, l’auto-organisation sociale, et encourage l’épargne. C’est pourquoi ces régions ont le plus fort taux de croissance du PIB/hab., grâce à une agriculture productive, une économie performante et innovante, un emploi qualifié. Ces sous-centres se signalent par un bas niveau du chômage, des indices élevés de privatisation de l’appareil économique et une forte attractivité pour les flux d’IDE (Grzelak, 1993).

18Deux aires semi-périphériques peuvent être distinguées au sud-ouest de la Pologne : la région de Wroclaw (qui doit son salut à une agriculture hautement productive) et celles du sud-est, qui étaient des régions négligées pendant le socialisme, sous-industrialisées. Elles ont ainsi évité les problèmes de la reconversion qu’a connus la Haute Silésie. Il existe d’autres types d’aires semi-périphériques : les marges, les régions en déclin, ou peu développées. Les marges sont les pôles de croissance des périphéries et peuvent à terme devenir des centres régionaux, à l’instar de Szczecin, Zielona Gora, situés près des frontières de l’UE, et Bialystok, près des marchés de l’est. En revanche, certaines régions qui jouissaient d’une position dominante sous le socialisme ont perdu leur base économique et sont devenues des régions en déclin. Ce sont pour l’essentiel des centres d’industrie lourde. Parmi elles, on peut citer la région industrielle de Walbrzych, fonctionnant autour de l’industrie du cuivre, la Haute Silésie, hautement dépendante de l’extraction charbonnière et de la métallurgie, et l’agglomération de Lodz. En Haute-Silésie le bassin de main-d’œuvre, quoique diversifié, était trop volumineux pour faire face aux défis de la transformation économique. Les indicateurs de la privatisation de l’appareil économique, du chômage, du produit régional par habitant placent la région plutôt en haut du classement national. Mais les problèmes de la Silésie sont d’ordre social plutôt qu’économique : ils résultent de la frustration d’une population foncièrement attachée à la culture de la mine, fondement de l’identité régionale. De plus la Haute Silésie n’est plus le leader économique et politique qu’elle était sous le socialisme. Lódz était un bastion textile, entré en récession au début des années 1990 à cause de la perte des marchés de l’Est. Comme d’autres régions dans son cas, elle montre des indicateurs économiques positifs, mais un niveau de chômage élevé. Les échanges peuvent constituer une alternative à la production textile. Les régions sous-développées n’ont jamais appartenu à un centre économique. Il s’agit de la partie orientale de la Pologne (sauf les centres industriels et les villes) et de la Poméranie occidentale, dont la marginalisation a augmenté avec la faillite des fermes d’Etat, génératrice d’un chômage agricole de masse.

Centres et périphéries dans la Pologne du début du XXIe s.

19La structuration de l’espace économique polonais au début du XXIe s. (jusqu’à 2015) dépendra de la capacité du pays à relever les défis de l’européanisation. Le scénario des transformations en cours et de la future organisation de l’espace est basé sur plusieurs hypothèses : le renforcement de l’économie de marché, la décentralisation de l’Etat, les bénéfices tirés de l’intégration européenne, le début de l’économie de marché dans les pays limitrophes orientaux (Russie, Ukraine). Dans ces conditions, l’organisation spatiale dépendra de trois facteurs : l’éducation de la population, la qualification et la mobilité de la main-d’œuvre, l’accès aux technologies modernes et aux marchés.

20Dans les dix prochaines années, on pourrait assister à un transfert du centre économique de Varsovie vers la Grande Pologne et l’agglomération de Poznan, où pourrait se former un centre alternatif, qui serait dynamisé par le développement d’un axe Paris-Berlin-Varsovie-Moscou, structuré par des autoroutes. Berlin est appelée à devenir une grande métropole européenne, ce qui favorisera la Mazovie (Varsovie) et la Grande Pologne (Poznan), et placera les villes de Szczecin et Wroclaw dans sa zone d’influence. Une autre marge dynamique pourrait se développer, sur le rebord septentrional des Carpates, entre Cieszyn (à la frontière tchèque), Bielsko-Biala, Nowy Sacz, Krosno et Sanok. Ses atouts sont de fortes densités de population et une longue tradition d’autonomie locale. Bielsko-Biala et Nowy Sàcz sont ainsi des régions leader dans le processus de privatisation et d’attraction des IDE dès la première moitié des années 1990. De nouvelles périphéries se développeront autour de Gdansk, Bydgoszcz, Opole et Wroclaw. Leurs fonctions pourraient être concentrées sur une agriculture productive, compétitive sur le marché communautaire européen. Le reste du pays sera constitué de périphéries, de régions déclinées et sous-développées. Les régions frontalières occidentales perdront ce statut et deviendront des sous-centres régionaux, notamment Szczecin, connectée par voie d’eau et par autoroute à Berlin, dont elle pourrait devenir l’avant-port. Le transfert de la frontière de l’UE vers l’est pourrait entraîner le déclin de Bialystok et la croissance de Grodno. La plupart des régions déprimées, notamment les anciens bastions d’industrie lourde, vont stagner. Certaines ont quelques perspectives : la Mazurie et la région de Suwalki au nord-est ont de grandes potentialités touristiques. Les autres (Podlasie, Poméranie occidentale, Pologne centrale et orientale) ont de faibles chances de développement.

21Les dynamiques analysées plus haut vont dans le sens d’une redéfinition des centres et des semi-périphéries. Varsovie, dont le rôle avait diminué sous le socialisme, s’était affirmée comme nouveau centre au début de la transformation structurelle. Son maintien en tant que centre principal dépendra de sa capacité à relever le défi de la modernisation, à acquérir des caractères métropolitains. L’espace européen prend forme selon un processus d’intégration régionale, qui nécessite de bonnes conditions d’accessibilité aux biens et aux services, jusque dans les petites villes, qui jouent un rôle important dans le développement régional, en abritant des instituts scientifiques, de recherche, des universités. Les villes sont des lieux d’innovation impulsant l’efficacité et la compétitivité de l’économie régionale et nationale (Foucher, 1997). P. Treuner et M. Foucher (1997) considèrent que la création d’un réseau de centres locaux est une condition nécessaire à la formation du nouvel espace européen, que ceux-ci doivent connecter les régions de la dorsale européenne aux périphéries de l’UE - y compris l’Europe centrale - très variées, dotées de potentialités économiques asymétriques. Ainsi les nouvelles périphéries comme les pays post-socialistes rejoindront les anciennes (l’Irlande, l’Ecosse, le sud de l’Espagne, le Portugal), lesquelles ont pu, grâce à l’UE, améliorer leur connexion avec la dorsale. Est-ce que les nouveaux pays, avec leurs pôles de croissance parviendront à rejoindre le réseau de villes européennes ?

Les villes polonaises en Europe

22Les villes européennes, avec leur diversité, leur identité culturelle propre, sont entrées dans une nouvelle étape de leur développement, qui les fait sortir de leur paradigme weberien. Unies dans un réseau connecté, elles forment un ensemble polycentrique mais dans lequel subsistent des régions urbaines et des conurbations incertaines. Les nouveaux espaces urbains de la dorsale européenne créent des aires économiques hautement compétitives dans l’économie globale (Communauté européenne, 1999). Les villes éloignées des métropoles et de cette aire intensément urbanisée encourent un risque de marginalisation.

L’identité urbaine polonaise

23La plupart des processus annonçant une nouvelle étape dans le développement urbain polonais (en particulier l’acquisition de fonctions métropolitaines) sont en place, mais faiblement amorcés. Dans un contexte de civilisation agraire et industrielle, la Pologne est encore loin d’un niveau de forte urbanisation nécessaire à ce stade de développement : ses villes ont des origines européennes mais leur trajectoire a suivi le modèle ouest-européen seulement dans la partie nord et ouest du pays jusqu’à la 2e Guerre Mondiale. Ailleurs, les conditions culturelles, politiques et économiques étaient défavorables à l’essor urbain. Ainsi la Pologne est un pays faiblement et très diversement urbanisé. Le taux d’urbanisation est de 70% en Haute et en Basse Silésie (et la part d’agriculteurs dans la population active y est inférieure à 15 %), alors que dans les provinces orientales (Sainte-Croix, voïvodie de Lublin, Sous-Carpates), moins de la moitié de la population est urbaine et 50% des actifs sont employés dans l’agriculture. Le mode d’industrialisation des années 1950-1975 n’avait pas résorbé les contrastes de l’urbanisation, mais créé les bases économiques pour l’essor de villes non compétitives dans l’Europe d’aujourd’hui : la part des échanges extérieures et des services dans le PNB en Pologne est la plus faible de tous les pays entrés dans l’UE en 2004. Par ailleurs, trop de villes sont mono-industrielles et souffrent de ce fait d’un fort chômage structurel. Les conséquences de ces héritages n’ont pas disparu pendant la période de transformation, malgré un fort développement des services ; elles ont limité l’accroissement des fonctions d’échanges et d’innovation des villes et bridé la demande en services.

Les villes polonaises dans le système urbain européen

24Au début des années 1990, selon P. Hall (1990), aucun des pays à l’est de l’Elbe n’était européen selon des standards économiques. Parmi toutes les villes polonaises, seule Varsovie était considérée comme une métropole, mais de rang secondaire, rivalisant avec Budapest et Prague (Kuklinski, 2000 ; Lever, 2000). Elle pourrait être la seconde zone d’investissements en Europe centrale après Berlin (à condition de se doter de nouveaux ponts sur la Vistule, de développer l’aéroport, et de construire des hôtels, des bureaux, etc.), ce qui pourrait soutenir la capitale polonaise dans cette course à la compétitivité. Varsovie est en train d’acquérir une structure spatiale et des fonctions de type métropolitain. D’autres villes, comme Cracovie, Poznan, Wroclaw, Gdansk ont un poids régional et peuvent demeurer sous l’influence de métropoles étrangères (Ziobrowski, 2002). Poznan et Wroclaw rivalisent pour la seconde place, qui était tenue par la première jusqu’à 2002, grâce à sa position sur l’axe est-ouest Berlin-Varsovie (Lever, ibid.). Mais Wroclaw a un centre taillé pour une grande ville et de grandes perspectives de développement spatial : elle pourrait devenir une métropole. Cracovie, nommée capitale européenne de la culture en 2002 a renforcé ses fonctions métropolitaines (culture, recherche, échanges). La Triville (Gdansk, Gdynia, Sopot), dont les deux premières composantes ont acquis une notoriété avec l’ascension du mouvement Solidarnosc après 1980, pourrait elle aussi s’affirmer comme métropole régionale d’ici 2020, grâce à sa situation littorale (Parysek, 2004). Les recherches menées sur les dynamiques régionales ont conclu à la stagnation des relations entre les agglomérations polonaises et à l’absence de dynamiques de conurbation (Kucinski et al., 2002).

Les défis de la ville polonaise

25Mais les plus grandes villes sont soumises à des transformations sociales et économiques profondes : naissance de CBD, construction de centres commerciaux périphériques, modernisation des infrastructures de circulation, création d’aires de stationnement, changement des types d’architecture résidentielle (se démarquant fortement des types socialistes), suburbanisation de l’habitat, réhabilitation de bâtiments historiques (habitat, friches industrielles, bâtiments militaires). Ainsi, la ville polonaise tend à se rapprocher dans sa structuration spatiale et fonctionnelle de la ville européenne, dans un processus long et semé d’embûches (Parysek, ibid.). Celui-ci peut s’accélérer avec l’intégration européenne. Compte tenu du manque de capitaux présents dans les villes polonaises, et de la dissymétrie de niveau de vie entre la Pologne et l’Europe occidentale, la modernisation pourrait s’appuyer sur des facteurs externes - à condition que le pays s’ouvre au système global.

26Les villes polonaises doivent rivaliser avec leurs homologues européennes pour attirer capitaux et emplois. Puisque les ressources en capitaux endogènes manquent, le recours aux IDE s’impose. Or, selon S. Sassen (1994), dans le marché global, les flux de capitaux, plutôt que d’alimenter des investissements ex nihilo se concentrent sur des profits réalisés sur de l’existant. La part de la Pologne dans la valeur globale de l’IDE est supérieure à celle qu’elle a dans le produit mondial. Pour attirer les IDE, les villes polonaises disposent d’une main-d’œuvre qui n’est pas totalement employée : le taux d’activité en Pologne était de 56% en 2002, de 8 points inférieur à la moyenne de l’UE-15. Mais le niveau d’éducation est plus faible malgré les efforts vigoureux en la matière : la part de la population ayant un niveau d’études supérieures n’excède pas 17% (et 33% pour les études secondaires). En outre, le système éducatif du secondaire ne correspond pas aux besoins de l’économie moderne. Les ressources humaines des villes polonaises sont menacées par une stagnation démographique générale, due notamment à la baisse de la fécondité et au vieillissement de la population - un phénomène commun à l’ensemble des villes européennes. Lorsque les marchés du travail de l’Ouest s’ouvriront aux travailleurs de l’Est, ceux-ci pourront contribuer à la croissance démographique à l’Ouest, qui dépend déjà à 75% des flux migratoires, ce qui n’arrangera pas la situation démographique des villes de Pologne. On peut alors se demander si la période de transition, pendant laquelle l’émigration de main-d’œuvre qualifiée était freinée sera assez longue pour permettre aux villes polonaises de conserver leurs ressources humaines.

27Outre ce désavantage démographique, commun à bien d’autres pays en Europe, les villes polonaises sont soumises à des problèmes particuliers. Du point de vue socio-culturel, elles n’ont jamais occupé une position dominante, à cause de la culture traditionnelle nobiliaire et rurale. D’autre part, très peu d’entre elles montrent une continuité sociale, la plupart ayant été ravagées pendant la dernière guerre. Enfin les élites intellectuelles et politiques, la classe moyenne y sont faiblement représentées (Furman, 2004). L’urbanisme de ces villes est marqué par les destructions endurées pendant les deux Guerres mondiales, le manque d’entretien après 1945, le retard de l’urbanisation sur l’industrialisation, l’inadéquation entre les structures existantes et les besoins des nouvelles fonctions et de la population aujourd’hui.

28Dans quelle mesure les villes sont-elles préparées aux défis des transformations structurelles ? Un chaos spatial se développe à cause des relations instables entre investissements publics et privés. Le manque de logements n’est pas résorbé, et restreint la mobilité de la main-d’œuvre, ce qui entretient le chômage structurel. Environ 100 000 ha seraient nécessaires pour construire les millions de logements dont les villes polonaises ont besoin pour se rapprocher des standards européens. La situation est en effet alarmante : plus de 20% des logements ont été construits avant 1945 et ceux de la période 1950-1960 sont en mauvais état. Or l’industrie du bâtiment a connu une récession sévère. Enfin les conditions de circulation désavantagent les villes polonaises, à la fois pour les liaisons inter-urbaines et celles qui les connectent avec l’étranger. Les infrastructures intra-urbaines publiques et privées sont déficientes : elles contribuent à déprécier la valeur du territoire polonais et entravent la création d’un espace européen intégré et compétitif. Pour obtenir des fonds structurels nécessaires à ces aménagements, les villes polonaises doivent collecter des prêts pour financer les investissements, créer les institutions et les instruments d’une politique régionale, établir des partenariats public-privé. La place de la Pologne dans l’économie mondiale dépendra de celle des villes polonaises dans le réseau métropolitain global. Pour l’instant, Varsovie seule est visible parmi les métropoles européennes, mais sa position est menacée par des retards structurels, son chaos urbanistique et le sous-développement des fonctions métropolitaines.

Conclusion

29La place des régions polonaises par rapport à leurs homologues européennes est défavorable. Le tableau 1 indique la position des 16 voïvodies polonaises par rapport aux 252 unités NUTS-2 en Europe selon quatre indicateurs. Certes, la croissance du PIB/hab sur la période 1998-2002 et le taux de natalité montrent des signes d’amélioration, mais les indicateurs du chômage et du PIB/hab demeurent médiocres. On peut souligner que parmi les dix régions européennes les plus pauvres, sept se trouvent en Pologne. Ce sont les voïvodies de Lublin, des Sous-Carpates, de Podlasie, de Varmie-Mazurie, de Sainte-Croix, d’Opole et de Lodz. La région la plus riche, la Mazovie, n’atteint que 24,4% du PIB/hab de la région la plus riche (le Grand Londres) (Strahl, 2004).

Tableau 1. Rang des régions polonaises par rapport aux 252 régions NUTS-2 d’Europe

Régions (voïvodies)

Rang

PIB/hab

Taux de chômage

Taux de croissance du PIB/hab (1998-2002)

Population

Basse Silésie

232

227

22

37

Couïavie-Poméranie

241

229

103

73

Voïvodie de Lublin

252

199

219

64

V. de Lubusz

240

233

129

178

V. de Łódź

243

216

215

46

Petite Pologne

242

171

115

36

Mazovie

205

161

17

12

V. d’Opole

244

200

95

169

Sous-Carpates

251

217

233

70

Podlasie

250

196

88

149

Poméranie

233

210

66

66

Silésie

228

173

111

12

Sainte-Croix

248

224

59

138

Varmie-Mazurie

249

242

213

125

Grande Pologne

230

177

48

34

Poméranie occidentale

235

237

89

96

30Source  : d’après Beherens (2003a, 2003b) & Strahl (2004)

31L’intégration européenne ouvre de nouvelles opportunités, mais comporte des défis pour le pays et ses régions. La pression de la compétition s’accroît entre les régions, les villes et les entreprises. Le bilan de l’intégration dépendra de leur adaptation aux nouvelles conditions ; c’est pourquoi cette intégration peut être dite en cours. La Pologne a atteint les 40% de PIB/hab en PPA par rapport à la moyenne de l’UE-15, et contribue fortement à l’accroissement des écarts régionaux européens : de 1 à 5 dans l’UE-15, ils sont désormais de 1 à 10 dans l’UE-25. La phase de transformation post-socialiste a accéléré la différenciation régionale en Pologne, le rythme du changement étant supérieur dans les régions fortement urbanisées.

32Pour synthétiser, on peut retenir les tendances majeures suivantes.

331 - La taille de la ville ne détermine pas en soi les perspectives de son développement (Jalowiecki, op. cit.). Seules celles qui ont une base économique diversifiée, des structures de formation, une population qualifiée, et qui sont bien reliées à l’Europe (notamment Varsovie, Poznan, Cracovie, Wroclaw et la conurbation côtière) peuvent prétendre jouer un rôle dans la compétition économique mondiale.

342 - La dichotomie traditionnelle est-ouest, en place depuis le Moyen Âge, accentuée par les partages de la Pologne, est toujours visible dans les structures spatiales du pays. Les régions en retard dans l’est polonais se sont montrées moins armées pour affronter la transformation post-socialiste, à cause de leurs retards hérités et de leur manque de centres métropolitains. Elles sont prises dans un cercle vicieux : leur faible potentiel entrave leur développement, et la demande extérieure ne parvient pas à augmenter leur compétitivité. Seule une aide extérieure pourrait briser cette spirale, par l’amélioration du climat entrepreneurial ainsi que des infrastructures de circulation et d’éducation. Ce rattrapage serait stimulé si la demande des républiques post-soviétiques renaissait (Gorzelak, 2003).

353 - La Pologne a apporté à l’UE des régions devenues perdantes à cause du basculement du modèle économique dominant, notamment la conurbation de Haute Silésie. Leur reconversion actuelle, de l’industrie lourde vers l’automobile, n’est pas cohérente économiquement ni socialement. Toutes les mines et entreprises sidérurgiques qui ont été liquidées étaient concentrées dans le coeur de la conurbation, alors que les nouveaux investissements sont dispersés dans sa périphérie. Ceux-ci ne résorbent donc pas les poches de chômage les plus sensibles. Le phénomène de dépérissement des centres urbains que connaissent les villes européennes pourrait donc bien se produire ici à l’échelle de toute la conurbation. Là encore, l’Etat polonais n’aura pas les ressources suffisantes pour résoudre ces problèmes sans des aides de l’Union : la revitalisation de la Silésie est un défi régional non seulement pour la Pologne, mais pour toute l’UE. Et l’enjeu dépasse de loin la simple reconversion des principales branches de l’industrie silésienne (Gorzelak, ibid. ; Kuklinski, op. cit. ; Szajnowska-Wysocka, 2002).

Haut de page

Bibliographie

BEHRENS A., 2003a, Regional Gross Domestic Product in Candidate Countries 2000, Eurostat, Statistics in Focus, thème 1-2,

 http://epp.eurostat.cec.eu.int.

BEHRENS A., 2003b, Regional Gross Domestic Product in the European Union 2000, Statistics in Focus, theme 1-2, http://epp.eurostat.cec.eu.int.

COMMUNAUTE EUROPEENNE, 1999, European spatial development perspective,

http://europa.eu.int/comm/regional_policy

DOMANSKI B., 2004, Krytyka pojecia rozwoju a studia regionalne [La critique de la notion de développement et les études régionales], Studia Regionalne i Lokalne, n° 2, Centrum Europejskich Studiow Regionalnych i Lokalnych Uniwersytetu Warszawskiego, Polska Sekcja Regional Studies Association, p. 7-23.

DZIEWONSKI K., 1977, Rozmieszczenie i migracje ludnosci a system osadniczy Polski Ludowej [Répartition et migrations de population et système de peuplement dans la République populaire de Pologne], Varsovie, Prace Geograficzne IG PAN, Vol.117, 343 p.

FOUCHER M., 1993, Fragments d’Europe. Atlas de l’Europe médiane et orientale, Paris, Fayard, 327 p.

FOUCHER M., 1997, Unia Europejska w nowym kontekscie [L’Union européenne dans un nouveau contexte], in KUKLINSKI A., Problematyka prze-strzeni europejskiej, Varsovie, Euroreg, p. 34-43.

FOUCHER M., 1997, Priorytety rozwoju przestrzennego w skali kontynentu [Les priorités de l’aménagement de l’espace à l’échelle du continent], in KUKLINSKI A., Problematyka prze-strzeni europejskiej, Varsovie, Euroreg, p. 73-75.

FRIEDMANN J., ALONSO, W., 1967, A general theory of polarized development, Santiago, Ford Fundation, Urban and Regional Development Advising, Program in Chile.

FRIEDMANN J.A.W., 1964, Regional development and planning, Cambridge, MIT Press.

FUMRAN S., 2004, Polska w przestrzeni europejskiej : Perspektywa miejska [La Pologne dans l’espace européen : perspectives urbaines], Studia Regionalne i Lokalne, Centrum Europej-skich Studiów Regionalnych i Lokalnych Uniwer-sytetu Warszawskiego, Sekcja Polska, Regional Studies Association, n° 3, p. 47-59.

GORZELAK G., 2003, Bieda i zamoznosc regionów [Pauvreté et richesse des régions], Studia Regionalne i Lokalne, Centrum Europejskich Studiów Regionalnych i Lokalnych Uniwersytetu Warszawskiego, Sekcja Polska, Regional Studies Association, n° 3, p. 37-58.

GRABHER G., 1994, The disembedded regional economy : the transformation of east German industrial complexes into western enclaves, in Globalization, Institutions, and Regional Development in Europe, Oxford, Oxford University Press, p. 177-195.

GRZELAK G., 1993, Regional patterns of Polish transformation, 1990-2005, University of Warsaw, European Institute for Regional and Local Development, paper for the International Conference on the Transformation of Old Industrial Regions as a Sociological Problem, Porabka-Kozubnik, 1993.

HALL P., 1990, Europe 1992, in Urban Challenges, Report to the Commission on Metropolitan Problems, Stockholm, 33 p.

HUNTINGTON S.P., 1997, Le choc des civilisations et l’avenir du monde, Paris, O. Jacob, 402 p.

JALOWIECKI B., 1999, Metropolie [Les métropoles], Wyzsza Szkola Finansow i Zarzadzania, Bialystok.

KARLOWSKA-KAMZOWA A., 1994, Pojecie prze-strzeni historyczno-kulturowej [La notion d’espace historico-culturel], in MATYASZCZYK (ed.), Przestrzen historyczno-kulturowa Wielko-polski i srodkowego Nadodrza, Poznan, WUP, p. 59 s.

KOSTRUBIEC B., LOBODA J., 1997, Przemiany spoleczno-gospodarcze i przestrzenne w Europie Srodkowo-Wschodniej w latach dziewiecdzie-siatych [Les transformations socio-économiques et spatiales en Europe centrale et orientale dans les années 1990], Studia Geograficzne, Vol. LXVII, Varsovie, Wydawnictwo Uniwersytetu Warszawskiego.

KOLODZIEJSKI J., 1997, O miejscu Polski w nowej przestrzeni europejskiej [La place de la Pologne dans le nouvel espace européen], in KUKLINSKI A., Problematyka przestrzeni europejskiej, Varsovie, Euroreg, p. 124-139.

KUCINSKI K. et al., 2002, Zintegrowany rozwoj aglomeracji a konkurencyjnosc polskiej przestrzeni [Le développement intégré des agglomérations et la compétitivité de l’espace polonais], Varsovie, Studia KPZK PAN, tome CXI, 213 p.

KUKLINSKI A., 1997, Unionizacja polskiej przestrzeni [L’Unionisation de l’espace polonais], in KUKLINSKI A., Problematyka przestrzeni europejskiej, Varsovie, Euroreg, p.101-123.

KUKLINSKI A., 2000, The Warsaw metropolis and the challenges of globalization, in KUKLINSKI A., The European Challenges of the XXIst century, The knowledge-based economy, Varsovie, KBN, p. 240-251.

LEVER W.F., 2000, Warsaw. A global metropolis of the Twenty-First Century, in KUKLINSKI A., The European Challenges of the XXIst century, The knowledge-based economy, Varsovie, KBN p. 202-214.

PARYSEK J., 2004, Transformacja spoleczno-gospodarcza i jej konsekwencje w miastach polskich [La transformation socio-économique et ses conséquences sur les villes polonaises], in SLODCZYK A., Rozwoj miast i zarzadzanie gospodarka miejska, Opole, Uniwersytet Opolski, p. 29-56.

POMIAN K., 1990, L’Europe et ses nations, Paris, Gallimard, 252 p.

RYKIEL Z., 1995, Core and periphery under economic transformation, Geographia Polonica, n° 66, p.111-124.

RYKIEL Z., 1997, Relacje centrum-peryferie w Polsce w warunkach transformacji ustrojowej [Les relations centre-périphérie en Pologne en contexte de transformations structurelles], in KUKLINSKI A., Problematyka przestrzeni europejskiej, Euroreg, Warszawa, p. 230-251.

SASSEN S., 1994, Cities in a World Economy, Thousand Oaks, Pine Forge Press, 182 p.

SIDAWAY J., PRYKE M., 2000, The strange geographies of “emerging markets”, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 25, p.187-201.

SMITH A., 2002, Imagining geographies of the “new Europe”: geo-economic power and the new European architecture of integration, Political Geography, vol. 21, p. 647-670.

STRAHL D., 2004, Regiony polskie w europejskiej przestrzeni jednostek terytorialnych [Les régions polonaises dans l’espace européen des unités territoriales statistiques], Gospodarka Przestrzenna, Vol. VII

SZAJNOWSKA-WYSOCKA A., 1999 Wprowadze-nie [Introduction], in SZAJNOWSKA-WYSOCKA A., Studium wiedzy o regionie slaskim, Prace Naukowe Uniwersytetu Slàskiego, p. 7-14.

SZAJNOWSKA-WYSOCKA A., 2002, Europeizacja krajobrazu kulturowego Gornego Slaska [L’européanisation du paysage culturel de la Haute Silésie], in Problemy ochrony i ksztaltowania krajobrazu Gornego Slaska, Wydzial Nauk o Ziemi Uniwersytetu Slaskiego, Sosnowiec, p. 53-58.

TREUNER P., FOUCHER M., 1997, Nowe wyzwania dla Europy [Nouveaux défis pour l’Europe], in KUKLINSKI A., Problematyka przestrzeni europejskiej, Varsovie, Euroreg, p. 19-33.

ZIOBROWSKI Z., 2002, The influence of external urban centres on the competitiveness of Polish space, Biuletyn KPZK PAN, Vol. 201.v

Haut de page

Notes

1  European Institute of Regional and Local Development, actuellement Center of European Regional and Local Studies.

2  Le glissement des frontières de l’Etat polonais après 1945 avait été décidé lors de la conférence de Yalta, et consistait en la perte des confins orientaux (la Galicie, la Podolie, la Volhynie, la Polésie, et la Lituanie) au bénéfice de l’URSS) en échange du gain des territoires recouvrés pris sur le territoire allemand (Silésie, pays de Lubusz, Poméranie).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution des centres et périphéries en Pologne
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/899/img-1.png
Fichier image/png, 339k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alicja Szajnowska-Wysocka, « La Pologne dans l’espace européen », Géocarrefour, Vol. 80/1 | 2005, 7-16.

Référence électronique

Alicja Szajnowska-Wysocka, « La Pologne dans l’espace européen », Géocarrefour [En ligne], Vol. 80/1 | 2005, mis en ligne le 01 septembre 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/899 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.899

Haut de page

Auteur

Alicja Szajnowska-Wysocka

Uniwersytet SlaskiWydzial Nauk o ZiemiKatedra Geografii EkonomicznejUl. Bedzinska 6041-209 Sosnowiec

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page