Navigation – Plan du site

Patrick Young, Enacting Brittany. Tourism and Culture in Provincial France, 1871-1939

Jean-Michel Dewailly
Référence(s) :

YOUNG P., 2012, Enacting Brittany. Tourism and Culture in Provincial France, 1871-1939, Farnham, Ashgate Publishing Limited, xii + 318 p.

Texte intégral

1On sait combien le tourisme a pu ou peut être encore facteur d’ouverture pour certaines régions et combien, même - voire surtout - dans un contexte mondialisé, les spécificités locales, loin de disparaître, ressurgissent et nourrissent un mouvement touristique. Fait culturel essentiel, il interagit et rétroagit avec les cultures locales. En provoquant la rencontre des personnes, le brassage des idées, la confrontation, pas toujours paisible, des pratiques, il oblige les protagonistes à changer leur quotidien. C’est aussi vrai pour les visités que pour les visiteurs, pour le meilleur et pour le pire.

2C’est pourquoi l’ouvrage fort dense que livre Patrick Young sur l’affirmation du tourisme dans une Bretagne incluant la région nantaise (p. 10-11) apporte des éclairages nouveaux et bienvenus sur l’évolution touristique récente d’une grande et emblématique région touristique française en relation avec sa culture régionale. La Bretagne est en effet l’une des régions françaises les plus typées : sa forme de presqu’île pourvue de côtes longues et découpées et de ressources naturelles et culturelles originales lui vaut aussi d’être l’une des régions touristiques françaises les plus fréquentées et encore synonyme, pour beaucoup de visiteurs, surtout étrangers, de « typiquement française ».

3L’auteur se propose d’examiner comment le tourisme a été un facteur du passage de la Bretagne à la modernité, d’une civilisation rurale assez fermée à une société de consommation pratiquant le tourisme de masse, tout en gardant une identité forte, mais sachant s’adapter progressivement aux conditions changeantes du contexte national et international. L’étude couvre toute la IIIè République, de la chute du Second Empire au début de la 2è Guerre mondiale, période que l’auteur considère comme celle de l’affirmation (enactment) de la Bretagne sur la scène touristique française.

4En effet, le tourisme avait déjà significativement démarré dans plusieurs régions bretonnes bien avant cette période. Pour fixer une sorte d’état des lieux au début de la période étudiée, le chapitre 1 retrace ces débuts. Dès la fin du XVIIIè s., le tourisme moderne que pratiquent les touristes d’alors s’inscrit dans le mouvement romantique, soutenu par le caractère sauvage ou « primitif » de nombreux lieux, pour déboucher sur une attention progressivement plus soutenue à un patrimoine de plus en plus menacé par la Révolution Industrielle. La Bretagne s’y affirme comme une région très originale, quel que soit le régime politique national, mais particulièrement au sein de la République française qui s’installe définitivement (langue, religion, paysages, situation de « finistère »). Le chapitre 2 examine comment cette originalité est reprise par le tourisme et la culture dans une Bretagne qui évolue fortement entre 1860 et 1914 (essor du tourisme balnéaire grâce au chemin de fer, rôle des guides touristiques, multiplication des festivals…). Le chapitre 3 met en relief la difficulté de concilier les caractères de campagnes ou de littoraux assez reculés avec les exigences de modernité de touristes qui viennent plus ou moins bousculer le quotidien, en matière de confort domestique, de nourriture, de transports. Dans un très original chapitre 4, P. Young examine de façon détaillée comment le costume traditionnel breton est un enjeu très expressif du besoin de chacun d’évoluer tout en restant soi-même. Le chapitre 5 évoque des difficultés du même type pour les fêtes religieuses traditionnelles que sont les « pardons » (processions lors des fêtes patronales), à une époque où, de surcroît, la République affirme sa laïcité, sinon son anticléricalisme, dans les lois laïques de 1902-1905. Or, ces « pardons » sont de puissants facteurs de cohésion sociale et constituent une source majeure de l’attractivité touristique bretonne que les autorités de tous ordres cherchent à défendre et à promouvoir. La pratique religieuse reculant en Bretagne comme ailleurs en France, ils sont donc, en réalité, progressivement instrumentalisés, « folklorisés » (p. 179) au service du tourisme. La langue bretonne est d’ailleurs l’objet de menaces du même genre, face à « l’école de la République » qui ne pratique que le français. Le paysage breton fait l’objet du chapitre 6. Dans le bâti comme le non-bâti, l’originalité bretonne doit faire face à ces exigences contradictoires : la modernisation des habitations, l’installation de voies de chemin de fer, de châteaux d’eau, de lignes électriques, la publicité qui se répand… ne doivent pas occulter ou faire disparaître une culture locale qui est non seulement affirmation d’une puissante identité, mais aussi outil économique de plus en plus indispensable, surtout si l’on entend faire venir des touristes. Évolution qui, comme l’expose le chapitre 7, conduit inexorablement la Bretagne d’un état de périphérie passéiste à une intégration dans les flux du tourisme de masse, que les congés payés instaurés en France en 1936, vont déclencher (surtout après la 2è Guerre mondiale). L’épilogue conclusif, qui déborde la période annoncée, veut simplement, mais judicieusement, rappeler que ce mouvement de développement touristique breton se poursuit jusqu’à nos jours avec un égal succès, en dépit d’inévitables vicissitudes, et en parvenant à concilier, au moins globalement, le maintien d’une « bretonnitude » qui n’est pas figée avec l’intégration continue de la région, depuis deux siècles, dans un contexte économique et touristique toujours plus globalisé.

5Ce livre très vivant, bourré d’exemples et d’informations est, sans nul doute, une référence obligée pour aborder et comprendre les réalités profondes du tourisme breton. Approchant ce dernier transversalement par des thèmes privilégiés, il a le mérite d’étudier de près les éléments constitutifs majeurs de l’identité bretonne en tant que vecteurs d’une attraction touristique. Cela évite autant un pur déroulement chronologique qu’une succession de monographies. L’unité et la cohérence indiscutables de la Bretagne s’affirmant en tant que région touristique en France et face aux autres régions françaises n’en sont que mieux soulignées.

6On exprimera quand même quelques remarques ou regrets. On aurait aimé parfois des mises en perspective de certains indicateurs sur le temps long cher à Braudel (par exemple, évolution de telle ou telle manifestation de l’activité touristique sur la période considérée dans des régions-tests, exprimée de façon plus statistique et graphique, tels que les hôtels ou les offices de tourisme), ainsi que la prise en considération d’une Bretagne moins monolithique. Car, d’une façon générale, des cartes auraient non seulement aidé à placer de nombreux lieux qu’un lecteur non-français aura du mal à trouver (déjà un lecteur français… Or, la localisation est essentielle à la compréhension des lieux) mais aussi mis en évidence des particularités sous-régionales et des dynamiques spatiales locales plus différenciées qu’on ne le croit souvent, ne serait-ce que l’opposition entre le littoral et l’intérieur, ou celle entre les Bretagnes « bretonnante » et « gallo ». Si le costume, on l’a dit, a justifié un chapitre, a fortiori le rôle des peintres, et notamment de l’École de Pont-Aven, en aurait-il sans doute mérité un autre, plutôt que des allusions éparses. Davantage de développements sur les transports (chemins de fer d’intérêt local, qui naissent et disparaissent, remplacés par des autobus, rôle de la voiture individuelle…) auraient été bienvenus. À l’intention des lecteurs qui ne connaissent pas la région, un peu plus de supports visuels n’auraient pas été superflus pour certains thèmes (costume, paysages…). Quelques références françaises complémentaires n’auraient pas déparé une bonne bibliographie. L’index mêle curieusement, et de façon assez incomplète, noms de personnes, de lieux et thèmes : on y trouve « fest noz », mais ni « festivals », ni « pardons », « crise sardinière » mais pas « lois laïques de 1902-1905 ». Parmi les rares fautes décelées, la plus gênante est la répétition qui tend à faire croire au lecteur anglophone non averti que « Anne » et « Barbe » sont des hommes, désignées par « St » au lieu de l’officiel « Ste » en français.

7Que cela ne rebute pas le lecteur. Le sujet était très vaste, et l’auteur ne pouvait tout approfondir. Ce livre ambitieux et nourri à une multitude de sources locales comble un manque dans les études touristiques sur la France. Témoignant d’une bonne connaissance du contexte français, P. Young procède à de subtiles analyses des interactions entre culture, patrimoine, économie, tourisme, politique, acteurs divers. On le sent plein d’empathie pour son sujet, mais sans céder à la complaisance. Incontestablement, cet ouvrage est indispensable à la compréhension sur le long terme de ce mouvement de tension entre tradition et modernité qui, continûment, affecte la Bretagne, comme un élément essentiel de sa personnalité, sans cesse changeante, mais toujours bretonne, ainsi que de son tourisme. C’est pourquoi nous pensons qu’une traduction française en élargirait l’audience et conforterait le succès qu’on lui souhaite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Patrick Young, Enacting Brittany. Tourism and Culture in Provincial France, 1871-1939  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8952

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page