Navigation – Plan du site
compte rendu d'ouvrages

Xavier Arnauld De Sartre et Vincent Berdoulay, Des politiques territoriales durables ? Leçons d’Amazonie

Stéphane Héritier
p. 279
Référence(s) :

ARNAULD DE SARTRE X. et BERDOULAY V., 2011, Des politiques territoriales durables ? Leçons d’Amazonie, Versailles, Editions Quæ, 158 p.

Texte intégral

1La géographie s’inscrit depuis plusieurs décennies dans un courant des sciences humaines s’intéressant fortement à l’Amazonie brésilienne, une région concernée par de profondes mutations liées au plus vaste mouvement de colonisation post-seconde guerre mondiale. Le champ de recherche a été balisé par des travaux importants permettant de mieux comprendre la lente gestation puis la « fabrication » (Droulers, 2001 ; Claval, 2004) d’un pays qui avait tant ému l’écrivain Stefan Zweig (Brésil : Terre d’avenir, 1941 dans l’édition en langue allemande), de même que son organisation et son importance économique (Théry, 2012 [1985]) dans le cadre de la création d’un Etat dont l’inscription dans la modernité s’est manifestée notamment dans le transfert et l’organisation urbaine de sa capitale, Brasília (Vidal, 2002 et 2009). L’ancien éden amazonien, ou représenté comme tel, est devenu le lieu où des fronts pionniers ont été ouverts, avec la dimension anarchique qui leur est associée (et les effets que l’on connait sur les milieux et les populations amérindiennes), répondant d’un côté à la « faim » de terres des paysans et de l’autre à la demande de ressources d’un pays moderne en construction. Ces transformations ont suscité un intense intérêt scientifique en géographie autour des questions de fronts pionniers (Arnauld de Sartre, 2006) et de la réception par le milieu rural des injonctions au développent durable (Albaladejo et Arnauld de Sartre, 2005), de la manière dont les populations locales, notamment amérindiennes, ont su reconfigurer leur territoire dans le contexte de changement radical des dernières décennies (Le Tourneau, 2010) ou encore de la manière dont la société amazonienne se trouve, par la force des transformations qui s’y opèrent, à l’avant-garde d’innovations en matière de politiques publiques du développement durable (Le Tourneau et Droulers, 2010).

2Ces Leçons d’Amazonie s’inscrivent dans cette lecture non dramatisante de la situation d’une Amazonie brésilienne qui connaît, depuis le début des années 1990, des évolutions liées à la diffusion progressive des principes qui fondent le développement durable, tentant d’atteindre une forme d’équilibre entre les trois principes fondant cette nouvelle doctrine (développement, conservation et reconnaissance des droits à la terre des populations traditionnelles). Cet ouvrage propose aux lecteurs une lecture critique originale de la mise en pratique du développement durable (DD) dans les politiques publiques brésiliennes en Amazonie orientale. Analysant les effets politiques, culturels et sociaux de l’appropriation de cette notion, les deux chercheurs de l’UMR paloise SET livrent une réflexion sur la manière dont les populations et les acteurs intervenant sur le territoire interprètent et utilisent le développement durable dans leurs stratégies territoriales. La réflexion s’appuie, entre autres, sur deux idées : d’abord, les mesures de protection et de développement sont des formes révélatrices de la modernité en matière d’action publique sur le(s) territoire(s) ; ensuite, l’appropriation du développement durable – reçue par une partie des acteurs locaux et régionaux comme une injonction provenant d’une institution éloignée, l’Etat fédéral, et en partie étrangers (mondial) – par les territoires amazoniens, contribue à recomposer des rapports de force qui, en retour, conduisent à améliorer la position des populations locales par rapport aux acteurs institutionnels.

3Le chapitre 1 (Le DD : une inflexion de la modernité ?) propose une posture théorique analysant le développement durable à l’aune de la crise de la modernité, porteur qu’il semble être de postmodernisme tout en procédant de la modernité. Le développement durable permet, en toute logique, de dépasser cette opposition en considérant à la fois le milieu et l’organisation sociale qui y est attachée, qui constitue le territoire. Les projets politiques d’occupation et de développement de l’Amazonie, affirmés sous une dictature militaire (à partir de 1964), ont été suivis, après l’entrée en application de la nouvelle constitution brésilienne (en 1988), d’actions portant les principes fondant le développement durable. Celui-ci est alors devenu à la fois moyen et objectif à atteindre, le milieu devenant « le moyen même de l’action » (p. 29), l’action publique devant se fonder sur la participation.

4Le chapitre 2 (Echelles et réseaux du DD) démontre la nécessité de dépasser le cadre d’une analyse strictement scalaire si l’on veut comprendre la manière dont l’Etat exerce sa souveraineté et déploie ses politiques d’aménagement. En Amazonie orientale, la situation des acteurs ne détermine pas nécessairement leur position en faveur de la conservation ou du développement économique. En fait, les configurations possibles transcendent et traversent les dimensions scalaires. Les coalitions d’acteurs peuvent réunir tous les niveaux scalaires défendant parfois des positions radicalement opposées. Les auteurs expliquent la manière dont les configurations politiques, dans un contexte de développement durable, permettent de dépasser les cadres d’application que l’Etat tente d’imposer, dépassant ainsi le « piège territorial » (J. Agnew) qui consisterait à considérer le territoire comme simple espace d’application des politiques publiques ou d’exercice de la souveraineté étatique. Au contraire, il est une réalité politique, sociale, culturelle et historique singulière et évolutive, autant d’éléments que le DD semble permettre de prendre en compte.

5Le chapitre 3 (le DD, une reproduction des politiques territoriales de l’Etat ?) développe la manière dont l’application du développement durable se traduit dans les actions de développement territorial, permettant à l’Etat fédéral brésilien d’imposer sa souveraineté aux acteurs agissant sur le territoire. L’Etat instrumentalise le territoire au nom de cette nouvelle doctrine d’action publique. Le Plan Amazonie Durable (PAS), analysé dans le chapitre, illustre la volonté de dépasser les oppositions classiques entre conservation et développement. Il associe une approche territoriale et un projet politique semblant vouloir regrouper le plus grand nombre d’acteurs possibles. Les débats au sujet du projet de barrage hydroélectrique Belo Monte (région d’Altamira) illustrent la manière dont les formes de mobilisation (locales, internationales) ont contribué à moduler les projets d’aménagement. La notion de territoire, portée par les discours, est mobilisée par les développementistes comme par les préservationnistes, ce qui conduit les auteurs à considérer que le territoire fonctionne comme un outil destiné « à mettre en dialogue les décideurs avec les différentes populations » (p. 74) et qu’il permet de saisir que ce qui se joue avec le développement durable, « c’est (…) la transformation d’une certaine forme de modernité en une autre » (p. 74), autorisant les contestations de l’action étatique et de la pertinence du cadrage territorial.

6Le chapitre 4 (Le défi de la diversité. Tentations post-modernes dans les politiques de développement territorial durable) s’intéresse d’abord aux récits d’auteurs brésiliens qui ont contribué, par leur approche culturaliste (G. Freyre, S. Buarque de Holanda) ou par leur approche socio-économique marxiste (C. Prado Jr) à dessiner les contours de la modernité brésilienne. Ces auteurs ont façonné les conceptions étatiques, concernant ce que M. Santos appelait le « pacte territorial », en insistant sur l’importance de soutenir le développement économique des populations (agriculture familiale ; lutte contre la pauvreté), reléguant les dimensions environnementales au second plan. Cette conception a conduit à négliger la hiérarchisation interne (accès inégal au foncier) ou les héritages historiques des populations considérées ainsi qu’à ne pas porter assez d’attention à la variété les producteurs familiaux inscrits dans une relation complexe entre sphère sociale (considérée comme principale) et sphère économique (p. 86). Ce chapitre montre ainsi que les projets publics s’inscrivent dans une logique d’institutionnalisation de l’agriculture familiale, projet moderne dans son intention et ses effets. En Amazonie brésilienne, le développement territorial s’inscrit donc dans une forme de déploiement de la modernité à laquelle le développement durable, à travers la participation, rend possible l’affirmation du sujet.

7Le chapitre 5 (Le grand récit de la diversité au risque de son application) s’intéresse à la manière dont les agriculteurs familiaux et les populations « traditionnelles », longtemps laissés pour compte de la modernité, utilisent la dimension territoriale des politiques de développement pour se dégager des opportunités d’action. S’inscrivant dans la continuité de la critique que M. Vanier opère sur les approches territoriales, les auteurs s’intéressent aux « possibilités de dépassement des politiques territoriales » (p. 94). L’analyse s’attache aux politiques et aux plans concrets de développement territorial. A leur sujet, les discours d’acteurs (p. 95-98) montrent bien qu’en Amazonie orientale, la notion de territoire est nouvelle, à géométrie variable et qu’elle n’a pas de sens véritablement défini(tif) pour les acteurs locaux interrogés. La politique territoriale du ministère du Développement agraire s’inscrit alors dans un contexte dans lequel le territoire apparait « à la fois comme un outil de contrôle et comme un outil de débordement de ce contrôle » (p. 100) par les populations locales, ces dernières voyant se renforcer, par le biais de projets spécifiques comme par exemple un PSD (projet de développement durable), leur maîtrise du territoire et améliorer les conditions de leur capacitation (empowerment).

8Le chapitre 6 (Les politiques de reconnaissance des « populations traditionnelles » ou le DD pris au double piège de sa territorialisation) s’interroge sur les effets bénéfiques de cette capacitation territorialisée ainsi que des gains et des limites en matière de justice sociale. L’analyse s’appuie sur le cas de deux « populations traditionnelles », les ribeirinhos (habitants des rivières ; appelés aussi caboclos) et celui des quilombolas (qui occupe les quilombos ; population de Noirs marrons, descendants d’anciens esclaves qui ont fuis les plantations et se sont installés dans des endroits éloignés). Les politiques publiques ont conduit à reconnaître la légitimité de ces populations en tant qu’interlocuteurs, favorisant d’un côté la conscientisation que pouvaient opérer les sujets individuels (en matière politique et sociale) et en légitimant leurs revendications collectives, foncières ou politiques. La reconnaissance culturelle et sociale officielle en tant que « populations traditionnelles » a renforcé leurs conditions de capacitation. Ces cas sont l’occasion d’insister sur la nécessité pour les politiques territoriales qu’elles tiennent compte des singularités socio-culturelles et historiques des communautés qui vont en assurer l’appropriation.

9Les politiques déployées en Amazonie sont caractérisées à la fois par la priorité donnée à la dimension territoriale, par le sentiment d’une internationalisation des territoires locaux et enfin par une utilisation du territoire afin d’asseoir un zonage segmentant l’espace en zones distinctes (protection intégrale, usage durable et de développement économique). Les politiques territoriales donnent parfois l’impression à certains habitants qu’ils sont marginalisés par rapport à d’autres acteurs maîtrisant les codes nécessaires à l’utilisation des principes du développement durable.

10Au total, cet ouvrage offre une clé de lecture passionnante – parfois un peu complexe à suivre mais toujours très riche et très stimulante intellectuellement – des enjeux des politiques territoriales en Amazonie brésilienne. Elle s’inscrit dans le cœur de la recherche mondiale sur les effets des politiques de développement durable en Amazonie qui intéressent également la recherche anglophone la plus récente (Otsuki, 2013) envisageant, comme le proposent également en conclusion les auteurs du présent ouvrage, une analyse sous l’angle de « l’hétérotopie ». Ces Leçons d’Amazonie s’achèvent en proposant de considérer que l’intérêt du développement durable réside dans la tension (p. 145) qui fonde et nourrit un dialogue politiques publiques/appropriation, conduisant à la fois à l’affirmation des individus comme sujets politiques et à celle des communautés comme acteurs capables de négocier les finalités de l’action publique. Plus largement, il incite le lecteur à réinterroger la manière dont cette appropriation s’opère dans les autres pays, notamment occidentaux.

11Il possède également une véritable ampleur par les niveaux de lectures qu’il autorise. Aux spécialistes de la conservation, il permet de nourrir la réflexion sur la manière dont des politiques publiques centrées sur la réduction de la pauvreté d’une catégorie de la population, conduisent à zoner le territoire par le biais de mesures protectionnistes à géométrie - et ce faisant, à efficacité - variable. Aux spécialistes du territoire et des questions territoriales, il permet de questionner la manière dont l’Etat brésilien a tenté de reprendre en main la colonisation de l’Amazonie. Celui-ci, s’appuyant sur la conception moderne d’un territoire réifié, voit émerger des tensions à tous les niveaux scalaires ; mais ces tensions ne sont pas nécessairement négatives puisqu’elles mobilisent les individus autant qu’elles favorisent l’appropriation du développement durable. Aux spécialistes des politiques publiques dans un contexte de développement durable, ces Leçons d’Amazonie sont l’occasion de comprendre que les conflits, ou plus précisément les tensions, sont à comprendre non comme des échecs de la mise en application des politiques de DD, mais plutôt à envisager comme des dimensions attestant de l’appropriation effective de ses principes par les acteurs et les populations qui reconfigurent leurs relations dans un monde plus alter-moderne que réellement postmoderne. Un ouvrage qui mériterait amplement une traduction en langue anglaise.

Haut de page

Bibliographie

ALBALADEJO C. et ARNAULD DE SARTRE X. (dir.), 2005, L'Amazonie brésilienne et le développement durable. Expériences et enjeux en milieu rural, Paris, L’Harmattan, 286 p.

ARNAULD DE SARTRE X., 2006, Les fronts pionniers d’Amazonie. Les dynamiques paysannes au Brésil, Paris, Ed. du CNRS, Coll. Espaces et Milieux, 224 p.

CLAVAL P., 2004, La fabrication du Brésil. Une grande puissance en devenir, Paris, Belin, Coll. Mappemonde, 383 p.

DROULERS M., 2001, Brésil : une géohistoire, Paris, PUF, Coll. Géographies, 306 p.

LE TOURNEAU F.-M. & DROULERS M. (dir.), 2010, L’Amazonie Brésilienne et le développement durable, Paris, Belin, Coll. Mappemonde, 477 p.

LE TOURNEAU F.-M., 2010, Les Yanomami du Brésil. Géographie d’un territoire amérindien, Paris, Belin, Coll. Mappemonde, 480 p.

OTSUKI K., 2013, Sustainable Development in Amazonia: Paradise in the Making, Oxford, Routledge, Routledge Studies in Sustainable Development, 192 p.

THÉRY H., 2012 (6e éd.), Le Brésil, Paris, Armand Colin : Coll. U, 256 p. [1ère éd. Masson, 1985]

VIDAL L., 2002, De Nova Lisboa à Brasília. L'invention d'une capitale, XIXe-XXe siècle, Paris, IHEAL éd., 344 p

VIDAL L., 2009, Les Larmes de Rio : le dernier jour d’une capitale (20 avril 1960), Paris, Aubier, 254 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Héritier, « Xavier Arnauld De Sartre et Vincent Berdoulay, Des politiques territoriales durables ? Leçons d’Amazonie », Géocarrefour, 90/3 | 2015, 279.

Référence électronique

Stéphane Héritier, « Xavier Arnauld De Sartre et Vincent Berdoulay, Des politiques territoriales durables ? Leçons d’Amazonie », Géocarrefour [En ligne], 90/3 | 2015, mis en ligne le , consulté le 19 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8945

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org