Navigation – Plan du site
Articles

Raconter l’inondation : quand les récits de catastrophes se font mémoire du risque

Narrating the flood: when commentaries of disasters become the memory of the risk
Christine Labeur
p. 45-54

Résumés

A l’heure du Plan Rhône et de la volonté d’apprendre aux riverains à mieux vivre avec le risque, l’objectif de cet article est d’étudier les potentialités pratiques de la notion de mémoire. Dans quelle mesure les souvenirs liés aux inondations du fleuve ont-ils une influence sur les pratiques quotidiennes des riverains, et plus encore en temps de catastrophe ? En abordant cette question sous l’angle des récits des acteurs des inondations, le postulat est de considérer que la mémoire relève avant tout du domaine de l’action et du vécu. Ainsi les résultats présentés, issus des méthodes qualitatives et quantitatives de l’analyse textuelle, mettent en exergue d’abord la mise en abime des inondations passées dans les récits des contemporains puis le contenu et les modes de transmission de l’expérience de l’inondation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La culture du risque « est un aspect culturel fondamental de la modernité, par lequel la conscience (...)
  • 2 Pour une description précise des méthodes statistiques textuelles usuelles, cf. Lebart et Salem, 19 (...)
  • 3 Pour une approche de l’analyse de contenu, cf. Bardin, 1977.

1Objets de convoitises ou de craintes, les fleuves cristallisent souvent les mentalités et les modes de gestion propres à chaque période de l’histoire. Plus encore, les stigmates des crises dont ils sont les principaux acteurs donnent naissance à des traces orales ou écrites dont l’analyse révèle ces mutations et ces continuités qui en font le miroir d’une époque. Les crises les plus emblématiques dues à ces éléments naturels aquatiques sont les inondations. Phénomènes avant tout naturels, mais souvent amplifiés, aggravés ou parfois jugulés par l’intervention humaine, elles se matérialisent dans la sphère sociale par les moyens déployés par les sociétés pour contrôler leurs conséquences et en prévenir l’apparition. Tous ces outils sociaux s’ancrent dans des textes et des discours, schémas d’aménagement, politiques de gestion, stratégies de communication sur les risques, mais aussi récits et témoignages rapportant le vécu des contemporains face aux phénomènes paroxystiques du fleuve. A une période où la culture du risque1 et la connaissance de son environnement naturel sont largement prônées par les politiques publiques, qu’en est-il de l’appropriation par les riverains du passé de leur territoire ? Dans quelle mesure cette « mémoire obligée » (Ricœur, 2000), c’est-à-dire le savoir et/ou le savoir-faire face notamment aux risques naturels, a-t-elle une influence sur les pratiques quotidiennes, et plus encore en temps de catastrophe, des riverains ? L’hypothèse est que le cadre social actuel (Halbwachs, 1925) favorise cette appropriation du passé mais ne donne pas forcément une dimension pratique aux connaissances diffusées sur le risque : posséder une mémoire identitaire des inondations sur un territoire ne signifie pas que cette connaissance soit productrice d’une réactivité efficace face à l’événement à venir. En cela, cette recherche s’inscrit dans les théories sociologiques existantes de l’action qui interrogent entre autres la présence du passé dans les actions présentes et les dispositions des individus à mobiliser leurs expériences pour s’adapter à une situation nouvelle (Lahire, 2007). L’exemple utilisé pour étayer cette hypothèse est celui des inondations survenues dans la région du bas Rhône en 1755, 1840 et 2003, date de la dernière grande inondation sur ce territoire. Les données d’enquête sont constituées d’entretiens oraux pour la période contemporaine et de témoignages écrits pour les périodes passées. Leur analyse, à la fois par les outils statistiques2 et les méthodes qualitatives3, va se focaliser sur la manifestation individuelle de la mémoire des inondations en montrant d’une part de quelle manière le passé est mentionné dans les récits et, d’autre part, comment ce même passé survit chez les riverains du Rhône dans leurs pratiques quotidiennes ordinaires et lors d’une inondation. Cependant, il est évident que les résultats présentés dans cet article ne peuvent apporter des réponses tranchées au large questionnement proposé, notamment à cause du nombre restreint des sources mobilisées : les conclusions avancées devront donc plutôt être considérées comme des pistes de recherche à poursuivre et approfondir dans des travaux ultérieurs.

L’inondation mise en abime

2La mémoire du risque dans les récits sur l’inondation, c’est d’abord la référence aux grands événements du passé. Simples rappels chronologiques ou récits détaillés des causes, du déroulement et des conséquences de l’événement, de nombreux témoignages rapportent l’existence d’inondations passées. Si tel n’est pas le cas, peut-on pour autant parler d’oubli ? Cette question est bien évidemment trop complexe pour espérer la trancher ici, l’objectif n’étant pas d’essayer de confronter mémoire et oubli, mais plutôt de saisir de quoi est fait ce concept de mémoire du risque, et ce, plus à travers ce qu’en disent les acteurs qu’à partir de catégories établies a priori par les scientifiques. Ce postulat prend sa source dans les travaux de Paul Ricœur (1969) sur la nécessité d’enrichir l’herméneutique du soupçon, le dévoilement du caché et de l’inconscient des acteurs par une herméneutique de la confiance à l’intérieur de laquelle les textes, les récits et les témoignages constituent de puissants vecteurs de compréhension et d’explication des phénomènes sociaux (Darwish, 2012).

3Ainsi, comment parle-t-on des inondations de 1755, date d’un évènement particulièrement catastrophique dans la région d’Avignon ? La lecture du témoignage de François Morénas (Morénas, 1755), historiographe de la ville, tour à tour soldat, moine, journaliste et rédacteur de périodiques divers et de quelques ouvrages dont un, justement, sur l’histoire de l’inondation de 1755, laisse apparaître une description assez longue et précise, soit 8% de la longueur totale de la relation écrite comportant 24 pages, des grands événements ayant précédés la catastrophe de 1755 et « dont il convenait d’instruire la Postérité ». Tout d’abord, les inondations citées dans la chronologie de Morénas ont toutes la même origine puisqu’elles sont la conjugaison d’un vent de sud provoquant la fonte des neiges et la crue simultanée du Rhône et de la Durance :

4« Nos Annales nous apprennent que par une suite des pluyes continuelles, occasionnées par le vent de Sud ou de Sud-Est & par la fonte des neiges, les eaux du Rhône & de la Durance se sont jointes quelquefois dans le Terroir d'Avignon, & en ont inondé la plus grande partie. C'étoient là de ces Inondations dont il convenoit d'instruire la Postérité. » page 6

5De cette conjonction de phénomènes naturels favorables à l’inondation découle une classification des événements selon une échelle de gravité, basée sur les hauteurs d’eau et les dégâts. La chronologie décrite se teinte alors du qualificatif ordinaire et de son pendant extraordinaire pour distinguer les inondations entre elles :

6« Depuis cette Inondation [celle de 1433] jusques à celle de 1674. nous en connoissons plusieurs autres assez considérables ; nous trouvons même dans nos Annales le tems auquel elles arrivérent, & la hauteur où les eaux montérent en divers quartiers de la Ville ; mais elles furent toutes moindres que celle de 1433. & les eaux à plus de six pieds au-dessous » (Morénas p. 7).

7Plus encore, l’inondation catastrophique de 1226 et celle de 1433 sont étroitement liées dans le récit à un événement historique, plus politique dans le premier cas et religieux dans le second. En effet, l’inondation de 1226 se produit dans le contexte du siège d’Avignon par le roi de France Louis VIII lors de sa première croisade contre les Albigeois. Elle survient environ une semaine après la reddition des Avignonnais face aux troupes du roi, qui ont assiégé la ville durant trois mois.

8« La première que nous connoissons, mais dont nous n'avons que quelque léger détail, est celle du 17. Septembre 1226. LOUIS VIII. avoit assiégé notre Ville. Les Albigeois s'en étoient rendus maîtres, en avoient fait l'un de leurs principaux boulevards, & avoient refusé d'en ouvrir les portes au Monarque François. Soutenus par Raimond, Comte de Toulouse, ils s'y croyoient en sûreté, & ne se rendirent qu'après trois mois de siège. Les Historiens qui reportent ce trait ajoutent qu'Avignon reçut trop tôt la loi du vainqueur, & que si cette Ville avoit fait un peu plus de résistance, l'Inondation qui survint auroit fait périr entièrement l'Armée du Roi, ou l’auroit du moins obligée de décamper. « Après une pluye continuelle, disent-ils, qui dura plusieurs jours, le Rhône et la Durance grossirent tout d'un coup si extraordinairement, que les eaux montérent à une hauteur prodigieuse, & inondèrent une étenduë immense de terrain au tour d'Avignon. Elles rompirent les Digues, emportèrent les Chaussées & causèrent des dommages inexprimables » (Morénas p. 6).

9L’autre inondation remarquable, celle de 1433, est liée dans le récit de François Morénas à celle de 1226 puisque le « miracle » décrit a lieu dans la chapelle des Pénitents Gris, du nom de la confrérie fondée le 14 septembre 1226, jour de la capitulation des Avignonnais, par Louis VIII.

10« Il survint une autre Inondation à peu-près semblable le 30. Novembre 1433. Les mêmes eaux se réunirent & couvrirent la plus grande partie du Terroir de notre Ville. Elle fut occasionnée & par les pluyes fréquentes & par la fonte des neiges. On voit encore en certains endroits quelques vestiges qui indiquoient la hauteur des eaux ; & nos Annales ont fait une mention particulière de cette Inondation. Mais quand cette époque n'auroit pas été constatée par des monuments publics, la Fête qu'on célèbre annuellement à pareil jour dans publics, dans la Chapelle des Pénitens Gris, à l'occasion du Miracle qui s'y opéra, rappelleroit assez un événement si intéressant. Le Saint Sacrement y étoit exposé jour & nuit, depuis la réduction des Albigeois par LOUIS VIII. premier Fondateur de cette dévote Confrérie. La hauteur des eaux & la cruë qui continuoit firent craindre qu'elles n'atteignissent le Tabernacle. Des Prêtres zélés allérent pour le retirer. En entrant dans la Chapelle, ils ne furent pas peu surpris de voir que les eaux s'étant élevées à droite & à gauche, comme une espèce de mur, avaient laissé un passage pour arriver jusques à l'Autel : Miracle qu'on a comparé avec juste raison à celui du passage de la Mer rouge & du Jourdain » (Morénas p. 6-7).

11Cet extrait montre à la fois que l’inondation est interprétée à la lumière d’un cadre historique particulier et aussi qu’elle est sujette à la commémoration, compte tenu de la dimension religieuse portée par le récit sur le miracle de la chapelle des Pénitents Gris.

12Plus loin dans cette rétrospective, sont mentionnés les autres épisodes, à savoir les inondations plus récentes, ayant touché la ville. La distance temporelle se réduisant, l’auteur distingue deux types de mémoire que l’on pourrait qualifier de mémoire d’hommes. Le premier type est celui des « pères » des contemporains de 1755 :

13« Nos Peres ont été témoins de celle du 15. Novembre 1674. Il avoit plu si extraordinairement les 12. 13. & 14. que le 15. au matin le Rhône & la Durance sortirent de leur lit ; & à minuit l'eau vint dans la Ville avec tant de précipitation, qu'ils craignirent une Inondation aussi terrible que celle de 1433. Cependant les eaux furent moins élevées de trois pieds. Il en survint une autre le 29. Septembre 1679. mais peu considérable en comparaison de la dernière, & ils la regardérent comme ordinaire, de même que celle du 25. Novembre 1694 » (Morénas p. 7).

14Le second type de mémoire évoqué est celui des citoyens actuels de la ville :

15« La plûpart de nos Citoyens ont vû celles du 3. Janvier 1706. du 12. Mars 1711. des 5. 13. & 21. Novembre 1745. du 26. Septembre 1747. et du 2. Novembre 1754. Inondations toutes assez remarquables, surtout celle du 12. Mars 1711. On voit même à la Porte de Saint-Lazare jusques où les eaux montérent ; mais on les a toutes également regardées comme des Inondations assez ordinaires » (Morénas p. 7).

16Cette distinction entre une mémoire collective, portée par les origines familiales mais aussi et surtout géographiques, le terme « père » pouvant ici vraisemblablement s’appliquer aux ancêtres non pas de l’individu pris dans la sphère strictement familiale mais aussi ancré dans une appartenance à un territoire, et une mémoire individuelle d’un vécu personnel, s’apparente à la distinction entre « souvenir commun » et « souvenir partagé » chez Avishai Margalit (2006). Les souvenirs communs sont propres aux acteurs de l’événement qui l’ont vécu de l’intérieur, alors que les souvenirs partagés concernent l’ensemble de la société en question car la mémoire de l’événement a été diffusée par de puissants vecteurs de communication comme peuvent l’être l’État, l’Église ou aujourd’hui les médias.

17Deux siècles et demi plus tard, en 2003, les récits des inondations par les riverains comportent assez peu de références aux événements du passé, contrairement aux détails et à la précision dont a fait preuve François Morénas. Mais la comparaison s’avère peut-être compliquée, voire inappropriée, entre un texte rédigé dans un objectif de restitution et de gratification des autorités, et des entretiens de recherche semi-directifs provoqués à l’initiative du scientifique. Se posent ainsi les questions du statut des témoignages, de la nature des données discursives analysées et de la pertinence de comparer des sources textuelles produites par le chercheur dans le cas des entretiens oraux et de celles qui s’imposent à lui dans le cas des documents d’archives, auquel se rajoute dans ce dernier cas la distance temporelle qui sépare les récits. Le parti pris retenu est de considérer que chaque forme de témoignage, écrit ou oral et produit ou recueilli, constitue la manifestation textuelle d’une expérience humaine, porteuse d’éléments de compréhension de la réalité sociale étudiée. La comparaison apparaît tout à fait pertinente en ce qu’elle révèle de différent ou de commun d’un matériau empirique à l’autre, sans jamais oublier que la nature du texte demeure un élément premier dans l’interprétation de son contenu (Pollack et Heinich, 1986). Et, au-delà du support, la distinction entre oralité et textualité amène à prendre en considération les conditions d’énonciation et le contenu spécifiques à chaque discours, quel qu’en soit le genre (Boutet et Maingueneau, 2005).

  • 4 Pour une description plus approfondie de l’événement, cf. Labeur, 2011.
  • 5 Une soixantaine d’entretiens au total ont été réalisés par Jean-Marc Mariottini du Museon Arlaten e (...)
  • 6 Ces techniques propres à l’enquête par entretien consistent pour la première à clore l’enquête lors (...)

18Lors des inondations de décembre 2003, les quartiers situés au nord de la ville d’Arles sont inondés et le restent durant 10 jours. De nombreuses entreprises sont touchées ainsi que 7 000 habitants4. Parmi eux, 32 ont été interrogés dans le cadre d’une campagne d’entretiens semi-directifs menée en collaboration avec le Museon Arlaten5. La consigne initiale en début d’interview était de raconter le déroulement de l’inondation et les actions entreprises avant l’arrivée de l’eau, pendant l’inondation et après son retrait. L’analyse thématique de cet échantillon de population, constitué selon les méthodes de saturation de l’information et de l’informateur-relais6, révèle que 75% des individus interrogés possèdent un savoir général sur les risques liés au Rhône, c’est-à-dire la date de la dernière inondation dans la région, les zones les plus vulnérables comme les quartiers de la Roquette ou les quais mais aussi des éléments de base sur le fonctionnement naturel des cours d’eau ; 60% ont en mémoire une expérience personnelle d’inondation : 51% parlent de l’inondation due au ruissellement des eaux de pluie survenue quelques mois avant celle de décembre ; 15% font référence à celle de 1993-1994 ayant touché particulièrement la Camargue et 11% parlent de celle de 1951 s’étant produite en Camargue et dans la ville d’Arles. Enfin, 44% ont reçu de leurs proches des récits sur des épisodes d’inondation passés : 50% à propos de l’inondation de 1951 et 33% à propos d’inondations plus anciennes, en majorité de celle de 1856. Ces récits d’inondations sont d’abord transmis par la famille (58%), puis par des voisins (33%).

19Cette typologie entre les différents types de savoirs/savoir-faire liés au Rhône constitue la réalité empirique d’une mémoire du risque prenant trois formes classées en fonction de leur « éloignement » temporel et social par rapport à l’événement catastrophique étudié. C’est-à-dire que sont distinguées : la connaissance des catastrophes passées et des risques liés au territoire, la mémoire d’une catastrophe ou plus généralement du risque transmise par des proches et enfin la mémoire d’une catastrophe vécue personnellement. Ces mémoires ne sont pas exclusives, elles peuvent se cumuler chez un même individu. Dans l’échantillon, posséder une « culture du risque » et avoir les souvenirs d’une expérience passée similaire à l’inondation racontée sont les mémoires prédominantes.

  • 7 « Au sens philosophique de ce qui est en acte par opposition à ce qui n’est qu’en puissance » (Dupu (...)

20Se pose alors la question de l’actualisation7 de ces connaissances lors de concrétisation du risque, c’est-à-dire lors des catastrophes. Il est question ici de la dimension pratique de la mémoire, à l’image des réflexions menées par les psychosociologues autour de la capacité des représentations sociales à orienter les conduites des individus (Jodelet, 1989). Est-on plus réactif face à l’événement si nous en possédons l’expérience à travers notre propre vécu, celui de nos ancêtres, ou si nous en possédons une connaissance livresque, ou en tout cas détachée de toute réalité concrète ? Voici une ébauche de réponse avec les résultats obtenus toujours à partir de l’échantillon précédent d’entretiens semi-directifs réalisés auprès des sinistrés arlésiens de 2003.

  • 8 Une trémie désigne un tunnel court permettant à une voie de circulation de passer en dessous d’une (...)

21La caractéristique principale de l’inondation de 2003, en tout cas une de celles qui expliquent fortement les comportements observés lors de la crise, est sa temporalité lente. Lente par la crue remarquée du Rhône les jours précédant la rupture d’une trémie routière8 au nord de la ville, laquelle est responsable de l’inondation des quartiers, et lente dans son déroulement, avec l’arrivée de l’eau en une demi-journée au moins et la submersion du territoire pendant une dizaine de jours. Ainsi, de nombreux interviewés ont-ils fait part de leur inquiétude les jours précédant l’inondation à la vue du Rhône en crue. Or, en quoi ces soupçons émanent-ils d’une mémoire spécifique à l’individu ? Il est question ici plus d’une hypothèse, d’une intuition, que d’une simple incertitude sur l’existence ou la réalisation d’un fait. Soupçonner l’inondation à venir ne revient pas à mettre en doute la réalisation de l’événement, mais revient plutôt à considérer que cet événement va survenir, et à s’interroger sur ses modalités de réalisation en émettant des hypothèses basées sur des pressentiments issus de connaissances préalables.

Figure : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « expérience d'un événement »

Figure  : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « expérience d'un événement »

Figure : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « mémoire d'un événement transmise par les proches »

Figure  : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « mémoire d'un événement transmise par les proches »

Figure : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « mémoire, culture, connaissance générales du risque »

Figure  : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « mémoire, culture, connaissance générales du risque »

22Les résultats ci-dessus (fig. 1, 2, 3) montrent que les soupçons sont surtout corrélés avec les souvenirs d’une inondation vécue et la mémoire d’une inondation transmise par des proches. Une mémoire du risque sous la forme d’une connaissance générale ne semble pas influencer significativement les soupçons. La tendance émergeant de cet échantillon est donc que la connaissance du lieu par l’expérience individuelle directe ou par l’intermédiaire des proches éveille des soupçons qui ne seraient vraisemblablement pas apparus avec des connaissances assimilables à une culture du risque. Mais, contre toute attente, avoir l’expérience d’une inondation n’a pas majoritairement provoqué de soupçons les jours précédant l’inondation chez les individus interrogés : ce sont même principalement ces individus-là, porteurs d’une expérience de l’inondation, qui ont déclaré ne pas s’être inquiétés de la crue du Rhône (69%) les jours précédant la catastrophe. Ici, la mémoire par l’expérience a provoqué des réactions contre-intuitives.

23Intéressons-nous à présent à la substance proprement dite de cette mémoire de la catastrophe, en montrant comment et sur quelles bases se construisent ces récits où le locuteur est à la fois acteur du contenu et de l’énoncé de son discours.

Vivre l’inondation et transmettre son expérience

  • 9 Cette bataille a eu lieu le 27 juillet 1214 et a opposé le roi de France Philippe Auguste, ses chev (...)
  • 10 Pour une approche en français de la pensée d’Alfred Schutz, voir la traduction de Thierry Blin (Sch (...)

24Dans son livre Le dimanche de Bouvines9, Georges Duby illustre les différents niveaux de l’analyse historique en décortiquant cet événement d’abord selon les faits concrets, puis selon sa signification dans les contextes sociaux, politiques, économiques de l’époque, et enfin selon sa portée historique, c'est-à-dire selon la présence ou non de références à l’événement dans la mémoire collective à une période historique donnée. Le lien entre l’expérience vécue et la mémoire, en passant par la construction historique et collective du sens, fait de cet ouvrage un modèle pour l’analyse et la réappropriation des récits du passé. Comme le démontre Georges Duby, ces récits sont fondés sur les « actions ordinaires » des individus mis en scène. Le qualificatif ordinaire, loin d’être péjoratif, fait au contraire directement référence au courant sociologique ethno-méthodologique qui se fonde sur la phénoménologie d’Alfred Schütz10. Une des hypothèses de ce courant théorique est que les structures, les phénomènes sociaux, ne peuvent s’observer et se comprendre qu’au travers de leurs réalisations pratiques, quotidiennes et donc ordinaires (Garfinkel, 2007).

25La discipline historique et certains courants sociologiques montrent bien que la logique inductive et la méthode descriptive n’en sont pas moins rigoureuses ou scientifiques qu’une approche purement déductive, dans la mesure où dans le cas précis de témoignages, les individus sont à la fois juges et parties, acteurs et locuteurs. Ce qu’ils disent de l’événement et la manière dont ils reconstruisent leur expérience dans leur discours ont autant de valeur heuristique sur la compréhension de l’événement que toute reconstruction extérieure (Ricœur, 1969 ; Boltanski, 2006).

  • 11 Iramuteq© signifie : « Interface de R pour les analyses multidimensionnelles de textes et de questi (...)
  • 12 Lettre de Sœur Rose Augustine Marcel de la Visitation Sainte Marie datée de1840 et publiée à la sui (...)
  • 13 Par fluidité, on entend ici le faible nombre de relances au cours de l’entretien.
  • 14 Les formes sont les unités graphiques qui composent le texte, l’occurrence est le nombre de fois qu (...)

26Ainsi intéressons-nous au contenu de ces récits porteurs de mémoire des inondations. La Figure 4 représente le réseau des termes utilisés par les acteurs des inondations de 1755, 1840 et 2003 pour décrire leur expérience. Ce graphique, comme tous ceux qui vont suivre, a été réalisé à partir du logiciel libre Iramuteq© version 0.5 alpha 111. Le logiciel permet de calculer les similitudes entre les mots à partir de différentes métriques de distance entre tous les termes du corpus. Nous avons choisi ici celle de la cooccurrence, c’est-à-dire que deux mots seront reliés d’autant plus fortement qu’ils apparaîtront simultanément dans le corpus. L’article de référence de cette méthode, complémentaire aux méthodes factorielles et classificatoires, est celui de Pierre Vergès et Boumedienne Bouriche (2001). Les discours analysés sont le texte de François Morénas de 1755 précédemment étudié, une lettre écrite après les inondations de 1840 à Avignon par une religieuse de la ville pour demander une aide financière à ses supérieurs12, et l’entretien d’un sinistré arlésien de décembre 2003 choisi, d’un point de vue méthodologique, pour la clarté et la fluidité13 de ses propos ainsi que le suivi rigoureux de la consigne initiale et, d’un point de vue plus théorique, pour son ancrage local à la ville d’Arles et sa position géographique « privilégiée » au moment de l’inondation. Cette première approche globale permet d’obtenir un dictionnaire des termes utilisés dans les témoignages. Cette analyse repose sur l’hypothèse que les trois textes forment un corpus cohérent dans son contenu et qu’il est statistiquement fiable, ce dont on peut douter à première vue. Pourtant, si l’unité statistique est la forme du mot ou le lemme, alors le grand nombre d’unités14 analysées (26 583 occurrences, 4 323 formes, 2 960 lemmes) garantit la fiabilité de l’analyse statistique, quand bien même seuls trois textes sont analysés. De plus, en considérant que chaque récit est une monographie de l’expérience personnelle de l’inondation, leur analyse conjointe s’appuie effectivement sur un corpus cohérent dans sa thématique : les trois auteurs des récits sont bien des acteurs de l’événement-inondation même si plusieurs siècles les séparent. Enfin, l’analyse statistique se veut dans un premier temps être purement lexicologique : la lemmatisation permet en cela de comparer des formes lexicales canoniques c’est-à-dire réduites à leur structure première. C’est le sens premier des mots qui est étudié d’abord, la remise des termes en contexte fera l’objet d’une seconde analyse présentée par la suite.

Figure : Graphique des similitudes réalisé à partir de l'analyse avec Iramuteq© des textes de 1755, de 1840 et de l'entretien de 2003

Figure  : Graphique des similitudes réalisé à partir de l'analyse avec Iramuteq© des textes de 1755, de 1840 et de l'entretien de 2003

27Les récits se polarisent principalement autour de 4 termes : l’« eau », la « maison », la « ville » et l’action de « voir ». La thématique sur l’ « eau » regroupe l’essentiel des termes du graphique, dont une majorité de verbes. Cette catégorie de mot est d’ailleurs largement représentée dans les récits, 5 des 10 mots les plus fréquents sont des verbes. Autour de l’ « eau » sont donc présents des verbes d’action, employés majoritairement sous une forme active, et dont il est possible d’établir une typologie des différents sens observés :

28« Arriver, couvrir, gagner, continuer, retirer, entrer, atteindre, commencer, parvenir, rester, cesser, monter » : ces verbes traduisent une personnification de l’eau par la description active et personnelle de son arrivée et de son retrait.

29« Donner, sauver, informer, apercevoir » : ces verbes traduisent des interactions, ils s’adressent à un autrui avec lequel le locuteur interagit.

30« Inonder, emporter, craindre, obliger » : ces verbes décrivent quant à eux la contrainte que représente la présence de l’eau sur l’espace quotidien.

31Le verbe « voir » focalise aussi une série de verbes dont l’analyse de la construction, essentiellement active là aussi, et du sens révèlent des caractéristiques propres à ce temps de l’inondation :

32« Demander, recevoir, chercher, prendre » : ces verbes traduisent un ajustement et une adaptation à l’événement dans ce que leur réalisation amène comme changement de l’état initial. Il en va de même pour les verbes reliés au terme « ville », c’est-à-dire « pourvoir et manquer ».

33« Aller, venir, passer, renverser »: ceux-là décrivent le mouvement, l’action dans son sens premier de l’agir. Ici aussi il en va de même pour les verbes reliés au terme « ville », c’est-à-dire « rendre (se) et envoyer ».

34Enfin le verbe « voir » implique une sorte de prise de conscience du locuteur de la situation et traduit une capacité à se rendre compte de l’événement et à agir.

35Si l’on s’intéresse plus en détail aux thèmes contenus dans les trois discours, il est aisé d’observer des continuités et des divergences dans les sujets abordés par les locuteurs pour décrire leur expérience de l’inondation. Les résultats présentés ci-dessous sont à nouveau issus du logiciel Iramuteq© et de la classification des termes des trois corpus analysés cette fois-ci indépendamment afin de pouvoir replacer les termes dans leur contexte d’énonciation. La méthodologie de classification est celle développée par Max Reinert dans son logiciel Alceste©. Sont regroupés dans une même classe les termes dont la présence et l’absence sont simultanées. Le Khi², un indice d’appartenance de chaque terme à sa classe, est ensuite calculé, ce qui permet de dégager les termes les plus significatifs de chacune.

Tableau 1 : Classification du vocabulaire des trois corpus

(récit de Morénas sur l’inondation de 1755, lettre de la religieuse sur celle de 1840 et entretiens semi-directifs réalisés auprès des inondés arlésiens de 2003) selon la méthode de classification descendante hiérarchique

36Ainsi, une des continuités observées à la lecture de ce tableau comparatif est la présence d’un thème traitant d’une forme d’organisation sociale, que ce soit le secours ou le maintien du quotidien lors de l’arrivée de l’eau. Ensuite on observe que les dégâts, à la fois matériels et humains, sont aussi largement traités par les locuteurs. De plus ce thème représente toujours une part élevée du pourcentage total du texte, ce qui en fait un thème important.

37Le thème sur la solidarité ne se confond pas avec celui du secours, sauf pour le texte de 1755, ce qui peut s’expliquer par la nature engagée du texte qui loue l’action des autorités lors de la crise et qui traite donc plus du secours organisé et moins de l’entraide spontanée entre les riverains inondés.

38Enfin, il semblerait que l’« eau » ne soit pas envisagée de manière identique d’un texte à l’autre, comme l’illustrent les graphiques suivants (fig. 5, 6, 7) représentant le degré d’appartenance du terme « eau » à chacune des classes et ceci pour chaque texte analysé.

Figure : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire du texte de 1755 par le logiciel Iramuteq©

Figure  : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire du texte de 1755 par le logiciel Iramuteq©

Figure : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire du texte de 1840 par le logiciel Iramuteq©

Figure  : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire du texte de 1840 par le logiciel Iramuteq©

Figure  : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire de l’entretien de 2003 par le logiciel Iramuteq©

Figure  : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire de l’entretien de 2003 par le logiciel Iramuteq©
  • 15 Cette notion s’inspire du qualificatif « socio-naturel » développé par Charvolin, 2003.

39Pour les inondations anciennes, en 1755 et1840, l’eau est associée aux dégâts, ce qui peut être fortement lié aux difficultés à obtenir des dédommagements à ces époques-là (Allard, 2008). Elle ne semble pas être un élément des modes d’organisation sociale observés durant la catastrophe, contrairement à la période actuelle, en 2003, où le terme est nettement relié au thème de l’organisation sociale du quotidien au moment de la survenue de l’inondation. L’analyse diachronique et comparative des textes étudiés ici montre le passage de l’inondation perçue comme phénomène destructeur à l’inondation créatrice de lien social en tant que phénomène socio-naturel15. Ce résultat doit être interprété avec prudence, compte tenu de la non-exhaustivité des sources analysées et de la subjectivité des narrateurs dont le point de vue ne représente pas forcément la tendance majoritaire d’une époque.

40Se pose alors la question de savoir comment cette mémoire de l’événement est conservée dans le quotidien d’après inondation et, en particulier, comment ces souvenirs se manifestent dans les actions des individus, c’est-à-dire comment l’inondation perdure dans le contexte social des riverains du fleuve. Prenons l’exemple des liens d’entraide développés à l’occasion de l’événement. Ils font partie des actions valorisées par les individus interrogés. Cette sociabilité euphorique, qui s’est traduite sur le moment par l’accueil chez des amis, les fêtes pouvant être organisées et réunissant à la fois des personnes inondées et non inondées, persiste parfois encore aujourd’hui, symbole de la conservation des liens tissés au moment de l’inondation.

41« Quand le cousin et la cousine sont arrivés le surlendemain, parce qu'ils ont été dégagés de chez eux par la personne en tracteur... enfin le lendemain, eux sont arrivés le lendemain soir. On a fait une fête, musique jusqu'à 5h du matin ! Ça devait être le samedi soir. Je crois que tout le monde avait besoin de décompresser. La musique était un peu forte et vous voyez dans quel état on était [montre une photo]! Je crois que c'était nécessaire. En plus les enfants, de voir autant de monde, c'était aussi un peu particulier pour eux. Après, ce qu'on a fait, c'est qu'on achetait la Provence tous les jours, alors y avait 5 familles concernées, en comptant les gens chez qui ont était, donc y avait 3 familles inondées plus 2 familles d'accueil. Oui, c'était des amis. Oh moi je ne regrette pas, c'est là où j'ai rencontré ma copine ! Donc on achetait un numéro de la Provence, je faisais 5 photocopies, une pour chaque famille et on a la Provence de tous les jours pendant toute la durée des inondations pour que les enfants, ou à l'école ensuite, aient un petit dossier, puissent en parler pour essayer de l'évacuer. On a fait ça tout de suite, c'est venu comme ça, sans se poser de questions. » (Employé âgé d’environ 50 ans).

42Cette entraide à la fois matérielle et morale a permis dans un premier temps de révéler des liens déjà présents, c’est-à-dire d’activer une certaine sociabilité en veille sans pour autant que les individus la ressentent plus fortement après qu’avant l’événement

43« Je crois que les relations avec les gens sont comme avant. Mais ce sont des événements qui permettent de montrer que l'on a un lien d’amitié très fort en fait, mais il n'y a pas plus maintenant qu'avant. Mais si on a besoin, on sait que l'on peut compter sur ces personnes, tout comme celles-ci pourraient compter sur nous. Non, on en fait pas plus maintenant... » (Institutrice âgée d’environ 40 ans).

44En revanche elle a aussi permis de faire perdurer des liens présents avant l’inondation en les renforçant.

45« Oui, quand même [le Noël suivant a été particulier]. Si, quand même parce que les enfants ont su quand même ce qu'on avait vécu. On est quand même peut-être plus proches des enfants. Oui, ça a rapproché. Ça renforce les liens. Et avec les voisins aussi. On se connaît plus. Avec certains on a véritablement sympathisé c'est-à-dire qu'on est devenus non pas des voisins mais des proches. Oui, avec le voisinage manifestement. Je trouve même qu'il y a eu des choses positives dans tout ça. Resserrer les liens avec les habitants et en même temps refaire démarrer notre ville » (Secrétaire médicale âgée d’environ 50 ans).

46Ce dévoilement d’une sociabilité latente est fortement lié à la notion d’espace. D’un côté les personnes étant restées à leur domicile ont échangé souvent plus que d’habitude avec leurs voisins et d’un autre côté celles évacuées ont eu tendance à se rapprocher et donc ont retrouvé les bases d’une sociabilité jusqu’alors masquée.

47« On était hébergé chez nos amis, ils avaient préparé 2 chambres. Bien sûr, c'est eux qui ont insisté. D'abord, ils s'en doutaient : quand ils ont entendu "le Rhône a inondé le quartier nord", ils ont pensé à nous. Comme on avait fait pour eux, ils ont préparé les chambres et ils nous attendaient. Donc on n'a pas eu de souci d'hébergement. C'est bien simple, le quartier Monplaisir se retrouvait à Trinquetaille ! On retrouvait des visages connus. Il y a eu cette solidarité » (Cheminot âgé d’environ 50 ans).

48Ces conditions extraordinaires ont pu aussi être l’occasion de créer purement et simplement des liens inexistants jusqu’alors et qui se poursuivaient toujours au moment où les personnes ont été interrogées.

49« Moi j’ai la pharmacienne du village, le jour où il y a les inondations qui allaient arriver, j’étais allé chez le docteur, je ne sais pas pourquoi. Je passe à la pharmacie pour un médicament, c’était en plein après-midi. J’ai dit « Dites, si vous voulez sortir votre voiture du garage, vous avez intérêt à la sortir cet après-midi parce que demain, vous ne sortirez plus... » Elle m’a regardé et puis elle a téléphoné au garagiste. Elle a fait enlever sa voiture. Elle m’a dit ‘Maintenant quand le Rhône viendra, vous me le direz et j’enlèverai ma voiture’ » (Agriculteur âgé d’environ 60 ans).

50L’extrait précédent suggère la persistance du lien social crée ou activé à l’occasion d’une autre inondation, donc pas seulement dans l’exceptionnalité d’un seul événement mais dans la récurrence d’épisodes de submersion pouvant se répéter régulièrement. Le lien social sera alors en quelque sorte entretenu, réactivé régulièrement par des épisodes similaires.

Conclusion 

51Comment parle-t-on du passé ? Quelle influence ce savoir inscrit dans le temps a-t-il sur notre conscience du présent et nos pratiques quotidiennes ? Ce questionnement double fait l’objet des recherches présentées ici. La voie choisie pour tenter d’y apporter un éclairage est celle de l’appropriation par les riverains d’un fleuve des inondations survenues par le passé sur leur territoire. Sur les traces de Paul Ricœur et de Philippe Joutard (1983), la méthode employée s’est orientée vers l’analyse des textes et de la mémoire écrite et orale des acteurs du fleuve. Ce choix, sans se détourner des multiples autres formes d’appropriation du passé existantes comme les manifestations collectives de commémoration, l’existence d’associations de sinistrés, les dispositifs participatifs, l’éducation à l’environnement, privilégie le récit comme le principal support de la mémoire et du temps (Ricœur, 1983). La conservation organisée et systématique des archives font de ces dernières des matrices de mémoire qui perdurent, à l’inverse des moyens cités précédemment, dont la nature conjoncturelle ne garantit pas forcément la pérennité. De plus le témoignage, à condition de tenir compte de la subjectivité inhérente à son auteur/locuteur, représente un courant de la pensée sociale d’une période historique donnée. Il est son représentant mais inversement il ne peut se comprendre que selon les spécificités du présent. Il est question ici de l’usage politique du passé (Lavabre, 2000) et des enjeux économiques d’une éducation à une mémoire du risque censée responsabiliser les riverains et déresponsabiliser les autorités notamment en termes de dédommagement. Cependant on pourrait penser que la mémoire du risque n’est pas forcément une culture, en ce sens qu’elle n’induit pas toujours des conduites et qu’elle ne garantit pas forcément le sentiment de permanence du risque sur le territoire (Vincent et Tröger, 2009). Il est donc bien question de l’opérationnalité des savoirs, quel que soit le nom qu’on leur donne (culture, mémoire, connaissance).

52L’objectif de l’article est de montrer justement le lien entre le savoir et la pratique, la mémoire et les actions menées pour se protéger du fleuve, l’expérience du fleuve et sa transmission aux générations futures. Il est commun aujourd’hui de considérer que les grands travaux d’aménagement du Rhône, engagés après l’inondation de 1856, ont profondément modifié la perception du risque chez ses riverains. Le « Rhône enchanté », les réflexes de surveillance du cours d’eau, la solidarité d’inondation et son côté festif (Vincent, 1999) sont des manifestations sociales liées au fleuve qui semblent n’avoir plus cours aujourd’hui, ou qui sont tellement plus rares, du fait de la protection par les digues, qu’elles ne s’intègrent plus au fonctionnement global de la société. Or les résultats sur l’influence de la mémoire dans le fait ou non d’anticiper l’inondation, et donc principalement de surveiller la montée de l’eau, apportent des nuances à cette idée : en 2003, ces réflexes existent toujours et ils sont corrélés assez significativement avec le fait de posséder une mémoire de l’inondation prenant la forme d’une expérience personnelle ou d’une expérience transmise par la famille, entre souvenir commun et souvenir partagé. Ainsi pour être opérationnelle, c’est-à-dire pour induire des comportements, la mémoire doit être concrétisée, actualisée, mise en scène. De la même façon, la persistance des liens sociaux créés ou recréés pendant la catastrophe montrent bien que le fleuve produit du social et entre dans l’organisation de la société avec laquelle il cohabite. Et, paradoxalement, en tout cas pour les textes analysés ici, c’est la période actuelle qui associe le plus l’eau à la nécessaire adaptation sociale provoquée par son irruption sur le territoire, contrairement aux périodes passées pour lesquelles l’eau est avant tout l’origine des dégâts. Mais ces résultats issus des analyses quantitatives sont à confronter avec ceux issus des méthodes qualitatives. En effet, ces dernières montrent à l’inverse comment la connaissance pointue du territoire, qui semble être une caractéristique prédominante chez les riverains passés du Rhône, en particulier en 1755, favorise une mémoire des événements plus approfondie. L’étude qualitative des textes montre aussi que les inondations sont souvent, par le passé, associées à des événements historiques concomitants. Mais ce paradoxe finalement, n’en est pas un. Il montre comment chaque méthode apporte la confirmation que ce que l’on appelle mémoire s’incarne toujours, d’une manière ou d’une autre, dans notre organisation sociale et nos comportements quotidiens.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD P., 2008, Secours, indemnisations, réparations avant la généralisation des assurances. L’exemple des inondations d’Arles entre 1755 et 1856, in FAVIER R. et PFISTER C., Solidarité et assurance. Les sociétés européennes face aux catastrophes (17e - 21e siècles), Publications de la MSH-ALPES, Grenoble, p. 247-267.

BARDIN L., 1977, L'analyse de contenu, Paris, PUF, Le Psychologue, 69, 233 p .

BLANCHET A. et GOTMAN A., 2001 [1992], L'enquête et ses méthodes : l'entretien, Paris, Nathan, 492 p.

BOLTANSKI L., DOSSE F., FŒSSEL M., HARTOG F., PHARO P., QUÉRÉ L. et THÉVENOT L., 2006, L’effet Ricœur dans les sciences humaines (table ronde), Esprit, 3-4 mars-avril, p. 43-67.

BOUTET J. et MAINGUENEAU D., 2005, Sociolinguistique et analyse de discours : façons de dire et façon de faire, Langage et Société, fasc. 4, n°114, p. 15-47. DOI : 10.3917/ls.114.0015.

CHARVOLIN F., 2003, L'invention de l'environnement en France, Paris, La Découverte, 134 p.

DARWISH H., 2012, Paul Ricoeur et la problématique de la méthode dans l'herméneutique. Interpréter, comprendre et expliquer dans les théories du symbole, du texte, de la métaphore et du récit, Paris, L'Harmattan, 226 p.

DUBY G., 1971, Le dimanche de Bouvines, 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, Collection Folio Histoire.

DUPUY J.-P., 2002, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l'impossible devient certain, Paris, Le Seuil, 216 p.

EWALD F., 1986, L'Etat providence, Paris, Grasset et Fasquelle, 608 p.

GARFINKEL H., 2007 [en anglais : 1967], Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, "Quadrige", 473 p.

GIDDENS A., 1991, Modernity et Self-Identity, Stanford, Stanford University Press, 256 p.

HALBWACHS M., 1925, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 404 p.

JODELET D. (dir.), 1989, Les représentations sociales, Paris, PUF, 398 p.

JOUTARD P., 1983, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 268 p.

LABEUR C., 2011, Des catastrophes et des hommes : portrait d’une sociabilité événementielle. Le quotidien des inondations dans la région du bas Rhône entre 1755 et 2003, MMSH, septembre 2011

LAHIRE B., 2007, L'homme pluriel. Les ressorts de l'action, Paris, Hachette Littératures.

LAVABRE M.-C., 2000, Usages et mésusages de la notion de mémoire, Critique internationale. n°7, p. 48-57.

LEBART L. et SALEM A., 1994, Statistique textuelle, Paris, Dunod, 342 p.

MARGALIT A., 2006, L'éthique du souvenir, Paris, Flammarion, collection Climats.

MARIOTTINI J.-M., 2005, Mémoires d'inondés, Arles, Museon Arlaten.

MORÉNAS F., 1756, La relation de ce qui s’est passé dans la ville d’Avignon lors de l’inondation survenue le 30 novembre 1755, cote Xd1710, bibliothèque Alcazar à Marseille.

PERETTI-WATEL P., 2005, La culture du risque, ses marqueurs sociaux et ses paradoxes. Une exploration empirique, Revue économique, vol.56, p. 371-392 .

POLLAK M. et HEINICH N., 1986, Le témoignage, Actes de la recherche en sciences sociales, p. 3-29.

RICOEUR P., 2000, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris, Le Seuil, 676 p.

RICOEUR P., 1969, Le conflit des interprétations. Essais d’herméneutique, Paris, Le Seuil, 505 p.

RICOEUR P., 1983, Temps et récit, tome 1. Paris, Le Seuil, 324 p.

SCHUTZ A., 1998, Éléments de sociologie phénoménologique, Paris, L’Harmattan (traduction par Thierry Blin d’articles sélectionnés à partir des Collected Papers, préface de Michel Maffesoli).

VERGES P. et BOURICHE B., 2001, L'analyse des données par les graphes de similitudes. Sciences Humaines, en ligne http://www.scienceshumaines.com/textesInedits/Bouriche.pdf

VINCENT A., 1999, Culture de fleuve, Le Rhône. Un fleuve et des hommes, Grenoble, PUG, p. 7-18.

VINCENT A. et TROGER, K., 2009, La mémoire du risque d'inondation : le cas du Rhône français, in M. EVEQUOZ-DAVEN, P. DUBUY & E. REYNARD, Le Rhône : dynamique, histoire et société, Cahiers de Vallesia.

Haut de page

Notes

1 La culture du risque « est un aspect culturel fondamental de la modernité, par lequel la conscience des risques encourus devient un moyen de coloniser le futur » (Giddens, 1991). Cette appréhension du monde par une volonté d’anticipation se retrouve aussi chez Ewald, 1986. Pour plus de détails, cf. Peretti-Watel, 2005.

2 Pour une description précise des méthodes statistiques textuelles usuelles, cf. Lebart et Salem, 1994.

3 Pour une approche de l’analyse de contenu, cf. Bardin, 1977.

4 Pour une description plus approfondie de l’événement, cf. Labeur, 2011.

5 Une soixantaine d’entretiens au total ont été réalisés par Jean-Marc Mariottini du Museon Arlaten et Christine Labeur. Seuls 32 individus ont abordé l’intégralité des thèmes de la grille d’entretien, ce qui explique la composition de l’échantillon. D’autres résultats sont disponibles dans la thèse de l’auteur précédemment citée et dans le rapport rédigé par Jean-Marc Mariottini, Mémoires d’inondés (2005).

6 Ces techniques propres à l’enquête par entretien consistent pour la première à clore l’enquête lorsque les informations recueillies apparaissent redondantes et pour la seconde à solliciter un tiers que l’on sait intégré au groupe visé par l’enquête afin d’accéder à ces individus pour réaliser l’entretien, l’accès direct étant difficile à établir (Blanchet & Gotman, 2001 [1992]).

7 « Au sens philosophique de ce qui est en acte par opposition à ce qui n’est qu’en puissance » (Dupuy, 2002).

8 Une trémie désigne un tunnel court permettant à une voie de circulation de passer en dessous d’une autre. Quand la voie du dessus sert de digue, comme c’est le cas ici pour la voie ferrée, les trémies constituent des points faibles lorsque l’eau s’y engouffre.

9 Cette bataille a eu lieu le 27 juillet 1214 et a opposé le roi de France Philippe Auguste, ses chevaliers et les milices communales à l’empereur allemand du Saint Empire romain germanique Otton IV, allié du roi d’Angleterre Jean sans Terre, et soutenu par Guillaume, comte de Salisbury, ainsi que par deux grands vassaux français, Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, et Ferrand, comte de Flandre. Tombée dans l’oubli, elle réapparait dans la mémoire collective, c'est-à-dire dans les programmes d’enseignement à l’école, à partir de 1870, où elle symbolise la première victoire française face aux Allemands. Après 1945, les références à cette bataille disparaissent à nouveau : « Que viendrait faire Bouvines dans un enseignement donné aux enfants d’une Europe rassemblée ? » (Duby, 1971).

10 Pour une approche en français de la pensée d’Alfred Schutz, voir la traduction de Thierry Blin (Schutz, 1998).

11 Iramuteq© signifie : « Interface de R pour les analyses multidimensionnelles de textes et de questionnaires ». Il a été développé par Pierre Ratinaud et Sébastien Dejean du laboratoire LERASS (Laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales, EA 827).

12 Lettre de Sœur Rose Augustine Marcel de la Visitation Sainte Marie datée de1840 et publiée à la suite de la Lettre pastorale de Monseigneur l’Archevêque d’Avignon au sujet des désastres occasionnés par l’inondation, Cote Ms. 2976, bibliothèque Ceccano à Avignon.

13 Par fluidité, on entend ici le faible nombre de relances au cours de l’entretien.

14 Les formes sont les unités graphiques qui composent le texte, l’occurrence est le nombre de fois qu’apparaît chaque forme graphique. La lemmatisation quant à elle est l’opération qui consiste à « se donner des règles d'identification permettant de regrouper dans de mêmes unités les formes graphiques qui correspondent aux différentes flexions d'un même lemme. Pour lemmatiser le vocabulaire d'un texte écrit en français, on ramène en général : les formes verbales à l'infinitif, les substantifs au singulier, les adjectifs au masculin singulier et les formes élidées à la forme sans élision » (Lebart & Salem, 1994).

15 Cette notion s’inspire du qualificatif « socio-naturel » développé par Charvolin, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « expérience d'un événement »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-1.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Figure : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « mémoire d'un événement transmise par les proches »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-2.png
Fichier image/png, 5,8k
Titre Figure : Graphique représentant le croisement des variables « soupçons » et « mémoire, culture, connaissance générales du risque »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-3.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Figure : Graphique des similitudes réalisé à partir de l'analyse avec Iramuteq© des textes de 1755, de 1840 et de l'entretien de 2003
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-4.png
Fichier image/png, 78k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-5.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire du texte de 1755 par le logiciel Iramuteq©
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-6.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Figure : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire du texte de 1840 par le logiciel Iramuteq©
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-7.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Figure  : Graphique représentant le degré d’association (par le calcul du Khi²) du terme « eau » à chacun des thèmes issus de la classification du vocabulaire de l’entretien de 2003 par le logiciel Iramuteq©
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8937/img-8.png
Fichier image/png, 2,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Labeur, « Raconter l’inondation : quand les récits de catastrophes se font mémoire du risque », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 45-54.

Référence électronique

Christine Labeur, « Raconter l’inondation : quand les récits de catastrophes se font mémoire du risque », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8937 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8937

Haut de page

Auteur

Christine Labeur

Docteur en sociologie DESMID UMR 7300 ESPACE Aix-Marseille-Université Europôle méditerranéen de l'Arbois BP 80 - Bâtiment Laennec - Avenue Louis Philibert 13 545 Aix-en-Provence Cedex 04 labeur.christine@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page