Navigation – Plan du site
Articles

Diversité des savoirs relatifs aux milieux aquatiques : quels impacts pour la restauration écologique ? Le cas des bras morts du Rhône et de l’Ain

The diversity of knowledge relative to wetlands : what impacts for their ecological restoration ? The case of abandoned meanders of the Rhône and the Ain
Marylise Cottet et Hervé Piégay
p. 15-30

Résumés

L’articulation des savoirs locaux et scientifiques est l’un des principaux enjeux de la gestion concertée des milieux aquatiques. Les projets de restauration écologique interrogent plus particulièrement les savoirs relatifs aux évolutions environnementales. Ces derniers contribuent en effet à fixer les références environnementales et/ou les objectifs à atteindre. L’hétérogénéité des savoirs propres aux différentes catégories d’acteurs d’un projet est susceptible de compromettre la prise de décision concertée. Il importe donc de mieux l’appréhender.

Le présent article vise, grâce à des entretiens semi-directifs traités par analyse de contenu, à caractériser les savoirs locaux liés à l’évolution des milieux de bras morts, en vue de les comparer aux connaissances scientifiques. Ces zones humides fluviales typiques du fleuve Rhône et de la rivière d’Ain font en effet l’objet de travaux de restauration écologique depuis les années 2000. Quatre groupes d’acteurs locaux sont considérés : des usagers et des élus locaux (également usagers) vivant à proximité des bras morts, ces deux groupes étant échantillonnés le long du Rhône et de l’Ain.

Les évolutions subies par les bras morts depuis le milieu du XXème siècle apparaissent relativement bien connues par l’ensemble des personnes interrogées. Néanmoins, seul le groupe des élus locaux semble connaître en partie les facteurs et les processus ayant induits ces évolutions. Cette hétérogénéité des savoirs n’a pas donné lieu à des conflits majeurs dans le cas de la restauration des bras morts du Rhône et de l’Ain car les représentations que les acteurs locaux et les scientifiques ont de la référence environnementale se rejoignent en pratique. Néanmoins, dans d’autres cas, elle pourrait remettre en cause la définition d’objectifs plausibles pour la restauration écologique. Ces résultats confirment l’intérêt d’un apprentissage pour favoriser la co-construction des projets et soulignent le rôle des spécialistes (gestionnaires et scientifiques) dans la diffusion des savoirs.

Haut de page

Texte intégral

Cette recherche a été réalisée dans le cadre d’un doctorat financé par une allocation ministérielle de recherche de l’Université Lyon 3. Elle a également bénéficié d’un financement dans le cadre de l’accord cadre ZABR/ Agence de l’eau (volet observation sociale du fleuve).
Cet article repose sur les discours d’habitants qui ont accepté de participer aux entretiens et de nous livrer leur mémoire des environnements. Le temps de la recherche n’est pas le temps de la société et certains d’entre eux nous ont malheureusement déjà quittés. Cet article leur est dédié.
Enfin, nous tenions à remercier Yves-François Le Lay qui a coordonné ce numéro, ainsi qu’Anne Rivière-Honegger et les relecteurs qui ont accepté d’évaluer ce travail et qui ont contribué, par leurs remarques, à l’améliorer.

1Afin de pallier la dégradation des écosystèmes, les projets de restauration écologique se multiplient, en France, depuis les années 1990. Ces premières expériences ont donné lieu à une importante réflexion scientifique et ont conduit à une évolution des pratiques. On insiste en effet désormais sur l’importance de construire les projets de restauration écologique sur la base d’objectifs précis, co-définis par l’ensemble des acteurs concernés par le projet. Ce nouveau contexte participatif pose la question de la diversité des savoirs scientifiques et locaux et de leur possible conciliation pour définir des projets raisonnés de gestion. Cette recherche contribue à cette réflexion à partir d’une étude de cas : la restauration écologique des bras morts du fleuve Rhône et de son affluent la rivière d’Ain.

Problématique et objectifs

Une évolution des pratiques de restauration

Des restaurations basées sur une référence historique aux restaurations basées sur des objectifs

2A leur commencement, dans les années 1980 et le début des années 1990, les projets de restauration étaient en général menés selon une référence statique et visaient à rétablir un état antérieur à la perturbation (Dufour et Piégay, 2009). C’est ainsi que Bradshaw (1997), l’un des pères de l’écologie de la restauration, écrit que « restaurer, c’est rétablir un état originel ». Dans la pratique, puisque l’environnement est le résultat d’interactions millénaires entre les sociétés et les écosystèmes, la définition des conditions originelles est délicate, voire impossible (Palmer et al., 2005 ; Hobbs, 2007 ; Nilsson et al., 2007). Quand bien même serait-elle possible, la restauration de structures ou de fonctions passées est, dans bien des cas, irréaliste. Les écosystèmes sont des structures dynamiques qui suivent des trajectoires non linéaires, tant et si bien que les conditions actuelles (climat, colonisation par des espèces non natives, occupation du sol…) peuvent être incompatibles avec le rétablissement de l’état historique (Hobbs, 2007 ; Nilsson et al., 2007). Cette conception de la référence est donc aujourd’hui critiquée dans la mesure où elle apparaît comme une vision fixiste n’intégrant pas le temps long (Stanford et al., 1996 ; Bravard, 2003 ; Dufour, 2007). Ces considérations ont conduit la communauté scientifique à revoir sa conception de la restauration. Les projets sont aujourd’hui construits selon des objectifs concrets plutôt que selon des références historiques (Dufour et Piégay, 2009). Pourtant, les acteurs locaux non spécialisés (riverains, usagers…) restent traditionnellement attachés aux environnements et aux paysages d’antan (Germaine, 2011), et souhaitent voir leur rétablissement dans le cadre des projets de restauration. Les mêmes références historiques qui font l’objet de critiques par la communauté scientifique sont celles qui sont invoquées par les non spécialistes pour orienter la restauration des environnements. Ces contradictions sont d’autant plus sensibles que l’on assiste, depuis les années 1990, à une seconde évolution en matière de restauration écologique : l’élargissement du cercle des acteurs impliqués dans l’élaboration des projets.

Un élargissement du cercle des acteurs impliqués dans les projets

3Fixer des objectifs de restauration fait appel à des représentations et à des valeurs (Davis et Slobodkin, 2004 ; Hobbs, 2007). Comment privilégier un objectif plutôt qu’un autre ? Un des enjeux essentiels de l’écologie de la restauration est de définir les priorités d’action (Miller et Hobbs, 2007 ; Nilsson et al., 2007). Or, cette hiérarchisation des objectifs n’est en rien une prérogative scientifique, mais relève d’une réflexion sociale. Ainsi, il semblerait que l’un des plus grands défis de l’écologie de la restauration soit d’intégrer les aspirations sociales aux objectifs de restauration (Hobbs et al., 2004). Le nombre de publications scientifiques qui promeuvent cette dimension sociale de la restauration fait apparaître ce nouvel enjeu comme une évidence, voire une nécessité (Cairns, 1995 ; Higgs, 1997 ; Naveh, 1998 ; Hull et Robertson, 2000 ; Lesaffre et Décamps, 2001 ; Pfadenhauer, 2001 ; Bazin et Barnaud, 2002 ; Donadieu, 2002  ; Charles et Kalaora, 2003 ; Davis et Slobodkin, 2004 ; Naveh, 2005 ; Dufour, 2007 ; Hobbs, 2007 ; Dufour et Piégay, 2009). De fait, les décisions ne peuvent plus être prises unilatéralement par les spécialistes mais doivent faire l’objet d’une démarche concertée, associant l’ensemble des acteurs concernés par le projet (Depraz, 2004 ; Pahl-Wost, 2006) : scientifiques, gestionnaires, mais aussi élus, usagers, voire simples riverains. Ces considérations ont été transcrites dans la réglementation liée à l’eau (DCE, 2000 ; lois sur l’eau de 1992 et de 2006). On observe ainsi une implication accrue d’acteurs locaux non spécialistes, tels que des élus ou des usagers, via des instances locales de concertation comme la commission locale de l’eau (CLE d’un SAGE).

Une hétérogénéité de savoirs susceptibles d’induire une diversité de valeurs

4Si la concertation entre spécialistes et non spécialistes est formalisée au sein de ces instances, la discussion entre acteurs, de même que la prise de décision, demeurent délicates. Ces deux groupes d’acteurs se singularisent en effet par une hétérogénéité de savoirs : les premiers ont acquis un savoir scientifique, tandis que les seconds ont développé, dans le cadre d’usages ou de pratiques spécifiques des territoires (activités agricoles, piscicoles, cynégétiques…), des savoirs dits locaux, vernaculaires ou profanes (Fortier, 2005). Alors que les savoirs locaux sont subjectifs et contextualisés, le savoir scientifique se veut objectif et universel (Moller et al., 2004 ; Collignon, 2005). Appliquée à la prise de décision environnementale, cette hétérogénéité des savoirs peut engendrer certaines difficultés. Elle est en effet susceptible d’induire une diversité de représentations et de valeurs à l’égard des environnements (Helford, 2000 ; Ryan, 2000 ; Larrère, 2002) et, donc, de complexifier l’obtention d’un accord au sujet des objectifs de restauration à atteindre dans le cadre d’un projet. Afin de promouvoir les échanges au sein des instances de concertation, il semble donc utile de mieux connaître les savoirs développés respectivement par les acteurs spécialistes et non spécialistes vis-à-vis des environnements. Les connaissances des spécialistes sont diffusées via la production scientifique et, par conséquent, une analyse bibliographique permet d’appréhender ces connaissances. L’identification des savoirs locaux doit reposer sur d’autres approches : l’enquête est en particulier susceptible d’y contribuer.

Objectifs de l’article

5Dans la mesure où la connaissance des environnements constitue la base du dialogue entre les acteurs impliqués dans les instances de concertation, il semble utile de mieux les appréhender. Dans le cas des projets de restauration, c’est en particulier les connaissances des évolutions environnementales qui méritent une attention particulière, puisque ces projets sont justifiés avant tout par la dégradation de ces milieux au cours du temps. L’objectif est donc de caractériser les savoirs relatifs à l’évolution des environnements de bras morts, ces zones humides fluviales situées le long du fleuve Rhône et de la rivière d’Ain, et qui ont fait l’objet de travaux de restauration écologique depuis le début des années 2000. Deux catégories d’acteurs locaux seront plus particulièrement prises en considération : des usagers (pêcheurs, chasseurs, agriculteurs…) et des élus locaux impliqués dans la décision publique (maires et conseillers municipaux), tous riverains du fleuve Rhône ou de la rivière d’Ain. Leur savoir relatif aux bras morts sera analysé à partir des discours produits dans le cadre d’entretiens semi-directifs. A la suite de ces analyses, une double comparaison sera effectuée afin de mieux comprendre en quoi les savoirs convergent ou diffèrent :

6- entre le savoir des non-spécialistes (usagers et élus locaux) et des spécialistes ;

7- entre le savoir des usagers et des élus locaux. Le groupe des élus ayant été choisi pour son implication dans des structures locales de concertation, on pourra évaluer l’impact d’une participation à de telles instances et l’impact des discours scientifiques sur sur le discours d’autres acteurs participant à ces groupes de concertation.

8Les résultats permettront de discuter d’éventuelles perspectives pour améliorer la définition concertée des objectifs de restauration, en lien notamment avec les démarches d’éducation environnementale.

Contexte environnemental et méthodologie

Evolution des environnements de bras morts du Rhône et de l’Ain : quelles connaissances scientifiques du contexte environnemental ?

9Le Rhône et l’Ain abritent des milieux écologiquement remarquables, les bras morts. Ces deux cours d’eau présentent au XIXe s. un style en tresses (Bravard, 1987 ; Bravard et al., 1989 ; Piégay et Citterio, 2000). Leurs plaines alluviales formaient des réseaux de chenaux qui migraient à la faveur des crues, certains d’entre eux étant régulièrement abandonnés (fig. 1).

Figure 1 : Photographies de bras morts sur le Rhône et sur l’Ain

Figure 1 : Photographies de bras morts sur le Rhône et sur l’Ain

A : ancien méandre du Saugey dans le secteur de Brégnier-Cordon, 2009 ; B : bras mort de Martinaz dans le secteur de Mollon, 2010 ; ressource BD ortho© IGN

10C’est ainsi que naissaient les bras morts. Ils représentent, aux yeux des acteurs de l’eau, la richesse du patrimoine fluvial. Habitats abritant une grande diversité floristique et faunistique, les bras morts assurent certains services écosystémiques tels que la recharge des nappes phréatiques, le filtrage des eaux, ou encore l’écrêtement des crues (Piégay et Citterio, 2000). Au cours des dernières décennies, les bras morts ont connu, sur le Rhône comme sur l’Ain, une forte régression spatiale. C’est la prise de conscience de ces disparitions et des impacts environnementaux qu’elles occasionnent qui a donné lieu, au début des années 2000, à des projets de restauration écologique :

11- sur le Rhône : le programme de réhabilitation du Haut-Rhône (2003) ;

12- sur l’Ain : le programme LIFE Nature (2002).

13Les deux projets visent à reconnecter, par des travaux d’ingénierie, les bras morts au chenal principal afin de rétablir le fonctionnement de ces milieux humides (fig. 2).

Figure 2 : Restauration des lônes de Chautagne sur le Rhône

Figure 2 : Restauration des lônes de Chautagne sur le Rhône

(date du cliché : 17/11/2003)

14Si les bras morts du Rhône et de l’Ain ont connu une évolution globalement comparable, les deux systèmes se caractérisent en réalité par des histoires environnementales différentes, en particulier en ce qui concerne la temporalité des évolutions et les facteurs qui les ont occasionnées (fig. 3). C’est cette évolution différenciée qui a orienté le choix de ces deux terrains pour l’enquête. Une étude comparative des discours tenus au sein de chaque territoire fluvial permet en effet de saisir dans quelle mesure les connaissances relatives aux évolutions environnementales sont influencées par le contexte local.

Figure 3 : Chronologie de la disparition des bras morts sur le Rhône et l’Ain

Figure 3 : Chronologie de la disparition des bras morts sur le Rhône et l’Ain

Le Rhône, une histoire marquée par des grands aménagements

15Pour répondre aux besoins des sociétés humaines, le fleuve Rhône a été, depuis longtemps, intensément régulé et ses marges exploitées. L’histoire du Rhône se singularise par trois phases principales (Bravard, 1987) : le fleuve naturel, le fleuve corrigé, et le fleuve aménagé. Le premier correspond au fleuve tressé. La seconde moitié du XIXe s. marque le début des aménagements : après la construction de digues longitudinales insubmersibles, sont réalisées des digues longitudinales submersibles destinées à favoriser la navigation. Elles créent un système de compartiments (« casiers Girardon ») qui concentrent les eaux dans un chenal unique aux berges stabilisées. La troisième phase d’aménagement se rapporte à l’installation de barrages hydro-électriques par la CNR (de 1948 à 1986, le premier étant celui de Génissiat, suivi par 18 barrages au fil de l’eau). Les barrages au fil de l’eau consistent à dériver (grâce à un barrage de dérivation) une partie des débits dans des canaux, court-circuitant ainsi l’ancien cours du fleuve appelé « vieux Rhône ». Les évolutions du fleuve, en réponse à ces aménagements, ont fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques, menées en particulier dans le cadre du programme interdisciplinaire PIREN Rhône (Roux et al., 1982) puis, aujourd’hui, dans le cadre du plan Rhône. Elles s’appliquent à mettre en évidence les impacts morphodynamiques engendrés par les aménagements ainsi que leurs conséquences sur différents descripteurs biologiques. La synthèse qui suit s’appuie entre autres sur le bilan des connaissances scientifiques acquises dans ce domaine (Fruget, 2003).

16Sur le plan morphodynamique, les différents ouvrages ont engendré l’enfoncement du lit mineur et l’alluvionnement des secteurs protégés par les digues. La stabilisation des berges se traduit par une colonisation végétale : les îles et les berges, initialement couvertes de graviers et de jeunes saules, sont colonisées par des forêts (Pautou et al., 2003 ; Bravard et al., 2006). Enfin, ces endiguements ont contribué à l’assèchement de la plupart des bras du fleuve : on estime que la diminution de la surface en eau des bras morts du Haut-Rhône entre 1850 et 1960 atteint plus de 80% (Salvador 1983). Les aménagements CNR ont accentué ces évolutions, compromettant la plupart des mécanismes fonctionnels du fleuve : la dynamique latérale, largement entravée par les enrochements du XIXe s., disparaît totalement ; la dynamique verticale est également interrompue à la suite de l’enfoncement du lit et de sa fixation par pavage ; la continuité longitudinale est rompue par l’aménagement des barrages (Fruget et Michelot, 1997)..

17Les différents aménagements du fleuve Rhône conduisent ainsi au cloisonnement des écosystèmes alluviaux et à une moindre diversité des habitats, autant d’évolutions qui affectent la diversité floristique et faunistique. Les endiguements et leurs conséquences géomorphologiques (augmentation de la profondeur et de la pente de la berge), combinés à la construction des barrages et aux impacts qu’ils occasionnent (vidange et marnage), ont eu des répercussions sur les peuplements de poissons et en particulier sur les stades juvéniles. On assiste, sur le Haut-Rhône, au déclin de nombreuses espèces, en particulier celui des salmonidés, du barbeau fluviatile, du vairon, du blageon, du goujon, de la loche franche, ainsi qu’à la disparition de l’apron (Persat et al., 1995). La présence d’autres espèces, telles que le gardon et le chevaine, s’accroit sur le Haut-Rhône. Ces évolutions marquent une convergence des peuplements entre l’amont et l’aval à l’échelle du Rhône. Les espèces d’invertébrés aquatiques observées sur le Haut-Rhône ont également subi d’importantes transformations (Dessaix et al., 1995). Pour la flore, les conséquences des aménagements ne sont pas moins marquées : on note en particulier, sous l’effet de la mise hors d’eau, de l’enfoncement du lit et du stockage d’une importante quantité d’eau dans les réservoirs (Génissiat), une progression des populations de bois dur aux dépens des forêts de bois tendre (Pautou et al., 2003). Le développement d’espèces exotiques invasives est par ailleurs tout à fait tangible, tant au sein des communautés floristiques (Solidago gigantea, Impatiens glanduliflora, Fallopia sachalinensis…) que faunistiques (Pectinatella magnifica, Pacifastacus leniusculus…) (Olivier et al., 2009). Cela s’explique essentiellement, pour les poissons, par des introductions volontaires (Persat, 1988), tandis que pour les 30 espèces exotiques d’invertébrés connues à ce jour sur le Rhône (Olivier et al., 2009), cela est principalement lié au développement de la navigation et aux modifications d’habitats induits par les aménagements CNR (création de conditions favorables à leur développement). Enfin, la faune aquatique a pu évoluer sous l’effet d’une modification de la qualité des eaux : sur le Haut-Rhône, la qualité biologique des eaux est jugée correcte, sauf pour les poissons (Lascombe, 2008). Ce secteur du fleuve a en effet fait l’objet de pollutions accidentelles au cours des dernières décennies, en particulier par des micropolluants organiques (PCB).

L’Ain, une évolution marquée avant tout par une déprise pastorale

18La basse vallée de l’Ain n’a pas fait l’objet d’aménagements systématiques : si certains aménagements ont été réalisés (construction et mise en service de 5 barrages réservoirs par EDF entre 1931 et 1970), ils concernent la partie amont de la vallée. La rivière est restée globalement plus « naturelle » sur son tronçon aval. Pourtant, on constate des évolutions géomorphologiques (Bravard et al., 1989) globalement équivalentes à celles observées sur le Rhône. Alors que les déplacements de l’Ain créaient, jusque dans les années 1970, des bras morts par recoupement, leur nombre est stable depuis les années 1980 (Rollet, 2007). Cette absence de renouvellement, couplée à des phénomènes d’atterrissement (qui se traduisent par l’apparition de boisements et par la progression des espèces de bois dur au détriment des espèces de bois tendre (Marston et al., 1995 ; Piégay et al., 2003) et d’un enfoncement du lit, a conduit à la régression spatiale de ces milieux et de leur spécificité. De fait, la moitié des bras morts de l’Ain aurait disparu au cours des trente dernières années, et seule une vingtaine reste fortement active (Faverot, 2006). La qualité des eaux de la basse vallée est estimée comme relativement bonne. Les pressions les plus importantes sont occasionnées par les rejets industriels et domestiques et par la pollution diffuse agricole (Gay Environnement, 2003). Depuis 2003 cependant, de nombreuses stations d’épuration ont été mises en service. Pour la faune piscicole, alors que le secteur de la vallée occupé par les barrages réservoirs a fait l’objet d’une évolution importante de la composition spécifique (les espèces rhéophiles qui occupaient autrefois la rivière non aménagée se raréfient au profit d’espèces lénitophiles telles que la brème commune, la brème bordelière, la carpe ou le sandre…) (Raymond, 2005), le secteur de la basse vallée ne semble pas avoir subi d’importants bouleversements depuis le début du XXe s., à l’exception des migrateurs (alose, lamproie, anguille) (Mallet, 1999, en référence au recensement de Léger, 1926). Ce secteur accueille des espèces aux exigences écologiques diverses, à la fois rhéophiles (barbeau, vairon, hotu, ombre) et limnophiles (tanche, carpe, brême). Néanmoins, la tendance au réchauffement observée sur la vallée de l’Ain (données continues depuis 1977, EDF-DTG) pourrait, à terme, affecter significativement la faune piscicole, puisque la température est un facteur clé de la structuration et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques (distribution spatiale des organismes, métabolisme, croissance, reproduction, état sanitaire) et qu’elle joue un rôle significatif dans les invasions biologiques. La rivière d’Ain fait d’ores et déjà l’objet d’épisodes d’invasions biologiques variés (écrevisse américaine, moule zébrée, silure, cormoran, différents taxons d’algues et de macrophytes), dont l’ampleur est encore mal connue.

19Les recherches scientifiques tendent à montrer que les évolutions géomorphologiques observées dès le milieu du XXe s. ne sont pas directement induites par les aménagements de la rivière, comme c’est le cas sur le Rhône. Elles s’expliqueraient avant tout par les transformations des pratiques agricoles dans le lit majeur : la plupart des marges fluviales étaient traditionnellement pâturées ou labourées (Piégay et al., 2003). L’abandon de ces pratiques, après la Seconde guerre mondiale, et la recolonisation végétale qui s’en suivit, ont contribué à la rétraction du lit mineur. Néanmoins, la construction de barrages dans les gorges de l’Ain, à partir de 1931, a vraisemblablement accentué la métamorphose du style fluvial en réduisant les pics de crue et la disponibilité de la charge sédimentaire (Piégay et Citterio, 2000). Le stockage conséquent de la ressource en eau dans les réservoirs tend à diminuer significativement les débits à l’aval des barrages et est ainsi susceptible de contribuer à l’élévation des températures et à la dégradation des habitats pour la faune aquatique.

Une analyse de discours des riverains du fleuve Rhône et de la rivière d’Ain : méthodologie

20Les évolutions historiques décrites ici résultent d’une synthèse de la littérature scientifique relative aux bras morts du Rhône et de l’Ain. C’est sur ces connaissances que les spécialistes s’appuient pour définir les objectifs de restauration écologique. Mais qu’en est-il des non-spécialistes ? Quelles connaissances ont-ils acquis en ce qui concerne l’évolution des milieux ? Et en quoi ces connaissances affectent-elles leurs représentations ? Ces questions ont guidé la réalisation d’une enquête par entretiens semi-directifs auprès de 31 riverains du fleuve Rhône et de la rivière d’Ain (hiver 2006-printemps 2007).

La population cible

21Trente et un riverains ont été interrogés dans le cadre de l’enquête : 15 d’entre eux vivent au bord de l’Ain dans la basse vallée et 16 d’entre eux, au bord du Rhône à l’amont de Lyon, dans le secteur du « Haut-Rhône » (fig. 4). Dans la mesure où ces entretiens visent à qualifier les savoirs locaux des évolutions environnementales, et où ces savoirs sont issus de l’expérience, l’âge constitue un critère déterminant de l’échantillonnage. Il était en effet souhaité que les riverains interrogés aient un regard historique sur ces environnements pour pouvoir comparer leurs connaissances à celles des spécialistes. De fait, toutes les personnes interrogées avaient plus de 60 ans au moment de l’enquête (le plus jeune étant âgé de 60 ans et le plus vieux âgé de 86 ans, la population expérimentale ayant un peu plus de 72 ans en moyenne). Elles avaient donc toutes au moins une dizaine d’années à la fin des années 1940, avant la grande phase d’aménagement hydraulique du Haut-Rhône et le boisement spontané du corridor alluvial de l’Ain. Elles ont donc pu faire l’expérience des environnements de bras morts au cours de leur enfance et de leur adolescence, avant que ne se manifestent les grandes transformations environnementales et paysagères mentionnées plus haut.

Figure 4 : Localisation des communes où les entretiens ont été réalisés et profil sociologique des individus enquêtés

Figure 4 : Localisation des communes où les entretiens ont été réalisés et profil sociologique des individus enquêtés

22Toutes les personnes interrogées étaient et sont encore, pour la plupart d’entre elles, des usagers réguliers du Rhône ou de l’Ain. Autrefois, on se rendait dans ces milieux pour y réaliser certaines activités agricoles (pâturage, exploitation forestière et céréalière…) ou pour y prélever certaines ressources (champignons, petit bois pour le chauffage et la cuisson…) (Cottet, 2010 ; 2013). La pêche et la chasse étaient également des usages traditionnellement associés à ces milieux. Ils demeurent aujourd’hui bien présents. Un tiers des personnes interrogées ne sont néanmoins pas de simples usagers puisqu’elles sont investies, au moment de l’enquête, d’une charge électorale (maires ou conseillers municipaux). Elles sont impliquées dans la décision publique et sont donc amenées, dans ce contexte, à fréquenter d’autres acteurs et à dialoguer avec eux, à commencer par des spécialistes en environnement (gestionnaires et scientifiques). Cela est d’autant plus vrai que les élus locaux interrogés dans le cadre de l’enquête ont été choisis pour leur grande sensibilité à l’égard de la préservation des milieux aquatiques. Sur l’Ain, ils sont membres de la CLE et participent à ce titre à la gestion des milieux aquatiques. Sur le Haut-Rhône, dans la mesure où le SAGE n’est pas encore défini, les élus locaux retenus pour l’enquête sont les principaux interlocuteurs du Syndicat de gestion du Haut-Rhône. Ce sont eux qui s’impliquent dans les discussions et les décisions relatives à la gestion du fleuve et de ses bras morts. La comparaison des groupes de « simples usagers » et « d’usagers-élus » (dénommés ci-après respectivement usagers et élus) permettra de mieux comprendre en quoi une participation à la décision publique et des échanges avec des acteurs experts peuvent influencer les connaissances et les représentations associées à un environnement et à ses évolutions.

23Les personnes interrogées ont été échantillonnées grâce à la méthode dite de « boule de neige » (Berthier, 2008). Les premières personnes contactées dans le cadre de cette enquête constituent des référents locaux proches des acteurs de l’eau, en vertu d’une charge électorale ou d’une adhésion associative.

Tableau 1 : Profil sociologique des individus auprès desquels les entretiens ont été menés

Tableau 1 : Profil sociologique des individus auprès desquels les entretiens ont été menés

La grille d’entretien

24La grille d’entretien a été construite en deux parties (tabl. 2). La première concerne le vécu des riverains et leur expérience des bras morts au cours de leur enfance et de leur adolescence (description des paysages et des pratiques associées aux milieux). La seconde partie s’intéresse à leurs connaissances de l’évolution des milieux et des pratiques qui leur sont traditionnellement associées. Les questions posées amènent les individus à s’interroger sur les facteurs responsables des évolutions décrites.

Tableau 2 : Grille d’entretien

Tableau 2 : Grille d’entretien

25Le même canevas a été respecté dans les deux sites afin que les discours aient une composition homogène et qu’une comparaison soit possible. A cette seule condition il était possible de comparer les discours des différents individus. En vue de l’analyse, les entretiens ont été intégralement retranscrits et ont fait l’objet d’une analyse de contenu.

Un traitement par analyse de contenu

26La méthode de l’analyse thématique de contenu est « un examen objectif, exhaustif, méthodique et, si possible, quantitatif d’un matériel constitué par des communications verbales (…) en vue d’en classer et d’en interpréter les éléments » (Berelson, 1954). C’est le contenu sémantique (c’est-à-dire les thèmes abordés dans les discours) qui fait l’objet de l’analyse. Cette méthode d’analyse favorise la caractérisation des savoirs et des représentations propres à une personne (Negura, 2006). L’analyse de contenu consiste donc à identifier dans un texte, oral ou écrit, les unités sémantiques nommées « thème ». Ces « noyaux de sens » (Bardin, 1993) peuvent ensuite être caractérisés par leur fréquence d’apparition dans le discours, et interprétés en fonction de l’objectif analytique retenu.

27Afin de ne pas imposer les constructions intellectuelles du chercheur chargé de l’analyse, il a été décidé de ne pas partir d’une typologie constituée a priori. Les thèmes ont été définis au fur et à mesure de l’analyse des entretiens, de manière à répondre aux objectifs de l’enquête précisés ci-dessus. Ils se rapportent :

28- aux évolutions environnementales observées par les individus ;

29- aux causalités supposées de ces évolutions ;

30- aux différents jugements portés par les individus sur ces évolutions. A été codée comme tels toute portion du discours présentant un parti pris ou une valeur appréciative.

31Le codage a donné lieu à un tableau disjonctif complet : la valeur 1 est rentrée dans la table lorsque l’individu a mentionné le thème dans son discours, tandis que la valeur 0 y est inscrite lorsque le thème est absent du discours. Au terme de ce codage, une analyse quantitative a été menée. D’une part, la proportion des individus ayant mentionné chaque thème a été calculée. Cette métrique favorise la compréhension des savoirs dans la mesure où elle souligne quelles sont les observations partagées par les différents groupes d’acteurs. Elle met donc en évidence les savoirs dominants. D’autre part, des ACM (analyses des correspondances multiples) ont été réalisées afin d’identifier une éventuelle différence de savoirs entre les usagers et les élus locaux et entre les riverains de l’Ain et du Rhône. Des tests statistiques de type Monte Carlo ont été effectués de manière à juger de la significativité de la discrimination des quatre groupes. On cherche à réfuter l’hypothèse H0 selon laquelle l’existence des classes n’a pas d’influence sur la réponse. On considère pour ce faire la métrique correspondant au rapport entre la variabilité dans les réponses pouvant être expliquée par l’existence de ces classes (Inertieinter) et la variabilité totale des réponses (Inertietotale). La distribution de la variable (Inertieinter / Intertietotale) sous hypothèse H0 peut être décrite empiriquement, c’est-à-dire en calculant de nombreuses réalisations aléatoires de cette variable. Chacune de ces réalisations correspond à une valeur prise par la variable lorsque les classes sont assignées au hasard aux différentes réponses obtenues. La significativité de l’effet des groupes sur la réponse est déterminée à travers la p-value, qui correspond à la probabilité que la variable (Inertieinter / Intertietotale) soit supérieure à la valeur observée sous hypothèse H0. Une probabilité faible conduit en effet à rejeter cette hypothèse (Mooney, 1997).

Résultats

Evolutions environnementales mentionnées dans les discours

32De nombreuses évolutions environnementales ont été observées, depuis le milieu du XXe s., par les 31 personnes interrogées (fig. 5). Elles se rapportent aux trois composantes faunistique, aquatique et végétale. C’est l’évolution de la faune, et en particulier de la faune terrestre, qui a été la plus mentionnée dans les discours (90% de citation). La faune piscicole a également largement retenu l’attention des personnes interrogées : non seulement les poissons ont vu leur effectif diminuer (71% de citation), mais les espèces présentes dans le milieu ont également subi d’importantes modifications (68% de citation). L’évolution des plans d’eau de bras morts est également largement abordée dans les discours. Plus de 80% des entretiens mentionnent une diminution de la profondeur d’eau au cours du temps, et plus de 60% d’entre eux font allusion à une diminution de la qualité de l’eau. Pour justifier leurs observations, les personnes interrogées s’appuient sur différents critères : la végétation aquatique, puis la quantité de poissons, la couleur de l’eau et l’odeur dégagée par la masse d’eau. Enfin, les discours accordent une grande place aux évolutions de la végétation qui borde les bras morts. Si une augmentation de la superficie boisée est fréquemment mentionnée (51% de citation), c’est l’enfrichement associé à une présence importante de bois morts qui marque avant tout les esprits (71% de citation). Ainsi, les riverains interrogés dans le cadre de l’enquête ont observé une évolution importante des bras morts aux plans faunistique, aquatique et végétal. Mais la connaissance de ces évolutions varie-t-elle en fonction du profil des individus ? Elus et usagers peignent-ils une description homogène des évolutions subies par les bras morts ?

Figure 5 : Evolutions environnementales mentionnées dans les discours et pourcentage des répondants (n = 31) les ayant citées

Figure 5 : Evolutions environnementales mentionnées dans les discours et pourcentage des répondants (n = 31) les ayant citées

33L’analyse ACM inter-classes apporte des éléments de réponse (fig. 6). Que ces usagers vivent à proximité de l’Ain ou du Rhône, leurs discours apparaissent très semblables. Cependant, on note une individualisation des discours tenus par les élus riverains du Rhône d’une part, et par les élus riverains de l’Ain, d’autre part. C’est en particulier l’axe F1 qui discrimine les observations réalisées. Il semblerait en effet que les usagers mentionnent plus volontiers que les élus une absence d’évolution des milieux de bras morts. Seuls des usagers jugent la densité végétale équivalente (thème 3) voire décroissante (thème 1) au cours du temps. De la même manière, 11 des 12 personnes n’ayant pas observé d’évolution particulière de la diversité végétale sont des usagers (thème 4). Enfin, les personnes n’ayant pas constaté d’évolution au niveau de la qualité de l’eau sont exclusivement des usagers (thème 21). Il semblerait donc que les usagers aient observé une moindre évolution des milieux que les élus. Cette moindre connaissance concerne en réalité seulement quelques usagers, sans que l’on ait pu identifier un paramètre susceptible de l’expliquer (les individus concernés ne se singularisent ni par des pratiques, ni par une tranche d’âge, ni par une profession spécifiques).

Figure 6 : Résultats de l’analyse ACM inter-classes menée sur les évolutions perçues des bras morts.

Figure 6 : Résultats de l’analyse ACM inter-classes menée sur les évolutions perçues des bras morts.

Jugements de valeur opérés dans les discours

34Les évolutions décrites par les personnes interrogées peuvent donner lieu, dans les discours, à des jugements de valeur. Il est intéressant de souligner que la quasi-totalité de ces derniers est négative. L’évolution subie par les bras morts semble donc être globalement perçue par les riverains comme une dégradation. Ce sont en particulier les évolutions relatives à la faune terrestre et la diminution de sa diversité spécifique qui occasionnent le plus de critiques (64% des entretiens) (fig. 7). La dégradation de la qualité de l’eau est également un constat largement partagé par les riverains (59% des entretiens). Quant aux évolutions touchant la végétation, elles suscitent également beaucoup de critiques : près de la moitié des riverains interrogés se plaignent de l’enfrichement, ainsi que de la diminution de la diversité spécifique végétale. Ainsi, les jugements émis lors des entretiens apparaissent très nettement dépendants des usages associés aux bras morts : l’appauvrissement de la faune et la dégradation de la qualité de l’eau perturbent les pratiques de chasse et de pêche, de même que l’enfrichement entrave l’accès aux milieux et rend la fréquentation difficile. C’est donc avant tout l’existence de freins aux activités récréatives qui suscite un discours négatif chez les riverains. Les autres jugements négatifs largement partagés ne se rapportent pas aux évolutions des milieux proprement dits, mais à l’émergence de pratiques néfastes pour les environnements. Il s’agit en particulier de l’augmentation de l’utilisation de véhicules tout terrain (quad, moto-cross) et de la surfréquentation observée dans certains sites après l’aménagement d’infrastructures dédiées aux loisirs… Là encore, en plus des dégâts que ces pratiques occasionnent envers les milieux, ces jugements négatifs s’expliquent aussi par la gêne que ces nouvelles pratiques engendrent pour les autres pratiquants.

Figure 7 : Jugements émis dans les discours au sujet de l’évolution des bras morts et pourcentage des répondants les ayant exprimés (n = 31).

Figure 7 : Jugements émis dans les discours au sujet de l’évolution des bras morts et pourcentage des répondants les ayant exprimés (n = 31).

35Les jugements portés sur l’évolution des milieux présentent des spécificités en fonction du cours d’eau (Ain/Rhône) et du type d’acteur (usagers/élus) considérés. L’analyse ACM inter-classes menée sur les jugements est en effet significative d’après le test de Monte Carlo (fig. 8). Les jugements des élus et des usagers se distinguent dans la mesure où les premiers évoquent plus spontanément que les seconds certaines évolutions favorables aux milieux. En particulier, ils perçoivent de manière positive certaines modifications récentes, observées ponctuellement au niveau de certains secteurs ayant fait l’objet de travaux de restauration écologique ou de travaux d’assainissement : ils considèrent en effet que ces travaux ont eu des impacts positifs sur la biodiversité piscicole et végétale (thèmes 18 et 13). De telles observations ne se retrouvent pas dans le discours des usagers.

Figure 8 : Résultats de l’analyse ACM inter-classes menée sur les jugements relatifs aux évolutions des bras morts

Figure 8 : Résultats de l’analyse ACM inter-classes menée sur les jugements relatifs aux évolutions des bras morts

Le facteur discriminant se rapporte au type d’acteur (4 modalités : élus riverains du Rhône, élus riverains de l’Ain, usagers du Rhône et usagers de l’Ain)

36La différenciation géographique est également très marquée. Ce sont avant tout les élus de l’Ain qui s’individualisent des autres groupes. Ils sont plus enclins que les autres à porter des jugements négatifs sur l’augmentation de la fréquentation des bras morts : ils critiquent la surfréquentation des sites, la diversification géographique de la provenance des visiteurs (pêcheurs, chasseurs…) et le développement des loisirs en lien avec la rivière (thèmes 23, 6 et 14), autant de thèmes que l’on observe moins dans les discours des trois autres groupes. Les élus de l’Ain émettent davantage de critiques envers l’environnement végétal des bras morts que les autres groupes : ils incriminent en particulier l’enfrichement (thème 8) et, par conséquent, l’accès plus difficile aux milieux (thème 1). Ils se singularisent enfin par une perception très négative des grandes cultures, qui se sont développées à proximité des bras morts (thème 4). Quant aux élus vivant au bord du Rhône, ils disent regretter la perte du caractère « sauvage » et « authentique » des milieux (thème 2). Plus généralement, c’est la dégradation de l’identité paysagère propre au fleuve Rhône, qui est critiquée (thème 16).

Causalités identifiées dans les discours

37De nombreuses raisons ont été évoquées dans les entretiens pour expliquer ces évolutions. Mais seules deux d’entre elles semblent être partagées par la plupart des personnes interrogées (fig. 9). D’une part, la végétation aurait évolué sous l’effet d’un moindre entretien des milieux par les habitants (71% de citation) : abandon des coupes et des collectes de bois utiles aux besoins quotidiens des riverains (chauffage, four à pain, rempaillage des chaises, confection de cordages…). D’autre part, la diminution des profondeurs d’eau observées dans les bras morts serait liée à l’aménagement des rivières (55% de citation). Si ces deux seules explications, d’ordre très général, sont avancées dans une majorité de discours, c’est que l’on observe une grande hétérogénéité de représentations entre les usagers et les élus quant aux facteurs ayant occasionné une évolution des milieux : alors que seulement quelques causes sont mentionnées par les usagers, les élus avancent des explications beaucoup plus diverses.

Figure 9 : Causalités mentionnées dans les discours pour expliquer les évolutions des bras morts et pourcentage des répondants les ayant citées (n = 31)

Figure 9 : Causalités mentionnées dans les discours pour expliquer les évolutions des bras morts et pourcentage des répondants les ayant citées (n = 31)

38Qu’ils vivent à proximité du Rhône ou de l’Ain, les élus relient les évolutions environnementales à l’incision du chenal (thème 13) et à l’enfoncement de la nappe (thème 28) et, de fait, à une moindre humidité du milieu (thème 10) (fig.6). Mais outre ces points communs, les discours des élus riverains de l’Ain et du Rhône sont bien spécifiques. Sur le Rhône, ils expliquent les évolutions des bras morts avant tout par l’anthropisation du cours d’eau (aménagement du chenal), par le développement de l’industrie et des pollutions qui lui sont associées (pollution aux PCB notamment), ainsi que par les invasions biologiques (thèmes 7, 37 et 12 respectivement). Les acteurs de l’Ain mentionnent quant à eux plus volontiers l’arrêt du pâturage et les processus de sédimentation et d’eutrophisation dans les plans d’eau (thèmes 14, 16 et 17 respectivement). L’ensemble de ces causes ne sont que très rarement mentionnées par les usagers.

Discussion

Une connaissance empirique incontestable des évolutions subies par les bras morts

39Les discours des riverains, qu’ils soient simples usagers ou élus locaux, témoignent d’une connaissance relativement précise des évolutions dont les bras morts ont fait l’objet au cours des cinquante dernières années. La description qui en est faite est relativement proche de celle dont rend compte la littérature scientifique (cf ci-dessus) : les évolutions géomorphologiques mentionnées par les riverains (atterrissement des milieux et transformation induite des communautés végétales) coïncident très largement avec les connaissances scientifiques, de même que les évolutions observées vis-à-vis de la faune terrestre et piscicole s’accordent globalement avec les observations scientifiques. Cette cohérence entre les connaissances des scientifiques et des usagers a déjà été observée sur le Rhône, dans une recherche centrée sur les savoirs locaux des pêcheurs amateurs (Barthélémy, 2005). Cette proximité des savoirs souligne la puissance de l’observation (ce sont des critères sensoriels qui sont utilisés pour évaluer la qualité des milieux ; cf. ci-dessus) et de l’expérience pour l’élaboration d’un savoir environnemental profane : les riverains ont pu acquérir, au gré de leur fréquentation des milieux, une connaissance approfondie des bras morts et de leur dynamique au cours du temps. Certaines limites doivent cependant être soulignées. D’une part, quelques usagers se caractérisent par une moindre connaissance des milieux et de leurs évolutions, sans que l’on ait pu mettre en évidence de facteurs explicatifs (ni l’âge, ni la nature des pratiques n’expliquent cette moindre connaissance). Il conviendrait donc de s’intéresser plus profondément aux parcours individuels des différentes personnes reçues en entretien. D’autre part, les riverains de l’Ain et du Rhône mentionnent une diminution quantitative de la ressource piscicole, dont il n’est pas fait état dans la littérature scientifique. Ou bien, il existe un « silence » des experts sur cette question, lié à un manque de données historiques empêchant de formuler une telle conclusion, ou bien les représentations des riverains font preuve d’une distorsion au regard de l’évolution objective des milieux. Cette hypothèse soulève plus largement la question de la fiabilité de la mémoire individuelle dans la reconstitution des événements historiques. Histoire et mémoire recouvrent en effet des réalités certes enchevêtrées mais différentes (Ricoeur, 2000). Alors que l’histoire est une reconstitution objective du passé, réalisée selon des règles partagées par les historiens, la mémoire est par définition subjective. Elle est reliée à une expérience, et représente la vérité de l’individu qui produit le témoignage : c’est « l’image du passé déposée en lui-même » (Traverso, 2005). Ainsi, l’image que l’on se forge des évolutions environnementales peut tout à fait relever d’une représentation idéalisée du passé. Un tel constat a déjà été réalisé au sujet des paysages de vallées du Nord-Ouest de la France et a été interprété comme un rejet des formes paysagères contemporaines (Germaine, 2011). Pour les bras morts en l’occurrence, l’abondance piscicole mentionnée par les riverains pour décrire les environnements d’antan pourrait relever d’une idéalisation d’un passé propice à la réalisation de leurs pratiques récréatives. Les résultats de l’enquête ont en effet montré que les évolutions environnementales mettant des freins aux activités de loisir suscitaient chez les riverains des jugements particulièrement négatifs (cf. ci-dessus). La diminution de la ressource piscicole mentionnée dans les discours relève peut-être de cette même logique.

Connaître les évolutions environnementales, ce n’est pas les comprendre

40Autant les riverains semblent connaître relativement bien les évolutions dont les bras morts ont fait l’objet, autant la compréhension de ces évolutions apparaît limitée. Parmi les causes évoquées pour expliquer l’évolution des milieux, l’aménagement des cours d’eau et l’abandon des pratiques locales sont les seuls facteurs explicatifs mentionnés par une majorité de riverains. Ces explications sont tout à fait exactes au regard de la littérature scientifique, même s’il a toutefois été montré que les évolutions géomorphologiques de la rivière d’Ain avaient été induites avant tout par l’abandon des pratiques locales, et que la construction des barrages n’avait fait que renforcer la dynamique en cours (Rollet, 2007). Mais elles ne transcrivent qu’une représentation très générale des mécanismes qui ont conduit à l’évolution des bras morts. Les processus écologiques et géomorphologiques impliqués dans la transformation des milieux ne sont évoqués que par une minorité de personnes. C’est plus spécifiquement le groupe des élus locaux qui décrit avec minutie ces processus : ils expliquent l’atterrissement des milieux par l’incision du chenal et par l’enfoncement de la nappe. Et tandis que la dégradation de la qualité des eaux est reliée, dans les discours des élus de la vallée de l’Ain, aux cultures intensives occupant la plaine de l’Ain (à l’origine, selon eux, d’une forte eutrophisation), elle est associée, dans les discours des élus du Haut-Rhône, aux pollutions industrielles. Même si ces analyses gomment la complexité des processus, elles apparaissent tout à fait cohérentes avec les connaissances scientifiques.

41Comment expliquer cette hétérogénéité des connaissances des facteurs responsables des évolutions environnementales ? La population expérimentale se caractérise par des pratiques relativement homogènes. Ce n’est donc pas ce critère qui influence les connaissances. Cependant, les élus locaux se singularisent, au sein de la population expérimentale, par une participation à la décision publique. L’évolution des processus en matière d’aménagement et d’environnement, depuis les années 1970, et la généralisation de la concertation, amène de plus en plus les élus locaux à intervenir dans ces arènes ouvertes et à inscrire la prise de décision dans un processus délibératif public et partagé (Baggioni et al., 2009). Cela se traduit pour eux, entre autres, par une implication dans les instances de concertation locale liées à la gestion de l’eau (CLE notamment). Ces fonctions pourraient donc contribuer à l’élaboration d’une connaissance plus approfondie des milieux. En effet, les élus locaux sont amenés à fréquenter, au sein de ces instances, différents « spécialistes » de la gestion de l’eau (gestionnaires ou scientifiques) et à dialoguer avec eux pour parvenir à une prise de décision. L’adéquation mise en évidence dans le cadre de cette recherche, entre les connaissances acquises par les élus locaux et les connaissances scientifiques, montre que les instances de concertation agissent comme un véritable creuset au sein duquel les connaissances scientifiques sont transmises aux acteurs « non-spécialistes ». Cette homogénéisation des savoirs contribue à créer une base commune de dialogue, favorable à l’élaboration de projets concertés pour la gestion des milieux aquatiques. Les délibérations menées au sein des tables de concertation conduisent en effet à des apprentissages collectifs (Monnet, 2005). Il y aurait un vrai intérêt à poursuivre notre recherche et à analyser dans quelle mesure les savoirs profanes influencent (ou pourraient influencer) à leur tour les connaissances scientifiques, pour aboutir, au final, à une gestion plus raisonnée de la nature (Barthélémy, 2005). La co-gestion apparaît en effet de plus en plus comme une solution efficace pour améliorer la prise de décision dans les contextes d’incertitude (Moller et al., 2004 ; Olsson et al., 2004) et pour inscrire l’action dans un projet de société. Le partage des savoirs conditionne cette « démocratie dialogique », conciliant profanes et spécialistes (Callon et al., 2001).

Quelles implications pour la mise en œuvre des projets de restauration ?

42L’hétérogénéité des connaissances est susceptible d’engendrer certaines difficultés pour la mise en œuvre des projets de restauration écologique… En effet, dans la mesure où les usagers n’ont pas une connaissance approfondie des facteurs responsables des évolutions observées, leur appréhension des phénomènes demeure partielle. Seule l’influence des activités humaines (modification des pratiques locales et aménagement des cours d’eau) est en particulier considérée. Les usagers sont par conséquent susceptibles d’avoir recours à un raisonnement linéaire comme celui qui suit : puisque ce sont les pressions humaines qui ont conduit les milieux à évoluer, on peut, à condition de modifier ces pressions en ayant recours à des procédés technologiques ou de gestion appropriés (désaménagement des cours d’eau, entretien des berges, enlèvement du bois mort…) combattre ces évolutions et revenir en arrière. Cette logique est à la base des références historiques en restauration : on souhaite rétablir un état donné correspondant à une période donnée. Cette volonté peut s’expliquer, chez les riverains, par une représentation idéalisée et nostalgique de ce milieu (Germaine, 2011). Or, cette conception est aujourd’hui largement battue en brèche par la communauté scientifique : d’une part, compte-tenu du caractère éminemment dynamique des environnements, il est contestable de définir une norme environnementale en référence à un instant t ; d’autre part, les dynamiques environnementales suivent bien souvent des trajectoires complexes et non linéaires, qui compromettent tout retour en arrière des écosystèmes (Bravard, 2003 ; Palmer et al., 2005 ; Hobbs, 2007 ; Nilsson et al., 2007 ; Dufour et Piégay, 2009). Or cette irréversibilité ne peut vraiment s’appréhender que si l’on a connaissance des processus complexes causant ces évolutions. Malgré tout, dans le cas particulier de la restauration des bras morts du Rhône et de l’Ain, il n’y a pas eu de conflits majeurs lors de l’élaboration des projets. En effet, les représentations que les acteurs locaux et que les scientifiques ont de la référence environnementale, même si elles reposent sur des logiques différentes (référence historique vs référence fonctionnelle visant à une maximisation de la biodiversité) (Amoros, 2001), se rejoignent dans les faits.

43Ces conclusions confirment l’intérêt d’une diffusion des savoirs scientifiques auprès des acteurs d’un projet pour parvenir à une définition concertée des objectifs de gestion. La possibilité d’un dialogue repose en effet sur un bagage minimal de connaissances, permettant de comprendre quels objectifs il est possible ou non d’envisager. L’amélioration des connaissances des processus environnementaux des acteurs locaux est donc une étape nécessaire à la définition d’un projet social plausible pour les environnements aquatiques. L’importance des instances de concertation, en tant que creusets de connaissances, a déjà été soulevée plus haut. Cette faculté encourage à y intégrer l’ensemble des acteurs concernés par un projet de gestion. Ces conclusions tendent par ailleurs à souligner la responsabilité des spécialistes (gestionnaire et scientifique) dans la diffusion des connaissances scientifiques auprès des acteurs impliqués dans un projet et même plus largement auprès des citoyens. Leur implication dans la concertation contribue à la création d’un bagage commun, favorable à la définition de projets raisonnés de gestion.

Conclusion

44Les riverains du Rhône et de l’Ain ont forgé, au fil des ans et de leur fréquentation des bras morts, une connaissance relativement précise des évolutions ayant touché ces milieux. Néanmoins, les facteurs et les processus responsables de ces évolutions demeurent relativement mal connus. Ce constat est susceptible de poser problème pour parvenir à une co-construction des projets de restauration écologique, associant des acteurs spécialistes et non spécialistes. La non-linéarité des évolutions environnementales, et donc leur irréversibilité, ne peuvent en effet s’appréhender qu’à condition de bien comprendre les facteurs et les processus qui ont occasionné ces évolutions. Les résultats de l’enquête montrent que les acteurs locaux n’ont pas acquis de tels savoirs et que, dans ce domaine, savoirs locaux et scientifiques diffèrent. Cette hétérogénéité des connaissances représente un obstacle pour définir des objectifs plausibles de restauration. En pratique, néanmoins, aucun conflit majeur n’est apparu lors de l’élaboration des projets de restauration des bras morts du Rhône et de l’Ain : acteurs locaux et scientifiques ont en effet construit au fil du temps une représentation différente de la référence (historique pour les uns, fonctionnelle pour les autres), mais qui se rejoint dans les faits. Il pourrait en être autrement pour d’autres milieux ou d’autres territoires. Il convient donc d’être attentif, au moment de l’élaboration de projets de restauration, à la diversité des savoirs environnementaux. Au cours de l’enquête, le groupe d’acteurs formé des élus locaux s’est tout particulièrement individualisé. Ces derniers semblent avoir développé un savoir relativement cohérent avec celui des scientifiques. Cette connaissance plus approfondie des milieux pourrait être liée à leur implication dans les instances de concertation et donc, aux échanges qu’ils y entretiennent avec les spécialistes (gestionnaires et scientifiques). Cela induit deux conséquences majeures. D’une part, les instances de concertation contribuent à un apprentissage collectif, gage d’un bagage commun de savoirs, favorable à une co-gestion de la nature. Cela confirme la nécessité d’y associer l’ensemble des acteurs concernés par un projet, qu’ils soient spécialistes ou non. D’autre part, les spécialistes ont une vraie responsabilité dans la diffusion des connaissances envers les acteurs non spécialistes. Ce rôle doit être assumé en toute conscience et ne peut faire l’économie d’une approche critique des actions conduites qui ont occasionné ces évolutions (Picon, 1999). Dans la mesure où ils participent à la construction du regard social sur les environnements, il est indispensable que les spécialistes s’interrogent sur leurs propres valeurs pour comprendre en quoi elles influencent leurs représentations et leurs actions vis-à-vis des milieux aquatiques.

Haut de page

Bibliographie

.Baggioni V., Ballan E., Duch J.-F., 2009, Les élus locaux dans les processus de concertation en environnement : la participation, facteur de renouveau pour la représentation ?, in Mermet L. et Berlan-Darqué M. (dir), Environnement : décider autrement. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de la concertation, Paris, L’Harmattan, p. 73-94.

BARDIN L., 1993, L’analyse de contenu, Paris, PUF, 291 p.

BARTHÉLEMY C., 2005, Les savoirs locaux : entre connaissances et reconnaissance, Vertigo, vol.6, n°1, dossier « Les savoirs locaux dans la gestion de l’environnement », [online] URL: http://vertigo.revues.org/2997.

BAZIN P., BARNAUD G., 2002, Du suivi à l’évaluation : à la recherche d’indicateurs opérationnels en écologie de la restauration, Revue d’écologie : la terre et la vie, supplément 9, p. 201-224.

BERELSON B.V., 1954, Content analysis, in LINDZEY G. (éd.), Content analysis. Handbook of social psychology, Adison Wesley, p. 488-522.

BRAVARD J.-P., 1987, Le Rhône, du Léman à Lyon, Lyon, La Manufacture, 451 p.

BRAVARD J.-P., AMOROS C., PAUTOU G., 1986, Impacts of civil engineering works on the successions of communities in a fluvial system. A methodological and predictive approach applied to a section of the Upper Rhône River, France, Oikos, vol. 47, p. 92-111.

BRAVARD J.-P., MALAVOI J.-R., AMOROS C., 1989, L’Ain, ou la difficulté de gérer une rivière en cours de métamorphose, Lyon, Univ. Jean Moulin, Actes de la journée d’étude du 17 mars 1989, Rivières en crise Saône, Ain, Durance, p. 57-71.

BRAVARD J.-P., 2003, Dynamiques à long terme des systèmes écologiques ou de l’Eden impossible à la gestion de la variabilité, in Lévêque C., Van der Leeuw S. (dir), Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris, Elsevier, p. 133–239.

CAIRNS J., 1995, Ecosocietal restoration. Reestablishing humanity’s relationship with natural systems, Environment, vol. 37, n°5, p. 4-9 ; p. 30-33.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, La Couleur des Idées, 358 p.

CHARLES L., KALAORA B., 2003, L’ingénierie écologique entre écologie, technique et aménagement : des enjeux durables, in Lévêque C., Van der Leeuw S. (dir), Quelles natures voulons-nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Paris, Elsevier, p. 225-235.

COLLIGNON B., 2005, Savoirs vernaculaires, [online] URL: http://www.hypergeo.eu/spip.php?article298.

COTTET M., 2010, La perception des bras morts fluviaux : Le paysage, un médiateur pour l’action dans le cadre de l’ingénierie de la restauration. Approche conceptuelle et méthodologique appliquée aux cas de l’Ain et du Rhône, Doctorat en géographie et aménagement, Université Jean Moulin Lyon 3, co-direction Piégay H. et Rivière-Honegger A, 336 p.

COTTET M., 2013, Caractériser les valeurs environnementales au cours du temps. Une contribution à la compréhension de la fabrication des patrimoines naturels, Vertigo, Hors-série n°16, "Patrimonialiser la nature".

DAVIS M. A., SLOBODKIN L. B., 2004, The science and values of restoration ecology, Restoration ecology, vol. 12, n°1, p. 1-3.

Dessaix J., Fruget J.-F., Olivier J.-M., Beffy J.-L., 1995, Changes of the macroinvertebrate communities in the dammed and by-passed sections of the French Upper Rhône after its regulation, Regulated Rivers, vol. 10, n°2-4, p. 265-279.

DONADIEU P., 2002, Les références en écologie de la restauration, La terre et la vie, supplément 9, p. 109-120.

DUFOUR S., PIÉGAY H., 2009, From the myth of a lost paradise to targeted river restoration: forget natural references and focus on human benefits, River research and applications, vol. 24, p. 1-14.

FAVEROT P., 2006, Guide du patrimoine naturel de la région Rhône-Alpes : les brotteaux de la rivière d’Ain, CREN - Région Rhône-Alpes - SBVA.

GAY ENVIRONNEMENT, 2003, Cartes de la qualité des cours d’eau, département de l’Ain. Synthèse des données acquises de 1994 à 2002, Lyon, Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, CG de l’Ain, DIREN Rhône-Alpes, 21 p.

FORTIER A., 2005, Des savoirs locaux insaisissables ? L’exemple de la tenderie aux grives en Ardennes, Vertigo, Vol. 6, n°3, [online] URL : http://vertigo.revues.org/2429.

Fruget J.-F., Michelot J.-L., 1997. Dérives écologiques et gestion du milieu fluvial rhodanien. Revue de Géographie de Lyon, vol. 72, n°1, p. 35-48.

FRUGET J.-F., Dessaix J., 2003, Changements environnementaux, dérives écologiques et perspectives de restauration du Rhône français : bilan de 200 ans d’influences anthropiques, Vertigo, vol. 4, n°3, [online] URL : http://vertigo.revues.org/3832.

GERMAINE M.-A., 2011, Apport de l’analyse de discours pour renseigner les représentations paysagères et les demandes d’environnement. Exemple des vallées du nord-ouest de la France, Annales de Géographie, n°682, p. 629-650.

HELFORD R.M., 2000, Constructing nature as constructing science: expertise, activist, science and public conflict in the Chicago wilderness, in Gobster P.H., R. Hull R.B. (dir), Restoring nature. Perspectives from the social sciences and humanities, Washington, Island Press, p. 119-142.

HIGGS E.S., 1997, What is good ecological restoration ? Conservation biology, vol. 11, n°2, p. 338-348.

HOBBS R.J., 2007, Setting effective and realistic restoration goals: key directions for research, Restoration ecology, vol. 15, n°2, p. 354-357.

HOBBS R.J., DAVIS M.A., SLOBODKIN L.B., LACKEY R.T., HALVORSON W., THROOP W., 2004, Restoration ecology: the challenge of social values and expectations, Frontiers in ecology and the environment, vol. 2, n°1, p. 43-48.

HULL R.B., ROBERTSON D.P., 2000, The language of nature matters: we need a more public ecology, in Gobster P.H., R. Hull R.B. (dir.), Restoring nature. Perspectives from the social sciences and humanities, Washington D.C., Island Press, p. 97-118.

LARRÈRE R., 2002, Nature, campagne et paysage : des différents regards et de leur légitimité, in Agriculteurs, ruraux et citadins : les mutations des campagnes françaises, Dijon, Educagri Editions, p. 193-208.

LASCOMBE C., 2008, L’eau du Rhône est-elle de bonne qualité ? in Bravard J.-P., Clémens A. (dir), Le Rhône en 100 questions, ZABR, GRAIE, Villeurbanne, p152-155.

LEGER L., 1926, Carte piscicole du département de l’Ain, Grenoble, Imprimerie Allier.

Lesaffre B., Décamps H., 2001, Restauration de la nature : vers de nouvelles références et pratiques. Aperçu de cinq années de recherche du programme "Recréer la Nature", in Chapuis J.L., Barre V., Barnaud G. (dir.), Programme national de recherche "Recréer la nature : réhabilitation, restauration, et création d’écosystèmes", Principaux résultats scientifiques et opérationnels, M.A.T.E., M.N.H.N.

MALLET J.-P., 1999, Recherche des facteurs de contrôle de la dynamique des populations d’Ombre commun Thymallus thymallus (L.1758) de la Basse Rivière d’Ain, Thèse Université Claude Bernard, Lyon, 265 p.

Marston R.A., Girel J., Pautou G., Piegay H., Bravard J.-P., Arneson C., 1995, Channel metamorphosis, floodplain disturbance, and vegetation development - Ain River, France, Geomorphology, vol. 13, p. 121-131.

MOLLER H., BERKES F., LYVER P. O. B., KISLALIOGLU M., 2004, Combining science and traditional ecological knowledge: monitoring populations for co-management, Ecology and society, vol. 9, n°3, [online] URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss3/art2.

Monnet S., 2005, L’apprentissage collaboratif, outil d’évaluation de la décision en aménagement forestier : l’étude du cas de la Table de concertation AC 043-20, thèse de doctorat de philosophie, Québec, Université Laval, 234 p.

MOONEY C.Z., 1997, Monte Carlo simulation (quantitative applications in the social sciences), SAGE University, 112 p.

NAVEH Z., 1998, Ecological and cultural landscape restoration and the cultural evolution towards a post-industrial symbiosis between human society and nature, Restoration ecology, vol. 6, n°2, p. 135–143.

NAVEH Z., 2005, Epilogue: toward a transdisciplinarity science of ecological and cultural landscape restoration, Restoration ecology, vol. 13, n°1, p. 228-234.

NEGURA L., 2006, L’analyse de contenu dans l’étude des représentations sociales, SociologieS, [online] URL : http://sociologies.revues.org/993

OLIVIER J.-M., CARREL G., LAMOUROUX N., DOLE-OLIVIER M.-J., MALARD F., BRAVARD J.-P., AMOROS C., 2009, The Rhône River Basin, in Tockner K., Uehlinger U., Robinson C.T. (dir.), Rivers of Europe, Chapitre 7, London, Academic Press, p. 247-295.

Olsson P., Folke C., Hahn T., 2004, Social-ecological transformation for ecosystem management: the development of adaptive co-management of a wetland landscape in southern Sweden, Ecology and Society, vol.9, issue 4, [online] URL: http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss4/art2.

PALMER M.A., BERNHARDT E.S., ALLAN J.D., LAKE P.S., ALEXANDER G., BROOKS S., CARR J., CLAYTON S., DAHM C.N., FOLLSTAD S.J., GALAT D.L., LOSS S.G., GOODWIN P., HART D.D., HASSETT B., JENKINSON R., KONDOLF G.M., LAVE R., MEYER J.L., O’DONNELL T.K., PAGANO L., SUDDUTH E., 2005, Standards for ecologically successful river restoration, Journal of applied ecology, vol. 42, p. 208-217.

Pautou G., Ruffinoni, C., Thomas J., 2003, Dynamique de la végétation alluviale, exemple du Haut-Rhône et de la moyenne vallée de la Garonne, in Piégay H., Pautou G., Ruffinoni C. (dir.), Les forêts riveraines des cours d’eau : écologie, fonctions et gestion, Paris, Institut pour le développement forestier, p. 286-311.

Persat H., 1988, De la biologie des populations de l’ombre commun Thymallus thymallus (L. 1758) à la dynamique des communautés dans un hydrosystème fluvial aménagé, le Haut-Rhône français, Eléments pour un changement d’échelles, thèse de doctorat en sciences, Université Lyon 1.

Persat H., Bravard J.P., Olivier J.M., 1995, Stream and riparian management of large braided mid-European rivers, and consequences for fish, in ARMANTROUT N.B. (dir.), Condition of the World's Aquatic Habitats, Proceedings of the World Fisheries Congress, Athens, May 1992, Theme 1. Oxford and IBH Publishing Co. Pvt. Ltd., New-Delhi, p. 139-169.

PFADENHAUER J., 2001, Some remarks on socio-cultural background of restoration ecology, Restoration ecology, vol. 9, n°2, p. 220-229.

PICON B., 1999, Place et rôle des scientifiques dans la construction de nouveaux regards, de nouveaux modes de gestion, de nouvelles pratiques, in ASPE C., POINT P. (dir), L’eau en représentations, gestion des milieux aquatiques et représentations sociales, Antony, CEMAGREF, HydrOsystèmes, p. 53-58.

PIÉGAY H., CITTERIO A., 2000, L’atterrissement des bras morts de la basse vallée de l’Ain : dynamique récente et facteurs de contrôle, Géomorphologie, vol. 6, n°2, p. 87-104.

PIÉGAY H., PAUTOU G., BRAVARD J.-P., 2003, L’histoire contemporaine des marges fluviales : entre renaturation et dénaturation, in Piégay H., Pautou G., Ruffinoni C. (dir), Les forêts riveraines des cours d’eau : écologie, fonctions et gestion, Paris, Institut pour le développement forestier, p. 72-93.

RAYMOND J.-C, 2005, Diagnose piscicole rapide des retenues de Coiselet et Allement, Rapport du Conseil Supérieur de la Pêche, Délégation régionale, Franche-Comté, Bourgogne, Rhône-Alpes, 17 p.

Ricoeur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 676 p.

ROLLET A.-J., 2007, Étude et gestion de la dynamique sédimentaire d’un tronçon fluvial à l’aval d’un barrage : le cas de la basse vallée de l’Ain, thèse de doctorat de géographie et aménagement, Université Jean Moulin Lyon 3.

Roux A.-L. (dir.), 1982, Cartographie polythématique appliquée à la gestion écologique des eaux. Etude d'un hydrosystème fluvial : le Haut-Rhône français, Lyon, CNRS Ed., CRDP Lyon, 116 p.

Salvador P.-G., 1983, Les impacts de l'aménagement du Rhône à l'aval de Pierre-Bénite (km 1 à 16). L'évolution du fleuve et des paysages de la vallée (1838-1980), Rapport de DEA, Univ. Lyon 3, 120 p.

STANFORD J.A., WARD J.V., LISS W.J., FRISSEL C.A., LICHATOWICH J.A. COUTANT C.C., 1996, A general protocol for restoration of regulated rivers, Regulated rivers: research and management, vol. 12, n°4-5, p. 391-413.

Traverso E., 2005, Le passé, mode d’emploi : Histoire, mémoire, politique, Paris, La Fabrique, 136 p.

VOULIGNY É., DOMON G., RUIZ J., 2009, An assessment of ordinary landscapes by an expert and by its residents: Landscape values in areas of intensive agricultural use, Land use policy, vol. 26, n°4, p. 890-900.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Photographies de bras morts sur le Rhône et sur l’Ain
Légende A : ancien méandre du Saugey dans le secteur de Brégnier-Cordon, 2009 ; B : bras mort de Martinaz dans le secteur de Mollon, 2010 ; ressource BD ortho© IGN
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2 : Restauration des lônes de Chautagne sur le Rhône
Légende (date du cliché : 17/11/2003)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-2.png
Fichier image/png, 775k
Titre Figure 3 : Chronologie de la disparition des bras morts sur le Rhône et l’Ain
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 4 : Localisation des communes où les entretiens ont été réalisés et profil sociologique des individus enquêtés
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-4.png
Fichier image/png, 207k
Titre Tableau 1 : Profil sociologique des individus auprès desquels les entretiens ont été menés
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-5.png
Fichier image/png, 2,7k
Titre Tableau 2 : Grille d’entretien
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-6.png
Fichier image/png, 9,5k
Titre Figure 5 : Evolutions environnementales mentionnées dans les discours et pourcentage des répondants (n = 31) les ayant citées
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-7.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Figure 6 : Résultats de l’analyse ACM inter-classes menée sur les évolutions perçues des bras morts.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-8.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 7 : Jugements émis dans les discours au sujet de l’évolution des bras morts et pourcentage des répondants les ayant exprimés (n = 31).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-9.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 8 : Résultats de l’analyse ACM inter-classes menée sur les jugements relatifs aux évolutions des bras morts
Légende Le facteur discriminant se rapporte au type d’acteur (4 modalités : élus riverains du Rhône, élus riverains de l’Ain, usagers du Rhône et usagers de l’Ain)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-10.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 9 : Causalités mentionnées dans les discours pour expliquer les évolutions des bras morts et pourcentage des répondants les ayant citées (n = 31)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8922/img-11.png
Fichier image/png, 9,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marylise Cottet et Hervé Piégay, « Diversité des savoirs relatifs aux milieux aquatiques : quels impacts pour la restauration écologique ? Le cas des bras morts du Rhône et de l’Ain », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 15-30.

Référence électronique

Marylise Cottet et Hervé Piégay, « Diversité des savoirs relatifs aux milieux aquatiques : quels impacts pour la restauration écologique ? Le cas des bras morts du Rhône et de l’Ain », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 22 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8922 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8922

Haut de page

Auteurs

Marylise Cottet

UMR 5600 EVS (CNRS), Université de Lyon, ENS de Lyon marylise.cottet@ens-lyon.fr

Hervé Piégay

UMR 5600 EVS (CNRS), Université de Lyon, ENS de Lyon herve.piegay@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page