Navigation – Plan du site
Articles

Bâtir la médiation de la géomorphologie sur ce qui est vu.Une première approche de la perception des formes du relief alpin par les non-spécialistes

Building the interpretation of geomorphology on what is observed. A first approach to the perception of alpine landforms by non-specialists
Géraldine Regolini-Bissig et Simon Martin
p. 199-209

Résumés

La médiation de la géomorphologie, dans le cadre du géotourisme, est une forme de communication éducative. Elle doit prendre en compte le public auquel elle s’adresse, en particulier en ce qui concerne son regard sur le relief naturel.

Cet article présente les résultats d’une recherche sur l’identification par différents publics des formes du relief dans divers environnements alpins et cherche à dégager les facteurs explicatifs liés aux individus ou à la géomorphologie. L'article s'interroge également sur les possibilités de la médiation à « rendre visible » certains éléments ou valeurs invisibles (scientifique, culturelle, identitaire) afin d'élargir la connaissance et la compréhension de la géomorphologie auprès du public et préparer ainsi la place à une vision patrimoniale du relief.

Haut de page

Texte intégral

Géomorphosites et visibilité : un couple indissociable ?

1La dimension visuelle des formes du relief transparaît souvent dans les définitions mêmes de la géomorphologie : « Geomorphology is concerned with the units on the Earth's surface that are genetically linked to the relief that can be observed at the present time » (Panizza, 1996). Le mot « forme » se réfère d’ailleurs étymologiquement à l’aspect extérieur d’un objet. On peut donc en conclure que la géomorphologie est avant tout une science du visible.

2Ce constat peut-il être étendu au champ du géopatrimoine ? Un bref tour d’horizon des méthodes d’évaluation des géo(morpho)sites permet de le confirmer. Deux concepts différents mais complémentaires sont utilisés pour cerner la dimension visuelle des sites : l'esthétique et la visibilité. L’esthétique relève avant tout de la subjectivité : la perception de ce qui est beau. C’est une des valeurs additionnelles régulièrement attribuées aux géo(morpho)sites (Serrano Cañadas et González-Trueba, 2005 ; Pereira et al., 2007 ; Reynard et al., 2007;). Dans les méthodes d’évaluation des géomorphosites, la visibilité est le plus souvent un critère central (Coratza et Giusti, 2005) ou lié à l’usage potentiel du site . La visibilité est considérée comme une caractéristique physique, liée par exemple à la distance ou à l’absence d’obstacles entre l’observateur et l’objet observé : est visible ce qui est perceptible par la vue. Nous verrons que la perception visuelle des éléments du paysage est cependant, comme l’esthétique, hautement subjective (voir p. ex. Copeta, 1992).

3L’importance paysagère des formes du relief, comme des autres éléments du paysage (végétation, hydrographie, aménagements anthropiques), dépend essentiellement de leurs caractéristiques visuelles. Si certaines formes se démarquent particulièrement par leur taille, leur couleur ou leur forme, il est probable qu’elles acquièrent alors une valeur esthétique, du moins aux yeux de certains observateurs (Brown et al., 1986 ; Kaplan, 1979). On peut donc postuler qu'il existe un lien indirect entre les valeurs qui font d’un objet géomorphologique un géomorphosite (rareté, intégrité) et sa valeur esthétique. Celle-ci a d’ailleurs souvent été reconnue bien avant la valeur scientifique des sites, par exemple par la protection de certaines formes classées en tant que monuments naturels (Reynard, 2009). Le même raisonnement est applicable à des sites plus vastes. Ceux-ci sont souvent remarqués pour l’exemplarité des formes observables, un point de vue pédagogique sur les processus en cours, l’intégrité générale du site, son caractère singulier : autant de critères participant également à la construction d’un « beau paysage ».

Visibles ou invisibles, cela dépend du point de vue

4Le géomorphologue ne contemple plus le paysage, il le lit : chaque forme est identifiée, délimitée, nommée, classifiée. Il faut se garder cependant de prendre pour un savoir universellement répandu cette expérience acquise par apprentissage. La grande majorité des non-spécialistes perçoit le paysage comme un tout où se mêlent relief, végétation, hydrographie et constructions humaines. Il est difficile d’en extraire la seule perception du relief (Portal, 2010) et plus difficile encore de découper ce relief en éléments distincts.

5Délimiter, classifier, nommer relève de la méthode scientifique plutôt que de l’approche profane ou quotidienne. Une démarche de médiation de la géomorphologie auprès d’un public de non-spécialistes doit réussir à franchir cet obstacle. Quel impact en effet aurait par exemple une explication des processus torrentiels sur une personne incapable de reconnaître le « bassin de réception » ou le « cône de déjection » dont serait parsemé le discours ?

6Face à ce problème fondamental, il faut s'interroger en premier lieu sur la pertinence d'une médiation de la géomorphologie centrée sur l’acquisition d’un vocabulaire spécifique et la délimitation des formes plutôt que sur un message à portée plus large. Concernant le message et le contenu de la médiation, deux axes de recherche sont à explorer. Le premier s'intéresse aux questionnements, aux intérêts et aux connaissances préexistantes des non-spécialistes visés par la médiation. L'autre voie consiste à s’interroger sur les formes du relief ou éléments du paysage en général qui sont identifiés par des personnes représentatives du public concerné. Le contenu de la médiation se baserait alors sur certains objets « visibles » pour une majorité. A partir de ces objets, on peut chercher à élargir le regard du non-spécialiste et lui faire découvrir les éléments qu’il ne perçoit pas. C'est ce second axe de recherche qui est suivi dans cet article.

Enrichir le visible par l’invisible : intégration des valeurs patrimoniales

7Dans une démarche de valorisation patrimoniale, l’objectif premier n’est pas de vulgariser la géomorphologie, mais de proposer à la société des outils pour comprendre ce qui fait la valeur patrimoniale de certaines formes du relief. Cela nécessite de faire appel à des valeurs subjectives telles l’esthétique, la valeur identitaire ou culturelle (Panizza et Piacente, 2003 ; Sellier, 2009) et relier les formes observables à des préoccupations répandues dans la population, comme la fonte des glaciers ou les risques naturels (Kramar et Pralong, 2005). Il s’agit d’autant de dimensions invisibles a priori qui ne sont révélées que par un processus de médiation et d’apprentissage : quelles dynamiques sont-elles à l’œuvre, quelles sont les relations entre formes, processus et activités humaines ? A partir de ces questions, il est possible d’élargir le discours sur la diversité des regards sur le relief et le paysage, des scientifiques aux artistes et à travers les époques.

8Nous postulons ici que cette communication d’un niveau supérieur à la simple explication vulgarisée est plus aisée à mettre en place si elle se base sur des formes visibles et reconnues. Une démarche de valorisation du patrimoine géomorphologique implique donc de s’interroger sur ce que le public visé voit et comprend du relief qu’il observe. Chacun sélectionne et évalue, hors de toute méthode scientifique, ce qui, dans un paysage donné, a pour lui de la valeur ou, tout simplement, existe. Nous sommes allés à la rencontre du public afin de l'interroger sur le regard qu'il porte sur le relief. Deux enquêtes par questionnaire ont été réalisées; l'une ex situ, auprès d'élèves du degré secondaire, et l'autre auprès d'excursionnistes interrogés sur place. L'article présente les principaux résultats concernant les éléments du relief identifiés dans différents paysages et les conceptions des personnes sur la dynamique du relief naturel et des processus géomorphologiques.

Méthodes d’enquête

Cadre général

9De par l’absence d’études portant sur la perception des éléments du relief – du point de vue géomorphologique – par le public, la démarche choisie est exploratoire tant au niveau des hypothèses de travail testées qu’au niveau des méthodes et sujets d’investigation (voir ci-dessous Déroulement de l’enquête et structure du questionnaire). La question générale est de savoir si et comment les formes du relief naturel sont identifiées et désignées par certains publics. Les enquêtes menées n’ont pas la prétention d’être exhaustives en ce qui concerne les types de paysages et les processus géomorphologiques analysées et ne visent pas une représentativité statistique des différents publics cibles. Cette première approche consiste à faire apparaître des tendances en ce qui concerne la perception du paysage géomorphologique et à explorer des facteurs explicatifs possibles.

10Deux hypothèses de travail s’articulant autour des pôles « culture » et « nature » ont été formulées à ce propos. Le premier regroupe les caractéristiques individuelles pouvant influencer la perception. Sous l’hypothèse 1, on a cherché à déterminer l’influence des déterminants sociaux, des pratiques de loisir et des connaissances en matière de géomorphologie.

11H1 : Il existe une différence significative dans la perception du paysage géomorphologique de la part des non-spécialistes des sciences de la Terre selon leurs caractéristiques.

12Soulignons tout de suite que la perception du relief, comme celle des paysages, varie d’un individu à un autre et reste hautement subjective.

13« On perçoit un paysage en fonction d'un vécu, d'un langage, de ses sens. […] Les lectures subjectives ne sont pas moins authentiques. Elles répondent à d'autres logiques que le géographe ne doit pas feindre d'ignorer ». (Clément, 1994)

14Dans ce domaine de recherche, il n’y a donc pas de réponses justes ou fausses. Ces limites sont à garder à l’esprit lorsqu’on tente comme ici de dégager, parmi des résultats individuels, certaines règles générales.

15Le deuxième pôle fait référence aux caractéristiques intrinsèques des formes du relief dans la perception des éléments géomorphologiques du paysage. Sous l’hypothèse H2, on a cherché à évaluer l’importance des aspects visuels et dynamiques des formes du relief (voir plus loin Caractéristiques géomorphologiques des formes du relief sélectionnées).

16H2 : La perception des éléments du paysage géomorphologique par les non-spécialistes des sciences de la Terre dépend des caractéristiques géomorphologiques de ces éléments.

Déroulement de l’enquête et structure du questionnaire

17Deux enquêtes distinctes ont été menées sur cette question. La première, centrée sur la perception des formes du relief, a été conduite en 2008/2009 dans des classes du canton du Tessin (Suisse) auprès de 201 élèves entre 12 et 16 ans. La seconde enquête a été menée in situ auprès des excursionnistes visitant le site de Derborence (canton du Valais, Suisse) et a permis de recueillir 76 questionnaires complétés par des adultes uniquement.

18Les deux questionnaires comportent trois séries de questions : 1) l’intérêt des personnes pour diverses activités et sujets et sur leur pratique du milieu naturel ; 2) l'identification et la désignation d'éléments du relief naturel ; 3) certaines caractéristiques personnelles de ces personnes : âge, sexe, profession (celle des parents pour les enfants), domicile, etc. Afin d’aborder la question de l’identification et la désignation des éléments du relief naturel (tabl. 1, fig. 1), il a été décidé de travailler avec des photos : quatre vues de lieux différents pour les enfants et, pour les adultes, une vue du lieu où se déroulait l’enquête.

19Par rapport à l’observation directe du paysage, ce procédé offre plusieurs avantages et quelques inconvénients. Parmi les premiers, on peut citer les conditions de déroulement d’enquête identiques pour toutes les personnes interrogées : même vue et même visibilité des formes du relief. En effet, des conditions météorologiques changeantes (par exemple l’ensoleillement différent au cours d’une journée et l’apparition de nuages ou de brume) peuvent créer des ombres et modifier la visibilité des formes du relief et le moindre déplacement du regard peut entraîner une modification de l’espace observé. Lors de l’observation directe, il est également beaucoup plus difficile d’identifier et de délimiter avec exactitude les formes du relief perçues par les personnes interrogées. L’utilisation de photos facilite par conséquent non seulement le bon déroulement de l’enquête (conditions identiques pour tous), mais également le traitement des réponses. L’inconvénient des photos réside dans l’extension limitée de l’espace à observer : les macro-formes sont tronquées et les micro-formes souvent invisibles à cause de la réduction de l’image. Au moment de l’interprétation des résultats, il s’agit de tenir compte des biais induits par les méthodes d’enquête choisies.

Tableau 1 : Intitulé des questions portant sur la lecture de paysage, illustration(s) proposées et cadre pour la réponse.

Tableau 1 : Intitulé des questions portant sur la lecture de paysage, illustration(s) proposées et cadre pour la réponse.

Fig. 1 : Illustrations proposées et cadre pour la réponse pour les questions portant sur la lecture du paysage (en haut: enquête 1, en bas: enquête 2).

Fig. 1 : Illustrations proposées et cadre pour la réponse pour les questions portant sur la lecture du paysage (en haut: enquête 1, en bas: enquête 2).

20Les deux questionnaires tentent d’explorer également la compréhension de la dynamique du relief naturel. Dans la première enquête, il est demandé de mentionner les facteurs naturels ou humains ayant contribué à créer diverses formes (ou modelés) sur la base de sept photographies. L’autre enquête propose simplement de renuméroter les éléments déjà identifiés dans l’ordre chronologique de leur apparition dans le paysage (tabl. 1).

21La similarité des deux questionnaires, en ce qui concerne la question principale, permet de tirer des parallèles. La distinction entre les résultats de chaque enquête ne sera faite que lorsqu’ils diffèrent. Les informations tirées de la seconde enquête, bien plus restreintes, serviront avant tout d’exemple ou de confirmation.

Méthodes d’analyse

22Les données des enquêtes ont été traitées statistiquement, essentiellement de façon descriptive. Les corrélations potentielles entre différentes caractéristiques et le type ou niveau d’intérêt ont permis de tester une série d’hypothèses (voir plus loin Vérification des hypothèses de travail).

23La question centrale, portant sur la reconnaissance des éléments du relief, a fait l’objet d’un traitement différent selon les enquêtes. La première enquête a donné lieu à une approche essentiellement qualitative, une série de caractéristiques étant relevée pour chaque forme identifiée par au moins 10% des personnes interrogées (tabl. 2a, fig. 3).

Tableau 2 : Critères pour l’analyse des résultats de la question portant sur la lecture de paysage (a : enquête en milieu scolaire ; b : enquête in situ auprès d’adultes).

Tableau 2 : Critères pour l’analyse des résultats de la question portant sur la lecture de paysage (a : enquête en milieu scolaire ; b : enquête in situ auprès d’adultes).

24Les résultats de la seconde enquête n’ont pas été autant détaillés du point de vue géomorphologique. L’attention était plus centrée sur l’influence des caractéristiques individuelles. Pour chaque personne interrogée, diverses données ont été récoltées (tab. 2b). La fréquence de reconnaissance des formes est représentée à l’aide d’une grille (type raster), résultant de la superposition des réponses individuelles (fig. 2).

Figure 2 : Image synthétisant les occurrences d'identification des éléments du relief naturel relevés dans l’enquête 2.

Figure 2 : Image synthétisant les occurrences d'identification des éléments du relief naturel relevés dans l’enquête 2.

Résultats

Éléments identifiés

Place des formes du relief par rapport aux autres éléments du paysage

25Afin d'analyser la perception du paysage des élèves ou adultes interrogés, des synthèses graphiques reportant la totalité des éléments perçus (fréquences) ont été élaborées (fig. 2 et 3). Avant de se focaliser sur les formes du relief, il est intéressant de voir quelle place celles-ci occupent par rapport aux autres éléments. Dans les deux enquêtes, il apparaît que les composantes végétales présentes sur les images (forêts, pâturages, pelouses alpines) ont été mentionnées avec une grande fréquence, pouvant même dépasser l'occurrence d'énumération de certaines formes du relief. La végétation participe ainsi grandement à la perception du paysage. Autre constante, le ciel et les nuages apparaissent également comme des éléments importants du paysage alpin. Même si la question précisait de se concentrer sur les éléments naturels, des éléments anthropiques (habitations et sentiers) ont souvent été mentionnés. Cette tendance est plus marquée chez les élèves. La lecture inattentive de la question pourrait l’expliquer. Il est cependant aussi possible que les personnes interrogées aient eu de la difficulté à se focaliser sur un aspect particulier du paysage (Portal, 2010).

Formes du relief marquantes et éléments invisibles

26Les principaux résultats sont illustrés ici à l'aide des images représentant une marge proglaciaire (fig. 3a) et un paysage périglaciaire (fig. 3b). Ces résultats ont été obtenus lors de l'enquête auprès des élèves tessinois. La fréquence de reconnaissance des formes est figurée visuellement par la couleur du trait qui les entoure.

27Sur la première photo, plusieurs formes (moraines médianes et latérales, roches moutonnées) témoignent de l'extension antérieure d'un glacier qui est visible en arrière-plan. Le cours d’eau (fig. 3A : n°1), le sommet (fig. 3A : n°2) et le glacier (fig. 3A : n°3) sont les trois formes les plus reconnues. La moraine médiane (fig. 3A : n°4) a également été repérée, mais par nettement moins d'élèves.

28Le paysage périglaciaire montre un versant rocheux au pied duquel se sont accumulés des éboulis et des glaciers rocheux. Les éléments mentionnés avec la plus grande fréquence sur cette image sont les névés (fig. 3B : n°1) et la paroi rocheuse (fig. 3B : n°2). La singularité qui attire l'attention sur cette image de synthèse concerne le fait que le voile d'éboulis est reconnu par un peu moins de la moitié des sujets (fig. 3B : n°3, score : 88) alors que le glacier rocheux le jouxtant n'atteint pas le seuil fixé. Cet écart important est surprenant puisque les deux formes se trouvent à un niveau visuel similaire (même couleur, même taille, même position sur l’image).

Figure 3 : Synthèse de l'occurrence d'identification des formes du relief pour deux des paysages de l’enquête 1

(en noir : formes reconnues, en gris : formes considérées comme non reconnues).

29L'analyse des occurrences avec lesquelles les différentes formes ont été identifiées sur les photographies permet de les séparer en trois catégories. Dans la première, on trouve les éléments qui accumulent systématiquement des scores élevées (ex. sommets, glaciers, névés, cours d'eau). Nous pouvons les appeler « éléments géomorphologiques primaires ». Ils structurent le paysage (cols, parois rocheuses) et contrastent souvent – par leur forme ou par leur couleur – avec les éléments environnants (glaciers, cours d'eau). Les « éléments géomorphologiques secondaires », ne participent à la perception du paysage que lorsqu’ils se trouvent dans une situation favorable, par exemple au premier plan ou en contraste de couleurs ou de forme. Il s'agit de formes qui ne sont pas communément considérées comme très esthétiques, mais au contraire, plutôt banales (p. ex. voiles d'éboulis). La dernière catégorie est constituée des « objets non perçus ». Elle regroupe les formes du relief qui ne sont très peu ou pas décelées (ex. moraine recouverte de végétation).

Caractéristiques géomorphologiques des formes du relief sélectionnées

30A l'aide d'une grille d'analyse (tabl. 2a), les formes principales du relief ont été traitées d'un point de vue géomorphologique en les décrivant selon plusieurs critères. Ensuite, les formes sélectionnées ont été reportées dans le tableau. A partir du nombre total des formes identifiables et du nombre des formes sélectionnées par les élèves, un taux de reconnaissances a été calculé pour chacune des modalités des différents critères (tabl. 3).

Tableau 3 : Taux de reconnaissance concernant les caractéristiques géomorphologiques des formes du relief.

Tableau 3 : Taux de reconnaissance concernant les caractéristiques géomorphologiques des formes du relief.

31En raison du nombre parfois réduit ou inégal des formes d’un certain type, les résultats doivent être interprétés avec précaution. Ainsi, sur les quatre paysages soumis à l'évaluation par les élèves, seuls trois processus géomorphologiques (gravitaire, fluviatile, glaciaire) sont suffisamment représentés pour permettre le calcul des taux de reconnaissance. Nous avons également renoncé à poursuivre l'analyse concernant le critère « taille » lorsqu'il est apparu que la grande majorité des formes identifiées étaient de taille moyenne. Ceci est un biais induit par le choix de travailler avec des photographies de format modeste (environ 10 x 7 cm) décrit plus haut. Pour vérifier l’hypothèse concernant la taille des formes, il faudrait adapter le matériel d’enquête en travaillant avec des photos de plus grande dimension ou changer de méthode d’investigation : par exemple mener des observations directes.

32Les hypothèses secondaires ont été vérifiées sur la base des résultats obtenus et en tenant compte des restrictions et limitations mentionnées ci-dessus (tabl. 4). Il en résulte que les éléments géomorphologiques disposant des caractéristiques suivantes bénéficient en principe d’une bonne « visibilité » :

  • les marques de processus d’érosion (par opposition aux formes d’accumulation) ;

  • les formes issues de processus actifs ou récents ;

  • les formes négatives (en creux) ;

  • les formes non recouvertes de végétation.

Tableau 4 : Vérification des hypothèses secondaires concernant les caractéristiques géomorphologiques des formes du relief (*hypothèses également vérifiées avec les mêmes résultats dans l'enquête 2).

Tableau 4 : Vérification des hypothèses secondaires concernant les caractéristiques géomorphologiques des formes du relief (*hypothèses également vérifiées avec les mêmes résultats dans l'enquête 2).

33Ces résultats concordent avec ce qui peut être constaté chez les adultes. Comme l'enquête auprès de ce public ne s'appuie que sur une seule image et ne fournit pas assez d'éléments pour calculer des taux de reconnaissance, l'analyse est dans ce cas qualitative. Le site choisi est un cirque glaciaire entouré de très hautes parois dominées par le glacier des Diablerets. Deux éboulements successifs se sont produits au XVIIIe siècle, dont les dépôts, aujourd’hui en partie colonisés par la forêt, on recouvert les anciens pâturages et créé plusieurs lacs en barrant les cours d’eau. En observant les caractéristiques géomorphologiques des formes identifiées (montagne, lac, glacier, éboulis, torrent, éboulement), il apparaît que celles-ci sont peu ou pas végétalisées et principalement liées à des processus d’érosion active. De ce point de vue, les résultats obtenus dans la première enquête semblent se confirmer. Il y a cependant une différence quant à l'extension verticale des formes du relief identifiées. Elles sont en majorité positives chez les adultes alors que les élèves tendent à mieux reconnaître les formes négatives. Cette différence peut être due à la photographie choisie pour les adultes sur laquelle les formes positives sont très représentées (fig. 2). Pouvoir se prononcer définitivement sur la « visibilité » des différentes catégories de formes implique la reproduction d’études similaires avec des publics et des reliefs différents.

Désignation des éléments identifiés

34Dans les deux enquêtes ont été enregistrés non seulement les contours des formes, mais aussi le nom qui leur était donné. L'hypothèse selon laquelle l'emploi d'un vocabulaire technique (termes spécifiques) indique des connaissances théoriques et l'emploi d'un vocabulaire simple l’inverse a guidé l'analyse. Selon cette distinction, décrite dans Tricart et al. (1972), « une colline allongée longeant le versant et non recouverte de végétation » (vocabulaire simple) correspondrait par exemple à « une moraine latérale récente » (vocabulaire technique). Les résultats sont semblables auprès des élèves et des adultes. On constante une prédominance des termes descriptifs. Pour désigner des éboulis, les sujets emploient des termes tels que sassi, pietre, rocce, sabbia, terra (trad : cailloux, pierres, roches, sable, terre). Les descriptions données sont également souvent détaillées à l'aide d'adjectifs ou de diminutifs. Au sujet d'une paroi rocheuse, les désignations suivantes ont été recueillies : parete rocciosa, parete di roccia, parete ghiaiosa, parete sabbiosa, parete erbosa (trad : paroi rocheuse, paroi de roche, paroi graveleuse, paroi sableuse, paroi herbeuse). Finalement, une grande variabilité des termes utilisés a été observée. Pour un même élément, le vocabulaire peut être très riche comme le montre la présence de 13 termes pour désigner un sommet : pizzo, picco, punta, vetta, cima, cucuzzolo, cresta, monte, montagna, montaggia, cima della montagna, punta della montagna, alpi.

35Force est de constater que le vocabulaire est à la fois riche (beaucoup de termes pour un même objet) et pauvre (sans connotation explicative). Nous concluons que la grande variabilité et le recours à un langage descriptif indiquent l’absence d’un apprentissage standardisé.

Compréhension de la dynamique du relief naturel et des processus géomorphologiques

Chronologie des éléments

36Dans la seconde enquête, 76 adultes ont, selon la consigne, ordonné chronologiquement les éléments identifiés (tab. 1). La chronologie générale est correcte comme cela apparaît sur la figure de synthèse (fig. 4) : d’abord les montagnes, puis le lac et enfin la végétation actuelle. On constate ici déjà à quel point il est difficile de tirer de ces informations des conclusions sur la compréhension de la dynamique du paysage. La végétation visible sur l’image est effectivement l’élément le plus récent (exception faite du nuage), mais de la végétation était présente sur le site avant la formation du lac. Le glacier, forme bien connue, semble poser quelques problèmes. Les personnes le mentionnent dans la liste, mais ne savent parfois par où le placer dans l’image ; dans la chronologie, il arrive que le glacier précède l’apparition des montagnes (sommets). A deux reprises, les levées du torrent (en partie anthropisées) sont interprétées comme « traces d’ancien glacier » ou « lit de glacier ».

Figure 4 : Synthèse de la chronologie relative moyenne des éléments (du blanc, plus ancien, au noir, plus récent) proposée par les participants à l’enquête 2.

Figure 4 : Synthèse de la chronologie relative moyenne des éléments (du blanc, plus ancien, au noir, plus récent) proposée par les participants à l’enquête 2.

37Lorsqu’on regarde de près l’ordonnancement des éléments, les résultats sont surprenants et aléatoires, ce qui empêche toute généralisation. La relative imprécision de la consigne, qui laisse une grande marge à l’interprétation de ce qui est entendu par « apparition ou mise en place dans le paysage », explique en partie le classement variable – parfois très ancien, parfois le plus récent – d’éléments comme le ciel ou l’eau. Au final, les résultats obtenus ici sont peu probants et montrent clairement les limites du questionnaire – par rapport à l’entretien – pour explorer les conceptions des personnes interrogées sur un thème aussi complexe que la temporalité.

Compréhension des processus géomorphologiques

38Pour juger de la connaissance des processus géomorphologiques, les photos de sept formes géomorphologiques ont été soumises aux élèves qui devaient en expliquer brièvement la genèse (tabl. 5). Afin d’étudier l’étendue des connaissances des élèves, aucun élément de réponse ne leur a été fourni (réponse libre). Ils ont dû faire appel aux renseignements qu’ils ont pu recevoir au cours de leur scolarité ou à travers d’autres canaux d’informations (par ex. expositions, documentaires, sorties, revues, etc.). Les explications ont été codifiées en réponses correctes et incorrectes, ce qui permet d’évaluer le pourcentage de bonnes réponses. Le grand nombre de réponses inadéquates a compliqué l’analyse de cette question. Beaucoup de sujets ont décrit ou nommé la forme présentée sur l’image au lieu d’en donner une explication. Dans ces cas, les réponses ont été qualifiées d’incorrectes.

39L'analyse de la connaissance des processus géomorphologiques a été menée à deux niveaux : celui de l’individu et celui des formes géomorphologiques. Tout d'abord, le score total de réponses correctes a été calculé pour chaque individu. Selon le décompte, 24 individus n’ont aucune réponse correcte; le score maximal est de 5 réponses correctes sur un total de 7 réponses. La moyenne se situe à 1,96 bonne réponse par personne.

40Le tableau 5 représente les scores de l’ensemble des individus par rapport aux différentes formes géomorphologiques. Il en résulte que seules deux formes présentent une légère majorité de réponses correctes : roche polie (57%) et voiles d’éboulis (52%). Les cinq autres formes accumulent des taux variables de réponses incorrectes. Les sols polygonaux recensent le score le plus mauvais avec seulement une bonne réponse. L’absence de réponse, qui se situe selon les cas entre 14 et 34%, est interprétée comme un manque de connaissance.

Tableau 5 : Réponses relatives à la question concernant la genèse des formes géomorphologiques.

Tableau 5 : Réponses relatives à la question concernant la genèse des formes géomorphologiques.

41Les résultats tant de l'analyse par individu que de l'analyse par forme indiquent une connaissance plutôt faible des processus géomorphologiques. En classifiant les réponses incorrectes (selon les facteurs supposés de façonnement des éléments présentés) on obtient un aperçu des conceptions des élèves en ce qui concerne la formation du paysage alpin. Parmi les réponses systématiquement évoquées figurent les mouvements gravitaires (avant tout les éboulements) et la météorisation. Pour le reste, la gamme des réponses incorrectes est relativement large, impliquant des processus aussi variés que des mouvements tectoniques, des processus volcaniques et la déshydratation (assèchement).

42En résumé, un nombre important de processus géomorphologiques sont évoqués par les élèves de l’école secondaire tessinoise. L’attribution correcte d’un processus à une forme est cependant rare.

Vérification des hypothèses de travail

Importance des facteurs individuels

43Afin de tester l'hypothèse 1 qui stipulait une influence des caractéristiques individuelles sur la perception des formes du relief, nous avons cherché des liens statistiques (corrélations, régression linéaire) entre les informations relatives aux pratiques de loisirs ou des déterminants sociaux et l'identification des formes du relief (nombre des formes reconnues par individu).

44En ce qui concerne le public scolaire, la corrélation entre le nombre des formes reconnues par individu et différentes variables a été établie. Aucun lien statistiquement significatif ne résulte des corrélations entre la reconnaissance totale des formes et les déterminants sociaux ou les activités auxquelles se consacrent les jeunes durant leur temps libre ou en famille. L'intérêt de la personne pour son environnement (animaux, plantes, minéraux et formes géomorphologiques) influence positivement la reconnaissance des formes. Il n'est cependant pas possible d'établir un lien direct entre l'intérêt pour les sciences de la Terre et les connaissances des individus, tel qu’observé par Pralong (2006) pour un public d'adultes, puisque c'est l’intérêt pour les animaux qui montre la plus forte corrélation. Il s’agit probablement d’un effet lié à l’intérêt général de la personne pour son environnement, d'où la corrélation positive en ce qui concerne les indicateurs de la familiarité avec le milieu de montagne (fréquence des visites en milieu alpin, comportement et intérêts lors de ces visites).

45Une régression linéaire a été effectuée sur la base d’une série de variables indépendantes (sexe, âge, activités en famille, hobbies, intérêt pour différentes thématiques, fréquentation de la montagne comportement en montagne, sources d’informations sur le sujet) afin de tenter de prédire le nombre total des formes reconnues (variable dépendante). La chance de prédire correctement le score des formes totales reconnues d’un individu n'est que de 1 sur 10 pour la valeur ajustée (R2 ajusté 12,9%). Ces résultats, n’indiquent pas un lien très fort entre caractéristiques individuelles et identification des formes du relief. Il est possible que le public scolaire soit trop homogène pour faire apparaître des différences importantes.

46Portant sur un public adulte relativement varié, l’analyse des relations entre ces catégories et les résultats de la question « lecture de paysage » de la seconde enquête fournit quelques informations intéressantes. Il ressort en particulier que le nombre d’éléments identifiés augmente significativement avec le niveau de formation, mais diminue avec l’âge. Aucune corrélation significative n’apparaît avec l’intérêt exprimé pour la géologie et le paysage. Il est difficile de savoir si ces résultats reflètent réellement l’aptitude des personnes à identifier de nombreux éléments dans le paysage ou plutôt la faculté de suivre une consigne et la motivation à répondre à la question. Il faut rappeler que cette partie du questionnaire était très secondaire dans cette enquête qui visait surtout à identifier de grands types de publics parmi les visiteurs du site.

Importance des facteurs géomorphologiques

47La vérification de la seconde hypothèse se base sur l'analyse qualitative des photographies et sur les conclusions concernant les hypothèses secondaires. Dans les deux cas, les arguments vont en faveur de la confirmation de l'hypothèse 2.

48L'analyse des éléments identifiés sur les différentes images des deux enquêtes montre que certaines formes totalisent un grand score, alors que d'autres ne sont mentionnées que par peu ou très peu d'individus (classification en formes géomorphologiques primaires, secondaires et objets non perçus). En ce qui concerne les hypothèses secondaires, leur vérification a fait apparaître une prédominance de reconnaissances pour des éléments disposant de certains caractéristiques géomorphologiques, notamment celles qui mettent en avant le caractère dynamique (processus actifs et d'érosion) et minéral (absence de végétation) des formes du relief. Ces formes se distinguent généralement bien (contraste de couleur) des autres éléments du paysage. La combinaison de plusieurs de ces caractéristiques devrait augmenter la reconnaissance d’une forme. Ainsi, une doline (forme d'érosion négative) ou un couloir de lave torrentielle (forme active, non recouverte de végétation) devraient être particulièrement bien reconnaissables dans le paysage.

Discussion

49A l’issue de l’analyse de ces deux enquêtes, on constate comme attendu que les caractéristiques personnelles prises en compte sont trop superficielles et générales pour réellement fournir des explications sur le regard porté sur le relief. Les principaux facteurs qui pourraient influencer la reconnaissance ou non d’éléments du relief ne peuvent être extraits à l'aide de questionnaires. Les questions personnelles ne peuvent tout au plus que définir de grandes catégories – âge, pratique de la nature, niveau de formation – qui ne sont qu’un pâle reflet de la complexité d’un individu.

50La question de la première enquête demandant aux élèves d’expliquer par écrit une série de formes est en revanche plus proche des méthodes qui permettent d’approcher les conceptions individuelles (Giordan et de Vecchi, 1990). Les résultats révèlent des lacunes très importantes dans la compréhension du relief. Même si l’idée que les formes n’ont « pas toujours été là » est présente, leur formation est vue majoritairement comme le résultat d’un événement catastrophique. Sans tirer de conclusions hâtives, ces résultats peuvent être l’expression d’une conception erronée (misconception) de la temporalité des processus géomorphologiques et du mode d’action de ceux-ci.

51L’étude des misconceptions n’est que peu développée en Sciences de la Terre et souvent centrées sur des concepts géologiques ou globaux (Nelson et al., 1992 ; Palmer et al., 1996 ; Kastning et Kastning, 2001 ; Ravachol Orange, 2003 ; Reinfried, 2006). Une enquête portant spécifiquement sur les conceptions et questionnements des personnes dans le domaine de la géomorphologie fournirait des bases solides pour toute expérience de médiation du relief naturel.

52Par rapport aux influences des facteurs individuels étudiées, les facteurs géomorphologiques représentent, pour l'instant, un plus grand potentiel explicatif. La perception des formes du relief est en effet loin d'être aléatoire. En mettant en lien les résultats de l'analyse qualitative des images et des hypothèses secondaires, il a été possible d’identifier plusieurs critères influençant positivement ou négativement la perception du paysage (tabl. 6).

Tableau 6 : Facteurs qui influencent positivement et négativement la perception du paysage.

Tableau 6 : Facteurs qui influencent positivement et négativement la perception du paysage.

53Dans l'analyse de la perception visuelle, la notion de saillance (ou prégnance) est utilisée pour désigner la qualité d'une forme à émerger par rapport à un fond ou à d'autres formes (Landragin, 2004). En observant le type et l'occurrence des formes identifiées par les élèves sur les différents paysages du questionnaire, plusieurs facteurs de saillance ont pu être identifiés (effet de contraste, de (géo)diversité, de popularité). D'autres facteurs relevés expliquent en revanche pourquoi certaines formes du relief sont mal perçues (effet de dissimulation, de scission, de l'inconnu). En d'autres termes, ils influencent négativement la perception.

54En ce qui concerne les facteurs influençant positivement la perception, l'effet de contraste est un phénomène bien connu (Grujard et al., 1988 ; Landragin, 2004). Dans un contexte paysager, ce sont surtout les contrastes de forme et de couleur qui font émerger certaines formes géomorphologiques. L'effet de la (géo)diversité s'explique par ce que Landragin (2004) appelle la saillance liée à une singularité dans un ensemble d’objets : « Il s’agit ici de la saillance due à une mise en relief contextuelle du fait de la présence de plusieurs objets. Compte tenu d’un ensemble d’objets, un élément de cet ensemble est saillant s’il se distingue par une propriété que les autres éléments n’ont pas ». Dans un paysage mixte, les formes issues des différents processus se différencient ainsi par leurs caractéristiques géomorphologiques et sont plus facilement repérées. Les formes les plus représentées – dans les médias par exemple – bénéficient, selon nos observations, d'une meilleure reconnaissance (p. ex. glaciers). Elles jouissent de l'effet de popularité qui rend leur identification plus aisée par rapport à d'autres formes avec lesquelles le public est moins familier.

55Trois effets influencent négativement la reconnaissance des formes géomorphologiques. C'est le cas pour les formes recouvertes par la végétation (effet de dissimulation). Cela pourrait être dû au fait que la végétation, par contraste de couleur, prend le dessus sur les formes géomorphologiques. A ce sujet, il faudrait également vérifier l'hypothèse selon laquelle, dans la conception des non-spécialistes, seules les formes minérales correspondent à des formes géomorphologiques. En ce qui concerne les effets de scission et de l'inconnu, nous pouvons citer Grujard et al. (1988, p. 54) qui soulignent que « ...nous ne voyons bien que ce que nous connaissons ». Selon ces auteurs, l'« être tout entier » participe à la lecture du paysage, impressions antérieures et mémoire incluses. Même si les deux effets ont une origine commune, l'effet de scission est à distinguer de l'effet de l'inconnu. Dans le premier cas, le manque de connaissances en matière de géomorphologie ne permet pas de mettre en lien les différentes formes liées à un même processus, ce qui diminue leur identification. Dans le deuxième cas, nous supposons que les personnes tendraient à ne pas signaler des formes qu'ils ne connaissent pas. L'exemple du glacier rocheux illustre ce propos. Loin d'être des formes géomorphologiques rares dans les paysages alpins, les glaciers rocheux bénéficient d’une moindre diffusion des informations vulgarisées que d'autres formes du relief comme les glaciers.

56Deux de ces effets ont été révélés par une étude comparable concernant une enquête in situ auprès de randonneurs et alpinistes interrogés sur les changements paysagers en haute montagne (Moreau, 2010). Elle observe que face à un paysage de haute montagne, les personnes ne mettent pas forcément en lien les formes issues d’un même processus géomorphologique (effet de scission) et qu'elles ont de la difficulté à identifier certaines formes particulières (effet de popularité).

57Puisque les études sur la perception des formes géomorphologiques, telle qu’abordée dans cet article et l'enquête citée ci-dessus, restent peu développées, il y a actuellement peu de sources de comparaison des résultats, en ce qui concerne tant les facteurs géomorphologiques que les facteurs individuels. Il est donc souhaitable que d'autres études de ce genre soient entreprises avant de se prononcer de façon définitive sur les relations entre les formes géomorphologiques et ceux qui les observent. Les méthodes basées sur les photographies avec un traitement des résultats par grille, par exemple sur SIG (cf. enquête 2), se révèlent très applicables et fournissent de bons résultats. Pour aborder des questions plus détaillées (conceptions, critères individuels), elles devraient être complétées par des entretiens.

Conclusions et perspectives pour la médiation de la géomorphologie

Nécessité de diversifier les approches

58A la lumière des éléments discutés plus haut, on constate que la perception des formes du relief ne peut s'expliquer par une seule des deux hypothèses de travail. Elle doit être appréhendée de manière globale, c'est-à-dire intégrer tant les caractéristiques individuelles que les facteurs géomorphologiques. Parmi les premières, de ce qui peut être tiré des questionnaires, le niveau de formation, l'intérêt général pour l'environnement et la familiarité avec le milieu alpin sont les plus déterminants. Pour le milieu alpin, le caractère dynamique et minéral des formes du relief exerce la plus grande influence sur la perception (facteurs géomorphologiques). Ces résultats ont néanmoins besoin d'être confirmés par des études ultérieures et d’être confrontés aux résultats issus d’enquêtes similaires faites dans d’autres contextes géomorphologiques.

59A plusieurs reprises, les limites de nos résultats ont été signalées. L'enquête par questionnaire restreint à la fois le nombre de sujets abordables et les informations que l'on peut en tirer. Ainsi, seuls cinq paysages différents et un nombre limité de caractéristiques individuelles ont pu être abordés. On ne peut donc qu'émettre des hypothèses quant aux raisons qui guident les individus dans l'identification des différentes formes. En outre, par rapport à la contemplation d'un paysage réel, l'utilisation de photographies peut induire des biais, en particulier pour l’appréciation correcte de la taille des formes.

60Malgré ces inconvénients, nous encourageons la multiplication et la diversification des approches centrées sur ces questions de recherche. Ceci devrait permettre de formuler des critères solides grâce auxquels un paysage pourrait être analysé a priori sous l'angle de la visibilité des composantes et celui des conceptions les plus répandues dans la population. De telles études serviraient aussi de base pour une médiation de la géomorphologie à portée éducative, centrée sur les conceptions et les interrogations de publics définis.

Elargir le regard sur le visible et l’invisible

61Dans l’attente de résultats plus détaillés, la présente étude fournit des pistes pour une meilleure prise en compte du public dans le processus de médiation. Si l’on suit une démarche d’interprétation, le principal n’est pas d’informer ou d’instruire, mais de provoquer (Tilden, 1957). Dans ce sens, les résultats présentés ici sont utiles pour deux raisons : (1) en se basant sur les éléments du relief les plus largement identifiés, on évite de brouiller le message central par de longs passages descriptifs et énumérations de formes ; (2) en guidant les regards vers ce qui est mal vu ou oublié, on suscite réflexion et curiosité.

62Par la lecture des résultats, on constate que la majorité des formes identifiées sur les photographies occupent une place importante non seulement dans le paysage, mais également dans les discours d'explication géomorphologique : reliefs marquants, processus actifs, formes d'érosion. Les formes identifiées sont cependant peu nombreuses, relativement à la diversité géomorphologique de l'environnement alpin, ce qui laisse encore une grande place à la découverte.

63Les enquêtes ont bien mis en évidence les manques que la médiation de la géomorphologie pourrait chercher à combler, tant auprès des élèves que des adultes. De la lecture superficielle des paysages, il ressort que certaines grandes formes restent invisibles (glacier rocheux) tandis que l’explication nous montre que le lien entre un processus et ses reliquats est loin d’être une évidence, contrairement à ce que peuvent croire nombre de géomorphologues : les levées et digues du torrent sont prises pour des moraines et les roches moutonnées, blocs erratiques ou moraines recouvertes de végétation ne sont pas forcément attribuées au passage d'un glacier. Ces lacunes de compréhension fournissent une collection potentielle de messages et thématiques sur lesquels bâtir, par exemple, un produit de médiation géotouristique.

64Les démarches d’interprétation du relief naturel auprès des non-spécialistes peuvent donc se baser sur les éléments vus pour, d’une part, en faire découvrir d’autres (formes non-vues) et, d’autre part, élargir le regard du public vers des aspects invisibles du relief : la valeur particulière de certaines formes (géomorphosites), de même que les interrelations causales (facteur-processus-forme) et spatio-temporelles (imbrication des échelles) entre formes. Pour atteindre ces objectifs, l'enjeu réside dans la mobilisation de supports et de techniques d'interprétation adaptés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Intitulé des questions portant sur la lecture de paysage, illustration(s) proposées et cadre pour la réponse.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 1 : Illustrations proposées et cadre pour la réponse pour les questions portant sur la lecture du paysage (en haut: enquête 1, en bas: enquête 2).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 2 : Critères pour l’analyse des résultats de la question portant sur la lecture de paysage (a : enquête en milieu scolaire ; b : enquête in situ auprès d’adultes).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-3.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 2 : Image synthétisant les occurrences d'identification des éléments du relief naturel relevés dans l’enquête 2.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-4.png
Fichier image/png, 176k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-5.png
Fichier image/png, 1003k
Titre Tableau 3 : Taux de reconnaissance concernant les caractéristiques géomorphologiques des formes du relief.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 4 : Vérification des hypothèses secondaires concernant les caractéristiques géomorphologiques des formes du relief (*hypothèses également vérifiées avec les mêmes résultats dans l'enquête 2).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-7.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 4 : Synthèse de la chronologie relative moyenne des éléments (du blanc, plus ancien, au noir, plus récent) proposée par les participants à l’enquête 2.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-8.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 5 : Réponses relatives à la question concernant la genèse des formes géomorphologiques.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-9.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Tableau 6 : Facteurs qui influencent positivement et négativement la perception du paysage.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8892/img-10.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Géraldine Regolini-Bissig et Simon Martin, « Bâtir la médiation de la géomorphologie sur ce qui est vu.Une première approche de la perception des formes du relief alpin par les non-spécialistes », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 199-209.

Référence électronique

Géraldine Regolini-Bissig et Simon Martin, « Bâtir la médiation de la géomorphologie sur ce qui est vu.Une première approche de la perception des formes du relief alpin par les non-spécialistes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 18 avril 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8892 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8892

Haut de page

Auteurs

Géraldine Regolini-Bissig

Bureau d’étude Relief, Ch. des Oisillons 9, CH-1860 Aigle geraldine.regolini@bureau-relief.ch

Simon Martin

Bureau d’étude Relief, Ch. des Oisillons 9, CH-1860 Aigle Simon.Martin@bureau-relief.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page