Navigation – Plan du site
Articles

Du patrimoine artisanal au patrimoine géomorphologique sur la marge méridionale du Massif armoricain

From artisanal to geomorphological heritage on the southern fringes of the Amorican massif
Bruno Comentale
p. 229-238

Résumés

Dans le Sud du Massif armoricain, le recours au patrimoine matériel est un biais permettant d’introduire au patrimoine géomorphologique. Les collines de Vendée constituent un bombement dissymétrique dont la retombée vers l’est forme le plateau des Mauges. Le trait essentiel du relief est une surface d’aplanissement dont les nuances sont a priori peu perceptibles d’emblée, mais dont la démonstration à destination des publics non avertis peut être effectuée en s’appuyant sur la diversité des roches à l’affleurement. Des expositions à visée touristique, par exemple sur la construction traditionnelle dans le Bocage vendéen, permettent de saisir cette diversité à travers l’utilisation des roches comme matière première. En outre, l’importance du manteau d’altération sur le plateau des Mauges permet de mieux appréhender les mécanismes d’ameublissement des roches, condition de l’aplanissement. L’utilisation des argiles d’altération par la tuilerie et la poterie, activités qui ont marqué le paysage et qui font encore l’objet d’une petite production industrielle pour l’une, et d’un processus de patrimonialisation à but touristique pour l’autre, est l’occasion de rappeler ce qu’est un massif ancien.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : L’auteur remercie les deux correcteurs anonymes dont les remarques et les suggestions constructives ont permis d’enrichir cet article. Il tient également à remercier Christian Giusti (Université Paris-Sorbonne) pour sa disponibilité et l’efficacité de son travail de coordination. A l’Université de Nantes, le travail de cartographie et de mise au net des illustrations a été réalisé par Madame Andrée Dubois.

1Dans un massif ancien comme le Massif armoricain, la valorisation du patrimoine géomorphologique doit tenir compte de la faible énergie du relief, et par conséquent passer par des biais qui pallient l’absence de caractère spectaculaire de celui-ci aux yeux de publics de visiteurs, comme d’habitants des lieux. Cette faible énergie du relief provient de la prédominance d’une ou plusieurs surfaces d’aplanissement, caractère qui fonde la notion même de massif ancien. De ce fait, il convient de sensibiliser ces publics aux plus infimes différenciations du relief, explicables par l’érosion différentielle ou par la tectonique, qui ressortissent de la géomorphologie. En outre, la présence de surfaces nivelant le relief est une propriété géomorphologique fondamentale qui permet l’accès à la structure du socle, laquelle ressortit de la géologie. C’est pourquoi dans le Sud du Massif armoricain, domaine de plateaux d’apparence uniforme et de faible altitude, le patrimoine artisanal, à travers sa composante pétrographique – les matériaux de construction dans le bâti rural ancien du Bocage vendéen, et les argiles d’altération du socle utilisées dans la poterie et la tuilerie des Mauges –, introduit au patrimoine géomorphologique. L’expérience acquise à travers deux opérations distinctes, menées dans le premier cas en 2001 auprès de la Maison de la vie rurale du Pays de Pouzauges, en Vendée, et dans le second cas en 2008 à l’occasion de travaux d’étudiants effectués dans les Mauges, a permis de vérifier que la réceptivité à l’égard du patrimoine géomorphologique s’est accrue dans le temps, à l’image des progrès réalisés ailleurs en France et en Europe.

Un patrimoine géomorphologique méconnu

2En première approximation, l’unité géomorphologique de la partie méridionale du Massif armoricain apparaît mal. Cette difficulté provient paradoxalement du compartimentage du relief – propriété géomorphologique – qui a constitué un obstacle aux relations entre deux domaines historiquement distincts, le Bas-Poitou à l’Ouest et les Mauges à l’Est (fig. 1). Cette coupure est institutionnellement matérialisée par l’existence des départements de Vendée et du Maine-et-Loire, respectivement, ce qui cloisonne les aires d’application des politiques publiques et associatives de promotion touristique et de valorisation territoriale. L’appartenance de l’extrémité sud-orientale du Massif armoricain et de son contact avec le Bassin aquitain au département des Deux-Sèvres renforce la difficulté d’une vision globale du patrimoine géomorphologique sud-armoricain.

3

Figure 1 : Carte de localisation

Figure 1 : Carte de localisation

4Toutefois, des caractères communs existent. La charpente fondamentale du Sud du Massif armoricain apparaît à travers le dispositif dissymétrique des collines de Vendée, barrière relative à 280-290 m d’altitude et orientée selon un axe Nord-Ouest/Sud-Est ; celle-ci retombe à l’Ouest et au Sud-Ouest vers les basses terres du littoral et du Marais poitevin, à l’Est vers la plate-forme des Mauges (120-130 m) qui passe graduellement au Bassin parisien dans le Saumurois et se prolonge au Sud par la Gâtine de Parthenay (210-220 m), au contact du Bassin aquitain dans le secteur de Saint-Maixent l’École. Ce dispositif se reflète dans l’organisation du réseau hydrographique. Le trait le plus marqué est la présence de la gouttière de la Sèvre nantaise, rivière qui s’écoule le long de la bordure orientale des collines de Vendée, en direction du nord-ouest, de la Gâtine à sa confluence avec la Loire à Nantes. À l’amont, son réseau est peu hiérarchisé, avec des affluents au tracé court, la retombée sud-orientale du Massif ancien étant drainée en direction de l’est par les cours d’eau du bassin du Thouet, rivière qui conflue avec la Loire à Saumur. À l’aval, la Sèvre nantaise a pour affluents principaux la Moine, en rive droite, qui draine la partie occidentale des Mauges – le Nord et l’Est du plateau possédant un drainage ligérien direct – et la Maine qui draine un vaste bassin à la retombée Nord des collines de Vendée, en rive gauche.

5Au total, un trait majeur de l’organisation du relief et du réseau hydrographique est l’axe Nord-Ouest/Sud-Est, axe de la géomorphologie sud-armoricaine par excellence. En effet, il structure la retombée méridionale du Massif armoricain, notamment aux parages de Nantes où le Sillon de Bretagne est le produit de la réactivation cénozoïque des structures hercyniennes préexistantes, ce qui a déterminé la position de blocs basculés (Sellier, 1985). Ce dispositif tectonique se retrouve dans le domaine d’étude, en particulier dans les cassures qui délimitent le fossé d’angle de faille de Chantonnay – permettant indirectement la préservation des calcaires jurassiques ainsi dénivelés, alors qu’ils ont été ultérieurement décapés des portions de socle non effondrées (Paquereau, 1995 ; Wyns et al., 1988) –, au Sud-Ouest immédiat des collines de Vendée. Plus au Sud, ce dispositif est relayé par le graben de Saint-Maixent l’École, dont la parenté géométrique et chronologique avec les précédents est indubitable : en domaine sédimentaire où le socle armoricain est subaffleurant, apparaissant à la faveur des entailles des cours d’eau encaissés de 40 m, les calcaires aquitaniens de la Mothe-Saint-Héray ont été formés en milieu lacustre avant d’être faillés, ce qui témoigne d’une subsidence précédant le jeu cassant. In fine, la dissymétrie régionale du relief résulte, à petite échelle, d’un bombement dissymétrique à grand rayon de courbure qui présente un soulèvement plus vigoureux sur sa bordure occidentale, ce qui a permis l’inscription d’aplanissements étagés (cf. infra), alors que sa bordure orientale – les Mauges – offre l’aspect d’un plateau plus uniforme s’abaissant de manière plus continue vers l’est (photo 1).

Photo 1. Les collines de Vendée vues des Mauges vers le sud-ouest.

Photo 1. Les collines de Vendée vues des Mauges vers le sud-ouest.

Elles se signalent par une surface culminante relativement constante à 250 m d’altitude environ, dont le prolongement, plongeant vers l’est, est sécant au sommet Puy de la Garde (211 m) qui domine le plateau des Mauges et d’où est prise la photographie.

6Toutefois, réduire le contexte géomorphologique régional à la seule petite échelle, sur des distances de l’ordre de la centaine de kilomètres, est incomplet et peut être source d’erreur. En effet une présentation limitée à cette seule expression peut donner l’illusion du primat tectonique sur le relief à un public non averti, dont une partie est gagnée par le catastrophisme ambiant qui affaiblit nombre de disciplines naturalistes, comme en témoigne d’ailleurs sa méconnaissance relative aux séismes de la partie méridionale du Massif armoricain. De plus, elle aboutit au contraire de ce qu’elle veut montrer, en ne mettant l’accent que sur la structure géologique – ce qui, certes, intéresse généralement les publics curieux – sans nécessairement donner les clés de lecture du relief. Pour éviter ces déconvenues, la valorisation du patrimoine géomorphologique doit juxtaposer les niveaux d’échelle, en partant de ce que le public auquel elle s’adresse peut aisément concevoir. En ce point, la sensibilisation de ce public à la diversité pétrographique d’un socle, à travers les usages des roches comme matière première, est une introduction tangible à la géomorphologie d’un massif ancien.

Utiliser le patrimoine matériel pour introduire au patrimoine géomorphologique

7Le « petit patrimoine » matériel est, depuis plusieurs décennies, fréquemment mis à l’honneur en France. Dans le Sud du Massif armoricain, il est à la fois objet touristique, dans des secteurs situés à l’écart des grands sites touristiques régionaux – Châteaux de la Loire, Futuroscope, littoral vendéen – et où se multiplient des mises en scène visant à attirer et retenir les touristes, comme au Puy-du-Fou dans les collines de Vendée, et objet identitaire, permettant de revivifier des territoires autour de projets collectifs tels que la reconstruction d’une chapelle ruinée, la mise en valeur d’instruments aratoires du passé, de fours, de pressoirs. En 2001, les géomorphologues de l’Université de Nantes étaient sollicités par la Maison de la vie rurale du Pays de Pouzauges, en Vendée. Cet organisme, qui porte le label de Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) Sèvre et Bocage, préparait une exposition sur le bâti rural dans le Bocage vendéen, en direction du « grand public : visiteurs de la région, visiteurs touristes au cours de l’été, enfants dans le cadre des sorties scolaires et des classes vertes », selon les termes du projet. L’exposition, programmée de mai 2001 à octobre 2002, se proposait d’aborder la construction ancienne, avec le concours d’artisans de la région, comme la construction actuelle.

8La contribution du géomorphologue consistait à fournir aux organisateurs de l’exposition des indications relatives aux roches utilisées en vue de la constitution d’un panneau explicatif. En raison de la nature ubiquiste de nombreuses roches et, à l’inverse, de l’emploi de roches aux affleurements strictement localisés, il nous est apparu important de situer les principaux domaines pétrographiques de Vendée, ce qui impliquait d’aborder les notions de socle et, partant, de massif ancien : si le granite et le schiste relèvent de la première catégorie, le calcaire jurassique du bassin de Chantonnay, dont la présence est a priori insolite dans un massif ancien, et la métarhyolite des Plochères, dont la formation renvoie aux épisodes géologiques de structuration du socle, entrent dans la seconde catégorie. Ainsi, ces deux roches permettent d’introduire la longue durée indissociable de la notion même de massif ancien – cette longue durée pouvant être précisée à l’aide d’une échelle stratigraphique. Ces réflexions sont synthétisées dans le texte ci-après (voir encadré), qui avait été soumis aux organisateurs de l’exposition, accompagné d’une carte géologique schématique de Vendée.

La présence des roches utilisées comme matériau de construction dans le Bocage vendéen résulte de l’histoire géologique de celui-ci.

Le Bocage vendéen représente l’extrémité méridionale du Massif armoricain, massif ancien situé à l’emplacement des chaînes de montagne d’âge précambrien et primaire ultérieurement aplanies par l’érosion, à l’exception de quelques ensembles de roches plus résistantes qui restent en relief (Mont Mercure, 285 m, point culminant du Bocage vendéen).

Au cours de leur formation, ces chaînes de montagne ont enregistré plusieurs phases de plissement, entre 600 et 300 millions d’années, accompagnées de phénomènes de métamorphisme (transformation des roches sous l’effet des fortes chaleurs et pressions) et de volcanisme.

C’est pourquoi la majorité des roches formant l’assise du Bocage vendéen sont :

• des roches métamorphiques, schistes et gneiss notamment, qui affleurent sous la forme de bandes correspondant aux anciens plis ;

• des granites affleurant en zones localisées qui représentent des dômes granitiques (granite de Pouzauges par exemple) ;

• et, plus localement, des roches volcaniques (rhyolite de la Châtaigneraie et pierre des Plochères, basalte de la Meilleraie).

Parmi les matériaux utilisés, seul le calcaire est une roche sédimentaire formée plus tardivement alors que le massif ancien, déjà aplani par l’érosion, était temporairement envahi par la mer.

La construction traditionnelle a utilisé comme matériau les roches affleurant dans les environs :

• le schiste est largement présent dans le Bocage. Résultat d’un métamorphisme peu poussé, il présente le plus souvent une texture grenue dans laquelle on distingue à l’œil nu des agrégats de minéraux regroupés en feuillets sous l’effet des contraintes de plissement qui ont affecté les anciennes montagnes du Massif vendéen ;

• le granite se présente dans le Bocage vendéen sous la forme de batholites, ou dômes qui se sont mis en place par intrusion au sein des schistes au cours de l’ère primaire, il y a 500 millions d’années pour les granites du Haut-Bocage, plus tardivement (environ 350 millions d’années) pour les granites du Bas-Bocage. Constitué de minéraux groupés sous forme de grains visibles à l’œil nu, parmi lesquels le quartz (minéral très dur capable de rayer le verre), il présente de nombreuses variantes en fonction de sa composition en minéraux primaires ;

• la pierre des Plochères, riche en alumine et de ce fait matériau réfractaire, était utilisée comme revêtement de four, mais aussi dans la construction car elle se débite en grandes dalles. Cette pierre, de couleur rose et dans laquelle apparaissent de gros cristaux de quartz, était recherchée pour ses qualités ornementales. Affleurant en plusieurs endroits entre Saint-Pierre-du-Chemin et Piffecaud au pied des collines du Haut-Bocage, elle résulte d’un volcanisme sous-marin de faible profondeur, intervenu il y a 500 millions d’années entre deux épisodes de plissement du Massif vendéen ;

• le calcaire résulte d’une sédimentation à partir de l’accumulation de coquilles d’organismes vivant dans les mers chaudes du Jurassique. Celles-ci ont envahi une partie de la Vendée, entre 160 et 200 millions d’années, en pénétrant par le Sud (extrémité Nord du Bassin Aquitain), où elles ont été préservées de l’érosion dans le bassin de Chantonnay.

9Ce corpus explicatif appelle deux remarques. En premier lieu, il n’évite pas les écueils. L’un d’eux était de respecter l’exactitude des faits sans toutefois entrer dans une discussion spécialisée, ce qui sortait du cadre de l’exposition. Or, si les modelés d’érosion différentielle sont bien présents dans le Massif vendéen, le relief des collines de Vendée est moins redevable de celle-ci que d’une évolution cyclique, la position éminente de ces reliefs résultant d’un bombement dissymétrique à grand rayon de courbure dans lequel les morsures érosives se sont inscrites au fur et à mesure de sa réalisation (Klein, 1975 ; Désiré-Marchand et Klein, 1988). À ce titre, la mention de « roches plus résistantes qui restent en relief » est erronée à petite échelle, même si, à grande échelle, F. Bétard montre, dans les secteurs de la Châtaigneraie et de Pouzauges, que l’étagement d’éléments d’aplanissement en coïncidence avec des variations lithologiques relève d’un « travail de l’érosion différentielle solidaire d’une évolution cyclique » (Bétard, 2002, p. 92). L’auteur élargit ainsi les constats formulés par M. Ters (1961), puis par J.-C. Flageollet (1977), qui décrivaient des étagements de plateaux séparés par des glacis ou des talus difficilement explicables par la seule érosion différentielle. Il souligne en outre que « le Haut-Bocage semble se comporter depuis le début des temps post-hercyniens comme une zone permanente de soulèvement. Cette pérennité de l’exhaussement se serait exprimée comme une succession de pulsations tectoniques dont les plus importantes doivent dater du Tertiaire » (Bétard, 2002, p. 80). Enfin, à proximité du contact entre Massif armoricain et Bassin aquitain, les deux paléosurfaces infraliasique et éocène, qui sont altimétriquement proches en Gâtine, vers 210-220 m (région de Secondigny), ont enregistré le bombement régional et ont été ployées en direction du Bassin aquitain, avant intervention ultérieure de l’érosion différentielle responsable de l’escarpement topographique associé à ce contact (Bétard, 2010).

10Dans ce contexte, la principale difficulté était de trouver un équilibre entre la simplicité générale du propos, la description des pierres de construction que tout visiteur peut observer, en place dans les murs, et l’éclairage sur les conditions de leur affleurement. Cet équilibre n’avait pas été atteint de manière satisfaisante. Par exemple, nommer la pierre des Plochères, ce qui était nécessité par la fréquence de son emploi pour ses propriétés mécaniques et esthétiques, imposait d’évoquer le volcanisme comme une des étapes de la structuration du socle, de façon brève mais suffisamment explicite pour devancer les questions minimales d’un visiteur devant un panneau d’exposition, sans pour autant entrer dans le détail de cette structuration. En effet, un tel exposé, qui par ailleurs ne relève pas de la compétence propre du géomorphologue, aurait dépassé le cadre du projet initial. C’est l’objet d’une discussion que nous avions eue avec les organisateurs de l’exposition, qui estimaient cette présentation trop complexe pour une opération « tout public ». Nous en avions convenu à l’époque, en soulignant que notre texte était adaptable aux nécessités de l’exposition, tout en attirant l’attention sur une curiosité générale à l’égard des sciences de la terre, sur le goût, souvent manifesté par des publics variés, pour les fresques chronologiques balayant les longues durées (cf. supra), et sur l’occasion d’échanges que pourraient avoir, parmi les familles de visiteurs, des élèves de classe de Quatrième trouvant là une application des programmes scolaires de géologie.

Figure 2 : Croquis morphostructural des Mauges

Figure 2 : Croquis morphostructural des Mauges

11L’adaptation finalement envisagée conservait le squelette de notre présentation : le premier paragraphe, suivi de l’énumération des quatre types de roches rencontrées (métamorphiques, granitiques, volcaniques, calcaires), l’explication concernant le calcaire de Chantonnay ayant été reprise pro parte, avec mention de l’invasion marine mais pas de l’aplanissement préalable, preuve de la difficulté à diffuser la connaissance géomorphologique à l’époque. Enfin, chaque roche était décrite en deux lignes selon un diptyque « composition-utilisation », reprenant à la fois nos indications et les renseignements fournis par les artisans qui travaillent la pierre.

12En second lieu, ce bref exposé ne fait pas œuvre de valorisation du patrimoine géomorphologique : cela ne nous avait pas été demandé, l’idée même en était très peu diffusée en France en 2001, et il suffit de se reporter à la rubrique « patrimoine géologique et géomorphologique » du site Internet du Conseil général de Vendée, qui recense 32 sites présentant un intérêt scientifique à cet égard dans le département, pour mesurer les progrès accomplis durant la dernière décennie dans cette matière. S’agissant de reliefs de faible énergie, le patrimoine géomorphologique peut être appréhendé à partir des positions relatives du relief et du niveau de base océanique. Cela permet d’expliquer aux publics l’omniprésence de reliefs bas, occasionnellement envahis par les transgressions marines dans les parties les plus basses, et plans. La diversité des roches à l’affleurement sur le même plan topographique permet de saisir la réalité de cet aplanissement. Cependant, si cette réalité peut être facilement livrée à l’observation de publics de visiteurs, amener ces derniers à concevoir l’élaboration même de l’aplanissement est a priori difficile dès lors que l’on cherche à s’extraire d’un discours de généralités.

13Il est certes possible de mettre en avant les conditions climatiques ayant présidé à cette élaboration, mais un tel énoncé, nécessairement général et éloigné des paysages offerts à l’observation, s’accorde mal avec les objectifs de la vulgarisation (Sellier, 2009). À cet égard, l’utilisation des argiles d’altération du socle comme témoignage des processus d’ameublissement de roches cohérentes ayant préparé leur aplanissement constitue un biais tangible permettant de mieux cerner cette réalité. Ces altérites, qui affleurent sur les interfluves d’où elles n’ont pas été décapées par ruissellement, sont entre autres des kaolinites qui ont fait l’objet d’une exploitation fréquente comme matière première pour la fabrication de poteries, de briques et de tuiles, d’abord à usage local. Mais dans les Mauges cet usage s’est élargi à une spécialisation régionale, qui participe aujourd’hui d’une spécificité identitaire à forte connotation territoriale.

Un patrimoine identitaire pour introduire au patrimoine géomorphologique : l’exemple des Mauges

14Le plateau des Mauges se présente comme une surface extrêmement régulière à 120-130 m d’altitude, à peine interrompue par de rares hauteurs qui la dominent de 50 à 80 m (fig. 2). Cette surface « est recouverte d’un puissant manteau argileux résultant de l’altération des roches du socle par hydrolyse météorique sous climat tropical humide » (Wyns et al., 1998). Il constitue ainsi une clé d’explication de la planéité d’ensemble des paysages. Une présentation s’appuyant sur des croquis, dans le cadre d’une exposition – qui reste à mettre en œuvre, ce que, précisément, rendra possible une collaboration active entre les universitaires et les organismes de terrain tournés vers une promotion naturaliste des lieux, tels les CPIE – ou sous forme d’un dépliant – ici présenté en annexe –, permet ainsi de retracer les étapes successives de la réalisation d’un aplanissement : préparation du matériel par ameublissement, puis décapage du matériel meuble par des processus de type pédimentaire découvrant le front d’altération et mettant au jour les chirons (photo 2), pointements granitiques bien connus dans les Mauges comme en Vendée où ils ont nourri une abondante toponymie, ainsi que des tors sous la forme de pierres branlantes (lieu-dit La Pierre qui Branle à la Séguinière près de Cholet).

Photo 2. Chiron au lieu-dit éponyme, à La Tourlandry dans les Mauges

Photo 2. Chiron au lieu-dit éponyme, à La Tourlandry dans les Mauges

Les chirons sont des pointements de granite sain qui témoignent de l’irrégularité des profils d’altération du socle. Leur diaclasage est une illustration à grande échelle des facteurs qui rendent compte de l’érosion du socle granitique.

15Ce manteau d’altération, épais de 15 à 35 m (Wyns et al., 1998, p. 40), a été largement exploité au village du Fuilet au Nord-Ouest des Mauges. Les argiles font toujours l’objet d’une exploitation industrielle dans le Choletais, une trentaine de kilomètres au sud-est. Elles sont une des spécificités industrielles de la région, et ont été à l’origine d’importantes communautés rurales de potiers, aujourd’hui disparues dans leur version fonctionnelle. Elles ont ainsi contribué à fonder un véritable territoire de l’argile marqué par l’omniprésence de la tuile et de la brique, non seulement dans les villages mais aussi le long des routes où les calvaires présentent une base de brique rouge, et non de granite ou de micaschiste comme c’est généralement le cas dans le Massif armoricain.

16À la fin du XXe s., la fabrication de poteries au Fuilet était décrite comme une activité en régression, spécialisée dans les usages alimentaire et horticole, alors que cette dernière spécialisation représentait l’essentiel de la vie économique de la commune en 1955 (Pillet, 1982). Toutefois, la patrimonialisation du travail de l’argile, autour de la Maison du potier, musée dédié à la mise en valeur des pratiques et des techniques relatives à cette production, et adossé à des ateliers aujourd’hui animés par des potiers qui exposent leur production et leur savoir-faire aux touristes, a permis de perpétuer la mémoire de cette activité qui a fortement marqué les lieux. En effet, le paysage du Fuilet est tout entier occupé par les vastes séchoirs « construits en brique, dont l’étage est fait de piliers reposant, dans la partie inférieure, sur des murets et soutenant, vers le haut, les charpentes et les toitures couvertes de tuiles rondes » (Pillet, 1982, p. 117).

17Ainsi, saisir le mécanisme d’élaboration d’une surface d’aplanissement, réalité visible du plateau, à travers l’affleurement des argiles d’altération, réalité palpable qui est à la base de l’artisanat potier, permet d’introduire le patrimoine géomorphologique de manière tangible auprès de publics de visiteurs. L’observation in situ de ces argiles complète cette démarche. Au Fuilet, au lieu-dit Les Recoins, des argilières abandonnées sont encore visibles ; ennoyées, certaines d’entre elles ont été reconquises par la végétation et sont reconnues pour leur valeur écologique (CPIE Loire et Mauges, 2006) (photo 3).

Photo 3. Argilière au Fuilet dans les Mauges

Photo 3. Argilière au Fuilet dans les Mauges

Les argilières abandonnées sont aujourd’hui ennoyées ; situées pour partie en lisière de forêt, elles sont fréquemment végétalisées, et constituent des lieux reconnus d’intérêt écologique, participant ainsi du patrimoine naturel lato sensu.

18Plus loin, à l’entrée du village des Poteries, en lisière de la forêt de Nuaillé près de Cholet, on retrouve cette configuration d’étangs qui sont d’anciennes argilières ; l’activité liée à l’utilisation des argiles n’a pas totalement disparu puisqu’une briqueterie (mentionnée comme telle sur la carte IGN à 1:50 000, feuille Cholet, édition de 1985) a été reconvertie en lieu de vente de poteries.

19Enfin, la toponymie permet d’évaluer l’importance de cette activité passée : les Mauges et le Choletais présentent de nombreux lieux-dits La Poterie ou les Poteries, la Tuilerie, Terre-Blanche (altérites blanches au Sud-Ouest de Cholet). Aux portes mêmes de Nantes, sur le plateau qui prolonge les Mauges vers l’ouest, nous avons observé, à l’occasion de travaux de terrassement, le socle très altéré, au lieu-dit La Poterie à Château-Thébaud (photo 4). Le socle est recouvert de blocs de grès épars, « attribués au Bartonien [et] provenant de la silicification d’une étendue sableuse littorale » (Bambier et al., 1983). Ils constituent un témoignage supplémentaire en vue d’une vulgarisation de la géomorphologie. En effet, ici le plateau n’est plus qu’à 45 m : il représente la retombée occidentale de la plate-forme des Mauges en direction de la cuvette du lac de Grand-Lieu, et sa faible altitude l’a exposé à plusieurs reprises aux transgressions marines.

Photo 4. Le plateau des Mauges.

Photo 4. Le plateau des Mauges.

A 130 m d’altitude, il se prolonge vers l’Ouest par une surface inclinée qui atteint 45 m aux portes de Nantes. Au lieu-dit La Poterie (Château-Thébaud), aujourd’hui englobé dans la couronne périurbaine, le socle granitique est profondément altéré et livre les argiles de l’exploitation desquelles témoigne la toponymie.

20Au total, l’utilisation de divers attributs des Mauges – la topographie de plateau, la présence du manteau d’altération, la toponymie, la mise en valeur de l’intérêt écologique des anciennes argilières – vise à mettre l’accent sur une géomorphologie difficile à saisir au premier abord. Cette première approche est toutefois à compléter. Le plateau est lui-même ponctuellement dominé par quelques hauteurs (butte de Beausse, 175 m ; Puy de la Garde, 211 m), dont la présentation peut être faite en tenant compte des différentes interprétations qu’en propose la littérature, privilégiant une approche cyclique ou tectonique (Poirier, 1935 ; Klein, 1975 ; Gautier, 1980). Cette présentation, qui nécessite d’accéder à des niveaux d’explication plus fouillés et oblige de ce fait à mettre en place une pédagogie tenant compte de l’hétérogénéité des attentes des publics (cf. infra), peut partir de la longue durée qui permet l’élaboration d’aplanissements à plusieurs reprises retouchés et perfectionnés, telle la haute surface des Mauges (120 m) aux environs de Chemillé, interprétée comme un glacis éocène « adossé à la butte de Beausse et incliné vers le Sud » en fonction d’un niveau de base proche (gouttière d’une paléo-Èvre) (Wyns et al., 1998). Enfin, les Mauges sont profondément incisées par le réseau hydrographique, notamment par les cours d’eau à écoulement ligérien direct (méandres de l’Evre au « cirque » de Courossé), ce qui résulte des variations du niveau de base local que constitue la Loire. Cet exposé requiert un corpus explicatif qui se situe sur un autre plan spatio-temporel que les constats relatifs aux surfaces.

21C’est à cette occasion que convergent la démarche des géographes universitaires et les initiatives de valorisation du patrimoine in situ, ces dernières étant en général antérieures – du panneau explicatif mis en place par l’agriculteur dont les terres offrent un panorama sur la vallée du Layon (comm. orale C. Portal), aux entreprises qui couvrent un champ naturaliste plus large : sorties de terrain organisées par des sociétés savantes (par exemple la Société géologique et minéralogique de Bretagne – SGMB, en vallée du Layon en juin 2003 : voir le site Internet de la SGMB) ; action de promotion et de vulgarisation du milieu écologique menée par le CPIE Loire et Mauges. La collaboration que nous engageons avec cet organisme est d’abord l’occasion de mettre en exergue une géomorphologie micro-régionale à travers l’illustration d’un patrimoine géomorphologique à sauvegarder (modelés granitiques menacés de destruction et de disparition). De plus, elle permet de réfléchir aux modes de diffusion de la connaissance que nous n’envisageons pas comme monolithique. Rien n’interdit en effet d’investir graduellement des champs de complexité croissante auprès des visiteurs, tant il est vrai que le message simplificateur à l’excès n’est pas le plus adapté à des publics dont on ne connaît pas à l’avance la curiosité ni la culture initiales.

Conclusion

22La partie méridionale du Massif armoricain – compte non tenu de son contact avec ses enveloppes sédimentaires – pose plusieurs problèmes relatifs à la valorisation d’un patrimoine géomorphologique en domaine de faible énergie de relief. Plus qu’ailleurs, une telle valorisation montre l’importance de la formulation d’un message clair et pédagogique, qui ne soit ni simpliste ni abscons. Il existe, dans cette région, plusieurs tentatives fructueuses de valorisation d’un patrimoine naturel, ce qui témoigne de la réceptivité des publics. Ainsi, la valorisation du patrimoine faunistique et floristique rencontre un écho favorable auprès des visiteurs, simples promeneurs ou naturalistes avertis ; celle du patrimoine géologique attire des publics curieux, notamment lors des visites de carrières montrant des singularités du socle. C’est vers ce type de valorisation que se tourne une tentative menée dans le domaine de la géomorphologie, moins du fait de la parenté générique des deux disciplines qu’en raison de la complémentarité de leurs approches en domaine de massif ancien, où la nature des affleurements fonde l’interprétation des surfaces d’aplanissement et où, à l’inverse, les systèmes de pente sont des indicateurs de déformation. Le patrimoine géomorphologique s’insère ainsi au sein du patrimoine naturel lato sensu, et sa prise en compte dans les plans de développement touristique et culturel constitue un objectif d’avenir.

Haut de page

Bibliographie

BAMBIER A., FLAGEOLLET J.-C., FORESTIER F.-H., VIAUD J-M., 1983, Notice explicative, Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Clisson (509), Orléans, BRGM, 38 p.

BÉTARD F., 2002, Le contact Haut-Bocage / Bas-Bocage vendéen aux environs de Pouzauges. Etude géomorphologique, Mém. Maîtrise, Université de Nantes, 105 p.

BÉTARD F., 2010, Uplift and denudation history at low-elevation passive margins: Insights from morphostratigraphic analysis in the SE Armorican Massif along the French Atlantic margin, Comptes Rendus Geoscience, 342, p. 215-222.

CPIE LOIRE ET MAUGES, 2006, Carrières de roche massive, Sablières, Argilières des Mauges et Biodiversité, Rapport du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Loire et Mauges, Beaupréau, 94 p.

DÉSIRÉ-MARCHAND J., KLEIN C., 1988, L’étagement du relief dans le massif vendéen. Les relations du Haut-Bocage et du Bas-Bocage entre Clisson et Saint-Maixent l’École, Norois, 135, p. 287-313.

FLAGEOLLET J.-C., 1977, Origine des reliefs, altérations et formations superficielles : contribution à l’étude géomorphologique des massifs anciens cristallins, Thèse de doctorat d’État, Sciences de la Terre, Mémoire n°35, Paris, 461 p.

GAUTIER M., 1980, Néotectonique et sismicité dans le sud-est du Massif armoricain et dans ses marges orientales et méridionales : la tectonique récente, Norois, 105, p. 45-59.

KLEIN C., 1975, Massif armoricain et Bassin Parisien. Contribution à l’étude géologique et géomorphologique d’un massif ancien et de ses enveloppes sédimentaires, Thèse de doctorat d’État, Gap, Éditions Ophrys, 882 p.

PAQUEREAU P., 1995, Contribution à l’étude géomorphologique d’un contact entre socle et terrains sédimentaires. Région de Chantonnay en Vendée, Mém. Maîtrise, Université de Nantes, 128 p.

PILLET M., 1982, Potiers et poteries populaires en France, Paris, Dessain et Tolra, 210 p.

POIRIER L., 1935, Essai sur la morphologie de l’Anjou méridional (Mauges et Saumurois), Annales de Géographie, 44, p. 474-491.

SELLIER D., 1985, Les versants du Pays Nantais. Étude géomorphologique, Thèse de 3e cycle, Université de Nantes, 506 p.

SELLIER D., 2009, La vulgarisation du patrimoine géomorphologique : objets, moyens et perspectives, Bull. Ass. Géogr. Fr., 2009-1, p. 67-81.

TERS M., 1961, La Vendée littorale. Étude de géomorphologie, Thèse de doctorat d’État, Université de Rennes, 578 p.

WYNS R., LABLANCHE G., LEFAVRAIS-RAYMOND A., 1988, Notice explicative, Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Chantonnay (563), Orléans, BRGM, 76 p.

WYNS R., LARDEUX H., MOGUEDET G., DUERMAEL G., GRUET M., BIAGI R. (avec la collaboration de BALLÈVRE M., CHÈVREMONT P.), 1998, Notice explicative, Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Chemillé (483), Orléans, BRGM, 72 p.

Haut de page

Annexe

Annexe : dépliant « Géomorphologie des Mauges » (recto-verso)

Annexe : dépliant « Géomorphologie des Mauges » (recto-verso)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Photo 1. Les collines de Vendée vues des Mauges vers le sud-ouest.
Légende Elles se signalent par une surface culminante relativement constante à 250 m d’altitude environ, dont le prolongement, plongeant vers l’est, est sécant au sommet Puy de la Garde (211 m) qui domine le plateau des Mauges et d’où est prise la photographie.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2 : Croquis morphostructural des Mauges
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-3.png
Fichier image/png, 145k
Titre Photo 2. Chiron au lieu-dit éponyme, à La Tourlandry dans les Mauges
Légende Les chirons sont des pointements de granite sain qui témoignent de l’irrégularité des profils d’altération du socle. Leur diaclasage est une illustration à grande échelle des facteurs qui rendent compte de l’érosion du socle granitique.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Photo 3. Argilière au Fuilet dans les Mauges
Légende Les argilières abandonnées sont aujourd’hui ennoyées ; situées pour partie en lisière de forêt, elles sont fréquemment végétalisées, et constituent des lieux reconnus d’intérêt écologique, participant ainsi du patrimoine naturel lato sensu.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Photo 4. Le plateau des Mauges.
Légende A 130 m d’altitude, il se prolonge vers l’Ouest par une surface inclinée qui atteint 45 m aux portes de Nantes. Au lieu-dit La Poterie (Château-Thébaud), aujourd’hui englobé dans la couronne périurbaine, le socle granitique est profondément altéré et livre les argiles de l’exploitation desquelles témoigne la toponymie.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Annexe : dépliant « Géomorphologie des Mauges » (recto-verso)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-7.png
Fichier image/png, 294k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8859/img-8.png
Fichier image/png, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Comentale, « Du patrimoine artisanal au patrimoine géomorphologique sur la marge méridionale du Massif armoricain », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 229-238.

Référence électronique

Bruno Comentale, « Du patrimoine artisanal au patrimoine géomorphologique sur la marge méridionale du Massif armoricain », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8859 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8859

Haut de page

Auteur

Bruno Comentale

Université de Nantes, Institut de Géographie, et UMR 6554 CNRS, IGARUN, rue de la Censive du Tertre, 44300 Nantes bruno.comentale@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page