Navigation – Plan du site
Articles

Fondements et principes de la valorisation touristique d’un géosite : évaluation et interprétation des géosites de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (France)

Foundations and principles of the tourist promotion of a geosite: evaluation and interpretation of the geosites of the Geological Reserve of Haute Provence (France)
Christel Venzal
p. 239-248

Résumés

La notion de « géotourisme », initiée en France par les gestionnaires de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence, s’organise à partir d’une offre de découverte ludique et didactique d’un ensemble de sites géologiques, géomorphologiques et/ou historiques, se traduisant à travers des aménagements pour la visite du public, des sentiers, des panneaux, des brochures, des expositions… Toutes ces réalisations se basent sur l’inventaire d’un ou plusieurs géosites, identifiés à partir d’éléments de base (roches, fossiles, pierres, eau…). Nous avons proposé, à la suite de l’étude des géosites de Haute-Provence, un indice d’identification de géosites tenant compte des intérêts géologiques, historiques et économiques, de leur représentativité géographique (locale, régionale, nationale ou internationale) et élaboré selon trois publics cibles (les scientifiques, les groupes scolaires et le grand public). Au niveau de l’étude patrimoniale des géosites de Haute-Provence, nous avons constaté une proximité avec les principes énoncés par Freeman Tilden sur le concept d’Interprétation du patrimoine. L’analyse de ces principes a guidé notre étude du territoire de la RNGHP et notre réflexion systémique sur les géosites nous permettant de proposer un schéma d’interprétation du territoire fondé sur l’identification de géosites.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Déclaration présentée dans les Actes du Premier Symposium International sur la Protection du Patrim (...)
  • 2 Cette déclaration, signée en 1991, constitue toujours, et ce après vingt ans, le texte de référence (...)
  • 3 Information disponible : http://www.unesco.org/science/earth (consultation février 2012).

1Notre approche sur la question des géosites s’est d’abord inscrite dans un objectif professionnel de promotion touristique du territoire de la plus grande réserve naturelle géologique d’Europe, la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (RNGHP, 2 300km² et 59 communes). À la fin des années 1990, les dirigeants de la RNGHP ont souhaité mettre en œuvre, sur leur territoire, une offre touristique orientée par les principes du développement durable. Le concept de développement durable appliqué au tourisme s’entend comme « toute forme de développement de l’activité touristique qui respecte, préserve et met en valeur à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales d’un territoire. Son développement s’inscrit dans une dynamique qui engendre des modes de production et de consommation responsables, tout en offrant aux populations qui vivent, travaillent ou séjournent sur cet espace des avantages socio-économiques équitablement répartis » (Seguin, Rouzet, 2010, p. 7-8). Ces dernières décennies, ce courant de pensée a trouvé un écho de plus en plus favorable et opérationnel dans les politiques publiques nationales, régionales et européennes. L’orientation touristique de la RNGHP n’est pas un hasard. Elle intervient à la suite, d’une part, de l’introduction en France de la notion de patrimoine géologique et, d’autre part, de la notion de géotourisme présentée dans différents documents et projets d’aménagement que nous avons pu étudier. La notion de « patrimoine géologique » se définit à partir de la Déclaration de la Mémoire de la Terre1. Ce texte2, rédigé et signé par des scientifiques et des élus issus de 39 pays, est composé de neuf articles. Il établit le lien entre l’histoire des Hommes et celle de la Terre : « L’homme est un des moments de la Terre, il n’est pas finalité, il est passage ». Par ce texte, les scientifiques ont estimé que ces « archives » devaient être conservées pour que les générations futures puissent les enrichir par l’apport de technologies de recherche nouvelles et ainsi reconstituer une histoire complète du globe terrestre. Ce texte décrit le patrimoine géologique comme « la mémoire d’avant la mémoire de l’Homme » et comme « le bien commun de l’Homme et de la Terre ». Selon le réseau mondial des géoparcs, dont la RNGHP est l’un des membres fondateurs, le géotourisme stimule l'activité économique et le développement durable, en attirant un nombre croissant de visiteurs, en encourageant la création d'entreprises locales et de produits locaux3. Les gestionnaires de la RNGHP positionnent le géotourisme comme un concept innovant et transférable à tout territoire souhaitant développer la valorisation touristique de ses patrimoines. Le préalable à l’introduction de cette politique de développement repose sur l’identification d’un ensemble de géosites pouvant faire l’objet d’aménagements. D’autres définitions de la notion de géotourisme peuvent être rapprochées de l’expérience de la RNGHP. Jean-Pierre Pralong (2006, p. 62) choisit d’introduire, dans ses travaux de thèse l’importance des sciences de la terre dans l’identification des objets géologiques pouvant être valorisés à des fins touristiques : « A l’interface entre géographique humaine et géographie physique, le géotourisme peut se définir comme une forme de tourisme ayant pour but de promouvoir de manière consciente et volontaire les objets d’étude des Sciences de la Terre, d’un point de vue géomorphologique et géologique (glacier, cavité karstique, site paléontologique, etc.) ». Son travail se concentre sur la définition des principes de vulgarisation de la géologie, et plus particulièrement de la géomorphologie, dans une optique de développement durable et de protection des sites géologiques. Il est rejoint dans cette approche par Thierry Basset (2006, p. 1) qui établit, pour sa part, que « le géotourisme permet de développer une nouvelle forme de vulgarisation scientifique, plus didactique, ludique et conviviale qu’auparavant. Le géotourisme participe aussi à la mise en valeur des sites d’intérêts géologiques et géomorphologiques d’une région ». Les gestionnaires de la RNGHP ont souhaité faire de leur territoire un espace expérimental d’introduction du géotourisme en aménageant une partie de leurs sites pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Jusqu’alors, les publics principalement intéressés par ses sites géologiques et géomorphologiques étaient les scientifiques et les scolaires. Le choix de ses dirigeants de s’ouvrir au tourisme a entraîné un nouvel organigramme de ses équipes, une nouvelle structuration de son territoire, de nouveaux aménagements et donc une mutation profonde de son rôle au plan local, national et désormais international. Nous avons déjà exposé, dans différents articles et publications, l’ensemble de ces mutations organisationnelles et structurelles (Venzal, 2010). Notre travail s’efforce ici de présenter principalement les origines et les objectifs des aménagements opérés autour de ces géosites, dans une analyse reposant sur trois paramètres essentiels. Dans un premier temps, nous avons cherché à comprendre comment, et par qui, sont identifiés les sites pouvant être ouverts au tourisme, et quel mode d’évaluation est mis en œuvre pour identifier ces géosites potentiellement touristiques. Dans un deuxième temps, une fois que ces sites sont identifiés et évalués, comment ils sont interprétés en référence aux principes développés par Freeman Tilden (Tilden, 1977). Font-ils l’objet d’une médiation particulière propre aux sciences de la terre ou retrouve-t-on des approches déjà identifiées, notamment par Tilden, dans les parcs nationaux américains ? Enfin, dans une troisième phase, nous nous sommes intéressée aux aménagements institués sur le territoire de la RNGHP (étude du circuit géotouristique des Hautes vallées de l’Asse). Quels sont les outils et moyens mis en œuvre pour interpréter et valoriser au plan touristique cet ensemble de géosites ?

L’évaluation touristique du géosite à partir de l’étude des fiches d’inventaire de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence

  • 4 Gisements classés des communes de Barles et de Saint Geniez (à l’Est du Rhône).

2Notre méthode de recherche se base, d’une part, sur l’étude approfondie du plan de gestion de la RNGHP entre 2000 et 2006 (Reynaud, 2000, p. 6-18) et, d’autre part, sur l’analyse et la mise en perspective des fiches d’inventaire des sites géologiques référencés sur ce territoire. Nous avons sélectionné un ensemble de sites en tenant compte de leurs attributs géologiques, en fonction de leur intérêt scientifique (local, national ou international) et selon le type de public concerné. Lors de notre étude des fiches d’inventaire, nous avons constaté que l’évaluation des sites se divise en deux catégories, à savoir les orientations scientifiques ou thématiques principales (classées dans les fiches d’inventaire sur une échelle de 1 à 3) et l’intérêt scientifique, renseigné au niveau local, national et/ou international. L’identification de géosites se détermine par la décomposition des éléments de base du site selon un ensemble d’intérêts géologiques prédéfinis. Ces éléments sont renseignés dans la fiche d’inventaire du site par les scientifiques référents de la RNGHP qui établissent ainsi le descriptif géologique du site. Les intérêts géologiques (par exemple géomorphologiques, stratigraphiques, miniers…) mais également économiques et historiques sont notés sur une échelle de valeur de 1 à 3 points et répartis selon trois publics principaux (scientifiques/grand public/scolaires). Selon l’ensemble des fiches d’inventaire des sites de la RNGHP, 50% de ses sites intéressent principalement les scientifiques, 22% des sites correspondent aux programmes scolaires et 28% concernent le grand public. Le territoire de la RNGHP dispose d’une offre très variée sur le plan géologique, orientée sur des sites sédimentaires, de grandes structures géologiques (failles, plis) et des paysages géomorphologiques (canyons, gorges) marquant les principales périodes géologiques. Ce territoire offre, ce qui est rare, la possibilité de retracer une histoire pratiquement continue sur trois cents millions d’années, depuis les forêts tropicales carbonifères4 jusqu’aux mouvements de la mer tertiaire et aux formations plio-quaternaires. La majorité des sites sont particulièrement riches en fossiles d’ammonites, de vertébrés et contiennent des figures sédimentaires (fig. 2). Pour déterminer le mode de construction thématique et spatiale d’un géosite, nous avons sélectionné cinq sites de la RNGHP (fig. 1), en tenant compte des données présentées dans leurs grilles d’évaluation : le site de la Dalle à ammonites de Digne-les-Bains (site classé RNG), le site de l’ichthyosaure de la Robine (site classé RNG) et le site de l’ichthyosaure de Prads, le site du Carbonifère (sur la commune de Barles) et le stratotype du Barrémien (sur la commune d’Angles).

Figure 1 : Sites et circuits sur le territoire de la RNGHP (C. Venzal, février 2012)

Figure 1 : Sites et circuits sur le territoire de la RNGHP (C. Venzal, février 2012)

Figure 2 : Dalle à ammonites, moulage du gisement d’ossements d’Ichtyosaure de la Robine (Musée Promenade), stratotype d’Angles (photos : C. Venzal, 2006).

Figure 2 : Dalle à ammonites, moulage du gisement d’ossements d’Ichtyosaure de la Robine (Musée Promenade), stratotype d’Angles (photos : C. Venzal, 2006).
  • 5 Alcide d'Orbigny, ayant parcouru la région de Digne-les-Bains, vers le milieu du XIXe s., ne fait p (...)
  • 6 Sites équivalents les plus proches : le Reyran près de Fréjus dans le Var et la Mure en Isère.
  • 7 CNous avons exercé, d’une part, durant 3 ans, les fonctions de chef du secteur Verdon au sein de la (...)

3Le site de la Dalle à ammonites, sur la commune de Digne-les-Bains, est le plus remarquable sur le plan scientifique, par l’accumulation de plus de 1500 spécimens sur une surface de 300 m²5. Le gisement d’ossements d’ichtyosaure de la Robine est un des premiers sites en Europe où a été préservé, in situ, un squelette dans sa globalité. Le site du Carbonifère, sur la commune de Barles, représente un intérêt scientifique par sa rareté6. Pour chacun de ces sites, nous avons repris le descriptif géologique inscrit sur les fiches d’inventaire ainsi que les encadrés sur la localisation géographique et sur le mode de gestion du site. A l’issue de cette analyse, associée aux nombreuses observations de terrain7 (de 2000 à 2008), nous avons proposé, dans notre thèse, un indice d’identification de géosites.

4Cet indice se base sur les trois critères de sélection énoncés dans les fiches d’inventaire RNGHP, à savoir le type de public, la somme des intérêts géologiques et historiques et l’intérêt scientifique (local, national et/ou international). La définition précise de l’ensemble de ces intérêts constitue la première phase de qualification du site. L’évaluation de ces éléments de base permet aux scientifiques de la RNGHP d’établir son descriptif géologique et sa classification scientifique. Dans un deuxième temps, les scientifiques établissent, en se référant à l’ensemble des phénomènes recensés dans le monde, l’intérêt scientifique du site. Dans les fiches d’inventaire RNGHP, l’intérêt scientifique est simplement indiqué mais ne correspond pas à un indice précis. Dans le cadre de nos recherches, il a été nécessaire de clarifier cette notion d’intérêt scientifique en choisissant d’attribuer une note de 5 à 40. La note maximale de 40 correspond à un site de niveau international, la note de 20 à un site de niveau national, 10 à un site de niveau régional et 5 à un site de niveau local (note minimale). Nous avons repéré, en étudiant ces cinq sites et en faisant le lien avec l’ensemble des sites qualifiés de touristiques par les gestionnaires de la RNGHP, que les géosites aménagés relevaient majoritairement d’un intérêt scientifique international. Ce barème de notation de 5 à 40 nous a donc permis d’obtenir une amplitude suffisante de notation. Nous avons ensuite opté pour une formule multipliant la répartition obtenue dans les fiches d’inventaire par l’intérêt scientifique. Il s’agit d’une l’analyse combinant l’ensemble des intérêts, une simple addition ne nous ayant pas permis de différencier les cinq sites choisis et d’identifier leur potentiel touristique.

5Pour obtenir cet indice d’identification de géosites, nous avons finalement retenu la formule de calcul suivante :

Figure 3 : Comparatif des indices d’identification de géosites, sur les cinq sites étudiés précédemment de la RNGHP (C. Venzal, février 2006).

Figure 3 : Comparatif des indices d’identification de géosites, sur les cinq sites étudiés précédemment de la RNGHP (C. Venzal, février 2006).
  • 8 Elément minéral, fossile, végétal et présence d’eau.

6Au niveau des types de public concernés par ces sites, le site de la Dalle à ammonites totalise, selon ce mode de calcul, un indice de 120 au niveau du grand public et des scolaires (soit le niveau maximum de l’indice). Si on compare les deux sites d’ichthyosaures, on constate que le site de La Robine représente un outil d’interprétation à l’attention du grand public et des scolaires avec un indice de 88 points (contre 48 points pour le public des scientifiques) tandis que le site de Prads s’adresse prioritairement aux scientifiques avec un indice de 73,2 (contre seulement 18 points pour le grand public et les scolaires). Le site carbonifère de Barles se situe dans un indice moyen et concerne l’ensemble des publics (indice 51,4 pour les scientifiques contre 48,6 points pour le grand public et les scolaires). Ce site complémentaire peut donc s’intégrer dans un parcours de découverte plus général. Un site d’intérêt scientifique majeur comme le stratotype d’Angles (totalisant un indice de 100 points au niveau du public scientifique) peut être qualifié de « géosite scientifique » mais ne sera pas nécessairement interprété pour le grand public et les scolaires. Dans le même temps, un site du type de la dalle à ammonites sera prioritairement qualifié de « géosite pédagogique » ayant un intérêt plus faible pour les scientifiques. L’objectif de cet indice est de choisir les sites pouvant faire l’objet d’une ouverture au tourisme. L’intérêt touristique d’un géosite se détermine à partir des éléments de base8 qui le composent en tant qu’objet scientifique. Ces éléments sont identifiés, inventoriés et classés par les scientifiques référents du territoire et après consultation des scientifiques référents de la discipline.

7Afin de compléter notre analyse, nous avons étudié les réalisations entreprises sur le territoire de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (RNGHP). Nous avons constaté une proximité avec les principes énoncés par Freeman Tilden (1977) sur le concept d’interprétation du patrimoine. L’analyse de ces principes a guidé notre étude du territoire de la RNGHP et notre réflexion sur les géosites de Haute-Provence.

Analyse des principes de l’interprétation du patrimoine selon Tilden

  • 9 Extrait du texte de création du Parc national de Yellowstone en 1872.

8L’interprétation du patrimoine se définit comme l’art de communiquer la signification et la valeur d’un lieu à ceux qui le visitent. Ce concept désigne une philosophie, des méthodologies et des moyens d’expression. Son développement sur le continent américain est fortement lié à l’histoire et aux principes des parcs nationaux. Dans les textes de création des parcs nationaux, le territoire est envisagé comme un espace de récréation et de connaissances pour les citadins : « Le territoire protégé sera mis en réserve pour le plaisir, la détente et l’enrichissement culturel de tous les citoyens »9. L’interprétation permet d’expliquer, de rendre clair ce qui est obscur, de donner un sens à, de commenter, de comprendre. Dans le cadre de l’association entre interprétation et patrimoine, il s’agit de donner à comprendre le territoire à travers toutes ses composantes naturelles mais également culturelles pour sensibiliser le visiteur. Le message d’interprétation ne se transmet pas uniquement directement du guide vers le public mais peut se traduire sur des panneaux, dans des films ou encore sur des brochures. L’interprétation recouvre donc toutes les activités liées à l’information des visiteurs : expositions, centres d’information, livres, brochures, cartes, panneaux disposés le long des sentiers, photographies, cartes postales… Les principes de Freeman Tilden sont basés sur l’expérience accumulée auprès des personnels des parcs nationaux américains et par l’abondance de ses observations de terrain. Il présente avant tout une philosophie de l’art du métier d’interprète. Tilden définit l’interprétation comme « une activité qui veut dévoiler la signification des choses et leurs relations par l’utilisation des objets d’origine, l’expérience personnelle ou divers moyens d’illustration plutôt que par la communication d’une simple information sur des faits » (Tilden, 1977, p. 8-9). Il insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas uniquement de transmettre des données scientifiquement validées ou des coutumes ancestrales, mais de s’impliquer personnellement dans son discours afin d’associer le visiteur à cet exercice. A la différence d’un enseignant, l’interprète garde à l’esprit que le visiteur est en situation de loisir et non d’instruction académique. L’interprète rend son exposé attractif en se gardant de tout excès mais en souhaitant intéresser le visiteur. Dans le cas de sites géologiques très spectaculaires, comme par exemple le Canyon du Colorado ou les Chutes du Niagara, l’interprétation doit se confondre avec le site : « La beauté pour elle-même n’a pas besoin d’être interprétée. Plus tard des questions peuvent venir à l’esprit. Quelles grandes forces naturelles sont à l’œuvre derrière tout ça ? C’est alors que l’heure de l’interprète est arrivée » (Tilden, 1977, p. 114). La bonne interprétation laisse le visiteur quelque peu sur sa faim et cherche surtout à exciter sa curiosité pour qu’il s’interroge et cherche des réponses par ses propres moyens. L’interprète garde à l’esprit que l’important n’est pas ce qu’il veut dire mais ce que souhaite savoir le visiteur. Toute représentation approchée de la réalité est en principe contraire à l’esprit scientifique, mais l’interprétation ne fait pas appel aux mêmes qualités que la recherche. Darwin a notamment utilisé les ressources de l’imagination pour interpréter les phénomènes qu’il étudiait (Tilden, 1977, p. 20). L’objectif de l’interprétation est donc de satisfaire le visiteur en lui révélant une réalité qu’il ignorait ou connaissait mal. Le sentiment d’avoir appris quelque chose est source de satisfaction, contrairement à la frustration que produit toute information indigeste qui infériorise le visiteur et excite parfois son agressivité, sa capacité de vandalisme. Pour présenter ses idées, l’interprète maîtrise l’art du suspense et de la rhétorique sans tronquer les bases scientifiques. Il est préférable que le visiteur ait retenu une portion de l’information, plus ou moins variable en fonction des individus, plutôt qu’il ait l’impression de n’avoir rien compris ou d’avoir reçu trop d’informations en trop peu de temps pour les assimiler. Il doutera ainsi de l’intérêt de protéger le site et l’interprétation aura échoué.

9D’autres auteurs ont travaillé sur ce concept, notamment en l’adaptant à la situation du continent européen et à son patrimoine, principalement architectural. Pour Don Aldridge (Aldridge, 1975), l’interprétation est « l’art d’expliquer la place de l’homme dans son environnement, de rendre le public et les visiteurs plus conscients de cette relation et d’éveiller en eux le désir de contribuer à la protection de l’environnement ». Il utilise le mot art, car il estime que l’interprétation ne peut être réduite à une technique traitée dans un manuel. Pour lui, les qualités essentielles à une bonne interprétation font appel à l’émotion et à la sensibilité du visiteur. Avec l’interprétation de la nature, l’interprète cherche à montrer le caractère du site sur la base de l’interrelation entre les roches, les sols, la flore, la faune et l’homme. C’est une prise de conscience de l’interrelation entre l’Homme et son environnement naturel. La méthode qu’il préconise se base sur une approche thématique des sites naturels avec comme fil conducteur la place de l’Homme dans son environnement. Il estime qu’il est important de sensibiliser au préalable la majorité des visiteurs dans des centres d’accueil. La visite des sites naturels s’adresse à un nombre restreint de visiteurs conscients des ressources naturelles et culturelles du territoire. Cette activité rend le visiteur plus sensible à un lieu et l’incite à adapter son comportement.

10La méthode d’identification de géosites est donc une étape essentielle de la planification de l’interprétation. Il s’agit d’une démarche méthodique, effectuée à un moment donné, afin de définir pour un territoire particulier les meilleures options possibles en matière d’interprétation. L’unité ou l’aire d’interprétation est définie et l’étendue de cet espace peut être variable, jusqu’à englober la totalité d’un parc ou d’une réserve. L’aire d’interprétation doit avoir une certaine homogénéité avec le milieu naturel ou les données historiques et archéologiques. Il faut prendre en compte les possibilités d’accès et bien connaître le public auquel s’adresse le message : dégager les traits caractéristiques des visiteurs qui fréquentent le milieu en question et établir un chiffre de fréquentation optimale pour les années à venir. Afin de comprendre comment les principes de l’interprétation s’appliquent aux géosites, nous avons procédé à l’analyse de la construction spatiale et thématique du circuit géotouristique des Hautes Vallées de l’Asse.

Circuit géotouristique et interprétation : étude du circuit des Hautes Vallées de l’Asse

  • 10 En référence au schéma présenté dans le Plan de gestion RNGHP 2000/2006, p. 31 Section B (schématis (...)
  • 11 Plan de gestion RNGHP 2000/2006, p. 29-30.
  • 12 Ces circuits sont exposés dans une collection de guides édités par la RNGHP et intitulée Terre à dé (...)

11Dans un premier temps, nous avons étudié l’articulation des circuits mis en place sur le territoire de la RNGHP. Ces circuits se composent des éléments de base des géosites identifiés sur un secteur prédéfini en tenant compte d’une série de contraintes produites par les spécificités de ces sites (fig. 4). Les sites se positionnent dans un espace délimité, en l’occurrence un secteur. L’objectif du circuit est de favoriser le développement touristique des communes impliquées dans le projet en participant au maillage du territoire (positionner au moins un point du parcours par commune). Les infrastructures routières préexistantes déterminent le parcours constituant la ligne de partage entre les circuits d’interprétation. La mise en place du parcours induit l’aménagement des sites et la réalisation de liaisons entre les sites d’un même circuit (liaisons parcours/sites/communes). Le circuit (ligne de partage) assure la liaison entre les communes impliquées dans le projet, les sites principaux et les sites secondaires. Les paysages et panoramas conditionnent les pauses d’interprétation du circuit. Le centre administratif coordonne la réalisation des circuits, des parcours, des aménagements, la gestion des centres d’attraction (les musées RNGHP) et les réalisations artistiques. Nous avons identifié que les géosites étaient situés dans la nature, donc en périphérie et que les sites architecturaux par exemple se trouvaient dans les villes, donc au centre et proches des musées. Nous avons ainsi établi que cette offre touristique se positionnait dans une forme de tourisme diffus10. Le plan de gestion de la RNGHP répertorie trois types de structuration du territoire par des « éléments ponctuels, des éléments linéaires et des éléments surfaciques ». Les éléments ponctuels sont les sites classés Réserve naturelle, le centre administratif situé à Digne-les-Bains, les antennes muséographiques qui « marquent les portes d’entrée du territoire » et les points information répartis sur l’ensemble du territoire. Les éléments linéaires sont les circuits réalisés autour des sites et la « génération de flux entre les antennes muséographiques »11. Les éléments surfaciques sont les secteurs permettant le maillage du territoire de la RNGHP. Le secteur de Digne qui contient le plus grand nombre de sites géologiques, et notamment de sites classés RN, propose deux circuits de visite : le Massif du Blayeul et les Hautes Vallées de l’Asse (fig. 1). Ces circuits ne sont pas caractérisés par un thème central mais correspondent à un massif et une vallée. La « Route du Temps » traverse la partie Nord-Est du territoire afin d’initier une circulation touristique entre Sisteron et Estoublon12.

Figure 4 : Système du parcours d’interprétation du géosite sur le territoire RNGHP

Figure 4 : Système du parcours d’interprétation du géosite sur le territoire RNGHP
  • 13 Et le parastratotype d’Angles datant de 116 à 114 millions d’années.
  • 14 Turritella de l’Eocène et Natica crassatina de l’Oligocène.
  • 15 Les nummulites sont des organismes unicellulaires pouvant atteindre plusieurs centimètres.
  • 16 En pratique, le positionnement de ces logos représente une obligation contractuelle pour les struct (...)
  • 17 On rappellera que l’interprétation, selon Freeman Tilden (1977), doit se garder de tout excès.

12Le circuit des Hautes Vallées de l’Asse se déroule entre la commune de Barrème et la commune de Lambruisse (fig. 5). Il ne comporte pas de sens de visite. Le parcours routier traverse le territoire de six communes des cantons de Barrème (Barrème, Saint-Jacques, Saint-Lions, Clumanc et Tartonne) et de Saint-André-les-Alpes (Lambruisse). L’activité économique est principalement centrée sur l’élevage et l’agriculture. Ces communes se situent au croisement de deux axes routiers principaux : la RN202 vers Nice (la Côte d’Azur) et la RN85, signalée Route Napoléon, vers Castellane (accès au site des Gorges du Verdon) puis Grasse (accès aux départements du Var et des Alpes Maritimes). L’activité touristique est axée sur le tourisme vert et rural, notamment par l’accueil des randonneurs pédestres (31 gîtes ruraux et d’étape). Les « Hautes Vallées de l’Asse » contiennent différents sites fossilifères illustrant l’histoire des fonds sous-marins et de la formation des Alpes. Cette zone géographique a été fortement soumise aux grands bouleversements tectoniques. Le stratotype du Barrémien13 se caractérise par une production de fossiles notamment des ammonites. Des gastéropodes14 mais aussi des nummulites15 et des bivalves (famille des moules et des huîtres) sont répertoriés, dans d’autres époques géologiques, dans ce secteur. Les ressources géologiques, comme le gypse, le calcaire mais également le sel (découverte archéologique de puits d’eau salée sur la commune de Tartonne) ont fait l’objet d’une exploitation régulière. L’objectif de ce circuit ne se résume pas à un inventaire des sites naturels mais associe la géologie à des lieux renfermant des éléments de l’histoire locale. La base de ce circuit repose sur une lecture géologique de cette vallée en association avec une analyse historique et socio-économique du territoire. Les points d’arrêt proposés référencent des données géologiques et naturelles exposées au moyen de tablettes explicatives à proximité des sites (fig. 5). Le site de nummulites de Saint-Jacques, le récif fossile de Saint-Lions, le site volcano-sédimentaire de Clumanc sont classés RNF et signalés dans ce circuit. Il se décompose en neuf points qui sont, soit des parcours pédestres, soit des musées de sites en bord de route, soit des panoramas visibles depuis la route (principalement sur la commune de Tartonne). Les appellations de ces points correspondent soit à des toponymes locaux, soit à des noms d’éléments du patrimoine (la gare de Barrème ou le château de Clumanc) soit à des noms communs (sentiers des couleurs et des senteurs). Ces dénominations ne transmettent pas directement d’information sur le type de site référencé (géologique, fossile ou historique). Les panneaux routiers situés le long du circuit ne reprennent pas les dénominations des parcours mais uniquement le nom de la vallée ou simplement le centre du logo de la RNGHP, c’est-à-dire la découpe d’une coquille de nautile en couleur. Sans une information touristique préalable ou une curiosité développée, le touriste de passage sur cette route ne peut avoir connaissance des particularités thématiques de ce circuit. Ces parcours et points sont disposés à proximité immédiate des communes avec, si possible, un point d’arrêt ou un départ de parcours au centre du village (Barrème, Saint-Jacques, Tartonne). Les circuits des senteurs (Barrème) et de la Tour-de-Pied-Marcellin (Saint-Jacques) se rejoignent, établissant ainsi une connexion géographique entre ces deux communes. Le lien établi entre les points correspond aux axes routiers reliant Barrème à Lambruisse. L’analyse des supports proposés le long de ce circuit permet de comprendre comment s’articulent ces points d’interprétation dans la composition spatiale de cette vallée et comment se décompose cette association de géologie et d’histoire locale. Ce circuit propose d’instaurer un équilibre entre les différentes communes, afin de diffuser les flux de visiteurs potentiels sur l’ensemble de la vallée. Les parcours se positionnent dans les limites administratives de chaque commune. Ces limites communales correspondent à des sous-ensembles de l’aire du circuit dénommée les Hautes Vallées de l’Asse. Cette aire se place au contact d’un axe reliant les pôles d’attraction du secteur de Digne (musée et centre administratif) et du secteur de Castellane (antenne muséographique). Les supports de présentation du circuit ont été étudiés dans le détail afin de déterminer la classification de cette composition spatiale. Ces supports agencent la liaison entre les parcours, les points, les communes et le territoire. Ils composent les outils et moyens mis en œuvre dans l’interprétation de cette vallée. Les moyens d’interprétation utilisés se répartissent en panneaux signalant d’une part les axes routiers devant être empruntés et d’autre part les parcours. À chaque entrée d’un parcours pédestre, un panneau présente l’ensemble du circuit en positionnant ce point sur une carte de situation. L’ensemble du territoire de la RNGHP est positionné à côté de la carte rappelant les centres d’attraction : les antennes muséographiques. Trois niveaux de lecture cartographique se finalisent par un zoom sur le parcours pédestre proposé. Ces supports de 1,50 m de hauteur s’insèrent le plus discrètement possible dans le site. Ces premiers panneaux ne reprennent que les points essentiels du parcours et présentent avant tout la liaison territoriale établie dans le projet entre les communes de la vallée, le circuit, les parcours, les sites et la structure RNGHP. Le visiteur comprendra qu’il se trouve dans une réserve naturelle géologique, qu’il y a des sites naturels protégés, que le territoire propose un ensemble de musées et que les Conseils régionaux, départementaux, l’Université de Provence, l’Europe et le ministère de l’Environnement sont associés à ce circuit16. Le texte de présentation du parcours est rédigé en caractère 12 ou 14 points ce qui ne facilite pas sa lecture. Le public concerné par ce projet n’est pas un public scientifique mais bien un public de touristes ou d’excursionnistes en situation de loisir et de détente dont l’attention peut être plus difficile à mobiliser. Les moyens de l’interprétation prennent en compte ce paramètre de base au niveau de leur forme (couleur, choix des matériaux…) et du fond (textes courts, clairs et précis). Ces textes contiennent cependant un grand nombre d’informations17, bien entendu toutes essentielles, mais complexes à assimiler dans un temps court pour l’automobiliste de passage dans cette vallée. Cette présentation ne met pas en œuvre différents niveaux de lecture en extrayant les informations essentielles puis celles plus secondaires.

  • 18 http://www.geoguide.gmt-editions.fr/ (consulté en février 2012). Si les touristes ne disposent pas (...)

13Nous avons pu noter lors de nos dernières visites de terrain en juillet 2009 et octobre 2010, une détérioration de ces aménagements (pierres, ronces…) ainsi que de l’ensemble des panneaux exposés à des conditions climatiques difficiles. La signalétique n’est pas toujours correctement installée et la découverte de certains sites s’apparente à un jeu de pistes qui doit s’accompagner obligatoirement de la lecture du guide. Par ailleurs, les circuits sont éloignés géographiquement les uns des autres. Et même si, bien entendu, il n’est pas demandé à chacun de suivre tous ces parcours, l’utilisation d’un véhicule est indispensable pour suivre l’ensemble du circuit. En une journée, le visiteur ne peut avoir qu’un aperçu rapide de quelques sites principaux. Il ne peut pas comprendre, sans un minimum de formation initiale, la composition et l’évolution des paysages composant ces circuits, trop peu de données étant explicitées. La découverte de cet espace est en effet avant tout « paysagère » et les informations contenues dans le guide et sur les panneaux ne donnent que trop peu d’indications scientifiques pour apprécier pleinement la géomorphologie de ces lieux et les structures sédimentaires qui jalonnent ces parcours. Les géologues, auteurs de ce circuit, ont surtout privilégié les aspects stratigraphiques, tectoniques, sédimentologiques, paléontologiques et minéralogiques. Ce circuit démontre toute la difficulté d’une part d’interpréter des géosites et d’autre part d’entretenir sur le long terme de tels aménagements. C’est en partie pour ces raisons que les gestionnaires de la RNGHP et du Pays Dignois ont développé, depuis fin 2009, des guides numériques de visites interactives du patrimoine géologique et culturel sur système GPS. Le contenu de ces « géo-guides » est téléchargeable en six langues (français, anglais, allemand, hollandais, espagnol et italien) sur un site internet dédié18.

Figure 5 : Répartition des parcours proposés et du taux de fonction touristique du circuit Hautes Vallées de l’Asse.

Figure 5 : Répartition des parcours proposés et du taux de fonction touristique du circuit Hautes Vallées de l’Asse.
  • 19 On a retenu ici la définition de l’interface en tant que jonction permettant un transfert d’informa (...)

14L’étude de la construction thématique des géosites de la RNGHP nous a permis de constater qu’un site géologique intègre tout un ensemble d’éléments, inventoriés et évalués afin d’établir le niveau de ses intérêts à la fois scientifiques et touristiques. Cet ensemble de géosites, identifiés scientifiquement et représentatifs de l’histoire géologique d’un territoire, préfigure les bases d’une offre touristique dite durable. Avant de faire l’objet d’une ouverture au tourisme, les géosites sélectionnés doivent être interprétés. L’instauration de circuits et routes géotouristiques, accompagnée de guides de découverte, constitue l’interface19 entre le géosite et le touriste représentée par l’ensemble des moyens instaurés pour et par l’interprétation. Il s’agit alors de dévoiler des sites et des paysages à partir de données scientifiques. L’interprète, en l’occurrence le géologue, permet au visiteur de percevoir des éléments cachés, inaccessibles ou simplement inconnus, et ainsi d’accéder à la compréhension de ce qu’il a sous les yeux. Ces données scientifiques sont fondamentales pour comprendre l’histoire d’un géosite, son fonctionnement, son utilité et son évolution. Des informations sur son histoire économique, sociale, humaine et culturelle sont apportées, en complément, pour permettre son interprétation selon les principes développés par Freeman Tilden. Cependant, si l’interprète se contente de traduire son savoir, il n’intéressera pas forcément le visiteur. Pour transmettre un message d’interprétation, il faut qu’il y ait une médiation, une vulgarisation de l’information afin de faire disparaître une partie des obstacles de communication entre scientifiques et grand public. La créativité est également nécessaire pour mobiliser l’émotion. Nous pouvons parler ici d’une interprétation-médiation. Cependant, les concepteurs des circuits étudiés ont estimé, peut-être à tort, que pour le grand public, la géologie et la géomorphologie demeuraient des sciences complexes et difficiles qu’il appréhende finalement assez mal. Nous sommes plus convaincue que les éléments et les outils de l’interprétation des géosites doivent, encore plus que pour le patrimoine culturel, utiliser des dispositifs stimulant les émotions et les sensations tout en ne créant pas de décalage avec le message scientifique (Cayla, 2009 ; Montenat, 1994, p. 19-20). Sur ce point essentiel de l’interprétation, nous avons pu évaluer, dans l’étude de cas présentée dans notre troisième partie, la faiblesse des supports et des panneaux installés le long du circuit des Hautes-Vallées de l’Asse. En voulant toucher tout le monde, les concepteurs de ce circuit n’ont pas intégré le fait qu’il existe différents publics. Alors que la qualification des géosites est basée sur l’évaluation des types de publics (scolaires, grand public et scientifique), l’interprétation mise en œuvre sur le territoire de la RNGHP oublie leurs besoins et leurs attentes. Le développement de systèmes numériques tels que les géo-guides peut représenter un réel vecteur d’une ouverture au tourisme des sites et des musées de la RNGHP, en rendant leur interprétation simplement plus vivante et donc plus efficace. La découverte du sens des informations contenues dans ces outils interactifs par le touriste lui-même facilite son implication et donc sa réelle satisfaction. Toutefois une interprétation, même la plus excellente possible, ne suffit pas, le contexte dans lequel elle se développe doit être à la hauteur. Ainsi, si l’interprétation est reconnue de très bonne qualité mais que ses supports (panneaux, signalétique et parkings) ne sont pas entretenus, le visiteur ne se placera pas dans un état réceptif. Dans le cas du circuit étudié, nous avons observé que les panneaux sont détériorés, la signalétique a disparu et les postes d’observation des fossiles ne sont pas suffisamment entretenus. Ce point marque la difficulté technique et financière d’entretenir des géosites dispersés sur un territoire aussi vaste. Enfin, le dernier point que nous souhaitons soulever en conclusion de ce travail d’investigation concerne les acteurs du territoire. Nous avons posé dans notre introduction que le point de départ de l’introduction du géotourisme sur le territoire de la RNGHP repose sur la valorisation de la notion de patrimoine géologique. Cette approche par la mise en valeur de ce patrimoine par les acteurs locaux est orientée par la volonté des gestionnaires de la RNGHP de différencier leur territoire des autres espaces du pourtour méditerranéen attirant l’essentiel des touristes estivaux. Comme le soulignait Emmanuelle Bonerandi, « le recours au patrimoine permet aux acteurs de revendiquer, voire de légitimer, assez facilement (on pourrait presque dire « naturellement ») un territoire, notamment dans son identité, dans son caractère de projet et dans ses délimitations, au sens de périmètre » (Bonerandi, 2005, p. 4). Sur le territoire de la RNGHP, après plus de dix années d’observation, nous pouvons établir que le patrimoine géologique est présenté comme un argument mais qu’il n’est toujours pas réellement intégré comme facteur de développement durable par les acteurs du territoire. On pourrait dire qu’ils y croient sans y croire malgré la croissance continue du nombre de géoparcs dans le monde et le soutien confirmé des instances de l’UNESCO au développement du géotourisme. Après de nombreuses années de recherche, il nous semble encore difficile de savoir si le patrimoine géologique représente un vecteur de développement touristique durable ou simplement une nouvelle thématique touristique.

Haut de page

Bibliographie

ALDRIDGE D., 1975, Principe of country interpretation, Edimbourg : Her Majesty’s stationary office.

BASSET T., 2003, Le géotourisme : une nouvelle chance pour la vulgarisation des sciences de la Terre., texte disponible sur http://www.argilenet.ch/conferences/popup_conf.php?ID_conference=10.

BONERANDI E., 2005, Le recours au patrimoine, modèle culturel pour le territoire ?, Géocarrefour, vol. 80/2, Le diagnostic des territoires, mis en ligne le 01 décembre 2008. http://geocarrefour.revues.org/991.

BRUNET R. (dir.), 2005, (3e éd.), Les Mots de la géographie, dictionnaire critique, Paris, Belin, 518 p.

CAYLA N., 2009, Le patrimoine géologique de l’arc alpin : de la médiation scientifique à la valorisation géotouristique, Thèse de doctorat de géographie, Lab EDYTEM : Chambéry, 307 p.

MONTENAT C., 1994, Vulgarisation, Chercheurs et Grand Public, Géologues, n° 102, p. 19-20.

PRALONG JP., 2006, Géotourisme et utilisation de sites naturels d’intérêt pour les sciences de la Terre, Thèse de doctorat, Université de Lausanne, 225 p.

REYNAUD G., 2000, Plan de Gestion 2000/2006 de la Réserve géologique de Haute-Provence, Digne-les-Bains, section B, Evaluation de la valeur patrimoniale, p. 6-18.

SEGUIN, G. ; ROUZET, E., 2010, Marketing du Tourisme durable, Paris : DUNOD, 198 p.

TILDEN F., 1977, Interpreting Our Heritage, Chapel Hill (NC), The University of North Carolina Press, 119 p.

VENZAL C., 2010, Les Partenariats au cœur de la stratégie d’introduction du géotourisme en France, Téoros, Vol. 29, n° 2, p. 67-76.

VENZAL-BARDE C., 2006, Culture scientifique et tourisme : pour une mise en réseau des territoires et des projets, Méditerranée, n°3-4, p. 87-92.

VENZAL-BARDE C., 2006, Le géotourisme dans le Verdon : La mise en réseau des géosites (géologiques et géomorphologiques) comme enjeu du tourisme durable, Thèse de doctorat de Géographie, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 462 p.

Sites Internet :

http://www.resgeol04.org (dernière consultation 04/08/2010)

http://www.europeangeoparks.org (dernière consultation 04/08/2010)

http://www.geoguide.gmt-editions.fr/ (consulté en février 2012

Haut de page

Notes

1 Déclaration présentée dans les Actes du Premier Symposium International sur la Protection du Patrimoine Géologique, Mémoire de la Société de Géologie n°165, 1994.

2 Cette déclaration, signée en 1991, constitue toujours, et ce après vingt ans, le texte de référence des gestionnaires de territoires géologiquement référencés souhaitant s’engager dans une démarche de valorisation de leurs espaces.

3 Information disponible : http://www.unesco.org/science/earth (consultation février 2012).

4 Gisements classés des communes de Barles et de Saint Geniez (à l’Est du Rhône).

5 Alcide d'Orbigny, ayant parcouru la région de Digne-les-Bains, vers le milieu du XIXe s., ne fait pas mention de cette dalle. D’autres géologues, venus étudier notamment les fossiles d'ichtyosaures, site proche de la dalle, indiquent seulement la présence de nombreuses espèces d'ammonites et de mollusques dans le secteur. On estime que la dalle fut partiellement mise au jour pour la première fois au début du XXe s., lors de travaux de voirie sur l'actuelle D 900. En 1979 (la Réserve géologique de Digne n'existe pas encore), des premiers travaux de terrassement sont effectués pour dégager la "Dalle", et mettent au jour quelques 600 ammonites sur 160 m².

6 Sites équivalents les plus proches : le Reyran près de Fréjus dans le Var et la Mure en Isère.

7 CNous avons exercé, d’une part, durant 3 ans, les fonctions de chef du secteur Verdon au sein de la RNGHP et nous avons, d’autre part, mené un ensemble de travaux de recherche doctorale et postdoctorale. Notre méthode est essentiellement basée sur une recherche impliquée auprès des acteurs de ce vaste territoire afin de comprendre et d’analyser le jeu des acteurs en position de décision et de concertation.

8 Elément minéral, fossile, végétal et présence d’eau.

9 Extrait du texte de création du Parc national de Yellowstone en 1872.

10 En référence au schéma présenté dans le Plan de gestion RNGHP 2000/2006, p. 31 Section B (schématisation de la structuration du territoire par la RNGHP) par Géraldine Reynaud.

11 Plan de gestion RNGHP 2000/2006, p. 29-30.

12 Ces circuits sont exposés dans une collection de guides édités par la RNGHP et intitulée Terre à découvrir.

13 Et le parastratotype d’Angles datant de 116 à 114 millions d’années.

14 Turritella de l’Eocène et Natica crassatina de l’Oligocène.

15 Les nummulites sont des organismes unicellulaires pouvant atteindre plusieurs centimètres.

16 En pratique, le positionnement de ces logos représente une obligation contractuelle pour les structures subventionnées comme la RNGHP.

17 On rappellera que l’interprétation, selon Freeman Tilden (1977), doit se garder de tout excès.

18 http://www.geoguide.gmt-editions.fr/ (consulté en février 2012). Si les touristes ne disposent pas d’un GPS, ils peuvent emprunter un géo-guide auprès des offices du tourisme du territoire.

19 On a retenu ici la définition de l’interface en tant que jonction permettant un transfert d’informations entre deux éléments d’un système (en référence à Brunet, 2005, p. 282). L’interprétation du géosite initie par l’installation d’une signalétique, de panneaux, de circuits, un transfert d’informations entre l’élément géosite et le touriste.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Sites et circuits sur le territoire de la RNGHP (C. Venzal, février 2012)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8852/img-1.png
Fichier image/png, 180k
Titre Figure 2 : Dalle à ammonites, moulage du gisement d’ossements d’Ichtyosaure de la Robine (Musée Promenade), stratotype d’Angles (photos : C. Venzal, 2006).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8852/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8852/img-3.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Figure 3 : Comparatif des indices d’identification de géosites, sur les cinq sites étudiés précédemment de la RNGHP (C. Venzal, février 2006).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8852/img-4.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 4 : Système du parcours d’interprétation du géosite sur le territoire RNGHP
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8852/img-5.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 5 : Répartition des parcours proposés et du taux de fonction touristique du circuit Hautes Vallées de l’Asse.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8852/img-6.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christel Venzal, « Fondements et principes de la valorisation touristique d’un géosite : évaluation et interprétation des géosites de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (France) », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 239-248.

Référence électronique

Christel Venzal, « Fondements et principes de la valorisation touristique d’un géosite : évaluation et interprétation des géosites de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (France) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8852 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8852

Haut de page

Auteur

Christel Venzal

Université de Pau et des Pays de l’Adour 64000 Pau Téléphone : 0559407272 christel.venzal@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page