Navigation – Plan du site
Articles

3 184 « Merveilles naturelles » :

une photographie de la géographie de la France dans les années 1970
3184 « Natural Wonders » : A photograph of the geography of France in the 1970s
Vincent Moriniaux et Christian Giusti
p. 261-276

Résumés

Après un bref retour sur la géographie de la France au début des années 1970, l’article part de la genèse du Guide des Merveilles naturelles de la France publié par Sélection du Reader’s Digest en 1973. Les souvenirs recueillis en juin 2009 en particulier auprès de F. Verger et de B. Willerval convergent pour éclairer les raisons d’un inventaire de plus de 3 000 objets. Des éléments sont également fournis sur la structure première de l’ouvrage, le choix des sites et celui des auteurs. L’établissement d’une base de données, malgré son caractère limité, permet cependant de mettre en évidence des régions bien pourvues en sites (montagnes et littoraux), comparativement à d’autres qui le sont moins, et aux vides, de loin majoritaires. Quelques pistes d’interprétation sont proposées à titre d’hypothèse de travail : fonction du pittoresque, rôle des discontinuités, idéologie conservatrice.

Haut de page

Texte intégral

1Un souvenir est à l’origine de cet essai, la fascination éprouvée par l’un des auteurs en tournant les pages d’un exemplaire du Guide des Merveilles naturelles de la France, alors que, jeune géographe frais émoulu de l’agrégation, il musardait dans les cartons du grenier familial. Ce fort volume abondamment illustré, publié par la Sélection du Reader’s Digest en 1973, ne l’a plus jamais quitté depuis : référence incontournable car encyclopédique et de consultation aisée grâce à son classement alphabétique, il reste une source que les agrégatifs d’aujourd’hui peuvent toujours consulter, et, du fait de l’évolution de la géographie en France, avec plus de profit que les candidats d’antan. Au regard du paradigme « social » adopté au tournant des années 1980 (Orain, 2003 ; Deneux, 2006), ce livre est un inventaire détaillé de sites « naturels » frappants disséminés dans l’Hexagone, réalisé par une pléiade de géographes à l’époque en début de carrière, pour la plupart agrégés de géographie et maîtres assistants.

2Dans une première partie, l’article évoquera la genèse de l’ouvrage (SRD, 1973), à travers les entretiens réalisés en juin 2009 avec Fernand Verger (FV), le pilote scientifique, et Bernard Willerval (BW), le responsable éditorial du projet, ou à l’aide des souvenirs de certains des auteurs. La deuxième partie tentera d’apprécier la pertinence de ce recensement géographico-naturaliste réalisé au tournant des années 1960-1970, à partir de cartes et de tableaux issus de la base de données correspondant à la saisie des informations liées aux 3 184 « Merveilles » de l’Hexagone (France d’outre-mer exclue). En liaison avec le thème du patrimoine invisible, la conclusion questionnera la notion de « merveille naturelle » et la place du géographe dans le discours sur les sites remarquables.

Genèse d’une « bible » géographique

Contexte de l’ouvrage : bref retour sur la géographie de la France au début des années 1970

3La géographie de la France (physique, humaine, régionale) est à l’époque une question clé aux concours des ENS, du CAPES et des agrégations (géographie, mais aussi histoire). Les deux volumes de Ph. Pinchemel sur la France connaissent quatre éditions de 1964 à 1972, avant d’être édités sous une forme révisée et augmentée dans la collection U (Pinchemel, 1964 ; Pinchemel et al., 1980-81). La Géographie régionale de la France de G. Chabot (1966) est ré-éditée en 1969 puis en 1975 avec sa cartographie idéographique. D’autres grandes maisons comme Larousse avec Découvrir la France ou les Presses universitaires de France avec France de demain ont leur collection de géographie régionale. Les ouvrages spécialisés de géographie économique que M. Baleste publie dès 1969, ou R. Froment et S. Lerat à partir de 1974-1975, entament un parcours qui se poursuivra jusque dans les années 1990, période au cours de laquelle paraissent également entre 1976 et 1983, les quinze volumes de la grande collection dirigée par L. Papy chez Flammarion : Atlas et géographie de la France moderne. Connaître la géographie de la France est d’autant plus important que la question pèse d’un grand poids à l’écrit des concours, et plus encore à l’oral avec l’épreuve du commentaire de cartes (Jaurand, 2003). C’est dans ce contexte scientifique qu’a été conçu le Guide des merveilles naturelles de la France (SRD, 1973), en un temps où n’existaient que trois chaînes de télévision et peu ou pas de presse géotouristique, dans un monde sans GPS ni Internet mais non dénué de réseaux.

Des souvenirs à valeur de témoignage

4Chacun sait à quel point la mémoire humaine est sélective et subjective. Mais du recoupement des souvenirs recueillis émerge une série d’informations cohérentes, formant un témoignage crédible. Outre FV et BW, six géographes universitaires ont accepté de répondre à nos questions : É. Auphan, R. Brunet, G. Richez, Y. Veyret, J.-C. Wieber et J.-C. Volle, oralement et par courriel.

5Les entretiens ont été menés en deux temps. D’abord un contact par courriel pour présenter et expliquer la démarche afin de récolter une première réaction, puis un entretien téléphonique ou en face à face (FV, Y. Veyret). Les personnalités les plus prolixes qui se souvenaient le mieux de l’affaire (E. Auphan, FV, Y.V., J.-C. Wieber) ont été contactées une troisième fois et la carte des sites, ainsi que la liste des notices qu’elles avaient rédigées, leur ont été soumises dans le cadre d’un entretien libre (sauf J.-C. W. qui, pour cette phase 3, a communiqué ses réactions par écrit). La durée précise des entretiens n’a pas été notée mais la fourchette va de la dizaine de minutes à deux heures (FV à l’ENS le 18 mai 2009).

6Chaque personne interrogée a été soumise aux mêmes questions. – Dans quelles conditions avez-vous travaillé ? Comment avez-vous été recruté ? Par qui ? Une liste de sites à traiter vous a-t-elle été imposée ou bien avez-vous été libre de choisir tel ou tel site ? Avez-vous été recruté(e) parce que vous étiez spécialiste d’un type de site en particulier, ou pour votre connaissance d’une région, ou les deux ? Si la liste des sites vous a été imposée, par qui ? Et selon quels critères ? Si vous avez été libre de choisir les sites retenus dans l’ouvrage, quels ont été les critères de vos choix ? Comment définissiez-vous les « Merveilles naturelles de la France » ? Enfin, quel(s) souvenir(s) gardez-vous de cette entreprise, probablement jamais retentée ? Les informations recueillies grâce à ces différents entretiens permettent d’éclairer les origines de l’ouvrage, le choix des sites et celui des auteurs.

Les raisons d’un inventaire

7L’idée du Guide des Merveilles naturelles de la France est due à BW. Entré à l’ENS Saint-Cloud comme géographe, il fait ses études à Lille où il suit notamment les cours de P. Pinchemel et F. Lentacker. Devenu angliciste, il n’oublie pas son goût pour la géographie. Sa carrière dans l’édition lui permet de mener une entreprise qui lui tient à cœur : dresser un inventaire des sites naturels, lequel sera suivi de nombreux autres, soit sous forme de collection (il dirige La France et ses trésors, chez Larousse), soit comme « beaux livres » (Willerval et al., 1992 ; Willerval, 1993). Au cours de l’entretien du 4 juin 2009, BW dit n’avoir voulu établir ni un palmarès, ni un classement, même si bien sûr les informations rassemblées peuvent servir à cela. Son souhait était de construire « une véritable sitologie », sur le modèle de l’inventaire lancé en 1962 par André Malraux dans le cadre du IVe Plan. Comme celui des Monuments historiques, l’inventaire des « Merveilles naturelles » signale les sites qui mériteraient d’être protégés et, dans l’esprit de son promoteur, il doit aussi permettre de conserver la mémoire de sites qui ont été détruits ou de ceux qui courent le risque de l’être.

8Parmi les sites alors menacés de disparition sont par exemple décrites les buttes coquillières de Saint-Michel-en-l’Herm dans le marais poitevin (Ters et Verger, 1958 ; Verger, 1968 ; Godard, 1995). Figurent aussi des sites disparus au début des années 1970 mais encore présents dans la mémoire des géographes de cette génération comme les trois « Demoiselles de Fontenailles » à Longues-sur-Mer près d’Arromanches (Calvados), évoquées par Abel Hugo (1835) dans La France pittoresque, dont la dernière a disparu en 1939 (Ballais et al., 1984). Il est à noter que certains sites ponctuels ont été endommagés ou détruits… en partie à cause de la publication du livre ! Ainsi le gisement d’empreintes de dinosaures de Talmont-Saint-Hilaire (Bessonnat et al., 1965) a-t-il été maintes fois pillé, notamment après la parution de la première édition du Guide en 1973 (FV, 2009, comm. or.). Or, comme le précise le paléontologiste P. Taquet (1994), ce site vendéen était « particulièrement intéressant », se trouvant « de loin le gisement d’empreintes de dinosaures le plus important de France… Aujourd’hui, il n’y a plus grand chose à voir sur la plage du Veillon : la mer et les hommes ont effacé toute trace de ces traces » (in Viaud et Duclous, 2003).

Structure de l’ouvrage

  • 1 1 - Le grand plan-relief de la France portant les signatures de Jacques Bertin et de Pierre Birot, (...)

9Le Guide (SRD, 1973) comprend cinq parties : un exposé préliminaire « pour comprendre les paysages de la France » (p. 9 à 22) ; un dictionnaire proprement dit, où les « Merveilles » (au nombre de 3 184 d’après notre inventaire) sont classées par ordre alphabétique et chaque page divisée en deux colonnes (a, gauche, b, droite), plus des notices « sèches » non accompagnées de disque indicateur sur les conditions d’accès en voiture, avec des « encarts » sur fond jaune portant sur tel département, massif, unité régionale… (p. 23 à 536) ; un atlas départemental de cartes en relief selon le procédé Montiscolor dans l’esprit des cartes géomorphologiques conçues par J. Bertin au cours des années 19701 (Pumain et al., 1990, fig. 1.1), plus quelques cartes de synthèse et des textes réglementaires (p. 537 à 636) ; un glossaire dont les illustrations sont principalement consacrées à la géomorphologie (p. 637 à 656) ; un index général (p. 659 à 688).

10La visée de l’ouvrage est clairement double : touristique, en direction du grand public de plus en plus nombreux à partir en vacances, en voiture, en France (apogée des Trente Gglorieuses, allongement des congés payés après mai 1968) ; scientifique, en direction du public averti (voire spécialisé, ainsi qu’en témoigne la trentaine de pages du glossaire, quatrième partie).

11Des indications de localisation des sites sont fournies aux utilisateurs (orientation par rapport au centre de la commune), ainsi que la nature du dernier moyen de locomotion utilisable pour accéder à un site (voiture, bateau, train, remontée mécanique), plus le temps de parcours et la difficulté d’un aller-retour à pied (accessible à tous, exposé, subordonné à la maîtrise d’une technique donnée, escalade, ski, spéléologie…) depuis le dernier moyen de locomotion.

12Les sites sont classés en 19 catégories (tabl. 1). Telle quelle, cette typologie fait penser de prime abord à un catalogue à la Prévert : au gré des rubriques, l’hésitation est perceptible entre géographie « pittoresque » et géographie « scientifique ». Mais en y regardant de plus près, le lecteur averti reconnaît tel ou tel aspect de la topographie (points de vue, sommets), de l’aménagement (parcs, réserves), de la géologie (gîtes minéraux, dykes), de la géographie physique (climatologie, hydrologie, biogéographie) et surtout de la géomorphologie (de loin les catégories les plus nombreuses).

Tableau 1 : Répartition des 3 184 « Merveilles naturelles » de la France

Tableau 1 : Répartition des 3 184 « Merveilles naturelles » de la France

Le choix des sites

13Comment ont été choisis les 3 184 sites du Guide ? Le court texte (p. 4) en forme d’avant-propos placé en regard du Sommaire éclaire sur l’entreprise. Dès les premières lignes (et toute subjectivité assumée), les auteurs parlent d’un « choix » de « merveilles », mais sans que ce dernier terme ne soit jamais discuté : s’agit-il d’une référence aux sept merveilles du monde antique ? (qui étaient tout sauf « naturelles ») ; ou est-ce un manifeste pour une géographie de l’extraordinaire ? (Mais, dans ce cas, que serait une géographie de l’ordinaire ?). Par exemple, la citation qui suit pose bien plus de questions qu’elle ne donne de réponses : « Si l’on s’en était tenu à une définition stricte des merveilles » (certes, mais encore ?), « la majorité d’entre elles eût été concentrée dans quelques régions privilégiées » (très bien, mais lesquelles ? et pourquoi ?).

14Les deux critères invoqués (« accessibilité », « loyauté ») n’ont qu’une valeur relative, plutôt technique : dans le discours, la part de l’implicite est toujours très grande, exception faite de l’accessibilité. Si l’on se souvient que l’un des deux porteurs du projet est un géomorphologue de premier plan (valeur scientifique, poids institutionnel, rayonnement académique), alors le mystère s’évanouit et l’implicite se dévoile : c’est la composante « relief » des paysages qui a guidé le choix des sites et dominé l’établissement de la typologie (ce que confirme la tonalité fortement géomorphologique du glossaire illustré), et à tel point que « relief » et « paysage » sont parfois tenus pour synonymes. Ceci rappelle que, dans la géographie française des années 1970, les sciences du relief détenaient un statut particulier (Giusti, 2012). Mais les exemples cités lors des entretiens en juin 2009 (Saint-Michel-en-l’Herm, Fontenailles, Talmont-Saint-Hilaire) confirment qu’a aussi compté le poids de la composante « patrimoniale » : la conservation de ce que Buffon nommait les monumens de la nature, donc leur protection contre l’érosion (naturelle et anthropique) ou, à défaut, la possibilité d’exercer un devoir de mémoire.

15Le critère numéro 1 officiellement reconnu est donc l’accessibilité du site. « Quant aux accès, leur présentation écarte toute idée d’entraîner nos lecteurs sur des sentiers trop périlleux ou des routes peu accueillantes à la suspension de leurs voitures » : faut-il voir ici la main de la firme Dunlop, le manufacturier de pneumatiques co-responsable de l’édition ? Quoiqu’il en soit, un système de diagramme coloré permet de connaître l’état de la route (ou du chemin). Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que le livre fasse la part belle aux sites de grande étendue, aux panoramas, aux objets qui se voient de loin ou qui se parcourent facilement : sommets, vallées, corniches, points de vue et forêts représentent à eux seuls près de la moitié des entrées : 1 478 sites pour 46,3% du total (tabl. 1).

16Le critère numéro 2 est celui de la recherche d’une optimisation dans la répartition des sites : « Le développement du tourisme automobile et pédestre (…) impose aux éditeurs une recherche plus rigoureuse et plus loyale. Aussi bien ne trouvera-t-on pas telle ou telle grotte (…) alors qu’on sera surpris de [trouver] des points de vue, des curiosités ou des ensembles forestiers de moindre qualité. Il faut y voir le résultat d’une pondération à l’échelle nationale, après étude et dépouillement d’un énorme fichier ». Ici, il n’est guère possible de savoir si la « loyauté » s’exerce vis à vis des partenaires éditoriaux ou du lectorat potentiel (sans doute les deux) : dans le contexte de la société de consommation triomphante et du pompidolisme, « la bagnole » est l’objet culte par excellence (Flonneau, 1999), et « les mille bornes » le nom d’un jeu de société à succès créé en 1954, contemporain de l’essai sur La nouvelle Citroën (Barthes, 1957). En l’absence d’indications, l’hypothèse d’une pondération qualitative « à la louche » est la plus probable, sans qu’il faille pour autant douter de la « loyauté » des artisans de cette démarche.

17Il ne nous a pas été possible de retrouver le fichier « énorme » mentionné ci-dessus. De plus, les témoignages recueillis nuancent quelque peu cette assertion. Certes, il y aurait eu une liste de sites, mais celle-ci n’était pas pré-établie, ni issue d’un quelconque ouvrage. Elle serait due à FV lui-même, rédacteur de 53 des 3 184 notices, qui apparaît comme le maître d’œuvre de l’entreprise. Le Guide reçoit la caution d’une équipe dite « de direction », dont plusieurs membres sont d’éminentes personnalités, pour la plupart des naturalistes militants et engagés : l’ornithologue Jean Dorst, vice-président de la commission de sauvegarde en charge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ; Théodore Monod, l’homme de tous les déserts ; le biologiste Luc Hoffmann, spécialiste de la Camargue, co-fondateur du World Wild Fund International (WWFI), et un temps vice-président du conseil d’administration du WWF France.

18Néanmoins, il est certain que BW avait une liste en tête pour certaines régions, ayant été l’auteur chez Arthaud de guides touristiques sur les Alpes du Nord (Willerval, 1965) puis sur la Provence – Côte-d’Azur et les environs de Paris (Willerval, 1966, 1968). Il possédait une maison dans les Alpes, était très lié à l’époque avec Raoul Blanchard, et les « cheminées de fées » – dont il détenait une liste quasi exhaustive – étaient son dada. Mais BW n’a rédigé aucune notice. Les géographes contactés lui ont sans doute soumis leurs propres listes, établies à partir des 19 catégories de la typologie évoquée plus haut. Lors des conférences de rédaction, Jean Dorst – avec qui BW réalise Les mille visages de la campagne française (SRD, 1976) – a donné beaucoup de conseils, de même que Pierre Minvielle, un montagnard pyrénéiste, à l’époque vice-président de la Fédération française de spéléologie (FV, 2009, comm. or.), crédité du plus grand nombre de notices (tabl. 2).

Tableau 2 : Liste des auteurs ayant signé 5 notices au moins

Tableau 2 : Liste des auteurs ayant signé 5 notices au moins

19FV, lors de l’entretien accordé en juin 2009, se souvient qu’une commission de tri s’est réunie : « Les avens, il fallait tous les mettre car ils ont chacun leur personnalité, mais cela n’avait aucun sens de faire une notice pour chaque pic des Alpes ; on les a tous regroupés dans un article sur les aiguilles ». De même pour les dolines : « à l’exception des dolines de grande taille, on a dû sélectionner ». Pour les « cheminées de fées » chères à BW, un fichier d’au moins 300 entrées était disponible, « mais pas question de les garder toutes : il fallait que le livre garde un sens géographique. Seules les plus significatives ont été retenues, ainsi que celles situées dans des régions où l’on ne s’attendrait pas à en trouver ».

  • 2 2 - Auteur d’une thèse d’État en géographie consacrée aux houillères de Lorraine, René Haby (1919-2 (...)

20Pour le tri, deux règles ont été suivies : primo, élaguer les listes dans les départements riches en sites afin de maintenir un équilibre avec les départements moins bien pourvus ; secundo, refléter la diversité typologique des sites, même si pour cela des sites anecdotiques étaient favorisés par rapport à d’autres très célèbres. FV se souvient par exemple du mot d’ordre qu’il fallait « réhabiliter la Lorraine », une région défendue par l’influent René Haby2. Le tri a été fait d’abord au niveau du type de site, puis révisé ensuite à l’échelle des régions.

Le choix des auteurs

21Trois types d’auteurs se dégagent : les géographes (logiquement majoritaires), les ingénieurs de l’ONF pour les notices sur les forêts, les hydrologues pour les cours d’eau (tabl. 2). C’est FV qui, tout en discutant avec BW, a dirigé avec une assez grande souplesse la sélection des sites et fait appel à son réseau de relations dans la communauté des géographes pour traiter telle ou telle partie, rubrique, notice. Les « patrons » (comme on disait encore à l’époque), après avoir fait leur choix parmi les sites à traiter, ont ensuite réparti la tâche entre de plus jeunes collègues ou (plus fréquemment) entre leurs thésards. C’est le cas par exemple de J.-C. Wieber, recruté via son directeur de thèse G. Rougerie, ami de FV, ou d’Y. Veyret recrutée par M. Derruau ou A. Odouard (qui a cosigné certaines notices), parce qu’elle était en thèse sur le Massif Central. Mais quelques « grands noms » manquent à l’affiche : quid de P. Birot, d’A. Guilcher et de leurs élèves ? A. Godard tient pourtant depuis 1961 dans la Revue géographique de l’Est une chronique très suivie de géomorphologie des socles : le Morvan (exemple sur lequel il y aura lieu de revenir) n’y eût-il pas gagné ?

22P. Minvielle (616), spéléologue promoteur de l’exploration des canyons, M. Grandin (131) de la SNCF et A. Cavaillé (42), co-auteur avec B. Gèze (1977) du guide géologique régional Aquitaine orientale, sont les trois principaux contributeurs non géographes (789 notices, soit 24,78%), avec une cohorte d’ingénieurs ou de techniciens de l’Office national des forêts.

23Parmi les géographes, majoritaires tant comme auteurs qu’en nombre de notices, tous ne sont pas des spécialistes de ce qu’il est convenu d’appeler « géographie physique » à la suite, en France, d’E. de Martonne (Broc, 2010). Aux côtés de FV, J. Nicod, P. Fénelon, G. Rougerie, figurent les noms de R. Brunet, R. Ferras, F. Auriac, É. Auphan, J.-P. Charvet… Faut-il en déduire qu’à l’orée des années 1970, les géographes français étaient distribués en spécialités complémentaires et non en chapelles irréductibles ? Rappelons que les docteurs d’État de l’époque soutenaient deux thèses, la thèse secondaire portant sur un domaine de compétence différent de celui de la thèse principale. Disons aussi que la question des sites « naturels », consensuelle, était susceptible de transcender les frontières internes des spécialités de la géographie. Il faut aussi se souvenir du poids de la tradition dans la formation initiale des universitaires, qui supposait une solide culture générale et une réelle polyvalence (physique, humaine, régionale). Sans doute est-il permis de voir là, avec J.-C. Wieber (entretien du 1er juin 2009), l’influence de l’agrégation de géographie et la fonction normative de l’épreuve du commentaire de cartes (Jaurand, 2003) : « Tout agrégé de géo(graphie), qui savait décortiquer une carte topo(graphique) et une carte géol(ogique) pouvait faire cela. Cela reflète bien le climat général de l’enseignement supérieur de cette époque et la place que l’agrégation y tenait. On allait sur le terrain avec la “topo” et la “géol” du coin et on voyait bien comment cela fonctionnait ».

24Notons que sept personnalités, mentionnées comme « Auteur » au début du livre, ne sont créditées d’aucune notice ou encart : les géographes R. Brunet (qui se souvient avoir écrit sur la Brie et la Champagne, et sous-traité des articles à son étudiant D. Niclot, crédité de 32 notices), J.-C. Belliard, J.-P. Charvet, A. Saussol ; l’étudiant B. Larue ; l’ingénieur de l’ONF J.-L. Grehu ; le directeur du parc naturel régional d’Armorique H. Beaugé. L’hypothèse d’erreurs dans la liste des initiales publiées sous les notices (SRD, 1973, p. 3) n’est pas à exclure quand on sait que l’ouvrage, comme ne le laisse pas supposer son ampleur, a été terminé dans l’urgence. BW se souvient qu’il aurait voulu organiser les notices selon un plan régional, alors que, faute de temps, l’ordre alphabétique s’est imposé.

25Selon les rédacteurs consultés, les « petites mains » du Guide, et sans préjuger de ce qu’ils sont devenus ensuite, aucune latitude n’était laissée dans le choix des sujets à traiter, même si J.-C. Wieber ou J.-P. Volle se souviennent d’avoir proposé d’ajouter quelques sites. D’aucuns se rappellent avoir eu du mal à localiser le site lui-même, ou à écrire à son sujet. Y. Veyret s’étonne quant à elle de quelques choix curieux, qui lui ont donné du fil à retordre : « Que dire sur le méandre de Queuille ? », sur la Sioule, dans le département du Puy-de-Dôme (63), sinon qu’il présente « une belle dissymétrie, un versant concave raide, un versant convexe doux qui monte graduellement vers le plateau… ». J.-C. Wieber dit avoir eu du mal à trouver le Piton de Falkenstein à Grendelbruch, (Bas-Rhin, 67), dont le sommet procure une vue partielle sur le Donon et la vallée de la Bruche ; d’où l’étonnement devant ce site qui lui a été imposé, car « on peut monter depuis le cimetière militaire sur la croupe chauve située au SO à 1 km (Signal de Grendelbruch), d’où le panorama, plus large, couvre tout le secteur N. ».

26Un autre témoignage est celui d’É. Auphan, chef de travaux à l’École pratique des hautes études (EPHE) depuis 1967, chargé de piloter le laboratoire de géomorphologie fondé par F. Ruellan à Dinard en Ille-et-Vilaine (35) et dirigé depuis 1966 par FV. « Verger m’a donc proposé de rédiger quelques notules, tarifées selon leur longueur, petite, moyenne ou grande », se souvient Auphan : « Vous êtes jeune père de famille : cela mettra un peu de beurre dans vos épinards... et vous fera une première publication de vulgarisation ». « Verger m’a ensuite présenté, poursuit Auphan, une liste de sites pour lesquels aucun auteur n’avait encore été trouvé, me pressant de choisir. J’ai retenu ceux que je connaissais ou bien que je pouvais connaître rapidement, d’une part grâce à ma résidence malouine, d’autre part du fait de mes attaches en Rouergue, que je connaissais déjà assez bien. Cela dit, je n’ai évidemment pas eu la moindre parcelle de liberté concernant la définition des “merveilles naturelles”, celle-ci ayant été établie en amont, selon un processus auquel j’ai été totalement étranger, n’étant intervenu qu’in fine, au plus bas niveau de la rédaction, par pure amabilité de FV (que ma participation arrangeait bien également) ».

Fichage des sites et mise en carte : quels enseignements ?

L’établissement de la base de données initiale et ses limites

27Les cartes illustrant cette partie de l’article sont issues d’une base de données construite sous EXCEL à partir de la version initiale du Guide (SRD, 1973). Pour chacun des 3 184 sites du dictionnaire, on a relevé le nom du site, la commune, l’altitude du site lui-même ou parfois de la commune, la catégorie selon la nomenclature à 19 entrées (tabl. 1), et enfin l’auteur de la notice avec ses initiales (tabl. 2).

28L’objectif étant d’obtenir une carte des sites répertoriés par communes, les sites linéaires (rivières, fleuves, portion de littoral) ou surfaciques de grande étendue (massifs forestiers) qui font l’objet de notices « sèches » (i.e. sans indication pour l’automobiliste), ainsi que les articles en encart sur fond jaune (sites régionaux : massifs, régions naturelles, parcs naturels) n’ont pas été comptabilisés car ils ne sont pas référencés au nom d’une commune unique. Cela ne veut pas dire que ces ensembles sont oubliés sur la carte : ils apparaissent de façon indirecte à condition qu’une notice précise un point de vue (pour une vallée), ou une curiosité (pour un massif). Par exemple, les « Monts d’Arrée (29) », décrits dans un encart de 20 lignes avec photo apparaîtront sur la carte (donc dans la liste des 3 184 sites) à travers le Roc’h Trévézel sur la commune de Plounéour-Ménez.

29Telle quelle, en l’état actuel de l’analyse du corpus (SRD, 1973. SRD, 1979. Eclectis, 1991. SRD, 2003), la base de données admet une limite interne. Le texte d’une notice donnée n’a pas été traité. Une recherche sur les occurrences lexicales ou sur les illustrations (cartes, photos) pourrait cependant faire l’objet de travaux ultérieurs comparatifs avec les ouvrages de 2003 et 2007. Mais la prise en compte de La France, paradis de la nature (SRD, 1979) et Les plus beaux sites naturels de la France (Eclectis, 1991) sera plus délicate, à cause du plan régional (et non alphabétique) adopté dans ces deux ouvrages.

30Notre base de données présente aussi une limite externe : FV ne se souvient pas avoir été mis devant une liste pré-établie. L’« énorme fichier » dont parle la préface portait sans doute sur la liste des fleuves et rivières de France (peut-être issue de l’ancien Atlas de France ? CNFG, 1931-1946 et 1959), qui bénéficient d’un traitement particulier dans l’ouvrage (les notices « sèches »). En revanche, FV se rappelle de discussions très libres avec BW, pendant leur examen attentif de Découvrir la France (que Larousse venait de publier en 1972) : « Willerval avait un faible pour les cheminées de fées ; un autre jour, il a dû me dire : “on n’a pas grand-chose sur la Normandie” ». On comprend que le Guide n’a pas donné lieu à un grand systématisme.

31Une foule de détails accrédite l’idée d’un projet qui s’est construit petit à petit, sans liste pré-établie. Ainsi, des sites géomorphologiques mondialement connus comme les gorges de la Vis et le cirque de Navacelles voisinent avec des buts de promenade dont l’intérêt semble quelque peu anecdotique, comme par exemple « La Galoperie » sur la commune d’Anor dans le Nord : « On accède à ce parc d’attractions privé, par la N364 et un itinéraire fléché (visite tlj de 10h à 20h, du 1er avril à fin octobre). Le site, grands espaces verts, bois, plans d’eau, est considéré comme ‘la perle de la Thiérache’. Dans le zoo, mammifères d’Europe (daims, cerfs), fermette avec animaux domestiques (ovins, bovins, gallinacées). » (SRD 1973, p. 47). Notons que ce parc privé se distinguait entre autres par un « King Kong géant mangeur d’enfants » et une réplique du « Monstre du Loch Ness » (Voix du Nord, 13 juin 2011).

32Or, c’est précisément cette absence de systématisme qui fait à notre sens tout l’intérêt du livre. D’une part, les notices du dictionnaire permettent de saisir l’évolution des perceptions et des approches par une comparaison avec l’actuel. On peut souligner que, avec ses 50 hectares dont 10 de plan d’eau, le parc de « La Galoperie » est resté fermé entre 1985 et 2010. C’est avec le concours de l’établissement public foncier du Nord – Pas-de-Calais que la commune d’Anor a acquis le site en 2008 et procédé à la remise en état du parc (désamiantage du delphinarium, démolition de toutes les structures existantes : restaurant, dancing, piste de karting…). La réouverture au public (pêche, loisirs) se fait depuis de façon progressive, « pas à l’image d’autrefois, mais en vue d’un aménagement basé sur l’aspect environnemental » (Voix du Nord, 13 juin 2011). D’autre part, le Guide des Merveilles naturelles de la France (SRD, 1973) met à jour l’image qu’une communauté géographique française constituée de géographes et d’autres spécialistes avait des sites naturels qu’il convenait de répertorier, ce que la carte de synthèse (fig. 1) va permettre de discuter.

Les « 3 184 Merveilles naturelles » de « France » en 1973 : vides, pleins et déliés

Les « vides »

33On peut être surpris de tel ou tel vide apparaissant sur la carte d’ensemble (fig. 1). Peu de sites sont répertoriés en Sologne parce que les forêts privées sont souvent encloses (chasses) et, par définition, d’accès réservé. Dans les Landes, c’est le manque de pittoresque qui a pu jouer. D’autres vides s’expliquent davantage par le parti pris d’accessibilité automobile. Le massif des Maures (fig. 2) est un bon exemple du phénomène, par contraste avec la forte densité des sites du littoral de la Provence cristalline et la relative abondance des sites de la dépression périphérique permienne drainée par l’Argens, le Réal Martin et leurs affluents. Toutefois, J.-C. Wieber dit s’être étonné de plusieurs impasses : « Il me semble que l’on doit trouver quelques merveilles de plus dans le Pays de Caux, les Landes, le Charollais pour ne citer qu’eux. Les étranges falaises de la Pointe du Hoc seraient bienvenues ; les Landes de Lanvaux et le bassin de Rennes, beaucoup parcourus, m’ont laissé de merveilleux souvenirs, comme les vigoureux versants de la vallée de l’Oise taillés dans la craie à silex, à l’aval de Guise. Mais je plaide surtout pour la Cévenne schisteuse entre Aigoual et Lozère, que l’on ne peut réduire à sa Corniche ».

34Un facteur explicatif de la sous-représentation de certains ensembles surfaciques est peut-être à rechercher dans le principe de classement alphabétique et de rattachement par commune. Le phénomène est en partie compensé par la carte des parcs nationaux ou régionaux (SRD, 1973, p. 630-631), ainsi que par les cartes partielles émaillant les notices, et par les encarts sur fond jaune (Ibid., p. 163 pour le Pays de Caux ; p. 173-74 pour les Monts du Charollais ; p. 291 pour les Landes). Dans d’autres cas, une notice d’échelle locale (Landes de Lanvaux, p. 293) renvoie à une notice d’échelle régionale (Massif armoricain : double page illustrée de cartes et photos, 326-327).

  • 3 3 - Le Morvan fait aussi l’objet de trois articles parus dans les Annales de Géographie à la fin du (...)

35Sans doute faut-il enfin faire intervenir des questions de personnes. J. Tricart à Strasbourg ne participe pas à la rédaction des notices sur les sites alsaciens, tout simplement… parce que « Je n’aimais pas Tricart, ni sa manière de faire de la géographie et de décrire les paysages » (BW, entretien du 4 juin 2009). Le faible nombre de sites en Morvan ? « C’était le pré-carré de J. Beaujeu-Garnier et, contactée, elle n’était pas très chaude. Selon elle, le Morvan n’était “pas très visité, et il n’y avait rien d’intéressant pour le public” » (Ibid.). Cette assertion explique certes que les communes morvandelles soient dépourvues de sites, et qu’un vide relatif apparaisse sur les cartes (fig. 1 et 2). Mais dans une perspective d’histoire de la géomorphologie, l’assertion ne manque pas de surprendre : le Morvan (massif ancien) et la dépression périphérique associée (Auxois, Bazois, Terre Pleine), sculptée dans les formations sédimentaires argilo-marneuses du Lias sous la corniche du Jurassique inférieur récifal, sont des unités du plus haut intérêt, qui ont fourni le géomorphotype d’un des cas de contact entre un massif ancien et un bassin sédimentaire (Gallois, 1907. Davis, 1912. De Martonne, 1924)3. Les suggestives expressions de « Morvan pourri » et de « Morvan troué », claire référence aux modelés d’altération et de dissection des granitoïdes, ne sont-elles pas de J. Beaujeu-Garnier ? L’excellent Pays et paysages du granite (Godard, 1977) comblera justement les lacunes du Guide (SRD, 1973), empruntant de nombreux exemples au massif du Morvan et aux unités contiguës des plateaux bourguignons.

Les « pleins »

36Les cartes et les tableaux font ressortir, à l’échelle de l’Hexagone, la nette prépondérance des montagnes et des littoraux. Les axes de communication que sont les grandes vallées fluviales sont déjà nettement moins perceptibles (voir ci-dessous les « déliés »), bien que suivis par des routes classées comme « nationales » (le réseau autoroutier est, en 1970, des plus limités).

37La prédominance des hautes et moyennes montagnes ressort de la carte d’ensemble (fig. 1) sur laquelle les Alpes et les Pyrénées se reconnaissent au premier regard, de même que les Vosges et le Jura. Mais un examen plus poussé permet de préciser le propos. Le regroupement des catégories 3 et 12 aboutit à une carte de 482 sites (fig. 3), qui fait ressortir une partie des Alpes du Nord (Haute-Savoie, Isère, Savoie, Hautes-Alpes) par rapport aux Alpes du Sud et à la Corse, et, dans la chaîne des Pyrénées, le département des Hautes-Pyrénées contre tous les autres. En ce qui concerne les littoraux (mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée), ils sont généralement bien pourvus par rapport à leur hinterland immédiat : voir par exemple le cas des départements de la Seine-Maritime, du Morbihan ou des Landes (fig. 1). Si l’on regroupe les catégories 4, 9 et 15, on obtient une carte (fig. 4) de 294 sites répartis de façon contrastée d’une portion du littoral à une autre, et ce, à différentes échelles. Par exemple, de Marseille à Menton, le littoral provençal rocheux et découpé compte plus de sites que le littoral sableux à lidos et lagunes du Roussillon, du Languedoc et de la Camargue, en bordure du golfe du Lion. Dans le golfe de Saint-Malo et autour de la baie du Mont Saint-Michel, les côtes de l’Avranchin dans le Sud de la Manche ne comptent guère de sites, alors que ceux-ci se pressent de Cancale à Erquy le long de la Côte d’Émeraude en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes d’Armor. Parfois, c’est un caractère géologique qui peut être compté dans les facteurs explicatifs, comme le granite de Ploumanac’h sur la Côte de granite rose (Lageat et Nicolazo, 2009). Mais les sites sont tout aussi nombreux entre Erquy et Cancale (sans granite rose et où les grès du Cap Fréhel, d’un autre rose mais d’extension limitée, ne sauraient suffire à tout expliquer), et alors que la baie de Saint-Brieuc, de structure comparable à celle du secteur de Dinard – Saint-Malo (estuaire de la Rance) est presque vide de sites en 1973.

Figure 1 : Les 3 184 « Merveilles naturelles » de la France continentale

Figure 1 : Les 3 184 « Merveilles naturelles » de la France continentale

38Des paramètres lithostructuraux jouent aussi, parmi d’autres, en moyenne montagne, comme le montrent les exemples des massifs volcaniques d’Auvergne (chaîne des Puys, Monts Dore, Cantal), des entablements calcaires des Grands Causses et de leurs vallées en gorge (d’où le contraste entre le Nord et le Sud du département de la Lozère), des Vosges du Sud cristallines et à lacs occupant le creux des cirques glaciaires hérités (contre les Vosges du Nord gréseuses et aux reliefs beaucoup plus massifs).

39Une analyse en nombre d’occurrences confirme les résultats précédents : les 19 communes classées comme « montagnardes » totalisent 298 sites sur 314. Mais Marseille présente un fort relief relatif (640 m) : cette commune (comme tant d’autres dans les départements voisins du Var et des Alpes-Maritimes) est donc à la fois « littorale » avec des sites liés aux calanques des Bouches-du-Rhône, Marseilleveyre et Port-Miou, et aussi « montagnarde » avec des sites comme La Grande Candelle, la Chaîne de la Nerthe et le Mont Puget (tabl. 3). Au niveau régional, les Hautes-Pyrénées (63 sites) l’emportent sur les Pyrénées-Atlantiques (14 sites). Douze communes de quatre départements (05, 38, 73, 74) des Alpes du Nord (208 sites) dominent l’unique commune sud-alpine (04) dans la haute vallée de l’Ubaye (13 sites). À elle seule, Chamonix Mont-Blanc totalise 39 sites, dont 27 sommets et 10 sites glaciaires.

Figure 2 : Sites du Morvan (Bourgogne) et des Maures (PACA)

Figure 2 : Sites du Morvan (Bourgogne) et des Maures (PACA)

L’entre-deux : les « déliés »

40Dans l’immense entre-deux des accumulations de sites montagnards ou littoraux s’observent des agrégats plus ou moins nets (fig. 1). En Corse, cette montagne dans la mer où le Golfe de Porto est l’un des trois sites inscrits pour la France sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que « bien naturel », toute une série de sites s’alignent le long du GR20 qui traverse l’Île de Beauté du sud au nord.

41Dans le cas des vallées fluviales, si l’Oise est assez facilement identifiable, la Seine, la Loire et la Garonne sont en revanche presque indiscernables. Si le cours de la Durance et du Verdon se laisse suivre à travers la Provence calcaire et les Préalpes de Castellane, il n’en est plus de même dans les Alpes du Sud pour le Haut Verdon et la Durance en amont de Serre-Ponçon. En Bretagne finistérienne, la presqu’île de Crozon (sites littoraux), la vallée à méandres de l’Aulne dans le secteur de Châteaulin, les hauteurs du Ménez Hom et des Monts d’Arrée, ou encore le chaos du Huelgoat définissent une concentration relative. Mais les sites sont moins nombreux et plus diffus en Suisse normande et dans les Alpes mancelles, associés aux cluses ouvertes à travers les assises résistantes des plis tronqués du socle.

42Du seuil du Lauragais au défilé de Tain-l’Hermitage, un certain nombre de sites matérialisent, quoique sur le mode discontinu, divers secteurs de l’escarpe sud-orientale du Massif Central : Montagne Noire, Larzac, Cévennes, Vivarais. Par ses altitudes élevées (Aigoual, 1 565 m ; Lozère, 1 699 m ; Mézenc, 1 753 m ; Gerbier de Jonc, 1 551 m), l’ampleur de la dénivellation qu’elle commande et son rôle de ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée, cette ligne directrice est – comme l’avait déjà noté Strabon – « le trait le plus remarquable du relief intérieur de la France » (Baulig, 1928). L’escarpe se poursuit en direction du nord jusqu’au plateau de Langres par les Monts du Lyonnais, du Beaujolais, du Mâconnais, et la Montagne bourguignonne. Or, en nombre de sites, le contraste est total entre la section bien pourvue allant du « Pic » de Nore (au nord de Carcassonne) à la Montagne de Crussol (devant Valence), et la section pauvre bordée par le Rhône et la Saône jusqu’au nord de Dijon. Sur la bordure Sud-Ouest du Massif Central, le cumul des sites révèle les ensembles du Périgord avec les vallées de la Vézère et de la Dordogne, du Quercy lui aussi riche en sites préhistoriques et karstiques, des bassins permiens de Brive-la-Gaillarde et de Figeac (Célé), de la vallée du Lot aux amples méandres imprimés de Capdenac à Cahors, ainsi que les environs de Villefranche-de-Rouergue et de Najac (gorges de l’Aveyron) jusqu’à la Forêt de Grésigne.

Des pistes pour l’interprétation : hypothèses de travail

43Au-delà des critères matériels (desserte routière, moyens de locomotion : « accessibilité ») et de pondération régionale (« loyauté ») ayant présidé au choix des sites (voir ci-dessus), la question est d’expliquer la fréquence des sites montagnards et littoraux.

44Sur la carte de synthèse (fig. 1), ce qui frappe c’est d’abord l’ampleur des blancs, donc le nombre de communes dépourvues de sites remarquables selon les critères admis par l’ouvrage (SRD, 1973). En grosse approximation, le nombre des 3 184 « Merveilles naturelles » est à comparer aux 36 000 communes de l’Hexagone. Le rapport moyen s’établit autour de 11 : il est au minimum de 1 site pour 11 communes (11,30) puisque certaines communes totalisent plus de 36 sites (tabl. 3). Avec un total de 314 sites, les 20 communes les mieux pourvues comptent pour 10% de l’ensemble (9,86%). Et même en retirant Marseille, les 19 communes « montagnardes » pèsent encore 9,35% de tous les sites. Ceci est à rapprocher, d’une part de l’iconographie vidalienne dans La France. Tableau géographique (Vidal de la Blache, 1908) étudiée par D. Mendibil (2000a, 2000b), d’autre part des enseignements tirés par G. Hugonie (2012, et ci-dessus, p. 211-217) de l’analyse des photos de 35 manuels scolaires de géographie.

45Alors que les gravures choisies par Élisée Reclus (1877) répondaient à « une logique du tour de France qui privilégie les sites périphériques, montagnards et littoraux, et opère une sorte de marquage des frontières naturelles du territoire », les photographies publiées par Vidal (1908) balisent « la frontière de l’est en illustrant abondamment la Lorraine et l’Alsace », et mettent en images « la structure géologique de l’espace français » avec « la volonté d’en montrer les articulations » (Mendibil, 2000a). D’une manière générale, l’intérêt de Vidal « se porte vers les zones de contacts géologiques et de contrastes topographiques bien visibles (Pyrénées, Vosges, vallée du Rhône) plus que vers celles que la platitude des horizons et l’homogénéité géologique rendent moins spectaculaire (Landes, Vendée, Beauce) » (Ibid.). Et la répartition spatiale des 244 photographies (Mendibil, 2000b, fig. 1) confirme la prééminence accordée par Vidal au pourtour du Bassin parisien, au piémont pyrénéen et à la grande ligne de partage des eaux Atlantique – Méditerranée. En ce qui concerne les 244 clichés tirés d’un corpus de 35 manuels scolaires de géographie publiés entre 1942 et 2007, G. Hugonie (2012) a avancé quatre hypothèses permettant d’expliquer la part écrasante de la haute montagne alpine (28%) et des côtes rocheuses (21%) : la notoriété évidente de certains sites (comme le Mont Blanc et la vallée de Chamonix), le caractère exceptionnel (ou pittoresque), l’émotion provoquée chez les humains par la démesure de la nature, ou, plus largement, l’expression des géodynamiques de forte intensité dissipant de l’énergie, mécanismes internes (le soulèvement des montagnes, la mobilité des plaques, les éruptions volcaniques) et processus externes (l’attaque des vagues, l’écroulement des falaises, les avalanches…). Ceci rejoint d’ailleurs l’analyse de Mendibil sur Vidal, soucieux de montrer que « l’un des objectifs essentiels du géographe est de montrer à l’œuvre les énergies de la nature » (Mendibil, 2000a).

Figure 3 : Les communes de caractère « montagnard »

Figure 3 : Les communes de caractère « montagnard »

Figure 4 : Les communes de caractère « littoral »

Figure 4 : Les communes de caractère « littoral »

Tableau 3 : Les 20 communes totalisant le plus grand nombre de sites

Tableau 3 : Les 20 communes totalisant le plus grand nombre de sites

46Dans le mémoire qu’il a consacré aux phénomènes de discontinuité en géographie, un essai pénécontemporain de la genèse du Guide des merveilles naturelles de la France (SRD, 1973), R. Brunet (1968) rappelle que « les géographes ont depuis longtemps observé toutes sortes de discontinuités » comme les ruptures de pente, le knick, la ligne de rivage. D’où l’idée que, dans la liste des « merveilles », ce qui a pu guider plus ou moins consciemment le choix des observateurs relèverait de la phénoménologie de la perception avec, d’une part, le rôle des contrastes visuels et de tout ce qui peut aboutir à une polarisation du regard, d’autre part une sensibilité particulière aux mécanismes qui dissipent de l’énergie, « impressionnants » au sens littéral du terme. Comme si se retrouvaient là les deux nuances originelles du mot merveille, mirabilia : des choses qui sont à la fois « étonnantes » et « admirables », comme si seul ce qui est « spectaculaire » avait la propriété de retenir l’attention. Le Mont Saint-Clair ou Montagne de Cette (176 m) et le Mont St-Loup (113 m) en Agde ne sont que taupinières comparée au Mont Blanc, mais ces deux sommets se détachent sur la plaine du Bas-Languedoc, comme le Mont Cassel (176 m) au sud de Dunkerque domine la plaine maritime flamande et le système des Moëres. Quant aux volcans, même éteints comme ceux du Massif Central, ils rappellent les « révolutions du globe », fort en honneur avant le développement de l’uniformitarisme au XIXe siècle. Comme tous les sites où une dynamique particulière se laisse observer ou deviner (falaises du Pays de Caux, séracs du glacier d’Argentière, facettes de faille du Canigou…), ils montrent que dans une perspective actualiste bien tempérée, il y a place pour les phénomènes graduels comme l’usure d’une roche grain par grain ou la construction goutte par goutte d’un spéléothème, autant que pour les phénomènes instantanés comme l’écroulement d’une paroi rocheuse ou la mise en place d’une nappe de pyroclastites. Dans la belle collection dirigée par Louis Papy, Atlas et géographie de la France moderne, la jaquette du volume sur les Alpes (Veyret, 1979) est illustrée d’une photo aérienne figurant les confluences de la Mer de Glace avec les glaciers de Leschaux et de Talèfre, et celle du volume dédié au Massif Central (Bouet et Fel, 1983) offre une vue d’avion des cratères emboîtés du Puy de Côme.

47D’autres clés de compréhension de la sur-représentation des montagnes peuvent être trouvées dans Le Guide bleu (Barthes, 1957), qu’il est intéressant de citer : « Est pittoresque tout ce qui est accidenté. […] Au nombre des spectacles promus par le Guide bleu à l’existence esthétique, on trouve rarement la plaine (sauvée seulement lorsque l’on peut dire qu’elle est fertile), jamais le plateau. Seuls la montagne, la gorge, le défilé et le torrent peuvent accéder au panthéon du voyage, dans la mesure où ils semblent soutenir une morale de l’effort et de la solitude ». Et Barthes de préciser au passage qu’il s’agit de « cette promotion bourgeoise de la montagne, ce vieux mythe alpestre (il date du XIXe s.) que Gide associait justement à la morale helvetico-protestante et qui a toujours fonctionné comme un mixte bâtard de naturisme et de puritanisme (régénération par l’air pur, idées morales devant les sommets, l’ascension comme civisme etc.) ». Ces remarques peuvent être transposées du Guide bleu au Guide des merveilles naturelles (SRD, 1973) dans la mesure où, d’une part, la ligne éditoriale du Reader’s Digest a (au moins pendant la guerre froide) été clairement conservatrice (Heidenry, 1993 ; Sharp, 1996, 2000) et que, d’autre part, les deux guides sont une invitation au voyage en automobile et à la pratique d’une géographie réduite à un monde, sinon inhabité, du moins figé, comme réifié : le Guide des merveilles naturelles (SRD, 1973) relève d’une idéologie qui érige le site en monument à la mémoire de la Terre.

Conclusion

48Le succès du Guide des merveilles naturelles de France (SRD, 1973) explique sa postérité sous la forme d’une version régionale abrégée, La France, paradis de la nature, (SRD, 1979), d’une version régionale étoffée, Les plus beaux sites naturels de la France (Eclectis, 1991), récemment d’un nouveau Guide des merveilles naturelles de la France (SRD 2003, 2007).

49En 1973, la notion de « merveille naturelle » n’est pas explicitée : le lecteur est confronté à un phénomène de type « boîte noire, bloc magique » (Volvey et al., 2008), un implicite auquel tous les auteurs adhèrent sans (se) poser de question(s), sinon, sans les exprimer. Or, il nous a paru possible de montrer que la « merveille naturelle » n’est guère plus que l’expression d’une fascination pour le pittoresque, l’accident, le spectaculaire, le discontinu, comme si seul ce qui sort de l’ordinaire méritait de faire sens, et ce, en fonction d’une idéologie valorisant l’objet plus que le système, au détriment d’une approche vraiment scientifique. Au fond, le bizarre de l’objet surexposé masque la réalité de la complexité du paysage.

50Car, sorti de son contexte, l’objet en soi n’a pas grande signification, et le guide (bleu, rouge, ou vert…) n’est guère plus qu’une sorte de cabinet de curiosités portatif, sorti du vide-poche à l’occasion, une encyclopédie de voyage. L’analyse du Guide des Merveilles naturelles de la France (SRD, 1973) permet de prendre la mesure des nombreux changements intervenus au cours des trente dernières années dans la géographie française. Les systèmes, avec les flux qui les animent et les sous-tendent sont plus pertinents et riches d’information que le site isolé : ce qui fait sens, ce sont les paysages dans toute leur épaisseur, avec leurs composantes, les signes permettant de saisir les linéaments de leur évolution, mais aussi les filtres perceptifs variés par lesquels s’effectue l’observation. Il est cependant frappant de constater que les mythes qui imprégnaient la société des années 1960-1970 restent fonctionnels (ce qui est le propre de tout mythe). L’exemple du naufrage hivernal du TK Bremen est révélateur à cet égard puisque, au printemps 2012, Le Monde titrait : « Moins de quatre mois après l’échouement du cargo, la plage d’Erdeven a retrouvé son état naturel » (Baudet, 2012). Si « rendre le site à la nature » est simplement le débarrasser de toute trace visible de souillure, alors la France reste en effet un « Paradis de la Nature » (SRD, 1979), un jardin d’Éden sans dômes de chaleur urbain ni traces de condensation dans le ciel, sans gaz d’échappement ni rejets toxiques dans les cours d’eau, sans zones de traitement des déchets ultimes ni cheminées qui fument, sans épandages de pesticides ni rejets de nitrates… Mais qu’en est-il, au-delà des apparences ?

51S’il est possible de savoir ce que des géographes ont tenu pour « site remarquable » au temps du paradigme « naturaliste » de la géographie, il est plus difficile de se prononcer depuis que le paradigme « social » a été choisi. L’urgence environnementale devrait cependant obliger les géographes à mieux comprendre la notion de naturalité face à l’anthropisation croissante et universelle des écosystèmes terrestres. Pour une humanité entrée dans l’Anthropocène (Lorius et Carpentier, 2011), la « merveille naturelle » ne pourrait-elle pas être le site qui, ouvrant une fenêtre sur l’état pré-anthropique du système étudié, invite à dépasser les images de la nature qui rassurent, afin d’affronter la réalité biophysique qui dérange ?

Liste complémentaire, annexe du Tableau 2

52Les auteurs ayant rédigé au moins 5 notices apparaissent dans le Tableau 2.

  • 4 4 - Bien que non défini dans la liste des auteurs, « JC » a bien rédigé 4 notices : La Pierre du Ch (...)

53De nombreux autres personnalités ont contribué au Guide : 4 notices : JC4 ; Martine Mollon, étudiante à l’institut de géographie de Clermont-Ferrand ; André Mormiche, ONF ; Émile Vignes, ONF ; Jean Jules Picard, ONF. — 3 notices : Émile L. Chenal, ONF ; Jean André Maréchal, ONF ; Jean-François Chaumont, ONF ; Raymond-Bernard Legrand, ONF. — 2 notices : Jacqueline Gabert, agrégée de géographie, maître assistante à l’institut de géographie d’Aix-Marseille ; Claude Bonnemere, ONF ; Charles Stablo, ONF ; Georges Sauvagnac, ONF ; Jean Gardin, ONF ; Jean-Jacques Faure, ONF ; Jean-Marc Dubois et Jean-Marc Dufourg, ONF ; Michel-Jules Voinier, ONF ; Pierre-Daniel Bergis, ONF ; René Arnould, ONF. — 1 notice : Marie-Claire Bernard, agrégée de géographie, assistante à l’université Paul-Valéry de Montpellier ; Pierre Marty, chargé de mission au parc régional des Volcans d’Auvergne ; André-Lucien Py, ONF ; Alain Payeur, ONF ; Bernard Becheret, ONF ; Bernard Guay, ONF ; Daniel Guinard, ONF ; François Quiquerez, ONF ; Henri Deforge, ONF ; Henri Mariotti, ONF ; Jean-Jacques Richert, ONF ; Marcel Briand, ONF ; Maurice-Henri Bach, ONF ; Michel-Marie Dubois, ONF ; M. Raymond Vadet, ONF ; Marc Dargier de Saint-Vauhry, ONF ; Paul Cousin, ONF ; Pierre Leroy, ONF ; Robert Minair, ONF ; Roger-Pierre Favre, ONF ; Rohand Sagnet, ONF ; Séverin Piazza, ONF ;Thierry Thuret, ONF ; Yves Manière, ONF ; Marcel M. Chartier, docteur en hydrologie continentale, hydrogéographe, secrétaire de la commission d’hydrologie continentale du Comité national français de géographie (CNFG), membre de l’Association internationale des sciences hydrologiques, de l’Association internationale de limnologie… ; Simone Chevrier, maître assistante à l’institut de géographie de Clermont-Ferrand.

Sources primaires

54SRD, 1973a, Guide des merveilles naturelles de la France : Autoguid Sélection-Dunlop, Paris, Sélection du Reader’s Digest, 687 p.

55SRD, 1973b, Guide des merveilles naturelles de la France, Paris, Sélection du Reader’s Digest, 687 p.

56SRD, 1979, La France, paradis de la nature, Paris, Sélection du Reader’s Digest, 303 p.

57Eclectis, 1991, Les plus beaux sites naturels de la France, Paris, Eclectis, 515 p.

58SRD, 2003, Guide des merveilles naturelles de la France, Paris, Sélection du Reader’s Digest, 495 p.

59SRD, 2007, Guide des merveilles naturelles de la France, Paris, Sélection du Reader’s Digest, 495 p.

Liste des entretiens réalisés en juin 2009 par Vincent Moriniaux

60AUPHAN Etienne, BRUNET Roger, RICHEZ Gérard, VERGER Fernand, VEYRET Yvette, WIEBER Jean-Claude, WILLERVAL Bernard.

Haut de page

Bibliographie

BALESTE M., 1969, L’économie française : structures et conjoncture, Paris, Masson (1ère éd.), 201 p.

BALESTE M., 1995, L’économie française. Études thématiques de l’économie nationale, Paris, Armand Colin (13e éd.), X + 292 p.

BALLAIS J.-L., MAQUAIRE O., BALLAIS H., 1984, Esquisse d’une histoire des mouvements de terrain dans le Calvados depuis deux siècles, in Actes du Colloque « Mouvements de terrain », Documents du BRGM, N° 83, Orléans, Éditions du BRGM, p. 476-483.

BARTHES R., 1957, « Le Guide bleu » et « La nouvelle Citroën », in Mythologies, Œuvres complètes 2, Paris, Seuil (1994).

BAUDET M.-B., 2012, La Bretagne a effacé toute trace du « TK-Bremen », Le Monde, édition du 06.04.2012.

BESSONNAT G., LAPPARENT A.-F., MONTENAT C., TERS M., 1965, Découverte de nombreuses empreintes de pas de Reptiles dans le Lias inférieur de la côte de Vendée, C.R. Acad. Sci. Paris, 260, p. 5324-5326.

BOUET G., FEL A., 1983, Le Massif Central, in PAPY L. (dir.), Atlas et géographie de la France moderne, Paris, Flammarion, 348 p.

BROC N., 2010, Une histoire de la géographie physique en France, Perpignan, PUP, 2 vol., 716 p.

BRUNET R., 1968, Les phénomènes de discontinuité en géographie, Mémoires et documents de géographie. Paris, Éditions du CNRS, 117 p.

CHABOT G., 1966, Géographie régionale de la France, Paris, Masson (1ère éd.), X + 433 p.

CHABOT G., 1975, Géographie régionale de la France, Paris, Masson (3e éd.), X + 433 p.

Comité national français de géographie (CNFG), 1931-1946, Atlas de France, Paris, Éditions géographiques de France, 82 planches.

Comité national français de géographie (CNFG), 1959, Atlas de France (Métropole), Paris, CNRS et Éditions géographiques de France (2e éd.), 80 planches.

DAVIS W.M., 1912, A geographical pilgrimage from Ireland to Italy, Annals of the Association of American Geographers, 2, p. 73-100.

DENEUX J.-F., 2006, Histoire de la pensée géographique, Paris, Belin, 256 p.

FLONNEAU M., 1999, Georges Pompidou, président conducteur, et la première crise urbaine de l’automobile. Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 61, p. 30-43.

FROMENT R., LERAT S., 1974-1975, La France en 1974, Paris, Bréal (1ère éd.), 2 vol., 288 + 255 p.

FROMENT R., LERAT S., 1996, La France. 1. Les fondements. 2. Activités, Paris, Bréal (8e éd.), 2 vol., 416 + 415 p.

GALLOIS L., 1907, Excursion géographique interuniversitaire dans le Morvan, Annales de Géographie, 16, 90, p. 399-413.

GÈZE B., CAVAILLÉ A., 1977, Aquitaine orientale, Paris, Masson, Guides géologiques régionaux, 184 p.

GIUSTI C., 2012, Sciences du relief ou géomorphologie ? Essai de définition d’un domaine interdisciplinaire entre géosciences et sciences sociales, Cybergeo: European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.24935.

GODARD A., 1977, Pays et paysages du granite, Paris, PUF, 232 p.

GODARD G., 1995, Histoire d’une énigme : les buttes coquillières de St-Michel-en-l’Herm (Vendée), Travaux du Comité français d’histoire de la géologie, 3, 9, 2, p. 7-31.

HEIDENRY J., 1993, Theirs Was the Kingdom: Lila and DeWitt Wallace and the Story of the Reader’s Digest, New York/London, W.W. Norton, 704 p.

HUGO A., 1835, La France pittoresque, ou Description pittoresque, topographique et statistique des départements et colonies de la France…, Paris, Delloye éditeur (3 vol.).

HUGONIE G., 2012, Les photographies de géomorphosites français dans les manuels de géographie des lycées et collèges des années 1940 à 2007, in GIUSTI C. (dir.), Actes du colloque Géomorphosites 2009. Imagerie, inventaire, mise en valeur et vulgarisation du patrimoine géomorphologique, Paris, Université Paris Sorbonne, p. 172-179.

JAURAND E., 2003, Du fétiche à l’épouvantail ? Le commentaire de cartes et la géographie universitaire française (1945-2001), L’Information géographique, n°4, p. 352-369.

LAGEAT Y., NICOLAZO J., 2009, L’invention de la Côte de granite rose (Bretagne) et les étapes de la valorisation d’un géomorphosite, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 86, 1, p. 124-135.

LORIUS C., CARPENTIER L., 2010, Voyage dans l’Anthropocène, cette nouvelle ère dont nous sommes les héros, Arles, Actes Sud, 200 p.

MARTONNE E. de, 1899, Une excursion de géographie physique dans le Morvan et l’Auxois, Annales de Géographie, 8, 42, p. 405-426.

MARTONNE E. de, 1924, Excursion géographique dans le Morvan et la Côte-d’Or, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2, p. 5-16.

MENDIBIL D., 2000a, Paul Vidal de la Blache, le « dresseur d’images », in ROBIC M.-C. (dir.), Le ‘Tableau de la Géographie de la France’ de Paul Vidal de la Blache. Dans le labyrinthe des formes, Éditions du CTHS, Paris, p. 77-105.

MENDIBIL D., 2000b, Quand Vidal de la Blache expliquait les paysages de France, in ROBIC M.-C. (dir.), Le ‘Tableau de la Géographie de la France’ de Paul Vidal de la Blache. Dans le labyrinthe des formes, Éditions du CTHS, Paris, p. 119-125.

ORAIN O., 2003, Le plain-pied du monde. Postures épistémologiques et pratiques d’écriture dans la géographie française au XXe siècle, Thèse de doctorat de Géographie, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

PAPY L., (dir.), 1976-1983, Atlas et géographie de la France moderne, Paris, Flammarion (15 vol.).

PINCHEMEL P., 1964, Géographie de la France. 1. Les conditions naturelles et humaines. 2. Les milieux : campagnes, industries et villes, Paris, Armand Colin (1ère éd.), 2 vol., 367 + 288 p.

PINCHEMEL P., BALLEY C., PINCHEMEL G., 1980, La France. 1. Milieux naturels, populations politiques, Paris, Armand Colin, 327 p.

PINCHEMEL P., MATHIEU N., PINCHEMEL G., PUMAIN D., 1981, La France. 2. Activités, milieux ruraux et urbains, Paris, Armand Colin, 415 p.

PUMAIN D., SAINT-JULIEN T., FERRAS R., 1990, France, Europe du sud, Paris, Hachette, 479 p.

RECLUS É., 1877, Nouvelle géographie universelle II, La France, Paris, Hachette, 959 p.

ROBIC M.-C., 2001, Des « services » et « laboratoires » de la Sorbonne à l’Institut de géographie de la rue Saint-Jacques (1885-1930) : divergences et non-convergences, in BAUDELLE G., OZOUF-MARIGNIER M.-V. et ROBIC M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, PUR, p. 81-101.

SHARP J.P., 1996, Hegemony, popular culture and geopolitics: the Reader’s Digest and the construction of danger, Political Geography, p557-570.

SHARP J.P., 2000, Condensing the Cold War: Reader’s Digest and American Identity, Minneapolis, University of Minnesota Press, 232 p.

SRD, 1976, Les mille visages de la campagne française : guide encyclopédique illustré, Paris, Sélection du Reader’s Digest, 628 p.

TAQUET P., 1994, L’empreinte des dinosaures. Carnets de piste d’un chercheur d’os, Paris, Odile Jacob (3ème éd., 2001), 363 p.

TERS M., VERGER F., 1958, Sur les buttes coquillières de Saint-Michel-en-l’Herm (Vendée), Bulletin Société géol. France, 6, VIII, 6, p. 601-606.

VERGER F., 1968, Marais et wadden du littoral français. Étude de géomorphologie, Bordeaux, Biscaye Frères, 541 p.

VEYRET P.G., 1979, Les Alpes françaises, in PAPY L. (dir.), Atlas et géographie de la France moderne, Paris, Flammarion, 316 p.

VIAUD J.-M., DUCLOUS S., 2003, Journées d’étude des 28 et 29 mars 2002 à Talmont-Saint-Hilaire (Vendée). Les sites à traces de pas de Vertébrés vers la limite Trias-Jurassique, Le naturaliste vendéen, 3, p. 3-11.

VIDAL DE LA BLACHE P., 1908, La France. Tableau géographique. Paris, Hachette, 365 p.

VN, 2011, L’étang de La Galoperie bientôt ouvert au public, La Voix du Nord, édition du 13.06.2011.

VOLVEY A., CALBÉRAC Y., SURUN I., GIUSTI C., 2008, Le terrain : boîte noire, bloc magique ? Paris, Café de Flore, débat du 19 février 2008.

WILLERVAL B., 1965, Savoie, Valais, Val d’Aoste, Paris, Arthaud, 362 p.

WILLERVAL B., 1966, Provence – Côte-d’Azur, Paris, Arthaud, Guides Dunlop, 342 + XXXII p.

WILLERVAL B., 1968, Environs de Paris, Paris, Arthaud, Guides Dunlop, 330 p.

WILLERVAL B., 1993, Les plus beaux sites archéologiques de la France : guide-album, Paris, Eclectis, 447 p.

WILLERVAL B., ANGLADE M., LETANG M., 1992, Les plus belles cités d’art de la France : le cœur historique de nos petites villes, Paris, Eclectis, 401 p.

Haut de page

Notes

1 1 - Le grand plan-relief de la France portant les signatures de Jacques Bertin et de Pierre Birot, aujourd’hui exposé dans les locaux de la bibliothèque de l’Institut de géographie au 191 rue Saint-Jacques, était accroché en salle 304 du temps où l’un des auteurs, professeur de géographie, exerçait encore son magistère à Paris IV (à la fin des années 1970). Au début des années 1990, cette grande carte avait migré en salle 402, dans les locaux de Paris I. Contemporain du Guide des Merveilles naturelles de la France (SRD, 1973), ce document unique de grande valeur scientifique est partie prenante du patrimoine de la géographie française, au même titre que les bâtiments historiques qui l’hébergent (Robic, 2001). Il a trouvé son emplacement actuel grâce à l’énergique intervention de Jean-Louis Tissier auprès de Bernadette Joseph au moment de la rénovation des salles de Paris I.

2 2 - Auteur d’une thèse d’État en géographie consacrée aux houillères de Lorraine, René Haby (1919-2003) a été directeur de la pédagogie au ministère de l’Éducation nationale de 1962 à 1965, puis de 1966 à 1968 directeur de cabinet de François Missoffe, ministre de la Jeunesse et des Sports. Recteur de l’académie de Clermont-Ferrand de 1972 à 1974, René Haby est ministre de l’Éducation du 28 mai 1974 au 5 avril 1978 dans les gouvernements de Jacques Chirac et de Raymond Barre. Dès son arrivée à la tête du ministère, il porte la réforme qui unifie les structures administratives du premier cycle en supprimant la distinction entre CES et CEG (réforme « du collège unique »). Élu député en 1978, réélu en 1981 et 1986, il siège à l’Assemblée nationale jusqu’en 1988.

3 3 - Le Morvan fait aussi l’objet de trois articles parus dans les Annales de Géographie à la fin du XIXe s., deux du géologue Auguste Michel-Lévy (1898, tome 7, n° 36, et 1899, tome 8, n° 37), un d’Emmanuel de Martonne (1899, tome 8, n°42) sur l’excursion dirigée par Charles Vélain dans le Morvan et l’Auxois au printemps 1899.

4 4 - Bien que non défini dans la liste des auteurs, « JC » a bien rédigé 4 notices : La Pierre du Charbonnier, Saint-Nicolas-des-Biefs, Allier ; les gisements minéralogiques de Saint-Priest-la-Prugne, Loire ; les gorges d’Enval et le Puy Chalard, Puy de Dôme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des 3 184 « Merveilles naturelles » de la France
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 2 : Liste des auteurs ayant signé 5 notices au moins
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 1 : Les 3 184 « Merveilles naturelles » de la France continentale
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-3.png
Fichier image/png, 961k
Titre Figure 2 : Sites du Morvan (Bourgogne) et des Maures (PACA)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-4.png
Fichier image/png, 547k
Titre Figure 3 : Les communes de caractère « montagnard »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-5.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 4 : Les communes de caractère « littoral »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-6.png
Fichier image/png, 160k
Titre Tableau 3 : Les 20 communes totalisant le plus grand nombre de sites
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-7.png
Fichier image/png, 27k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8846/img-8.png
Fichier image/png, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Moriniaux et Christian Giusti, « 3 184 « Merveilles naturelles » : », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 261-276.

Référence électronique

Vincent Moriniaux et Christian Giusti, « 3 184 « Merveilles naturelles » : », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8846 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8846

Haut de page

Auteurs

Vincent Moriniaux

UFR Géographie et Aménagement Université Paris-Sorbonne Laboratoire ENeC UMR 8185 CNRS Vincent.Moriniaux@paris-sorbonne.fr

Christian Giusti

UFR Géographie et Aménagement Université Paris-Sorbonne Laboratoire ENeC UMR 8185 CNRS Christian.Giusti@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page