Navigation – Plan du site
Articles

Un géomorphosite qui sème la discorde : les arches naturelles de la Grande Chartreuse (Isère, France)

A geomorphosite that creates controversy: the natural arches of the Grande Chartreuse (Isère, France)
Christophe Gauchon
p. 249-259

Résumés

En mai 2005, Pascal Sombardier découvrit plusieurs arches rocheuses dans les escarpements de la Grande Chartreuse. L’année suivante, il publiait Chartreuse inédite avec la « tour Percée » en couverture. L’auteur ne dévoilait pas l’emplacement exact des arches, « afin de ne pas attirer trop de monde dans cette zone fragile »… Bien sûr, ce pseudo-mystère ne fit que renforcer la curiosité. S’ensuivit une polémique dont il est possible d’identifier les différents acteurs.

A travers cet exemple, on peut observer in vivo le processus de construction de la valeur patrimoniale appliqué à un géomorphosite : la découverte, la certification, la révélation, l’appropriation par le conflit et la protection.

Qu’est-ce qui constitue ces arches comme éléments du patrimoine cartusien ? Leur nouveauté sans doute, mais aussi leur caractère photogénique, leur proximité en même temps que le mystère qui les entoure.

Haut de page

Notes de l’auteur

à la mémoire de Michel Chardon,

qui aimait tous les ponts et les tunnels de ce monde

Remerciements à Mélanie Duval pour sa relecture attentive et ses conseils avisés.

Texte intégral

1Comme tout patrimoine, le géomorphosite n’est pas là de toute éternité, il est le résultat d’une construction culturelle : si géomorphosite il y a, c’est parce qu’il a été identifié, c’est parce que la société l’a reconnu comme tel et a assumé le choix de le gérer comme une ressource qui mérite des égards particuliers. Ce processus d’identification et de reconnaissance, passant par une prise de conscience collective, correspond à ce que l’on appelle la patrimonialisation.

2Le présent travail se donne pour objectif d’éclairer les conditions d’identification et de patrimonialisation des géomorphosites, dans le cas particulier des arches rocheuses du massif de la Chartreuse : une histoire simple, élémentaire, mais qui permet d’observe in vivo les enjeux et les phases de la patrimonialisation, tels que les vivent et les ressentent les différents acteurs qui, consciemment ou non, prennent part à ce processus.

3Certes, il s’agit là d’un travail exploratoire, à propos de sites qui n’ont pas encore été documentés sur le plan scientifique mais qui ont déjà fait couler beaucoup d’encre. On s’est donc appuyé sur l’étude des nombreux articles et échos parus dans les revues de montagne et sur l’analyse des avis échangés sur les différents forums que l’on peut trouver sur l’Internet. L’absence de recul sur des faits qui se sont déroulés essentiellement en 2006 peut apparaître comme une faiblesse d’autant plus gênante que le statut patrimonial de ces arches est encore loin d’être fixé. Mais peut-être est-il temps de poser un jalon dans l’étude de ce géomorphosite qui était encore inconnu il y a sept ans ! Sur le plan méthodologique, il faut ajouter, car l’affaire présente un caractère fort conflictuel, qu’il s’agit du travail d’un observateur extérieur, qui n’a en aucune façon été impliqué dans la polémique développée autour des arches.

Les faits, la polémique : chronologie

Fin mai 2005

4Arpentant les « sangles » de Chartreuse, ces longues vires qui serpentent au flanc des grands escarpements urgoniens, Pascal Sombardier découvre deux arches naturelles dans les cirques de la Chartreuse orientale (fig. 1). Situées entre le cirque de l’Aup du Seuil et la falaise du Grand Manti, elles s’ouvrent à 1 750 m d’altitude environ, plusieurs dizaines de mètres en contrebas de la ligne de crêtes, à l’écart des sentiers parcourus par les randonneurs et des grandes parois fréquentées par les grimpeurs (photo 1).

Figure 1 : Carte de localisation des arches rocheuses dans le massif de la Chartreuse

Figure 1 : Carte de localisation des arches rocheuses dans le massif de la Chartreuse

Photo 1 : Le grand cirque sous le sommet de l’Aup du Seuil (alt. 1926 m.) dans lequel s’ouvrent les arches.

Le cirque peut être parcouru en suivant la sangle qui court sous l’escarpement sommital

5Cette découverte a été longuement décrite par Pascal Sombardier lui-même, tant il savait que la notion de « découverte » donnait du prix aux arches. C’est pourquoi il mena ensuite une enquête pour établir que ces arches naturelles n’avaient, semble-t-il, jamais été décrites, même s’il est impossible d’assurer qu’elles n’avaient jamais été observées. La configuration de la tour Percée est telle qu’on ne peut en effet la repérer que dans un angle très fermé : elle n’est visible ni d’en haut, ni d’en bas où on l’assimile plutôt à un éperon rocheux comme les cirques de la Chartreuse orientale en recèlent tant ; vue en biais depuis le sangle, on repère plus aisément l’arche Miracle, et l’on peut aussi distinguer la tour Percée dans un angle très fermé, une fois que l’on en connaît existence. Ce mimétisme minéral rend donc plausible le fait que ces arches n’avaient jamais été vues. Mais, plus que leur « découverte » au sens strict, sur laquelle il sera toujours possible d’avoir un doute, c’est bien la révélation de l’existence des arches qui compte.

En février 2006

6Chartreuse inédite est publiée chez Glénat, maison d’édition grenobloise qui a pignon sur rue et dont les ouvrages sont bien distribués. L’impact est quasi-immédiat. Pascal Sombardier y propose 32 itinéraires mêlant randonnée et escalade, mais tout le monde n’a d’yeux que pour les arches dont la plus spectaculaire figure en couverture. Les deux principales arches, la tour Percée (parfois appelée aussi tour Isabelle) et l’arche Miracle, font l’objet des itinéraires n°7 et 8 (Sombardier, 2006, p. 36-43). L’auteur a anticipé sur les reproches qui pourraient lui être adressés, d’avoir attiré l’attention sur des secteurs restés jusque-là peu fréquentés. Aussi écrit-il : « Afin de ne pas attirer trop de monde dans cette zone fragile, propriété privée du Marquis de Quinsonas, nous ne donnons pas de détails sur cet itinéraire » (idem, p. 39, précaution répétée p. 42). Il fournit néanmoins des indications suffisamment précises et convergentes pour que, fût-ce au prix de quelques tâtonnements, chacun puisse localiser ces arches et les retrouver sur le terrain. Les montagnards un peu débrouillards sauront vite interpréter les bribes d’information pour cheminer jusqu’aux arches, d’autant plus que des internautes publieront bientôt des photos montrant de façon explicite l’itinéraire à suivre. C’est pourquoi les opposants à la divulgation des arches ne tarderont pas à taxer d’hypocrisie Pascal Sombardier et ses vertueuses rétentions d’informations.

Dès le printemps 2006

7Les premiers échos et les premières réactions paraissent dans la presse et bientôt sur l’internet. Plusieurs phases, successives, sont à distinguer : en avril 2006 tout d’abord, Montagnes magazine, dont Pascal Sombardier a longtemps été collaborateur, annonce sur une pleine page la parution de Chartreuse insolite sous un titre accrocheur : « La plus grande arche des Alpes » (A.A., 2006a, p. 9), puis présente l’ouvrage de façon élogieuse dans la rubrique « actualités bouquins » (A.A., 2006b, p. 19). Rien ne laisse présager la polémique à venir.

8Mais à l’automne 2006, le ton change et l’association environnementaliste Mountain Wilderness donne le ton en titrant dans son bulletin : « A ne pas lire… » (A.A., 2006c, n°69, p. 22). La revue publie un communiqué de l’association Hauts-de-Chartreuse et s’y associe pour « contester cette opération marketing ». Mountain Wilderness craint surtout que cette affaire nuise aux conventions qui sont alors en négociation pour la pratique des activités de pleine nature dans les espaces protégés.

9En décembre 2006, Montagnes magazine fait écho à la polémique et, donnant la parole aux différents acteurs, essaie de comprendre pourquoi Chartreuse inédite est perçue par certains comme un « topo indésirable » (F.C., 2006). à partir de ce moment-là, arguments et contre-arguments vont être intensément échangés sur les forums internet, les uns apportant des éléments intéressants, les autres, plus nombreux, dérapant sur des problèmes généraux de fréquentation et d’aménagement de la montagne. Le tournant de l’année 2006-2007 marque ainsi le sommet de cette polémique.

10Enfin, en janvier 2007, l’éditorial de Montagnes magazine est titré « Intégrisme ». Le rédacteur en chef, Philippe Descamps, y regrette les excès de cette polémique et l’hypocrisie des « nouveaux clercs de la montagne et de l’écologie [qui] se réservent le droit de visite » : « On voudrait censurer un beau livre, mais les chasseurs sont les bienvenus sous l’arche du parc naturel de Chartreuse » (Descamps, 2007, p. 4). Cette dimension cynégétique pèse lourd dans l’ampleur prise par cette polémique, nous y reviendrons. Plus loin dans le même numéro, le débat est ouvert : « Faut-il parler de la Grande Arche ? » et une pleine page est publiée pour donner la parole aux deux principaux protagonistes (Sombardier et Brumelot, 2007, p. 6-7).

Les acteurs 

11Dans ce bref rappel des faits, on a déjà vu apparaître un certain nombre d’acteurs de cette discorde née autour des arches naturelles. Il convient de préciser maintenant la façon dont chacun d’eux se positionne par rapport aux différents enjeux liés à cette polémique.

Le découvreur-héraut des arches

12Les deux fonctions de découvreur et de propagandiste ne sont pas nécessairement assumées par le même acteur ; dans bien d’autres cas, elles apparaissent dissociées. Mais la personnalité de Pascal Sombardier explique sans doute qu’elles vont se trouver ici réunies en un seul acteur. Depuis les années 1980, ce dernier a acquis, dans le monde de l’alpinisme et de l’édition de montagne, une réputation et une légitimité certaines. Il a ouvert de grandes voies dans les Préalpes, s’est essayé à la spéléologie, a animé l’équipe de Montagnes magazine et, au moment des « faits », il est directeur de collection chez Glénat, maison d’édition spécialisée, entre autres, dans les livres de montagne. Sa signature a donc un certain poids, à la fois en termes éditoriaux et « éthiques ». Il s’est intéressé à la randonnée « engagée », souvent hors sentier, à la limite de l’escalade, et il s’est efforcé de diffuser des conseils de sécurité pour éviter les accidents qui ont tendance à se multiplier en moyenne montagne (Sombardier, 2002). Sa découverte des arches est le résultat d’une prospection méthodique hors des chemins courus, dans le but avoué d’ouvrir et de divulguer de nouveaux itinéraires dans ces Préalpes qui sont comme le jardin d’altitude des Grenoblois et des Chambériens…

13A n’en pas douter, Pascal Sombardier eut tout de suite conscience de l’importance de ses découvertes et de leur valeur patrimoniale. Lorsque la polémique se développa, il s’impliqua beaucoup dans les différents médias et défendit pied à pied sa position.

Les contempteurs de la découverte et de sa divulgation

14En général, ils prennent position au nom de la sauvegarde de l’environnement, et reprochent à Pascal Sombardier et à son éditeur la façon dont les arches ont été révélées au grand public. L’éco-responsabilité du découvreur est donc mise en cause, d’autant plus que les arches se situent à l’intérieur d’une réserve naturelle ce qui aurait dû renforcer encore sa prudence. Le reproche formulé tourne toujours autour de la notion de surfréquentation : jusque-là, les arches étaient restées en marge des grands itinéraires dominicaux et leur divulgation se traduirait nécessairement par des dérangements de faune : chamois et tétras-lyre.

15Parmi ces contempteurs, on trouve en première ligne l’association locale « Hauts-de-Chartreuse » dont les communiqués reproduits dans la presse stigmatisent les effets supposés de la divulgation des arches. L’argumentation est un peu théorique : elle postule un équilibre naturel optimal du milieu, que la publication de Chartreuse inédite serait venue rompre en créant une nouvelle attractivité. Cette position suppose que l’on minimise ou que l’on passe sous silence les sources possibles de dérangement ou de dysfonctionnements qui préexistaient à 2005. De ce point de vue, la polémique sur les arches permet l’émergence d’un discours en partie mythique sur le territoire, sur ses usages et sur son intégrité perturbés par l’irruption d’un élément étranger au système préexistant.

Le propriétaire 

16La structure foncière de ce secteur des Hauts de Chartreuse est particulièrement simple puisqu’un seul propriétaire, Bruno de Quinsonas, possède l’ensemble du massif des lances de Malissard-Aup du Seuil. Les arches se situent donc sur sa propriété, ce que Pascal Sombardier savait fort bien (cf. supra). Or Bruno de Quinsonas tire un important revenu de ce vaste terrain en le louant chaque année à une société de chasse. Sa crainte porte donc d’abord sur d’éventuels dérangements du gibier mais aussi sur le risque de dépréciation qu’encourt son bien.

17Bien qu’il se soit exprimé à plusieurs reprises au cours de la polémique par voie d’Internet, il n’a pas apprécié non plus la publicité à laquelle l’exposait cette affaire. La création de la réserve naturelle en 1997 avait intégré la pratique de la chasse dont les modalités sont réglées par l’article 9 du décret qui mérite d’être cité : « La chasse est interdite par arrêté préfectoral, après avis du comité consultatif, dans des zones dont la surface ne peut être inférieure à 30 % de la superficie totale de la réserve ». Autrement dit, si les acteurs de la chasse sont assez adroits, ils pourront continuer à pratiquer leur activité sur 70 % de la réserve ! Dans ce contexte, le propriétaire n’a aucun intérêt à ce que la polémique dérape sur la compatibilité entre les usages et sur leurs impacts respectifs…

Les pratiquants de la montagne et les associations

18Ceux qui les représentent sont apparus souvent embarrassés par les accusations qui ont fusé à leur encontre. Montrés du doigt pour leur fréquentation débridée et irrespectueuse du milieu, les pratiquants ont souvent été tentés de détourner l’attention et de porter le débat sur le terrain de la libre pratique invoquant les démons tant redoutés de la réglementation ou de la marchandisation de la montagne (Ruffier, 2007).

19La position de l’association Mountain Wilderness a souvent été ambiguë : dans Chartreuse inédite, Pascal Sombardier s’appuie sur la venue de Bernard Amy, garant de Mountain Wilderness venu constater de visu l’existence des arches (Sombardier, 2006, p. 36). Mais on a vu que dans les mois qui suivent, Mountain Wilderness devait s’illustrer dans une ferme opposition à la ligne Glénat-Sombardier. Sur ce dossier, Mountain Wilderness, qui était représentée au conseil d’administration des « Hauts-de-Chartreuse », s’est alignée sur les positions de l’association, sans doute pour sauvegarder les négociations de convention dans lesquelles elle était engagée. Mountain Wilderness, souvent perçue comme un mouvement environnementaliste radical, a joué ici la carte de l’ancrage dans le tissu associatif local et certains lui ont reproché de se tromper de cible ou même de combat.

L’équipe de gestion de la réserve naturelle

20Celle-ci a paru plus embarrassée encore. Elle se cantonna plutôt à un rôle d’observateur, suivant les différents épisodes de la polémique et réagissant après coup. Sa directrice d’alors regrettait que la publication de Chartreuse inédite n’ait pas été précédée d’un minimum de concertation ce qui aurait évité de mettre à mal les efforts réalisés depuis 1997 « avec les acteurs du territoire pour gérer au mieux l’espace ensemble » (F.C., 2006, p. 16). Les dégâts en termes de gouvernance sont donc déplorés au moins autant que les impacts sur l’environnement, que les gardes-moniteurs continuent à constater jusqu’à aujourd’hui. Quant au parc naturel régional, rien n’indique qu’il se soit saisi du problème à aucun moment.

Les phases de la patrimonialisation

La découverte

21On a rappelé dans quelles circonstances elle s’était déroulée. Le récit qu’en a publié Pascal Sombardier montre qu’il ne recherchait pas spécifiquement des arches, mais plutôt des itinéraires inédits à présenter à un public toujours friand. Personne n’avait soupçonné l’existence des arches et il aurait pu passer à côté sans les voir s’il ne s’était pas retourné au bon moment. La découverte est à la fois fortuite et inopinée.

22La découverte est datable, comme cela arrive fréquemment en spéléologie ou en archéologie, mais plus rarement pour les paysages extérieurs. Cette phase est souvent sous-estimée, tant il semble acquis pour tous que nous évoluons dans un monde fini. Elle constitue toutefois, dans le processus de patrimonialisation, un moment zéro nécessaire qui révèle des enjeux insoupçonnés, qui mène les acteurs à prendre position sur un problème auquel ils n’avaient jamais pensé. Les arches ne sont pas a priori perçues comme un enjeu patrimonial, mais plutôt sous l’angle du conflit d’usage avéré ou potentiel (fig. 2).

Figure 2 : Positionnement des différents groupes d’acteurs dans la querelle des arches

Figure 2 : Positionnement des différents groupes d’acteurs dans la querelle des arches

La certification

  • 1 Les mesures que j’ai effectuées au Leica Disto D3 et au décamètre donnent, pour l’arche principale (...)

23Comme lors de l’ascension du Mont-Aiguille en juin 1492, dûment attestée par un acte notarié, Pascal Sombardier a souhaité que sa découverte soit authentifiée. Aussi, contacte-t-il aussitôt le correspondant en Europe de la Natural Arch and Bridge Society, « une association sans but lucratif ayant pour but l’étude, la valorisation et la protection des arches et des ponts naturels », qui se rend sur place pour une expertise des arches ; l’intrados de la tour Percée est ainsi mesuré, 32 mètres de portée, ce qui en ferait la « plus grande arche naturelle des Alpes »1. Comparer, classer comptait ici bien plus que l’authentification elle-même qui ne posait guère de problème.

24Dès lors, la découverte dépasse le strict champ régional. Ces « amis des arches naturelles », qui disposent de leur propre grille d’évaluation, confèrent une plus-value certaine à la découverte : de petites curiosités locales, les arches de la Chartreuse orientale acquièrent un nouveau statut.

25Ces deux moments, la découverte et la certification, fondent la connaissance objective de la ressource, susceptible d’être ensuite patrimonialisée, et réunissent les conditions premières de cette patrimonialisation. Beaucoup de travaux sur la patrimonialisation tendent à mésestimer ces phases préalables, comme si la connaissance objective était une donnée a priori. Alors que les cathédrales gothiques et les châteaux royaux sont tous répertoriés et dûment documentés et que l’on imagine mal en découvrir de nouveaux au cœur de l’Europe, les géomorphosites, comme les sites archéologiques, participent de cette dimension encore inconnue des ressources patrimoniales.

26A ce stade, on peut commencer à parler de géomorphosite, selon les définitions qu’en a données E. Reynard (Reynard et al., 2009). On a reconnu l’authenticité des arches, leur originalité, leur caractère esthétique lié aux dimensions de ces objets hors-normes et à leur configuration. Même s’il reste à en établir la typicité au regard des caractéristiques géologiques de la Chartreuse et à préciser les mécanismes qui ont présidé à leur formation (notion de valeur dynamique), le processus de reconnaissance est enclenché par cette démarche de certification.

La divulgation de la découverte

27Elle passe ici par la publication de l’ouvrage qui engendre immédiatement un courant d’intérêt, d’autant plus fort qu’il est relayé par la notion de découverte et d’inédit, de nouveauté là où l’on croyait que ce ne fût plus possible ! De plus, les arches sont particulièrement photogéniques et les clichés qui sont publiés les mettent bien en valeur (photo 2). La couverture de Chartreuse inédite (Sombardier, 2006) présente ainsi une photo parfaitement composée, dans l’éclairage du petit matin. L’intérêt est donc intrinsèque au géomorphosite lui-même, même s’il est rehaussé par une certaine mise en scène éditoriale entourée d’un pseudo-secret.

Photo 2 : La tour Percée vue depuis le nord, avec ce profil caractéristique engendré par la strate résistante qui forme l’arc intermédiaire

Photo 2 : La tour Percée vue depuis le nord, avec ce profil caractéristique engendré par la strate résistante qui forme l’arc intermédiaire

28Autant la certification avait accru la valeur des arches en leur assignant un rang dans un « classement » des curiosités naturelles, autant la publication de l’ouvrage étendait soudainement le nombre d’acteurs susceptibles de s’intéresser au phénomène. Restait à la polémique le rôle de concrétiser cette extension.

L’appropriation

29Elle se fait en grande partie à travers le conflit et la polémique qui sont des vecteurs de l’intérêt pour les arches au-delà d’une communauté étroite d’alpinistes ; les différents acteurs sont amenés à se positionner, parfois de façon contradictoire, sur le bien-fondé de la divulgation. Certains se rendent sur place pour se faire une idée par eux-mêmes (dont l’auteur de cet article) et relaient ensuite la notoriété naissante de ces arches (ce qui est aussi une conséquence possible du présent article). Le rôle du conflit dans le processus de patrimonialisation n’est pas propre aux arches de la Chartreuse ; il a souvent été relevé à l’occasion de créations de Parcs ou de classements de site et il concourt souvent à ce qu’un consensus finisse par se dégager (Laslaz, 2005).

30Certains ont suggéré qu’en l’espèce, la polémique avait été orchestrée à des fins commerciales, mais ce n’est pas ici l’essentiel. Compte davantage la mobilisation d’acteurs plus ou moins influents qui confèrent à ces arches une existence dans le débat public. Dès lors, chacun se sent plus ou moins obligé de donner son avis : faut-il limiter l’accès ? Ou l’interdire carrément ? Ne serait-il pas plus logique de mettre d’abord fin aux pratiques de chasse au cœur de la réserve ? Comment empêcher que l’accès à la montagne soit bientôt payant ? Le propriétaire ne risque-t-il pas de clôturer son terrain ? Ne convient-il pas d’aller au plus vite voir les arches avant que se mette en place une stricte restriction d’accès ?

La protection

31Dans ce cas particulier, le Parc naturel régional de la Chartreuse et la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse, créés respectivement en 1995 et en 1997, préexistent à la découverte. Dans un sens, les arches sont donc protégées avant même d’être connues, puisqu’elles s’inscrivent dans le périmètre réglementaire de la réserve naturelle. Or, le décret du 1er octobre 1997 portant création de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse prévoyait :

32Art. 6 : Il est interdit de troubler ou de déranger les animaux par quelque moyen que ce soit…

33Art. 17 : La circulation et le stationnement des personnes peuvent être réglementés sur toute ou partie de la réserve naturelle…

34En théorie, ces deux articles fondaient la possibilité d’une « police des arches », ou du moins de leur fréquentation, à la fois en termes de motivations (article 6) et de modalités (article 17).

35De la même façon, le document d’objectifs de la Zone de conservation spéciale-Natura 2000 (Sube et al., s.d.) décrivait de façon précise la géomorphologie des plateaux, tant en surface qu’en profondeur (formations endo- et exo-karstiques) et développait longuement les aspects faunistiques, pour en arriver à ce constat : « Parmi les nombreux facteurs susceptibles de déséquilibrer, dénaturer, ou dégrader temporairement ou définitivement le patrimoine naturel du site, la fréquentation touristique est le plus complexe à gérer de part (sic.) la diversité des activités et la variabilité des comportements (éparpillement, concentration…) » (idem, A.IV.5.2).

36Les outils existaient donc en théorie pour parer à toute sur-fréquentation des sangles, même s’ils n’avaient pas été explicitement conçus pour les arches, encore inconnues. Le problème qui se pose alors concerne les modalités de la protection et l’application concrète de ces articles.

De la valeur patrimoniale du géomorphosite

37Des circonstances de cette polémique et des arguments qui furent échangés par les différents acteurs, plusieurs enseignements peuvent être dégagés, susceptibles de nous éclairer sur le statut patrimonial actuel de ce géomorphosite.

38Comme souvent dans les conflits environnementaux, il importe à la fois d’en préciser la nature et l’intensité. Qu’il s’agisse d’un conflit d’usage ou d’un conflit de légitimité, se pose clairement la question de l’arbitrage entre les bonnes et les mauvaises pratiques, entre celles qui sont recevables ou non dans un espace protégé. Chacun tend alors à détourner les coups, à dénoncer les comportements des autres acteurs pour mieux se dédouaner du sien propre : chasseurs et randonneurs ne resteront pas longtemps dans un champ clos en attendant que les rejoignent riverains, grimpeurs, spéléologues, parapentistes, pratiquants des raquettes et du ski de randonnée…

39Le conflit focalisé autour des arches semble à l’abri d’une extension spatiale, mais il est susceptible de s’enraciner durablement par la profusion des acteurs et par l’impasse dans laquelle se trouvent les protagonistes soucieux de trouver une solution. Dans la typologie que propose L. Laslaz (2005, p. 198), il s’apparenterait plutôt à la « passe d’armes locale » et ce serait une erreur d’en surestimer l’importance ; mais il semble susceptible de tourner au conflit larvé ou de rebondir à la première occasion et de s’enkyster ainsi durablement, ce dont les gestionnaires de la réserve se passeraient probablement.

40La notion même d’inventaire, l’évaluation des géo-patrimoines et la conception de mesures de gestion paraissent être au cœur d’une réflexion sur le conflit né autour des arches de Chartreuse.

L’impossible inventaire patrimonial ?

41Le caractère de nouveauté a beaucoup joué dans le succès des arches. Il prouve surtout que, même dans un espace protégé comme une réserve naturelle, l’état des lieux préalable au classement n’était pas exhaustif. Le recensement exhaustif des géomorphosites reste donc toujours à faire (fig. 3), ce qui est plutôt réjouissant pour les géographes et justifierait un retour éclairé au terrain que d’aucuns avaient cru pouvoir déserter… La diffusion de la thématique des géomorphosites, à laquelle ce numéro participe, doit nous inviter à revisiter des terrains proches munis de cette nouvelle grille de lecture des paysages, ce qui suppose aussi une réflexion sur les méthodes d’inventaire.

Figure 3 : Essai d'inventaire géopatrimonial du massif de l'Aup du Seuil (Chartreuse orientale)

Figure 3 : Essai d'inventaire géopatrimonial du massif de l'Aup du Seuil (Chartreuse orientale)

42Mais ce constat plutôt optimiste a aussi pu alimenter la crainte des gestionnaires de voir se multiplier les initiatives d’inventaire « sauvage » : chacun ne voudra-t-il pas trouver « son » trésor ignoré ? Comment canaliser ces flux s’il est admis qu’en sortant des chemins battus, une « Chartreuse inédite » peut se révéler à tout promeneur chanceux ?

43Si l’on ne peut pas négliger cette opportunité d’enrichir la connaissance du patrimoine géomorphologique des Préalpes, une recherche en ordre dispersé n’irait pas dans le sens d’une maîtrise des flux…

44Mais quels seraient alors les critères de la valeur patrimoniale des arches de Chartreuse ? Leur caractère à la fois spectaculaire, mystérieux et photogénique est certainement déterminant et s’ajoute à leur nouveauté (même si ce critère est forcément appelé à se démonétiser avec le temps) et à leurs dimensions exceptionnelles pour les Alpes. Ces deux arches « vedettes » ne sont pas les seules du massif : les escarpements orientaux de la Chartreuse recèlent de nombreuses « fenêtres » de dimensions plus modestes. La tour Percée et l’arche Miracle ne peuvent donc prendre sens que dans leur environnement géomorphologique, dont elles constituent des éléments caractéristiques.

45Si l’on compare les arches de la Chartreuse à d’autres arches rocheuses des Alpes dauphinoises, peut-être comprendra-t-on mieux leur spécificité. D’un côté, l’arche de la Grande Moucherolle dans le Vercors est connue depuis suffisamment longtemps pour être inscrite dans la toponymie (Pas de la Fenêtre). Bien que de dimensions plus modestes que la tour Percée (17 m de portée, pour environ 52 m2 d’ouverture), elle est visible depuis le domaine skiable de Corrençon-Villard de Lans. Elle correspond aussi à une strate d’urgonien évidée mais elle apparaît moins photogénique, à la fois compte tenu de sa forme et de la difficulté de cadrage. Quoique se trouvant dans le Parc naturel régional du Vercors, elle est moins identifiée en tant que patrimoine, peut-être parce qu’elle s’ouvre dans un environnement très dégradé par les aménagements des pistes de ski (Tscherter et Cantalupi, 2007) ; la question n’est donc guère posée en termes de surfréquentation ni de dérangement. L’arche de la Moucherolle apparaît plutôt comme un élément du décor, tellement évident dans le paysage que ne s’y attache aucun enjeu.

46Autre arche fameuse, la pierre Percée qui s’élève en Matheysine, sur la commune de Pierre-Châtel. Elle non plus ne saurait se prévaloir d’une quelconque nouveauté puisqu’elle fut parfois comptée au nombre des « sept merveilles du Dauphiné » (par exemple Berret, 1925) et qu’elle fut parmi les quatre premiers sites naturels classés du département de l’Isère (4 avril 1911). Intégrée de longue date au patrimoine dauphinois, figurant souvent sur les cartes postales, très facile d’accès contrairement aux deux arches précédemment évoquées, elle n’est guère grandiose et son ascension n’est pas aussi gratifiante.

Patrimoine géomorphologique versus biodiversité ?

47Les articles 6 à 9 du décret portant création de la réserve naturelle s’intéressaient à la faune, à la flore, à l’exploitation forestière et à la chasse ; l’article 10 précisait : « Le préfet peut prendre, après avis du comité consultatif, toutes mesures en vue d'assurer la conservation d'espèces animales ou végétales ou la limitation d'animaux ou de végétaux surabondants dans la réserve ». L’article 15 prenait aussi soin d’interdire « la collecte des minéraux, des fossiles et des spécimens archéologiques » mais les géomorphosites à proprement parler ne sont jamais cités comme parties prenantes des patrimoines qui ont justifié le classement des hauts de Chartreuse.

48Comme cela a déjà été observé (Giusti et Calvet, 2010, p. 227), cette subordination du règne minéral à la biodiversité se retrouve fréquemment dans la culture des fonctionnaires de l’Environnement, surtout attachés aux dimensions faunistiques et floristiques. Le fait même que le ministère de l’Ecologie se sente obligé de préciser « réserve géologique de Haute-Provence » dans la liste des « réserves naturelles » en dit long sur une certaine conception de la nature : le règne minéral est une composante de la nature qui ne va pas de soi, dont il faut rappeler explicitement l’existence.

49Il semble qu’à la suite de la découverte, un ou plusieurs pins mugho aient été coupés pour pouvoir mieux photographier les arches. Cette pratique est assurément illégale aux termes de l’article 7, alinéa 2 du décret de 1997 : « Il est interdit (…) de porter atteinte de quelque manière que ce soit aux végétaux non cultivés ». Elle est également maladroite dans le contexte, mais peut-elle toutefois être justifiée ? On pressent d’ailleurs que la réponse peut être assez différente selon que l’on pose la question en termes de « faire une couverture vendeuse pour un ouvrage grand public » ou « documenter le site de façon complète à des fins scientifiques »…

50Est-il possible d’établir des degrés de priorité entre patrimoine végétal et patrimoine géomorphologique ? Comment évaluer le dérangement des chamois par les randonneurs curieux… lorsque l’on sait que les arches s’inscrivent dans un vaste terrain de chasse où les causes de dérangement de la faune sont autrement réelles ? Certains dérangements peuvent-ils être plus légitimes que d’autres ? Tous les patrimoines se valent-ils ? Peut-on mettre en balance les critères d’évaluation : la fragilité des tétras-lyres versus l’unicité des arches ?

L’obsession de la sur-fréquentation ?

51Dès la publication de Chartreuse inédite, l’auteur posait le problème en ces termes à propos de la tour Percée : « Une question me taraude : ne doit-on pas craindre une sur-fréquentation de ce site devenu attrayant par des colonies nombreuses et bruyantes, même si la difficulté d’accès semble devoir le préserver des touristes non montagnards ? » (Sombardier, 2006, p. 38). On note au passage la nuance subtile entre les « colonies nombreuses et bruyantes », qui ne constitueraient, semble-t-il, qu’un moindre mal par rapport aux « touristes non montagnards » dont la nocivité est plus grande encore et qui n’auront de toute façon pas accès aux arches du fait de l’incompétence technique qui leur est consubstantielle… Cette simple hiérarchie, fût-elle implicite, porte en elle toutes les dérives du discours sur la sur-fréquentation (on trouvera sur cette question des développements dans l’ouvrage classique de F. Deprest, 1997). Dans le même temps, Pascal Sombardier semblait plus serein pour l’arche Miracle : « L’accès à cette arche, située sur un promontoire au milieu d’un étroit couloir, est délicat et le préservera de l’affluence » (Sombardier, 2006, p. 42).

52Par la suite, les avis exprimés mirent toujours en avant ce risque de surfréquentation, et le moindre indice est susceptible d’alimenter la polémique sur ce registre : des inconscients n’ont-ils pas balisé l’itinéraire d’accès au pied du couloir qui mène à la tour Percée ? N’est-ce pas le meilleur moyen pour que les curieux affluent plus nombreux encore, alors que l’on pourrait au contraire soutenir que cette initiative évitera l’éparpillement sur de multiples itinéraires ? Le fait que les arches se situaient au sein d’un espace protégé accentuait encore cette perception du risque encouru par l’environnement, dans un contexte général où l’on sait que la dissémination des pratiques de pleine nature en montagne (nouveaux types d’activités, nouveaux publics, étalement dans le temps et dans l’espace) a certainement aggravé la pression sur les milieux (Bourdeau, 2006).

53Cette hantise de la sur-fréquentation est devenue depuis une dizaine d’années un réflexe conditionné dès lors que l’on se soucie de la conservation d’un site : alors que l’on ne dispose d’aucune indication sur la fréquentation réelle des arches, chacun postule a priori qu’elles risquent la sur-fréquentation, sans jamais se poser la question de ce que serait un seuil admissible ni pour quel objectif de conservation. Cette propension à « prêcher la sur-fréquentation dans le désert » a déjà été signalée (Laslaz, 2008, p. 257). Lors de mes trois visites à la tour Percée (novembre 2008, juillet et août 2009), j’ai observé le site dans un bon état d’intégrité : une sente marquée mais discrète, deux ancrages pour la sécurité, un petit cairn de gélifracts sous l’arche ne paraissent pas constituer des atteintes insupportables… Lorsque le document d’objectifs de la zone Natura 2000 cite comme sources de problèmes possibles à la fois l’éparpillement et la concentration des flux (cf. supra), il reprend le vocabulaire en usage dans les Opérations grands sites (Vourc’h, 1999 ; Duval et Gauchon, 2007), à cette différence près que l’on est ici assez loin des problématiques des grands sites. Et exclure à la fois l’éparpillement et la concentration, cela signifie assez clairement que l’on vise comme optimum une fréquentation quasiment nulle.

54De ce point de vue, face à une obsession qui s’est beaucoup diffusée dans une partie du public, il faut noter que la réserve naturelle en tant qu’institution s’est montrée beaucoup plus prudente et avisée, se gardant de prendre des mesures hâtives avant d’avoir une idée claire de la réalité.

Conclusion

55Ces quelques réflexions restent inabouties. En effet, à ce stade, il n’y a pas eu la moindre recherche scientifique ; ces objets n’ont pas été évalués en tant que géomorphosites et ne sont caractérisés que sur le plan esthétique et spectaculaire. La dimension conflictuelle a sans doute gêné une approche plus sereine, mais l’a aussi rendue plus nécessaire : aujourd’hui le conseil scientifique de la réserve envisage d’initier un travail plus objectif (photo 3).

Photo 3 : Dans le ravin situé immédiatement au Nord de la tour Percée, on repère des formes correspondant à un stade préparatoire à la formation des arches.

Le calcaire urgonien des Préalpes du Nord est réputé constitué de bancs décamétriques. On repère toutefois ici des horizons plus gélifs qui commencent à se creuser, et des bancs en saillie offrant une meilleure tenue à la gélivation. Si le tympan rocheux est étroit, comme c’est ici le cas, le processus peut aboutir à l’ouverture d’arches.

56Toutefois, on doit noter que les textes produits au cours de la polémique abordent assez peu la dimension patrimoniale des arches. Certes Pascal Sombardier les envisagea sous cet angle : « Je ne regrette en rien d’avoir mis à jour une formation géologique unique dans les Alpes ! Ce succès est un fait de société révélateur des besoins du public, notamment citadin » (F.C., 2006, p. 16). Mais les autres protagonistes ne le rejoindront guère sur ce terrain, davantage préoccupés des problèmes de fréquentation et d’impact. Il est donc difficile de savoir quel sera, à terme, le statut de ce géomorphosite, au-delà de l’intérêt journalistique et du courant de curiosité qu’ils ont suscités… et de leur capacité à cristalliser pendant plusieurs mois un débat passionnel qui traduit un réel intérêt pour les paysages minéraux des Préalpes.

57Ce débat n’est d’ailleurs pas allé sans certains excès : dans la polémique qui s’est développée, plusieurs acteurs ont clairement défini la rétention d’informations comme une condition de la bonne gestion. Cette dérive paraît inquiétante ; à la limite, c’est la liberté de la presse elle-même qui est en cause lorsque certains protagonistes soutiennent que l’éditeur Glénat et l’auteur Pascal Sombardier n’auraient pas dû publier sans concertation préalable avec les gestionnaires de la réserve naturelle et avec le propriétaire. Le président de l’association Hauts-de-Chartreuse a ainsi plaidé pour « une éthique de la communication sur les activités de pleine nature » (in Descamps, 2007), c’est-à-dire rien moins qu’une forme d’autocensure sous couvert d’éco-responsabilité. Il s’est aussi étonné de ce que « l’équipe de la Réserve n’aurait pas été sollicitée sur le contenu de ces pages » (A.A., 2006c, p. 22). L’acceptation sociale des espaces protégés suppose aussi que les libertés constitutionnelles ne soient pas mises entre parenthèses et la création d’une réserve naturelle n’implique pas une limitation de la liberté de la presse.

58Quel que soit l’avenir patrimonial et environnemental de ce secteur de la Chartreuse orientale, le secret peut-il jamais constituer une bonne méthode de gestion ? Toute patrimonialisation passe par une connaissance objective de la ressource et par une appropriation collective, sans quoi le géomorphosite, comme tout autre patrimoine, reste une coquille vide. La patrimonialisation sans la connaissance n’est jamais que du fétichisme. Aussi, plaider la rétention d’informations revient à renoncer à toute éducation à l’environnement et sans doute à toute protection durable.

59Découvertes à la fin du XIXe s., les arches de Chartreuse seraient venues s’ajouter au grand catalogue des « curiosités naturelles » dont s’enorgueillissait le Dauphiné. Les enjeux de protection et le souci d’encadrer la fréquentation ont d’emblée placé les arches dans la sphère patrimoniale. La valeur esthétique des arches a été immédiatement admise par tous les acteurs qui les ont vues ou qui en ont vu des images ; la valeur scientifique en revanche demande à être encore établie. Les arches de Chartreuse constituent encore un géomorphosite en devenir ; la polémique en a certainement accéléré la gestation, et lorsque les passions sont retombées, le temps des institutions a pris le relais. À cet égard, les arches ont fourni et continueront à fournir un laboratoire grandeur nature pour observer les temporalités de la patrimonialisation et ses changements de rythme, jusqu’à leur éventuelle inscription dans la durée.

Haut de page

Bibliographie

Sources :

A. A., 2006a, La plus grande arche des Alpes, Montagnes Magazine, avril, p. 9.

A. A., 2006b, Les trésors cachés de Chartreuse, Montagnes Magazine, avril, p. 19.

A. A., 2006c, A ne pas lire, Chartreuse inédite : itinéraires insolites de Pascal Sombardier, Moutain Wilderness, Bulletin, n°69, p. 22.

F. C., 2006, Topo indésirable, Montagnes Magazine, décembre, p. 16.

Descamps P., 2007, Intégrisme, Montagnes Magazine, janvier, p. 4.

Journal Officiel, 1997, Décret n° 97-905 portant création de la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse (Isère et Savoie), 4 oct., p. 14424-14426.

Sombardier P., 2006, Chartreuse inédite, Grenoble, Glénat, 144 p.

Sombardier P. et Brumelot C., 2007, Faut-il parler de la Grande Arche ? Montagnes Magazine, janvier, p. 6-7.

Sube F., Muraz S., Bailly J. et Gardet P., s.d., Site Natura 2000 – FR 8210740, Landes, pelouses, forêts remarquables et habitats rocheux des hauts Plateaux de Chartreuse et ses versants, Zone spéciale de conservation, Document d’objectifs, 9 p.

Berret P., 1925, Les sept merveilles du Dauphiné, Grenoble, éd. les Alpes, 35 p.

Bourdeau P., 2006, Les sports de nature valorisent la montagne, mais la soumettent à une très forte pression, La revue durable, n° 21, p. 36-38.

Deprest F., 1997, Enquête sur le tourisme de masse, l’écologie face au territoire, Paris, Belin, 207 p.

Duval M. et Gauchon C., 2007, Analyse critique d’une politique d’aménagement du territoire, les Opérations Grands Sites, Annales de Géographie, n° 654, avril, p. 147-168.

GIUSTI C. et CALVET M., 2010, L’inventaire des géomorphosites en France et leproblème de la complexité scalaire, Géomorphologie, n°2, p. 223-244.

Laslaz L., 2005, Les zones centrales des Parcs Nationaux alpins français : des conflits au consensus social ?, Th. Géographie, Univ. Savoie, 2 vol., 644 p.

Laslaz L., 2008, Les Parcs Nationaux alpins français ou les rattrapages de l’acceptation perdue, in HÉRITIER S. et LASLAZ L. (coord.), Les parcs nationaux dans le monde : protection, gestion et développement durable, Paris, éd. Ellipses, p. 243-265.

Loiseleur B., 1994, Le massif du Seuil (Chartreuse, France), organisation des réseaux souterrains, Karstologia, n°24, p. 13-28.

REYNARD E., CORATZA P. et REGOLINI-BISSIG G. (ed.), 2009, Geomorphosites, Munich, 240 p.

Ruffier N., 2007, Les activités de pleine nature en question : faut-il interdite pour protéger ? Montagnes Magazine, juin, p. 86-96.

Sombardier P., 2002, Pourquoi les randonneurs se tuent en montagne, Montagnes Magazine, août-septembre, n° 261, p. 76-83.

Sombardier P., 2009, Randonnées du vertige, Grenoble, Glénat, 144 p.

Tscherter C. et Cantalupi D., 2007, Les karsts d’altitude, victimes de la ruée vers l’or blanc, Spelunca, n°105, p. 10-14.

Vourc’h A., 1999, « Vaut le détour ! », les grands sites, éd. GIP ATEN, 76 p.

Haut de page

Notes

1 Les mesures que j’ai effectuées au Leica Disto D3 et au décamètre donnent, pour l’arche principale de la tour Percée, 29 mètres de portée et une section ouverte d’environ 82 m2. La petite arche supérieure a une portée de 12,20 mètres et une section d’environ 11 m2. La strate qui les sépare mesure environ 2 mètres d’épaisseur. Ces mesures semblent bien confirmer le statut de « plus grande arche naturelle des Alpes ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des arches rocheuses dans le massif de la Chartreuse
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8835/img-1.png
Fichier image/png, 82k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8835/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 2 : Positionnement des différents groupes d’acteurs dans la querelle des arches
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8835/img-3.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Photo 2 : La tour Percée vue depuis le nord, avec ce profil caractéristique engendré par la strate résistante qui forme l’arc intermédiaire
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8835/img-4.png
Fichier image/png, 768k
Titre Figure 3 : Essai d'inventaire géopatrimonial du massif de l'Aup du Seuil (Chartreuse orientale)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8835/img-5.png
Fichier image/png, 524k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8835/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gauchon, « Un géomorphosite qui sème la discorde : les arches naturelles de la Grande Chartreuse (Isère, France) », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 249-259.

Référence électronique

Christophe Gauchon, « Un géomorphosite qui sème la discorde : les arches naturelles de la Grande Chartreuse (Isère, France) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8835 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8835

Haut de page

Auteur

Christophe Gauchon

Laboratoire EDYTEM, Université de Savoie, campus scientifique, pôle montagne christophe.gauchon@univ-savoie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page