Navigation – Plan du site

Les sites d’intérêt géomorphologique : un patrimoine invisible ?

Sites with a geomorphological interest – an invisible heritage ?
Christian Giusti
p. 151-156

Texte intégral

1Les sites d’intérêt géomorphologique – ou « géomorphosites » (Panizza, 2001), concept aujourd’hui reconnu au plan international (Reynard et al., 2009. Migoń, 2010) – correspondent à des reliefs « ayant acquis une valeur scientifique, culturelle et historique, esthétique et/ou socio-économique, en raison de leur perception ou de leur exploitation par l’Homme » (Reynard et Panizza, 2005). Si les propriétés scientifiques d’un géomorphosite définissent sa valeur « centrale », les caractères culturels, esthétiques, socio-économiques constituent autant de valeurs dites « additionnelles » (Reynard et al., 2009). Mais les géomorphosites se distinguent des autres types de géosites par trois caractères spécifiques : la valeur esthétique particulière qui s’attache à certains géomorphosites explique qu’ils seront parfois qualifiés de « monuments naturels » ; d’autres sites, qui permettent d’observer l’action des processus actuels de la géodynamique externe, ont une dimension fonctionnelle ; enfin, la plupart des géomorphosites peuvent se caractériser par des emboîtements d’échelle spatiale complexes (Reynard et al., 2009). Ce sont ces caractères qui fondent la spécificité des géomorphosites en tant que géosites, dans la mesure où les valeurs esthétique et dynamique ainsi que les questions spatiales renvoient aux problématiques géographiques du paysage, spécificité reconnue dès 1993 lors de la Malvern Conference en partie consacrée à la conservation du paysage et aux sites d’intérêt géo(morpho)logiques (O’Halloran et al., 1994).

2“Invisible geomorphology ?” est le titre d’un essai du géographe britannique S. Tooth (2009) paru dans Earth Surface Processes and Landforms, l’une des revues de géomorphologie parmi les plus suivies avec un facteur d’impact supérieur à 2,4. Pour S. Tooth, l’analyse de la production scientifique de quelques grands programmes internationaux comme le Millenium Ecosystem Assessment (MEA, 2005), le quatrième rapport du groupe international d’experts sur le climat (IPCC, 2007), ou le United Nations International Year of Planet Earth (IYPE, 2008), montre que le mot « géomorphologie » et les termes associés sont étrangement absents de la plupart des documents de travail et du matériel de sensibilisation pédagogique, un peu comme si les sciences du relief étant aujourd’hui partout, la géomorphologie ne serait plus nulle part. « The discipline of geomorphology remains little known and little understood » : primo, parce que la géomorphologie relève tantôt des enseignements de géographie (par exemple en Grande-Bretagne), tantôt des enseignements de géologie (par exemple en Amérique du Nord) ; secundo, parce que malgré les progrès en matière de quantification, la géomorphologie reste largement perçue comme « littéraire » et « non-scientifique » au nom de critères d’appréciation réducteurs ; tertio, parce que les sciences du relief souffriraient d’un déficit de valeur prédictive aux yeux des décideurs ; quarto, parce que les géomorphologues sont eux-mêmes souvent réticents ou lents à s’engager dans les grands programmes scientifiques internationaux (Tooth, 2009). Aux facteurs conjoncturels de l’invisibilité de la géomorphologie s’ajoutent donc des facteurs structurels, liés aux transformations du champ scientifique où se déploient les sciences du relief, à l’interface des sciences de la Terre et des sciences de la Société (Giusti, 2012a).

3Dans l’histoire scientifique de la géomorphologie, un tournant majeur est intervenu lorsque, sur les terrains mêmes – les Appalaches et la plaine côtière Atlantique – où Davis avait pu établir les fondements de son système, J.T. Hack (1960) a développé un protocole d’analyse du terrain aux antipodes de l’approche davisienne. Au lieu de rechercher dans le paysage les vestiges épars d’anciennes topographies cycliques, autrement dit, de valoriser les maigres traces d’un passé révolu (voire hypothétique), Hack a proposé de partir de l’état présent du relief, autrement dit, d’assumer la totalité de ce qui est directement observable et plus ou moins ajusté aux conditions actuelles de la morphogenèse (dynamic equilibrium) pour, éventuellement, extrapoler vers le passé et discuter la signification des éléments du relief qui ne s’inscrivent pas dans la logique du steady state (Giusti, 2012b). Cette « marche au présent » explique en partie que, dès le début des années 1970, des géomorphologues américains se soient tournés vers les problèmes d’environnement et d’aménagement (Coates, 1971 à 1974 ; Fairbridge, 1971). En France, les aspects sociétaux de ce renversement de perspective ont certes suscité quelques initiatives (Tricart, 1962, 1978 ; Tricart et Kilian, 1979 ; Neboit, 1983). Mais, sur le fond, et compte tenu du poids des différentes traditions de la géomorphologie (cyclique, structurale, climatique, historique, dynamique…), la portée scientifique réelle du « retour vers le présent » opéré par J.T. Hack (1975) n’a pas été immédiatement perçue (Calvet et Giusti, 2010).

4Dans l’Hexagone, un tournant majeur est intervenu lorsque les géographes ont considéré – à l’issue d’un débat entamé au début des années 1960, achevé au début des années 2000 – que la géographie était moins une science naturelle qu’une science sociale (par ex., Claval, 1976 ; Reynaud, 1982 ; Di Méo, 1998 ; Lévy 1999). Le triplet de l’ancienne géographie (physique, humaine, régionale) a été remplacé par le doublet de la nouvelle géographie (thématique et territoriale), deux approches mises en œuvre séparément ou conjointement, par exemple dans l’épreuve sur dossier de l’agrégation externe de géographie (Espaces, territoires, sociétés – Milieux et environnement – Aménagement). Comme l’a parfaitement explicité H. Régnauld (2003), ce sont les problématiques liées au temps profond géologique (la Terre) et au temps long préhistorique (le Quaternaire) qui ont été mises sinon hors champ, du moins marginalisées, au bénéfice d’une dilatation de l’étude des espaces vécus, imaginés, représentés, à l’échelle des temps « courts » de l’archéologie, de l’histoire, des sociétés. Mais les groupes humains organisés (collectivités, communautés, clans, ménages, familles, personnes) sont parfois confrontés à des objets ou à des problèmes qui ne ressortent pas des référentiels spatio-temporels du temps social et de l’espace des sociétés. Dans les dernières pages de Jurassic Park (Crichton, 1990), le vieux milliardaire est rattrapé par la rapacité du monde – une troupe de dinosaures carnivores – que sa société, InGen, a contribué à faire revivre : l’espace vécu, même fictionnel, peut être réel et cruel. Or, ce télescopage d’échelles et de non-concordance des temps, reste peu pris en compte dans les études contemporaines en géographie. L’espace vécu se déploie sur un espace support habité de populations biologiques qui existaient avant, qui existeront après Homo sapiens (y compris les espèces génétiquement modifiées par celui-ci). Homo Erectus, prédécesseur direct de Sapiens, a duré deux millions d’années environ. Mais quelle sera l’espérance de vie d’Homo sapiens à l’échelle de l’écoumène et des pressions écologiques que les anthropo-systèmes socio-productifs font peser depuis deux siècles sur les environnements terrestres et les écosystèmes ? Même des oasis de biodiversité comme celui de la mer de Bismarck, que les chercheurs du Muséum s’attendaient à trouver proche de « l’état de nature », se sont à l’analyse révélés sévèrement pollués par les boues rouges issues de l’exploitation des gisements de nickel (Caramel, 2013). Dans un monde toujours plus urbanisé, la question est chaque jour davantage celle de la durabilité d’écouménopolis (Doxiadis, 1968). Car les choix effectués aujourd’hui par sept milliards d’humains majoritairement citadins et acteurs de sociétés de consommation de masse engagent l’avenir de toutes les communautés vivantes sur au moins un à trois siècles : l’horizon 2200-2300. Si la faiblesse de l’ancienne géographie était d’avoir par trop privilégié les lieux au détriment des Hommes, et l’histoire dans les causalités, la nouvelle géographie ne souffrirait-elle pas d’un excès d’introspection présentielle ?

5La géographie sociale a imposé aux géographes physiciens de repenser leur rapport aux objets de nature. Or, s’il était relativement simple de raccorder aux durées brèves du temps social les thématiques de la biogéographie, de la climatologie et de l’hydrologie (par exemple, le temps de résidence de l’eau et de la vapeur d’eau dans un cycle précipitation – interception – infiltration – évapotranspiration), la tâche était moins évidente pour la géomorphologie, dont de nombreux objets relèvent des temporalités telluriques plus que des temporalités sociétales (Régnauld, 2003). L’essor de la géographie des dynamiques érosives (l’homme et l’érosion), des risques dits « naturels » (l’aménagement des territoires), de la géoarchéologie et des paléoenvironnements (l’histoire et la préhistoire des sociétés) a dans une certaine mesure permis de maintenir l’ancrage de « la » géomorphologie dans la géographie (Giusti, 2012a). Mais il a été jusqu’ici moins perçu, notamment en France, que les reliefs sont aussi des objets de consommation dont les propriétés statiques participent de façon plus ou moins consciente aux structures spatio-temporelles des sociétés contemporaines : comme le souligne avec pertinence H. Megerle dans le présent numéro thématique, le vivant bénéficie d’une forte surexposition comparativement à la pierre inerte, l’un des éléments abiotiques du géosystème.

6Originaire de Normandie, le paysagiste Pascal Cribier (2010) a attiré l’attention sur l’ampleur des conflits d’usage à travers le cas exemplaire de l’une des régions françaises destinées à recevoir un parc éolien marin, le Pays de Caux (fig. :1) : « C’est un paysage puissant, né d’une économie et d’une agriculture très fortes, avec des champs et des forêts magnifiques, des éléments urbains épargnés par l’étalement. Sur la côte, ce décor façonné par l’homme s’arrête d’un coup pour s’ouvrir sur le vide. Les falaises créent une rupture totale entre une campagne très productive et l’horizon, l’infini, ce qui reste de vraie nature : une richesse gratuite et qui appartient à tous. Nul autre endroit n’offre une rupture aussi belle, aussi spectaculaire, sans être balnéaire. C’est ce que vont détruire les éoliennes ». Car, « pour la première fois, on va installer directement sur l’eau une zone industrielle de 75 km2, qui va en permanence tourner et clignoter de lumières rouges, jaunes, blanches. Il faut mesurer la gravité de cette première. Cela va au-delà d’un impact paysager classique : 140 éoliennes de 150 mètres de haut vont être visibles sur plus de 50 kilomètres de côte, au milieu d’un paysage de falaises de 80 mètres de haut ». Et l’auteur de préciser le fond de sa critique : « On reproduit avec l’éolien la même erreur qu’il y a cinquante ans avec les grands ensembles ou il y a trente ans avec les zones commerciales et les plates-formes logistiques qui défigurent les entrées de ville : ce sont des grands programmes technocratiques qui détruisent le paysage avec l’illusion d’être modernes. Ce ne sont pas les paysagistes qui font le paysage, c’est l’économie, la politique, les décisions administratives » (Cribier, 2010. Sur ces questions complexes, voir plus largement Nadaï et Labussière, 2012).

Figure 1A : Pays de Caux : ciel et mer, falaise et valleuse, champs et herbages

Figure 1A : Pays de Caux : ciel et mer, falaise et valleuse, champs et herbages

Figure 1B : Pays de Caux : l’horizon libre, « ce que les éoliennes vont détruire »

Figure 1B : Pays de Caux : l’horizon libre, « ce que les éoliennes vont détruire »

7L’objectif des dix articles rassemblés ici est de proposer au lecteur des pistes de recherche et des éléments de réflexion sur les fonctions sociales des sites d’intérêt géomorphologique, en particulier au plan de la compréhension du paysage, de la valorisation patrimoniale, et de l’éducation à l’environnement. Les six premiers essais ont une portée programmatique, plus thématique et générale que les quatre articles suivants, qui sont plutôt des études de cas à l’échelle de territoires de dimension variée (réserve, parc, région, France entière).

8H. Megerle (Univ. Rottenburg) (2012*, p. 157-169) montre que les géomorphosites du sud-ouest de l’Allemagne constituent un patrimoine de haute valeur, culturelle autant que naturelle, mais très largement négligé. En effet, malgré la grande diversité des formations géologiques du Bade-Wurtemberg, il existe encore actuellement une différence évidente entre la protection des biotopes et celle des géotopes. Cela concerne également la perception des géotopes géomorphologiques (i.e. géomorphosites) et leur intégration aux activités touristiques ou dans les offres d’éducation à l’environnement. Jusqu’à aujourd’hui, les géotopes géomorphologiques ont suscité peu d’attention en Allemagne, même chez les spécialistes. Cela pourrait s’expliquer par le fait que la nécessité de protéger les « paysages non-vivants » n’est pas assez comprise, et, par ailleurs, parce que pratiquement aucun thème géomorphologique n’est intégré aux programmes scolaires. La reconnaissance de la « Schwäbische Alb » comme géoparc a largement contribué à améliorer la perception des géotopes géomorphologiques. Mais il n’y a malheureusement aucune certitude que le géoparc puisse être maintenu, depuis que la « Schwäbische Alb » a été déclarée Réserve de biosphère.

9N. Cayla et F. Hobléa (Univ. Savoie) (2012*, p. 171-186) rappellent avec le concours de leurs partenaires en région et dans les parcs que les géomorphosites occupent une place importante dans les inventaires géopatrimoniaux de Rhône-Alpes, suscitant l’intérêt des acteurs locaux dans le cadre de projet de valorisation territoriale. Cependant, nombre de sites échappent à ce processus car ils sont recouverts d’un masque d’ « avisibilité », néologisme dont leur article interroge les contours. Pour les auteurs, le jeu d’écrans s’interposant entre l’objet et l’observateur relève : 1) d’une invisibilité originelle comme dans le cas des cavités souterraines ; 2) d’une invisibilité perceptive qui occulte tout ou partie du site ; 3) du masque du pittoresque qui dissimule l’intérêt primitif de l’objet ; 4) de l’usage masquant voire de la disparition complète du site. La révélation géopatrimoniale devient alors indispensable afin de rendre accessible et intelligible le géopatrimoine concerné, et ainsi permettre de prendre conscience de la (ou des) valeur(s) patrimoniale(s) de ces biens.

10C. Portal (Univ. Nantes) (2012*, p. 187-198) propose une réflexion conceptuelle et méthodologique sur la dimension culturelle des reliefs. Telle que définie par M. Panizza et S. Piacente (2003), la géomorphologie culturelle « étudie la composante géomorphologique d’un territoire comme élément de culture du paysage et pour ses interactions avec les biens culturels de type archéologiques, historiques, architecturaux etc. ». La première partie de cette définition fait l’objet d’un approfondissement conceptuel sur la dimension ontologique des reliefs qui sont considérés en tant que géogrammes (Berque, 1999). La patrimonialisation du « relief-géogramme » est appréhendée dans le temps et dans l’espace à partir d’une grille d’indicateurs spécifiques permettant de reconstituer les trajectoires culturelles et patrimoniales de ces formes.

11G. Regolini-Bissig et S. Martin (UNIL, Lausanne) (2012*, p. 199-210) attirent l’attention sur le fait que la médiation de la géomorphologie, dans le cadre du géotourisme, est une forme de communication éducative. Elle doit prendre en compte le public auquel elle s’adresse, notamment en ce qui concerne le regard porté sur le relief naturel. L’article présente les résultats d’une recherche sur l’identification par différents publics des formes du relief dans divers environnements alpins et cherche à dégager les facteurs explicatifs liés aux individus ou à la géomorphologie. L’article s’interroge également sur les possibilités de la médiation à « rendre visible » certains éléments ou certaines valeurs « invisibles » (scientifique, culturelle, identitaire), afin d’élargir la connaissance et la compréhension de la géomorphologie auprès du public et préparer ainsi la place à une vision patrimoniale du relief.

12Le rôle de l’image photographique dans la médiation scolaire est au cœur de l’analyse livrée par G. Hugonie (IUFM de Paris, Univ. Paris 4) (2012*, p. 211-217). Fort d’une profonde expérience scientifique et d’une haute compétence didactique, l’auteur aborde trois questions : quels géomorphosites du territoire national sont représentés dans les manuels de géographie des lycées et collèges français depuis un demi-siècle ? Pourquoi ceux-là ? Y a-t-il une évolution durant ce demi-siècle ? L’analyse de 35 manuels de 1942 à 2007 montre que les photographies de géomorphosites sont de plus en plus rares, parce que les programmes de géographie n’accordent plus beaucoup d’importance aux formes de relief. Les sites les plus fréquents correspondent à quelques montagnes célèbres, Alpes et Pyrénées d’abord ; aux volcans d’Auvergne et des DROM, à quelques côtes rocheuses et découpées. Les auteurs et éditeurs semblent choisir d’abord des sites déjà célèbres, éléments du patrimoine national et de la culture scolaire, qui se renforcent l’un l’autre ; des formes de relief rares et impressionnantes par leur altitude, leur aspect, leur dénivelée ; des formes de relief qui manifestent l’action de géodynamiques anciennes ou actuelles très intenses, comme les soulèvements, les éruptions volcaniques, l’érosion glaciaire ou marine. Mais les manuels actuels ne font que présenter ces formes de relief. Ils ne les expliquent pas, ne montrent pas leur intérêt géomorphologique, leur valeur patrimoniale. Ils n’en font pas des géomorphosites. Un effort important devra donc être fourni pour rappeler aux concepteurs des programmes, aux auteurs des manuels et aux enseignants de géographie l’importance des formes de relief et des mécanismes géomorphologiques dans la vie des sociétés.

13Dans un article original (2012*, p. 219-228), qui articule les pratiques des géomorphologues et celles des artistes, H. Régnauld, A. Volvey et P. Heulot (Univ. Rennes et Univ. d’Artois) soulignent que la notion de géomorphosite fait appel à un intérêt scientifique et à une valeur esthétique. Leur essai programmatique interroge la dimension contemporaine des critères esthétiques par lesquels on distingue les géomorphosites, et s’appuie sur l’exemple du littoral en Bretagne. Au cours du XIXe et du XXe s., des peintres (dont Courbet, Manet, Gauguin…) ont rendu célèbres des sites côtiers, lesquels ont fini par devenir les icônes du paysage remarquable et ont forgé une forme d’identité paysagère en Bretagne. Aujourd’hui, les œuvres plastiques qui abordent le littoral sont moins « célèbres » et la collection du Fonds régional d’art contemporain en Bretagne n’en compte que trente. Les normes esthétiques qui sous-tendent ces œuvres sont radicalement différentes de celles qui caractérisaient les tableaux des époques précédentes. Les pratiques artistiques actuelles n’invoquent pas la notion de « beau » et utilisent des « procédures documentaires » distanciées. Ces nouvelles pratiques plastiques peuvent-elles à leur tour influencer la vision esthétique que les géomorphologues mobilisent quand ils étudient un site littoral ?

14B. Comentale (Univ. Nantes) (2012*, p. 229-238) montre que dans le sud du Massif armoricain, le recours au patrimoine matériel est une des voies d’accès au patrimoine géomorphologique. Les collines de Vendée constituent un bombement dissymétrique dont la retombée vers l’est forme le plateau des Mauges. Le trait essentiel du relief est une surface d’aplanissement dont les nuances sont a priori peu perceptibles d’emblée, mais dont la démonstration à destination des publics non avertis peut être effectuée en s’appuyant sur la diversité des roches à l’affleurement. Des expositions à visée touristique, par exemple sur la construction traditionnelle dans le Bocage vendéen, permettent de saisir cette diversité à travers l’utilisation des roches comme matière première. En outre, l’importance du manteau d’altération sur le plateau des Mauges permet de mieux appréhender les mécanismes d’ameublissement des roches, condition de l’aplanissement. L’utilisation des argiles d’altération par la tuilerie et la poterie, activités qui ont marqué le paysage et qui font encore l’objet d’une petite production industrielle, pour l’une, et d’un processus de patrimonialisation à but touristique, pour l’autre, est l’occasion de rappeler ce qu’est un massif ancien.

15Dans les Alpes du Sud, C. Venzal (Univ. Pau) (2012*, p. 239-248) rappelle que la notion de « géotourisme », initiée en France par les gestionnaires de la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence (RNGHP), s’organise à partir d’une offre de découverte ludique et didactique d’un ensemble de sites géologiques, géomorphologiques et/ou historiques, se traduisant à travers des aménagements pour la visite du public, des sentiers, des panneaux, des brochures, des expositions… Toutes ces réalisations se basent sur l’inventaire d’un ou plusieurs géosites, identifiés à partir d’éléments de base (roches, fossiles, pierres, eau…). L’auteure propose, à la suite de l’étude des géosites de Haute-Provence, un indice d’identification desdits géosites tenant compte des intérêts géologiques, historiques et économiques, de leur représentativité géographique (locale, régionale, nationale ou internationale) et élaboré selon trois publics cibles (les scientifiques, les groupes scolaires et le grand public). Au niveau de l’étude patrimoniale des géosites de Haute-Provence, il existe une proximité avec les principes de Freeman Tilden sur le concept d’Interprétation du patrimoine. L’analyse de ces principes a guidé l’étude du territoire de la RNGHP et la réflexion systémique sur les géosites de cet espace « naturel » protégé, permettant de proposer un schéma d’interprétation du territoire fondé sur l’identification de sites d’intérêt géologique, certains à valeur y compris géomorphologique.

16Dans les Alpes du Nord, C. Gauchon (Univ. Savoie) (2012*, p. 249-259) revient sur la découverte par Pascal Sombardier en mai 2005 de plusieurs arches rocheuses dans les escarpements de la Grande Chartreuse. L’année suivante, l’auteur publiait Chartreuse inédite avec la « tour Percée » en couverture, veillant à ne pas dévoiler l’emplacement exact des arches, « afin de ne pas attirer trop de monde dans cette zone fragile »… Bien sûr, ce pseudo-mystère ne fit que renforcer la curiosité. S’ensuivit une polémique dont il est possible d’identifier les différents acteurs. À travers cet exemple, il est possible d’observer in vivo le processus de construction de la valeur patrimoniale appliqué à un géomorphosite : la découverte, la certification, la révélation, l’appropriation par le conflit et la protection. Qu’est-ce qui constitue ces arches comme éléments du patrimoine cartusien ? Leur nouveauté sans doute, mais aussi leur caractère photogénique, leur proximité en même temps que le mystère qui les entoure.

17Après un bref retour sur la géographie de la France au début des années 1970, V. Moriniaux et C. Giusti (Univ. Paris 4) (2012*, p. 261-276) étudient la genèse du Guide des Merveilles naturelles de la France publié par Sélection du Reader’s Digest en 1973. Les souvenirs recueillis en juin 2009 en particulier auprès de F. Verger et de B. Willerval convergent pour éclairer les raisons d’un inventaire de plus de 3 000 objets. Des éléments sont également fournis sur la structure première de l’ouvrage, le choix des sites et celui des auteurs. L’établissement d’une base de données, malgré son caractère limité, permet cependant de mettre en évidence des régions bien pourvues en sites (montagnes et littoraux), comparativement à d’autres qui le sont moins, et aux vides, de loin majoritaires. Quelques pistes d’interprétation sont proposées à titre d’hypothèses de travail : fonction du pittoresque, rôle des discontinuités, idéologie conservatrice. Le Guide donne une photographie de ce qu’était la géographie française au temps du paradigme naturaliste, avant la migration du champ vers le paradigme sociétal.

18Qu’il me soit permis, enfin, d’exprimer gratitude et reconnaissance : au Comité de rédaction de Géocarrefour, qui a accepté ce projet ; à l’ensemble des rapporteurs sollicités, dont les avis éclairés ont aidé à faire des choix parfois douloureux et permis l’amélioration de bien des points ; aux auteurs qui, malgré les délais, n’ont manifesté nulle impatience ; enfin, à toutes les personnes ayant participé à la réalisation de ce numéro thématique et suivi avec attention son élaboration, en particulier Christian Montès et André Buisson. À tous, « merci » !

Haut de page

Bibliographie

BERQUE A., 1999, Géogrammes, pour une ontologie des faits géographiques, L’Espace géographique, 4, p. 320-326.

CAYLA N., HOBLEA F., BIOT V., DELAMETTE M., GUYOMARD A., 2012*, De l’invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale, Géocarrefour, 87/3-4, p. 171-186.

CALVET M., GIUSTI C., 2010, La géographie physique française cent ans après le Traité : et demain ?, in BROC N., Une histoire de la géographie physique en France, XIX-XXe siècles. Les hommes, les œuvres, les idées, Perpignan, PUP, Postface, p. 677-706.

CARAMEL L., 2013, Le rêve terni des naturalistes dans les eaux de Papouasie, Le Monde, 01.03.2013.

CLAVAL P., 1976, Essai sur l’évolution de la géographie humaine, Paris, Les Belles Lettres, 202 p.

COATES D.R., 1971, Environmental geomorphology, Binghamton (NY), State University of New York Press, 262 p.

COATES D.R., 1972, Environmental geomorphology and landscape conservation. Volume 1, Prior to 1900, Stroudsburg (PA), Dowden, Hutchinson & Ross, Inc., 485 p.

COATES D.R., 1973, Environmental geomorphology and landscape conservation. Volume 3, Non urban areas, Stroudsburg (PA), Dowden, Hutchinson & Ross, Inc., 483 p.

COATES D.R., 1974, Environmental geomorphology and landscape conservation. Volume 2, Urban areas, Stroudsburg (PA), Dowden, Hutchinson & Ross, Inc., 454 p.

COMENTALE B., 2012*, Du patrimoine artisanal au patrimoine géomorphologique sur la marge méridionale du Massif armoricain, Géocarrefour, 87/3-4, p. 229-238.

CRIBIER P., 2010, La destruction d’un paysage unique, Le Monde, 09.09.2010.

CRICHTON M., 1990, Jurassic Park, New York (NY), A.E. Knopf, 400 p.

DI MÉO G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 320 p.

DOXIADIS C.A., 1968, Ekistics, an introduction to the science of human settlements, London, Hutchinson, 528 p.

FAIRBRIDGE R.W., 1971, Society and geomorphology, in COATES D.R. (Ed), Environmental geo-morphology, Binghamton (NY), State University of New York Press, p. 215-220.

GAUCHON C., 2012*, Des géomorphosites qui sèment la discorde : les arches naturelles de la Grande Chartreuse, Géocarrefour, 87/3-4, p. 249-259.

GIUSTI C., 2012a, Sciences du relief ou géomorphologie ? Essai de définition d’un domaine interdisciplinaire entre géosciences et sciences sociales. Cybergeo : European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.24935.

GIUSTI C., 2012b, Du syndrome de Playfair au paradoxe de Penck. Regards sur les concepts de la géomorphologie, Mémoire d’HDR de l’Université de Perpignan Via Domitia, 270 p.

HACK J.T., 1960, Interpretation of erosional topography in humid temperate regions, American Journal of Science, Bradley Volume, 258-A, p. 80-97.

HACK J.T., 1975, Dynamic equilibrium and landscape evolution, in MELHORN W.L. & FLEMAL R.C. (Eds), Theories of landform development,Binghamton (NY), State University of New York Press, p. 87-102.

HUGONIE G., 2012*, Les photographies de géomorphosites français dans les manuels de géographie des lycées et collèges des années 1940 à 2007, Géocarrefour, 87/3-4, p. 211-217.

IPCC, 2007, Climate Change 2007, Fourth Assessment Report, Geneva, International Panel on Climate Change.

IYPE, 2008, Planet Earth Book, Earth Sciences for Society, International Year of Planet Earth 2007-2009, Paris, UNESCO.

LÉVY J., 1999, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, 400 p.

MEA, 2005, Ecosystems and Human Well-Being, Millenium Ecosystem Assessment : Synthesis, Washington D.C., Island Press.

MEGERLE H., 2012*, Geomorphosites in South West Germany - a neglected natural and cultural heritage of high value, Géocarrefour, 87/3-4, p. 157-169.

MIGOŃ P., (Ed.), 2010, Geomorphological landscapes of the world, Heidelberg, Springer, 395 p.

MORINIAUX V., GIUSTI C., 2012*, 3184 « Merveilles naturelles » : une photographie de la géographie de la France dans les années 1970, Géocarrefour, 87/3-4, p. 259-274

NADAÏ A., LABUSSIÈRE O., 2012, Politiques éoliennes et paysages, Rapport de recherche, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00674958

NEBOIT R., 1983, L’homme et l’érosion, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 183 p. (2e éd., 1991, 269 p. ; 3e éd., 2010, 350 p.).

O’HALLORAN D., GREEN C., HARLEY M., STANLEY M., KNILL J., 1994, Geological and Landscape Conservation. Proceedings of the Malvern International Conference 1993, Geological Society, London, 530 p.

PANIZZA M., 2001, Geomorphosites: concepts, methods and example of geomorphological survey, Chinese Science Bulletin 46, Suppl. Bd, p. 4-6.

PANIZZA M., PIACENTE S., 2003, Geomorfologia culturale, Bologna, Pitagora Editrice, 350 p.

PORTAL C., 2012*, Trajectoires culturelles des géomor-phosites ou comment rendre visible le « relief-géogramme ». Réflexions méthodologiques pour une géomorphologie culturelle des sites géomorphologiques, Géocarrefour, 87/3-4, p. 187-198.

RÉGNAULD H., 2003, Géographie physique, in LÉVY J. & LUSSAULT M. (Dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, p. 715-716.

REGNAULD H., VOLVEY A., HEULOT P., 2012*, Géomorphosites et collection du FRAC Bretagne : comment les Arts Plastiques actuels peuvent-ils  participer à la réflexion sur les sites littoraux remarquables ? Géocarrefour, 87/3-4, p. 219-236.

REGOLINI-BISSIG G., MARTIN S., 2012*, Bâtir la médiation de la géomorphologie sur ce qui est vu. Une première approche de la perception des formes du relief alpin par les non-spécialistes, Géocarrefour, 87/3-4, p. 199-210.

REYNARD E., PANIZZA M., 2005, Géomorphosites : définition, évaluation et cartographie. Une introduction, Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3, p. 177-180.

REYNARD E., CORATZA P., REGOLINI-BISSIG G., (Eds.), 2009, Geomorphosites, München, Verlag Dr. Friedrich Pfeil, 240 p.

REYNAUD A., 1982, La géographie, science sociale, Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n° 49-50, 164 p.

TOOTH S., 2009, Invisible geomorphology?, Earth Surface Processes and Landforms, 34, 5, p. 752-754.

TRICART J., 1962, L’épiderme de la Terre. Esquisse d’une géomorphologie appliquée (travaux publics, urbanisme, aménagements agricoles, prospection des ressources naturelles), Paris, Masson, 168 p.

TRICART J., 1978, Géomorphologie applicable, Paris, Masson, 204 p.

TRICART J., KILIAN J., 1979, L’éco-géographie et l’aménagement du milieu naturel, Paris, François-Maspéro – Hérodote, 326 p.

VENZAL C., 2012*, Fondements et principes de la valorisation touristique d’un géosite : évaluation et interprétation des géosites de la Réserve géologique de Haute-Provence (France), Géocarrefour, 87/3-4, p.239-248.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1A : Pays de Caux : ciel et mer, falaise et valleuse, champs et herbages
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8834/img-1.png
Fichier image/png, 860k
Titre Figure 1B : Pays de Caux : l’horizon libre, « ce que les éoliennes vont détruire »
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8834/img-2.png
Fichier image/png, 731k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Giusti, « Les sites d’intérêt géomorphologique : un patrimoine invisible ? », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 151-156.

Référence électronique

Christian Giusti, « Les sites d’intérêt géomorphologique : un patrimoine invisible ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 12 avril 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8834

Haut de page

Auteur

Christian Giusti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page