Navigation – Plan du site
Articles

De l’invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale

From the invisibility of geomorphosites to their geoheritage revelation
Nathalie Cayla, Fabien Hoblea, Vincent Biot, Michel Delamette et Anne Guyomard
p. 171-186

Résumés

Les géomorphosites occupent une place importante dans les inventaires géopatrimoniaux, suscitant l’intérêt des acteurs locaux dans le cadre de projet de valorisation territoriale. Cependant, nombre de sites échappent à ce processus car ils sont recouverts d’un masque d’avisibilité, néologisme dont cet article interroge les contours. Le jeu d’écrans s’interposant entre l’objet et l’observateur relève : 1) d’une invisibilité originelle comme dans le cas des cavités souterraines ; 2) d’une invisibilité perceptive qui occulte tout ou partie du site ; 3) du masque du pittoresque qui dissimule l’intérêt primitif de l’objet ; 4) de l’usage masquant voire de la disparition complète du site. La révélation géopatrimoniale devient alors indispensable afin de rendre accessible et intelligible le géopatrimoine concerné, et ainsi permettre de prendre conscience de la (ou des) valeur(s) patrimoniale(s) de ces biens.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, le patrimoine géologique et géomorphologique est non seulement pris en considération à des fins de préservation, mais également pour ses possibilités de valorisation au service d’un développement territorial durable en tant que support d’activité géotouristique et d’éducation à l’environnement (Reynard et al., 2003 ; Giusti, 2010). Bien représentés dans les inventaires géopatrimoniaux, parmi les grandes catégories de géosites, les géomorphosites (Panizza, 2001 ; Reynard, 2009) ont une place importante à jouer dans le développement de ces activités qui les font accéder au statut de ressources territoriales (Peyrache-Gadeau, 2010).

2La notion de géomorphosite renvoie cependant à une réalité paysagère que le grand public est capable d’appréhender en dehors de toute référence à la géomorphologie, discipline qui lui est généralement inconnue et dont les apports à la compréhension du paysage lui échappent le plus souvent (Tooth, 2009). Ainsi, un masque d’invisibilité, au sens figuré mais parfois aussi au sens propre, recouvre de nombreux géomorphosites, instaurant un jeu d’écrans entre l’objet et l’observateur. Cette situation peut faire obstacle au développement des usages patrimoniaux des objets et paysages géomorphologiques. Les processus de patrimonialisation doivent alors intégrer une étape supplémentaire, celle de la révélation patrimoniale au sens strict qui, suivant la nature du masque d’invisibilité, relève de la recherche géomorphologique proprement dite, de l’aménagement du site ou de l’interprétation qui en est faite.

3Cet article questionne la nature de ces écrans en envisageant les différentes formes d’invisibilité qui peuvent masquer les objets géomorphologiques et faire obstacle à leur valorisation. Il analyse ensuite les formes d’action relevant de la patrimonialisation susceptibles de lever le voile de l’invisibilité et de participer au processus de révélation patrimoniale défini comme (i) rendant accessibles et intelligibles les biens et objets patrimoniaux concernés et (ii) permettant de prendre conscience de la (ou des) valeur(s) patrimoniale(s) de ces biens.

Les différentes formes d'invisibilité des géomorphosites

4Il serait possible de distinguer les invisibilités d’origine naturelle de celles liées aux activités humaines. Ce serait cependant risquer d’occulter la part d’invisibilité liée aux interactions entre les phénomènes naturels et les activités ou aménagements anthropiques. C’est pourquoi nous nous gardons d’entrer dans cette classification duale réductrice et proposons un recensement au cas par cas, inspiré de la réalité du terrain.

L'invisibilité originelle ou génétique

5Certaines cavités souterraines d’origine naturelle (grottes karstiques et pseudo-karstiques, tunnels de lave…), anthropique (mines, carrières souterraines, foggaras, souterrains…) ou mixte (grottes aménagées, paléokarsts décolmatés par des activités extractives…) peuvent être considérées comme des géomorphosites lorsqu’elles sont identifiées comme remarquables pour leur intérêt géoscientifique s.l. en tant que lieu de conservation d’archives paléoenvironnementales morpho-sédimentaires, paléontologiques et archéologiques, ainsi que pour leurs valeurs esthétiques, historiques et culturelles (témoins de l’évolution des rapports homme/milieu et de l’usage des ressources…).

6A titre d’exemple, les valeurs patrimoniales des cavités karstiques ont été mises en évidence par de nombreux travaux (Shaw, 1992 ; Gauchon, 1997 ; Collectif, 2007 ; Tscherter et Cabrol, 2008 ; Hobléa, 2008). En France, un Comité national du patrimoine souterrain a été créé en 2007 pour accompagner le Ministère en charge de l’écologie dans la définition d’une politique de gestion préservatrice. Au sein de cette structure, une réflexion sur la notion de paysage souterrain a été initiée. Cette réflexion doit intégrer le fait qu’au-delà de la zone de pénétration de la lumière depuis l’orifice communiquant avec la surface, ce paysage, en tant que portion d’espace soumise à la vue, n’existe que par la mise en lumière produite par l’homme. Ces paysages et patrimoines souterrains sont par nature invisibles, tant depuis la surface du fait de leur caractère hypogée, qu’in situ du fait de l’obscurité. Ils ne deviennent visibles que par une démarche volontariste d’exploration ou de visite (visitare : « voir souvent »), nécessitant de surmonter, grâce à la technique (progression spéléologique ou aménagements « fixes »), et les obstacles topographiques et l’obscurité absolue qui règne dans le milieu souterrain à partir d’une certaine distance de l’entrée. Ce degré d’obscurité rend vain le réflexe de dilatation pupillaire. Privé d’éclairage, le visiteur est ainsi sensoriellement déstabilisé par cette expérience du « noir absolu » qui, s’il surmonte son stress, l’invite à mobiliser ses autres sens pour percevoir le paysage souterrain par ses bruits, ses odeurs, sa température et ses formes. Il se retrouve ainsi dans une situation expérientielle qui le rapproche de la faune des cavernes, capable de se déplacer et de se repérer dans cet environnement accidenté et a-lumineux. Si l’invisibilité intrinsèque des ténébreux paysages souterrains permet une approche sensorielle et kinesthésique originale, elle s’oppose cependant à la lisibilité des patrimoines contenus dans le géomorphosite hypogée. La « mise en vision » des paysages et patrimoines souterrains passe donc par l’usage de la lumière artificielle qui devra être au service de la mise en valeur de ce type de patrimoine par des actions de scénarisation adaptées.

7Au-delà de la question de l’éclairage, comment rendre visibles les patrimoines souterrains contenus dans des géomorphosites inaccessibles à la grande majorité des gens, car trop profondément enfouis ou dont les entrées ont été obstruées par souci de sécurisation (réglementation en vigueur sur les entrées de mines et carrières souterraines abandonnées) ? La question se pose ainsi dans le Parc naturel régional du massif des Bauges (Savoie/Haute Savoie), récemment intégré dans le réseau des géoparcs européens sur un dossier mettant en avant les systèmes et réseaux karstiques très développés dans ce massif subalpin aux larges affleurements calcaires. Le territoire n’offre pour le moment à la visite grand public qu’une seule cavité aménagée, excentrée par rapport au cœur du massif, de taille modeste et dépourvue de concrétions. Il existe cependant à l’intérieur d’un réseau karstique du cœur des Bauges une salle souterraine immense, dite salle Fitoja, constellée de fines stalactites tubulaires (fistuleuses) pouvant atteindre 4 m de longueur, comparables à celles des célèbres grottes de Choranche dans le PNR du Vercors (Collectif, 2007). Lorsqu’on sait que ces dernières attirent environ 120 000 visiteurs par an, cela incite les gestionnaires du géoparc des Bauges à envisager la valorisation d’un tel joyau. Mais cette idée se heurte actuellement à l’inaccessibilité de la salle, que seule une poignée de spéléologues a jusqu’à présent pu atteindre au prix d’un minimum de 12 à 20 heures d’efforts soutenus et engagés. Environ 150 mètres d’épaisseur de calcaires urgoniens massifs séparent la cavité de la surface. Le percement d’un tunnel d’accès demeure une utopie non seulement trop onéreuse, mais avant tout préjudiciable à la conservation d’un tel géomorphosite. La perturbation des paramètres physico-chimiques de l’atmosphère intérieure de la cavité peut en effet impacter les processus actifs de création de ces fistuleuses. Les gestionnaires du géoparc des Bauges sont donc ici confrontés à la question de trouver comment remédier à cette invisibilité pénalisante pour la valorisation du site sans lever les barrières protectrices liées à son inaccessibilité.

8La même question s’est posée dans le massif voisin, en Chartreuse, dans les années 1990 lorsqu’il s’est agi de valoriser la découverte et l’étude d’un des plus gros gisements paléontologiques à ours des cavernes d’Europe, situé dans la grotte de la Balme à Collomb creusée dans les calcaires urgoniens du Mont Granier (Philippe, 1994 ; Hobléa, 1999). Victime de pillages répétés, le gisement situé à 1700 m d’altitude et à deux heures de marche du village le plus proche (Entremont-le-Vieux) a vu après les fouilles son accès régulé par un ingénieux système de fermeture permettant la conservation du site mais au prix d’une réduction drastique de son accessibilité, l’ouverture et la fermeture de la porte nécessitant une journée de travail de la part d’experts tenus au secret. La visibilité de ce site est ainsi devenue quasi nulle alors même que la municipalité d’Entremont-le-Vieux réfléchissait, avec les scientifiques impliqués, à une valorisation locale de cette nouvelle richesse patrimoniale.

9L’invisibilité originelle liée à la genèse et à la situation de certains géomorphosites se rapproche de l’invisibilité des géomorphosites sous-marins, nécessitant l’usage d’engins ou de matériels de progression et de vision subaquatiques (dont l’éclairage ad hoc à partir d’une certaine profondeur). La différence provient ici du fait que ces géomorphosites peuvent avoir été submergés après un temps de genèse et d’évolution en position émergée (Vanara et al., 2007). Certains géomorphosites célèbres cumulent les deux handicaps quant à leur visibilité et leur accessibilité, comme la grotte Cosquer (du nom du plongeur qui l’a révélée en 1991) dans les calanques marseillaises. L’accès naturel de la cavité ornée de peintures du Paléolithique supérieur (-27 000 et -19 000 ans) a été atteint par la transgression holocène il y a environ 7 000 ans et est situé à une quarantaine de mètres sous le niveau marin actuel (Collina-Girard et Arfib, 2010).

L’invisibilité perceptive

10Si nos sens, et en particulier la vue, rendent perceptibles les objets et paysages qui nous entourent, le paradoxe est que, par essence, ils nous en limitent l’intelligibilité, ne nous offrant qu’une vision fragmentée ou partielle du réel. Ainsi, les différents plans du paysage s’ordonnent suivant une succession scalaire qui peut en masquer la lecture (Giusti, 2010). Certains géomorphosites encaissés, tels les gorges, sont pour cela souvent masqués à la vue, phénomène amplifié lorsque la végétation tend à les envahir comme aux gorges du Sierroz, au Nord d’Aix-les-Bains, autrefois but prisé de promenade des curistes aixois, aujourd’hui friche touristique imperceptible au promeneur non avisé (Reynard et al., 2011a). Parfois la visibilité d’un site n’est possible que sous un certain angle, ou à une distance très contrainte, d’où la découverte toujours possible de géomorphosites remarquables restés jusqu’à présent masqués, comme l’expose Christophe Gauchon dans ce même numéro (Gauchon, 2012). Dans d’autres cas, c’est l’échelle d’observation qui va déterminer le niveau de visibilité du géomorphosite. En effet, des objets géomorphologiques ponctuels peuvent être dissociés aujourd’hui dans l’espace, alors qu’ils étaient associés par le passé du fait du processus de leur genèse. La lisibilité de ces sites ne peut alors être atteinte que par un effort de reconstitution originelle. A contrario, certaines méga-formes ne peuvent être embrassées d’un seul coup d’œil et leur perception nécessite une prise de recul difficilement réalisable. Ainsi en est-il des cratères d’impacts météoritiques (ou astroblèmes). Si les diverses représentations de la surface de la lune ont rendu ces formes familières sous le terme quelque peu trompeur de « mer », ces reliefs lunaires hérités de bombardements météoritiques anciens ont dans une moindre mesure leurs équivalents sur terre, comme en témoigne le célèbre Meteor crater, astroblème à peine âgé de 50 000 ans, d’environ 1 500 m de diamètre et 190 m de profondeur situé dans le désert de l’Arizona. Mais, la plupart du temps, en raison de la taille du météore, de l’âge de l’impact ou bien de la localisation de celui-ci, ces formes relèvent davantage de la recomposition d’un puzzle géomorphologique que de la lecture d’une forme directement accessible à nos sens. En France, la découverte de l’astroblème de Rochechouart-Chassenon en Vendée n’a pu se faire qu’à la suite d’un laborieux travail de reconstitution du géosite, et sa reconnaissance officielle ne date que des années 1970 (Marchat, 2009). De longue date, les pierres de construction très particulières de cette région, des brèches polygéniques aux couleurs vives et variées, avaient suscité la curiosité des géologues qui attribuaient leur existence à des phénomènes volcaniques. La découverte des quartz choqués à l’intérieur de celles-ci par le géologue François Kraut attribue définitivement leur origine aux conséquences d’un impact météoritique. Mais l’ancienneté de celui-ci, 200 millions d’années, couplée à la taille importante de l’astroblème formé, environ 20 km de diamètre, rendent difficilement perceptibles dans le paysage la géomorphologie couramment attribuée à ce type de structure, d’autant qu’ici l’érosion est même à l’origine d’un phénomène d’inversion de relief : le fond du cratère, constitué de roches plus dures que les sédiments jurassiques déposés lors du retour de la mer au Mésozoïque, apparaît aujourd’hui mis en relief par le jeu de l’érosion différentielle. D’autres sites en Europe sont d’une lecture plus aisée, comme le cratère du Ries, dépression d’une vingtaine de kilomètres au Sud de la Bavière dont la platitude surprend au cœur des reliefs du Jura Souabe. Daté d’il y a 15 millions d’années, ce cratère est un des géosites remarquables du Geopark Schwäbische Alb.

11Les cratères d’impacts sont souvent parfaitement repérables à partir des images satellites facilement accessibles via les globes virtuels. Ces représentations ne sont toutefois qu’une image de la réalité parfois invisible sur le terrain en raison des dimensions de l’objet, de sa fragmentation ou de son ensevelissement, d’où la découverte parfois très récente de certains de ces astroblèmes et les difficultés de mise en valeur in situ. C’est le cas de l’astroblème de Chicxulub au Yucatan, officiellement reconnu comme tel en 1993 à la suite des travaux sur la limite K/T dans les années 1980. Les traces de ce cratère de 200 km de diamètre aujourd’hui enfouies sous près de 1 000 mètres de sédiments, restent peu visibles sur le terrain (couronne de cénotes) et la petite ville de Chicxulub Puerto (4000 habitants) ne valorise aucunement sa position de « point 0 » de l’impact mondialement connu comme responsable de l’extinction des dinosaures, dans une région où le tourisme est essentiellement centré sur la visite des anciennes cités Mayas et des musées historiques de Mérida, « la cité blanche » capitale du Yucatan.

Les masques du pittoresque et de l’ésotérisme disciplinaire

12Connus de tous, certains géomorphosites ont été très tôt identifiés et reconnus en tant que monuments de la nature. Cette distinction patrimoniale s’est appuyée généralement sur la singularité ou le « pittoresque » des sites (au sens de la loi de 1930), mettant en avant le caractère esthétique et spectaculaire. Ce que l’on traduirait aujourd’hui par « l’intérêt paysager » a parfois longuement occulté l’accès à la reconnaissance d’un réel intérêt géomorphologique que seule pouvait révéler l’étude approfondie de ces objets, une visibilité pouvant ici en cacher une autre.

13En Haute-Maurienne, sur le territoire de la commune de Sollières-Sardières se dresse un monolithe de cargneule d’une hauteur de 93 m (fig. 1). Ce site pittoresque est déjà décrit, en 1910, dans l’ouvrage d’Antoine Borrel et Henry Bordeaux : Les plus beaux sites de Savoie. « A gauche et dans les bois sur les pentes de la Dent Parrachée on aperçoit plusieurs monolithes dont un, particulièrement intéressant et qui est souvent visité, a une hauteur de 92 m et est connu sous le nom de Pyramide de Sollières ». Emblématique de la haute-vallée, c’est au pied de ce monolithe que fut inauguré le 26 juin 1965 le premier parc national français, celui de la Vanoise. Pratiquement invisible sur le cliché pris lors de l’événement par le journaliste du Dauphiné Libéré, le monolithe est décrit dans son article de façon lapidaire comme « un pain de sucre qui jaillit de la forêt ». Malgré sa renommée locale et l’attachement que les haut-mauriennais lui portent, aucune mesure de classement du site n’a jamais été prise et ce n’est que tout récemment qu’il a été inclus dans l’inventaire du patrimoine géologique et géomorphologique de la région Rhône-Alpes. Objet d’une fréquentation importante, il a fallu attendre la fin du XXe s. pour que des aménagements soient réalisés afin de requalifier le site et de réaliser une médiation pour le grand public à l’aide de panneaux d’interprétation. D’un montant total de 286 398 € (selon un dossier interne du Parc national de la Vanoise), ce projet a nécessité des financements européens, nationaux et régionaux mais également la participation de nombreux partenaires locaux. Le panneau d’interprétation installé au pied du monolithe évoque principalement les étapes de sa formation.

Figure 1 : Evolution du site du monolithe de Sollières-Sardières depuis 1900

Figure 1 : Evolution du site du monolithe de Sollières-Sardières depuis 1900

14Le monolithe n’est pas unique : non loin de lui, le « microlithe » atteint lui-même 60 mètres et plus en amont, se situe la « falaise du Mont », site d’escalade réputé. Ces différents éléments, tous constitués de cargneules, appartiennent à la nappe briançonnaise interne qui constitue l’essentiel du massif de la Dent Parrachée (Ellenberger, 1958). Longtemps présenté comme le résultat de l’érosion, à l’image des reliefs ruiniformes bien observables à la Casse déserte au col de l’Isoard, le site ne semblait relever que d’une morphologie pittoresque ayant mis en relief certaines zones plus indurées liées à des hétérogénéités préexistentes dans la couche de cargneules, elle-même considérée ici comme un vaste éboulis de pente. De récentes recherches proposent une origine plus complexe (Fudral et al., 2010). Les reliefs de cargneule aux formes diverses que l’on peut observer en plusieurs endroits de la Vanoise, et en particulier aux alentours du Mont Jovet, ont une structure interne organisée autour d’un cœur très hétérogène constitué d’une brèche entourée d’une croûte lisse et régulière formée d’un matériel plus fin. Cette structure, au sein de laquelle peuvent apparaître des éléments quartzitiques issus de la couche sous-jacente dans la nappe du Briançonnais, donne à penser que ces protubérances seraient le résultat d’une extrusion sous pression de portions de la nappe des cargneules au travers du réseau de fracturation. La surpression et les circulations de fluides à l’origine du phénomène relèvent de la tectonique chevauchante qui a accompagné la mise en place des nappes. Le phénomène pourrait être daté d’environ 5 millions d’années. Les reliefs en résultant ne seraient donc plus directement liés à la seule dynamique érosive mais seraient à rattacher à la catégorie des formes structurales dérivées. Cette hypothèse, déjà étayée par de nombreuses observations de terrain, nécessite encore d’être approfondie et des recherches sont en cours sur le site même du monolithe.

15Cet exemple illustre la difficulté qu’il y a à dépasser l’interprétation première, souvent simpliste, de la plupart des sites pittoresques qui, connus de longue date, peuvent révéler à l’occasion d’investigations scientifiques complémentaires un surcroît d’intérêt géologique ou géomorphologique… ou parfois confirmer la banalité de l’objet diminuant ainsi sa valeur scientifique au regard des autres critères de reconnaissance que sont les valeurs additionnelles, historiques, culturelles, esthétiques ou économiques qui peuvent lui être associées.

16Ces dernières sont plus facilement mobilisables pour la valorisation de ces objets et sites auprès du grand public, dont la culture géomorphologique est souvent très limitée. Les intérêts scientifiques d’un géomorphosite restent donc aux yeux des non-initiés le plus souvent masqués derrière son caractère spectaculaire ou pittoresque. La question se pose donc dans l’optique d’une valorisation géopatrimoniale de savoir comment surmonter ou contourner l’obstacle de l’ésotérisme disciplinaire pour aller au-delà des simples apparences et révéler la nature profonde et le sens caché de ce type de site.

L'usage masquant

17De grands aménagements comme les barrages et leurs lacs de retenue peuvent effacer des géomorphosites du paysage, sans pour autant les détruire. C’est le cas notamment des anciennes « pertes du Rhône » à Bellegarde sur Valserine, dans le département de l’Ain. La Valserine est un affluent de rive droite du Rhône rejoignant le fleuve immédiatement à l’aval du site des pertes du Rhône après avoir traversé la ville. Le vocable « pertes du Rhône » peut être considéré comme un abus de langage au sens géomorphologique du terme puisqu’il désigne ici un étroit canyon encaissé dans les calcaires urgoniens où, en basses eaux, le Rhône était entièrement soustrait à la vue sur quelques hectomètres de longueur (fig. 2). Malgré sa grande renommée acquise au XIXe et au début du XXe s. (Quinet, 1855 ; Ardouin-Dumazet, 1911), il a été submergé par l’entrée en fonction du barrage de Génissiat en 1948, après plus de 40 ans de gestation d’un projet hydro-électrique qui a suscité de vives polémiques et oppositions de la part de scientifiques et défenseurs d’un patrimoine fluvial dont les pertes du Rhône étaient le fleuron (Martel, 1921). Jusqu’en 1978, le barrage connaît des vidanges totales périodiques qui permettent de remettre au jour le site de manière éphémère, l’événement attirant alors les curieux et les nostalgiques. Mais à partir de 1978, la vidange devient partielle et n’abaisse plus suffisamment le niveau d’eau pour laisser apparaître l’ancien lit surcreusé, « plongeant aux oubliettes les célèbres pertes du Rhône » (Le Dauphiné Libéré, 20/05/2010). Rares sont aujourd’hui les personnes capables de situer l’emplacement précis de ces anciennes « pertes », d’autant plus que la Valserine connaît un phénomène similaire juste à l’amont de Bellegarde, identifié sur les cartes sous l’appellation « pertes de la Valserine », toujours visibles aujourd’hui, sortes de succédané miniature des anciennes pertes du Rhône.

Figure 2 : Les pertes du Rhône au début du XXe s.

in Martel, 1921, photo de gauche) et le site actuel (photo de droite, F. Hobléa) où elles sont masquées par le plan d'eau de la retenue de Génissiat (les deux vues regardent vers l'amont ou vers le Sud-Est

18L’intérêt patrimonial du site est pourtant avéré, tant sur le plan scientifique (Renevier, 1854 ; Daubrée, 1887 ; Martel, 1921 ; Jayet, 1926…) que pour ses « valeurs additionnelles » (au sens de Reynard, 2005) d’ordre esthétique, pédagogique et culturel, à tel point que le site a été retenu dans la liste régionale Rhône-Alpes de l’inventaire national du patrimoine géologique, non sans poser quelques difficultés d’identification et d’insertion, la nomenclature de l’inventaire ne prévoyant pas le cas des géosites disparus (Reynard et al., 2011b).

19Le cas des pertes du Rhône n’est pas unique, la submersion de géomorphosites par des lacs de barrage artificiels concernant potentiellement la plupart des grandes retenues mondiales et bon nombre d’ouvrages plus modestes. A la différence du patrimoine culturel, il n’est alors pas possible de déplacer l’élément patrimonial à sauvegarder comme cela a été fait en Egypte dans les années 1960 pour le temple d’Abou Simbel, menacé par la mise en eau du lac Nasser derrière le barrage d’Assouan. Les difficultés de valorisation de ces patrimoines soustraits à la vue sont ainsi similaires à celles des géopatrimoines hypogées (cf. supra), à la différence qu’il existe généralement un corpus de documents d’archives sur lequel s’appuyer pour une éventuelle (re)mise en valeur.

L'éradication anthropique

20A l’échelle des temps géologiques, les dynamiques « naturelles » (érosion, changement climatique…) rendent éphémères certains géomorphosites remarquables. Là encore, seules quelques traces picturales en conservent le souvenir dans l’imaginaire collectif. Ainsi du glacier Pasterze peint par Thomas Ender (1793-1875) en 1830, représentation qui permet de mesurer la régression du glacier et nous laisse imaginer la grandeur passée du géant. Plus récemment, l’écroulement du Wall Arch dans le parc national des Arches en Utah a banalisé un paysage dont seules les photos gardent la trace du géomorphosite passé. Lorsqu’elle est induite par des activités humaines, cette éradication est souvent plus rapide et définitive, à l’exemple des blocs erratiques alpins (Reynard, 2004) ou des blocs éboulés des « Abymes » du Mont Granier (Savoie) utilisés comme pierre de construction et qui auraient pu complètement disparaître sans l’intervention de sociétés savantes et d’associations de sauvegarde des patrimoines arguant de l’intérêt scientifique et paysager de ces formations pour obtenir la préservation des plus emblématiques d’entre eux (Cayla et Tritenne, 2011).

21Aujourd’hui encore cependant, certains aménagements et usages éradiquent des géomorphosites remarquables, dont la valeur scientifique ne pèse que peu de poids face aux enjeux et intérêts motivant leur effacement. C’est le cas du système dunaire d’Excenevex, identifié dès le début du XXe s., situé dans la baie de Coudrée en rive sud lémanique, au passage entre le petit lac et le grand lac. L’inventaire réalisé par le botaniste Chobat (1902) lui permet de définir la notion de « garrides » en référence aux environnements secs de garrigues. Outre cet aspect floristique, l’auteur propose une première approche du système dunaire qu’il précise comme actif, comprenant des dunes bordières et des dunes en épingles à cheveux. Il faut attendre les travaux de Dussart et al. (Dussart et al., 1959), pour que le système dunaire soit décrit en tant que tel et que les sables soient caractérisés. Les dunes se sont formées en deux temps : hydroclassement partiel des sables et formation de dunes hydrauliques sous l’effet de la houle associée à la bise (vent du Nord-Est), suivi d’une reprise des sables par le vent lors des périodes d’abaissement du lac (étiage naturel ou contrôlé à l’exutoire) permettant la formation du système dunaire éolien. Les processus sont toujours actifs et des dunes hydrauliques et éoliennes en cours de formation.

22Le site d’Excenevex est présenté et valorisé touristiquement comme « la seule plage de sable naturel du Léman ». Les dunes recensées par Chobat ont progressivement été arasées, laissant place à un camping, à des habitations et à un parking ; seuls restent de rares vestiges dunaires. En 2009, la plage attire un public essentiellement familial ; la commune offre environ 4000 lits touristiques (dont 2 500 en camping) et plus de 40% des logements sont des résidences secondaires. Au cours des belles journées d’été, la fréquentation de la plage est estimée à 6 000 personnes (Guyomard et al., 2009). Les retombées de la taxe de parking associée à la plage constituent la première ressource économique directe de la commune. Celle-ci a, depuis le début de l’expansion du tourisme, un positionnement de station balnéaire. En 2010 - 2011, les gestionnaires de la plage assurent leur communication sur le thème « la plage naturelle, le paradis des enfants » et affirment l’affinité du site avec les plages méditerranéennes.

23Les dunes hydrauliques et éoliennes qui se reforment lors d’épisodes de bise sont considérées comme préjudiciables à l’activité de plage et sont donc aplanies. Ainsi, la commune n’hésite pas à faire rentrer des engins dans le lac lors des périodes d’étiage pour niveler le fond. On note ainsi la phrase suivante sur le site Internet de la mairie : « En hiver, profitant de la "marée basse", la municipalité engage d’importants travaux de drainage du sable et de la plage, du matériel impressionnant arase le fond afin de supprimer les différences de niveaux occasionnées par le ressac des vagues. » (Mairie-Excenevex, 2010)

24Dans le cas du site des dunes d’Excenevex, le sable est considéré comme un bien économique. Son origine naturelle est présentée comme une plus-value économique sans qu’il y ait de volonté d’intégrer la valeur patrimoniale du site ni de mettre en place une politique de médiation associée. La déconnexion entre l’origine des sables, les dunes, leur fonctionnement et l’usage du site n’a cessé de s’accentuer. Dans les années 1950, un guide touristique du Chablais mentionne « le charme balnéaire et botanique de ses dunes lacustres uniques en Europe Occidentale et qui ont été modelées par les vents » (Le Messager, années 1950). Mais dès les années 1990 il n’est plus fait mention de la particularité de la plage. La description la plus marquante de cette perte de connaissance est mise en lumière dans l’édition du Petit Futé de 2008 sur la Haute-Savoie qui invite le visiteur à « venir graver ses initiales pour la vie » dans les petites falaises de sables glacio-lacustres qui bordent le site et dont l’érosion naturelle par la houle alimente en sable le système.

25Aujourd’hui, la situation de ce géomorphosite actif est paradoxale : le sable de la plage induit la première ressource économique de la commune, mais l’action anthropique conduit à la disparition du géopatrimoine porteur de l’identité du site. Cette perte d’identité provoque une banalisation de la plage par les gestionnaires et les visiteurs. La question de la valorisation géopatrimoniale de ce géomorphosite continuellement gommé du paysage se pose cependant à une échelle supra-communale, puisque les dunes hydro-éoliennes d’Excenevex comptent parmi les géosites remarquables recensés par le territoire du Chablais, lui aussi géoparc.

26En résumé, les causes d’invisibilité des géomorphosites relèvent de :

27- l’inaccessibilité physique : le visiteur est dans l’impossibilité de visualiser directement le site, ce dernier étant une cavité souterraine ou interdit d’accès et masqué à la vue (cas de certaines friches touristiques, de sites vulnérables mis en protection et de la plupart des mines et carrières souterraines) ;

28- l’inaccessibilité conceptuelle : le site est exposé à la vue du public, mais son intérêt géomorphologique dépasse les connaissances moyennes de ce public et/ou se trouve masqué par le caractère spectaculaire ou pittoresque, voire par des événements historiques qui lui sont associés ;

29- l’inaccessibilité perceptive partielle ou complète : le géomorphosite est fondu dans les divers plans paysagers, ou rendu imperceptible par des effets de trompe-l’œil et de perspective, ou perdant toute lisibilité car déconnecté de son contexte géomorphologique par des effets d’échelle ;

30- la disparition d’origine naturelle (érosion) ou anthropique (éradication ou usage masquant).

31Ces différentes causes peuvent se combiner : ainsi l’astroblème de Chicxulub au Yucatan est à la fois rendu invisible pour des questions d’échelle, d’enfouissement et de masque perceptif, le tourisme historique Maya et colonial faisant ici écran.

32Le terme d’invisibilité peut être discuté du fait de son usage conjuguant ici le sens propre et des sens figurés. C’est pourquoi nous proposons d’introduire le terme néologique d’ « avisibilité », qui renverrait tant aux invisibilités physiques (sens propre) qu’aux invisibilités liées à un déficit de connaissance ou à des masques d’ordre perceptif et culturel (sens figuré) (tabl. 1).

Tableau 1 : L’avisibilité géopatrimoniale : exemple des géomorphosites

Tableau 1 : L’avisibilité géopatrimoniale : exemple des géomorphosites

33Venir à bout de cette succession d’écrans dissimulant la réalité géomorphologique des sites intéressants pour un usage géotouristique et éducatif suppose un travail de « révélation géopatrimoniale » qui, s’inspirant des processus classiques de la patrimonialisation, doit innover au regard des enjeux particuliers auxquels elle est confrontée (Duval, 2007).

La révélation géopatrimoniale : comment rendre visible l'invisible

34La récente entrée des objets géomorphologiques au sein de la sphère patrimoniale est à l’origine de nombreuses initiatives qui, aux différentes étapes du processus de patrimonialisation, ont été accompagnées par la mise en place d’outils permettant de restaurer ou d’assurer la visibilité des géomorphosites.

Inventaire et classement, où comment faire sortir de l’oubli les géomorphosites

35La prise en compte progressive des géopatrimoines au sein des patrimoines naturels a conduit, à partir des années 1990, à la réalisation d’inventaires nationaux. La disparité de mobilisation des acteurs explique les décalages observés dans le lancement et la réalisation de ceux-ci (D’Andrea et al., 2002 ; Röhling et al., 2004 ; Hoffmann, 2006 ; Berger et al., 2011).

36La mise en chantier de l’inventaire du patrimoine géologique français par le Muséum d’histoire naturelle de Paris le 5 avril 2007 a donné lieu à la création des Commissions régionales du patrimoine géologique (CRPG). Chercheurs en géosciences, conservateurs et muséographes, professionnels des espaces protégés mais également représentants de la société civile (naturalistes amateurs, accompagnateurs en montagne, spéléologues, carriers…) ont réuni leurs savoirs et compétences afin d’établir des listes d’objets géologiques et géomorphologiques dignes d’être portés à l’inventaire. Chacun des sites examinés pouvait s’inscrire dans les cas de figure suivants (exemples relatifs à la région Rhône-Alpes) :

37- déjà connus, voire reconnus officiellement par une procédure de protection, ces sites ont été intégrés tout naturellement à l’inventaire (par exemple le Claps et saut de la Drôme classé au titre des articles L341 et suivants du Code de l’environnement par arrêté du 24 février 2004) ;

38- sujets d’études récentes, leur intérêt scientifique, découvert ou redécouvert, a justifié leur intégration dans l’inventaire (par exemple les anciennes mines de fer du col de l’Alpe, récemment découvertes lors d’explorations spéléologiques et étudiées dans un travail de recherche sur les anciennes mines et carrières du Parc naturel régional de Chartreuse (Cayla, 2005) ;

39- d’autres sites, pourtant déjà classés ou inscrits au titre des monuments naturels, ont été volontairement exclus de l’inventaire en raison du caractère limité de leur intérêt géoscientifique. C’est le cas des nombreuses cascades dont le contexte géologique n’a rien de remarquable (cascade du Rouget en Haute-Savoie), ou de sites trop ponctuels pour être représentatifs de phénomènes mieux développés ailleurs (rocher de la Pierre Percée en Isère) (Gauchon, 2002) ;

40- au contraire, bien que d’un intérêt certain et ayant fait par le passé l’objet d’une reconnaissance officielle, des sites n’ont pas été intégrés faute d’avoir été proposés par un membre de la CRPG. Ainsi, les blocs granitiques du canton de Noirétable ont-ils été classés par arrêté du 8 juillet 1910 au titre des sites et monuments naturels sous l’appellation « Les monuments (blocs erratiques) de Noirétable ». Ces boules granitiques empilées en chaos de blocs ruiniformes sont identifiées dès 1898 comme non pas des blocs erratiques au sens propre du terme (origine glaciaire) mais comme le produit de l’altération in situ des granites. Malgré cette reconnaissance ancienne de leur valeur géopatrimoniale, ils n’ont pas été intégrés dans l’inventaire rhône-alpin, n’ayant été cités par aucun des participants à l’inventaire. Classés et étiquetés (à tort) à l’époque de la vague de patrimonialisation des blocs erratiques témoins des extensions glaciaires du passé, ils n’ont pas donné lieu, tels le Gros Caillou de la Croix-Rousse ou le Rocher des Anglais dans la vallée de Chamonix, à une appropriation territoriale forte, le site internet de la commune de Noirétable n’en faisant aucunement état comme d’un patrimoine de la commune. Tout au plus ces curiosités sont-elles mentionnées sur le site Web de l’office du tourisme de Noirétable (sans explication de leur formation) et font-elles l’objet d’une protection dans le Plan local d’urbanisme au titre des servitudes AC2 réglementairement appliquées aux sites classés. Cet exemple illustre les limites de la reconnaissance officielle et des procédures d’inventaire qui, si elles ne sont pas suivies d’une appropriation par les acteurs locaux ou par la communauté scientifique, ne suffisent pas forcément à elles seules à jouer leur rôle de révélateur patrimonial.

41C’est également le cas pour les patrimoines endokarstiques, fortement représentés en région Rhône-Alpes, que la CRPG a de ce fait décidé d’inventorier à part de manière spécifique dans un futur non encore défini. Grands absents de l’inventaire de Rhône-Alpes, les géomorphosites endokarstiques doivent donc faire l’objet d’autres actions de révélation patrimoniale pour résorber leur déficit de visibilité.

Des techniques au service de la visualisation et de la compréhension des géomorphosites

42Le processus de patrimonialisation inclut dans sa phase de valorisation des démarches et outils qui permettent de restaurer la visibilité des géomorphosites en les rendant perceptibles aux sens mais également intelligibles à la compréhension (Sellier, 2009).

43Pour les géomorphosites souterrains, cela passe par la mise en lumière artificielle, qui, si elle est conduite sans précaution ou réflexion, peut affaiblir la valeur esthétique, banaliser le paysage (relief écrasé, plans successifs fondus dans un sur-éclairage), voire gêner la vision (aveuglement du visiteur depuis certains points de vue) et même engendrer des détériorations patrimoniales (attaques algaires sur peintures pariétales…). Le choix de la tonalité de l’ambiance lumineuse est éminemment culturel. En Chine, leader mondial du tourisme souterrain, l’éclairage des grottes aménagées propose traditionnellement des jeux de lumière mobilisant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel pour rendre telle stalagmite bleue, sa voisine rouge, la suivante verte... En France, en dehors des espaces réservés au désormais incontournable « son et lumière », l’éclairage des grottes aménagées se veut plus neutre et proche de la lumière naturelle. Il se prête a priori plus facilement à la révélation géopatrimoniale que les « feux d’artifice » lumineux chinois, qui placent le spectateur dans une attitude purement esthétisante (Taunay, 2010). Pouvoir pointer des éléments du paysage souterrain par des faisceaux de lumière individualisés transforme le handicap de l’invisibilité initiale en un avantage didactique ou scénaristique certain. Les murs des salles ou hautes galeries souterraines deviennent même aujourd’hui des écrans de projection pour tous types de spectacles, de l’onirique au géodidactique. Avec le danger que la forme prime sur le fond et que le mélange des genres brouille finalement le message au point de désorienter les publics, comme cela s’est passé en 2010-2011 aux grottes de Choranche avec le nouveau spectacle vidéo-projeté intitulé « La caverne du temps ». Techniquement innovant, son approche onirique de la formation de la cavité n’a pas convaincu les visiteurs ni produit les effets attendus en termes de gain d’attractivité, à tel point que ce spectacle sera déjà retiré pour la saison 2012 au profit d’un son et lumière plus classique rappelant le spectacle initial, pionnier en son temps. Ce dernier avait fait la réputation du site au point de fusionner avec lui dans ses représentations, ajoutant ainsi à ses valeurs patrimoniales une dimension culturelle largement cultivée et déclinée depuis (expositions de LandArt souterrain, etc). Alors qu’à Choranche, la nécessité d’innover et de renouveler le genre a tout dernièrement poussé à expérimenter la colorisation des éclairages d’ambiance dans les galeries menant à la salle de spectacle souterraine, on pourrait a contrario imaginer dans certaines cavités une lecture du paysage souterrain à l’aveugle, toutes lumières éteintes, sur un circuit sécurisé permettant non seulement de faire expérimenter le « noir absolu » des cavernes, mais de faire ressentir les reliefs et les textures de la cavité, à la manière des animaux cavernicoles.

44Lorsque le contact direct avec un site géologique ou géomorphologique est impossible en raison de sa dangerosité, de ses difficultés d’accès ou de sa vulnérabilité, différentes techniques permettent de donner à voir l’inaccessible.

45Les espaces de restitution fondés sur des principes d’immersion du visiteur permettent une découverte ex-situ dont le site de Lascaux a été pionnier (cf. ci-dessous). La technique du fac-simile, très coûteuse et longue à réaliser, n’est réservée qu’aux patrimoines de premier ordre, c’est-à-dire d’importance mondiale. Le futur espace de restitution de la grotte Chauvet dans les gorges de l’Ardèche inclura ainsi une réplique des principaux panneaux ornés, réalisée à l’aide des moyens les plus performants en matière de reconstitution de morphologies pariétales en 3D (laserscanning à haute résolution). Cette technique avait été utilisée de manière pionnière en Chartreuse pour l’étude du gisement paléontologique de la Balme-à-Collomb, grâce à une opération de mécénat scientifique menée par EDF en 1999. Couplée à de la prospection géophysique conventionnelle, elle avait contribué à localiser l’orifice par lequel les ours des cavernes accédaient à la galerie d’hivernation devenue leur tombeau. L’opération de mécénat comprenait également la réalisation de prises de vue en 3D destinées à la production d’un film en relief devenu l’élément central de l’agencement et de la visite du Musée de l’ours des cavernes. Cet espace de restitution, inauguré en 2002 au cœur du village d’Entremont-le-Vieux à proximité immédiate du camping et de la fruitière, a été la solution retenue pour valoriser localement le site de la Balme-à-Collomb lui-même devenu quasi inaccessible au public (sauf événement exceptionnel motivant la longue et compliquée réouverture de la porte blindée). Il espère accueillir son 200 000e visiteur en 2012. Pour les géopatrimoines d’intérêt plus local, il existe également d’autres techniques de valorisation ex-situ adaptées et inventives, auxquelles contribuent largement les géomorphologues et karstologues (Hobléa, 2008). C’est le cas du projet de « grottarium », prise de vue panoramique à 360° et en 3D d’une caverne, à projeter sur une sphère-écran du type planétarium fixe ou ambulant. Ce procédé a été imaginé pour valoriser la salle Fitoja (cf. ci-dessus), joyau concrétionné inaccessible dans les tréfonds karstiques du massif des Bauges.

46Dans d’autres cas, des outils de monitoring (Webcam…), parfois couplés à une lecture vidéo instantanée par streaming via internet, permettent de suivre en direct l’évolution de certains sites inaccessibles tels des cratères volcaniques actifs ou des glissements de terrain, ou d’assister à des phénomènes ponctuels tels l’éruption d’un geyser ou des crues avec des procédés de déclenchement de l’enregistrement à l’arrivée de l’événement. Ainsi, les stations « GeoVision », nouveau concept de monitoring à but à la fois scientifique et géodidactique/géotouristique permettent la télémesure et la télévisualisation de processus hydrologiques et géomorphodynamiques rarement observables in situ, comme les crues d’émergences karstiques de trop plein (Hobléa et al., 2011a et 2011b)

47Le visiteur peut aussi être plongé dans un monde virtuel afin de découvrir des objets ou des mondes disparus (Davies et Totten, 2010). Des interfaces récentes (second life) peuvent même substituer au visiteur un avatar qui pourra partir à la découverte d’un géomorphosite inaccessible…

48Ces techniques permettent d’envisager la sauvegarde de la mémoire et même « l’empreinte morphologique » de sites appelés à disparaître, et de faire renaître virtuellement dans des espaces de restitution, à la manière d’un hologramme, certains géomorphosites disparus, comme les dunes d’Excenevex (cf. supra).

49Les reconstitutions virtuelles sont aussi utilisées afin de mieux percevoir le réel in situ : ainsi, la réalité augmentée géospatiale mobile permet d’apporter au visiteur, bien positionné géographiquement grâce au GPS, des informations qui rendent intelligible, par le biais de différents supports multimedia, la réalité qu’il a sous les yeux (Cayla, 2011). Cette synergie du monde réel avec un monde virtuel est un dispositif particulièrement approprié à la découverte de géomorphosites difficilement perceptibles. En effet, loin de l’artificialisation des processus de réalité virtuelle, elle ancre l’apprentissage de nouvelles connaissances sur l’observation du réel. Ainsi, un itinéraire géologique virtuel est en cours de création dans le géoparc du Chablais. Il permettra aux randonneurs de découvrir et mieux comprendre via leur smartphone des géomorphosites le long du GR 5.

50La cartographie dynamique, qui couple à des fonds cartographiques différents outils numériques (zoom associé à des changements d’échelle, déplacements, hyperliens associés à différents médias), permet de rendre utilisables, adaptables et interactives les données spatialisées (Martin et Ghiraldi, 2011). L’utilisateur, qu’il soit sur le terrain ou ailleurs, peut, à sa convenance et/ou en fonction de sa position, générer des cartes qui afficheront les informations lui permettant de mieux appréhender, en fonction de ses besoins, la réalité.

51Ainsi, l’amphithéâtre morainique d’Ivrée (Collectif, 2004), au débouché de la vallée d’Aoste dans la plaine du Pô, expose les traces des trois dernières glaciations qui se sont échelonnées depuis 600 000 ans. A chaque optimum glaciaire, le glacier de la Baltée, qui occupait l'ensemble de la vallée d'Aoste a déposé au front de son maximum d'extension une épaisse moraine frontale. A chacune des avancées du glacier, l'extension s'est toujours réalisée à l'intérieur de l'extension précédente ce qui a permis la conservation des cordons antérieurs et explique que de l'extérieur vers l'intérieur de l'amphithéâtre, les moraines sont de plus en plus jeunes. Des sites internet présentent les principaux affleurements en les associant dans des itinéraires géo touristiques1.

52Les différentes techniques et outils numériques qui viennent d’être évoqués relèvent pour certains d’une mise en pratique parfois très sophistiquée et onéreuse alors que pour d’autres les outils libres du Web 2.0 et des réseaux sociaux ont, seuls, été sollicités. Quelle que soit la solution envisagée, celle-ci doit bien sûr rester au service du projet du concepteur ou des besoins des utilisateurs, sans quoi c’est un nouveau masque qui sera ajouté au géomorphosite, celui du filtre de la technique.

La mise en lumière par le détour culturel

53Si la communauté des géoscientifiques peut aisément reconnaître la valeur scientifique d’un géomorphosite, la découverte de valeurs additionnelles, et en particulier culturelles, est sans aucun doute un moyen privilégié de rendre ce site visible pour le plus grand nombre. Lorsque les relations entre le site et son usage anthropique ancien sont étroites et évidentes, ce détour culturel ne constitue plus forcément un écran masquant, mais peut être utilisé comme révélateur géopatrimonial. La trajectoire patrimoniale des grottes ornées permet d’étayer cette hypothèse : l’occupation humaine des grottes, bien que très ancienne, n’est attestée que depuis deux siècles. Les premières fouilles archéologiques souterraines commencent au XIXe s. (Jouannet en 1816, Boucher de Perthes en 1846) (Cleyet-Merle et Marino-Thiault, 1990, p. 44) et notamment en Dordogne dans le secteur des Eyzies avec la découverte de Cro-Magnon en 1868 par Lartet et Christy. Elles établissent un lien entre les « lieux naturellement architecturés » (grottes) et les « lieux d’habitats humains » (saisonnier, temporaire) (Vialou, 2005, p. 76).

54La première découverte importante d'une grotte ornée est celle d'Altamira en Espagne. En 1879, Marcelino Sanz De Sautuola révèle les peintures préhistoriques sur les parois de la cavité. La publication de sa découverte ne fut pas prise au sérieux et ne fut accompagnée que de mépris par la communauté scientifique. Finalement, c’est la découverte d’autres peintures pariétales dans des cavernes d’Europe, surtout en France à la fin du XIXe et au début du XXs., qui démontre et légitime la valeur préhistorique des peintures d’Altamira. Ainsi, en Dordogne, la grotte de La Mouthe en 1895 ou les grottes de Combarelles et de Font-de-Gaume en 1901 livrent des gravures et peintures pariétales dont l’authentification ne peut être mise en doute et qui corroborent les découvertes de De Sautuola dans la grotte d’Altamira. En effet, ces représentations rupestres sont soit partiellement recouvertes de calcite, attestant de leur ancienneté, soit associées à du mobilier préhistorique découvert dans ces mêmes cavités. Cette nouvelle caractéristique patrimoniale des grottes transforme le regard du monde scientifique sur le monde souterrain. Celui-ci n’attire pas seulement les géologues et géomorphologues, mais aussi les préhistoriens et archéologues qui trouvent là une extension de leur terrain d’étude. La propriété naturelle « conservatoire » des grottes permet la préservation des représentations pariétales et donc devient un objet de connaissance de l’histoire de l’Homme.

55Ainsi, le développement de l’archéologie souterraine participe à la reconnaissance patrimoniale de nombreuses grottes durant le XXe s., à l’exemple de la grotte de Rouffignac. Ses peintures sont mentionnées dans des récits du XVIe et du XVIIe s. (Baritaud, 1990, p. 23). Des visites y sont alors organisées, mais aucun intérêt n’est porté aux peintures. Malgré leur présence, elles tomberont dans l’oubli et les guides anciens ne les mentionneront plus. C’est en 1956 que les peintures sont redécouvertes et authentifiées par L.-R. Nougier et R. Robert. Cette nouvelle valeur patrimoniale entraîne alors l’aménagement moderne de la grotte de Rouffignac en 1959 : « l’invisible devient ainsi visible ».

56L’exemple de la Dordogne-Périgord (« Pays de l’Homme » slogan affiché sur le site internet du Comité départemental du tourisme de la Dordogne) avec la vallée de la Vézère est assez caractéristique d’un territoire où une identité s’est construite autour de géomorphosites culturels (fig. 3). Le déclencheur de cette construction identitaire est la reconnaissance de l’art rupestre qui se développa dans le secteur des Eyzies puis le long de la vallée de la Vézère.

Figure 3 : Plan des différents sites géo touristiques de la Vallée de la Vézère

Figure 3 : Plan des différents sites géo touristiques de la Vallée de la Vézère

Tableau 2 : De l’avisibilité à la révélation géopatrimoniale

Tableau 2 : De l’avisibilité à la révélation géopatrimoniale

57A travers l’authentification de la valeur patrimoniale des représentations rupestres, les grottes et autres abris sous roches deviennent un enjeu économique par leur aménagement et leur valorisation touristique. Si les cavités naturelles étaient parcourues et visitées uniquement pour leur paysage et leur beauté, les traces qu’elles conservent d’une occupation humaine ancienne leur procurent une nouvelle force d’attraction. Avec le développement de l’archéologie souterraine, de nombreuses cavités sont parcourues dans le but d’y retrouver d’hypothétiques ornementations anthropiques préhistoriques. Motivés par la volonté d’étudier ces représentations, de nombreux archéologues ont participé à cet élan de découverte. Cette dynamique a été bien souvent accompagnée d’une utilisation touristique du lieu ainsi nouvellement inventé (abri de Cap blanc, grottes des Combarelles et de Font de Gaume, grotte de Bernifal…).

58Si de nombreuses découvertes ont été réalisées dans la première moitié du XXe s., leur exploitation touristique ne s’est réellement opérée qu’après la Seconde guerre mondiale, dans les années 1950. Il semble alors qu’il ne peut y avoir un salut touristique que par l’aménagement pour la visite d’une grotte préhistorique. L’exemple de la grotte de Bara-Bahau, en Dordogne, en est très significatif. Le syndicat d’initiative du Bugue-sur-Vézère a fait appel aux services de Norbert Casteret, figure célèbre de la spéléologie nationale et internationale. La demande était simple et précise : explorer la grotte de Bara-Bahau dans l’espoir d’y découvrir des peintures ou gravures rupestres. Cette cavité est alors connue de longue date par la population locale mais n’est pas l’objet d’une exploitation touristique. En 1951, Casteret force un passage étroit dans la grotte et débouche dans une vaste salle où il découvre les premières peintures pariétales (Aujoulat et Dauriac, 1984, p. 93). Sans plus attendre et afin de les rendre accessibles à un plus grand nombre, tout en répondant aux exigences du tourisme moderne, la galerie terminale est vidée sur plusieurs mètres du remplissage qui empêchait l’accès à la salle des gravures. On fait alors peu de cas de l’intégrité et de la valeur scientifique de la formation géomorphologique qui faisait ici écran à la révélation du patrimoine archéologique. La grotte de Bara-Bahau ouvre ses portes au public en 1956.

59Le site le plus emblématique de la vallée de la Vézère, la grotte de Lascaux, est aussi celui qui fait figure de pionnier dans l’évolution des modes de valorisation des géomorphosites « invisibles ». Le site est rendu visible au public en 1948 par intrusion directe des groupes dans la cavité. Malheureusement, les conséquences néfastes des premiers aménagements et une fréquentation non maîtrisée entrainent rapidement de graves dégradations des peintures. En 1963, la grotte est fermée et le public ne peut plus visiter Lascaux, qui redevient un patrimoine invisible. Une question reste donc en suspens : comment permettre malgré tout une immersion dans ce géomorphosite tout en assurant sa préservation et permettre sa valorisation patrimoniale ? La réponse viendra du projet de réalisation d’un fac-simile, Lascaux II, qui ouvre ses portes au public en 1983. C’est une structure artificielle restituant une partie de la grotte originelle de Lascaux. L’ouverture du fac-simile redessine les contours des circuits touristiques qui s’étaient recentrés autour des Eyzies. Le développement touristique se redéploie le long de la vallée de la Vézère et s’appuie sur les activités ludiques et pédagogiques autour de géomorphosites préhistoriques.

60Enfin, cette richesse patrimoniale de la vallée de la Vézère a été l’objet d’un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979 sous l’intitulé « Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère ». Cet ensemble comporte 147 gisements remontant jusqu'au Paléolithique et 25 grottes ornées dont la grotte de Lascaux. Cette richesse des géomorphosites culturels prend naissance dans les rapports établis entre l’Homme et le karst. Ce patrimoine est indissociable de l’espace naturel dans lequel il se situe et doit être l’objet d’une géoconservation de tous les instants (Cayla, 2009, p. 26).

61L’évolution de la connaissance scientifique dans le domaine de l’archéologie et de l’art rupestre a défini le contour d’un héritage culturel en lien avec des phénomènes géologiques caractéristiques. Le patrimoine naturel entre ainsi dans le champ culturel et ouvre de nouvelles portes de développement pour les territoires.

Discussion et conclusion

62Face à la part d’invisibilité, au sens propre et figuré (tabl. 1), que recèlent bon nombre de sites géomorphologiques, la révélation géopatrimoniale permet de les rendre visibles et intelligibles en tant que tels et d’ériger leur nature géomorphologique en ressource territoriale. Cette révélation géopatrimoniale est un processus reposant sur l’inventaire et l’identification, et trouvant sa pleine mesure dans une valorisation adaptée et inventive, faisant la part belle au virtuel et aux nouvelles technologies associées, sachant donner à la valeur géomorphologique sa juste place au regard des autres valeurs du site. Ces valeurs, « additionnelles » aux yeux du géomorphologue, sont souvent primordiales aux yeux du public et du gestionnaire, comme l’a montré l’exemple des grottes ornées. Le « détour » culturel est alors un tremplin incontournable et puissant pour introduire et expliquer, dans une approche systémique, les interrelations entre les patrimoines culturels et leur contexte géomorphologique. Il s’agit de transformer l’écran masquant (le pittoresque, l’intérêt paysager, historique, culturel…), en écran de projection où s’affichera, en arrière-plan, voire en faire-valoir, l’intérêt géomorphologique du site, tout en étant conscient, à la lumière de certains retours d’expérience, des limites et écueils de procédés très technico-dépendants (à la fiabilité mise à rude épreuve dans des contextes physiques difficiles) et technico-fascinants (tentation de négliger ou de distordre le fond au profit de la forme).

63En tant qu’acteur du processus de révélation patrimoniale, le géomorphologue se retrouve dans une position paradoxale où l’on attend de lui qu’il veille au respect des valeurs patrimoniales (notamment scientifiques) dans les modalités de valorisation des sites, tout en étant prêt à renoncer dans certains cas à placer sa science au premier plan des clefs de lecture et d’interprétation du site. Il contribuera alors plutôt à apporter un éclairage sur les liens systémiques entre les divers types de patrimoine en présence, se rapprochant ainsi du champ d’action de la « géomorphologie culturelle » (Panizza et Piacente, 2003).

64Les différents exemples choisis afin d’illustrer cet article montrent cependant que les investigations scientifiques de terrain doivent rester actives, en phase avec les problématiques scientifiques du moment et à la pointe des méthodes et des outils d’analyse, tout en étant à l’écoute des interrogations issues de la demande sociale et économique, notamment par le biais des activités éducatives et géotouristiques. Le croisement de ces deux approches, fondateur du concept de « recherche hybride » (au sens d’Hobléa et al., 2011a), est à même de diminuer la part d’invisibilité de nombreux géomorphosites, voire de déboucher sur l’invention de nouveaux géomorphosites, aux valeurs patrimoniales jusque-là « invisibles ».

65Comme cette part d’invisibilité revêt des formes multiples renvoyant tant au sens propre que figurés du terme, nous proposons de les réunir dans ce contexte sous le vocable néologique « d’avisibilité ». Ce concept d’« avisibilité » ainsi défini concerne non seulement les géomorphosites en tant qu’objets patrimoniaux mais est applicable à l’ensemble de la sphère patrimoniale : un objet bien que visible au sens propre resterait patrimonialement « avisible » tant qu’il n’aurait pas été soumis au processus de révélation patrimoniale permettant d’identifier et faire connaître ses valeurs patrimoniales aux yeux des différents acteurs et groupes cibles de la patrimonialisation.

66Ainsi conçue, la révélation patrimoniale tient donc un rôle particulier dans le processus de patrimonialisation : celui de réduire l’avisibilité des objets patrimoniaux concernés.

67Dans cette optique, ces réflexions sur l’invisibilité / avisibilité amènent finalement, en complément de celles proposées précédemment (Cayla et al., 2008), à de nouvelles préconisations quant aux principes de mise en œuvre des actions de valorisation des géomorphosites poursuivant un objectif de révélation géopatrimoniale :

68Appuyer dans la mesure du possible ces actions sur des inventaires et études scientifiques préalables destinés non seulement à identifier et caractériser les valeurs scientifiques et additionnelles des géomorphosites, mais également à apprécier en quoi ces géomorphosites et leurs éventuels usages anthropiques participent de « l’esprit des lieux » (Prats et Thibault, 2003) ou sont eux-même « habités » d’un esprit des lieux à considérer comme la ou une des références pour le positionnement des actions de valorisation. Celles-ci pourront ainsi, selon la volonté réfléchie des acteurs agissant alors en toute conscience et connaissance de cause, osciller entre respect, décalage et rupture franche vis-à-vis de cet esprit des lieux.

69Privilégier les actions de « recherche hybride » permettant à la fois de produire de nouvelles connaissances scientifiques tout en servant de medium support à l’action de valorisation à l’exemple des stations de monitoring GeoVision pour l’étude et la visualisation des phénomènes hydro ou géodynamiques brutaux (Hobléa et al., 2011a). Des actions relevant de la science participative peuvent s’avérer ici particulièrement appropriées (Hobléa et al, 2011a et 2011b).

70De même que le « panneautage » (recours systématique et démesuré aux panneaux pour l’interprétation) est passé de mode, adopter une attitude circonspecte et réfléchie vis-à-vis de l’usage des outils et supports de médiation issus des NTIC. Ils présentent certes comme avantage d’offrir de nouvelles possibilités pour lever l’avisibilité perceptive ou intellectuelle de certains géomorphosites tout en conférant à l’action de médiation ou de promotion un caractère innovant valorisable auprès des décideurs et financeurs. Mais ils ne sont pas exempts d’inconvénients méritant réflexion au moment du choix des outils et supports du fait du caractère grandement et rapidement évolutif du marché. Il faut alors se souvenir que l’outil devra être adapté aux caractéristiques du site (robustesse, connectivité…) et se mettre au service de l’esprit des lieux et non l’inverse afin d’éviter de se placer en position de techno-dépendance. Celle-ci peut en effet s’avérer contre-productive en limitant les possibilités de valorisation ou en incitant à distordre les contenus au mépris du fond scientifique ou de l’esprit des lieux.

71Le tableau 2 permet de conclure par une approche synthétique et synoptique des correspondances entre les formes d’avisibilité géopatrimoniale et les formes d’action participant de la révélation patrimoniale des géomorphosites.

Haut de page

Bibliographie

ARDOUIN-DUMAZET V.E., 1911, Voyage en France – Le Rhône du Léman à la mer, 8ème série, 3ème édition, Ed. Berger-Levrault, Paris, 498 p.

AUJOULAT N., DAURIAC N., 1984, Grotte de Bara-Bahau, in L’Art des Cavernes, Paris, Ministère de la Culture, sous-direction de l’Archéologie, p. 92-95.

BARITAUD T., 1990, L’aventure souterraine en Périgord, Périgueux, Spelunca librairie, 263 p.

BERGER J-P., REYNARD E., CONSTANDACHE M., FELBER M., HAÜSELMANN P., JEANNIN P-Y., MARTIN S., 2011, Révision de l’inventaire des géotopes suisses : rapport du groupe de travail 2008-2011, 35 p.

CARTAILHAC E., 1902, La grotte d’Altamira, Espagne. Mea culpa d’un sceptique, L'Anthropologie, tome 13, 1902, p. 348-354.

CAYLA N., 2005, Les ressources minérales patrimoniales du Parc Naturel Régional de Chartreuse, Inventaire et potentialités de valorisation des activités extractives (mines et carrières) passées et présentes, Rapport de recherche PNR Chartreuse, 35 p.

CAYLA N., GASQUET D., HOBLEA F., REYNARD E., 2008, From sensorial experience to virtual reality : benchmark of good practices for the mediation and the valorisation of the geological heritage in Europe, Proceedings of the 3rd International UNESCO Conference on Geoparks, p. 31

CAYLA N., 2009, Le patrimoine géologique de l’arc alpin : de la médiation scientifique à la valorisation géotouristique, Thèse de l’Université de Savoie, Laboratoire EDYTEM, 307 p.

CAYLA N., 2011, New technologies applied to the management of the geosite: an overview, in International Symposium on Geosite Management. Abstract Booklet, p. 10.

CAYLA N., TRITENNE D., 2011, Promenade géologique à Chambéry, Collection balades géologiques, Mèze, éd. Biotope, MNHN (Paris)-BRGM (Orléans), 32 p.

CHOBAT R., 1902, Les dunes lacustres de Sciez et les Garides. Bulletin de la Société botanique Suisse XII.

CLEYET-MERLE J-J., MARINO-THIAULT M.-H, 1990, Emergence des Eyzies, Lartet, Breuil, Peyrony et les autres… in Une histoire de la préhistoire en Aquitaine, Ministère de la culture, Société des amis du musée et de la recherche archéologique, p. 44-50

COLLECTIF, 2004, L'anfiteatro morenico di Ivrea : un geosito di valore internazionale, Nichelino, éd. Litografia Geda,

COLLECTIF, 2007, Grottes de Choranche et massif des Coulmes : enjeux de protection. Rapport scientifique et paysager. EDYTEM/DIREN Rhône-Alpes, août 2007, 199 p.

COLLINA-GIRARD J. et ARFIB B., 2010, Le karst polyphasé des calanques et la grotte Cosquer. In Audra P. (Dir). Grottes & karsts de France. Karstologia Mémoires 19, AFK Ed. p. 242-243.

COLLOT M., L’horizon du paysage, Actes du colloque Lire le paysage, lire les paysages, 24 et 25 novembre 1983, p. 121-129

D’ANDREA M. et ANGELLELI F., 2001, Progetto « Conservazione del patrimonio geologico italiano » : Inventario dei geositi in Italia. Paleoitalia 5, p. 9-15.

DAUBREE A., 1887, Les eaux souterraines à l’époque actuelle, t. 1, Paris, Dunod, 455 p.

DAVIES C., TOTTEN I., 2010, GeoWorlds : Virtual learning environements for the geosciences, Geological Society of Ameriva Denver Annual Meeting.

DUSSART B., JUGET J., SITARZ J., 1959, Les sables des dunes lémaniques, conditions de transport, nature, Arch. Sci. Phys. Nat. Genève, 12, n°1, p. 1-8.

DUVAL M., 2007, Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation et de développement touristique. Etude comparée des gorges de l'Ardèche

et du Karst slovène. Thèse de géographie. Université de Savoie, 512 p.

ELLENBERGER F., 1958, Etude géologique du pays de Vanoise. Mém. Serv. Carte Géol.Fr.,

50, 561 p.

FUDRAL S., LU C.Y., PAILLET A., 2010, Dykes and Pipes of remobilized Cornieules within the Cornieule Evaporitic-Complex of the Mont Jovet Area (Northwestern French Alps), Geodinamica Acta (23/4) p. 195-205.

GAUCHON C., 1997, Des cavernes & des hommes. Géographie souterraine des montagnes françaises. Thèse Géographie, Université de Grenoble, Karstologia, Mémoires 7, FFS-AFK, 248 p.

GAUCHON C., 2002, Les sites naturels classés entre 1906 et 1930 dans les Alpes du Nord : entre tourisme et protection, bilan et actualité. Revue de Géographie alpine 2, p. 15-31.

GAUCHON C., 2012, Des géomorphosites qui sèment la discorde : les arches naturelles de la Grande Chartreuse, Géocarrefour, 87/3-4, p. 249-259.

GIUSTI C., 2010, Introduction au numéro spécial : « Des géosites aux géomorphosites : comment décoder le paysage ? Processus géodynamiques, modelés et formes du relief, environnements passés et actuels », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2010/2, p. 123-130.

GIUSTI C., CALVET M., 2010, L’inventaire des géomorphosites en France et le problème de la complexité scalaire, Géomorphologie : relief, processus, environnement, n°2, p. 223-244

GUYOMARD A., DUVAL M., KRAMAR N., HOBLEA F., REYNARD E., GASQUET D., & SCHOENEICH P. 2009. Analyse géopatrimoniale du géomorphosite (dunes hydrauliques lacustres et éolienne) d’Excenevex (Haute-Savoie), Université de Savoie - Rapport interne.

HOBLEA F., 1999, Contribution à la connaissance et à la gestion environnementale des géosystèmes karstiques montagnards : études savoyardes, Thèse doctorat de Géographie, Université Lumière Lyon 2, 995 p.

HOBLEA F., 2008, La protection et la valorisation des patrimoines du karst, Géosciences n°7/8, p. 101.

HOBLEA F., CAYLA N., RENAU P., 2011a, The concept of “hybrid research” applied to the geoheritage of the Bauges Massif (French Alps): when the promotion of the geoheritage helps geosciences and vice versa, GeoJournal of Tourism and Geosites, Year IV, vol. 8, n° 2, p. 206-211

HOBLEA F., CAYLA N., GUYOMARD A., PEISSER C., RENAU P., 2011b, Géosciences et projets de territoire : comparaison et conciliation de trois projets de géoparcs dans les Préalpes françaises du Nord, Actes du Colloque « Les géosciences au service de la société », Lausanne, 24-26 juin 2010. Géovisions 37, Lausanne. Institut de Géographie, p. 21-36.

HOFFMANN T., 2006. Geotop, Geoparks und Geotourismus in Österreich, Internationale Jahrestagung des Fachsection GeoTop des Deutschen Gesellschaft für Geowissenschaften, Ulm, p. 43-46

JAYET A., 1926, Etude stratigraphique de la Perte du Rhône près de Bellegarde (Ain, France), Eclogae geologicae Helvetiae (Bâle), vol. XX, n° 2, p. 159-222.

MARCHAT C., 2009, Les impactites de Rochechouart. Quand le ciel nous est tombé sur la tête : histoire d’un cratère d’impact fossile, Gestes Editions, 149 p.

MARTEL E.A., 1921, Nouveau traité des eaux souterraines, Paris, Doin, 838 p.

MARTIN S., GHIRALDI L, 2011, Internet au service du patrimoine. Cartographie dynamique de l’inventaire des géotopes d’importance nationale, in REYNARD E., LAIGRE L. et KRAMAR N. Les géosciences au service de la société, Actes du colloque en l’honneur du Professeur Michel Marthaler, 24-26 juin 2010, Lausanne (Géovisions n° 37), Institut de Géographie, Université ed Lausanne. p. 105-117.

PANIZZA M., 2001, Geomorphosites : concepts, methods and example of geomorphological survey, Chinese Science Bulletin, 46, p. 4-6.

PANIZZA M., PIACENTE S., 2003, Geomorfologia culturale, Bologna, Pitagora Ed., 350 p.

MARTIN S., GHIRALDI L, 2011, Internet au service du patrimoine..

PHILIPPE M. (coord.), 1994, Rapport de synthèse sur les recherches effectuées de 1989 à 1994 dans la Balme à Collomb (commune d’Entremont-le-Vieux (Savoie). Programme P1, site 73-107-002-AP, Museum d’Histoire Naturelle de Lyon, 238 p.

QUINET E., 1855, Philosophie de l’histoire de France, Revue des Deux-Mondes, II, 2, vol. 6, Bruxelles, 1er mars 1855.

PEYRACHE-GADEAU V., 2010, Renouvellement des ressources et diversité des durabilités territoriales, Éditions Peter Lang, collection Ecopolis, 281 p.

PRATS M., THIBAULT J.P., 2003, Qu’est-ce que l’esprit des lieux ? Symposium scientifique ICOMOS La mémoire des lieux : préserver les sens et les valeurs immatérielles des monuments et des sites, Victoria Falls, Zimbabwe, 28-31 octobre 2003. En ligne : http://www.international.icomos.org/victoriafalls2003/papers/A1-4%20-%20Prats%20-%20Thibault.pdf

RENEVIER E., 1854, Mémoire géologique sur la Perte du Rhône et ses environs, Nouv. Mém. Soc. Helv. Sciences Naturelles, vol. XIV.

REYNARD E., HOLZMANN C., GUEX D., SUMMERMATTER N., 2003, Géomorphologie et tourisme, Lausanne, 216 p.

REYNARD E., 2004, Protecting Stones: conservation of erratic blocks in Switzerland, in PRIKRYL R. (ed.), Dimension Stone 2004. New perspectives for a traditional building material, Leiden, Balkema, p. 3-7.

REYNARD E., 2005, Géomorphologie et paysage, Géomorphologie, n°3, p. 181-188.

REYNARD E., 2009, Geomorphosites : definition and characteristics, in REYNARD E., CORATZA P., REGOLINI-BISSIG G. (éds.), Geomorphosites, München, Pfeil Verlag, p. 9-20.

REYNARD E., HOBLEA F., CAYLA N., GAUCHON C., 2011, Les hauts-lieux géologiques et géomorphologiques alpins, Revue de géographie alpine (en ligne), 99-2, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 10 avril 2012. URL : http://rga.revues.org/1412

REYNARD E., LAIGRE L., MAILLARD B., 2011, Repérer des géomorphosites disparus : le cas de la plaine du Rhône valaisanne, in REYNARD E., LAIGRE L. et KRAMAR N., Les géosciences au service de la société, Actes du colloque en l’honneur du Professeur Michel Marthaler, 24-26 juin 2010, Lausanne, Géovisions 37, Institut de Géographie, p. 55-74.

RÖHLING H.G. et al., 2004, Le patrimoine géologique en Allemagne : géotopes et géoparcs, Géologues, 104, p. 28-33.

SHAW T.R., 1992, History of cave science. The exploration and study of limestone caves, to 1900. Sydney Speleological Society, 338 p.

SELLIER D., 2009, La vulgarisation du patrimoine géomorphologique : objets, moyens et perspectives, Bulletin de l’Association des Géographes Français, p. 76-81.

TAUNAY B., 2010, Regard chinois sur le plus beau paysage sous le ciel, TEOROS, vol.29, n°2, p. 26-34.

TOOTH S., 2009, Invisible geomorphology ? Earth Surface Processes and Landforms, vol. 34, p. 752-754.

TSCHERTER C., CABROL P., 2008, Richesse et diversité du patrimoine naturel souterrain, Géosciences, n°7/8, p. 94-103.

VANARA N., PERRE A., PERNET S., LATAPIE S., JAILLET S., MARTINE O., 2007, Aroca (domaine côtier, Pays basque, France) : un karst continental ennoyé par les transgressions marines quaternaires, Karstologia, n°49, AFK/FFS, p. 43-55.

VIALOU D., 2005, Territoires : sédentarités et mobilités, Comportements des hommes du Paléolithique moyen et supérieur en Europe : territoires et milieux, Actes du Colloque du GDR 1945 du CNRS, Paris, 8-10 janvier 2003, p. 75-86

2008. Le Petit Futé "Haute-Savoie". Le petit Futé.

Le_Messager. Années 1950. Guide du Chablais, SIPE, Le Messager, Thonon.

Mairie-Excenevex. 2010, Excenevex "la Plage, in Mairie d'Excenevex, Excenevex.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution du site du monolithe de Sollières-Sardières depuis 1900
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8817/img-1.png
Fichier image/png, 561k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8817/img-2.png
Fichier image/png, 610k
Titre Tableau 1 : L’avisibilité géopatrimoniale : exemple des géomorphosites
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8817/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 3 : Plan des différents sites géo touristiques de la Vallée de la Vézère
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8817/img-4.png
Fichier image/png, 69k
Titre Tableau 2 : De l’avisibilité à la révélation géopatrimoniale
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8817/img-5.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Cayla, Fabien Hoblea, Vincent Biot, Michel Delamette et Anne Guyomard, « De l’invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 171-186.

Référence électronique

Nathalie Cayla, Fabien Hoblea, Vincent Biot, Michel Delamette et Anne Guyomard, « De l’invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 18 avril 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8817 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8817

Haut de page

Auteurs

Nathalie Cayla

UMR 5204 Laboratoire EDYTEM Université de Savoie nathalie.cayla@univ-savoie.fr

Fabien Hoblea

UMR 5204 Laboratoire EDYTEM Université de Savoie fabien.hoblea@univ-savoie.fr

Vincent Biot

Mairie de la Voulte-sur-Rhône vincent.biot@bmla.fr

Michel Delamette

Dr es Sciences de la Terre michel.delamette@yahoo.fr

Anne Guyomard

Syndicat Intercommunal d’Aménagement du Chablais a.guyomard@siac-chablais.fr a.guyomard@siac-chablais.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org