Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Une géographie du tourisme de l’Europe centrale et orientale

Jean-Michel Dewailly
p. 282
Référence(s) :

WYRZYKOWSKI J. et WIDAWSKI K. (éd.), 2012, Geography of tourism of Central and Eastern Europe countries, Wrocław, University of Wrocław, 519 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage se place dans la suite logique des onze colloques que l’Université de Wrocław a organisé tous les deux ans de 1990 à 2010 sur la thématique générale des « Conditions de développement du tourisme étranger en Europe centrale et orientale ». Le Prof. J. Wyrzykowski, géographe polonais du tourisme de l’Université de Wrocław, avait eu l’intuition que la chute du rideau de fer en 1989 allait ouvrir à des flux touristiques croissants les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et souhaitait développer une réflexion nouvelle dans ce champ, autant pour faire progresser la recherche touristique dans cet ensemble multinational, jusque-là assez fermé, que pour faciliter le développement économique d’une branche d’activité prometteuse. Les débuts furent difficiles, dans une Pologne en transition et bien démunie : le premier colloque réunit une quinzaine de participants pour entendre 7 communications, d’auteurs de 6 pays différents (dont la Yougoslavie). Si les chercheurs des PECO, sans surprise, formèrent la majorité des participants et des communicants, ces colloques étaient aussi ouverts à des géographes « occidentaux », et permirent toujours de fructueux échanges, entre des participants de plus en plus nombreux et dans des conditions matérielles qui ne cessèrent de s’améliorer. Après chaque colloque, les actes en étaient publiés, ce qui a fini par constituer une somme importante, quoiqu’inégale, de connaissances sur ces pays souvent alors peu connus et parcourus de façon limitée et, antérieurement, en liberté surveillée.

2Ce contexte doit être rappelé, car ce n’est pas un mince mérite des deux éditeurs que, partant d’une situation aussi peu stimulante en 1990, ils soient parvenus à nous fournir l’ouvrage commun qu’ils présentent aujourd’hui, en coordonnant 27 autres contributeurs. Parmi les 13 chapitres qui constituent l’ouvrage, le premier retrace de façon plus précise l’historique du contexte exposé ci-dessus. Le deuxième envisage la place des PECO dans la géographie du tourisme international. Puis, d’une façon assez systématique facilitant les comparaisons, les 11 chapitres suivants présentent, par ordre alphabétique, la géographie du tourisme de 11 pays sur les 20 (ex-République démocratique allemande exclue) que les auteurs considèrent constituer les PECO : Bulgarie, Croatie, République tchèque, Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Russie d’Europe, Slovaquie, Slovénie et Ukraine. Ces pays ont l’avantage de couvrir 91,4 % de l’aire totale de l’ensemble des PECO et d’être en totale continuité territoriale. Sans vouloir les négliger, les 9 pays restants (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Estonie, Kossovo, Lettonie, Macédoine, Moldavie, Monténégro et Serbie) sont marginaux en situation, en taille et en poids touristique. Mais c’est peut-être pour cela que l’ouvrage s’est limité à présenter successivement les pays retenus, sans tenter une géographie d’ensemble. C’est bien de l’étude de « pays » qu’il s’agit, et non d’un ensemble sous-continental.

3Il faut dire que le défi était de taille, et ne pouvait pas, dans l’état actuel de la recherche en géographique touristique dans chaque pays, être relevé de façon adéquate. Plusieurs pays ne connaissent pas, ou de façon trop limitée, ce type de recherche. Les statistiques dans chaque pays offrent maintes incertitudes et ne sont pas toujours ni comparables ni homogènes. Les auteurs en sont conscients, qui regrettent, en conclusion, de n’avoir pu déboucher sur une régionalisation touristique fondée sur des critères communs.

4Pourtant, sauf exception, le canevas des chapitres s’est appliqué à une approche assez systématique, avec un plan que l’on retrouve au fil des pays : présentation de l’état de la recherche en géographie du tourisme, conditions et facteurs du développement touristique national, où est souligné le poids des « préconditions » naturelles, culturelles et historiques (selon des schémas qui étaient chers à l’approche « socialiste » scientifique du tourisme), puis infrastructures touristiques (transports, équipements, hébergements), fréquentations et flux nationaux et internationaux, principaux types de tourisme, enfin régionalisation touristique (mais sans carte pour la Pologne et l’Ukraine).

5Un tel ouvrage, qui rassemble autant d’informations et de réflexions éparses sur autant de pays diversement accessibles, a le mérite de fournir une foule de données, à échelle nationale et souvent régionale, qui seront très utiles aux chercheurs s’intéressant à ces pays. Globalement, c’est presque un tour de force de pouvoir « couler » dans un moule (presque) unique des espaces aussi dissemblables que la Slovénie (20 300 km2) et la Russie d’Europe, 220 fois plus étendue (4,55 millions de km2). Il faudra que le lecteur n’en soit que plus vigilant sur l’échelle des faits dont il prend connaissance : dans l’exemple pris, le premier pays occupe 37 pages, le second 62. Il est évident que les questions ne sont pas traitées à la même échelle. C’est aussi le cas quand on prend conscience, non sans étonnement pour un Français, que « le centre géographique de l’Europe…, déterminé en 1992 par l’Institut Géographique National de France… est situé à 26 km au nord de Vilnius » (p. 185). Incontestable utilité aussi des 19 pages de bibliographie et de sites internet (pour lesquelles le lecteur a quand même intérêt à connaître les langues des PECO avant de s’y plonger), des 199 figures, 98 photos, 124 tableaux. Mais figures et photos sont souvent trop petites et peu lisibles, certaines photos sont trop « décoratives ». Indirectement, à notre avis, elles révèlent le désir de certains auteurs de faire mieux connaître leur pays. Les cartes sont très inégales en nombre et en qualité selon les pays : 0 pour l’Ukraine (le second plus grand pays considéré), mais 12 pour la Slovénie (le plus petit), plusieurs cartes de la Roumanie sont déformées par le traitement informatique. Mais quelles que soient les différences de sources, d’approches, d’illustrations, il ressort incontestablement de l’ouvrage que les PECO ne constituent sûrement pas un bloc touristique homogène, qu’ils ont évolué et évoluent touristiquement de façon très différenciée en quantité, en nature du tourisme, en rythme.

6On pressent qu’il en est de même pour d’autres domaines de la recherche touristique, sur lesquels on ne peut s’empêcher de regretter de manquer d’éclairages : politiques touristiques, rôle du tourisme dans le développement régional, relations entre tourisme et territoires, images et identités touristiques, rôle de l’Union européenne… Mais ces sujets sont encore assez neufs dans les PECO, et il aurait été sans doute encore plus délicat de vouloir les traiter de façon systématique au sein d’un aussi vaste ensemble pluri-national. Compte tenu de l’état de la recherche en géographie du tourisme dans ces pays, il s’agit plus ici de formuler des souhaits pour l’avenir et des pistes de travail que de déplorer des manques qu’il n’était pas dans l’objectif des auteurs de pouvoir combler.

7En somme, cet ouvrage, malgré ou à cause de ses inégalités, est tout à fait encourageant. Il marque certainement un jalon bienvenu et utile dans ce champ de la recherche pour les pays concernés. Il témoigne d’un dynamisme qui a su surmonter une situation initiale difficile et s’inscrire dans le long terme. Il apporte sous une forme commode une masse d’informations variées. On peut dire que c’est un manuel indispensable à tout chercheur sur le tourisme dans ces espaces, dont ne soupçonne souvent pas la richesse et le bouillonnement. Quand on sait d’où est parti le mouvement et quand on voit où, temporairement, il aboutit, il faut se féliciter des progrès réalisés, et on espère que ce n’est qu’une étape. Que le Prof. Wyrzykowski et son équipe soient remerciés de leur persévérance, qui s’illustre une fois de plus dans ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « Une géographie du tourisme de l’Europe centrale et orientale », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 282.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Une géographie du tourisme de l’Europe centrale et orientale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8799

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org