Navigation – Plan du site
Archives des appels à contribution

Les Balkans et l’Europe

Appel à articles pour un numéro de la revue Geocarrefour 2014 www.geocarrefour.revues.org
Emmanuelle Boulineau et Olivier Deslondes

Vingt ans après la chute du mur de Berlin et le début des guerres yougoslaves, les Balkans « occidentaux », partie de l’Europe du sud-est extérieure à l’Union européenne, sont au milieu du gué : depuis dix ans les armes se sont tues, la vie a repris ses droits tandis que s’est amorcée la « stabilisation » politique et économique définie comme un préalable aux futures adhésions. La crise politique et financière qui frappe aujourd’hui les Etats européens, en éloignant les perspectives d’élargissement, remet-elle en cause le processus de stabilisation ?

Durant ces vingt ans, l’Europe a été le point de mire des nouveaux Etats et des peuples balkaniques, qui mesuraient alors les nombreux obstacles à franchir sur le chemin de l’Union vue comme modèle d’intégration : le cloisonnement ethno-territorial enclenché par la désintégration yougoslave partageait de facto de nombreuses villes – de Sarajevo à Skopje, Mitrovica ou Mostar – et divisait les nouveaux Etats, entravant la liberté de circulation et le développement économique. De surcroît, la faiblesse d’Etats comme la Bosnie ou le Kosovo pouvait laisser croire à leur possible démantèlement et à la refonte des frontières internationales au profit d’Etats homogènes, grande Serbie ou grande Albanie – scénario improbable tant la multiplication des frontières et des formes d’autonomie paraissait faire le jeu de pouvoirs locaux, asseoir des fiefs politiques et des territoires auto-administrés bien plus tangibles que les utopies romantiques. Le premier défi restait donc celui du décloisonnement : comment surmonter les divisions, rétablir des ponts, convertir les discontinuités en lieux d’échange et les différences en complémentarités ?

Toujours dans ce contexte, on pouvait considérer que si la reprise économique se faisait attendre, c’était aussi parce que Bruxelles évitait de fixer toute perspective d’adhésion et qu’ainsi faisaient défaut aux Balkans occidentaux – hormis la Croatie et la Macédoine – les garanties juridiques et institutionnelles qui avaient permis à la Roumanie et à la Bulgarie d’attirer les capitaux, d’encourager les investissements et de décoller dès la fin de la décennie 1990. A cela s’ajoutaient d’autres freins à la croissance et au développement : pratiques économiques, sociales et politiques frauduleuses, obéissant aux logiques de clans et de réseaux mafieux, s’appuyant sur les appareils d’Etats faillibles malgré les tutelles internationales ; exode massif annulant les dynamiques naturelles des derniers « réservoirs » de population au sud-ouest des Balkans et les privant de leurs forces vives. Depuis 2008, les crises financières qui frappent les pays d’accueil comme la Grèce précipitent les retours d’émigration définitifs, mais dans des conditions difficiles. Dans quelle mesure peut-on déjà lire ces recompositions mobilitaires dans les Balkans ?

Si ces défis restent actuels, les incertitudes se sont multipliées. Pour les Balkans, que valent encore les ancrages et les perspectives européennes ? Jusqu’à présent, les peuples des Balkans considéraient l’Union européenne comme un espace unifié et stable, une sorte d’antidote à la fragmentation politique et économique de leur région : se tourner vers l’Europe permettait de se détourner du voisin proche et de conjurer l’isolement en tablant sur l’intégration dans l’espace européen. Ce type de représentation survit-il à la crise financière qui semble compromettre la construction européenne ? Plus concrètement, quelles sont les répercussions de la crise grecque sur l’organisation régionale des Balkans, et des crises européennes sur la nature et le fonctionnement du schéma centre-périphérie entre l’Europe et les Balkans ? Quel rôle peut jouer Istanbul dans l’espace économique et migratoire de la région ? Quelle place la Turquie et la Russie peuvent-elles occuper en Europe du Sud-Est par le biais des échanges et quel parti la région peut-elle tirer de sa position d’espace intermédiaire entre les deux Europes ?

Telles sont quelques-unes des hypothèses que ce numéro de Géocarrefour propose d’examiner, en insistant sur la traduction géographique et géopolitique des crises récentes sans omettre les tenants et les aboutissants des conflits ethno-territoriaux des années 1990-2001 dont les Balkans portent encore la marque : peut-on, avec le recul, établir un lien entre ces conflits et les inégalités de développement sous-jacentes (thèse de Michel Roux), ou en clarifier a posteriori les enjeux et les dimensions ? A ces questions déjà géo-historiques s’ajoutent les questions actuelles qu’on a évoquées : que pèsent les faits géographiques structurels (métropoles motrices, bassins de main-d’œuvre, desserte et accessibilité) ou plus conjoncturels (cloisonnement politique, porosité ou verrouillage des frontières, mobilités et migrations) sur les inégalités spatiales de développement et de croissance ? Dans quelle mesure les questions qui traversent la construction et le fonctionnement de l’Union européenne peuvent-elles peser sur le devenir des Balkans ?

Les contributions attendues s’interrogeront sur la transformation des espaces balkaniques sous la double impulsion de l’européanisation et de la mondialisation. Elles exploreront les relations entre les Balkans et l’Europe en multipliant les points de vue, internes et externes, et les échelles d’analyse. Les contributions se détachant des enjeux géopolitiques pour analyser les dynamiques spatiales des relations entre Europe et Balkans seront appréciées.

Délais et consignes

Les auteurs peuvent communiquer avec Emmanuelle Boulineau (ENS de Lyon, emmanuelle.boulineau-at-ens-lyon.fr) ou Olivier Deslondes (Université Lyon 2, olivier.deslondes-at-univ-lyon2.fr), coordinateurs du numéro, pour signaler leur intérêt et poser toute question scientifique en lien avec ce texte. Conformément à notre nouvelle procédure de soumission, les articles seront déposés sur notre interface en ligne au plus tard au 30 avril 2013 (http://manuscrits.revues.org/index.php/geocarrefour). Ils pourront être rédigés en français ou en anglais. D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes), ils respecteront les normes de la revue indiquées sur le site (http://geocarrefour.revues.org/index1017.html). Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) le 30 septembre 2013 au plus tard.