Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Mike Hodson et Simon Marvin, World cities and climate change: producing urban ecological security

Eric Verdeil
p. 145-146
Référence(s) :

HODSON M. et MARVIN S., 2010, World cities and climate change: producing urban ecological security, Maidenhead, Open University Press, coll. «Issues in society», XIX-160p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 décembre 2015.

  • 1 Note de lecture critique présentée lors du séminaire ANR TERMOS, LATTS, le 5/12/2011. Je remercie l (...)

1Les conséquences du changement climatique sur nos sociétés et sur les villes en particulier1, et les stratégies développées face à ces pressions – ou menaces – sont le thème d'une pléthore de publications, en particulier en anglais. L'essai de Mike Hodson et Simon Marvin, deux géographes britanniques qui travaillent depuis longtemps sur les transformations technologiques et les mutations urbaines, se distingue triplement dans cet ensemble : par une focalisation sur une catégorie très précise de villes, les villes globales ou mondiales (world cities), espaces majeurs de l'accumulation économique, marqués par une gouvernance de plus en plus découplée de celles des Etats ; par un ton critique qui rompt avec une vision souvent consensuelle et bien intentionnée des nouvelles pratiques à adopter, et qui s'ancre dans une posture théorique d'inspiration radicale, dans la lignée du très influent Splinterring Urbanism, ouvrage dont Simon Marvin était le co-auteur avec Stephen Graham ; et par son approche des infrastructures urbaines au prisme d'une écologie politique, visant à articuler urbanisation de la nature et construction de nouveaux rapports de force sociaux, économique et politiques.

Le cœur de l'argumentation

2La thèse principale du livre est que les nouvelles pressions écologiques que constituent le changement climatique et le pic pétrolier mais aussi, plus globalement, les tensions sur les ressources naturelles (eau, énergie), représentent un défi pour les villes mondiales (et en particulier pour les coalitions d'acteurs politiques et économiques qui parlent en leur nom) au sens où elles font peser des menaces et des contraintes sur l'activité économique à long terme de ces villes. On assiste donc, dans les plus puissantes de ces métropoles (sont étudiées de manière inégalement détaillée ici Londres, New York, San Francisco, Tokyo, Shanghai et Melbourne), à une mobilisation en termes cognitifs (construction d'outils territorialisés de connaissance et de prospective), d'expertise et de plans d'action à long terme (à des horizons variant entre 2025 et 2050, soit à plus long terme que les échelles de temporalités qui étaient devenues communes dans les décennies précédentes). Au lieu de décliner les actions entreprises à l'aune du doublon atténuation/adaptation, les auteurs élaborent une typologie structurée par une double dichotomie. Ils classent tout d'abord les politiques entre deux pôles, la transformation de l'existant et la construction de nouveaux espaces urbains. En second lieu, ils les distinguent à partir de leur caractère plutôt sectoriel (ou infrastructurel) de l'action ou à l'opposé, systémique et intégré. Trois séries d'objectifs sont ainsi visés par les politiques métropolitaines : une sécurisation stratégique (face aux inondations ou à l'îlot de chaleur urbain), une recherche d'autonomie relative visant un accès mieux contrôlé aux ressources (en se désengageant des réseaux d'infrastructures d'échelle continentale, nationale ou régionale pour favoriser une production plus localisée de ces ressources (ou leur recyclage), ainsi qu'un fonctionnement continu et stable des communications internes aux villes mondiales ainsi qu'entre elles, puisque leur connectivité est un ressort majeur de leur production économique.

3Certains événements clés ont joué un rôle de déclencheurs dans la recherche d'une sécurisation urbanistique et d'une résilience des infrastructures (SURI : Secure urbanism and resilient infrastructure). Les attentats du 11 septembre 2001 sont à l'origine, notamment aux Etats-Unis, de la préoccupation des autorités de défense pour la sécurisation des infrastructures, connue sous le nom de Critical Infrastructure Protection (CIP) notamment en raison des effets systémiques que leur atteinte pourrait causer. Pour Hodson et Marvin, l'adaptation par les acteurs urbains de cette perspective initialement militaire est un des moteurs de l'émergence du "secure urbanism". L'ouragan Katrina a accéléré l'émergence de ce nouveau paradigme. Au-delà des dégâts infligés à La Nouvelle-Orléans, la crise a par exemple fortement perturbé l'approvisionnement en carburant de nombreuses villes américaines, les poussant à imaginer de limiter leur dépendance énergétique. Cette nouvelle orientation de la planification urbaine résulte d'une mobilisation concertée des autorités urbaines des métropoles, à travers des réseaux tels que le C40 (Large Cities Climate Leadership Group), espace exclusif d'échanges et d'expérience regroupant grandes entreprises, experts et représentants politiques des plus grandes villes.

Une esquisse stimulante mais surtout programmatique

4La mise en avant de la dimension économique et financière de l'urbanisme vert constitue, en soi, une hypothèse novatrice. Les auteurs vont plus loin en soulignant les implications de ces nouvelles stratégies des villes mondiales. Les coalitions d'élites urbaines à l'origine des stratégies de sécurisation écologiques des villes participent d'une dépolitisation des enjeux en promouvant des solutions modèles, présentées comme reproductibles et adaptables dans d'autres villes, alors qu'elles répondent en premier lieu à des besoins et des intérêts socialement et géographiquement situés, sans que des discussions démocratiques sur l'évaluation de ces modèles n'aient encore eu lieu (et pour cause, puisque leur mise en œuvre n'est qu'à peine entamée) ni que leur adaptabilité soit vérifiée. Or, ces choix reposent parfois sur des calculs et des délimitations non dénués d'incertitude. Comment compter, par exemple, les émissions de gaz à effets de serre : faut-il prendre en compte les lieux de production (avec un très mauvais résultat pour les villes chinoises, ateliers du monde) ou les lieux de consommation finale des produits (les riches métropoles des grands pays anciennement industrialisés étant alors plus pénalisées) ? Comment (ne pas) compter (dans le bilan carbone des villes) les émissions dues au transport aérien qui participe si fortement à la richesse de ces mêmes villes mondiales ? La nouvelle doxa du développement urbain durable fait la part belle à des approches où l'innovation est techno-commerciale et constitue un ressort pour le nouveau capitalisme vert. Dans ce contexte, elle suppose de vaincre les résistances de populations dont les initiatives et aspirations sont le plus souvent laissées à l'écart, tandis que leur potentiel à modifier leurs pratiques est mésestimé. Pour les auteurs, le paradigme du SURI tel que mis en œuvre dans les villes mondiales constitue donc une réduction critiquable des enjeux du changement climatique et des stratégies pour y faire face.

5L'essai est stimulant et l'on suit bien volontiers les auteurs dans leur injonction à débusquer les intérêts sociaux et économiques sous-jacents à l'énonciation des principales stratégies qui fondent l'action des villes pionnières dans le contexte actuel. Par ailleurs, l'identification du rôle privilégié des villes mondiales (évoqué sous le terme de « metropolitanization ») dans ce mouvement, par opposition aux villes « ordinaires » et à celle du Sud, est intéressante et constitue sans doute une rupture par rapport à la mobilisation des pionniers du développement urbain durable, probablement issus d'une palette plus diversifiée de lieux.

6Pour autant, l'ouvrage constitue davantage un programme de recherche qu'il n'offre un faisceau de preuves qui s'imposeraient. L'étude est basée sur des visites et entretiens dans les villes citées et sur le dépouillement de rapports et documents (largement disponibles sur internet, dont on trouve la liste en annexe). Mais l'utilisation de ce matériau est peu approfondie, à la fois sur le plan technique et sur celui de l'identification précise des acteurs politiques et plus encore économiques et financiers. La typologie des solutions urbanistiques adoptées face aux nouvelles pressions n'est basée que sur quelques exemples et on pressent que d'autres catégorisations pourraient être proposées (voir par exemple celle que proposent Coutard et Rutherford, 2010). Les réseaux d'intérêt, les coalitions d'experts et la multipositionnalité des acteurs n'apparaissent pas, concrètement, dans l'analyse. De même, les conflits d'intérêt potentiels entre types d'acteurs et les résistances de certains groupes sociaux restent vagues.

Trois axes de discussion sous l'angle particulier des politiques énergétiques

7Si l'on se place plus particulièrement sous l'angle des enjeux et des questions énergétiques, c'est-à-dire en tirant l'ouvrage de Marvin et Hodson vers des terrains qu'il n'a pas, il faut le reconnaître, la prétention de couvrir exhaustivement, plusieurs axes de discussion peuvent être dégagés.

8En premier lieu, l'ouvrage définit les périls et les contraintes auxquelles les métropoles doivent s'adapter principalement à travers le paradigme du changement climatique. Certes, d'autres tensions sur les ressources sont évoquées, comme le pic pétrolier ou plus généralement sur l'eau et l'énergie. Mais cette focalisation privilégiée conduit les auteurs à insister principalement, au titre des stratégies métropolitaines de sécurisation urbaine, celles qui visent à limiter les émissions carbones (notamment dans le schéma sur le rebundling urbain): énergies renouvelables, efficacité énergétique. Ce faisant, ils accordent une place limitée à d'autres stratégies notamment en lien avec les formes classiques de production et d'approvisionnement énergétique.

9Deux points sont ici à discuter plus particulièrement. Le premier a trait aux variations dans le mix énergétique : alors que ces énergies renouvelables ne représentent en général au mieux que 10 à 20 % de la production destinée à l'alimentation d'une métropole, cela signifie que les grands enjeux portent sur des choix entre pétrole et gaz, entre hydrocarbures et nucléaire, etc. Cette remarque est peut être renforcée par un effet de contexte, puisqu'on assiste aujourd'hui à une ruée vers ces formes classiques d'énergie et à une sorte de dégonflement de la bulle des renouvelables dans le contexte post-Copenhague. Ainsi, l'idée d'une transition vers des énergies moins carbonées paraît loin de constituer une tendance unique et des changements dans le mix vers d'autres ressources fortement carbonées ou vers le nucléaire (très peu abordé dans l'ouvrage) doivent être pris en compte plus centralement dans l'analyse.

10Deuxième point de discussion : pour Marvin et Hodson, les métropoles cherchent aujourd'hui à relocaliser leur approvisionnement énergétique, notamment en raccourcissant l'empan des réseaux d'une échelle continentale à une échelle nationale voire régionale. Si cette vision correspond bien à ce qui est observé à Londres, on peut douter qu'elle voyage bien. En Amérique latine, on voit les métropoles développer leur approvisionnement très loin, au-delà même des frontières du pays pour le Brésil – même s'il est vrai qu'elles construisent aussi de nouvelles unités de production (classiques) dans leur périmètre géographique.

11Un autre axe de discussion a trait aux coalitions d'acteurs métropolitains capables de construire une vision stratégique dont Hodson et Marvin font l'hypothèse de la capacité à structurer les politiques menées dans le cadre du SURI. Ce postulat mérite d'être discuté au moins selon deux volets. Le premier concerne la capacité d'un certain nombre de métropoles du Sud à réellement construire des visions et des diagnostics sur l'enjeu du changement climatique et des tensions sur les ressources. A cet égard, la catégorie de world cities proposées par les auteurs est quelque peu trompeuse. Si l'on prend les membres du C40, on observe vite la très grande hétérogénéité de cette catégorie, certaines villes comme Le Caire ou Istanbul y figurant probablement plus pour des raisons de marketting de la part de leur propre élite ou même des animateurs du C40 plutôt pour leurs propres visions et réalisations. Inversement, nombre de villes européennes ou américaines, loin d'être des cités globales, n'en reproduisent pas moins les pratiques mises en avant dans l'essai. S'il est très vraisemblable qu'on puisse aisément identifier une circulation de best practices destinées à lutter contre le changement climatique et à faire face aux nouveaux enjeux énergétiques, il paraît bien moins clair que toutes ces villes aient la capacité de construire des visions.

12Ensuite, l'existence même des coalitions d'élites économiques et politiques en capacité de s'accorder sur la construction de ces visions est à questionner. L'ouvrage n'analyse guère de conflits entre ces acteurs locaux pour définir les orientations des politiques énergétiques. Même si les auteurs mettent en avant la nécessité d'identifier les winners et les losers, les divergences d'intérêt en amont et leurs effets sur la définition des stratégies à suivre (voire le blocage de la définition de ces stratégies) ne sont guère envisagées. Pourtant, on peut aisément imaginer de telles divergences, par exemple entre acteurs industriels lourds attachés à une énergie bon marché et industriels et acteurs souhaitant développer le secteur innovant des renouvelables… Ce biais est peut être, là encore, lié aux terrains de référence des auteurs et au fait qu'ils sont abordés avec une grande généralité.

13Dans la construction de ces coalitions, un autre point pose question. Cette construction suppose une territorialisation commune et convergente de ses acteurs à l'échelle de la métropole. Or, ce point est particulièrement difficile à accepter d'évidence pour les acteurs du secteur énergétique. Il est vrai que les politiques de dérégulation ont favorisé une désintégration fonctionnelle en métiers de base et une régionalisation de certains éléments du système, que ce soit dans la production ou la distribution. Pourtant, en de nombreux endroits, cette dérégulation est loin d'avoir été menée à terme. De nombreux acteurs énergétiques continuent à définir leur politique à l'échelle du territoire national et non pas métropolitain. On peut songer à l'exemple de la Turquie dont le rôle géopolitique de corridor d'hydrocarbures et en particulier de gaz entre la Russie, le Caucase et l'Europe détermine fortement les politiques énergétiques. On ne peut ainsi concevoir la décision de développer le réseau de gaz urbain à Istanbul depuis 15 ans sans cet horizon des politiques nationales et cela même si par ailleurs, on peut sans doute identifier des coalitions d'acteurs locaux poussant dans le même sens.

14Un troisième axe de discussion peut également être ouvert. Il a trait à la manière très allusive dont l'ouvrage développe les conflits internes à l'échelle de la métropole, en particulier en lien avec les inégalités sociales et la répartition des efforts sur le plan social, sectoriel et géographique. Certes, les auteurs en appellent à mesurer ces intérêts différenciés et les prix payés par les différents acteurs dans le cadre des politiques mises en œuvre. Pourtant, ils s'interrogent peu sur la manière dont les rapports sociaux existants peuvent participer à la construction la vision développée par les coalitions ou du moins à peser sur elle.

15Ces remarques critiques et points de discussion soulignent en fait une limite de cet essai au caractère plus programmatique que conclusif. Privilégiant les productions discursives, il repose sur une analyse insuffisante de la réalité des pratiques dans les villes sous l'effet du changement climatique ou des tensions sur les ressources, de la part des exécutifs, de celle des entreprises et plus encore de celles des citoyens, par rapport aux discours médiatiques et publicitaires. Mais en même temps, par sa structuration, il constitue une invite au travail de vérification de ses hypothèses par un approfondissement des éléments empiriques.

Haut de page

Bibliographie

COUTARD O. et RUTHERFORD J., 2010, The Rise of the post-networdked cities in Europe? Recombining infrastructural, ecological and urban transformations in low carbon transitions, in BULKELEY H. A., CASTAN-BROTO V., HODSON M., MARVIN S. (dir.), Cities and Low Carbon Transitions, 1,Londres, Routledge, p. 107-125.

Haut de page

Notes

1 Note de lecture critique présentée lors du séminaire ANR TERMOS, LATTS, le 5/12/2011. Je remercie les participants pour leurs remarques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Mike Hodson et Simon Marvin, World cities and climate change: producing urban ecological security », Géocarrefour, Vol. 87/2 | 2012, 145-146.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Mike Hodson et Simon Marvin, World cities and climate change: producing urban ecological security », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/2 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8699

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page