Navigation – Plan du site

Peut-on expliquer les « paradoxes » géographiques libanais sans parler de politique ?

Eric Verdeil
Référence(s) :

Chamussy H., Buccianti-Barakat L., 2012, Le Liban - Géographie dun pays paradoxal, Paris, Belin, 204 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 22 octobre 2012.

  • 1 Les Allemands ont également alimenté un fort corpus d'études géographiques sur le Liban, qui s'écri (...)
  • 2 Faour A., 2007, Atlas Lubnan, Beirut, Dar al mu’asasat al jughrafia, 128 p.

1Cet ouvrage est écrit par deux professeurs de l'Université Saint-Joseph (USJ), établissement francophone fondé par les Jésuites au XIXe s. Liliane Barakat y a créé le département de géographie et dirige la section Aménagement touristique et culturel. Henri Chamussy, maître de conférences émérite de l'Université Joseph Fourier de Grenoble, enseigne régulièrement à l’USJ et y développe des recherches depuis une quinzaine d’années. La géographie universitaire est, au Liban, une discipline sur la défensive, peu prisée des étudiants. Héritière d'une vigoureuse tradition de coopération dans les années 1960-1970, notamment avec l'Université de Lyon, elle ne subsiste qu'à Université Libanaise, surtout en vue de la formation des enseignants du second degré, et à l'USJ. Ses effectifs sont réduits, les enseignants peu nombreux. Au Liban (et à propos du Liban) moins encore qu'ailleurs, les géographes n'ont pas le monopole du discours sur l'espace et le territoire. Les urbanistes et plus largement les architectes, les agronomes mais aussi les anthropologues ou les politologues y contribuent largement. Par ailleurs, la langue française n'est plus la langue privilégiée de ce discours sur le territoire, qui s'exprime évidemment aussi en arabe et, de plus en plus, pour la recherche, en anglais1. L. Barakat et H. Chamussy affirment que la géographie du Liban est mal connue. Pourtant, c'est sans doute un autre paradoxe, un si petit pays a fait l'objet, ces dernières années de quatre atlas (dont celui, en arabe, de Ali Faour en 2007 qui n'est pas signalé dans la bibliographie2) et d'un nombre assez élevé de thèses dans les diverses langues mentionnées.

2Dans ce contexte, quels sont les objectifs de cet ouvrage ? L'introduction souligne les difficultés que posent à la recherche les défauts de l'appareil statistique libanais. Les auteurs regrettent ainsi l'impossibilité d'utiliser les méthodes de l'analyse spatiale pour identifier les structures géographiques du pays. Ils cherchent à élucider trois paradoxes : celui d'un pays créé seulement en 1920 mais que certains traits physiques (la dimension montagnarde) et culturels singulariseraient dans la très longue durée ; celui d'un petit pays au centre de toutes les attentions à l'échelle mondiale notamment par ses conflits ; celui d'un pays aux contrastes climatiques et sociaux très marqués malgré sa taille réduite. C’est alors à une lecture géographique « classique » qu'ils nous invitent, suivant un plan qui fait se succéder l'histoire (permanences et fragilités), la démographie, les villes, l'environnement (la géographie physique et les problèmes environnementaux), l'économie, puis enfin un chapitre sur les paysages. Une conclusion approfondie revient sur les défis géopolitiques internes et externes que le pays doit affronter et conduit les auteurs à soulever des interrogations fondamentales sur la cohésion du pays et les incertitudes entourant son avenir.

3L'ouvrage ne prétend pas à une grande originalité ni conceptuelle ni méthodologique, au point qu'il est d'ailleurs surprenant de le retrouver dans une collection dont la marque distinctive est la publication de travaux novateurs en géographie. Pour autant, sur certains points, il apporte des éléments bien utiles, ainsi dans le chapitre sur l'agriculture, avec son passage obligé pour tout géographe qui se respecte sur la viticulture en renaissance. Le chapitre sur l'environnement est également solide.

  • 3 Les auteurs ont critiqué l'usage des données de population que nous avons fait, pourtant avec force (...)

4Au total, je dois néanmoins confesser une certaine déception, due en particulier à l'absence d'une vraie ligne directrice et à une construction et une écriture parfois quelque peu brouillonnes, mêlant commentaires documentés et assertions péremptoires ou jugements de valeurs personnels, dans un ton qui reste certes toujours vivant et agréable. Les sources mobilisées comportent peu d'enquêtes originales. Lorsque c'est le cas, par exemple à propos de la ruralité libanaise, une question effectivement pertinente, les auteurs en soulignent d'ailleurs les limites. En bons géographes, ils ont beaucoup circulé dans le pays et en rapportent des photographies originales. L’œil et le métier du géographe de terrain conduisent à des observations fines. Pour le reste, notamment dans la partie consacrée à l'économie, ils proposent essentiellement des données issues de la presse, au risque de rester dépendants des derniers revirements de tendances - et sans les replacer dans une perspective plus large3.

  • 4 Voir notamment Fawaz M., 2009, Hezbollah as Urban Planner? Questions To and From Planning Theory, P (...)

5Deux omissions sont particulièrement regrettables. Si la guerre de 2006 est évoquée brièvement, le bilan de la guerre civile ne fait pas l'objet d'une analyse détaillée. Pourtant, les conflits n'ont cessé de produire le territoire libanais, sur le plan matériel (destructions, extensions urbaines), social (reconfiguration des rapports entre groupes confessionnels et sociaux), politique (qu’on songe à ce territoire singulier que constitue la Dahiyé, la banlieue sud de Beyrouth sous l’emprise du Hezbollah4) comme dans l'ordre des représentations. L'autre omission, qui aurait pu constituer un exemple de ces recompositions, concerne justement les banlieues et extensions périurbaines - abordées uniquement comme fait paysager mais jamais comme territoire de vie. Les banlieues de Beyrouth comptent pourtant, grosso modo, un bon million d'habitants, entre un quart et un tiers de la population du pays (voir ici). Ces lacunes résultent en partie, me semble-t-il, d'une méconnaissance des travaux autres que francophones et d’autres disciplines que la géographie (en particulier les travaux menés par les chercheurs de l'Université américaine de Beyrouth, curieusement absents de la bibliographie).

6En définitive, c'est une vision singulière de la géographie qui est proposée ici, où le politique (et plus largement les acteurs) est placé à l'extérieur du raisonnement (ici, en particulier, dans la conclusion). Il est considéré comme un problème, un obstacle au développement des riches potentialités du territoire. Mais ainsi exclu de l’analyse, il devient une sorte de boîte noire échappant au regard des sciences sociales dont pourtant la géographie fait partie.

Haut de page

Notes

1 Les Allemands ont également alimenté un fort corpus d'études géographiques sur le Liban, qui s'écrit de plus en anglais également. Géocarrefour en a rendu compte à plusieurs reprises : Voir E. VERDEIL, « Compte rendu de : Meyer G (coord.), 2004, Die Arabische Welt im Spiegel der Kulturgeographie, Zentrum für Forschung zur Arabischen Welt, 487 p. », Géocarrefour, vol. 80/4, 2005, [En ligne],. URL : http://geocarrefour.revues.org/1294. E. VERDEIL, compte rendu de Glasze G., 2003, Die fragmentierte Stadt. Ursachen und Folgen bewachter Wohnkomplexe im Lebanon, Opladen, Leske + Budrich, Stadtforschung aktuell, 294 p., Géocarrefour, Vol. 81/2, 2006, [En ligne],. URL : http://geocarrefour.revues.org/1880.

2 Faour A., 2007, Atlas Lubnan, Beirut, Dar al mu’asasat al jughrafia, 128 p.

3 Les auteurs ont critiqué l'usage des données de population que nous avons fait, pourtant avec force précautions, dans notre Atlas du Liban. Ils sont pourtant bien obligés de réutiliser ces mêmes sources ou des sources entachées des mêmes défauts de production, sans davantage s'en justifier. Voir notamment : Chamussy H., 2009, Le Liban : un essai, deux atlas, LEspace géographique, n°3, p. 89.

4 Voir notamment Fawaz M., 2009, Hezbollah as Urban Planner? Questions To and From Planning Theory, Planning Theory, octobre 2009, vol. 8, n°4, p. 323-334 ; et Harb M., 2010, Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005). De la banlieue à la ville, Paris, Karthala, 300 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Peut-on expliquer les « paradoxes » géographiques libanais sans parler de politique ? », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 22 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8675

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page