Navigation – Plan du site

Olivier Pliez, Les cités du désert. Des villes sahariennes aux saharatowns

Armelle Choplin
Référence(s) :

Pliez O., 2011, Les cités du désert. Des villes sahariennes aux saharatowns, Toulouse, IRD, PUM, 164 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 octobre 2012.

1Dans son dernier ouvrage, intitulé Les cités du désert, Olivier Pliez nous invite à sillonner de nouvelles pistes sahariennes. Si la Libye est toujours au rendez-vous - Pliez nous y avait déjà convié dans ses précédents travaux (voir à ce sujet la recension d’Eric Verdeil en 2003) -, le circuit s’élargit avec des incursions en Egypte, en Tunisie et au Soudan. Au-delà du Sahara, ce court ouvrage tiré d’une habilitation à diriger des recherches présentée en 2010 propose de nombreuses pistes de réflexion sur la ville, les migrations et les échanges commerciaux internationaux.

Ville au Sahara / Ville saharienne

2C’est un Sahara loin des clichés que souhaite nous faire découvrir l’auteur puisque le « voyage en géographie saharienne » (p. 10) de Pliez commence par la ville. Il rappelle que le « Sahara est urbain… mais autrement » (p. 9). Il oppose deux modèles urbains qui correspondent à des temporalités bien différentes : d’une part, la ville saharienne, née des réseaux d’échanges séculaires, qui s’inscrit dans le temps long du commerce caravanier et de l’islam et, d’autre part, la ville au Sahara, fille des Etats postcoloniaux qui ont cherché dans les années 1960-1980 à consolider leur territoire national en aménageant des villes sur leurs marges sahariennes. Partant de ces deux conceptions spatiales et formes territoriales, Pliez propose de décrypter les grandes dynamiques socio-spatiales qui bouleversent le Sahara depuis les années 1990. Cette période charnière correspond à celle du rééquilibrage entre haut (Etat) et bas (société locale), entre logiques du territoire en surface (territoire d’Etat) et territoire en réseau (circulations commerciales et migratoires). Pour comprendre l’évolution de ces deux dernières décennies, Pliez revient sur trois mutations majeures : l’appropriation de ces villes d’Etat par les habitants ; les transformations des espaces urbains par les migrants qui traversent le Sahara pour travailler plus au Nord ; la connexion intense et systématique du Sahara au reste du monde, à travers les réseaux du commerce transnational globalisé. Ces différentes dynamiques donnent à voir un Sahara en pleine reconfiguration, morcelé entre divers territoires - ceux de l’Etat, ceux des circulations migratoires et marchandes -, dans lequel la ville s’impose comme un point d’ancrage central.

Saharologue mais non nomadologue

3A la suite de Denis Retaillé (1997) qui invitait à sortir d’une « géographie savante » empreinte d’idées coloniales et des catégories binaires non valides (sédentaire/nomade, Sahara/Sahel, Arabes/Noirs, musulmans/chrétiens…), O. Pliez entend décrypter et critiquer les discours coloniaux tout en se gardant de sombrer dans le déconstructionnisme aigu qui caractérise parfois les post-colonial studies. Autrement dit, Pliez marche davantage dans les pas des « saharologues » tels que Théodore Monod, Marc Côte, Jean Bisson ou plus récemment Denis Retaillé, que dans celui des « nomadologues » qui tendent à réifier la métaphore nomade (p. 74-84). Si une partie de l’ouvrage est consacrée à l’étude des villes nomades, des villes en territoires nomades et des territoires nomades, l’usage du terme nomade ne saurait être un effet de mode. L’auteur nous met en garde contre cette exaltation du nomadisme et de son supposé genre de vie (« voyager nomade, téléphoner nomade, se connecter nomade, penser nomade… » (p. 75). Evoquant le traité de nomadologie de Deleuze et Gattari, Pliez s’interroge : « qu’est-ce que les nomades du désert ont à voir avec la nomadologie ? » (p. 78) et de répondre « rien ». Si ces métaphores philosophiques et anthropologiques sont tout à fait stimulantes, on ne peut pour autant y voir un quelconque lien avec la réalité quotidienne vécue par les habitants du Sahara. Il faut ainsi se prémunir de certains amalgames trop vite établis : le Sahara n’est pas un espace lisse et ne saurait être réduit à une zone grise incontrôlée et incontrôlable (Choplin, Pliez, 2011). Les frontières existent, de même que les contrôles comme l’attestent les migrants internationaux bloqués dans cette partie du globe. Ces mêmes migrants ne peuvent être qualifiés de « nouveaux nomades » (p. 82). Leurs trajectoires dépassent largement les limites du Sahara et s’ils réactivent certaines routes, les modes de vie et territoires dessinés sont bien différents. Préférant éviter ces « assemblages à risques » (p. 82), Pliez explique comment « nomades d’hier et migrants d’aujourd’hui se croisent et se côtoient dans des villes créées par les Etats au Sahara où se redéfinissent fonctions urbaines et identités citadines produites par le mouvement » (p. 85).

Des migrants au Sahara, au-delà des médias

4Les migrants au Sahara ont fait l’objet d’une grande attention ces dernières années, en particulier celle de l’Union européenne qui a vu dans ces migrations transsahariennes un premier pas vers des migrations transméditerrannéennes. Cet ouvrage est l’occasion pour Pliez de poser un regard rétrospectif sur cette question des migrations « entre les deux rives du Sahara » à laquelle il a consacré de nombreux travaux (entre autres Bredeloup, Pliez, 2005) et de nuancer certaines lectures médiatiques. L’auteur ne cesse de recontextualiser ces flux, cherchant à rompre avec cette catégorie monolithique et inopérante du « migrant subsaharien en transit » aussi bien qu’avec cette image de l’Europe forteresse soi-disant assaillie par les Subsahariens. Il rappelle que les flux à destination de l’Europe sont minimes eu égard à la circulation ancienne de main-d’œuvre entre le Sahel et le Maghreb. Et pourtant, parce qu’ils ont davantage retenu l’attention des médias, des ONG, des politiques et même des chercheurs, ces flux à destination de l’Europe ont été surestimés. Aussi Pliez s’intéresse-t-il, loin des images sensationnalistes, à la façon dont ces individus ont pu interagir avec les sociétés locales, influencer les activités (diversification et reconversion des nomades dans le transport et l’accueil de migrants) et un temps du moins, transformer les villes. La question de leur réversibilité est posée : si ces circulations s’inscrivent dans la continuité de certains réseaux migratoires saharo-sahéliens, consolidant ainsi les réseaux et l’armature spatiale préalables, elles sont également et souvent éphémères. Car ces routes se ferment aussi rapidement que d’autres s’ouvrent tout aussi temporairement (p. 88).

Précis méthodologique pour appréhender des territoires en réseaux

5Comment « cerner les territoires », « comprendre les assemblages spatiaux hétéroclites », « débusquer les continuités qui sont tissées entre les espaces discontinus » (p. 21-22) ? Pour le plus grand bonheur du lecteur, Pliez consent ici à dévoiler sa boite à outils de géographe permettant de saisir un dispositif spatial en réseau. La première méthode consiste à visiter et revisiter les lieux à plusieurs années de distance pour en comprendre les mutations. La seconde propose d’insulariser les lieux, c’est-à-dire d’envisager chaque ville saharienne comme un « petit monde ». Cette démarche permet de mettre au jour un « archipel de connexions », autrement dit de voir comment les localités de différents pays « se font écho l’une à l’autre comme autant de facettes de territoires en réseau » (p. 21). La troisième et dernière méthode repose sur l’analyse multi-située théorisée par l’anthropologue George Marcus (« following the people, following the thing »). Dans le cas des migrants, il s’agit de suivre leurs routes, d’analyser différents lieux qui les ponctuent et ce, à différentes dates. Pliez a fait usage de cette méthode dans d’autres recherches en cherchant à savoir d’où provenaient les jeans vendus sur les marchés du Caire. En suivant les cartons de vêtements – et donc en remontant la filière d’approvisionnement -, il s’est retrouvé en Libye, puis à Dubaï et enfin en Chine. Suivre la route, à l’instar des commerçants, lui a permis d’aller directement à la source et de faire émerger dans chaque pays et à différentes échelles (du micro-quartier à la route globale) des « espaces discrets de la mondialisation » (Pliez, 2007).

Saharatown, connecting people and places

6Olivier Pliez achève sa démonstration en dévoilant la signification du terme « Saharatown », synthèse des différentes logiques mises en évidence. La Saharatown, sur le modèle de la Chinatown, est un carrefour marchand et migratoire (p. 142). Elle est une ville éminemment contemporaine, dont certains morceaux sont connectés avec l’extérieur à travers les circulations de biens et d’individus.

7A l’évidence, les travaux de Pliez sont terriblement d’actualité. Comment ne pas voir dans les villes maliennes de Kidal, Gao, Tombouctou, en proie aux troubles, ces Saharatowns aux connections multiples ? La crise malienne n’est-elle pas l’exemple parfait de ces frictions entre territoire d’Etat (souveraineté de l’Etat malien) et territoires en réseau (des touaregs, des extrémistes religieux…) ?

8Si le lecteur regrettera parfois la concision du propos et certains enchainements de parties peu clairs et évidents (défaut certainement à mettre sur le compte de l’exercice que constitue l’HDR), on ne peut que souligner l’importance et l’apport de ce travail. Au croisement de la géographie du Sahara urbanisé et de la géographie des migrations, la portée de cet ouvrage dépasse largement les confins sahariens pour nous entrainer sur des pistes bien plus globales.

Haut de page

Bibliographie

BREDELOUP S., PLIEZ O. (dir.), 2005, Migrations entre les deux rives du Sahara, Autrepart, n°36, 199 p.

CHOPLIN A., PLIEZ O., 2011, "Sahara et Sahel, territoires pluriels », Mappemonde, n°103 dossier spécial, http://mappemonde.mgm.fr/dos_sahara.html

PLIEZ, O., 2003, Villes du Sahara, Urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, coll. Espaces et milieux, Paris, CNRS Editions, 200 p.

PLIEZ O., 2007, « Des jeans chinois dans les rues du Caire, ou les espaces discrets de la

mondialisation », Mappemonde, n°88 (4)

RETAILLE D., 1997, Le monde du géographe, Paris : Presses de sciences po, 288 p.

VERDEIL E., 2003, Villes et urbanismes du Sahara, Géocarrefour, Vol. 78/4, http://geocarrefour.revues.org/452

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Olivier Pliez, Les cités du désert. Des villes sahariennes aux saharatowns », Géocarrefour [En ligne], mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8669

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page