Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Isabelle Lefort (dir.), Tourismes et territoires

Jean-Michel Dewailly
p. 170
Référence(s) :

Bleton-Ruget A., Commerçon N. et Lefort I. (dir.), 2011, Tourismes et territoires, Institut de Recherche du Val de Saône-Mâconnais, 319 p.

Texte intégral

1Quand on referme cet ouvrage dense, actes des 6es rencontres de Mâcon tenues en 2010 (indication qu’on cherche en vain), à l’initiative de l’Institut de recherche du Val de Saône, on reste un peu songeur. Au fil de 25 communications, agrémentées d’un avant-propos, d’une introduction et d’une conclusion dues respectivement à Bernard Debarbieux et Isabelle Lefort, 43 contributeurs, quasiment tous français, ont apporté information abondante, de qualité, glanée sur des terrains variés et riche matière à réflexion à travers 16 études de cas français, 7 étrangers et 2 transnationaux. Cinq thèmes ont été retenus pour répartir les textes entre autant de chapitres : tourisme, touristes et territoires, tourismes et patrimoines culturels, tourismes et territorialités urbaines, tourismes et identités territoriales, tourismes et politiques publiques.

2Si un « touriste » fait du « tourisme », on notera que, dans ces intitulés, il s’agit toujours de « tourismes ». Grande est en effet la variété des motifs, des argumentaires, des politiques, – on serait tenté de dire parfois des prétextes – qui justifient la démarche touristique, la création d’un « produit » ou d’une image touristiques et, au-delà, unifient suffisamment une portion d’espace pour qu’on en fasse, tente d’en faire, voire la proclame, « territoire ». Dans un inventaire qui tient plus de Prévert que de Lamartine, citons les paysages, l’histoire, l’architecture, le patrimoine bâti, mais aussi le nudisme, la faune, la perception d’une éco-taxe, la référence à un personnage célèbre, la cuisine, le sport, le tourisme balnéaire, le développement durable, la nécessité d’une affirmation locale…, vus aux primes de l’histoire, de la géographie, de l’aménagement du territoire, du marketing, de la communication et des images, et à des échelles allant du quartier urbain (autour de la Bibliothèque nationale de France François Mitterrand, par exemple) à l’Etat (Slovénie et même Canada). Quelle commune mesure ? Le territoire !

3S’y ajoutent, faits à plusieurs reprises et à juste titre mis en évidence, les nouvelles pratiques résidentielles, les mobilités des actifs comme des retraités qui brouillent plus d’une fois la simplicité d’une distinction entre résidence principale et résidence secondaire, l’inclusion des loisirs dans les pratiques touristiques, ce qui nous semble indiscutable pour « faire sens », la multiplicité des acteurs publics et privés, de la commune à l’Union européenne, et de l’individu isolé à l’organisme de coopération internationale (UNESCO). Et c’est pourquoi on ressort un peu étourdi de cette lecture à travers les trois grilles thématique, disciplinaire et scalaire, à géométrie très variable selon les auteurs, avec l’idée que, finalement, tout fait, ou peut faire, tourisme, et que tout fait territoire. Certes, les auteurs fournissent évidemment de quoi affiner ces observations : les « territoires » considérés sont plus ou moins anciens, plus ou moins aboutis, plus ou moins porteurs de vrais projets pour une véritable territorialisation, mais on ne s’en sent pas moins quelque peu démuni pour cheminer à travers ce dédale, où les fils conducteurs restent à affermir. Ce n’est donc pas le moindre mérite des auteurs de fournir ici une ample matière pour permettre d’y tendre, et des organisateurs de raccrocher l’ensemble à des problématiques essentiellement géographiques, mais structurantes.

4Dans son introduction au volume, B. Debarbieux semble d’ailleurs exprimer aussi un certain scepticisme vis-à-vis non pas de l’actuelle mise en binôme « tourisme/territoire » en soi, mais de la façon dont elle se concrétise pratiquement : « le concept de territoire gagne donc à être adopté par les études en tourisme, à condition de ne pas y voir une nécessité, de dépasser l’idée qu’il est un donné, à condition sans doute d’y voir une possibilité, un agencement circonstanciel de territorialités sur l’agencement desquelles les protagonistes ont toujours une certaine forme de prise » (p. 13-14). On notera la prudence du propos : « une possibilité », « circonstanciel », « une certaine forme ». À lire bien des contributions, ces vœux ne semblent pas encore en passe d’être pleinement exaucés. N’est-il pas pourtant « nécessaire », pour le marketing comme pour l’homme politique, que le territoire soit nettement défini, délimité ? Individus et groupes sociaux de tous ordres relèvent eux-mêmes de si nombreuses territorialités qu’il semble exclu que chacun puisse « trouver son bonheur » dans un seul de ces territoires. « À chacun son tourisme », et « à chacun ses territoires », serait-on tenté de dire. C’est donc bien sur un « agencement circonstanciel » que le tourisme, choisi à un moment donné par un ensemble d’acteurs, s’impose, ou est imposé, comme « moteur » d’un territoire ou de sa construction. Mais ce n’est effectivement pas un « donné ». Les communications dégagent la dominance du volontarisme à l’œuvre dans ces territoires, quoique certains pensent que l’on peut parvenir « au terme de l’élaboration de leur construction identitaire… produi(sant) un effet récréatif sur l’individu », (J. Lageiste, p. 224), ce qui semble admettre un acquis définitif, alors que l’exemple du Lubéron, présenté par C. Helle et L. Casanova, montre un système touristique local continûment remis en cause et soumis à une « fragilisation » affectant de façon différenciée le » cœur » et la « périphérie » (p. 303). Rien ne dit en effet, selon nous, que les processus ne soient pas réversibles. Un volontarisme dans l’autre sens pourrait fort bien intervenir, mais manquent encore des études sur le temps long qui montrent comment un « territoire touristique » naît, vit et meurt, et, peut-être recommence ce cycle. Comme n’importe quel territoire, un tel « territoire » nous semble par essence précaire, même s’il dure depuis longtemps, lié à des hommes, des pratiques, des images, des projets de société. Il peut se défaire en tant que « territoire », même si le tourisme reste présent. La « mise en tension » entre « circulation » et « ancrage », judicieusement rappelée par B. Debarbieux, peut fort bien aller jusqu’à un déséquilibre excessif et à la rupture. Pour citer des exemples non repris dans le colloque, le « territoire touristique » peut renaître (Croatie), disparaître (stations thermales anglaises) ou vivoter face à un volontarisme supérieur d’un autre ordre (Zeebrugge).

5La conclusion d’I. Lefort, exposée à travers la métaphore du théâtre, insiste bien aussi sur le « poids » de la scène et de la pièce touristiques, mais aussi sur leur fragmentation et leur précarité. Puisque « tout est potentiellement touristique » (p. 311), sur des scènes mondialisées (qui, finalement, n’en constituent qu’une seule, systémique, ajouterons-nous), tout peut être à tout moment sujet à déstabilisation ou (ré-)surrection. Finalement, un territoire touristique n’est que le produit sans cesse renouvelé de dynamiques multiples dans le temps et dans l’espace, et où le tourisme ne tient pas forcément le premier rôle. L’alpha du tourisme, c’est le désir, le plaisir de l’individu ; son oméga, sa finalité, c’est quand même l’argent, le profit, pour le monde socio-économique qui l’a institué en « moteur » de territoire. Alors… Nous sommes persuadé que le monde du tourisme, y compris ses territoires, est plus régi par le chaos qu’on ne le pense.

6Sur un thème aussi complexe et aussi riche, ce colloque a donc fourni beaucoup de grain à moudre. Les chercheurs semblent en phase d’approfondissement, d’affinement plutôt que de révélations de faits dont la substance apparaîtrait soudainement. Quelques débats, pas récents, apparaissent de façon récurrente à travers certains propos : les notions de capacité de charge, de « surfréquentation » semblent avoir leurs partisans et leurs détracteurs. On aimerait aussi savoir, plus d’une fois, de quelle posture parlent certains auteurs, qu’on pourrait soupçonner, à tort ou à raison, d’être pris dans des « conflits d’intérêt » relativement à leur objet d’étude. Pouvoir apprécier de quelle réflexivité ils font preuve permettrait de mieux juger de la pertinence de leurs propos. La recherche en tourisme a beaucoup à y gagner, le touriste-chercheur (ou chercheur-touriste) étant souvent juge et partie dans sa démarche.

7En somme, outre la belle collection d’études de cas qu’il fournit et que chacun appréciera à l’aune de ses orientations de recherche, ce volume témoigne d’un sympathique bouillonnement sur un sujet qui est loin d’être épuisé. Dans les territoires concernés autant que dans le petit monde de la recherche en tourisme, le  « tourisme de clochers » a encore un bel avenir, et son étude aussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Isabelle Lefort (dir.), Tourismes et territoires », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 170.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Annie Bleton-Ruget, Nicole Commerçon et Isabelle Lefort (dir.), Tourismes et territoires », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8666

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org