Navigation – Plan du site
Archives des appels à contribution

Représentations et requalifications des zones humides continentales. Ne plus se méfier de l’eau qui dort ?

Appel à communication
Portrayal and amendments of continental wet areas. No longer mistrustful of still water ?
Hervé Cubizolle, Bertrand Sajaloli et Céline Sacca

Notes de la rédaction

English version, see below

Ignorées, conspuées voire détruites jusqu'aux années 1990, les zones humides continentales sont peu à peu devenues un des enjeux importants des différentes politiques environnementales et d’aménagement aux échelons national, européen et planétaire. Si l’on note toujours certaines réticences à leur égard, qu’elles relèvent de l’imaginaire collectif ou, de façon plus pragmatique, qu’elles se réfèrent à leur exploitation, on assiste néanmoins à de spectaculaires opérations de mise en valeur des lieux d’eau tant en milieu rural qu’urbain dans un contexte général de développement durable des territoires et de redéfinition des rapports homme-nature. Ce changement de perception, véritablement unique et assez brutal, dans l'aménagement des différents milieux naturels, a plusieurs origines. Il provient d’abord de la reconnaissance de leurs rôles dans le fonctionnement des hydrosystèmes. Cela leur vaut le statut actuel d'infrastructures naturelles. Il découle ensuite de la constitution de puissants réseaux ayant promu l’importance des zones humides (Convention de Ramsar, Natura 2000, Plan national d’actions en France…). Enfin il est une des conséquences d’une mutation des regards publics portés sur elles qui ne peut être dissociée de l'histoire de leurs représentations.

Ainsi est née une nouvelle géographie des zones humides continentales sur laquelle se penche ce numéro de Géocarrefour.

Les contributions attendues devront relever des axes de réflexion proposés ci-dessous.

Les nouvelles représentations des zones humides

La perception des zones humides a changé depuis une vingtaine d’années, en France et en Europe bien sûr mais plus généralement sur toute la planète. Si le regain d’intérêt a été largement mentionné par les recherches récentes, la production de nouvelles figures de l’humide a été peu explorée. Quelles sont alors les nouvelles perceptions et représentations des zones humides continentales ? En quoi profitent-elles de l’engouement social pour la biodiversité, pour la nature, pour les paysages d’apparence peu anthropisés et, plus généralement, de la vague verte. Quel a été le rôle de la recherche scientifique dans ce changement de perception ? De même, sur quelles valeurs ou quels bienfaits s’appuient ces mutations relationnelles ? La notion d’infrastructure naturelle avancée par L. Mermet concourt-elle à un renouveau de l’aménagement du territoire ? Ces valeurs varient-elles selon les lieux, -nous pensons en particulier au gradient urbain, périurbain, rural-, selon les régions et les types d’espaces considérés ? Quels ont été enfin les vecteurs de fabrication de ces représentations inédites. Ceci interroge l’impact des discours médiatiques, politiques, mais aussi culturels sur la genèse des perceptions contemporaines de l’environnement.

Les requalifications des zones humides

Ce renversement des représentations des zones humides continentales s’est traduit par de nombreuses opérations concrètes de réaménagement et de réinsertion géographique des lieux d’eau que l’on peut regrouper sous le terme générique de requalification des zones humides. Très présentes au sein des grandes agglomérations et des métropoles européennes où elles s’insèrent dans le cadre général de la ville durable (Agenda 21, identité urbaine, nature en ville, mixité sociale, trames vertes et bleues, water front), ces opérations apparaissent très diverses et répondent à des objectifs dissemblables. Dès lors, peut-on dresser un panorama de la requalification des lieux d’eau en milieux urbains européens ? À partir de quels modèles (Europe du Nord, Europe Rhénane, cités méditerranéennes comme Venise…) et selon quelles modalités, cette dynamique s’est-elle diffusée ? Par ailleurs, cette requalification touche également les zones humides continentales en milieu rural dans le cadre du développement local et de l’exaltation du patrimoine tant naturel qu’historique des lieux. Les mesures agri-environnementales territorialisées (MAET) favorisent notamment l’émergence d’un nouveau paradigme rural dans lequel terres et hommes se rendent des services communs. Qu’il soit à vocation touristique ou agricole, ou bien qu’il relève uniquement du souci de préserver les écosystèmes, ce renouveau connaît également une grande diversité de formes qu’il s’agit de repérer et d’évaluer. Au sein de quelles régions européennes, sur quels types de zones humides et avec quels desseins ? Rurale ou urbaine, cette requalification, opérée à grand renfort d’arguments patrimoniaux pose enfin la question de l’instrumentalisation des zones humides dans l’aménagement du territoire.

La persistance d’une certaine méfiance envers les zones humides

Derrière le discours positif, porté par le politique ou les réseaux de protection de la nature et de l’environnement, souvent relayé par les acteurs du tourisme en milieu rural, peu de travaux s’intéressent à la persistance d’une méfiance envers les eaux dormantes. Pourtant, on la ressent encore auprès de bon nombre de sociétés locales et à l’intérieur même de certains services techniques des collectivités territoriales. Quelle est-elle, comment s’exprime-t-elle dans un contexte global de revalorisation publique des zones humides ? Au moment où la politique nationale en faveur des lieux d’eau paraît moins volontaire, quelles sont les nouvelles formes de méfiance envers les eaux dormantes ? Connaissent-elles des variations entre les régions françaises (et notamment en France d’Outre Mer), entre les pays européens. Si ce numéro spécial de Géocarrefour est plus particulièrement axé sur les zones humides continentales européennes, il s’ouvre à la démarche comparative et spatiotemporelle entre l’Europe et les autres régions du Nord comme l’Amérique mais aussi entre le vieux continent et les Suds. Par ailleurs, n’y a t-il pas des différences à établir au sein de la riche collection des zones humides ? Tourbières, mares et mouillères, étangs, prairies humides, marais, vallées alluviales partagent-elles toutes le même regain de faveur, ou, au contraire, peut-on distinguer des oubliées de la revalorisation sociale des lieux d’eau ? Enfin, ce maintien d’une psychogéographie négative se traduit-il par des menaces affectant les zones humides continentales. Quelles sont-elles ? Ont-elles connu des mutations ?

Délais et consignes

Les auteurs peuvent communiquer avec Hervé Cubizolle, herve.cubizolle-at-orange.fr,, coordinateur du numéro, pour signaler leur intérêt et poser toute question scientifique en lien avec ce texte. Conformément à notre nouvelle procédure de soumission, les articles seront déposés sur notre interface en ligne au plus tard au 15 mars 2013 (http://manuscrits.revues.org/index.php/geocarrefour). Ils pourront être rédigés en français ou en anglais. D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes), ils respecteront les normes de la revue indiquées sur le site (http://geocarrefour.revues.org/index1017.html). Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) le 31 mai 2013 au plus tard.