Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Hélène Guetat-Bernard, Développement rural et rapports de genre, Mobilité et argent au Cameroun

Bernard Bret
p. 159
Référence(s) :

GUETAT-BERNARD H., 2011, Développement rural et rapports de genre, Mobilité et argent au Cameroun, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 213 p.

Texte intégral

1Avec son ouvrage Développement rural et rapports de genre, Mobilité et argent au Cameroun, Hélène Guétat-Bernard apporte une contribution précieuse à la géographie du genre en étudiant les relations entre les rapports de genre, les constructions spatiales et le développement rural.

2L'auteur nourrit son travail d'enquêtes approfondies dans le pays Bamiléké. Elle analyse comment les changements économiques ont bouleversé les rapports entre les hommes et les femmes, et aussi les rapports de chacun des deux sexes avec l'espace. Sur ces hautes terres de l'Ouest camerounais, le café introduit dès les années 1920 comme culture d'exportation avait atteint son apogée dans les années 1960. Véhicule principal de la monétarisation de l'économie, il avait renforcé la domination masculine. Alors que s'affaiblissaient les structures collectives, notamment foncières, les hommes avaient trouvé avec la caféiculture de quoi gagner de l'argent et consolider leur identité, en maintenant les femmes dans une relation de subordination. On comprend donc que le déclin du café à la fin du siècle, obligeant à des innovations productives, ait entraîné des changements dans les rôles sociaux et ait provoqué des tensions entre les hommes et les femmes. L'argent ne venant plus du café, c'est-à-dire des hommes, c'est le vivrier marchand, c'est-à-dire une production féminine, qui a pris le relais. Il y a là évidemment beaucoup plus qu'un changement économique. C'est un changement social profond, car le retournement dans la création de richesse a non seulement donné un rôle inédit aux femmes, mais encore a conduit à un nouveau rapport de ces dernières avec l'espace puisque vendre la production maraîchère implique de circuler entre la campagne et la ville.

3De belles pages sont alors consacrées aux nouvelles territorialités plurielles et mouvantes. Alors que, par tradition, le féminin était associé au lieu, notamment à la maison, au proche et à l'immobile, comme le masculin l'était à l'espace, au lointain et à l'idée de mobilité, voilà que les femmes sortent de chez elles et bougent. Elles assurent désormais l'entretien de la famille. Du coup, se renforce chez elles une estime de soi qui va de pair avec un processus d'empowerment, mais d'une façon ambiguë car cette plus grande autonomie est aussi une stratégie de survie qui, dans un contexte de pauvreté, alourdit le poids des charges et des responsabilités qui pèsent sur elles. Aussi, parce que les rapports sociaux de genre invitent à reconnaître les intrications du social, du spatial et de l'économique, Hélène Guétat-Bernard veut réfléchir à la déconstruction/reconstruction des catégories (notamment marchand/non marchand ou économie de marché et économie de subsistance, productif/reproductif, public/privé, rural/urbain, formel/informel, etc.) afin de retrouver la complexité des interactions et dénoncer les fondements idéologiques des découpages (p. 45).

4S'il repose sur une information factuelle précise, l'ouvrage constitue aussi une riche réflexion théorique. Il nous fait entrer d'une façon très directe et sensible (chapitre 2) dans la vie quotidienne des Bamilékés, puis, dans une suite de lecture plus difficile, il montre comment le discours des personnes enquêtées aide à comprendre les liens entre production identitaire et territoriale (p. 60), dans une démarche où la géographie rencontre la sociologie, l'anthropologie, l'économie et la philosophie. C'est l'occasion d'une longue réflexion méthodologique sur les relations entre l'enquêteur et l'enquêté, c'est-à-dire finalement sur le positionnement et la responsabilité du chercheur. Parce qu'étudier les relations entre les hommes et les femmes amène à connaître les lieux de l'intime, c'est aussi l'occasion de dire les modes d'habiter et ce que l'espace domestique révèle du social. On se trouve là au cœur de la question du genre dans la mesure où, chez les Bamilékés comme dans d'autres cultures, la maison et ses abords immédiats comportent des lieux masculins et des lieux féminins. Cette approche de géographie culturelle qui interroge la façon d'être au monde analyse la nouvelle mobilité spatiale des femmes en lien avec leurs nouveaux rapports à l'argent, en quoi le thème du genre et de l'espace rejoint celui du développement. Celui-ci, dans un contexte régional de crise caféière et de compétition foncière, redistribue les rôles des personnes et les affectations des lieux. Il produit un brouillage identitaire. Les hommes reconnaissent que ce sont désormais les femmes qui assurent le budget familial, mais ils veulent garder leur position dominante et n'adoptent pas sans gêne des activités connotées féminines qui porteraient atteinte à leur masculinité. Aussi, après la montée en généralité théorique qu'elle avait réalisée à partir d'une première exploration du territoire, l'étude reprend l'analyse du pays Bamiléké sous l'angle des changements agricoles et économiques liés à la modernité, mais toujours dans une approche genrée qui fait ressortir les rôles masculin et féminin et leurs représentations respectives de leur travail (ou de leur inactivité), de leur sort, de leur rapport à l'autre et des espaces qu'ils (qu'elles) fréquentent. Ces changements alimentent une réflexion plus générale par quoi se termine l'ouvrage, sur les rapports sociaux de genre concernant la sphère du travail dit productif et la sphère familiale, et leur évolution.

5Voilà donc un livre d'une grande richesse qui apporte des analyses innovantes sur un thème trop longtemps négligé par les géographes alors qu'il a de toute évidence une place essentielle, au sens fort du mot, dans la réalité sociale et dans la logique de l'espace humanisé. Il donne ample matière à penser et propose de multiples pistes pour poursuivre l'exploration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Hélène Guetat-Bernard, Développement rural et rapports de genre, Mobilité et argent au Cameroun », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 159.

Référence électronique

Bernard Bret, « Hélène Guetat-Bernard, Développement rural et rapports de genre, Mobilité et argent au Cameroun », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 23 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8657

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page