Navigation – Plan du site

Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine

Patrice Melé
p. 3-13

Résumés

Les villes latino-américaines constituent un cadre particulièrement pertinent pour l’analyse des conflits urbains de proximité à cause de la rapidité des mutations urbaines mais aussi car l’Amérique Latine contemporaine est celle du retour généralisé à la démocratie, de la décentralisation et de l’intensité des luttes politiques locales. Dans ce numéro de Géocarrefour, nous proposons d’adopter une perspective qui considère le conflit comme une modalité de relation entre habitants et pouvoirs publics. Ce numéro présente une réflexion sur les conflits urbains de proximité à partir d’une problématique centrée sur la productivité de ces situations en focalisant l’attention sur les dimensions territoriales, juridiques et politiques de leurs effets. Ce texte d’introduction traite des principales spécificités de la littérature de sciences sociales sur les conflits urbains en Amérique Latine : d’abord le poids des références au concept de « nouveaux » mouvements sociaux urbains, ensuite la mise en évidence des relations au politique des populations les plus pauvres et enfin la place de la question environnementale. Nous introduirons ensuite les articles de ce numéro à partir de ce que ceux-ci nous apprennent sur les effets des situations de conflit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce numéro de Géocarrefour propose d’interroger les relations entre dynamiques urbaines et actions publiques dans les villes latino-américaines à partir de l’analyse de situations de conflit. Des groupes se mobilisent pour tenter d’accéder à un terrain ou logement, pour peser sur les conditions de coexistence entre différents usages de l’espace, pour participer à la définition de biens communs territorialisés (patrimoine, environnement, espaces publics), pour mettre en cause les modalités de l’organisation des services urbains (eaux, transports, déchets), de localisation d’activités ou d’infrastructures et, plus généralement, pour demander l’amélioration de leurs conditions et cadre de vie. Avec des intensités et des portées différentes selon les contextes nationaux, ces mobilisations peuvent se traduire par l’abandon de projets, par la mise en place d’instances de concertation ou conduire à la modification des politiques de logement, de régulation foncière, de planification urbaine ou des actions environnementales.

2Qualifiées de mouvements sociaux urbains, de conflits urbains, territoriaux, patrimoniaux ou environnementaux, ces situations, qui produisent des débats et controverses sur le devenir de sous-ensembles urbains, sont aujourd’hui, en France (Melé, Larrue et al., 2003 ; Kirat, Torre, 2008) comme en Amérique Latine, des objets pour la géographie et les sciences sociales préoccupées de saisir les modalités de construction sociale des questions urbaines, environnementales et patrimoniales.

3Nous retenons ici la notion de conflits de proximité (Sénécal, 2005) pour décrire des situations mettant en jeu des groupes mobilisés pour le contrôle de leur espace de résidence ou de leur espace proche. Ce vocabulaire n’implique pas une référence à l’école de la proximité en économie (Bouba-Olga, Carrincazeaux et al., 2008 ; Torre, 2009) ni de considérer le « proche » comme susceptible d’une délimitation territoriale ou d’une mesure objective par le chercheur. La définition de la proximité que nous retenons est celle donnée par les résidents ou usagers lorsqu’ils affirment qu’un projet, une activité, une pratique affecte leur environnement. Cela implique que la distance entre les objets, activités ou pratiques mises en cause peut être plus ou moins grande. Néanmoins, tous les conflits considérés ici se manifestent par des actions collectives durant lesquelles des groupes effectuent un travail de (re)définition de leur inscription spatiale et territoriale.

4Les villes latino-américaines constituent un cadre particulièrement pertinent pour l’analyse de ces situations : à cause de l’ampleur des problèmes urbains, de la rapidité des mutations des usages des espaces urbains ou périurbains, des difficultés des politiques urbaines à contrôler les modalités de l’urbanisation. Mais aussi car l’Amérique Latine contemporaine est celle du retour généralisé à la démocratie, de la décentralisation, de l’intensité des luttes politiques locales, des expériences de gouvernance urbaine participative et du renforcement des cadres juridiques de l’action publique urbaine, patrimoniale ou environnementale.

  • 1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaines (Canada, Mexique, France) » coordonné par l’é (...)

5Dans ce numéro de Géocarrefour, comme dans d’autres travaux initiés à l’occasion de la constitution du groupe de recherche Confurb1, nous proposons d’adopter une perspective qui considère le conflit non pas comme un dysfonctionnement mais comme une modalité de relations entre groupes, entre habitants et pouvoirs publics dont il s’agit ici d’analyser les spécificités latino-américaines. Ce numéro souhaite initier une réflexion sur les conflits urbains de proximité à partir d’une problématique centrée sur la productivité de ces situations, notion utilisée ici au sens de « faculté de produire », en focalisant l’attention sur les dimensions territoriales, juridiques et politiques de leurs effets.

6Dans cette introduction, nous traiterons des principales spécificités de la littérature de sciences sociales sur les conflits urbains latino-américains : d’abord du poids des références au concept de « nouveaux » mouvements sociaux urbains, ensuite de la mise en évidence des relations au politique des populations les plus pauvres et enfin la place de la question environnementale. Nous présenterons ensuite les articles de ce numéro à partir de ce qu’ils nous apprennent sur les effets des situations de conflits.

Mouvements populaires urbains, changement social et dynamiques urbaines

  • 2 Cf. par exemple Alonso, 1980.

7Dans le contexte latino-américain, la littérature scientifique sur les conflits urbains reste fortement marquée par la place centrale que la sociologie urbaine d’inspiration marxiste a accordé aux (nouveaux) mouvements sociaux urbains. Ces travaux réalisés à la fin des années 1960 et au début des années 1970, en particulier ceux de Manuel Castells qui proposa une théorie globale de la question urbaine (Castells, 1972) et un cadre d’analyse des mouvements urbains, ont certainement connu une influence plus durable sur la recherche urbaine en Amérique Latine qu’en Europe. Dans la littérature latino-américaine se sont multipliées les tentatives pour insérer l’observation des formes spécifiques de l’urbanisation populaire dans le cadre théorique d’un marxisme urbain plus ou moins directement inspiré de l’école française2. Dans ces travaux, les mouvements sociaux urbains incarnant de nouvelles formes de luttes pour le cadre de vie étaient dotés d’un rôle actif et déterminant pour le changement social. Un des effets de cette diffusion a été de placer les mobilisations urbaines au cœur d’une analyse des contradictions urbaines et des relations entre l’Etat et les classes sociales (Valladares, Prates Cuelho, 1995, p. 13).

8Ce modèle a été fortement critiqué dès les années 1980, d’une part, en ce qui concerne la place donnée à l’Etat, considéré par le marxisme urbain comme une entité et non comme un champ de lutte de différents groupes, et, d’autre part, sur la question de la reproductibilité d’un modèle construit à partir de l’identification du rôle des politiques urbaines au sein du « capitalisme monopolistique d’Etat » (Valladares, Prates Cuelho, 1995). Les chercheurs s’inscrivant dans ce cadre d’analyse tentent de rattacher les mobilisations locales aux grandes tendances du changement social et politique. Ce type de cadrage a produit une vision unifiée des luttes urbaines qu’il est dès lors possible de regrouper sous l’appellation de « mouvement populaire urbain » (utilisée au singulier) (Moctezuma, 1994). Cette position théorique a ensuite rendu possible des travaux qui tentaient de (ré)insérer les conflits et mobilisations urbaines dans des approches globales des mouvements sociaux pour tester la possibilité d’une convergence des luttes. Ce cadre théorique a aussi été, plus ou moins explicitement, porté sur le terrain par des militants ou des chercheurs engagés au côté des mobilisations qui trouvaient ainsi à la fois un sens historique aux mouvements et à leur engagement.

  • 3 Dont la question des occupations illégales et des invasions en Amérique Latine à partir d’études de (...)

9Dès 1983, le même Manuel Castells dans un ouvrage critique de ses propres positions et du marxisme urbain, proposa une conceptualisation différente des mouvements urbains et une approche comparative de situations de mobilisations urbaines3. Il ne s’agit plus pour lui de construire une théorie générale du changement social, mais de limiter l’ambition à l’analyse des relations entre mobilisations urbaines et changement urbain. En redonnant une place aux mouvements urbains de base analysés dans une tension avec les intérêts dominants, Manuel Castells place au centre du changement urbain la question des controverses sur les significations et valeurs attribuées aux espaces urbains et à la ville. La reconnaissance de la déconnexion entre les mouvements urbains et les classes sociales définies à partir des relations de production et l’insistance sur la dimension cognitive et sur les luttes de représentation, modifient profondément le sens de l’analyse. Dans cet ouvrage, l’auteur assume explicitement une influence tourainnienne (Castells, 1983, p. 301), en particulier en ce qui concerne la distinction maintenue entre des mobilisations pouvant être conceptualisées comme mouvement social et d’autres formes d’action collective ; entre, d’une part, des « mouvements sociaux urbains » qui auraient la capacité de modifier le sens de l’organisation urbaine, d’être présents dans l’espace public et de se construire comme autonomes du champ politique et, d’autre part, des mobilisations ayant un impact local simples « mouvements urbains ». Cet auteur distingue les mobilisations et groupes qui sont capables de se construire comme sujet historique et d’avoir un impact sur le changement culturel et social (historicité dans le langage de d’Alain Touraine) et d’autres formes d’actions aux effets limités (Touraine, 1973).

10Les liens entre Alain Touraine et l’Amérique Latine sont nombreux et son approche des mouvements sociaux constitue une référence importante dans le contexte scientifique latino-américain (Touraine, 1988). La méthode de l’intervention sociologique qui consiste précisément à accompagner les groupes mobilisés dans un travail de (re)signification des mobilisations au-delà des objectifs affichés constitue souvent un cadre mobilisé par différents groupes travaillant avec des acteurs mobilisés.

11Par la suite, les conflits urbains ont perdu leur place centrale dans l’analyse des mouvements sociaux et des mobilisations politiques. Dans les années 1990, il faut souligner l’influence d’un ouvrage collectif dirigé par Sonia Alvarez et Arturo Escobar (1992) qui avait l’ambition de construire un nouveau paradigme, s’éloignant à la fois du marxisme et des influences de la science politique nord-américaine, en plaçant au centre de l’analyse la dimension identitaire et culturelle des mobilisations. Ces nouvelles approches des mouvements sociaux donnent plus de place aux représentations et aux effets des mobilisations sur les groupes mobilisés, s’intéressent aux formes de mobilisations et aux stratégies des acteurs et abandonnent l’idée d’un sujet historique en lutte pour se focaliser sur la diversité des mobilisations pour l’accès à certains biens et contre les effets négatifs de la modernisation et de l’ouverture économique. Ces nouvelles approches ont inspiré différents types de recherche : certaines se posent explicitement dans une perspective d’accompagnement des mouvements et refusent une posture qui considère les mouvements sociaux comme des objets pour souligner leur rôle de sujet (Parra, 2005) ; d’autres travaux insistent sur le rôle de socialisation politique des mobilisations de quartiers, qui, si elles ne peuvent aboutir à des transformations sociales importantes, ont la capacité de modifier les relations des populations au politique.

12On retrouve ici l’influence du principe d’identité construit par Alain Touraine pour la caractérisation des mouvements sociaux, selon lequel « c’est le conflit qui constitue et organise l’acteur » (Touraine, 1973), au sens ou le conflit constitue un acteur collectif conscient des enjeux de la mobilisation. Cette position est d’ailleurs assez proche de ce qu’Alberto Melucci (1999) analyse comme identité collective, c’est-à-dire la capacité collective - construite dans l’interaction - de se définir soi-même et le contexte, d’évaluer les opportunités et les limites de l’action. Dans le contexte latino-américain les références aux travaux de ce dernier auteur, qui a insisté sur la capacité d’encastrement des mouvements dans les réseaux de la vie quotidienne, sont nombreuses.

13Au sein des travaux sur les mouvements sociaux en Amérique Latine, les références aux auteurs cités jusqu’ici sont plus prégnantes que l’influence de la nouvelle sociologie des mouvements sociaux d’inspiration nord-américaine (Goirand, 2010). Les travaux sur la « politique du conflit » (Tilly, Tarrow, 2008) et les concepts de structure des opportunités politiques, d’organisation et ressources, de répertoire d’action et de cadrage sont peu présents dans la recherche latino-américaine alors qu’ils dominent les débats dans le contexte anglo-saxon et même français (Fillieule, Mathieu et al., 2009).

14Plus généralement, il faut retenir qu’aujourd’hui les mobilisations urbaines ont perdu de leur centralité au sein des macro-théories du changement social ou même des textes globaux sur les mouvements sociaux au profit des mobilisations politiques, environnementales et des revendications des populations d’origine indigène. Se développe plus récemment un intérêt pour la description et la mesure des mobilisations sous la forme d’observatoires des conflits urbains (Santiago du Chili, Rio de Janeiro, Belo Horizonte, Maceio) qui proposent en ligne un recensement et une localisation des conflits dans un objectif de connaissance du phénomène et de sa distribution géographique mais aussi d’aide à la mise en visibilité et à l’apprentissage des groupes mobilisés.

Les mobilisations urbaines comme modalités de relation à l’action publique et au politique

  • 4 Cette question n’est pas seulement liée aux pratiques de régimes autoritaires, elle prend aujourd’h (...)

15Si les conflits urbains ne sont plus au cœur d’un grand récit sur le changement social, la question des relations entre les mobilisations de proximité et les formes du politique est très présente dans la littérature latino-américaine. Depuis les années 1970, dans la littérature comme dans les différents contextes urbains latino-américains, la conflictualité urbaine est d’abord liées à la question de l’accès des populations les plus défavorisées, au logement (invasions de terres, demande de régularisation, résistance aux expulsions4) aux infrastructures (routes, accès à l’eau, à l’assainissement, à l’électricité) et aux services urbains (santé, éducation, transports collectifs).

16Les invasions de terre par des groupes organisés de demandeurs de logement concernent souvent des terrains publics ou sur lesquels les pouvoirs publics souhaitent développer un projet. C’était le cas dans les contextes que j’ai pu observer au Mexique dans les années 1980 et 1990 (Melé, 1994) et aussi, par exemple, dans les situations colombiennes étudiées par Gloria Isabel Ocampo (Ocampo, 2003). Les invasions souvent encadrées par des militants ou des leaders prennent la forme de mouvements qui tentent de créer un rapport de forces. L’invasion constitue pour les demandeurs de logement, l’expérience de la construction d’un groupe par l’action collective qui s’impose comme interlocuteur des pouvoirs publics. Cette relation au monde politique se fait par l’intermédiaire d’un leader qui prend en charge différentes formes de médiations et de recherches d’appuis politiques. L’invasion nécessite une coordination, une organisation qui le plus souvent perdure pour obtenir le maintien sur place et la régularisation ou le relogement. Cette organisation fonctionne, le plus souvent, comme base de la consolidation du nouveau quartier, en poursuivant la mobilisation pour obtenir l’introduction des services urbains.

  • 5 Cf. le texte d’Emilio Duhau dans ce numéro (Duhau, 2012) et le récit de cette mobilisation par M. R (...)

17Les relations entre les populations les plus pauvres des villes latino-américaines, les pouvoirs publics et les groupes politiques sont le plus souvent décrites comme marquées par différentes formes de clientélisme. Or, ce vocable est utilisé pour décrire des situations très différentes, plus ou moins coercitives, plus ou moins liées au contrôle et la distribution des ressources de l’Etat, plus ou moins ouvertes. Le conflit peut être pensé comme une rupture avec les relations clientélistes (Auyero, Lapegna et al., 2010). En effet des manifestations d’opposition peuvent éclater avec l’objectif de s’opposer aux ordres locaux contrôlés par les réseaux clientélistes. Par exemple, dans le cas d’une mobilisation contre l’implantation d’un projet immobilier lié à un club de golf à Tepoztlán, bourg rural à proximité de Mexico, une des premières actions des opposants fut d’expulser un leader local qui s’était prononcé pour le projet et de prendre physiquement le contrôle de la municipalité5.

  • 6 « Nous sommes tous leaders » ?
  • 7 Du nom du Parti Révolutionnaire Institutionnel qui dirigea le pays de la révolution jusqu’à l’an 20 (...)

18Pour certains groupes, il est important de se dégager des formes classiques de médiation et de la figure de collectifs soumis au pouvoir d’un leader et de proclamer que « Todos somos lideres »6 (Ocampo, 2003). Le résultat de ce type de mobilisation dans les quartiers périphériques des villes latino-américaine peut être vu comme une forme d’autogestion par leurs habitants des quartiers les plus pauvres (Coulomb, Sánchez Mejorada, 1992). Dans le Mexique priiste7, différents types d’organisations regroupant militants ou chercheurs engagés tentaient de construire dans les quartiers populaires les conditions d’un fonctionnement communautaire comme alternative à l’allégeance au système du Parti révolutionnaire institutionnel (Moctezuma, 1999).

19Toutefois les mobilisations collectives qui s’expriment sous la forme d’un conflit urbain ne sont pas toujours une forme d’action opposée au clientélisme revendiquant l’autonomie des groupes locaux. Il est nécessaire d’analyser les différentes stratégies d’accès aux ressources par des populations pauvres comme fortement inter-reliées. Dans certains cas, les réseaux clientélistes peuvent servir d’appui à des mobilisations locales. Des groupes peuvent se construire comme des interlocuteurs et nouer des alliances avec des forces politiques parce qu’ils ont montré leur capacité de présence dans l’espace public. Plutôt qu’une opposition entre action collective autonome et clientélisme, les nombreux travaux sur les mobilisations pour l’accès au logement ou l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers périphériques des villes latino-américaines illustrent l’existence de relations complexes entre mobilisations locales et médiations politiques qui débouchent sur différentes formes d’échanges, d’allégeance politique dans l’espoir de l’accès à des ressources pour l’amélioration des quartiers. Quels que soient leur profil et leur relation aux pouvoirs politiques, les leaders locaux ont besoin de démontrer leur capacité de mobilisation. Il faudrait dès lors plutôt penser un continuum entre actions collectives et clientélisme qu’une opposition des deux termes.

20Dans le contexte du système de direction politique du PRI qui caractérisa le Mexique pendant de très nombreuses années, le rapport de forces entre groupes capables de démontrer leur capacité de convocatoria, leur ancrage auprès des populations les plus pauvres, constituait une des modalités du système de tensions dynamiques entre groupes politiques. Dans le domaine de la gestion urbaine et patrimoniale, les travaux que j’ai pu réaliser dans les années 1980 et 1990 (Melé, 1994 ; 1998) montraient ainsi que le conflit constituait la forme généralisée de relations entre l’action publique et les populations : au moment du conflit succédait une phase de négociation avec les groupes mobilisés. La gestion négociée des conflits se substituait à la concertation préalable. Ces conflits constituaient pour les groupes mobilisés ou leurs leaders, un moyen de se rapprocher du pouvoir, ou de se construire comme opposition, et d’obtenir une reconnaissance et/ou l’accès aux ressources distribuées par les différents relais du parti hégémonique. En général, une sortie négociée du conflit pouvait être assez rapide, basée sur la grande capacité d’intégration des différents relais du système politique. Certes, il existait aussi des mouvements qui pour construire un ancrage local ou structurer des collectifs locaux, adoptaient la voie de l’opposition en se rapprochant de groupes politiques et de militants. Il n’en reste pas moins que, dans le fonctionnement traditionnel du système du PRI, le conflit constituait un moyen d’intégration des oppositions, une sorte de concertation a posteriori. Cette apparente fonctionnalité du conflit reposait sur une grande capacité du système priiste à négocier et à offrir des contreparties aux opposants.

21Les retours à la démocratie qui se sont généralisés dans la seconde moitié des années 1980 et la progressive ouverture du régime mexicain, ont placé sous le regard des chercheurs la question de la démocratisation, de la décentralisation, du rôle des instances municipales, mais aussi celle de la participation et de la construction de sociétés civiles organisées (Alvarez Enriquez, 2004 ; Zermeño, 2005). Au Mexique, les formes spécifiques de mobilisation liées aux tremblements de terre de 1985 qui ont fortement pesé sur les conditions de la reconstruction ont été analysées comme l’émergence d’une société civile autonome (Melé, 1998), d’autres formes de catastrophes urbaines ont pu être interprétées de la même façon (Reguillo Cruz, 1999).

  • 8 Signalons le rôle de la Fondation Ford, dans l’appui à des recherches sur la démocratisation et la (...)

22Les travaux sur les pouvoirs locaux, le rôle des municipalités8, la possibilité de politiques urbaines plus inclusives, les actions collectives analysées comme expériences démocratiques se sont multipliés. On retrouve dans ces recherches un fort écho des publications sur le rôle des mouvements urbains dans la mise en place de gouvernements locaux démocratiques dans le cadre de la transition espagnole (Borja, 1975 ; 1987). Dans les contextes urbains, les thématiques liées au paradigme de la gouvernance, relayées par la Banque Mondiale (Osmont, 1995), ont aussi conduit à s’interroger sur la place des acteurs non publics, des groupes mobilisés dans la gestion urbaine. Les débats sur le rôle des mouvements de quartier, éventuellement regroupés en associations à l’échelle de la ville ont aussi été reformulés dans les années 1990 par les injonctions à la mise en place de nouvelles modalités d’actions publiques qui remettent en cause les limites entre privé et public, qui valorisent les échanges entre acteurs non-étatiques. Evelina Dagnino souligne les « conjonctions perverses » entre le projet politique de la démocratie participative et les réformes néo-libérales qui ont impulsé dans les années 1990 de drastiques réductions du périmètre d’intervention des Etats latino-américains (Dagnino, 2004) que les militants convertis à l’animation de processus locaux de participation vivent comme un dilemme personnel.

23Certaines recherches tentent de reposer la question du rôle des formes locales de régulation en lien avec celle du pouvoir local et des acteurs pertinents, mais aussi avec celle de la gouvernabilité locale. Le programme coordonné par Mario Bassols qui porte sur l’efficacité de la notion de « régime urbain » (Bassols, 2006) analysa pour la métropole de Monterrey à l’échelle municipale la diversité des contextes municipaux et ce qui pourrait être considéré comme des régimes différents d’opportunités politiques pour les opposants et groupes mobilisés.

  • 9 Parti des travailleurs.
  • 10 Parti de la révolution démocratique, principal parti d’opposition de gauche.

24Plus récemment, et en particulier au Brésil des travaux s’intéressent aux relations entre les groupes mobilisés sur des thématiques urbaines et la généralisation de dispositifs de participations institutionnels. Evolutions qui peuvent impliquer une professionnalisation et une institutionnalisation des relations aux pouvoirs publics qui modifient le rôle des conflits urbains et qui remettent en cause « l’autonomie » des mobilisations collectives. Certains groupes acceptent de modifier leurs répertoires d’action en entrant dans la co-conception de politiques urbaines ou le soutien à des expériences de participation (Dagnino, Tatagiba, 2010) tournées vers l’amélioration de la situation des sous-ensembles urbains dont ils portent les intérêts. Se pose alors, d’une nouvelle façon, la question de leur autonomie par rapport aux pouvoirs locaux et de leur capacité à soutenir à la fois des dispositifs de participation et à maintenir la stratégie du conflit, face aux possibilités de cooptations et d’instrumentalisation. Les carrières de militants locaux peuvent prendre la forme, de l’entrée en politique au côté des partis de gauche arrivant au pouvoir local ou national (PT9 au Brésil ou PRD10 au Mexique), mais aussi celle de la professionnalisation dans les nouvelles instances. Dans le contexte brésilien certains auteurs évoquent « l’ONGisation » des mouvements sociaux (ibid.)

25Or, les dispositifs de concertation mis en place constituent des « espaces de conflits »(Dagnino, Tatagiba, 2010) de nouvelles scènes d’expression des oppositions, mais aussi des opportunités de nouer des relations personnelles entre les représentants des groupes mobilisés et les acteurs politiques. La question principale de recherche devenant alors celle des relations entre « société civile » et « société politique » à condition d’accepter de penser les choses en termes d’hybridation et de sortir des visions normatives sur l’autonomie des mobilisations locales (Dagnino, Tatagiba, 2010).

26Dans le contexte de la redéfinition du rôle de l’Etat dans l’Amérique Latine des années 1980 et 1990, les mouvements urbains revendiquent aussi une conception ample de la citoyenneté qui dépasse le simple droit de vote, et inclut des droits à l’accès aux infrastructures et services urbains, ainsi que des droits complexes (Dagnino, 2005) constitutifs d’un « droit à la ville » que les groupes mobilisés définissent aussi comme la reconnaissance de leur droit à participer aux débats sur le devenir des espaces urbains. Certains auteurs analysent l’évolution des objectifs des conflits urbains comme le passage de luttes directement liées à l’accès aux logements à des conflits qui concernent les modalités de régulation de l’ordre urbain (Renna Gallano, 2008). Les mobilisations urbaines permettraient donc la constitution d’une « nouvelle » forme de citoyenneté, citoyenneté élargie définie comme le droit à avoir des droits et comme la capacité à se constituer en sujet politique (Dagnino, 2004), c’est-à-dire à sortir de l’exclusion et de la sous-intégration urbaine. Les conflits urbains peuvent donc être analysés comme des moments d’action collective se traduisant par une mise en capacité des groupes mobilisés, par un empowerment et par une plus grande capacité d’action. Cependant, il faut rappeler que les capacités de prise sur les situations concrètes peuvent être très différentes d’un contexte à l’autre, comme leurs effets sur les groupes qui tentent de s’organiser. Dans de nombreux cas, il faut relativiser le récit de l’accès à la citoyenneté et de l’éveil de la conscience participative liés aux mobilisations sur des enjeux de proximité et rappeler avec Daniel Levine et Catalina Romero (2004) que des moments de disempowerment peuvent succéder à des moments de mobilisation, les leaders peuvent s’épuiser, les individus mobilisés souvent pendant une longue période reprendre une vie centrée sur le groupe familial.

Conflits environnementaux et espaces urbains

27Aujourd’hui, les débats sur l’évolution de la conflictualité urbaine recoupent les travaux sur l’émergence et la généralisation de conflits environnementaux. En Amérique Latine comme ailleurs, le renforcement de l’effectivité des politiques environnementales est étroitement liée à des situations de crises et de conflits. Non seulement les catastrophes et les conflits fortement médiatisés contribuent à la construction des questions environnementales comme problème public et se traduisent souvent par des modifications des législations (Azuela, 2006 ; Merlinsky, 2009), mais les mobilisations sur des thématiques environnementales s’appuient sur les évolutions du droit (Bassols, Melé, 2001), qui avec des temporalités et des modalités différentes selon les contextes nationaux intègrent les principes construits au sein des instances internationales et en particulier le droit à l’information.

28Les nuisances, pollutions et risques liés à l’imbrication entre activités artisanales et industrielles, d’une part, et, d’autre part, les espaces résidentiels sont des thématiques très sensibles au niveau local. Dans le contexte latino-américain, ces situations sont exacerbées par les formes spécifiques de l’urbanisation, la pression de la croissance urbaine et la faible effectivité des dispositifs de contrôle de la localisation des activités. Ces questions, théoriquement du ressort des documents de planification urbaine, ne sont le plus souvent traitées par les nouvelles réglementations environnementales que sous la forme de normes et de dispositifs du contrôle des activités. Or, les autorités environnementales - au niveau local ou national - reçoivent de nombreuses plaintes et protestations concernant les pollutions ou les risques auxquels sont soumises les populations résidant à proximité des activités. Il s’agit non seulement de la question des activités industrielles mais aussi, dans le contexte de la généralisation d’espaces consolidés multifonctionnels, qui constituent une part importante du tissu urbain des villes latino-américaines, de micro-conflits engendrés par des usages non résidentiels (pollution des petits ateliers dispersés dans le tissu urbain, bruits de voisinage, trafic automobile). Ces situations ne concernent pas seulement les quartiers populaires, mais tous les types d’espaces urbains marqués par la plurifonctionnalité ou la menace d’une diversification des activités. Ces mobilisations peuvent prendre la forme d’une demande de plus grande efficacité des zonages instaurés par les plans urbains. Pour le cas chilien, Luis Lecannalier a souligné la contradiction qui peut exister entre la plus grande prise de la planification sur les villes chiliennes, la réduction du déficit de logement, l’amélioration de l’offre de services et l’accroissement des demandes et des conflits liés à l’efficacité de la planification urbaine (Lecannelier, 2006).

29En cas d’accidents ou de pollutions avérées ces situations peuvent se traduire en conflits dans lesquels des résidents tentent de peser sur les autorités locales. Quels que soient les arrangements institutionnels nationaux, les municipalités constituent la première instance vers laquelle les populations se tournent. On a pu montrer que même sans compétences réelles les municipalités s’autosaisissent des questions affectant la santé des populations (Melé, 2002). Ces thèmes politiquement très sensibles peuvent, d’une part, se traduire par des déclarations d’hommes politiques locaux qui se portent garants de « droits fondamentaux à la santé » et remettent en cause le fonctionnement de l’ordre juridique environnemental et, d’autre part, produire des conflits entre niveaux de pouvoirs.

30Le plus souvent, en dehors de certaines pollutions avérées ou crises environnementales localisées fortement médiatisées, les groupes mobilisés sur des questions de qualité de leur environnement ont de grandes difficultés à accéder aux espaces publics médiatiques et à peser sur les modalités de l’organisation des espaces urbains. Il semble en effet plus facile d’organiser des mobilisations contre de nouveaux projets d’implantations d’activités que contre des activités existantes. Ces mobilisations peuvent donner lieu à la constitution de coalitions locales dans lesquelles des résidents mobilisés peuvent trouver l’appui des autorités municipales, de groupes de militants environnementaux et ou d’universitaires spécialistes de la question environnementale. Il semble plus facile d’enrôler des environnementalistes lorsque des espaces à forte valeur environnementale sont menacés par des projets, les mobilisations peuvent alors prendre la forme de demandes de l’instauration de protections juridiques (Azuela, 2006).

31On retrouve ces phénomènes dans d’autres contextes, mais en Amérique Latine, l’ampleur des inégalités environnementales rend particulièrement visible le paradoxe entre la multiplication de mobilisations qui réussissent à bloquer de nouveaux projets - pourtant soumis aux nouvelles procédures d’évaluation des impacts environnementaux - et le maintien de situations de pollutions et de nuisances avérées affectant en particulier des quartiers populaires. Dans le domaine des conflits liés à la construction de nouvelles infrastructures de gestion des déchets, en Amérique Latine comme ailleurs, les nouveaux projets qui tentent de mettre en place une gestion contrôlée des déchets urbains et industriels (Ugalde, 2008) sont soumis à des mobilisations des populations locales qui peuvent conduire au blocage des politiques de gestion des déchets alors même que les mobilisations contre des décharges clandestines ou contre les impacts de la sur-utilisation des infrastructures existantes ont beaucoup plus de mal à être prises en compte par les pouvoirs publics et à recevoir l’appui des associations environnementales.

32Il faut signaler aussi l’importance des conflits liés à l’accès à l’eau, à la mise en place des infrastructures de distribution, aux besoins en approvisionnement des espaces urbains (Castro, 2007 ; Mussetta, 2010) mais aussi aux modalités de gestion et d’utilisation des eaux usées (Cirelli, 2006). Pour les populations des quartiers les plus pauvres, la question de l’accès à l’eau constitue la première priorité, les mobilisations sont très actives dans l’objectif d’obtenir l’introduction des réseaux ou la mise en place d’une distribution efficace, mais aussi pour protester contre la mauvaise qualité des services d’eau, pour dénoncer des faits de corruptions, les prix et les comportements des prestataires de services (Castro, 2006).

33Au total, les situations de conflit dans lesquelles des groupes s’opposent à l’implantation de nouvelles activités susceptibles de générer des pollutions, des risques ou des nuisances environnementales semblent se multiplier. Celles-ci ne sont pas strictement urbaines, même si elles concernent des activités liées à l’urbanisation (implantations industrielles, infrastructures de transports, décharges...). Prenant souvent la forme de mobilisations dans lesquelles des groupes locaux en situations périurbaines ou rurales se déclarent menacés par l’urbanisation ou de nouvelles activités, ces conflits ont pu être conceptualisés comme l’émergence d’un « environnementalisme des pauvres » (Martinez-Alier, 2002). En effet, ces luttes pour la sauvegarde des communautés locales affectées par des projets sont aussi des tentatives pour préserver la qualité de l’environnement d’espaces non urbanisés. Celles-ci sont marquées par des revendications en termes de justice environnementale mais aussi par une dimension de mobilisation « anti-globalisation », contre les investissements étrangers et de luttes contre les politiques libérales de privatisation de services urbains qui peuvent prendre la forme de réduction de la place de l’Etat par décentralisation (Seoane, Taddei et al., 2006 ; de Gouvello, 2001). Ce type de conflits peut mobiliser autour de questions environnementales des militants de groupes de gauche ou d’extrême gauche, reposant à nouveau frais la question de la convergence des luttes et de la place des conflits territoriaux dans l’émergence des mouvements sociaux (Svampa, 2011). A partir des chronologies des mobilisations réalisées par l’Observatoire social d’Amérique Latine, Mario Unga a pu mettre en évidence, pour le cas de l’Equateur, un continuum entre différentes formes de mobilisation (Unda, 2004).

34Or, les villes latino-américaines sont aussi marquées par ce qui pourrait être appelé un « environnementalisme des riches » : les habitants des secteurs les plus valorisés de la périphérie urbaine peuvent se mobiliser contre l’urbanisation d’espaces « naturels » dont ils tentent de s’assurer une jouissance exclusive. Les résidents de lotissements de classes aisées peuvent demander la mise en place de protections juridiques de sous-ensembles spatiaux de la périphérie urbaine pour limiter la construction de nouveaux lotissements ou empêcher l’occupation des certains espaces par des filières d’urbanisation populaires. Ces conflits ne sont ici qu’une des formes que prennent les tentatives d’appropriation des qualités de certains espaces par des groupes aisées qui dans de nombreux contextes ont la capacité de peser en amont sur les modalités d’organisation des espaces urbains.

Analyser les effets des conflits de proximité

  • 11 Voir le compte rendu de cet ouvrage p. 14.
  • 12 Certains travaux peuvent analyser les formes d’occupation de l’espace public par des mouvements pol (...)
  • 13 En particulier les « émeutes de la faim » en Argentine en 2001 (Auyero et Mahler 2011).

35Ce texte d’introduction n’a pas pour objectif un bilan exhaustif des travaux sur les conflits urbains en Amérique Latine, nous n’avons pas évoqué ici la question des conflits liés à la diffusion des valeurs patrimoniales (Melé, 2010), aux usages des espaces publics (Duhau et Giglia, 200811), à la fermeture de sous-ensembles urbains ou les mobilisations pour préserver la quiétude résidentielle des quartiers de classes moyennes. Nous n’avons pas traité non plus des formes particulières de présence dans l’espace urbain des mobilisations sociales ou politiques12 ni de la question des émeutes urbaines13.

36Nous avons choisi d’insister sur ce qui semble une tendance non pas totalement spécifique mais particulièrement marquée dans le contexte latino-américain, celle d’une certaine « sur-interprétation » des conflits. En effet, de nombreux travaux tentent de replacer les situations de conflits dans des cadres d’analyses macro-sociales sur le changement social, sur les dynamiques urbaines, sur la socialisation politique des populations ou sur la nouvelle place de la question environnementale. Un des effets de ce sur-investissement théorique des situations concrètes est de rendre possible des travaux qui considèrent les conflits comme des symptômes de mutations qu’ils permettraient de révéler. Mais dans le même temps, ces textes qui adoptent plus ou moins explicitement des positions normatives définissent des conditions qui le plus souvent ne sont pas confirmées par les études empiriques, tendent à conclure sur l’incomplétude des actions collectives de proximité étudiées et, paradoxalement, à diffuser une vision pessimiste des mobilisations.

37Ce numéro de Géocarrefour postule l’intérêt d’une étude des conflits qui s’éloigne de ces positions normatives sans se focaliser simplement sur les formes de l’action. C’est le sens de la problématique proposée par ce numéro, sur la productivité des situations de conflit ; trois entrées centrées sur la productivité territoriale, juridique et politique des conflits de proximité ont été privilégiées. Les cinq textes ici regroupés se positionnent de manières différentes sur la question des effets des situations de conflits :

38D’abord, le texte d’Emilio Duhau (2012) réalise pour le contexte mexicain un bilan des débats sur cette question et propose une typologie des conflits. Il distingue les conflits urbains de proximité - définis ici comme portant sur les usages de l’espace proche -, des conflits environnementaux, de ceux liés au patrimoine et de ceux qui concernent les rapports entre les communautés et le territoire. Cet auteur propose une réflexion à partir de quatre exemples emblématique de certaines configurations de conflits au Mexique :

  • l’opposition des résidents d’un lotissement de classe moyenne à un grand projet urbain à Guadalajara ;

  • le conflit porté par des associations environnementalistes mobilisées contre l’installation d’un circuit de course automobile sur les terrains du parc Fundidora à Monterrey ;

  • l’opposition d’habitants, de petits commerçants et d’associations de protection du patrimoine à l’installation d’une grande surface à proximité du site archéologique de Teotihuacan ;

  • l’opposition des résidents d’un bourg rural proche de Mexico, Tepoztlán, à l’implantation d’un projet immobilier lié à un club de golf.

39Ensuite, Angela Giglia (2012) analyse les relations conflictuelles entre un ancien village, San Andrés Totoltepec en périphérie de la ville de Mexico, et les nouveaux habitants qui pour stabiliser leur implantation dans un espace naturel valorisé ont construit une enclave résidentielle de luxe (Tlapuente) caractérisée par un discours sur la protection des forêts menacées par l’urbanisation. Les relations entre les habitants du village et ceux de l’enclave « écologique » sont marquées par des moments de tensions et de conflits qui permettent de mettre en évidence différentes formes de transaction autour de l’occupation et de la représentation du territoire. La dimension juridique est ici particulièrement présente car les habitants de Tlapuente ont réussi à utiliser à leur faveur une figure de planification urbaine participative pour construire un zonage ségrégatif qui rend illégitimes les usages traditionnels des espaces concernés. Malgré l’ouverture d’un processus de concertation, les habitants du village n’ont pu obtenir une modification de la situation. Ce texte illustre une des caractéristiques de l’urbanisation mexicaine qui, pour Angela Giglia, est marquée par la volonté des autorités publiques de ne pas intervenir sur l’ensemble des usages de l’espace mais de laisser faire les acteurs locaux ce qu’ils peuvent avec l’espace, ce qui favorise les acteurs dotés des ressources les plus importantes.

40Toujours au Mexique, mais dans le contexte des développements touristiques de la Riviera Maya, Clément Marie Dit Chirot (2012) analyse à Playa del Carmen les mobilisations locales pour l’accès au logement et les compétitions pour l’usage du sol dans un contexte de forte pression foncière et d’intense spéculation immobilière. Ce texte met en évidence les différentes configurations locales produites par les situations de conflit et les modalités complexes et instables de relations entre les groupes à l’origine d’une « invasion » de terrains et les milieux politiques locaux. La question des controverses sur la définition de la propriété et les qualifications juridiques du territoire est ici particulièrement présente. Les entretiens font apparaître une faible confiance dans le droit et les tentatives des groupes mobilisés de maintenir un rapport de forces avec les autorités locales, alors que leur position est remise en cause par les projets de revalorisation du quartier. Dans ce contexte particulier de dynamique urbaine rapide, la place des conflits dans la production de la ville est liée à ce qui est appelé ici, le caractère incertain et mouvant des antagonismes et des alliances.

41Betânia Alfonsin, Marcelo Cafrune et Lucas Konzen (2012), à partir d’un cas brésilien à Porto Alegre, étudient les tentatives des résidents pauvres, implantés illégalement sur des terrains publics pour mobiliser la société locale pour la préservation du Morro Santa Teresa, espace non urbanisé menacé par un projet immobilier rendu possible par la proximité d’un des stades qui sera utilisé par la coupe du monde de football 2014. La mobilisation prend ici la forme d’une alliance entre les habitants pauvres, des syndicats et des associations de protection de l’environnement. Le conflit a produit ici une (re)signification d’un espace à partir de l’identification des qualités qui rendent possible sa défense. D’une certaine façon, c’est la mobilisation locale qui a permis de produire un attachement territorial. C’est aussi le conflit qui permet de doter la notion de bien public d’un effet juridique, de rendre actif un droit à la participation et de mettre en pratique la notion de « droit au logement » intégrée dans la législation urbaine brésilienne. Le cas du Morro de Santa Teresa serait donc un moment où un « droit nouveau émerge » sur la base de la remise en cause des valeurs portées par l’ancien ordre juridique. Ce texte montre comment des projets urbains alternatifs et les représentations des espaces urbains sont le résultat d’actions collectives et de la mise en débat contradictoire du devenir de sous-ensemble urbains. La situation analysée à Porto Alegre a créé les conditions qui ont permis à l’espace enjeu de devenir support de nouvelles territorialités à partir de la diffusion de représentations susceptibles de susciter l’adhésion et l’attachement.

42Enfin, Maria Gabriela Merlinsky (2012) analyse le conflit lié à la fermeture d’une décharge à Villa Dominica comme un moment de construction de la gestion des déchets comme problème public dans l’agglomération de Buenos Aires. Cette décharge a été fermée en 2004 suite aux nombreuses mobilisations des riverains qui maintiennent des revendications concernant les effets d’un projet de requalification et de valorisation immobilière de l’espace occupé par la décharge. Ce texte analyse les effets des conflits en ce qui concerne la formation d’espaces publics intermédiaires, la construction de connaissances environnementales, les processus de territorialisation et la productivité institutionnelle. En ouvrant le débat sur les effets de la localisation des décharges contrôlées à proximité des espaces résidentiels des populations les plus pauvres et sur la redistribution des effets positifs lorsque ces mêmes espaces deviennent objets de spéculations immobilières, la situation analysée permet aussi d’introduire une discussion sur la question de la justice environnementale en milieu urbain.

43Les auteurs des textes présentés ici ont tous accepté l’impératif de description fine des situations et de focaliser l’analyse sur la question des effets et de la productivité des conflits de proximité comme façon de saisir, au plus près des expériences des acteurs mobilisés, les débats et controverses sur le devenir des espaces urbains des villes latino-américaines. 

Haut de page

Bibliographie

ALONSO J. (éd.), 1980, Lucha urbana y acumulación de capital, México, Ediciones de la Casa chata, CIESAS, 485 p.

ALVAREZ ENRIQUEZ L., 2004, La sociedad civil en la ciudad de México, actores sociales, oportunidades políticas y esfera pública, México, Plaza y Valdés UNAM, 270 p.

AUYERO J., LAPEGNA P., PAGE POMA F., 2010, Contestation et patronage : intersections et interactions au microscope Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n°2, p. 71-99.

AUYERO J., MAHLER M., 2011, Relations occultes et fondements de la violence collective Politix, vol. 1, n°93, p. 115-139.

AZUELA A., 2006, Visionarios y pragmáticos: Una aproximación sociológica al derecho ambiental, México, IIS/UNAM, 537 p.

BASSOLS M., MELÉ P. (éd.), 2001, Medio ambiente, ciudad y orden jurídico, México, UAM, Miguel Angel Porrua, 420 p.

BASSOLS M. (éd.), 2006, Explorando el régimen urbano en México. Un analisis metropolitano, Colegio de la Frontera Norte, 326 p.

BETANIA A., CAFRUNE M., KONZEN L., 2012, « Le Morro est à nous » : les dimensions d’un conflit urbain à Porto Alegre, Brésil, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 47-55

BORJA J., 1975, Movimientos sociales urbanos, Buenos Aires, Ediciones Siap-Planteos, 122 p.

BORJA J., 1987, Descentralización del estado: movimiento social y gestión local, Santiago, Flacso, 401 p.

BOUBA-OLGA O., CARRINCAZEAUX C., CORIS M., 2008, Avant-propos, La proximité 15 ans déjà, Revue d’Économie Régionale & Urbaine, vol. 3, p. 279-287.

CASTELLS M., 1972, La question urbaine, Paris, F. Maspero, 451 p.

CASTELLS M., 1983, The city and the grassroots : a cross-cultural theory of urban social movements, London, E. Arnold, Berkeley, University of California Press, 450 p.

CASTRO J. E., 2007, El estudio interdisciplinario de los conflictos por el agua en el medio urbano: una contribución desde la sociología, Cuadernos del CENDES, n°066, p. 21-46.

CASTRO J. E., 2006, Urban conflicts over water in Mexico: A theoretical and empirical exploration, in Urban water conflicts An analysis of the origins and nature of water-related unrest and conflicts in the urban context, Paris, UNESCO Working series, p. 71-90.

CASTRO J. E., 2007, El estudio interdisciplinario de los conflictos por el agua en el medio urbano: una contribución desde la sociología, Cuadernos del CENDES, n°066, p. 21-46.

CIRELLI C., 2006, Environnement et pratiques agricoles à risque aux marges des villes mexicaines, Thèse de géographie, Université de Paris 8, 436 p.

COMBES H., 2010, Camper au cœur du pouvoir. Le planton post-électoral de 2006 à Mexico, Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n°2, p. 53-70.

COULOMB R., SÁNCHEZ MEJORADA C. F., 1992, Pobreza urbana, autogestión y política, México, Centro de la vivienda y estudios urbanos, 254 p.

DAGNINO E., TATAGIBA L., 2010, Mouvements sociaux et participation institutionnelle : répertoires d’action collective et dynamiques culturelles dans la difficile construction de la démocratie brésilienne, Revue internationale de politique comparée, vol. 17, n°3, p. 167-185.

DAGNINO E., 2004, ¿Sociedade civil, participação e cidadania: de que estamos falando?, in Políticas de ciudadanía y sociedad civil en tiempos de globalización, Caracas, Daniel Mato, p. 95-110.

DAGNINO E., 2005, Meanings of citizenship in latin America, Brigton, Institute of Development Studies, Working paper 258, 33 p.

DUHAU E., 2012, Les conflits de proximité au Mexique : entre mobilisation de rue et mobilisation du droit, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 15-25.

DUHAU E., GIGLIA A., 2008, Las reglas del desorden: habitar la metrópoli: la ciudad de México a principio del siglo XXI, México, Siglo XXI, UAM Azcatpozalco, 576 p.

ESCOBAR A., ALVAREZ S. E. (éd.), 1992, The Making of Social Movements in Latin America : identity, strategy, and democracy, Boulder (Colo.), Westview Press, 383 p.

FILLIEULE O., MATHIEU L., PÉCHU C., 2009, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, 651 p.

GIGLIA A., 2012, Coexistence conflictuelle aux portes de la ville de Mexico : un ancien pueblo et une enclave sécurisée, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 27-36.

GOIRAND C., 2010, Penser les mouvements sociaux d’Amérique latine, Revue française de science politique, vol. 60, n°3, p. 445-466.

GOUVELLO B., 2001, Les services d’eau et d’assainissement en Argentine à l’heure néolibérale, Villes et entreprises, Paris, L’Harmattan, 240 p.

KIRAT T., TORRE A., 2008, Territoires de conflits: Analyses des mutations de l’occupation de l’espace, Paris, L’Harmattan, 325 p.

LECANNELIER L. E. B., 2006, Del conflicto a la oportunidad: participación ciudadana en el desarrollo urbano, Urbano, n°014, p. 14-19.

LEVINE D., ROMERO C., 2004, Movimientos urbanos y desempoderamiento en Perú y Venezuela, América Latina Hoy, 2004, n°036, p. 47-77.

MARIE DIT CHIROT C., 2012, La ville négociée. Flux et reflux dans une mobilisation locale pour l’accès au logement à Playa del Carmen, Mexique, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 37-46.

MARTINEZ-ALIER J., 2002, The environmentalism of the poor, in, World summit on sustainable development, The Political Economy of Sustainable Development: Environmental Conflict, Participation and Movements, Johannesburg, University of Witwatersrand, 56 p.

MELÉ P., 1994, Puebla urbanización y políticas urbanas, México, Universidad Autónoma de Puebla, Universidad Autónoma Metropolitana, Azcatpotzalco, 229 p.

MELÉ P., 1998, Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 324 p.

MELÉ P., 2002, "Paradigme environnemental et action publique urbaine à Monterrey" (Mexique), in DORIER-APRILL E., JAGLIN S. (eds.), Gérer la ville: entre global et local, Cahiers de l’IRD, vol. 21, p. 41-54.

MELÉ P., 2003, Conflits urbains pour la protection de la nature dans une métropole mexicaine, in MELE P., LARRUE C., ROSEMBERG M., Conflits et territoires, Tours, PUFR, p. 103-120.

MELÉ P., 2011, Transactions territoriales : patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, Tours, PUFR, 213 p.

MELÉ P., LARRUE C., ROSEMBERG M., 2003, Conflits et territoires, Tours, PUFR, 224 p.

MELUCCI A., 1999, Acción colectiva, vida cotidiana y democracia, Mexico, El Colegio de Mexico, 260 p.

MERLINSKY G., 2009, Au-delà du rivage: La construction sociale et politique de la question environnementale en Argentine. Etude de deux conflits environnementaux : l’installation d’usines de pâte à papier sur le rio Uruguay et l’assainissement du bassin Matanza-Riachuelo, Thèse de doctorat, géographie et sociologie, Paris 8 et Buenos Aires, 348 p.

MERLINSKY G., 2012, Crises des déchets à Buenos Aires Une analyse de la productivité du conflit environnemental lié à la fermeture de la décharge contrôlée de Villa Domínico, Géocarrefour, vol. 87, n°1, p. 57-66.

MOCTEZUMA P., 1994, El movimiento urbano popular mexicano, Nueva Anthropologia, vol.  VI, n°24, p. 61-85.

MOCTEZUMA P., 1999, Despertares, comunidad y organización urbano popular en México, 1970-1994, Universidad Iberoamericana, México, UAM, 599 p.

MUSSETTA P., 2010, Los Conflictos por Agua en América Latina, Mexico, CEPI.

OCAMPO G. I., 2003, Urbanización por invasión. Conflicto urbano, clientelismo y resistencia en Córdoba (Colombia), Revista Colombiana de Antropología, p. 237-271.

OSMONT A., 1995, La Banque mondiale et les villes: Du développement à l’ajustement, Paris, KARTHALA, 318 p.

PARRA M. A., 2005, La construcción de los movimientos sociales como sujetos de estudio en América Latina, Athenea Digital, n°008, p. 72-94.

REGUILLO CRUZ R., 1999, La construcción simbólica de la ciudad, Sociedad, desastre y comunicación, Guadalajara, ITESO, 497 p.

RENNA GALLANO H., 2008, (Vi)viendo la Lucha por la Ciudad: Actores y Conflictos Urbanos en América Latina y en la Ciudad de Santiago Chile, Sur, Documento de Trabajo, s/p.

ROSAS M., 1997, Tepoztlán crónica de desacatos y resistencia, México, Era, 147 p.

SÉNÉCAL G., 2005, Conflits de proximité et coopération, une géographie des acteurs et des interactions sociales, Cahiers de géographie du Québec, vol. 49, p. 277-285.

SEOANE J., TADDEI E., ALGRANATI C., 2006, Las nuevas configuraciones de los movimientos populares en América Latina, in Política y movimientos sociales en un mundo hegemónico. Lecciones desde África, Asia y América Latina, Buenos Aires.

SVAMPA M., 2011, Néo-«développementisme» extractiviste, gouvernements et mouvements sociaux en Amérique latine, Problèmes d’Amérique latine, vol. 81, n°3, p. 101-127.

TILLY C., TARROW S., 2008, Politique(s) du conflit, Paris, Presses de Science Politique, 396 p.

TORRE A., 2009, Retour sur la proximité géographique, Géographie, économie, société, vol. 11, p. 63-75.

TOURAINE A., 1973, Production de la société, Paris, Fayard, 542 p.

TOURAINE A., 1988, La parole et le sang : politique et société en Amérique Latine, Paris, Odile Jacob, 532 p.

UGALDE V., 2008, Los residuos peligrosos en México: el estudio de la política pública a través del derecho, México, D.F., El Colegio de México, 526 p.

UNDA M., 2004, El nuevo rostro de la conflictividad urbana en Ecuador, in El rostro urbano de América Latina, Buenos Aires, p. 59-73.

VALLADARES L., PRATES CUELHO M., 1995, La investigación urbana en América Latina. Tendencias actuales y recomendaciones, (Gestión de las transformaciones sociales MOST, Documentos de debates N 4) Paris, UNESCO, 39 p.

ZERMEÑO S., 2005, La desmodernidad mexicana y las alternativas a la violencia y a la exclusión en nuestros días, México, Océano, 361 p.

Haut de page

Notes

1 Projet « Conflits de proximité et dynamiques urbaines (Canada, Mexique, France) » coordonné par l’équipe Construction politique et sociale des territoires de l’UMR CITERES et soutenu par le programme ANR SHS « Conflit, guerre(s) et violence », avec la participation de chercheurs de l’INRS, urbanisation, culture, société, Montréal, de l’Institut de recherche sociale de l’UNAM et de la UAM Azcatpozalco et Iztapalapa (Mexico).

2 Cf. par exemple Alonso, 1980.

3 Dont la question des occupations illégales et des invasions en Amérique Latine à partir d’études de cas au Mexique, au Pérou et au Chili.

4 Cette question n’est pas seulement liée aux pratiques de régimes autoritaires, elle prend aujourd’hui des formes nouvelles dans un contexte de spéculation et de valorisation foncière.

5 Cf. le texte d’Emilio Duhau dans ce numéro (Duhau, 2012) et le récit de cette mobilisation par M. Rosas (1997) et une analyse de ce conflit Melé (2011).

6 « Nous sommes tous leaders » ?

7 Du nom du Parti Révolutionnaire Institutionnel qui dirigea le pays de la révolution jusqu’à l’an 2000, à partir des années 1980 des partis d’opposition ont pu accéder à des gouvernements municipaux.

8 Signalons le rôle de la Fondation Ford, dans l’appui à des recherches sur la démocratisation et la décentralisation.

9 Parti des travailleurs.

10 Parti de la révolution démocratique, principal parti d’opposition de gauche.

11 Voir le compte rendu de cet ouvrage p. 14.

12 Certains travaux peuvent analyser les formes d’occupation de l’espace public par des mouvements politiques (Combes 2010).

13 En particulier les « émeutes de la faim » en Argentine en 2001 (Auyero et Mahler 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Melé, « Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 3-13.

Référence électronique

Patrice Melé, « Pour une géographie des conflits urbains de proximité en Amérique Latine », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 17 octobre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8630

Haut de page

Auteur

Patrice Melé

Université François Rabelais, département de géographie UFR Droit et Sciences Sociales, MSH, 33 allée Ferdinand de Lesseps BP 60449 37 204 Tours Cedex 03 http://citeres.univ-tours.fr http://www.univ-tours.fr/mele patrice.mele@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page