Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Jean-François Berger (coord.), Des climats et des hommes

André Buisson
p. 87
Référence(s) :

BERGER J.-F. (coord.), 2012, Des climats et des hommes, Paris, Coédition La Découverte-Inrap, 496 p

Texte intégral

1L’ouvrage présenté par Jean-François Berger regroupe les contributions de 41 auteurs autour du thème de l’interaction « Climats-Homme ». Sur presque 500 pages, organisées dans un ordre chronologique, ces 31 communications classées en 5 parties, détaillent, chacune suivant sa spécialité géographique ou historique, la relation entre l’homme et le climat entre l’ère tertiaire et le 21è siècle. Dans quels buts ? Le premier but de cet ensemble d’études est certainement de montrer que notre Terre subit un réchauffement climatique, contre lequel notre société ne fait que s’entredéchirer sur les réponses à ne pas apporter… et le plus tard possible !, pour le ralentir voire le stopper; le second est, afin de donner une leçon de conduite aux hommes d’aujourd’hui, de reconstituer l’histoire du climat : celle-ci montre qu’à chaque changement climatique a correspondu une révolution dans l’histoire de l’homme ; accessoirement, à chaque changement climatique a souvent correspondu un changement radical dans les modes de vie, voire une remise en question de la survie d’une espèce humaine. Enfin, les actes de ce colloque le démontrent, le climat, objet d’étude des « climatologues », est devenu le terrain des historiens (Le Roy Ladurie), des géographes, des archéologues, des géologues, des glaciologues et ainsi est née une science pluridisciplinaire dont les résultats sont désormais accessibles à tous. La leçon de ces études est que les sociétés humaines sont fragiles face aux évolutions environnementales. L’homme est-il le produit de l’environnement, comme le soutient Y. Coppens dans son avant-propos en réitérant son hypothèse de « l’East side Story » ?La longue introduction de J.-F. Berger pose comme postulat que « la connaissance des climats du passé est un enjeu pour l’avenir » ; il rappelle rapidement les grandes étapes de l’histoire du climat, depuis le réchauffement global et le maximum thermique du Paléocène-Eocène (- 55 M années) jusqu’au début des cycles glaciaires (- 3 M années) et l’importance de l’étude des carottes glaciaires, sortes de mémoire des climats de la terre. Il évoque également la question des « déterminismes » : doit-on évoquer un déterminisme climato-environnemental, alors qu’on a combattu l’idée du « déterminisme géographique » ? Peut-on être « climato-sceptique », alors que les enjeux sont phénoménaux ? Le risque de conflit lié à l’eau serait considérable pour une hausse de 2 à 3°C (Moyen-Orient, régions deltaïques), la force et la fréquence des tempêtes et des ouragans seraient renforcées (USA), l’extension des maladies infectieuses liée à la croissance de la densité des moustiques et à la multiplication des canicules engendrerait des crises sanitaires majeures (à l’exemple de celle de 2003)… ?

2Comme nous l’avons dit, les contributions sont classées par ordre chronologique, des temps les plus anciens vers la période contemporaine, mais plutôt que de passer en revue chacun des articles de cet ouvrage, essayons d’en tirer les éléments directeurs.

3Tout d’abord, les enseignements portent sur des questions de méthode : en débutant par les époques les plus reculées (ici, l’ère tertiaire), les chercheurs font appel aux leçons des carottes glaciaires de plus en plus profondes de l’Antarctique (sur le dôme C, 3200 m de forage correspondent à 800 000 ans d’histoire du climat mondial) et maintenant du Groenland : chaque phase d’augmentation de la teneur en CO2 de la glace est un signe de réchauffement climatique. Le premier apport de ces mesures est celui de l’instabilité du climat : sur les derniers 800 000 ans, plus de 74 événements de réchauffement abrupt puis de refroidissement ont été notés et la dernière période, l’Holocène, est une période globalement « chaude », marquée par plusieurs phases de refroidissement séculaire dont celle de –8200 ans (en lien avec l’épanchement du lac Agassiz dans l’océan Atlantique). Mais l’enseignement des glaciers ne s’arrête pas à celui des carottages effectués : la « résurrection » d’Otzi (l’homme des glaces découvert en 1991), la réapparition d’objets perdus à l’Âge du Bronze dans les Alpes suisses, montrent que la fonte des glaces enregistrée depuis cent ans est la plus forte constatée depuis l’enfouissement de ces témoins d’un autre âge. Plus encore, l’examen des illustrations, gravures et photographies de ces mêmes glaciers depuis 300 ans montre que leur recul atteint des niveaux encore jamais atteints.

4En croisant ces études avec d’autres, et particulièrement avec ce que l’on appelait, naguère, les sciences auxiliaires de l’histoire, comme la palynologie, sur des sites ayant hébergé des pré-hominidés (site de Dmanissi, Géorgie) et dans la tourbière du marais de Dourges (Hénin-Beaumont), puis avec celles de la dendrochronologie (forêt de Fontainebleau), les archéologues et historiens complètent leur documentation sur les paléo-environnements. Dendrochronologie, datation C14 et études de stratigraphies alluviales permettent une nouvelle analyse des rythmes torrentiels et de la fréquence des phases érosives (dans le Sud-Est de la France, dans la vallée du Rhône sur les sites de Lyon et de Vienne…). Les méthodes physico-chimiques sont employées pour l’étude du taux d’érosion des sols. Avec l’étude des archives écrites, pour les périodes plus récentes, et notamment grâce à l’examen des dates de vendanges en Bourgogne, ils précisent les effets complexes des évolutions locales et rapides du climat sur les populations : stress, épidémies, famines, qui occasionnent des révoltes populaires locales ou généralisées (souvenons-nous des cris de révolte des femmes de Paris assiégeant Versailles et réclament du pain)… La fréquence des éruptions volcaniques depuis le 18ème siècle montre également ses liens avec les bouleversements climatiques, depuis l’année 1783 durant laquelle se sont déchaînés l’Etna, le Stromboli, le Vésuve, le Laki et l’Asama : les effets de ces éruptions, différents selon leur position sur la Terre, se sont manifestés pendant deux ou trois ans. Logiquement, grâce à la multiplication des sources et à leur croisement, l’étude du climat aux époques les plus récentes est de plus en plus précise et détaillée (4ème partie : le Petit optimum médiéval et le Petit âge glaciaire).

5Au plan de la géographie humaine, les dernières découvertes montrent des avancées significatives sur la conquête des territoires : la « conquête des hautes latitudes » par les hommes fossiles, est tardive ; la sortie d’Afrique n’a eu lieu que vers 1.8M d’années (Dmanissi, Géorgie), l’arrivée en Chine vers 1.6M…, au-delà du 45e parallèle (Bordeaux/Belgrade), c’est vers -500 000 ans que, sans doute grâce à la maîtrise du feu, l’homme rejoint la vallée de la Somme, le 50e° parallèle est atteint entre 450 000-200 000 ans durant les interglaciaires, mais aucun homme n’atteint le 53e° parallèle. Le rôle de site-refuge joué par le Périgord est souligné, en opposition avec le rôle de repoussoir des Landes de Gascogne, terrain qui semble resté vide d’habitants au Paléolithique. Aux limites des territoires, le peuplement temporaire du Groenland n’a pu se faire que lors du Petit optimum climatique médiéval et s’est interrompu après, pour ne reprendre qu’avec la colonisation danoise à la fin du 19è siècle.

6Si on se place ensuite sur le plan des résultats. Les découvertes des vingt dernières années viennent compléter, détailler et parfois bouleverser des théories qui avaient réussi à s’implanter durablement dans les consciences. Ainsi, d’après les dernières études, Toumaï le premier homininé ou pré-hominidé, aurait vécu dans une forêt-galerie saharienne luxuriante (contrariant l’hypothèse d’Y. Coppens, autour de la découverte de Lucy, qui voulait que la raréfaction de cette forêt ait permis aux pré-hominidés de se distinguer de leurs cousins). De plus, la fin du Sahara vert à partir de 5300 avant notre ère a abouti à l’organisation de l’occupation de la vallée du Nil et à la mise en place de l’Ancien Empire égyptien…

7Les liens entre l’homme et le climat sont présents dans toutes les communications : on ne compte donc plus les occurrences où la variabilité climatique a eu raison de civilisations, comme lors de la dernière glaciation (40 phases climatiques différentes, identifiables sur les carottes glaciaires groenlandaises) qui a eu un fort impact sur l’environnement et a sans doute contribué à l’extinction des Néanderthaliens en Europe. Même si le climat n’est pas le seul responsable, plusieurs chercheurs mettent en avant le rôle déséquilibrant que le changement climatique a pu jouer sur des civilisations alors à leur apogée : le stress engendré par ce grain de sable dans les rouages bien huilés de sociétés établies (changements climatiques et crises culturelles majeures), avec des schémas comme celui-là : irrégularité des précipitations, baisse des pluies, inadaptation croissante des systèmes d’irrigation et de la production agricole, instabilité politique et sociales… réactions en chaîne qui entrainèrent soit l’effondrement, soit la mutation des sociétés (Pueblo aux USA, Mayas au Yucatan, transition Tong/Ming en Chine…).

8Au plan des rythmes climatiques, les études montrent que la tendance au réchauffement fut contrariée par à-coups durant les derniers millénaires. Ainsi, vers 850 av.n.è., lors de la transition sub-Boréal (sec et chaud)/ sub-Atlantique (plus froid et humide) et, dans ce cas, la hausse du niveau des nappes phréatiques a pu entraîner la migration des populations installées sur les basses terres (en Frise orientale dans le delta du Rhin) ; ainsi également durant l’époque romaine, lorsque les épisodes de reprise de l’érosion de pente montrent tout à la fois l’influence de la pression anthropique à travers la destruction du couvert végétal et le renforcement de l’activité pluviale (vallée du Rhône, torrents alpins). Grâce à l’étude des archives écrites, les historiens des derniers siècles mettent en évidence par exemple des épisodes caniculaires (1846), mais plus généralement des phases de « changement climatique rapide ».

9La dernière partie, consacrée au réchauffement climatique récent et à ses conséquences, est bien sûr dans la ligne du rapport du GIEC. Il ne laisse aucune place aux climato-sceptiques : le niveau des océans monte (de 130 m durant les derniers 20000 ans, de 1,7 mm/an jusqu’aux années 1990 et de 3,3mm depuis cette période). Les causes anthropiques sont palpables : depuis la Révolution industrielle, l’augmentation de la concentration en CO2, en dioxyde d’azote, ont fait s’emballer la hausse des températures de la planète ; les impacts sur l’homme et sur les écosystèmes sont et seront nombreux : crises alimentaires (à l’image de celle de 2007-2008), conflits sur les infrastructures (aménagements des littoraux, tourisme de montagne), multiplication des événements extrêmes, migrations humaines, crises sanitaires (la canicule de 2003 en France a montré le risque de surmortalité par élévation de la température estivale, apparition de nouvelles épidémies concernant l’homme et l’animal)…

10Nous savons tous que pour bien comprendre l’avenir il est nécessaire de connaître le passé ; les actes de ce colloque nous apportent la preuve que nous sommes dans une phase de changement climatique comme nous n’en avons encore que très rarement vue… et même si une phase de refroidissement devait intervenir (fonte des calottes glaciaires qui engendrerait l’arrêt, même temporaire, de la circulation du Gulf Stream et le refroidissement des continents (cf. la phase de 6200 av. J.-C.), elle ne se produirait qu’après la phase de réchauffement à laquelle nous participons, et qui semble s’emballer… en espérant qu’il n’est pas trop tard pour intervenir – si tant est que les autorités politiques en aient la volonté (protocole de Kyoto, sommets de la terre à Copenhague, à Rio…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Jean-François Berger (coord.), Des climats et des hommes », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 87.

Référence électronique

André Buisson, « Jean-François Berger (coord.), Des climats et des hommes », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 23 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8628

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page