Navigation – Plan du site
Articles

Coexistence conflictuelle aux portes de la ville de Mexico : un ancien pueblo et une enclave sécurisée

Conflictual co-existence on the outskirts of Mexico City: a former village (pueblo) and a protected enclave
Angela Giglia
p. 27-35

Résumés

Cet article analyse un conflit entre les anciens habitants d’un village (pueblo) situé dans une zone boisée en périphérie de la ville de Mexico, et des nouveaux habitants installés dans une enclave sécurisée de classe élevée. Celle-ci a été construite sur des terrains que les habitants originels du pueblo considèrent comme terres « communales ». Le texte examine les différents processus de mobilisation, négociation, territorialisation et les usages du droit qui depuis trente ans, ont marqué les relations entre les différents acteurs impliqués dans le conflit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est un résultat partiel d’une recherche menée dans le cadre du projet Confurb (ANR SHS pro (...)

1Le cas que nous allons présenter ici1 constitue un exemple complexe d’une problématique plus vaste liée à la cohabitation dans l’espace de proximité de couches sociales qui se pensent comme différentes et qui ont des visions distinctes des usages de certains espaces qui constituent leur milieu. Il s’agit d’une question déjà bien étudiées dans la ville de Mexico et dans d’autres villes, en Amérique Latine et dans le reste du monde (Álvarez Hernández, 2002 ; Caldeira, 2000 ; Capron, 2006 ; Giglia, 2008 ; Guerrien, 2006 ; Lacarrieu-Thuiller, 2001 ; Low, 2003 ; Sabatier, 2005 ; Sheinbaum, 2004). Cette situation se manifeste en particulier par la fermeture de l’espace de proximité dans l’objectif de se protéger de l’insécurité, mais aussi avec des motivations beaucoup plus complexes. En particulier, nous allons analyser la façon dont la fermeture est introduite dans une situation spécifique. Celle-ci est ici liée à la valeur environnementale de l’espace et au fait qu’il s’agit d’une zone soumise à de fortes pressions pour son urbanisation ce qui déclenche des conflits liés au statut même de l’espace et à ses qualifications juridiques (Mélé, 2008). Nous présenterons d’abord de manière concise les termes du conflit et pour ensuite développer plusieurs niveaux d’interprétation.

  • 2 La montagne de l’Ajusco est une zone boisée située au sud de Mexico dans la Délégation Tlalpan, qui (...)
  • 3 De ce fait les relations avec les natifs des villages se caractérisent par une très forte distance (...)

2Le conflit se déroule dans le contexte de la montagne de l’Ajusco2, une partie de la ville de Mexico qui n’est pas encore complètement urbanisée. Cette zone se caractérise par l’abandon des activités agricoles traditionnelles des pueblos (villages) qui entourent le territoire urbanisé, et par leur incorporation à la ville à partir de la vente de terres que certains habitants considèrent comme « communales ». Dans ce contexte, des relations très difficiles se produisent entre les habitants des pueblos et les nouveaux habitants, qui viennent s’installer dans les zones boisées ou sur des terrains qui étaient auparavant destinés à l’agriculture. Ces nouveaux habitants de classes élevées provenant de la ville choisissent de vivre dans un endroit peu urbanisé, mais à faible distance de la ville, proche de la nature, dans une atmosphère considérée comme « typique ». Beaucoup d’entre eux n’ont presque pas de contacts avec les habitants autochtones et ne fréquentent pas le pueblo. Cependant, ils emploient les habitants des villages pour des services domestiques (femmes de chambre, jardiniers, chauffeurs, maçons, etc)3. En termes généraux, les relations entre les anciens et les nouveaux habitants se révèlent fort laborieuses mais aussi inévitables, produisant une ambiance dans laquelle le conflit est presque toujours dans l’horizon de possibilités, mais en même temps dans laquelle des innombrables transactions rendent possible la coexistence quotidienne entre des acteurs culturellement et socialement différents.

  • 4 Totoltepec signifie « montagne des oiseaux » en langue nahuatl.
  • 5 Asociación de Colonos de Tlalpuente

3Le cas analysé concerne d’une part certains habitants du pueblo de San Andrés Totoltepec4 (que je désigne à partir de maintenant par l’abréviation SAT) et, d’autre part, l’Association des Résidents de Tlalpuente (à partir de maintenant : ACT5). L’usage du terme « enclave » est ici particulièrement justifié parce que les terrains boisés sur lesquels sont venus s’installer les nouveaux résidents ont été progressivement encerclés et de ce fait privatisés par l’ACT, ce qui a empêché le libre passage par la forêt. L’encerclement de la forêt gêne surtout ceux parmi les habitants du village de SAT qui cultivent encore leurs terres, que ce soit à l’intérieur de l’enclave ou sur des terrains limitrophes. Ces personnes doivent maintenant contourner le périmètre clôturé pour parvenir à leurs parcelles, ou bien demander l’autorisation d’entrer aux gardes que l’ACT a postés face à la seule entrée de l’enclave. L’ACT a fermé aussi un ancien chemin d’origine coloniale, le « Chemin royal des diligences », qui traverse la forêt et qui sert maintenant de principale voie de communication interne au lotissement (fig. 1).

Figure 1 : La montagne de l’Ajusco, plan de situation

Figure 1 : La montagne de l’Ajusco, plan de situation

4Il est important de signaler qu’il s’agit d’une problématique qui est assez commune au Mexique liée à certaines caractéristiques du contexte géographique, social et politique national. Parmi celles-ci, il faut mentionner d’abord la complexité du régime de la propriété foncière, notamment la coexistence de terres communales (de plusieurs types et origines) et de la propriété privée, et le « pluralisme juridique » qui se produit dans les controverses pour l’attribution des qualifications juridiques du territoire et la solution de conflits autour des droits d’usage de celui-ci (Azuela, 1989). Mais il est nécessaire de mentionner aussi les visions différentes des acteurs autour du territoire et de sa transformation, qui est dans la plupart des cas une affaire laissée à l’initiative de ceux-ci, et beaucoup moins le résultat de politiques d’aménagement conçues et menées par les institutions publiques. Celles-ci ne sont pas absentes, mais leur rôle est faible en ce qui concerne la prise de décisions sur le territoire.

5L’ensemble de ces caractéristiques, déployées dans un cas concret, donne lieu à une situation extrêmement complexe dans laquelle se produisent des affrontements mais aussi des transactions entre le droit coutumier et le droit moderne, la tradition et la légalité, entre l’attachement à la communauté basé sur l’idée de tradition et l’attachement à la localité basé sur l’idée d’une « affinité élective » avec le territoire ; entre la défense de la terre, patrimoine communautaire du pueblo, mais aussi héritage et base du groupe familial et la fermeture de l’espace de proximité comme recherche de sécurité contre la délinquance mais aussi comme défense d’un domaine de l’entre soi et comme marqueur du niveau socioéconomique, contre les invasions des usages de l’espace considérés comme « populaires ».

6Dans cet article, nous analyserons cette situation à partir de l’émergence de différentes modalités de conflits dans un contexte marqué par différentes formes de transactions. Nous étudierons en particulier les ambigüités dans la définition de la propriété qui sont à l’origine du statut des terres « communales » ; le poids des initiatives de certains acteurs dans le devenir d’un espace qui est extrêmement important pour le fragile équilibre hydrogéologique de l’ensemble de la métropole de Mexico et le rôle ambigu des autorités locales et nationales qui oscille entre le laisser-faire et la légitimation ex post des initiatives dirigés à la satisfaction d’intérêts particuliers.

Le contexte géopolitique et la structure de la propriété.

  • 6 Le District Fédéral se compose de 16 Délégations.
  • 7 Les sous-délégués datent de l’époque du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) et assument les (...)
  • 8 L’assemblée est convoquée par des groupes d’habitants et en particulier par le sous-délégué, qui dé (...)

7Du point de vue du système politique local, le pueblo de SAT est une sous-délégation de la Délégation Tlalpan de la ville de Mexico6, avec un représentant spécifique qui est appelé sous-délégué (conformément à la Loi sur la participation citoyenne). La Délégation organise tous les trois ans une élection pour nommer le sous-délégué du village. Celui-ci remplit des fonctions d’arbitrage et de médiateur entre les personnes du village en cas de conflit, et joue un rôle de trait d’union avec la Délégation. Il est généralement lié au parti au pouvoir dans la Délégation, s’il n’est pas imposé par celui-ci7. Le poids des familles originelles, qui se distinguent par leurs patronymes, est toujours important surtout en tant que marque distinctive, donnant le droit d’opiner dans les assemblées du village et d’assumer des charges dans les instances du gouvernement local. Cependant, tant dans les assemblées que dans la vie publique locale, la présence des nouveaux habitants est de plus en plus notable. Certains d’entre eux commencent à prendre la parole dans l’assemblée, qui est traditionnellement reconnue comme l’arène où l’on prend des décisions sur les questions concernant la communauté locale8.

8La zone nommée Tlalpuente est une des parties du bois qui se trouve aux alentours de la zone construite du village de SAT. Cette zone faisait partie de ce que certains appellent les terres communales de San Andrés. Dans tout le Mexique, et San Andrés ne fait pas exception, à l’époque de la Colonie espagnole, des terres ont été attribuées par le Vice-roi aux habitants des pueblos, là où ceux-ci étaient déjà établis ou aux endroits où ils avaient été déplacés par l’autorité coloniale. Dans le cas de San Andrés Totoltepec, le Vice-roi Don Luis de Velasco reconnaît à ce village, en 1560, le droit à jouir en commun d’une certaine étendue de terre. Par la suite, les natifs ont été privés de leurs terres par les propriétaires des haciendas, un phénomène répandu dans tout le pays. Les habitants de SAT s’organisèrent alors pour récupérer légalement la propriété de ces terres qu’ils n’ont jamais arrêté de cultiver. A la fin du XIXe s., 62 chefs de familles de SAT ont acheté les terres qu’ils travaillaient déjà à ceux qui étaient alors les héritiers du propriétaire de l’hacienda, et ne sont parvenus à le faire qu’après un long litige devant les tribunaux. Ceux qui ont acheté les terres aux héritiers de l’hacienda sont considérés comme les habitants originels, c’est-à-dire comme les fondateurs du pueblo. Il faut souligner cette superposition de la propriété privée à la propriété communautaire qui se trouve à la base de la structure de la propriété actuelle.

9Il faut préciser que le recours au pouvoir d’arbitrage des tribunaux est très courant dans l’histoire du pueblo, et qu’il coexiste avec le régime des us et coutumes. C’est-à-dire que le droit de la tradition cherche à se faire reconnaitre par la justice formelle. Ensuite, le fait que l’on considère que ce sont les terres du pueblo ne veut pas dire qu’elles n’aient pas de propriétaire. Elles ont ici des propriétaires appartenant à certaines familles du pueblo qui sont reconnus comme tels par les autres familles. Mais il existait quand même pour tous les habitants un droit de passage et aussi d’usage des terres, en particulier pour le ramassage de bois de chêne vert. L’ambivalence entre propriété privée et propriété communautaire est visible dans le cas de Tlalpuente, si l’on pense que les premiers pionniers qui ont commencé à conformer le lotissement de Tlalpuente ont acheté aux anciens habitants en tant que propriétaires privés des terres autrefois communales.

Le peuplement de la forêt et l’édification de l’enclave sécurisée.

  • 9 Le travail agricole ne s’appuie plus sur le groupe familial mais sur le travail salarié. Dans ce no (...)

10A partir des années 1960, le village de SAT passe par une étape que ses habitants qualifient de « fièvre de vente des terres ». La communauté locale commence à ressentir le voisinage croissant de la ville, en même temps que des changements importants dans le système de production agricole et des expropriations pour des raisons de nécessité publique, notamment pour la construction du Collège Militaire et la création d’une aire de réserve écologique9. C’est dans ces circonstances que se produit l’arrivée des premiers habitants dans la zone de Tlalpuente, grâce à l’initiative et à l’imagination d’un jeune architecte qui est considéré comme le fondateur de Tlalpuente, car il a eu l’idée d’aller habiter la forêt et d’y construire un habitat de type « écologique ». Pour rendre possible cette sorte de vision utopique, il obtint la confiance des anciens habitants et il les a persuadés de lui vendre ses terres. Il joue ainsi le rôle de médiateur entre deux mondes culturels. Il acheta de grandes étendues et les revend à ses amis qu’il attirait grâce à l’image d’une vie dans la forêt mais à deux pas de la ville et la perspective de créer un lotissement spacieux et unique, inspiré des principes de ce qu’on appellerait aujourd’hui l’architecture durable. En somme, la colonisation de la forêt par de nouveaux arrivants provenant d’un contexte urbain et moderne est le résultat d’un changement des valeurs des deux parties. Abandon de l’agriculture et désir de modernité du côté des natifs du pueblo ; fuite de la ville, rapprochement du monde rural et recherche d’un mode de vie en accord avec la nature chez les nouveaux habitants provenant des classes urbaines aisés.

11Une des premières habitantes se rappelle qu’à cette époque il y avait une grande incertitude quant au statut juridique des terres. Même si l’architecte qui opère comme médiateur entre les autochtones et les nouveaux habitants achetait et revendait les terres en tant que propriété privé, « personne n’était sûr » de leur statut juridique. Néanmoins, vu leur bas prix, le risque valait la peine. Dû à la façon dont les lots ont été vendus, sans tracer préalablement des voies de communication et en ne tenant compte que des chemins de terre qui existaient déjà dans la forêt, le lotissement de Tlalpuente n’a pas été facile, ni en ce qui concerne l’introduction de services de base, ni en ce qui concerne les voies de communications internes. Dans bien des cas, les propriétaires ont dû céder une partie de leurs lots afin de permettre l’accès à certaines propriétés. Les nouveaux habitants se sont efforcés de mettre en place graduellement l’infrastructure de base pour convertir la forêt en un lieu habitable du point de vue du confort propre à un mode de vie moderne. Pour cela, ils ont dû financer l’adduction d’eau et l’installation de l’électricité. L’atmosphère de ces premières années est un mélange d’esprit aventurier et « new age ».

12Dans les années 1980, des parties importantes de la forêt ont été envahies par des habitants pauvres à la recherche d’un endroit où s’installer. Parallèlement, de grandes étendues de terre ont été expropriées pour constituer la réserve écologique de l’Ajusco. Face au risque de se voir exproprier, les habitants de Tlalpuente formèrent une association pour mieux défendre leurs intérêts, l’Association des résidents de Tlalpuente (ACT). Grâce à leurs relations avec les milieux politiques de l’époque, ils ont obtenu en 1987 que Tlalpuente soit reconnu par décret présidentiel comme ZEDEC (zone spéciale de développement contrôlé). Le règlement de la ZEDEC implique de préserver en l’état cette partie de la forêt en se conformant à une série de normes qui fixent une densité de construction très faible par rapport au terrain et des critères spécifiques sur la façon de construire, qui doit être en accord avec le contexte naturel de la forêt. En d’autres termes, la qualification comme ZEDEC permet de protéger les maisons déjà construites à Tlalpuente et d’éviter que d’autres puissent envahir l’enclave pour y bâtir. Dorénavant, l’ACT sera responsable de la sauvegarde de la partie du bois qui a été déclarée ZEDEC, une qualification qui permet de préserver l’environnement tout en multipliant la valeur de l’investissement immobilier fait par les nouveaux habitants, en conservant l’exclusivité du lieu.

13La constitution de la ZEDEC ouvre le conflit avec les habitants de SAT qui sont affectés de différentes façons par la nouvelle réglementation de la forêt. Au moment d’établir le périmètre de la ZEDEC, certains terrains propriétés de familles SAT ont été considérés comme faisant partie de cette zone, sans que leurs propriétaires le sachent, car ils n’ont pas été prévenus. Ces terrains doivent en conséquence être soumis à la réglementation de la ZEDEC, ce qui rend impossible de les fractionner pour les vendre ou les partager aux héritiers. Comme les terrains ne sont plus utilisables pour la construction, ils ont perdu leur valeur potentielle. Les propriétaires de ces lots considèrent que leurs droits – en particulier le droit à la libre circulation et le droit à disposer librement de leur patrimoine – ont été violés par le règlement de ZEDEC de Tlalpuente. De plus, en tant que propriétaires de lots à l’intérieur de la ZEDEC, ils doivent contribuer à l’entretien des aires communes de Tlalpuente, surtout de ses chemins pavés, en contrepartie du simple droit d’accès à leurs propriétés. Ils se retrouvent donc « étrangers » dans un espace qu’ils considéraient comme « leur terre », et ils sont obligés de demander au vigile qui garde l’entrée de Tlalpuente l’autorisation de passer pour se rendre sur leurs terres.

14Ainsi, la nouvelle réglementation entraîne des effets opposés pour les deux groupes. Pour les nouveaux habitants de Tlalpuente, la ZEDEC est un bouclier protecteur contre les usages indésirables de la forêt, tandis que du côté des anciens habitants qui ont perdu le libre accès et le potentiel commercial de leurs terres, la ZEDEC est perçue comme un instrument de plus entre les mains de ceux qui ont toujours eu le pouvoir, c’est-à-dire les Blancs de classe élevée, venus de la ville. Dans les entretiens que nous avons eus avec eux, ils sentent qu’ils ont été méprisés et discriminés. En effet, ils n’ont même pas été consultés au moment de dessiner les limites de la ZEDEC, qui a établi que leurs parcelles doivent être considérées comme zones vertes à protéger, sans droit de bâtir.

15Depuis le début du conflit, il a existé, du côté de l'ACT, le soupçon que les habitants de SAT souhaitaient vendre leurs terrains à des développeurs immobiliers qui construiraient des logements collectifs. C’est à cause de cette suspicion que les représentants de l’ACT se méfient des relations avec les habitants du village. Ceux que nous avons interviewés considéraient que la meilleure solution pour les habitants natifs était de vendre à des gens qui s’engageaient à payer les frais de la construction à Tlalpuente en respectant les restrictions du règlement de la ZEDEC.

16La délimitation de la zone protégée est loin d’être parfaite. Il manque un plan d’ensemble qui permettrait à toutes les parcelles d’être accessibles. Comme le dit un des nouveaux habitants, « il y a des endroits où on peut seulement arriver avec un âne ou en hélicoptère ». Les chemins préexistants ont été intégrés dans le tracé de la ZEDEC et l’ACT se considère comme la seule autorité réglementaire sur la zone. En d’autres termes, la forêt et les anciens chemins ont cessé d’être des espaces communs pour se convertir en une portion d’une propriété privée collective administrée par l’ACT.

Visions contrastées sur les usages de l’espace et ses implications

  • 10 Certains fonctionnaires appartenant à la Délégation Tlalpan voulaient obtenir l’ouverture du passag (...)
  • 11 A l’entrée, il faut laisser une carte d’identité au vigile et dire à qui l’on va rendre visite. Pou (...)

17La privatisation des chemins dans la forêt élargit le conflit bien au-delà des acteurs directement concernés par la constitution de la ZEDEC, car la fermeture de la forêt affecte potentiellement tous ceux qui voudraient avoir accès à cette partie de la montagne. Au début des années 1990 les conditions sont créées pour que surgisse un conflit plus général entre l’ACT et le village de SAT, à partir du moment où l’ACT décide de fermer la seule entrée du lotissement de Tlalpuente, située sur l’ancien chemin qui menait à la ville de Cuernavaca. La fermeture se matérialisa par la pose d’une barrière et d’un complexe système d’accès contrôlé au moyen de cartes magnétiques et par des vigiles. A ce moment-là des protestations collectives ont été faite face à l’entrée pour réclamer le droit de passage. Le subdélégué de SAT a tenté une médiation sans résultat10. L’ACT soutient que les anciens chemins ont été achetés par les résidents de Tlalpuente et qu’ils sont soumis comme le reste du territoire au régime de la ZEDEC. Dans la pratique, la possibilité d’avoir accès à cet endroit est très restreinte11. A cette même époque, dans l’année 2000, nous avons pu faire des interviews avec les représentants de l’administration de l’ACT. À l’égard de ses relations avec les habitants de SAT, l’administrateur de l’ACT nous dit que celles-ci étaient « difficiles », justement à cause du périmètre de la ZEDEC, qui avait été tracée sans tenir compte des petites propriétés des anciens habitants. Dans les vingt dernières années, une des préoccupations principales de l’ACT a été de clôturer entièrement le périmètre de la ZEDEC, par des grillages ou des rambardes, bloquant le passage vers les terres de la montagne. Dans le discours de l’ACT, la fermeture est une réponse aux invasions continuelles de la forêt par une population ayant de faibles revenus, mais évidemment, elle sert aussi à renforcer le caractère exclusif de l’endroit.

18Parmi les habitants de Tlalpuente, les positions ne sont pas unanimes. Certains s’opposent à la façon d’agir de l’ACT au point qu’ils ont envisagé de se constituer en une association dissidente. Ces habitants ont refusé de payer les frais d’entretien (considérant comme des frais peu utiles les barrages et le pavage des chemins) et ont accumulé au cours des années de fortes dettes envers l’administration de l’ACT. Certains parmi eux s’identifient aux habitants du village, avec lesquels ils entretiennent des relations qu’ils définissent comme amicales. Ils pensent que l’esprit originel de Tlalpuente - celui d’une communauté en harmonie avec le bois mais aussi avec le village - a été trahi par l’ACT. Ils vivent dans des maisons sans prétentions et n’ont pas plusieurs voitures. Ils s’opposent à la fermeture de la forêt parce qu’ils considèrent que les anciens habitants doivent avoir le droit d’y passer. Eux-mêmes aiment marcher dans la montagne et voient comme un obstacle gênant les grillages qui ont été placés ces dernières années sur presque tous les vieux chemins.

19En ce qui concerne l’usage quotidien des chemins dans la forêt, il y a tout une gamme de positions des deux côtés, ce qui empêche de tracer une frontière rigide entre les défenseurs des usages communautaires et les défenseurs de la propriété privée. Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, le sous-délégué du village, dans un entretien, nous a dit qu’il reconnaît la propriété privée des chemins. Pour lui, la réclamation au sujet des chemins est sans fondement, parce que les terrains ont été vendus avec les chemins inclus. Il précise de plus que ce n’était pas à proprement parler des rues, mais plutôt des « sentiers ». Au lieu de défendre l’usage communautaire tout court, c’est plutôt une attitude ambivalente entre droit communautaire versus droit privé, qui imprègne la vision de certains des habitants de SAT. C’est le cas d’un autre sous-délégué, qui se rappelle que les terres ont été achetées par les habitants originels de SAT aux héritiers du propriétaire de l’hacienda. Il argumente qu’il devait s’agir de terres dont les anciens habitants avaient été dépouillés (despojados, le « despojo » est une figure importante dans le droit mexicain qui indique la privation d’un bien par la violence) et que donc leur achat ne faisait rien d’autre que rétablir la situation de droit antérieure, celle d’une possession communautaire.

20Du côté des habitants de Tlalpuente qui sont proches de l’ACT, on considère que l’achat des terres incluait les chemins et non seulement les terrains, et que par conséquent les chemins doivent être traités comme une propriété privée. Une habitante de Tlalpuente mentionne dans son récit qu’au moment de vendre leurs parcelles, les chemins étaient inclus dans la portion qui a été vendue, mais qu’ensuite ces mêmes chemins ont été revendiqués comme si c’étaient des terres communales indivisibles, avec l’argument qu’ils sont aussi des espaces sacrés par lesquels passe la procession du saint patron, dont le parcours définit les limites du territoire du pueblo. En résumé, les points de vue sur les usages et coutumes et les droits liés aux anciens chemins, ne correspondent pas à une opposition nette entre droit communautaire et droit privé. Les positions qu’adoptent les divers acteurs ont plutôt à voir avec le lieu qu’ils occupent dans le champ social et avec une attitude pragmatique, en fonction des circonstances.

Arènes publiques et transactions privées.

  • 12 Programa parcial de desarrollo urbano.
  • 13 La majorité desquels étaient intéressés à l’obtention d’infrastructures de base dans leurs territoi (...)

21Vers la fin des années 1990, se produisent les conditions pour que le conflit soit énoncé dans une arène publique institutionnelle. Il s’agit du processus de participation qui est organisé par l’administration locale en vue de l’autorisation du Programme local de développement urbain12 de la zone. La Consultation Publique de la population pour faire connaître et pour discuter le Programme et l’adapter aux exigences des habitants a été réalisée par le Ministère du Développement Urbain et du Logement du District Fédéral (SEDUVI) avec la participation de l’UNAM (Université Nationale Autonome de México), dans le but que les questions d’organisation du territoire soient discutées publiquement et qu’on parvienne ainsi à un Programme local qui soit reconnu par la population locale. Il s’agissait d’ouvrir une discussion sur les aspects les plus difficiles de l’organisation territoriale. Les habitants étaient conviés à s’assoir ensemble et à discuter de questions d’intérêt commun, comme les usages du sol, l’image urbaine, les aires d’usages restreints ou de conservation, le respect des limites etc. La Consultation Publique a durée plusieurs mois, entre 1999 et 2000, et des acteurs très divers ont été impliqués : les différents groupements locaux, autant des habitants natifs que des nouveaux installés de manière précaire13, les groupes de résidents de classe moyenne et élevée provenant de la ville et installés dans différents lotissements de haut standing semblables à celui de Tlalpuente, des chefs d’entreprise intéressés à construire dans la zone et des autorités locales (Garcia Vazquez, Romero Fernandez, 2003).

  • 14 Rappelons que les règles qui régissent la ZEDEC déterminent qu’on ne peut construire que 5% de la s (...)

22Les habitants du pueblo qui sont les plus affectés par la ZEDEC de Tlalpuente ont participé activement aux différentes tables de négociation qui ont été mises en place pour discuter le nouveau Programme local. Lors des tables de négociation qui ont été installées à l’occasion de la discussion du Programme Partiel, l’ACT a proposé que les propriétaires des terrains qui s’étaient retrouvés inclus dans les limites de Tlalpuente mais sans permis de construire, puissent bénéficier d’un permis de construire mais avec les même restrictions que les autres terrains de Tlalpuente14. Ce qui ne permet pas de résoudre leurs problèmes, d’une part car la majorité des parcelles étaient trop petites pour pouvoir être construites avec les critères de la ZEDEC et, d’autres part, car ils n’auraient pas pu subdiviser ces lots pour les céder à leurs héritiers.

23La proposition des habitants de SAT était de redéfinir les limites de la ZEDEC de Tlalpuente en même temps que le Programme local. En particulier, ils demandaient l’exclusion de leurs parcelles du périmètre du ZEDEC, ce qui aurait signifié un changement de la qualification juridique de leurs propriétés. Mais cette proposition n’a pas été acceptée par les autorités en raison des multiples conflits que cela aurait pu provoquer dans d’autres zones, dont les habitants auraient cherché à obtenir des modifications semblables dans les qualifications juridiques de leurs territoires dans le but de pouvoir construire de manière légitime. Le représentant de la SEDUVI que nous avons interviewé nous a dit que la SEDUVI avait signé un accord avec les habitants de SAT, accord qui établissait que le périmètre de Tlalpuente aurait pu être révisé après la votation du PP de SAT par l’Assemblée de la mairie du District Fédéral. Mais le Plan local n’a pas été approuvé dans les années suivantes et la situation de la zone est restée la même.

24Les habitants de SAT, et en particulier ceux qui étaient affectés par le règlement de la ZEDEC que nous avons interviewés après le déroulement de ce processus de participation, ont pris très au sérieux la consultation publique qui s’est réalisée dans le pueblo et ils conservent un souvenir très fort des discussions et de l’apprentissage qu’a signifié pour eux s’asseoir pour discuter de ces questions avec d’autres habitants ayant des points de vue divergents et des intérêts différents. Constatant que les tentatives de discuter la situation de Tlalpuente n’avaient pas de succès, leur conclusion est que « Tlalpuente est intouchable », car il n’a pas été possible de changer « même une virgule » de ce qui était prévu quant à l’usage du sol dans l’enclave. Une fois discuté avec les habitants, le Plan local de SAT devait être à nouveau discuté et approuvé par l'Assemblée Législative du District Fédéral en 2000. Mais son autorisation a tardé plusieurs années, pendant lesquels toute la problématique territoriale de la zone a été gouvernée par les initiatives et par la force des acteurs locaux, sans une norme en vigueur à laquelle faire référence.

25En 2001, dix-neuf chefs de famille, héritiers des terrains qui se sont trouvés englobés dans la ZEDEC et qui s'étaient battus pour leurs droits à Tlalpuente, ont présenté une demande collective de révision de la normativité de la ZEDEC face aux représentants de l’ACT. Après une longue attente, ils ont cessé de se réunir, fatigués de ne pas obtenir ce qu’ils souhaitaient. Nous avons parlé avec certains d’entre eux en 2009 et ils nous ont dit que leur demande n’a jamais été prise en compte. Le caractère d'exception de Tlalpuente est encore plus évident si l'on considère qu'il s'agit d'un plan local qui n'a pas de terme fixé. De ce fait, les restrictions peuvent durer éternellement, sans que qui que ce soit ait le droit de demander et d'obtenir leur modification.

Quelques conclusions autour de la productivité du conflit

26Ce conflit permet d’illustrer plusieurs questions importantes autour de la problématique proposée par le texte d’introduction de ce numéro. En ce qui concerne la question de la territorialisation et de sa relation avec le conflit, ce cas montre la malléabilité et la négociabilité des définitions du territoire. Sur un temps relativement court, environ trente années, se sont produites de profondes modifications des images associées au territoire, et aussi des changements substantiels et irréversibles dans les espaces matériels. Le processus de valorisation de cette partie de la périphérie de la ville, passe par le changement des qualifications juridique de l’espace, celui-ci est défini désormais comme zone de réserve écologique. Cela modifie les formes de territorialisation et notamment la manière de marquer des frontières. D’une situation où la forêt est ouverte et les limites entre les différentes parcelles ne sont pas marquées de manière solide, on passe peu à peu à une situation où les limites ont été définies de plus en plus précisément.

27Dans le conflit entre Tlalpuente et SAT, les acteurs impliqués ont montré une grande capacité non seulement à définir le territoire en imaginant de nouvelles modalités d’installation, mais aussi à les concrétiser d’une façon cohérente avec ces nouvelles visions. Ce cas montre aussi comment le territoire assume des significations différentes dans divers contextes et pour différents acteurs au fil du temps. Un facteur déterminant pour comprendre le résultat du conflit réside dans la relation distincte qu’ont les deux groupes avec l’espace en question. Les résidents de Tlalpuente regroupés au sein de l’ACT ont en leur faveur le fait d’avoir pris une décision délibérée et consciente, celle d’aller vivre dans la forêt, d’y établir leur résidence et d’y construire leur patrimoine immobilier. C’est à partir de ce choix, qui porte en même temps sur un lieu et sur un certain mode de vie, qu’ils se sentent motivés pour s’organiser et se regrouper dans une association qui les aide à maintenir et à faire prospérer leur projet de vie dans la forêt. En revanche, les autres, c’est à dire les habitants natifs du pueblo, peuvent faire valoir en leur faveur l’argument de leur priorité chronologique et de leur relation ancestrale avec l’espace, dans lequel ils se considèrent inscrits par la tradition. Les premiers se caractérisent par une « élective belonging » (Savage-Bagnall et Longhurst 2005), c’est à dire par une relation d’affinité élective avec le lieu, à partir de laquelle ils se sentent autorisés à le modifier, alors que les autres n’ont pas choisi d’être là et se trouvent plutôt dans la position incommode d’avoir à subir les changements que les premiers introduisent délibérément dans leur environnement.

28En ce qui concerne la productivité juridique de ce conflit, ce cas montre comment certains acteurs locaux arrivent à tirer profit des normes pour les adapter à leurs exigences particulières. C’est le cas de la ZEDEC, un label juridique que les habitants de Tlalpuente ont obtenus grâce à leurs relations politiques afin de protéger leur espace d’éventuelles utilisations indésirables, en protégeant aussi leur mode de vie et leur patrimoine, mais produisant aussi un dommage permanent pour les anciens habitants qui ont des parcelles enclavées. C’est un cas de délimitation d’un territoire qui est utilisée par certains acteurs (la ACT) pour légitimer la privatisation et l’usage exclusif du bois, en construisant de cette manière un « territoire d’action » (Mélé, 2008). Ce cas fait aussi apparaître une situation de pluralisme juridique qui devient évidente dans les diverses lectures que les groupes opposés dans le conflit font valoir de leurs droits sur l’espace, et en particulier des droits de propriété sur les terres et le droit à la libre circulation par des chemins que les autres considèrent désormais comme propriété privée. On observe ici qu’existent des heurts systématiques entre différents univers normatifs (ou types de droits) en ce qui concerne certaines classifications juridiques de l’espace. Cette situation est très commune au Mexique dans les situations semblables, ou des gens venus de la ville achètent des terres dans des pueblos pour en faire de résidences secondaires. Comme le montre bien ce cas, le fait d’avoir acheté ne semble pas suffisant - pas pour tout le monde - pour produire un changement des droit associés à cette propriété.

29Pour ce qui est des formes de production d’un espace public politique intermédiaire (Meluccin 1999), dans le cas traité cela signifie l’établissement d’une arène institutionnelle spécifique, la consultation publique pour la discussion des Programmes locaux, arène dont la création a été promue par les autorités locales en coopération avec quelques organisations citoyennes et avec l’UNAM. La consultation s’avère un espace de discussion et de confrontation ouverte entre les différents intérêts territoriaux présents dans le pueblo, mais ses résultats sont contradictoires. D’un côté, elle a impliqué un grand progrès dans le dialogue et la capacité d’apprendre, et dans l’élaboration d’une vision collective du territoire et de ses besoins. Mais d’un autre côté, en ce qui concerne justement le cas de l’enclave de Tlalpuente et l’encerclement de la forêt, il ne s’est produit aucun changement ; au contraire, les autorités obtiennent le consensus des parties à la décision de différer la discussion sur le règlement de la ZEDEC après l’approbation du Plan local. Cela n’a pas été l’objet d’une discussion jusqu’à présent. Ne pas mettre en discussion, dans la consultation, la question de la ZEDEC, a eu pour résultat le maintien du statu quo, c’est-à-dire la privatisation (et la fermeture de plus en plus stricte) par l’ACT d’une vaste étendue boisée, ce qui favorise les intérêts des nouveaux résidents qui veulent maintenir, le caractère privé et, par là même, la plus-value de leurs maisons, mais qui, dans le même temps - par la vigilance de l’ACT - sont les seuls qui protègent leur territoire de constructions irrégulières, jouant ainsi le rôle de « défenseurs de la forêt ».

30Dans cette situation, les différentes expertises des acteurs jouent un rôle important, car il est évident que les nouveaux habitants ont beaucoup plus de familiarité avec les institutions et les procédures légales qui peuvent être utiles pour défendre leurs intérêts tandis que les anciens habitants se confrontent d’abord avec une situation qui les étonne, quand ils s’aperçoivent que les chemins ont été fermés et leurs parcelles déclarées comme espaces verts sans droit de bâtir. Leur réaction à ce nouvel état des choses est plutôt lente et manque de coordination. Quand la consultation publique intervient après une dizaine d’années après le début du conflit, ils trouvent pour la première fois un espace public dans lequel ils peuvent exprimer leurs droits, mais aussi un lieu dans lequel ils peuvent devenir pleinement conscients de ces mêmes droits. C’est pour cette raison qu’ils sont déçus des résultats de la consultation qui, en ce qui concerne Tlalpuente, ne modifie pas la situation.

31Au-delà des moments de confrontation ouverte, très peu nombreux, ce cas peut se lire comme une longue transaction entre des sujets qui initialement s’identifient à des valeurs opposées et appartiennent à des mondes très différents : les nouveaux résidents d’un côté et les anciens habitants de l’autre. Entre eux, les contacts qui rendent possible l’achat-vente des terrains et l’installation des colons dans les parages de Tlalpuente sont possibles grâce à la médiation d’un troisième acteur, l’architecte qui est considéré comme le fondateur de Tlalpuente, qui fonctionne non seulement comme intermédiaire dans la transaction économique entre les deux parties, mais aussi en même temps comme médiateur culturel, selon la théorie de la transaction sociale de Jean Remy (1981). Les relations entre les deux acteurs collectifs au cours de l’histoire de ce conflit se caractérisent par leur aspect transactionnel quasi permanent, en ce sens qu’il existe des deux côtés une certaine disponibilité pour la négociation et la mise en œuvre de divers types d’arrangements informels qui permettent la coexistence des deux parties. Cette situation de relative élasticité qui caractérise les échanges sur le plan de la vie quotidienne contraste avec le plan juridique formel, qui se caractérise au contraire par un net avantage d’un acteur sur l’autre.

  • 15 Voir le decreto por el que se aprueba el programa parcial de desarrollo urbano san andrés totoltepe (...)
  • 16 On peut trouver une mise à jour de la situation de Tlalpuente dans la page web www.tlalpuente.com.m (...)

32Finalement, comme on l’a vu dans beaucoup d’autres quartiers de la zone métropolitaine, les raisons de l’auto-ségrégation pour les habitants de l’enclave n’ont pas seulement à voir avec l’insécurité, mais aussi avec une inquiétude par rapport à certains usages typiquement populaires de l’espace public (commerce ambulant et concessions de transport public) qui sont considérés comme incompatibles avec le caractère exclusif que l’on veut conférer à l’enclave et qu’il sera possible de maintenir à condition qu’elle ne soit pas un lieu ouvert. Sur ce point-là, il faut aussi souligner que la fermeture est un moyen particulier de l'ACT d'éviter les invasions de la forêt et en même temps de veiller à la sécurité de ses habitants, mais n'est pas prescrite par le règlement du Programme local. Il s’agit plutôt d’une manière spécifique de rendre effective le règlement urbanistique dans une situation dans laquelle les autorités locales ne font pas grand-chose pour que le règlement soit respecté. Si le Programme local avait été approuvé en 2001, et si le cas de Tlalpuente avait été vraiment discuté et traité après l’approbation de celui-ci, comme les autorités avait promis de le faire aux anciens habitants, on peut croire que la situation serait différente. Mais ce qui a persisté dans les années qui ont suivi la discussion publique du Programme local est une situation de vide réglementaire qui a favorisé tout type d’intervention irrégulière dans le territoire du pueblo et notamment dans les alentours de Tlalpuente. Dans le Programme local de SAT ratifié en 2002, on peut lire qu’il y a des « risques de conurbation » très forts qui atteignent la zone autour de Tlapuente, et que face à cela il faut réalisé « une analyse technique postérieure »15, analyse qui n’a jamais été réalisés, car les normes qui régissent le périmètre de Tlalpuente datent encore du ZEDEC de 1990 et que son périmètre n’a pas été changé16. Mais il est vrai aussi que ce territoire hyper-règlementé qu’est le ZEDEC se trouve de plus en plus entouré de constructions irrégulières, ce qui ne fait qu’augmenter son caractère de ghetto de luxe.

33Pour conclure, il faut souligner que ce type de situation généralisée dans la métropole de Mexico est lié aux modalités d’action des institutions dans le contrôle et l’aménagement du territoire (Giglia, 2000 ; Duhau et Giglia, 2008). Nous avons cherché à montrer comment, dans le processus de production d’un territoire protégé et réglementé pour sa valeur écologique et environnementale, comme c’est le cas de la ZEDEC de Tlalpuente, les autorités en matière de planification et d’urbanisation du territoire métropolitain jouent un rôle certainement non central, pour ne pas dire marginal. On peut dire qu’elles n’interviennent dans le processus que dans la mesure où certains acteurs locaux leur demandent d’intervenir, ce qui c’est effectivement passé pour obtenir la qualification de ZEDEC. Mais après cela, il nous semble que la tâche de protéger, objectif fixé par le ZEDEC, est laissée aux nouveaux habitants et à l’ACT. Les diverses propositions de modification du périmètre et du statut du territoire protégé n’ont pas été acceptées par les autorités locales (notamment par la SEDUVI), pour ne pas déclencher une vague de conflit liée à la remise en cause des qualifications juridiques et des droits de construire sur un territoire extrêmement sensible et extrêmement vulnérable aux initiatives des acteurs qui tentent de se l’approprier. Au total, l’orientation des autorités semble inspirée par la volonté de ne pas intervenir sur l’ensemble des usages du territoire, de laisser faire, par manque de capacité d’action, les acteurs locaux avec l’espace tout ce qu’ils peuvent faire et ce qui favorise évidemment les acteurs dotés des ressources les plus importantes.

Haut de page

Bibliographie

ÁLVAREZ HERNANDEZ A., 2002, Clase y estilo de vida en la periferia urbana. El caso de los fraccionamientos residenciales en Huixquilucan, Estado de México, Trabajo terminal de la Licenciatura en Antropología Social, dir. Eduardo Nivón, Departamento de Antropología, Universidad Autónoma Metropolitana - Iztapalapa, México.

AZUELA A., 1989, La ciudad, la propiedad privada y el derecho, México, El Colegio de México, 278 p.

AZUELA A., 1991, Una torre de Babel para el Ajusco. Territorio, urbanización y medio ambiente en el discurso jurídico mexicano, en SCHTEINGART M. –D’ANDREA L., Servicios urbanos, gestión local y medio ambiente, El Colegio de México.

CAPRON G. (dir.) et al., 2006, Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Éditions Bréal, Coll. D’autre Part.

CONTRERAS BURGOS A. E., 1998, Identificaciones vecinales e imaginarios en el territorio. Colonia Colinas del Ajusco, Tlalpan, D.F., Tesis de Maestría en Antropología social, CIESAS, dir. Virginia Molina, México.

CALDEIRA T. P.R., 2000, City of Walls. Crime, Segregation, and Citizenship in Sao Paulo, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 487 p.

CRUZ RODRIGUEZ M. S., 2004, El doblamiento popular en la ciudad de México en la primera mitad del siglo XX, en DEL CARMEN COLLADO M. (coord.), Miradas Recurrente I. La ciudad de México en los siglos XIX y XX, México, UAM / Instituto Mora, p. 376-393.

GAMBOA ALVAREZ G., 1995, Totoltepec, chroniques, texte dactylographié.

GARCIA VAZQUEZ M. de L., ROMERO FERNANDEZ G., 2003, Una nueva ruralidad: transformaciones territoriales en San Andrés Tototltepec, en ZICCARDI A. coord., Planeación participativa en el espacio local. Cinco programas parciales de desarrollo urbano, UNAM, D.F. p. 253-294.

GIGLIA A., 2001, Los espacios residenciales cerrados. El caso de Villa Olímpica”, en PORTAL M. A. (coord.), Vivir la Diversidad. Identidades y cultura en dos contextos urbanos de México, CONACYT, Mexique, p. 35-48.

GIGLIA A., 2008, Gated Communities in Mexico City, Home culture, vol. 5, 1 marzo, p. 65-84.

GUERRIEN M., 2006, Arquitectura de la inseguridad percepción del crimen y fragmentación del espacio urbano en la zona metropolitana de la ciudad de México, en FRAILE P., BONASTRA Q., RODRIGUEZ G., ARELLA C. (coords), Paysaje ciudadano, delito y percepción de la inseguridad, Madrid, Instituto Internacional de Sociología Jurídica de Onatí- Editorial Dikinson, p. 93-116.

HARVEY D., 2004, El "nuevo" imperialismo. Sobre reajustes espacio-temporales y acumulación mediante desposesión, Herramienta nº 27.

LACARRIEU M., THUILLER G., 2001, Las urbanizaciones privadas en Buenos Aires y su significación, en La nueva segregación urbana, Perfiles latinoamericanos, n. 19, p. 83-113.

LEGORRETA J., 1994, Efectos ambientales de la expansión urbana de la ciudad de México, México, Centro de Ecología y Desarrollo.

LOW S., 2003, Behind the gates. Life, Security and the Pursuit of Happiness in Fortress America, New-York - Londres, Routledge.

MELÉ P., 2008, Territoires d’action et qualifications de l’espace, in MELE P., LARRUE C., Territoires d’action, Paris, l’Harmattan, p. 15-45.

MELUCCI A., 1999, Acción colectiva, vida cotidiana y democracia, El Colegio de México, México, D.F.

MONNET J., GIGLIA A. y CAPRON G., 2007, Ambulantage et services à la mobilité : les carrefours commerciaux à Mexico, Cybergeo, Ambulantage et métropolisation, article 371, puesto en línea el 6 de abril de 2007, modificado el 23 de mayo de 2007. URL : http://www.cybergeo.eu/index5574.html.

NIVON E., 2003, Las contradicciones de la ciudad difusa, Alteridades, año 13, n°26, p. 15-33.

PADILLA AGUILAR S., 1999, San Agustín Tlalpan. Historia y tradiciones de un viejo pueblo, Gobierno de la Ciudad de México, México. D.F.

ROBERTS B., 1978, Cities of Peasants: The Political Economy of Urbanization in the Third World, Edward Arnold, Londres.

ROSAS CADENA R., 2006, Espacio Públcio en el Suporniente de la Ciudad de México, Tesis de Maestría en Planeación y Políticas Metropolitanas, dir. Emilio Duhau, Universidad Autónoma Metropolitana, Azcapotzalco, México.

REMY J., 1981, Ville, ordre et violence : formes spatiales et transaction sociale, Paris, Presses universitaires de France.

SABATINI F., CACERES G. y CERDA J., 2001, Segregación residencial en las principales ciudades chilenas: Tendencias de las tres últimas décadas y posibles cursos de acción, EURE (Santiago), v. 27, n. 82, diciembre, p. 21-42.

SHEINBAUIM D., 2004, Ciudad dividida. Un estudio histórico sobre la segregación urbana en la Ciudad de México, Tesis de Licenciatura en Historia, dir. Angela Giglia, Universidad nacional Autónoma de México, México.

SCHTEINGART M., 1981, El proceso de formación y consolidación de un asentamiento popular en México: el caso de Ciudad Nezahualcóyotl, Revista Interamericana de Planeación, v. XV, n°57.

SAVAGE M., BAGNALLl G., LONGHURST B., 2005, Globalisation and belonging, Londres, Sage Publication.

SOSA M., 2001, Habitar en calles cerradas. El caso de Villa Coapa en la Ciudad de México, Maestría en Ciencias Sociales, FLACSO-Costa Rica.

SABATIER B., 2005, Les résidences fermées à Toulouse : une offre immobilière construisant la « ville privée », Espaces et sociétés, 123, n. 4, p. 131-150.

ZICCARDI A. (coord.), 2003, Planeación participativa en el espacio local. Cinco programas parciales de desarrollo urbano, UNAM, D.F.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est un résultat partiel d’une recherche menée dans le cadre du projet Confurb (ANR SHS programme "Conflits, violence et guerres") coordonné par l’UMR CITERES. Les données sur lesquelles ce texte se base ont été recueillies à partir de l’année 2000. Les entretiens avec les nouveaux habitants de Tlalpuente et les anciens habitants du village, ont été réalisés essentiellement dans les périodes 2000-2002 et 2007-2009. Nous avons de plus utilisé des données extraites de la presse locale et nous avons effectués des périodes d’observation participante à certains moments de la vie du pueblo, comme les assemblés communautaires et la fête du saint patron.

2 La montagne de l’Ajusco est une zone boisée située au sud de Mexico dans la Délégation Tlalpan, qui est un des « poumons verts » de la ville. Dans cette zone sont situés huit pueblos, dont l’histoire remonte à l’époque coloniale. Leurs caractéristiques en tant que pueblos se définissent par rapport avec la relation aux terres communales, l’appartenance à certaines familles qui se considèrent comme fondatrices, et le sentiment de faire partie d’une communauté fondée sur la possession de la terre et sur une forme d’organisation sociale basée sur l’organisation de la fête du saint patron. Ces pueblos ont été en contact avec la métropole depuis l’époque coloniale et de plus en plus étroitement à partir de la révolution du XXe siècle et de la répartition des terres. Cependant, c’est seulement dans les dernières décennies qu’ils se sont vus « envahis » par des populations de l’extérieur, appartenant aussi bien aux couches populaires qu’aux couches moyennes et élevées.

3 De ce fait les relations avec les natifs des villages se caractérisent par une très forte distance sociale conjuguée avec la proximité spatiale, et sont marquées par une orientation de paternalisme d’un côté, et de subordination de l’autre.

4 Totoltepec signifie « montagne des oiseaux » en langue nahuatl.

5 Asociación de Colonos de Tlalpuente

6 Le District Fédéral se compose de 16 Délégations.

7 Les sous-délégués datent de l’époque du PRI (Parti révolutionnaire institutionnel) et assument les fonctions actuelles que remplissaient il y a quelques décennies ceux qu’on appelait les « principaux du pueblo », qui étaient les arbitres et aussi les juges dans les cas de délits mineurs.

8 L’assemblée est convoquée par des groupes d’habitants et en particulier par le sous-délégué, qui dépend spécifiquement de la Subdelegación de Desarrollo Social (Sous-Délégation au Développement Social). Ce qui révèle d’ailleurs, une conception des villages comme lieux ayant besoin d’être développés. A en juger par les assemblées auxquelles j’ai pu assister, la participation est très faible. Seuls y assistent quelques dizaines de personnes, dans un village qui a une population de 30 000 habitants.

9 Le travail agricole ne s’appuie plus sur le groupe familial mais sur le travail salarié. Dans ce nouveau contexte, les jeunes du pueblo ne veulent plus travailler la terre « gratis » et beaucoup de familles se voient tentées par la perspective de vendre, compte tenu également de l’existence de projets du gouvernement fédéral de réaliser des expropriations.

10 Certains fonctionnaires appartenant à la Délégation Tlalpan voulaient obtenir l’ouverture du passage par Tlalpuente pour atteindre un objectif complètement opposé à la préservation de la forêt. D’après cette version, que nous avons recueilli dans deux entretiens, les représentants de la Délégation, ont tenté d’imposer que l’on enlève la barrière d’entrée de Tlalpuente, apparemment pour permettre le libre passage, mais en réalité dans l’intention d’ouvrir le chemin pour un projet immobilier de l’autre côté de la montagne.

11 A l’entrée, il faut laisser une carte d’identité au vigile et dire à qui l’on va rendre visite. Pour les habitants autochtones qui possèdent des terrains dans l’enclave, il n’a pas été facile d’exiger et d’obtenir leur droit de transit. Certains d’entre eux ont obtenu que les vigiles de l’entrée les laissent passer après avoir discuté avec eux parfois de manière violente. Au final, tout dépend de l’attitude plus ou moins flexible de ceux qui administrent l’ACT à un moment donné.

12 Programa parcial de desarrollo urbano.

13 La majorité desquels étaient intéressés à l’obtention d’infrastructures de base dans leurs territoires (adduction d’eau, égouts, électricité, transport, écoles etc.).

14 Rappelons que les règles qui régissent la ZEDEC déterminent qu’on ne peut construire que 5% de la superficie du lot, et que celui-ci doit être au minimum de 5.000 m2. Mais presque tous les habitants originels de Tlalpuente possèdent des lots d’une taille plus petite (de 2000, 3000, 4000 m2).

15 Voir le decreto por el que se aprueba el programa parcial de desarrollo urbano san andrés totoltepec, en la delegación tlalpan dans la Gazeta Oficial du 27 d’août 2002.

16 On peut trouver une mise à jour de la situation de Tlalpuente dans la page web www.tlalpuente.com.mx

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La montagne de l’Ajusco, plan de situation
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8619/img-1.png
Fichier image/png, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angela Giglia, « Coexistence conflictuelle aux portes de la ville de Mexico : un ancien pueblo et une enclave sécurisée », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 27-35.

Référence électronique

Angela Giglia, « Coexistence conflictuelle aux portes de la ville de Mexico : un ancien pueblo et une enclave sécurisée », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 25 octobre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8619 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8619

Haut de page

Auteur

Angela Giglia

Professeure titulaire en anthropologie Universidad Autónoma Metropolitana (UAM), Iztapalapa, Mexico, Mexique Groupe de Recherche sur la Culture Urbaine (Département d’anthropologie) giglia.angela@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page