Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Philippe Pelletier, La fascination du Japon : idées reçues sur l’archipel japonais

André Buisson
Référence(s) :

PELLETIER P., 2012, La fascination du Japon : idées reçues sur l’archipel japonais, Paris, Le Cavalier bleu, 270 p.

Texte intégral

1Dans le livre, La fascination du Japon, P. Pelletier nous propose 36 sujets de réflexion autour d'idées « reçues » sur l'archipel nippon et la culture japonaise. Son analyse repose sur une idée simple : la vision du Japon par l'Occident est double. D'un côté, le Japon fascine l'Occident, depuis son ouverture au monde à l'époque de Meiji ; la culture japonaise fut dévoilée avec la mode des japonaiseries des années 1870 (et ses avatars que furent les « estampes japonaises ») et trouva sa concrétisation notamment dans la réalisation des jardins d'Albert Kahn à Boulogne-Billancourt, dont le village japonais conçu au début du 20e siècle est d'une richesse remarquable (construit à l'époque grâce à l'intervention d'artisans japonais offerts par l'empereur au mécène) et le goût pour l'art du bonsai ; après une longue pause, la culture japonaise refait parler d'elle avec l'intrusion du manga dans le panorama littéraire des Français du début du 21e siècle. D'un autre côté, le Japon « fait peur », avec ces images, restées gravées dans les mémoires, des kamikaze de la Seconde Guerre mondiale ou du suicide de Mishima par sepuku (hara kiri) le 25 novembre 1970...

2L'ouvrage, très documenté, vient « expliquer » les aspects les plus marquants de la vision que nous nous faisons de la civilisation japonaise : le Japon, « pays » de l'insularité, le milieu japonais inhospitalier, le Japonais et sa relation harmonieuse avec la nature, le mythe du Japonais travailleur, le Japonais « inquiétant ». Il faut donc « faire comprendre » aux lecteurs ce « monde » que la barrière de la langue rend opaque aux yeux de l'Occident et dont seuls quelques concepts ont rejoint notre imaginaire. Bien sûr, on ne connaîtra pas le Japon en ne lisant que des manga, en ne faisant que pratiquer judo, karaté, aikidô, Iaidô ou kendô... (encore que, bien enseignés, ces arts martiaux puissent permettre aux pratiquants de s'approcher des manières de penser de ceux qui les ont inventés !). Le pays du Soleil Levant ne se dévoile pas facilement : il faut en apprendre la langue, en connaître les différents niveaux de conversation, en fréquenter la population, y travailler et y vivre, pour s'en laisser doucement pénétrer.

3L'ouvrage très polémiste de Stéphane Benamou (Benamou, 1992) avait ouvert la voie à une appréciation critique de cette civilisation et de sa mentalité ; le livre de P. Pelletier vient comme une réponse, ou plutôt un correctif à ce travail engagé à fournir un regard uniquement négatif ! La fascination du Japon repose sur une analyse géographique et sociologique très fine. Chaque terme de la langue est décortiqué, les recours aux sources littéraires anciennes et récentes sont constantes, pour trouver des explications aux légendes et aux traditions (les références fréquentes de l'auteur au Kojiki, texte mythologique japonais datant du début du 8ème siècle, montrent la volonté de P. Pelletier de faire, dans son travail de géographe, une large place à la géographie historique). L'auteur remarque tout d'abord que c'est, bien souvent, aux premiers Occidentaux ayant visité le pays que l'on doit ces poncifs qui ont encore la vie dure aujourd'hui : les Japonais sont tous pareils, la vague bleue d'Hokusai représente le tsunami...

4Sans détailler tous les articles de ce livre très riche, il est possible de revenir sur quelques-unes des questions soulevées: je retiendrai particulièrement en premier lieu celle-ci, « Le milieu japonais serait-il inhospitalier ? ». Le livre paraît au lendemain de la plus effroyable catastrophe qu'il ait subi depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le tremblement de terre suivi du tsunami et de l'explosion de la centrale nucléaire de Fukushima, catastrophe d'autant plus dramatique que ce peuple qui, dans les fondements de sa culture, se veut l'un des plus ardents défenseurs de la nature, vient de lui porter un coup « fatal ». Evidemment, l'actualité de l'année 2011 a propulsé le Japon au-devant de l'actualité médiatique ; les infos en continu de BFM TV à partir du 11 mars ont attisé encore cette peur que le pays soit englouti à tout jamais dans un maelström diabolique, conjonction de séismes et de vagues géantes (la vague bleue d'Hokusai représentait-elle un tsunami ? ou tout simplement la déferlante, sur une terre qui « ondoyait comme de l'huile flottante » (p. 92, d'après le Nihonshoki). On lira avec intérêt en complément l'article de P. Pelletier écrit « sur le vif » Le Japon quatre fois frappé, echogeo.revues.org/Le fil de l'actualité/Sur le vif 2011 (en ligne). On pourrait rajouter une cinquième frappe, plus insidieuse celle-ci, liée à la dispersion des polluants (Globe, le blog de Planète terre, mise à jour du 8 avril 2011; infos récentes : les milliers de tonnes d'objets de tout type arrachés sur les côtes japonaises arrivent maintenant sur les côtes de l'Alaska, après 1 an et 6000 km parcourus). Tout cela est-il fait pour nous rassurer sur l'avenir du pays ?

5Le Japon doit-il faire peur ? Son étude sur le « péril jaune » balaye beaucoup d'idées reçues; rajoutons qu'il y a déjà plusieurs années que les judoka et karateka français ont battu leurs collègues japonais dans les compétitions internationales...

6Et puis, non, le Japon n'est pas un « petit pays », comme le corrige P. Pelletier : du 50è rang mondial en surface terrestre, il passe au 8è rang si l'on prend en compte les surfaces maritimes.

7« Les Japonais sont en harmonie avec la nature ». Bien sûr, le Shintoïsme et ses racines naturalistes, le « jardin japonais », le « jardin zen », l'art du bonsai ou celui du bouquet (Ikebana), l'estampe, le « culte » de la fête des cerisiers en fleur hanami (à tel point que ce sont des jours fériés,) ont livré une image des Japonais proches de la nature... mais de quelle nature s'agit-il alors, si ce n'est d'une nature « aménagée », « domptée », « idéale »... P. Pelletier insiste sur l'histoire des aménagements de l'espace rural, sous l'influence de l'importation des techniques chinoises en matière de riziculture, puis sur les phases successives de déforestation et de reforestation, mais aussi sur la rivalité quotidienne des ruraux avec les singes (la « guerre des singes ») et sur le massacre récurrent des dauphins. On pourrait continuer, avec la pêche industrielle au thon rouge en Méditerranée qui aboutit à sa prochaine extinction et sur la « pèche pour étude » des petits rorquals et autres cétacés. Bien sûr, il existe au Japon une tradition de pêche à la baleine, mais – à la différence des esquimaux qui luttent chaque jour pour leur survie -, les consommateurs ont-ils encore besoin de manger de la baleine, même si, en retour, ils lui rendent un culte ? Or, si l'on transpose ces dernières réalités japonaises au reste du monde, on découvre que l'Afrique noire est depuis plusieurs années partie en guerre contre ses éléphants, à cause de l'augmentation de la pression humaine sur les anciens territoires sauvages, que les chasseurs occidentaux organisent des battues sanguinaires contre les cerfs et les sangliers dans les grandes chasses de Bourgogne ou d'Alsace.... autant de points communs !

8« Les Japonais sont-ils inquiétants ? ». Se dévoile devant nous un monde de contrastes, entre d'un côté les cultures traditionnelles respectées et honorées dans les nombreux sanctuaires shinto comme celui du mont Takao près de Tokyo (où l'on va, entre autres, laver son argent pour en recevoir dix fois plus dans l'année, à condition de laisser celui qu'on a lavé en offrande aux moines), dans les pratiques ancestrales de la politesse, de la tenue vestimentaire (kimono, yukata, geta ou zori) et de l'accueil, ou existe encore un « milieu » identique à celui qui sévissait en Occident jusqu'aux années 1960 (yakuza), et d'un autre côté le pays de l'hyper-modernité, visible dans les quartiers branchés de Tokyo comme Ikebukuro, Akihabara ou Shinjuku, dans la créativité en matière d'électronique (le téléphone portable comme moyen de paiement), de transports (le shinkansen, train le « plus rapide du monde »)... La politesse des Japonais est « légendaire », mais que se cache-t-il derrière ? Dans le centre de Kyoto, les authentiques geisha croisent les jeunes « cosplay », témoins d'un ordre social déboussolé.

9Pour les Occidentaux, le Japon est un monde fermé, mais en toute chose l'insularité conduit souvent à l'isolationnisme (rappelons-nous de la phrase du quotidien anglais The Times d'avant-guerre: « brouillard sur la Manche, le continent est isolé »). En somme, ce livre nous fournit en abondance une matière à comprendre non seulement le pays, mais aussi -et surtout- l'image que l'on s'est forgée du Japon au cours de l'époque moderne et contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

BENAMOU S., 1992, 50 honorables raisons de détester le Japon, Paris, Albin Michel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Philippe Pelletier, La fascination du Japon : idées reçues sur l’archipel japonais », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8566

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page