Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Sara B. Pritchard. Confluence. The Nature of Technology and the Remaking of the Rhône

Gabrielle Bouleau
p. 14
Référence(s) :

Pritchard S. B., 2011, Confluence. The Nature of Technology and the Remaking of the Rhône, Harvard University Press, Cambridge, MA, 371 p.

Texte intégral

1Les travaux d’historiens et de géographes sur les aménagements du Rhône au vingtième siècle sont nombreux et il peut paraître présomptueux d’en proposer une synthèse cohérente au service d’une thèse originale. C’est pourtant ce qu’a entrepris la chercheuse américaine Sara Pritchard, avec un regard d’autant plus dépaysant qu’il prend ses distances vis-à-vis des écrits précédents sur le Rhône et vis-à-vis des institutions françaises. En s’appuyant sur une littérature secondaire abondante, mais également sur des sources qu’elle a elle-même trouvées à l’occasion de son doctorat et de recherches plus récentes, l’auteure analyse la manière dont des ressources discursives, environnementales et techniques ont été mises au service d’un projet politique : l’aménagement du Rhône au service de la reconstruction de l’Etat-Nation après-guerre. L’auteure a mobilisé de nombreux centres d’archives, depuis celles de l’association des amis du Vieux Donzère ou celles de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA), jusqu’aux auditions du Sénat Américain en passant par les archives de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), des communes et départements et bien sûr les archives nationales. La confrontation de ces différentes sources sert particulièrement bien l’ambition théorique de l’ouvrage de restituer les connaissances et incertitudes des acteurs.

2L’argumentation de l’ouvrage est de grande qualité servie par une riche bibliographie consignée sous forme de notes groupées par chapitre. Cette présentation ne permet pas une entrée par auteur, mais la structuration du livre sous forme chronologique permettra aisément aux spécialistes de retrouver la période qui les intéresse et les sources associées, de 1899 à 2000. L’accès aux archives s’interrompt avant la controverse au sujet du barrage de Loyettes et l’abandon de la liaison Rhin-Rhône, que l’auteure analyse donc à partir d’interviews et de sources secondaires.

3Le titre de l’ouvrage est inspiré par l’intitulé d’un séminaire que l’auteure a animé pendant deux ans sur la « confluence » de deux courants théoriques, l’histoire environnementale et la sociologie des techniques et des savoirs. Cette confluence est argumentée dans le premier chapitre, où l’auteure défend l’idée que ces deux courants ne sont pas antagonistes et peuvent au contraire se compléter. Pour cela, l’auteure se positionne dans un constructivisme modéré. Il s’agit de rendre compte de la manière dont on construit socialement l’environnement à la fois conceptuellement et matériellement en explorant les controverses à ce sujet. Il s’agit aussi de tenir compte de la manière dont cet environnement, à la fois naturel et construit, contraint les acteurs. Ceci conduit l’auteure à définir la notion de « régime envirotechnique », c'est-à-dire une manière de gouverner par les aménagements. Elle complète ainsi l’analyse des réseaux socio-techniques, qui est le propre de la sociologie des sciences, par une prise en compte des épreuves que l’environnement lui-même impose à ces réseaux. A partir de ce concept, l’auteure déploie en détail l’histoire de la Compagnie Nationale du Rhône et plus brièvement celle de la Compagnie du Bas-Rhône Languedoc. On voit ainsi comment les aménagements successifs ont modifié par exemple l’hydrologie et la topographie rhodaniennes et comment les paysages remodelés ont reconfiguré les incertitudes scientifiques, les possibilités d’action et les alliances objectives entre acteurs.

4Le concept de « régime envirotechnique » rend compte d’une construction mutuelle du politique et du technique sous la contrainte de l’environnement. La réalisation d’une infrastructure ne se fait pas sans un travail politique, pour mobiliser des fonds importants et des outils réglementaires adaptés et pour parvenir à un consensus sur le statut et les missions de la compagnie qui va le réaliser. Sa concrétisation progressive exclut certaines options, comme l’inondation de très grandes surfaces par de hauts barrages, et vient justifier techniquement et financièrement des arrangements singuliers, comme la « formule Rhône » alliant dérivation et chenalisation. Ces compromis techniques servent des intérêts politiques qui s’en trouvent légitimés. S’instaure alors un régime qui trouve une justification dans l’aménagement. Mais la situation n’est pas figée pour autant parce que le régime a besoin de nouveaux projets. La « formule » ne se rejoue pas à l’identique à chaque période, elle est sujette à des appropriations à divers niveaux politiques et sectoriels qui re-questionnent la multifonctionnalité des ouvrages, modifient l’ordre de priorité entre usages (hydroélectricité, navigation et irrigation), réinterprètent l’existant à la lumière d’enjeux géopolitiques.

5La première originalité du propos tient au traitement de l’environnement comme « actant » qui s’invite dans les controverses. Dans le chapitre 4 sur les réactions locales à l’aménagement de Donzère Mondragon, l’auteur compare une lettre du directeur de la CNR adressée au préfet en 1949 dans laquelle il nie toute relation entre l’ouvrage et l’abaissement de la nappe phréatique dont les riverains se plaignent et une note interne datée du lendemain dans laquelle il reconnaît explicitement un lien entre les deux. Plutôt que de conclure hâtivement au mensonge, Sara Pritchard s’attarde sur les éléments de preuve à disposition des acteurs. Elle pointe comment la sécheresse et la géologie ne sont pas des cartes stabilisées dans le jeu des acteurs. La sécheresse inattendue vient augmenter la difficulté des riverains à prouver que les niveaux de leurs puits n’étaient jamais descendus aussi bas. La géologie sur laquelle la CNR comptait pour limiter l’effet de son pompage s’avère plus complexe et moins coopérative. Tandis que les riverains demandent à la CNR elle-même d’expertiser leurs dommages (maisons fissurées, récoltes perdues…), la compagnie est agitée de controverses en interne sur les stratégies de déni, les stratégies d’amélioration de la connaissance et les stratégies de compensation. Finalement c’est en indemnisant individuellement les plaignants et en investissant plus que prévu dans l’irrigation que la compagnie parviendra à clore la controverse. L’environnement a aussi joué un rôle dans la multifonctionnalité de la compagnie.

6La seconde thèse de l’auteure est que si ces revirements de priorités ont étendu le réseau socio-technique rhodanien tantôt du côté de l’agriculture, tantôt du côté de l’énergie, tantôt vers les acteurs écologistes, avec différentes modalités d’aménagements, le centre de ce réseau a toujours été à Paris et les équipements ont plus servi à construire la « grandeur » de la France que des projets régionaux. L’auteure n’adhère cependant pas à l’hypothèse d’un jacobinisme culturel. Le centralisme français n’est pas compris comme donné une fois pour toute, mais le résultat d’un entrepreneuriat très actif de la part d’élites qui utilisent les initiatives et les ressources régionales. Depuis l’absence de références au Plan Marshall  (qui a pourtant financé 90% de l’ouvrage de Donzère Mondragon) dans les discours politiques ou les actualités françaises de l’époque jusqu’aux documents techniques comparant le gabarit du canal rhodanien à celui du canal de Suez, l’auteure analyse les coulisses de l’orchestration d’un spectacle de portée internationale, à la suite de laquelle le « Rhône régional de Herriot et Perrier est devenu le fleuve de la nation » (p. 57). L’auteure restitue dans le même temps les contestations du cadrage national, comme par exemple les oppositions à l’intervention de l’Etat dans le secteur hydroélectrique avant-guerre, les remises en cause de l’asymétrie entre Paris et la province après-guerre et les critiques écologiques dans les années 1990. Mais elle montre aussi que dans ces trois cas, le réseau socio-technique des planificateurs a su récupérer cette critique pour en faire une nouvelle justification de l’intervention étatique et naturaliser cette intervention en l’inscrivant durablement dans l’espace et le droit. Plus qu’une critique de l’appareil d’Etat, ce sont ses connivences avec certains secteurs industriels et son pouvoir d’imposer des solutions techniques standards (la maïsiculture irriguée, le chauffage électrique…), qui sont interrogées ici. Pour le lectorat français, cet argument invite à une réflexivité difficile au sujet de la contribution de la science au projet national centralisateur au détriment d’initiatives locales plus diversifiées, plus adaptables, mais moins transférables et donc moins porteuses de renommée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Bouleau, « Sara B. Pritchard. Confluence. The Nature of Technology and the Remaking of the Rhône », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 14.

Référence électronique

Gabrielle Bouleau, « Sara B. Pritchard. Confluence. The Nature of Technology and the Remaking of the Rhône », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 22 juillet 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8553

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page