Navigation – Plan du site
Articles de varia

Editorial

Anne Rivière-Honegger
p. 243-244

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1La volonté du comité de rédaction de Géocarrefour a été, depuis quelques années, de ménager une place régulière à des Varia et de revendiquer le fait que « lire un Varia procure une satisfaction d’un autre ordre, celui de la découverte, celui de la surprise, celui de la dissonance dans un monde où tout est balisé. » (Montès, Rivière-Honegger, Verdeil, 2006). Le succès rencontré par nos appels réguliers, lors de colloques par exemple, a été tel que nous avons été dépassés et que, n’étant plus en mesure de publier les textes reçus dans un délai raisonnable, nous avons dû, à notre grand regret, prendre la décision de suspendre la réception de nouveaux articles Varia jusqu’à début 2013. Parmi les nombreux articles arrivés donc, quatre sont publiés dans ce numéro. Ils émanent de jeunes chercheurs. Deux sont consacrés à la question de la gestion de l’eau, les deux autres au risque. Au-delà des thèmes privilégiés par chacun, ces textes sont porteurs d’une réflexion sur l’aménagement des territoires. La place de la réglementation est interrogée avec, en miroir, l’étude de l’évolution des jeux d’acteurs, des choix économiques opérés et des impératifs environnementaux.

2La contribution proposée par Marie-Anne Germaine apporte un éclairage sur la manière dont les acteurs locaux abordent les problèmes liés à la gestion des cours d’eau et de leurs berges dans un contexte réglementaire plus contraignant (Directive cadre européenne sur l’eau, Loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006). L’article retrace les évolutions de la gestion d’un cours d’eau bas-normand, la vallée de la Touques (Calvados), depuis les années 1980, et analyse les enjeux et les blocages identifiés dans le passage d’une gestion strictement piscicole à celle d’une gestion concertée du cours d’eau. L’auteure tente de comprendre comment s’opèrent les arbitrages, comment s’intègrent les aspirations sociales dans les programmes de gestion de rivière, comment s’effectue l’évolution entre de simples interventions techniques ponctuelles et des projets de territoire partagés à l’échelle de la vallée. Elle interroge particulièrement la place de la restauration écologique dans la construction en cours du paradigme environnementaliste.

3Le second texte porte sur la gestion quantitative de l’eau en zone méditerranéenne au regard de l’application de la Directive Cadre sur l’eau. Son auteur, Zoé Hagel, confronte les regards d’acteurs des sphères de l’urbanisme, de l’agriculture et de la gestion des milieux aquatiques et, au prisme de leurs représentations, s’interroge sur les nouveaux espaces de solutions vers une gestion spatiale de l’eau. Le paysage est proposé comme un vecteur intégrateur permettant d’énoncer la question de la gestion quantitative de l’eau. Le terrain de recherche, la moyenne Durance, allie aux usages classiques – urbains, agricoles et de maintien des milieux aquatiques - des usages qui en font un exemple spécifique au regard des bassins versants méditerranéens, celui de l’hydroélectricité qui complexifie la gestion et du tourisme au travers de la valorisation des plans d’eau. EDF reste ainsi un acteur majeur et prioritaire en tant que constructeur du barrage de Serre-Ponçon. De même, l’agriculture a un statut particulier et bénéficie d’un débit réservé, situation bien différente de celle de l’agriculture déployée dans les bassins dits non sécurisés. L’approche choisie permet, à partir de nombreux entretiens, de saisir les dynamiques territoriales et d’avoir un regard réflexif sur les enjeux liés à la gestion quantitative de l’eau et les cadres stratégiques d’action.

4Le troisième texte est issu d’une communication au colloque « Le risque industriel, une question de Sciences humaines et sociales » organisé par l’UMR 5600 CNRS « Environnement Ville Société » à Lyon en mars 2010. Il s’inscrit dans la continuité de travaux publiés par la revue Géocarrefour dans le cadre de numéros thématiques, avec un point de vue original centré sur les élus locaux et la relation Etat-communes. Mathilde Gralepois nous livre, en s’appuyant de façon documentée sur la région lyonnaise et l’exemple du Havre, une approche de la prévention et de la gouvernance des risques industriels en interrogeant un nouvel outil juridique, la préemption. L’auteure montre que la préemption est un outil de maîtrise de l’urbanisme plus adapté à la production de projet qu’à la prévention et à la maîtrise du foncier ; elle avance que cette utilisation constatée conduit à une modification des objectifs des Plans de prévention des risques technologiques (PPRT), favorise la constitution de réserves foncières pour des projets à venir. Plus largement, l’auteure aborde les difficultés engendrées localement par le renforcement de la législation sur le risque et les nouvelles méthodes d’estimation des dangers industriels, qui conduisent à réinterroger les relations entre ville et industrie et la relativité de l’appréhension du risque industriel à proximité des agglomérations.

5Aurélie Defossez, enfin, traite du poids respectif de la réglementation et du vécu de l’inondation dans l’efficacité de la prévention du risque d’inondation, à partir d’un exemple, celui des basses plaines de l’Aude, et plus particulièrement des communes de Cuxac d’Aude et de Coursan où ont été effectuées des enquêtes précises et l’exploitation systématique des documents d’urbanisme. Ce choix se justifie par la violence des inondations de 1999 et par le fait que ce territoire est doté d’un Plan de prévention des risques (PPR) appliqué par anticipation en 2003 et approuvé en 2008. Ce terrain d’étude autorise ainsi à s’attacher à l’évaluation de l’effet de mesures de réduction de la vulnérabilité sur l’habitat, inscrites dans le document réglementaire du PPR. L’argumentaire tend à montrer la moindre efficacité du dispositif réglementaire, en particulier du PPR, par rapport aux réalisations individuelles observées, attribuées à une conscience et une expérience du risque des populations, à leur rapport au territoire et à l’effet de contexte post-catastrophe.

6Ces interrogations renouvelées, sur les liens entre population, identité et territoire, sur les rapports entre gestion de l’eau et développement local, sur les relations entre ville et industrie, suggèrent de nouveaux modèles d’aménagement et de concertation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Rivière-Honegger, « Editorial », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 243-244.

Référence électronique

Anne Rivière-Honegger, « Editorial », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 02 avril 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8552

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page