Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Habiter les territoires à risques

Jacques Donze
p. 56
Référence(s) :

NOVEMBER V., PENELAS M., VIOT P. (dir.), 2011, Habiter les territoires à risques, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « espace en société », 252 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire, regroupant la contribution de 14 auteurs en 11 chapitres, reprend les actes d’une journée d’études organisée en avril 2009 à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne par notre collègue suisse Valérie November. Le nombre et la diversité des auteurs (7 géographes, 2 sociologues, 1 architecte, 1 ethnologue, 1 politiste et un représentant des sciences de gestion), réunis avec l’intention de saisir la multiplicité des relations entre risques et territoires habités, laisserait craindre d’emblée une trop grande dispersion. Au-delà de la diversité des études empiriques, il se dégage cependant une certaine unité autour de deux écoles de pensée auxquelles les auteurs se rattachent : le courant constructiviste d’influence anglo-saxonne d’une part, selon lequel le risque serait une représentation, une construction sociale et culturelle,  la sociologie des sciences et des techniques d’autre part, derrière Bruno Latour et Michel Callon, maintes fois cités. Dans cette optique, la gestion des risques en général, et des crises en particulier, dépend des formes de connaissances mobilisées pour les identifier. Chaque catégorie d’acteur produit un savoir spécifique, fonctionnant selon sa rationalité propre : savoirs experts d’ordre scientifique et technique par les gestionnaires du risque ou d’ordre social, environnemental et politique par les gestionnaires du territoire ; savoirs profanes des habitants-citoyens, des riverains, des « non sachants » exposés ou simplement concernés. C’est le recueil de ces derniers qui est privilégié ici, en particulier sous le regard des sociologues et des anthropologues. Ces connaissances vernaculaires expriment toutes, à des degrés divers, un état de vulnérabilité face aux dangers. Or la précocité et le poids de l’expertise scientifique et technique dans la gestion des risques « naturels » expliquent la prédominance des concepts liés à la gestion du danger. Mais raisonner en termes d’aléa, comme cela a ressurgit dans le guide PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques) en France, n’exprime-t-il pas un certain fatalisme devant l’incertitude du fonctionnement de la nature ? Incertitude que les services de l’Etat cherchent à réduire en parant à toute éventualité. Ce sont bien les politiques publiques qui dimensionnent le problème, comme en d’autres domaines (la politique de la ville, la gestion des flux migratoires…). Tout ceci s’avère peu adapté à la gestion du territoire habité, voire même aux dangers liés aux activités humaines telles que l’industrie, l’agriculture (les silos à grains ou autres stock d’ammonitrates), les pratiques touristiques et sportives. Le déclenchement de l’avalanche est aléatoire ; la pratique du ski hors-piste est dangereuse. De même, raisonner en termes d’enjeu, n’est-ce pas exprimer en premier lieu la préoccupation de l’Etat-gestionnaire ? Etat qui connait bien les risques par les moyens dont il dispose, mais qui connait peu le territoire, pour qui ce territoire obscur, lointain, complexe, reste bien souvent un territoire passif, un « non humain », pour reprendre l’expression de Michel Callon.

  • 1  STENGERS I., 1995, L’invention des sciences modernes, Paris, Flammarion.

2Dans leur premier chapitre, V. November, M. Pénélas et P. Viot insistent sur le fait que le risque, à partir du moment où l’on raisonne exclusivement en termes de danger, résiste bien souvent aux aménagements conçus pour le limiter ; il le contourne, il surgit là où on ne l’attendait pas ; il fait fi de l’éloignement et de la mise à distance où l’a rejeté une approche purement fonctionnaliste. Les auteurs reprennent le néologisme de « récalcitrance » emprunté à I. Stengers1. A partir du moment où l’on privilégie la vulnérabilité du territoire, il est nécessaire de recomposer le jeu d’acteurs, englobant humain, au raisonnement en principe logique, et « non humain », en faisant l’hypothèse, inspirée par M. Callon, que le risque est un acteur, un « actant », qui transforme l’espace (le détruit, le recompose, oblige à déménager). La rivière, non humain fonctionnant par bassin-versant, avec sa propre logique systémique, est un « actant » potentiellement dangereux, récalcitrant, résistant à toute approche sectorielle du gestionnaire administratif et à toute mesure d’éloignement et de zonage. En ce sens, habiter un territoire à risque est entendu ici comme un processus de renouvellement. Risque et crises modifient les dynamiques territoriales. Ils sont même inhérents à la dynamique urbaine. Le risque façonne le territoire et la société, le régénère, il en serait l’accomplissement (terme qui apparaît le plus proche de l’anglicisme « performer l’espace » utilisé par les auteurs) pour le rendre plus humain et lui conférer une autre modernité. Ulrich Beck n’est pas loin… La « récalcitrance » des risques à être gérés serait alors le résultat d’une prise en compte partielle, segmentée, dominée par une vision d’un espace euclidien (la mise à distance), alors qu’une gestion globale demanderait à prendre en compte toutes les connexités d’une vision systémique. On pense, et le titre de l’article y porte (« l’empreinte des risques : éléments de compréhension de la spatialité des risques ») à la notion de « trajection » ou relation entre paysage-empreinte et paysage-matrice proposée par Augustin Berque pour cerner ce va-et-vient entre les groupes humains et les paysages que l’action humaine transforme et produit, cependant qu’il modifie leurs comportements. Le chapitre rédigé par Marie Augendre sur la conception et la mémoire du risque au Japon (il s’agit ici du risque volcanique) vient tout à fait à propos. Au Japon, « La catastrophe serait non pas une chute, un dénouement (cata-), mais une anastrophe, un renversement, un rebondissement (ana-) ; elle est le point de départ d’une adaptation nécessaire ». Le risque, c’est vivre à la même place que des phénomènes qui peuvent apporter autant du positif (création, renforcement, régénération) que du négatif (disparition, régression, destruction). D’autant que, par les travaux de protection qu’il engendre (les « sabô »), le risque constitue autant une manne providentielle pour l’économie locale qu’un leurre, celui d’être protégé ! Entre l’homme et la nature s’interpose une réalité artificielle. La mémoire du risque, la réglementation, la cartographie, autant de dispositions faussant les perceptions et masquant les incertitudes de l’aléa. Ce déni, ce paradoxe de la familiarité, conduit les acteurs à occulter les connaissances sur le danger au profit d’interprétations rassurantes. Bel exemple de récalcitrance : les crises ne se reproduisent jamais à l’identique. Ainsi, dans cet archipel où la surface utile est réduite, habiter un territoire à risque s’apparente à une coexistence avec ces risques, solution pragmatique à l’exposition au danger, une forme de risque accepté, négocié, supporté. On retrouve ici la notion de cohabitation raisonnée proposée par E. Martinais lorsqu’il revient dans sa contribution sur la façon dont s’est structurée la relation du risque au territoire dans la vallée de la chimie au sud de Lyon. Mais cela n’en constitue pour lui qu’une étape après celui de la mise à distance (l’isolement des établissements dangereux et incommodes dans les « lônes » du Rhône au sud de Lyon au 19ème siècle), l’acceptation tacite d’une proximité dangereuse tout au long du 20ème siècle jusqu’à la loi de 1987. Le modèle de la cohabitation raisonnée coïncidant avec l’avènement du risque majeur comme catégorie de l’action publique, avant que la prolifération des dispositifs de prévention type PPRT ne remette en cause les conditions de cette cohabitation, voire de l’industrie elle-même, tout ceci sous la pression de l’opinion publique et de l’urbanisation. On regrettera cependant un manque de vision globale à l’échelle des enjeux d’une grande agglomération, d’autant plus que sous couvert de vallée de la chimie, l’auteur ne s’appuie que sur une seule commune (St Fons) sans citer alors toutes les sources disponibles. Pour autant, une coexistence durable est-elle impossible ? Marie Augendre précise bien les limites du cas japonais. Coexistence acceptable dans les espaces montagnards ou côtiers marginaux, plus difficilement dans les espaces urbains ou touristiques à forts enjeux où on ne tarderait pas à passer de la négociation à la controverse comme le montre l’article de M. Graslepois. Et il n’est pas sûr que la catastrophe de Fukushima n’ait pas détruit ce fragile consensus.

3M. Graslepois montre, au sujet de la mise en place du PPR de Neuville-sur-Saône à l’amont de Lyon, comment on est passé de la négociation sur les enjeux de développement à la controverse sur les méthodes de calcul de l’aléa entre services de l’état, chargés de « dire » le risque, et de le cartographier, et services techniques des collectivités locales ayant acquis une expertise jugée au moins équivalente. Il y a ainsi une « récalcitrance » des risques à s’inscrire dans le cadre statique prédéfini par l’Etat, au travers des Plans de Prévention, créant une nouvelle « scène locale du risque », pour reprendre l’expression consacrée. La comparaison avec la vallée de la chimie est intéressante. Au même moment en effet, en 2006, les services d’urbanisme du Grand Lyon ont au contraire milité pour que le « porter à connaissance » des risques de 2004, au zonage très pénalisant, soit transcrit tel quel dans le PLU, gelant toute dynamique urbaine dans ces communes industrielles pour au moins deux mandatures. Non pas qu’ils estimaient avoir une expertise moins robuste. Plus probablement parce que l’enjeu résidentiel et touristique du val de Saône leur semblait supérieur à celui du maintien de l’industrie dans le « couloir de la chimie », entaché d’une image péjorative. Comment concilier ambition métropolitaine, cadre de vie attractif et « non humains » dangereux ? Sans oublier le « vivre ensemble ». N’est-ce pas l’ancien maire de Pont-de-Claix au sud de Grenoble, qui rappelait en 1993 que le risque social de dépérissement des quartiers industriels était plus grand, en termes de probabilité, que le risque industriel.

  • 2  ROUSSEL I, SCARWELL H.J., 2006, Les démarches locales de développement durable à travers les terri (...)

4Le questionnement des savoirs profanes et des perceptions sur la pollution atmosphérique à Saint-Etienne entrepris par Jacques Roux, outre qu’il montre bien cette incompréhension entre ressenti et savoirs experts s’appuyant sur un réseau de capteurs physiques, débouche rapidement sur la question principale : où commence et où s’arrête le territoire d’un risque diffus ? Quel est, en somme, le territoire de l’air ? La pollution correspond au territoire fonctionnel couplé à la dynamique atmosphérique. Et sur ce point, La sociologie atteint ses limites ! La consultation des écrits de I. Roussel et H. J. Scarwell2 sur la territorialisation du risque lié à la pollution atmosphérique, ne serait-ce que dans les actes du colloque « Risques et Territoires » de 2001 dont J. Roux a été un des co-auteurs, aurait pu apporter quelques éclairages. Le géographe regrettera surtout l’absence de cartes permettant de comprendre la configuration des lieux, en particulier que Saint-Etienne soit appelée parfois la ville aux sept collines, la septième étant un énorme terril dominant la ville, le « crassier »….. De son côté, Julien Langumier revient sur son terrain de thèse, Cuxac d’Aude en Languedoc, étudié deux ans après les inondations de 1999. Rester, ou partir ? On vit plus longtemps en période « normale » qu’en période de crise. Donc, çà vaut bien le risque de rester ! La démarche ethnographique, fondée sur l’observation des pratiques et le traitement de discours, permet de confirmer l’idée que toute analyse non territorialisée, en évacuant la complexité des arbitrages, ne permet pas d’appréhender correctement la question de la dangerosité des lieux. Elle permet d’aller au plus près des problématiques du vivre, de l’habiter, de l’habitus.

  • 3  COANUS T., COMBY J., DUCHENE F., MARTINAIS E. (dir.), 2010, Risques et territoires, Paris, Lavoisi (...)

5Les initiateurs du projet ont cherché à conforter ce thème transversal en champ de recherches, voire en école de pensée. C’est ambitieux. Il s’agit de démontrer que ce n’est pas tant la nature des risques qui distingue les situations entre elles que les dynamiques spatiales et la connaissance que nous en avons. Le territoire est un tout et il importe d’en analyser les risques selon une problématique globale. Si c’est original par rapport à l’approche scientifique et technique longtemps dominante chez les gestionnaires, cela l’est moins par rapport à l’évolution de la pensée des auteurs et la problématique en général. Peu de choses nouvelles en effet chez V. November par rapport à sa thèse soutenue en 2000 dont elle reprend l’argumentation et les conclusions en y ajoutant une étude de cas qui date de 2006/2007 (les inondations de la commune de Lully à l’est de Genève). Et le champ de recherche est loin d’être balbutiant. Faut-il rappeler le colloque « Risques et territoire » organisé par l’UMR 5600 Environnement, Villes et Sociétés du CNRS à Lyon en 2001 déjà signalé, où se trouvait V. November, même si les actes n’ont été publiés qu’en 20103. Tenter une cartographie des controverses comme s’essaient à le faire F. Mélard sur le dépérissement des abeilles et l’expérimentation des betteraves génétiquement modifiées en Belgique, et J. Whatmore et S.L. Lane de façon plus générale est plus nouveau, surtout de la part de non-géographes. Les contributions de J. Rebotier (l’amplification des risques liés aux effets de l’explosion urbaine à Caracas), S. Revet (les coulées de boue sur la côte nord du Venezuela en 1999) et J. Grisel (la destruction d’un village valaisan) sont, quant à elles, extraites de leurs travaux de thèse, adaptées à la problématique pour la circonstance. Mais le principal mérite de cette livraison est de rappeler l’originalité de la pensée de V. November qui reste la principale figure de la géographie des risques en Suisse à la suite d’A. Bailly, et de permettre une comparaison éclairante avec la philosophie japonaise que M. Augendre connaît bien pour y avoir fait sa thèse de doctorat. Soulignons enfin la pertinence du choix de Géocarrefour pour en faire un compte rendu, tant les convergences sont importantes en termes d’appartenance institutionnelle (5 auteurs appartiennent à des UMR lyonnaises ou ayant travaillé sur l’agglomération lyonnaise), et en termes de références. Il y a là un noyau Rhône-alpin/Suisse romande dont les recherches sont largement orientées sur l’approche des risques par la vulnérabilité des territoires habités. Comment dès lors ne pas rappeler le concept de « l’homme-habitant » cher à M. Le Lannou, directeur de cette revue de 1962 à 1972. A travers cette notion, c’était bien la relation entre l’homme et l’espace délimitant son enracinement culturel qui était en cause.

Haut de page

Notes

1  STENGERS I., 1995, L’invention des sciences modernes, Paris, Flammarion.

2  ROUSSEL I, SCARWELL H.J., 2006, Les démarches locales de développement durable à travers les territoires de l’eau et de l’air, Septentrion, 269 p.

3  COANUS T., COMBY J., DUCHENE F., MARTINAIS E. (dir.), 2010, Risques et territoires, Paris, Lavoisier, 471 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Donze, « Habiter les territoires à risques », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 56.

Référence électronique

Jacques Donze, « Habiter les territoires à risques », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8542

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page