Navigation – Plan du site
Lectures et relectures croisées

Olivier Orain, De plain-pied dans le monde

Caroline Leininger-Frézal
p. 233-234
Référence(s) :

ORAIN O., 2009, De plain-pied dans le monde. Ecriture et réalisme dans la géographie française du XXe s., Paris, l’Harmattan, Coll Histoire des Sciences Humaines

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1De plain-pied dans le monde d’Olivier Orain est un projet ambitieux qui se propose de revisiter par le prisme de l’écriture géographique, le corpus des géographes des années 1910 aux années 1980(De Vidal de la Blache à Raffestin, F Auriac en passant par A. Cholley, J. Gottman, etc.). L’auteur adopte une démarche originale, structurée sur une analyse textuelle qualifiée de poétique. Le projet heuristique défini en introduction par la négative, se dévoile au fil de la lecture, ce qui obscurcit la compréhension du projet. « Dans ce livre, je me propose donc d’étudier les enjeux, dialectiquement, épistémologiques et scripturaires, de la posture réaliste de la géographie classique, et dans la même perspective, les formes et répercussions de sa remise en cause » (p. 19).

2Le retour sur des écritures géographiques relativement anciennes constitue un processus d’acculturation du lecteur. Ce processus n’est pas lié à la mise en exergue des théories vidaliennes mais à l’analyse du mode d’écriture qui lui est affiliée. C’est donc un travail sur l’évolution historique et les transformations morphologiques de la communauté des géographiques et de leur mode de pensée et d’écriture, ce qui justifie pour l’auteur l’ancrage de son travail dans le paradigme kuhnien.

3La première partie met en évidence le réalisme de l’écriture vidalienne et la pérennisation de ce modèle jusqu’au milieu du XXe s. Ce réalisme primaire de la géographie repose sur une « posture métaphysique » qui suppose « un réel immédiat, directement saisissable et réinscriptible. » (p. 36). Dans cette perspective, il n’y a pas de distance entre l’objet et sa connaissance. La géographie n’est pas une traduction du monde mais son expression. Les écrits vidaliens sont destinés à créer un sentiment d’immersion dans le terrain. Leur contenu est informationnel, leur tonalité neutre. Les interventions auctoriales, les références bibliographiques, l’inter- et le para-texte, sont absents. Les écrits classiques sont de « plain-pied » dans le réel.

4L’écriture géographique reste réaliste chez les géographes post-vidaliens mais ces derniers doivent prendre en charge la question de la scientificité disciplinaire qui émerge. En analysant successivement les textes de J. Gottman, A. Cholley et P. Georges, O. Orain montre comment chacun de ces géographes s’est approprié ce questionnement et l’a pris en charge.

5Cette première partie questionne en creux les mécanismes sous-jacents de l’écriture géographique actuelle. La profondeur historique de la réflexion d’O. Orain permet de comprendre comment les normes, qui encadrent l’écriture géographique aujourd’hui, ont été construites ou introduites au sein de la « nouvelle géographie ».

6La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse du « malaise » de la géographie française dans les années 1960. Cette analyse s’appuie sur une lecture kuhnienne de la géographie à laquelle se consacre l’intégralité du chapitre 3. O. Orain décortique les éléments qui composent la matrice de la géographie classique : terrain, commentaire de cartes et de documents constituant des succédanés de réalité, ancrage de la géographie dans la doxa vernaculaire, modèle organiciste de la région, principe de causalité linaire. Ce chapitre 3 semble déconnecté du reste de l’ouvrage tant par son mode d’écriture que son contenu. Il devient alors difficile de suivre le raisonnement de l’auteur.

7Les chapitres suivants s’inscrivent plus directement dans la lignée de la 1e partie. Les années 1960 correspondent à l’émergence d’« anomalies » dans le paradigme vidalien et dans les modalités d’écriture associées. A travers les textes de Claval, Meynier et Georges, Philipponeau et Labasse, O. Orain montre comment ces géographes accueillent des nouveautés issues d’autres sciences sociales et humaines, tout en régulant leurs impacts. Le terme d’espace géographique se substitue à celui de milieu mais rappelle sous certaines acceptions (étendue terrestre, état de fait) le corpus classique. L’écriture géographique reste en prise avec le réel même si la finalité devient explicative. Les années 1960 ne constituent pas une rupture mais l’expression d’un malaise.

8La « révolution dans les textes » (chapitre 6) prend place dans les années 1970. L’espace géographique a permis l’expression de critiques qui ont formalisé une rupture épistémologique. La géographie a d’autres référents théoriques puisés notamment dans la géographie anglo-saxonne. Les évolutions théoriques ont appelé de nouvelles méthodologies et de nouveaux modes d’écriture distanciés du réel. Il ne s’agit plus de rendre la réalité mais de construire un discours dessus, ce qui pose la question du constructivisme sur laquelle s’achève l’ouvrage. O. Orain distingue deux formes de constructivisme : celui des années 1970 qui correspond à l’empreinte sociale dans le construit et le constructivisme social qui est au cœur de l’explication. Les nouveaux termes employés sont polysémiques (paradigme, référenciel, etc.) mais les géographes constructivistes s’accordent sur le principe de régulation des données empiriques et sur la notion de problématique. Finalement l’analyse de l’évolution de l’écriture géographique au cours du XXe s. trouve une résonnance dans les questionnements qui mobilisent aujourd’hui la discipline.

9L’actualité des questions soulevées résulte aussi du fait que De plain pied dans le monde peut être lu comme une observation de l’auteur en train de l’écrire, comme une sorte de mise en abîme. Cela découle de la manière dont le texte est écrit. Une grande partie de l’ouvrage se constitue d’extraits de textes commentés dont la lecture donne l’impression de livrer le matériel brut de l’analyse, ce qui place le lecteur dans la posture d’observation d’un travail en train de se réaliser. Le lecteur n’est pas le récepteur d’une théorie mais le témoin de son émergence. Cette impression est bien sûr un artefact littéraire (ce livre est issu d’une thèse soutenue en 2008), certainement non volontaire de la part de l’auteur. Il inscrit le texte dans une forme de « plain-pied ».

10Ce mode d’écriture n’est pas neutre tant sur la forme que sur le fond. Les nombreux extraits de textes sur lesquels s’appuie l’auteur, constituent la richesse de l’ouvrage mais alourdissent la lecture. Ces extraits sont souvent d’une longueur inhabituelle dans la littérature géographique. Certes, cela correspond à la méthodologie choisie et assumée par l’auteur. L’ouvrage aurait gagné en clarté avec des extraits peut-être moins nombreux et plus courts, suivis d’analyses plus synthétiques. Cela aurait permis de rythmer l’écriture et faciliter la lecture.

11Sur le fond, le déroulement d’une succession de commentaires de textes rend difficile l’articulation entre la démarche inductive (1e et 3e partie) et l’ancrage théorique (2e partie). O. Orain propose une lecture fine et éclairante de Kuhn qu’il est néanmoins difficile d’articuler avec le corpus foisonnant issu des commentaires de textes. Cela donne l’impression d’une rupture entre la deuxième partie et le reste de l’ouvrage, et un sentiment d’inachèvement, même si l’auteur parvient à valider avec force et conviction les hypothèses proposées en introduction. Ce mode d’organisation génère une autre aporie, l’absence d’examen de la notion de « plain-pied ». C’est avec déception qu’en achevant la lecture du livre, je constate que je n’y trouve pas le recul épistémologique et historiographique escompté à la lecture du titre sur cette notion. Un travail de ce genre a déjà été mené (Tutiaux-Guillon N, 2006) dans le cadre de la discipline scolaire histoire géographie. Cependant l’épistémologie savante et l’épistémologie scolaire sont disjointes et il est dommage que l’auteur ait fait l’économie de cette réflexion.

12De plain-pied dans le monde reste un ouvrage original tant par son sujet que la méthodologie mise en œuvre. Il marquera certainement l’épistémologie de la géographie du XXe s. C’est peut-être lui qui sera pris à témoin dans quelques décennies pour éclairer l’état de la science géographique en ce début de XXIe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Leininger-Frézal, « Olivier Orain, De plain-pied dans le monde », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 233-234.

Référence électronique

Caroline Leininger-Frézal, « Olivier Orain, De plain-pied dans le monde », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8538

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page