Navigation – Plan du site
Lectures et relectures croisées

Olivier Orain, De plain–pied dans le monde

Isabelle Lefort
p. 234-236
Référence(s) :

ORAIN O., 2009, De plain–pied dans le monde, Ecriture et réalisme dans la géographie française au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, Histoire des Sciences Humaines, 428 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1De plain–pied dans le monde, Ecriture et réalisme dans la géographie française au XXe siècle : sous ce beau titre, Olivier Orain, propose un volumineux ouvrage (428 p.), tiré de sa thèse, sur le projet géographique tel qu’il fut déployé et discuté par les géographes français, des prémices vidaliennes jusqu’aux débuts des années 1990. Le projet en est radicalement épistémologique : « Dans ce livre, je me propose donc d’étudier les enjeux dialectiquement épistémologiques et scripturaires de la posture réaliste de la géographie classique et dans la même perspective, les formes et répercussions de sa remise en cause » (p. 19).

2On ne trouvera donc pas dans ces pages une nouvelle histoire de la discipline – ce n’est pas le propos - mais une « lecture » approfondie, à la fois « déchiffrement et interprétation », des manières de faire des géographes à partir, non pas d’un corpus systématique, mais de morceaux choisis pour leur qualités représentatives et indiciaires.

3Cet ouvrage est profus qui donne généreusement à lire les textes, les commente longuement… même s’il faut sans doute reconnaître qu’une (bonne) connaissance préalable de l’histoire et des débats pratiques et théoriques de la géographie ne saurait complètement nuire au plain-pied de la lecture. O. Orain, excellent connaisseur de ces corpus, entraine son lecteur dans les méandres de textes, plus ou moins longs et connus, qu’il assemble en réseau, qu’il fait dialoguer de façon discursive et labile, en s’essayant à être au plus près des mots. Cet ouvrage s’inscrit donc dans le vaste mouvement qui traverse les sciences humaines et sociales et interroge leur fabrique textuelle et scripturaire. L’approche textualiste repose sur l’hypothèse qu’une « communauté (scientifique) constituée produit entre autres choses des formes idiosyncrasiques de mise en texte » (p. 13) dont l’explicitation facilite la saisie des paradigmes scientifiques. Le projet de cet ouvrage est donc particulièrement stimulant, puisqu’il s’attaque à deux questionnements forts. Le premier est la saisie du réalisme géographique, le second, qui sert à la fois d’« hypothèse de marche » et d’horizon démonstratif, consiste en une exploitation/transfert de la matrice kuhnienne et de sa validation heuristique dans le champ de cette discipline. Les deux objectifs sont intrinsèquement enchâssés l’un dans l’autre : l’objet de l’enquête (le réalisme) sert de levier à la validation du prisme kuhnien et de son applicabilité.

4Sur le premier point, les pièces au dossier ne manquent pas. O. Orain mobilise nombre de géographes et de textes (de statut différent) pour saisir et cerner les postures géographiques face au monde et rendre compte de la « clause de réalité » qui a longtemps conditionné le projet scientifique disciplinaire dans son périmètre hexagonal. Et s’il ne s’agissait que de cela, cet ouvrage apporterait déjà des analyses significatives sur les manières de faire avec les mots des géographes. Sachant que ces derniers transportent toujours dans leurs bagages bien plus que leur (simple) signifié, on saura gré à O. Orain d’avoir enquêté aussi finement sur ces mots de géographes pour dire le monde. Ainsi, la première partie est toute entière consacrée au Réalisme de la géographie classique. O. Orain a fait le choix méthodologique (et épistémologique) de ne pas exploiter les outils de référencement et d’indexation de lexèmes et d’occurrences : son protocole d’étude relève, plus classiquement, plus littérairement aussi, d’une « histoire textuelle, entrecroisant production, réception et interprétation » (p. 13).

5Le premier chapitre, Archéologie du réalisme géographique, dispose intellectuellement les pièces du dossier « réalisme ». Il s’agit pour l’auteur d’un « réalisme particulièrement métaphysique » qui constitue une caractéristique décisive du paradigme cristallisé par les élèves de Vidal dans leurs écrits théoriques et empiriques. L’auteur montre comment l’adhésion/la croyance à une immédiateté de la réception du monde a permis, entraîné et nourri l’effet de réel, celui-là même que l’écriture « réaliste » est censée retranscrire, sans écart, dans l’évidence première de l’équation entre le mot et la chose. L’auteur s’attache donc à travailler cette écriture « transparente », non pas tant pas en s’appuyant sur les intertextes, ni sur les paratextes (d’ailleurs longtemps peu nombreux) que sur les modalités (rhétoriques ? stylistique ?) de la représentation du monde. Le chapitre 2, Pérennité et reformulation, analyse une (longue) phase d’ajustement. Le corpus mobilise des géographes qui couvrent largement la période classique et des textes dont les statuts comme les options diffèrent, faisant ainsi entendre une grande pluralité de voix/voies. Il montre par exemple comment J. Gottman ouvre précocement une brèche dans l’évidence réaliste - en prônant une pratique compréhensive de la géographie - et comment M. Sorre fut sans doute le postvidalien à avoir le plus et le mieux réaliser le programme de recherche classique. On relit aussi avec curiosité les efforts de P. George, « défenseur d’un réalisme industriel » ou de Ph. Pinchemel pour sauver le plain pied du monde, en ajoutant aux mots le chiffre, dont O. Orain commente la puissance « déictique de factualité ».

6Mais l’intérêt majeur de cet ouvrage réside peut-être davantage dans l’exercice essentiellement épistémologique auquel se livre l’auteur. Celui-ci n’est pas des moindres, qui cherche à valider l’efficacité de la matrice kuhnienne dans l’épistémologie d’une science sociale ou dit autrement pour traduire la géographie en « kuhnéiforme » selon l’astucieuse expression de J.-L. Tissier. O. Orain s’explique sur le choix de cette grille d’analyse (p. 107-109), fondée sur une compréhension structurale des révolutions scientifiques et conçue à partir des sciences dures, la « plus universellement citée par les praticiens des sciences humaines et sociales, en Europe occidentale au moins ». La matrice d’intelligibilité des dynamiques disciplinaires proposée par Th. S. Kuhn (édition originale 1962, édition française 1983) - science normale/crise/révolution scientifique/science normale - pour usitée qu’elle fut, n’avait jamais fait, aussi profondément qu’ici, l’objet d’une mise à l’épreuve, en forme de traduction/validation, pour le champ de la discipline géographique. C’est donc à ce chantier que s’est attelé O. Orain et qu’il développe à partir de la deuxième partie, La géographie classique dans le prisme kuhnien : pertinence et anomalie.

7Dans le chapitre 3, D’une géographie à l’autre : un détour par Th. S. Kuhn, l’auteur revient donc sur les « éléments constituants » de cette proposition afin d’en exploiter les possibilités de transfert : généralisation symbolique (expressions employées sans dissension), métaphysique (ensemble de croyances, métaphores, analogies, modèles ontologiques) qu’il est parfois difficile de distinguer des valeurs (ce qu’il y a de plus partagé), exercices types ou exemples (ces derniers constituant la mise en acte des précédentes souvent demeurées implicites). La traduction s’opère semble-t-il assez facilement dans le champ de la géographie, pour les exercices types (pratique du terrain, commentaire de cartes) ou la circulation des valeurs (géographie comme science carrefour, « réalités concrètes »). O. Orain voit dans l’organicisme une des traductions possibles de la dimension métaphysique du paradigme, et dans les catégories terminologiques ou « termes objectaux » (régions, paysages, milieu, nature…) des pratiques de généralisations symboliques. Cette traduction permet à l’auteur de valider l’existence d’un « réseau sémantique relativement fixe ».

8A partir du chapitre 4, Enonciation du « malaise » et émergence d’une anomalie dans la posture classique, l’ouvrage déploie fondamentalement ses ambitions épistémologiques de traduction. En se rapportant à Kuhn qui identifie le cœur de la crise épistémologique (passage conflictuel et polémique d’une science normale à une autre) par l’émergence d’une anomalie cognitive (question que le paradigme en cours ne peut résoudre et qui ne le sera qu’avec le paradigme suivant), O. Orain en piste les indices. Il la saisit tout d’abord par un « malaise » qui court dans les textes (et donc parmi les géographes) et qui mobilise des faits extra-cognitifs : transformations factuelles ou sociales du monde, des marchés ou bien encore de l’instrumentation. Il en recherche la tangibilité dans les textes, convoquant alors P. Claval, A. Meynier, O. Dollfus ou J. Beaujeu Garnier. Ces textes expriment certes un malaise mais où se combinent essentiellement déficit de visibilité, changement générationnel et nouveaux rapports entre sciences sociales. Toutefois, la dimension fondamentalement cognitive n’y circule guère, ne dessinant in fine que très médiocrement les contours d’une « anomalie ». Or, pour Kuhn, la crise a des origines essentiellement cognitives mais peut « se purger par une argumentation non spécifiquement cognitive (p. 143). In fine, l’ensemble des arguments pour saisir cette incommensurabilité paradigmatique dont Kuhn a fait la pierre de touche du passage d’une science normale à une autre par le moment de la crise, ne relève que fort partiellement de l’anomalie cognitive et se résoudrait dans le « refus de toute conversion au raisonnement ‘abstrait’ ou ‘hypothético-déductif’, (…), qui ressemble le plus à une ‘incommensurabilité’ ou à une ‘incommunicabilité’ entre le legs classique et les nouveaux modèles de scientificité » (p. 177). C’est là que réside une des premières interrogations fondamentales de la démonstration, nous y reviendrons. Cet aspect est pondéré dans le chapitre 5, Défense de la doxa et incommensurabilité paradigmatique : un rejet précoce du quantitatif qui reprend un des termes clefs de la matrice kuhnienne : l’incommensurabilité définissant l’incapacité cognitive de penser les problèmes de l’ancien paradigme dans les termes du nouveau. O. Orain y développe des arguments que l’on qualifiera d’externalistes, tels qu’ils furent mobilisés par d’aucuns pour faire pièce au projet néo-positiviste quantitativiste (rejet culturel face aux approches anglo-saxonnes, spectre d’un totalitarisme informatique) qu’il conjugue à des arguments « internalistes » de nature plus strictement cognitive (circularité du raisonnement, non exhaustivité des données). Si l’auteur développe et analyse les argumentaires qui ont servi aux géographes à se prémunir contre des dérives vers l’ingénierie et l’expertise, curieusement, il n’évoque pas directement les enjeux idéologiques qui traversent les sciences sociales durant la période, et la géographie en particulier. Certes le chapitre 6, Une anomalie figurée dans l’usage des mots, revient sur la question du malaise, toujours en quête d’une « anomalie » effective, que l’auteur traque au plus près des mutations lexicales. Exploitant des recensions fines du terme « espace » (p. 225) et des deux acceptions concomitantes - état de fait et objet construit - il conclut en affirmant que cette « cette période troublée est marquée par d’importants remaniements lexicaux de l’idiome géographique sans que cette évolution s’accompagne d’une bascule exclusive des significations » (p. 229). Au final donc, la pertinence de la mise en khunéïforme laisse le lecteur sur sa faim.

9En fait, c’est bien dans la troisième partie, « Crise » de la géographie, critiques du réalisme géographique et refondation disciplinaire que se noue la question. Le chapitre 7, La résolution par les textes, reprend la démonstration à partir du réalisme et des mots pour l’exprimer, durant le déphasage des années 60 et 70 et le tournant, qu’O. Orain lit en deux temps. Un premier durant lequel se brise le tabou de l’unité de la géographie (1971-1975) puis un second, de critique frontale et polémique du paradigme postvidalien. L’auteur déploie le répertoire de la « scission » (« divorce », « fossé », « incompréhension »…), mobilise géographes (A. Reynaud, J. Levy, R. Brunet, Y. Lacoste) et supports (Hérodote, Brouillons Dupont, Espace-temps). Puis viennent les années de « refondation » (1982-1986), de l’« apaisement », marqué par l’avènement d’un paradigme spatialiste (p. 306) dont il est « important de préciser d’emblée qu’il n’a pas remplacé le paradigme classique ni supplanté d’autres tendances concurrentes » (p. 306), O. Orain identifiant ces moments comme ceux d’une «révolution conduisant au pluralisme » (p. 315). « Néanmoins, il est important de noter que les principaux théoriciens dont nous avons parlé –ceux qui ont eu l’ambition d’établir une théorie générale de l’espace- sont des réalistes, d’une manière ou d’une autre » (p. 314). Sur le fond de la posture (le réalisme), le critère majeur de l’incommensurabilité des paradigmes ne fonctionne toujours pas… Logiquement alors, le chapitre 7, Soyez irréalistes, demandez le constructible, développe une analyse sur l’archéologie du constructivisme, tel qu’il fut mobilisé par de « nouveaux géographes », selon un angle d’attaque proprement internaliste, sur le fond cognitif de la démonstration. S’adossant grosso modo sur une lecture discontinuiste, O. Orain propose de récuser un certain manichéisme : « j’ai plutôt le sentiment qu’il existe une multitude de positions allant du réalisme le plus « naïf » à des formes d’anti-réalisme.» (p. 317). Le chapitre souffre d’une structure moins forte que les précédents, où le lecteur peut se perdre aux détours des longues citations et de leurs analyses. Si les développements autour de Cl. Raffestin sont intéressants qui insistent sur sa réception et la force de ses propositions, le chapitre donne le sentiment de perdre son ancrage, par le nombre de pistes connexes soulevées et ne permet pas finalement d’achever fortement la démonstration.

10Cet ouvrage conserve de sa première nature (une thèse de doctorat) quelques traces qui parfois en alourdissent la lecture, certains développements un peu trop longs s’éloignant du cœur de la démonstration. Les analyses de textes contribuent aussi (surtout dans la dernière partie de l‘ouvrage) à distendre la tension de la démonstration. Mais ces remarques ne pénalisent ni la richesse ni la teneur de l’ouvrage. Les pistes soulevées sont en effet très nombreuses et un compte rendu ne saurait effectivement toutes les relever.

11On l’aura compris, l’intérêt de cet ouvrage est double : il apporte aux géographes une perspective efficace sur leur mémoire disciplinaire plus ou moins récente, en mettant à jour un élément essentiel, celui de leur posture face au monde. Cet objectif là est sans conteste réussi. En revanche, la démonstration sur la validité du transfert kuhnien laisse le lecteur en suspens, sans que cela remette d’ailleurs en question la pertinence de son traitement par l’objet « réalisme ». En fait plusieurs problèmes se posent. Tout d’abord, la position même de l’auteur, qui, s’il exprime parfois au fil du texte quelque nécessité à faire à sa main la matrice qu’il a choisie d’exploiter (« pour toutes ces raisons, mon usage de « révolution scientifique déborde (transgresse) nécessairement le schéma kuhnien », p. 293), s’il montre bien le passage d’une logique de « dossier » à une logique de « problématique » montre aussi que « bon nombre de réflexes réalistes persistent ». Au final, il ne s’exprime pas définitivement sur la pertinence, l’opérativité, ni sur les limites du transfert de la matrice kuhnienne. L’ambition du questionnement aurait sans doute mérité des conclusions plus fermes sur ce point essentiel.

12Sur le fond de cette démonstration précisément, plusieurs éléments méritent d’être discutés. Alors même que la Structure des révolutions scientifiques fait de l’énigme ou de l’anomalie cognitive le cœur de chauffe de la crise et donc de la dynamique disciplinaire, O. Orain dessine en fait une phase de malaise et de sortie de « crise » bien davantage marquée par des changements lexicaux que sémantiques – ce point-là est bien démontré - tendant donc à invalider l’existence même d’une « révolution scientifique » stricto sensu. Même si on peut purger la crise par des facteurs externes, socio-historiques, ce sont ceux-là mêmes qui sont convoqués ici comme faisceau explicatif le plus décisif (d’ailleurs de ce point de vue, des mises en perspective biographiques – par exemple l’extrême longévité de production de P. George – ou idéologiques auraient mérité d’être prises en charge de façon plus systématique et /ou hiérarchisante). Ce faisant, le critère de l’incommensurabilité cognitive n’est pas démontré.

13Au demeurant, O. Orain, fin connaisseur des travaux de Th. S. Kuhn et de I. Hacking aurait pu montrer que sur ce point précis, la matrice kuhnienne ne pouvait intrinsèquement pas être traduite. Ainsi des généralisations symboliques qui ne sauraient en aucun cas donné lieu à des taxinomies classificatoires étanches et hiérarchisées, principe même qui constitue pourtant chez Th. S. Kuhn une des clefs de l’incomparabilité des paradigmes. L’emboîtement des échelles, s’il peut dans un premier temps et par facilité intellectuelle sembler s’y conformer (certains s’y étant pourtant formellement attachés comme Y. Lacoste) ne résiste pas à l’historicité des catégories méta-géographiques produites par les géographes. Jamais la classification hiérarchisée - règne, classe, cohorte, ordre, famille, tribu, genre, espèce - ne pourra par exemple permettre de penser le déploiement de celle du - monde, continent, grandes régions, état, province, pays, lieu - .

14Un deuxième élément de discussion porte sur un point aveugle, ou sur une distance d’ajustement qui n’est pas élaborée dans l’ouvrage : la « crise » dont il s’agit est–elle celle de la géographie ou plus fondamentalement celle de la représentation ? Horizon que laisse pourtant entrevoir l’auteur dans ses dernières pages : « jusqu’à quel point est-il admissible de rabattre le changement scientifique sur sa composante proprement linguistiques (ou langagière) ? ». La géographie, comme d’autres disciplines des sciences humaines et sociales ayant élaboré son lexique de façon très hybride (entre vernaculaire et idéaltypique), la saisie des postures théoriques ne peut effectivement pas faire l’économie de cette question, posée en fin d’ouvrage : « en quoi la spécificité des sciences humaines se trouve-t-elle particulièrement pressentie dans ces enjeux lexico-sémantiques ? ». C’est peut-être là que le lecteur manque le plus d’argument pour adhérer finalement au projet de traduction en kuhnéïforme, l’architecture de la démonstration reposant sur la légitimité même de ces prémices remises en jeu dans les dernières pages.

15La démonstration achoppe finalement sur une question essentielle, qu’elle ne résout que partiellement. S’il n’est pas loisible d’identifier, par et dans les textes, l’existence d’anomalie cognitive, si la crise exprime un « malaise » dont les expressions ressortissent bien davantage de l’hétéronomie sociale, culturelle, politique…que de l’autonomie du projet scientifique et de son fonctionnement, si la sortie de crise débouche sur une pluralité de voies, c’est finalement la pertinence globale du schème qui pose question. D’autant qu’à l’amont, la démonstration valide l’existence d’un paradigme classique dont l’élaboration initiale ne repose pas sur une coupure de type bachelardien mais bien sur une « stratégie qui suppose un dépassement de l’opinion et non point une coupure comme le veut l’esprit durkheimien » (M.-C. Robic). Une question demeure donc, pleine et entière ; celle de la pertinence de l’usage de cette grille épistémologique, usage transféré des sciences dites dures, qui repose sur des bases analogiques (moments différenciés, communauté auto-désignée) mais non encore spécifiquement validées (incommensurabilité entre deux paradigmes).

16Cette explicitation qui manque à la démonstration repose peut-être sur un certain nombre de glissements conceptuels de la part de l’auteur. La posture réaliste postule que le mot équivaut à une chose qui existe en soi. Mais O. Orain convoque en fait des niveaux d’analyse différents : rapport au monde (réalisme vs nominalisme), rapport à la connaissance (réalisme vs constructivisme), rapport à la scientificité (positivisme vs phénoménologie) et enfin rapport à la vérité. Si ce dernier n’est pas directement mobilisé, les trois premiers le sont selon des modalités qui auraient mérité d’être plus fermement explicitées. Ce faisant et par rapport aux trois modalités épistémologiques majeures (rationalité de l’étendue, rationalité de la perception, rationalité du langage), la démonstration demeure en effet tacite sur le fait que, si les géographes convoqués relèvent essentiellement des deux premières catégories, le positionnement théorique et intellectuel de l’auteur relève de la troisième.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort, « Olivier Orain, De plain–pied dans le monde », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 234-236.

Référence électronique

Isabelle Lefort, « Olivier Orain, De plain–pied dans le monde », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 21 avril 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8536

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page