Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Deux siècles de géographie française. Une anthologie

Isabelle Lefort
p. 200
Référence(s) :

Deux siècles de géographie française. Une anthologie

ROBIC M.-C., TISSIER J.-L. et PINCHEMEL P., 2011,

Paris, CTHS Géographie, 560 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1Ce volumineux ouvrage (560 pages) est la seconde édition, avec une légère modification du titre, de Deux siècles de géographie française. Choix de textes publié par M.-Cl. Robic, J.-L Tissier et Ph. Pinchemel en 1984. La présente édition, chronologiquement continuée sur les presque trois décennies écoulées, a été pensée par les mêmes auteurs mais finalisée après le décès de Ph. Pinchemel dont est ici reprise la présentation de la première édition et dont M.-Cl. Robic et J.-L. Tissier saluent l’ampleur de vue à l’origine du projet. Cette anthologie, élégamment mise en page (on regrettera seulement le montage inversé de la couverture) reprend l’ensemble du choix initial - « ni exclusion de textes anciens, ni rattrapage d’oublis » et ne lui adjoint pas moins de 33 nouveaux textes qui actualisent le florilège. Des notices biographiques - pour les auteurs décédés – ainsi qu’une bibliographie accompagnent les textes, à l’instar de la première édition.

2Les auteurs affirment vouloir saisir le « mouvement » de la géographie et « rendre compte de la diversification des courants, des supports éditoriaux et des objets étudiés par les géographes contemporains » (p. 9), en privilégiant les travaux empiriques sur « les propos méthodologiques, ou plutôt techniques, trop vite obsolètes ». Si la charnière de 1984 héritée de la première édition n’est pas pertinente en soi, il n’en demeure pas moins que cette dernière période correspond effectivement au déploiement contemporain de nouveaux objets, dans la lignée des turn et des post, et à la recomposition d’un paysage disciplinaire que les auteurs qualifient de « géographies en courants ? ». Cinq scansions chronologiques donc : « 1-Avant 1890 : Huit repérages », « 2-1890-1926, A l’ombre de Vidal », « 3-1927-1960 : Une géographie établie », « 4-1960-1983 : Une géographie à plusieurs voies », « 5-Lettres et Lieux », « 6-Trente ans de géographie contemporaine ». La courte et pénultième partie, consacrée à la géographie des non géographes se retrouve dès lors en position quelque peu bancale : faute de l’étoffer, pour s’en tenir au respect du dispositif original, ces trois textes n’auraient-ils pas pu servir d’épilogue à l’ouvrage, ouvert à d’autres horizons ?

3La première édition reprenait l’histoire de la discipline usuellement reçue au début des années 1980 et, en sélectionnant des textes plus ou moins connus, a d’ailleurs contribué à en rendre certains « classiques ». Si, en 1984, les ressources et l’accessibilité bibliographiques étaient incomparablement moins aisées qu’aujourd’hui, l’ouvrage permettait une lecture rétrospective et en perspective de textes qui jalonnaient par ailleurs une démarche épistémologique disciplinaire dont Ph. Pinchemel et son équipe étaient alors un des maîtres d’œuvre en France. Alors que ce champ de recherche s’est aujourd’hui étoffé et sensiblement déployé et que les ressources en ligne permettent des recherches efficaces et rapides, cette nouvelle édition n’a sans doute plus le même positionnement éditorial. L’ouvrage a dès lors explicitement pour objectif de pallier la très faible visibilité de la géographie française dans les anthologies internationales (anglophones) et d’en prendre le pouls. Ces pulsations subcontemporaines sont donc l’objet de la dernière partie, copieuse et largement ouverte sur les nouveaux objets (D. Pumain, Ch. Blanc-Pamard, G. Di Méo, J.-F. Stazack), les nouvelles approches (A. Berque, Cl. Raffestin, F. Verger, P. Claval), les nouveaux questionnements (O. Dollfus, F. Durand-Dastès), les nouveaux outils de référence (R. Brunet, M. Lussault-J. Levy). Les manières de faire aussi (B. Debarbieux, O. Orain) ou de faire bouger les lignes de la discipline (textes inauguraux, éditoriaux de revues ou introduction de dictionnaires)

4Reste bien évidemment, au final, la tonalité de la gerbe ainsi agencée. Une anthologie est un bouquet offert. Ceux qui le reçoivent le disposent dans leur environnement intellectuel, scientifique et disciplinaire propre et regretteront toujours que tel ou tel texte ait été omis du choix ou explicitement écarté, ainsi de la francophonie géographique. Tels qu’ils sont, l’ouvrage et sa sélection ont leurs logiques, chronologique d’abord, largement panoramique ensuite. Entre les deux, le lecteur regrettera sans doute que pour la période contemporaine quelques lignes de fuite n’aient finalement pas été dessinées. Certes, le faire pour la période contemporaine aurait introduit une différence de traitement avec les périodes et parties précédentes et donc modifié le projet initial de réédition. C’est donc dans les dernières pages que le lecteur trouvera des éléments de distribution en « grands courants » (analyse spatiale, géographie sociale, géographie culturelles…), en « débats » (tropicalisme, développement, colonial et postcolonial ; postmodernité, postmodernisme) ou de « quelques perspectives » (écoumène, nature, environnement ; monde et mondialisation). Ces quelques pages disposent des repères, mais cet addendum, bien venu, traduit tout de même le besoin de présenter autrement la vastitude des productions savantes de la discipline.

5Cet ouvrage, qui donne désormais à lire, effectivement (ou à peu près) deux siècles de géographie française, compose une déambulation complexe, toujours questionnante de la diversité des positions, des écritures et des projets géographiques. Cette pluralité même, accrue durant la dernière période couverte par cette anthologie, exemplifie la complexité géographique contemporaine dont les auteurs actent que la « professionnalisation et la technicisation du métier amenuisent le développement d’un projet intellectuel unitaire ». Si « de part et d’autre des lignes de partage on cherche des dialogues, on guette des passeurs », le seul vrai regret, ici, une fois le livre refermé, est de ne pas y avoir trouvé un ou deux textes dessinant un passage du Nord-Ouest, non pas de géographes, non pas d’écrivains, mais peut-être de philosophes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort, « Deux siècles de géographie française. Une anthologie », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 200.

Référence électronique

Isabelle Lefort, « Deux siècles de géographie française. Une anthologie », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8523

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page