Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

John Urry et Jonas Larsen, The Tourist Gaze 3.0

Jean-Michel Dewailly
p. 281
Référence(s) :

URRY J. et LARSEN J., 2011, The Tourist Gaze 3.0, Los Angeles-Londres-New Delhi-Singapour-Washington, Sage, 282p.

Texte intégral

1En 1990, le sociologue anglais J. Urry publiait un ouvrage appelé à devenir un classique pour tous ceux qui s’intéressent à l’étude du tourisme, The Tourist Gaze : Leisure and Travel in Contemporary Societies. Le regard du touriste est en effet un élément majeur tant dans les rapports entre visiteur et visité que dans les politiques et aménagements mis en œuvre pour tenter de satisfaire au mieux l’un et l’autre.

2Cette nouvelle édition de cet ouvrage essentiel prend place dans un contexte touristique mondial qui a été largement bouleversé. Le titre veut l’exprimer par le « 3.0 » en clin d’œil à cette troisième édition, mais surtout à l’importance prise par le « web 2.0 » qui a changé bien des modes de fonctionnement. L’informatique est présente partout, la mobilité touristique s’est accrue, les « blocs » sont tombés, la mondialisation règne, mais aussi la crainte du terrorisme, les effets de l’hyperconsommation, les risques accrus en de nombreux domaines (maladies, climat, catastrophes naturelles, conflits géopolitiques, finance…). C’est donc dans un monde bien changé en deux décennies que les auteurs placent leur réflexion.

3Et, sans que le sens et la nature de son propos changent, le livre en a été profondément modifié. D’abord, J. Urry s’est adjoint un co-auteur, géographe danois, spécialiste de l’analyse de la photographie en tourisme. Les anciens chapitres ont été restructurés, font plus de place aux considérations théoriques qui ont enrichi l’approche du tourisme depuis 20 ans, ont actualisé données statistiques, études de cas, références. Ils concernent d’abord une discussion des aspects théoriques (ch.1), puis le tourisme de masse et les questions économiques (ch.2 et 3), le travail dans le monde du touriste (ch.4), les modifications culturelles (ch. 5), les lieux et bâtiments affectés par le regard touristique (ch. 6). Compte tenu des bouleversements qu’ont connus le monde en général et celui du tourisme en particulier, trois chapitres ont été ajoutés, sur la perception et le rôle de la photographie (ch.7), sur les nouveaux comportements, où le corps participe davantage (ch.8), sur les risques et perspectives de développement du tourisme (ch.9). Chaque chapitre s’attache toujours à son objet sous l’angle du regard du touriste, qui engendre aussi interactions et rétroactions dans un système dont les auteurs soulignent la complexité. Le regard bidisciplinaire enrichit singulièrement l’approche et l’analyse des multiples exemples proposés, et permet une compréhension plus approfondie du fait touristique.

4Il n’est pas possible de rendre compte de façon détaillée d’un ouvrage aussi passionnant et foisonnant. Les thèmes abordés sont très nombreux. N’en citons que quelques-uns, qui posent plus question ou font davantage sens en tourisme. D’abord, le regard, qui donne son titre à l'ouvrage y a un rôle capital, mais est toujours partiel, partial, sélectif, s’attachant à un hors-quotidien qui se distingue plus ou moins du quotidien dont l’individu est censé s’extraire. Et ce regard s’insinue maintenant partout et se démultiplie, non seulement parce que se popularisent des facettes de « dark tourism », de tourisme sur des aspects moins reluisants des sociétés (guerres, camps de concentration, périodes plus ou moins « avouables » de l’histoire…), mais surtout parce que les technologies de l’information rendent maintenant impossible de cacher ces réalités. Les touristes vont partout, et Internet avec eux. Les appareils photo numériques et les téléphones mobiles permettent de diffuser tout, partout, tout le temps : « les utilisateurs de Facebook ont téléchargé plus de 10 milliards de photographies, nombre qui s’accroît étonnamment de 700 millions par mois » (p.185). Cette profusion charrie évidemment le pire et le meilleur, et peut aussi bien promouvoir l’hospitalité que susciter l’hostilité, deux pôles à l’antagonisme plus souvent présent que ne veut bien le reconnaître un monde censé être de plaisir. Pas pour tout le monde, cependant. Se pose aussi la question de l’authenticité, car le monde du tourisme se met aussi en scène à des fins commerciales « post-touristiques », où une certaine perception d’un tourisme « vrai », fondée sur le voyage, la rencontre, la découverte, est progressivement occultée par la vision de ce qui est supposé devoir être un certain tourisme pour plaire au touriste, dans les activités proposées, les constructions, les aménagements, la publicité. N’est-on pas tenté de découvrir le monde par substitution ? Ce risque a toujours existé dans le tourisme, pensons-nous, mais il est maintenant extraordinairement amplifié par les technologies modernes.

5Et c’est sans doute pourquoi les auteurs sont conduits à des conclusions plutôt pessimistes. Analysant l’exemple de Dubaï, qui a mis en place toute une stratégie d’« attractivité touristique » à travers constructions remarquables et grands évènements touristiques pour compenser le déclin de la manne pétrolière, ils constatent son échec, tant sur le plan de la durabilité que de la fragilité à la crise financière récente. On est dans le « consumption excess », pourtant parfois pris comme modèle dominant, « leading exemplar » (p.238). Celui-ci ne peut survivre à une énergie chère, des changements climatiques, des crises économiques et financières, à un nécessaire respect de la main d’œuvre exploitée. Mais il n’en semble pas moins à beaucoup un modèle d’avenir. Le « regard du touriste » conduit tellement à des réalisations qui le banalisent en le faisant entrer partout et qui, en retour, incorporent tellement dans le quotidien, dans l’« ordinaire », ce qui était l’ « extraordinaire » qu’il en vient à perdre sa spécificité et sa signification. Aussi, s’interrogent les auteurs, si cette tendance se poursuit, y aura-t-il encore en 2050 un « regard de touriste » ordinaire ?

6Ces interrogations posent des questions de fond sur le développement futur du tourisme dans son ensemble, « because of the centrality of the ‘gaze’ within tourism » (p.225). C’est bien le regard du touriste qui constitue en objet touristique ce qu’il regarde, d’où découlent ensuite toutes sortes de politiques qui tentent (ou devraient tenter), à différentes échelles et dans différents champs, de tirer le meilleur parti pour toutes les catégories d’acteurs du monde touristique. Avec cependant un bonheur inégal, de façon voulue ou non.

7Cet ouvrage stimulant est donc fort éclairant sur nos sociétés, car le tourisme est transversal aux lieux, aux activités, aux problèmes de développement, aux gens. Il va donc bien au-delà de ce que son titre pourrait laisser croire. Il touche à tous les domaines d’un système touristique complexe. Il rappelle à chacun son implication, bon gré mal gré, dans ce système, soit comme regardant, soit comme regardé. Il souligne l’importance des médias de toute nature, dont l’efficacité est décuplée par l’utilisation des technologies modernes. Il donne une conscience plus vive au lecteur de l’omniprésence de ce regard dans l’organisation de notre société, de notre existence, de nos rapports sociaux, mais aussi de l’éventualité de sa disparition, au profit d’un simple regard de consommateur. Si l’on ajoute qu’il comporte une copieuse bibliographie, exclusivement anglophone (23 pages) et un index des thèmes et des noms de personnes et de lieux (19 pages), on comprendra qu’il s’agit d’un outil de travail et de réflexion vivement recommandé. Une traduction française en élargirait encore l’audience.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « John Urry et Jonas Larsen, The Tourist Gaze 3.0 », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 281.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « John Urry et Jonas Larsen, The Tourist Gaze 3.0 », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 04 avril 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8521

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page