Navigation – Plan du site
Articles de varia

La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques

Le cas de la moyenne Durance
The quantitative management of water resources: an implicit question for urban and agricultural areas and wetlands.  The case of the middle Durance valley
Zoé Hagel
p. 261-269

Résumés

Souvent réduite à une logique comptable, la gestion quantitative de l’eau résulte d’interactions complexes entre différentes sphères d’actions. Les représentations que les acteurs se font de cette question et des enjeux attenants apparaissent alors comme centrales. A travers l’exemple de la moyenne Durance, nous confrontons les regards de l’urbanisme, de l’agriculture et de la gestion des milieux aquatiques. L’entrée territoriale, l’échelle « méso » et l’approche diachronique de long terme adoptés ouvrent de nouveaux espaces de solution vers une gestion spatiale de l’eau. Variabilité et hétérogénéité émergent ainsi comme objets de recherche à part entière. Et le paysage s’insinue en vecteur intégrateur à travers lequel la question de la gestion quantitative de l’eau, encore essentiellement implicite, pourrait être énoncée.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1La Directive Cadre sur l’Eau (DCE) introduit une obligation de résultats quant à l’atteinte du bon état des milieux aquatiques fixée pour 2015. La notion de bon état n’est pas définie a priori et des dérogations sont possibles (techniques, économiques et/ou au nom de projets d’« intérêt général »). L’approche est ainsi à la fois normative et au départ relativement « molle », laissant place à l’expression d’accommodements à la croisée d’enjeux sociaux, scientifico-techniques et politiques (Bouleau, 2007). S'agrège à cela, la loi sur l'eau et les milieux aquatiques (LEMA) de 2006 qui réforme les dispositions relatives aux débits réservés en rivière, à travers notamment la notion de régime réservé, permettant la modulation sur l'année de la délivrance des débits minimum exigés (dont le niveau est d'ailleurs relevé). Dans ce « contexte à la fois contraignant et non stabilisé » (Bouleau, 2007, p. 344) et donc potentiellement ouvert, la question du lien entre la quantité d’eau présente dans les rivières et la définition de l’« état » des milieux aquatiques n’est pas triviale. Elle nous semble réinterroger les cadres de pensée de la gestion quantitative de l'eau, ce que nous souhaitons contribuer à réaliser en nous appuyant sur le cas de la moyenne Durance.

Entre dynamiques territoriales et représentations des acteurs

2Notre cheminement mène à proposer un regard réflexif sur la gestion quantitative de l'eau articulé autour de quatre positionnements.

3Le premier concerne la temporalité.Les actions relatives à la gestion quantitative de l’eau se fondent sur des représentations reposant explicitement ou implicitement sur des temporalités variables : phases de projet, périodes végétatives, renouvellement de la ressource… Chacune de ces temporalités trouve sa légitimité et sa justification dans la sphère d’action qui la mobilise et n’est donc pas forcément lisible ni légitime pour les autres. C'est pourquoi nous nous plaçons dans une perspective de long terme, faisant l’hypothèse que le temps long permet à la fois : d’articuler les différentes temporalités entre elles ; d’envisager une évolution des relations entre les variables du système étudié ; de faire émerger de nouveaux facteurs dont l’impact est soit si évident au temps présent qu’il en est occulté, soit masqué par les tendances lourdes. Enfin, l’horizon du long terme autorise des changements d’échelle.

4Or, selon Olivier Godard (2006), l’espace de problème, niveau spatial auquel se pose concrètement un problème ne correspond pas, dans la plupart des cas, à l’espace de solution, échelle à laquelle une solution pertinente peut être trouvée. En outre, selon l’échelle à laquelle on se situe pour aborder un problème et/ou envisager des solutions, les référentiels d’action mobilisés et les solutions envisagées ne vont pas être les mêmes (Bouleau,2007, p. 329).

5Nous considérons ainsi que la gestion quantitative de l’eau nécessite une réflexion à différentes échelles qu’il s’agit de faire dialoguer. Nous opterons ici pour un espace « méso » supérieur à celui du bassin versant et inférieur au niveau régional. Peu investi, ce type d’échelle revêt des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques tout en autorisant une certaine disponibilité de la donnée. L’existence de transferts inter-bassins en conforte le caractère opportun. En outre, l’échelle méso facilite le dépassement des unités de lecture sectorielles. L’objectif est de sortir des cadres d’étude propres à chaque sphère d'action afin de faire sens pour une communauté élargie d’acteurs et permettre d’étendre les approches de chacun.

6Le troisième axe de notre positionnement est territorial. Nous postulons en effet du caractère intégrateur du territoire, en ce qu'un partage de la ressource existe de fait à son niveau. Une telle entrée s’apparente dès lors à une épreuve (d’après Boltanski, Thévenot, 1991 in Narcy, 2004) pour les théories d’action mobilisées, révélant les écarts entre gestion intentionnelle et gestion effective de l’eau (Mermet et al. 2005). Cette approche permet de plus la formulation des problématiques en terme spatial, autorisant l’articulation des dynamiques des différentes sphères d’action à celles du fonctionnement des milieux aquatiques.

7Horizon de long terme, regards territoriaux et échelle méso nous semblent à même de contribuer à renouveler à la fois la vision des enjeux liés à la gestion quantitative de l’eau et les cadres stratégiques d’action attenants.

8En quatrième lieu, nous considérons que la manière dont les acteurs définissent leurs besoins et se représentent les problèmes afférents à la gestion quantitative de l’eau est centrale.

  • 1  Entretiens menés en deux temps : 1) interrogation des dynamiques territoriales propres à chaque ty (...)
  • 2  Ont été rencontrés : un hydrobiologiste spécialiste de l’écologie des poissons choisi pour ses lie (...)

9Sur ces bases, notre cheminement s’est construit entre analyse systématique et rétrospective de données et monographies d’une part et méthodologie d’enquête auprès des acteurs d’autre part1. Parmi ceux-ci, nous avons tenu à compter des chercheurs2 afin d’interroger leurs objets de recherche à travers le prisme de l’eau et du long terme, postulant du caractère heuristique de cette interrogation (Mermet, 2005).

10Au cours des investigations, une nouvelle catégorie d’acteurs « intermédiaires », centrée autour de la figure du bureau d’études, s’est imposée. Lien entre les institutions de gestion et la dimension politique de l’action, ces acteurs sont porteurs de théories qu’ils n’ont pas l’occasion de formuler et qui pourtant sont lourdes de conséquences dans leur emprise sur la décision. L’explicitation de leurs objets, outils conceptuels et méthodologiques nous est apparue porteuse de sens.

11L'analyse des visions portées par les acteurs locaux demande toutefois au préalable un cadrage du contexte théorique scientifique dans lequel elles s'insèrent.

Aux sources de la théorie : une optimisation non rationnelle

12La question de la gestion quantitative de l'eau est fortement marquée par la manière dont elle est abordée à l'échelle internationale en termes de rareté de l’eau (Treyer, 2006). Les regards sont focalisés sur les lieux et les périodes où l’eau est perçue comme manquante. La gestion quantitative de l’eau est ainsi appréhendée à travers un registre utilitariste, fortement investi d’une rhétorique économique. D'ailleurs, la dimension internationale à laquelle le problème est posé émerge de mécanismes économiques (Treyer, 2006). Pourtant, cette échelle masque la variabilité et l’hétérogénéité des processus en jeu à la fois dans le renouvellement de la ressource en eau (Douville, 2008) et dans les tensions qui peuvent s’exercer sur celle-ci.

13Une telle perspective favorise de plus une approche comptable dont les fondements et les principes sont autonomes et « acontextualisés ». « Il existerait ainsi, d’une part, un gisement de ressources en eau et, d’autre part, des consommations prévisibles selon différents scénarios. Dans ce cadre, le problème se résumerait à une adéquation entre la disponibilité de la ressource et les besoins des hommes : à quelle échéance ces besoins dépasseront-ils les quantités disponibles ? Il n’est pas très pertinent d’aborder ainsi le problème, qui fait l’impasse sur les véritables enjeux, et occulte la nature de la ressource et certaines de ses particularités »(Fritsch, 2008, p. 32).

14Ceci prend d’autant plus de sens que les systèmes de gestion de l’eau ne résultent pas d’un processus rationnel d’optimisation rapportée à une gestion durable de la ressource ou à la satisfaction à long terme des différents usages. Ils découlent de processus complexes et chaotiques d’interactions entre plusieurs décideurs et renvoient à des choix de développement ainsi qu’à des politiques économiques et sociales (Treyer, 2006).

15Modes de gestion de la ressource et modèles idéologiques et politiques dominants sont liés. Depuis le XVIIIe siècle, règne une gestion fluxiale, au sein de laquelle l’eau est vue comme un liquide générant des flux ou porteur de flux (Narcy, 2004).

16L’avènement et la conceptualisation de la gestion par bassin versant émergent quant à eux d’une interaction étroite entre : « l’évolution des paradigmes sur la connaissance du cycle de l’eau, le rôle de l’Etat dans sa volonté de contrôle de cette ressource, et l’évolution des rapports société/eau/territoire. » (Ghiotti, 2006, p. 3). Les difficultés de reconnaissance que connaissent actuellement les structures de gestion de bassin versant en France traduisent, à ce propos, une modification des rapports au sein de ce triptyque.

17Ainsi, les modèles de gestion sont issus d’interactions complexes qui mettent en jeu différentes sphères d’action (nous confronterons ici celle de l'urbanisme, de l'agriculture et de la gestion des milieux aquatiques). Dès lors, la question de l’objectif normatif poursuivi se pose.

18Nous souhaitons, pour notre part, alimenter les réflexions relatives à une gestion spatiale de l’eau (Narcy, 2004) au sein de laquelle l’affectation de vocations à des espaces repose sur des considérants liés à l’eau.

Un territoire hétérogène traversé par une eau régionale

19Le choix de la moyenne Durance (fig. 1) comme terrain d'étude ne relève pas du hasard. Issu d’une activité professionnelle au sein de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse, il provient d'une perception orientée du territoire dont le point d’orgue s’est situé autour de l’organisation et de l’animation de réunions de concertation en 2005.

Figure 1 : La moyenne Durance en sous-bassins

source : Agence de l’eau RMC

20Vouées à une caractérisation des problématiques présentes sur chaque bassin ainsi qu’à la définition des actions à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la DCE, ces réunions regroupaient : collectivités locales, services de l’Etat, chambre consulaires (agriculture, industrie), structures locales de gestion de l’eau, partenaires publics ou privés jugés incontournables (tel EDF)… Si des problèmes de déséquilibres quantitatifs ont été soulevés, leur traduction en actions concrètes n’a pu réellement avoir lieu, laissant le sentiment d’une incapacité à mettre en mots et en actes la gestion quantitative de l’eau.

21Dans le même temps, des années de sécheresse successives (2003 à 2007) ont eu tendance à institutionnaliser la gestion de crise. Or, le prisme de la sécheresse et de la crise nous semble obérer la gestion quantitative de l'eau du caractère sclérosant de l'urgence et d'une juxtaposition d'usages qu'il s'agirait de hiérarchiser. En découle un cadre insuffisant, limitant la diversité des approches considérées comme possibles et/ou légitimes.

22Dans ce contexte, les acteurs de la gestion l’eau et des milieux aquatiques paraissaient relativement passifs, laissant champ à une gestion effective (résultat d'une somme d'actions portées par d'autres secteurs d'activité dont l'intention est parfois autre que celle d'une gestion quantitative de l'eau).

23Le territoire de moyenne Durance, d'une superficie d’environ 3 300 km2 pour 109 communes, est constitué : au Nord-Est, des Préalpes (point culminant à 2 215 m), au Nord-Ouest, d'une partie de la montagne de Lure (sommet à 1 826 m). Deux plateaux : celui de Forcalquier à l’Ouest entre Montagne de Lure et Luberon (de 600 à 1000 m) et celui de Valensole à l’Est, transition avant les Préalpes (600-700 m), précèdent le val de Durance au Sud, où les altitudes diminuent (fig. 2).

Figure 2 : Aperçu géographique du territoire de Moyenne Durance

source : portrait de territoire INSEE 2007

24Le climat est à la fois sous domination alpine (d'où l'existence d'un étiage hivernal) et méditerranéenne. Les fortes précipitations connues en climat méditerranéen ont une action morphogène sur les cours d'eau. Les températures d’été marquées réchauffant les lames d'eau (élévation de température accentuée par les prélèvements) influencent les communautés biotiques. Les sécheresses parfois récurrentes rendent les tensions sur les débits d'étiages estivaux plus aiguës.

25Du point de vue démographique, la population est relativement âgée du fait d’un déficit de la classe d’âge 20-30 ans et de la captation de résidents de plus de 60 ans. En 2004, les revenus étaient inférieurs de 11,5 % aux revenus français moyens (INSEE, portrait de territoire 2007). Faiblement peuplée (32 habitants au km2, INSEE), la moyenne Durance connaît de fortes disparités. Plus des deux tiers des communes comptent moins de 500 habitants et environ 40 % de la population habite dans les 3 plus grandes villes : Manosque, Digne et Sisteron.

26La carte des densités lissées (fig. 3) met en évidence une remontée de la pression foncière exercée par la métropole d’Aix-Marseille le long du val de Durance ainsi que l’urbanisation autour de la ville-Préfecture. Elle ne rend cependant pas compte de l’expression différenciée de la forte augmentation démographique que connaît le territoire depuis une trentaine d’années. L’essentiel de cette croissance est, depuis 1975, le fait de villages et petites villes. Si en valeur absolue chaque augmentation peut paraître insignifiante, elle se traduit dans l’organisation de l’urbanisme et dans la gestion de l’eau par un basculement d’équipement ou d’organisation « rustiques » vers des solutions techniques coûteuses qui poussent à une course à la rentabilisation via une ouverture plus grande à l’urbanisation (et donc au prélèvement d'eau sur des milieux déjà fortement sollicités). Ceci est d'autant plus sensible que l’essentiel des communes présentes sur les versants sont alimentées par des sources très dépendantes de la pluviométrie. Toute croissance démographique peut alors se traduire par une insuffisance des ressources locales, laissant la place à de lourds projets de transferts (Val de Rancure, certaines communes du Val de Durance...).

Figure 3 : Densité lissée de population en 1999

source : INSEE

27L’économie du territoire repose sur de petites structures très peu organisées au niveau collectif et ce, dans la quasi-totalité des secteurs.

28L’emprise agricole est encore forte. La présence de nombreux canaux d'irrigation gravitaire (sauf sur le plateau de Forcalquier) contribue à structurer les paysages et joue un rôle notable dans l'organisation des territoires, y compris à l'heure actuelle dans la localisation des zones d'expansion de l'urbanisation. Historiquement essentiellement agricoles, les canaux connaissent une multiplication des usages de l'eau qu'ils véhiculent (sécurité incendie, arrosage d'agrément, évacuation pluviale...). La dérivation qu'ils engendrent impacte les cours d'eau « prélevés » tandis que se développent des milieux particuliers aux alentours des ouvrages non cuvelés. Soumis à des tours d'eau et à des impératifs spécifiques (volumes techniques nécessaires pour amener l'eau en extrémité de canal, période de chômage), les modes de gestion de l'irrigation gravitaire sont à la fois plus lourds et plus engageants d'un point de vue collectif que ceux de l'irrigation sous pression. En moyenne Durance, les prélèvements en rivière ne font pas l'objet d'une régulation comme celle que réalise la Commission Exécutive Durance plus bas dans la vallée. Les exigences de la LEMA, quant aux débits réservés, arrivent ainsi dans un contexte de difficile maintien de l'activité agricole et de faiblesse des structures de gestion de canaux (la multiplication des usages ne se traduisant quasiment pas dans leur financement tandis que la « déprise » agricole les fragilise).

29De manière générale, l’analyse de l’occupation de l’espace par les activités humaines mène à distinguer 5 secteurs (fig. 4) :

  • le Val de Durance qui concentre la majorité de la population (environ 60 % en 1999, INSEE) et les principaux aménagements (A51, canal EDF…). L’agriculture y est marquée par une arboriculture irriguée (produisant 40 % de la valeur de la production agricole du département des Alpes de Haute Provence) et des productions à forte image : huile d’olive et vin avec quelques AOC. Le sud de la zone a connu de 1988 à 2000 la baisse du nombre d’exploitations et de superficies irrigables et irriguées la plus importante, potentiellement du fait de la concurrence avec l’urbanisation. Des tensions se font en effet ressentir entre agriculture et urbanisme pour l'accès à l'eau. L'eau présente dans les milieux aquatiques dépend des infrastructures et notamment de l'aménagement hydroélectrique.

  • le Dignois, marqué par la péri-urbanisation autour de la ville Préfecture jusque dans les années 1990. L’agriculture y est fourragère, essentiellement irriguée de manière gravitaire, même si des productions intensives (maraîchage, élevage) sont présentes autour de Digne. Du fait du peu d'aquifères, les hauts bassins connaissent des difficultés d'approvisionnement tandis que la dynamique fluviale de la Bléone est fortement marquée par les relations avec la nappe alluviale.

  • le plateau de Forcalquier présente une mosaïque agricole contrastée. Une agriculture pluviale non intensive existe. Mais la mise en eau du barrage de la Laye en 1964 a engendré une forte augmentation de l’irrigation sous pression et le développement d’une agriculture pour laquelle l’eau est à la base de la stratégie économique. C'est également ce secteur qui a connu la plus forte croissance démographique depuis 1975. Or, le Largue, cours d'eau temporaire sur calcaire (Agence de l'Eau, 2007), est particulièrement sensible aux modifications d'écoulement, de régime thermique et de qualité de l'eau. L’augmentation de la population accentue donc les tensions sur la ressource.

  • le plateau de Valensole et la montagne sont moins marqués par la croissance démographique. Mais soumis à une nette influence des résidences secondaires et du tourisme, ils connaissent un surplus de population au moment où la ressource et les milieux sont fragiles. Hormis dans les vallées, l’agriculture du plateau de Valensole, caractérisée par les grandes cultures, les plantes aromatiques et la pluriactivité, est non irriguée. La lavande qui fait la renommée du secteur pose toutefois des problèmes de qualité d’eau qui rejaillissent sur la quantité. En montagne, élevage et fourrage (irrigué gravitairement quand il l'est) dominent. Les régimes estivaux des milieux aquatiques jouent un rôle prédominant sur leur fonctionnement (Agence de l'Eau, 2007), accentuant l'impact potentiel des prélèvements. Mais c'est la dynamique fluviale qui s'avère fondamentale.

  • Le panorama ne saurait être complet sans une description de la chaîne hydroélectrique Durance-Verdon. A même de produire en 10 minutes une énergie équivalente à celle de deux tranches nucléaires, elle joue un rôle fondamental dans l’alimentation de pointe et la sécurité du système. La moyenne Durance constitue deux zones d’apports intermédiaires, captés au niveau des retenues de l’Escale et de Cadarache. Elle est traversée par le canal usinier, d’une capacité de 250 m3.s-1,sur lequel les prélèvements antérieurs en Durance ont été reportés. Le cahier des charges général de la concession hydroélectrique régit ce report (article 12) ainsi que la possibilité de prélèvements supplémentaires pour l'irrigation ou l'alimentation en eau potable (article 50). La majorité des réseaux sous pression du territoire se sont installés sur ces débits complémentaires (qui atteindraient à ce jour leur plafond).

Figure 4 : La moyenne Durance en cinq secteurs

Figure 4 : La moyenne Durance en cinq secteurs

30Le développement du tourisme sur les retenues est ensuite venu complexifier la répartition de l’eau véhiculée par la chaîne hydroélectrique, en introduisant notamment des exigences sur la cote des lacs. Ces plans d'eau se trouvent toutefois à l'extérieur de la zone d'étude. L'influence du tourisme en moyenne Durance se situe donc principalement dans l'augmentation saisonnière de population. Nous l'intégrons à la dimension urbaine.

31Les débits laissés en Durance font quant à eux l'objet d'actions dans le cadre du contrat de rivière Val de Durance porté par le Syndicat Mixte d'Aménagement de la Vallée de la Durance (dans le but notamment de recréer des crues morphogènes).

32Enfin, en temps de sécheresse, la gestion quantitative de l’eau est régie au niveau du comité régional sécheresse.

33Ainsi, la moyenne Durance est traversée par une eau négociée à une échelle supérieure. L'aménagement Durance-Verdon même s'il pèse sur la gestion locale de l'eau peut à ce titre être considéré comme une contrainte. Elément structurant, il ne doit pas pour autant occulter les dynamiques propres du territoire de moyenne Durance.

34A propos de gestion locale, cinq des sept cours d’eau (Asse, Bléone, Jabron, Largue, Lauzon) sont concernés par des actions de résorption de déséquilibres quantitatifs dans le cadre de l’application de la DCE.

35Le plan d’action sécheresse du département des Alpes de Haute Provence classe quant à lui l’ensemble des cours d’eau du territoire (hors Durance) en zone d’étiage sensible. Les outils et les mots employés empruntent à une logique fluxiale et tendent à recréer des débits réservés sur des milieux non aménagés. L’hétérogénéité et la variabilité nécessaires dans le temps et dans l’espace au fonctionnement des milieux aquatiques s’en trouvent occultées. L’alimentation en eau potable est considérée comme prioritaire (à ce titre, l'eau urbaine est très peu questionnée) et l’agriculture apparaît comme variable d’ajustement en cas de crise. L’eau qui lui est « laissée » semble le fruit d’un compromis social dans lequel le fonctionnement des milieux aquatiques ne figure pas.

36Ceci soulève la question des représentations que les acteurs se font de la gestion quantitative de l'eau et de ses enjeux. Nous cheminerons d'abord avec les acteurs de l'urbanisme pour poursuivre avec la sphère agricole et finir par la vision des acteurs de la gestion de l'eau et des milieux aquatiques.

Des représentations qui laissent des vides

Urbanisme : la moyenne Durance par le bout du tuyau

  • 3  Outre les chercheurs, ont été rencontrés : deux maires-conseillers généraux dont l’un délégué à l’ (...)

37La population (au sens du nombre d’habitants) est au cœur du référentiel des acteurs de l’urbanisme et de l’aménagement3. Au niveau communal, la gestion de l’espace est même cantonnée au rôle de variable secondaire.

38C'est à l’échelle communale qu'est confiée la charge de la preuve. Face à la complexité de certains dossiers, le peu de réseau tissé auprès d’organismes scientifiques et techniques laisse une place importante à la vision portée par les bureaux d’études. Or, les représentations véhiculées par ces acteurs intermédiaires restent implicites et sont peu questionnées quant aux modèles, notamment de développement, qu’elles présupposent. S'ajoute la technicité avec laquelle certaines thématiques sont abordées. Les acteurs, à qui les études sont destinées, ne sont alors pas forcément en mesure de critiquer les éléments fournis et certaines dimensions de choix en sont occultées.

  • 4  Selon les termes employés par plusieurs acteurs.

39A travers la métropolisation, qui donne une certaine malléabilité aux frontières urbaines, l'organisation de l’espace revient au premier plan pour les acteurs agissant à une échelle supra-communale. La décentralisation, en redessinant les contours des prérogatives de chaque acteur, renforce le flou engendré. Dans ce cadre, la Moyenne Durance apparaît comme un référentiel en cours de négociation, enjeu de gouvernance et de pouvoir à travers lequel les différentes institutions se repositionnent.Objet d’un regard condescendant, elle est perçue comme un territoire « à accompagner »4 résumé en deux entités : le val de Durance et le reste.

  • 5  Entretien auprès d’un chef de service chargé de la planification urbaine à la DDEA04, réalisé le 1 (...)
  • 6  Entretien auprès d’un chargé d’études à l’Agence d’Urbanisme du Pays d’Aix Durance, réalisé le 9 m (...)

40La question de la gestion quantitative de l’eau est alors formulée en termes de réseaux : « On ne peut pas ouvrir de secteur nouveau sans présence effective de réseaux suffisants » [responsable d’un service départemental de l’Etat, urbanisme]5. « Si il y a un réseau, on dira vous pouvez. Mais après en termes de besoins quantitatifs, ce n'est pas quelque chose qu'on aborde » [intermédiaire, urbanisme]6. La posture adoptée est curative : « s’ils ont vraiment des soucis, la commune nous le dit »6 alors que la ressource est méconnue. Cette question est d’ailleurs laissée à la charge du niveau communal : « On demande aux communes de justifier qu'il n'y a pas de problème de ressources en eau aux vues du projet de PLU présenté »5.

  • 7  Entretien avec un chercheur appartenant au GDR Rés-eau ville, directeur d’un Institut d’Urbanisme (...)
  • 8  Entretien auprès de la responsable du service en charge de l’urbanisme au Conseil Général, réalisé (...)

41Parallèlement, une demande d’« eau décor » [chercheur, urbanisme]7émerge et entre en compétition avec « l’eau utilitaire »7. La moyenne Durance peut ainsi être perçue comme un « territoire pas mal construit par l'eau, soit par sa présence, par sa rareté ou par son aménagement »7 : « la richesse de la rivière en elle-même, de ses affluents, de tout le réseau gravitaire qui a mené une diversité biologique sur le piémont [sont à prendre en compte dans l’aménagement et à] valoriser dans la fonction récréative » [urbanisme, Conseil Général]8. Cette demande d’« eau décor » ouvre sur celle de paysage, hissée au rang de déterminant d’évolution du territoire6 et de « ressource » dont la protection est un « des grands enjeux de l’Etat »5. Les représentations qui en découlent peuvent être propices à une gestion spatiale de l’eau.

  • 9  Ceux de Gabriel Dupuy et André Guillerme sont sans doute les plus connus, mais l’on peut citer éga (...)
  • 10  En écho au titre de l’ouvrage de Jean-Baptiste Narcy, 2004.

42A ce sujet, les recherches sur la manière dont l’urbanisme met l’eau en objet et réciproquement sur la façon dont l’eau réinterroge les référentiels de l’urbanisme, constituent des accroches potentiellement fécondes. Les travaux considérant l’objet « réseau » sur le long terme, le liant à des catégories de « penser l’action »9, peuvent également contribuer à sortir du tuyau10.

43Si les acteurs de l’urbanisme mettent en jeu, dans leur rapport au futur à long terme, une variété d’échelles, leurs visions restent toutefois très focalisée « urbanisme ». Se voyant comme intégrateurs, ils peinent à imaginer et à enclencher des interactions avec d’autres sphères d’action.

Agriculture : l'eau occultante

  • 11  Un président d’ASA d’un canal gravitaire du Val de Durance - producteur de fruits, un président de (...)

44Parmi les acteurs de l’agriculture11, deux grands types de représentations du territoire se distinguent et s’hybrident parfois.

45Les élus, agriculteurs-producteurs, ont une vision de la moyenne Durance structurée par les productions agricoles économiquement dominantes. Or, ces cultures sont irriguées et conduites selon une rationalité industrielle et une stratégie économique à la base de laquelle se trouve l’eau.

46Les techniciens agissant à une échelle supérieure à celle de l’exploitation se représentent quant à eux le territoire sur un mode dichotomique : entre irrigation individuelle et irrigation collective, distinction affinée par le type d’équipement. Il est intéressant de noter que ces techniciens, travaillant sur l’eau dans son acception environnementale, sont déconnectés des logiques de production. Positionnés en aval, ils sont ainsi peu en prise avec les dynamiques agricoles locales.

47Si l’on résume en forçant légèrement le trait, tout ce qui n’est pas irrigué n’est pas figuré. L’eau « pluviale » est en effet absente de ces deux types de représentation et avec elle, c’est tout un pan de l’agriculture présente sur les affluents qui reste impensé. Au-delà de la gestion purement agricole, de gros enjeux en termes de gestion des espaces ne peuvent ainsi être formulés.

  • 12  Entretien auprès du président d’un syndicat agricole, président d’une coopérative céréalière, prod (...)
  • 13  Dont l’alimentation en eau est assurée toute l’année.

48« Si le barrage est plein, on ne se pose pas de question. S’il est vide, on garde l'eau pour irriguer les légumes » [élu agricole, producteur de légumes et de blé dur]12. Dans les secteurs sécurisés13, les rapports à l’eau se fondent sur des considérations de court terme et des logiques de rentabilité immédiate. Aucune gestion quantitative collective n’est mise en place, soustrayant ainsi la majorité de l’agriculture intensive à tout processus de gestion collective locale. S’opère là encore une scission entre le val de Durance, équipé et sécurisé (auquel s’ajoute le barrage de la Laye) et le reste du territoire.

  • 14  Entretien auprès d’un technicien travaillant à la chambre d’agriculture départementale et régional (...)

49Ailleurs, les interventions des techniciens se font en aval des choix d’assolement, ce qui mène à une position de principe quant à l’eau demandée pour l’irrigation. L’objectif est de conserver un maximum d’eau pour irriguer mais cette vision ne repose sur aucun projet. Se greffe à cela un enjeu de légitimation que le contexte institutionnel mouvant autour de la gestion quantitative de l'eau doit accentuer : « il faut qu'on glisse du statut d'animateur, technicien-ingénieur au statut d'opérateur, qui s’occupe de gérer, de partager […] à l'échelle du bassin versant. Il faut inventer quelque chose comme ça. […] Il faut passer par cette légitimité institutionnelle » [acteur départemental et régional, élu local, agriculture]14.

  • 15  Entretien auprès d’un agronome, chercheur au Cemagref sur la thématique de l’irrigation, réalisé l (...)

50Paradoxalement, les recherches en agriculture permettent de faire émerger une vision territoriale, même si celle-ci repose, pour le moment, sur une agrégation d’exploitations individuelles. L’objet d’étude s’éloigne de la campagne d’irrigation : « quand on se rend compte que ça n’a pas d’importance, que l’on a très peu de marge de manœuvre de ce côté-là : on se rend compte que ce n’est pas le bon objet de recherche » [chercheur, agriculture]15. Des modèles « agents » agro-économiques se développent. En faisant réapparaître des cultures pour lesquelles l’eau ne se trouve pas à la base de la stratégie économique, ils permettent d’interroger la place de l’eau dans l’agriculture. Ces éléments deviennent d’autant plus prometteurs qu’ils commencent à être croisés avec la perception des acteurs locaux.

51Enfin, dans leur rapport au futur à long terme, les acteurs de l’agriculture interrogent fortement les interactions avec l’urbanisation : relations ambiguës entre menace physique pour les équipements et promesse de sécurisation.

Gestion des milieux aquatiques : le quantitatif comme impensé

  • 16  Deux chargés d’interventions de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse en charge de la Moye (...)

52De manière générale, les acteurs de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques16 fondent la connaissance de leur terrain d’intervention sur les dossiers et les études qu’ils sont amenés à suivre. La représentation qui en découle repose sur un assemblage de touches asynchrones, ponctuelles dans le temps et dans l’espace (complétée toutefois par l’expérience professionnelle et les échanges avec les partenaires).

53Les modes de perception du territoire sont ainsi majoritairement fondés sur la temporalité de l’action et non sur le fonctionnement des milieux. Lorsque l’on demande aux acteurs à quelle échelle de temps ils travaillent, ils répondent quasiment tous sur le registre du dossier porté. La gestion de l’eau est pilotée par le temps administratif.

54Deux types d’approches conditionnent les rapports au territoire sans pour autant s’articuler : une approche « milieu » et une approche « thématique ».

  • 17  Entretien auprès d’une chargée d’interventions de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse, r (...)
  • 18  Les études dites globales portent généralement sur : les inondations, la qualité de l’eau, les mil (...)
  • 19  Entretien auprès d’un dirigeant de bureau d’études, chef de projet « rivières - aménagement – envi (...)

55L’approche « milieu » se place à l’échelle du bassin versant. Elle est peu développée en moyenne Durance : « il y a des études par-ci, par là, un peu à la bonne volonté, selon… » [établissement public, gestion de l’eau]17. Pourtant qualifiée de territoriale, cette démarche est peu contextualisée et n’intègre pas les dynamiques du territoire. « Pour l’instant c’est peut-être une des faiblesses des études globales18 : il n’y a pas d’analyse du territoire à moyen terme, de ses forces, de ses faiblesses. On reste sur des champs techniques […] un croisement milieu naturel-milieu physique, mais après derrière on n’est pas rentré du tout sur une stratégie en terme de développement, d’urbanisme etc. » [intermédiaire, bureau d’études]19.

56Les approches « thématiques » sont quant à elles réalisées à des échelles institutionnelles, généralement plus fines que le bassin versant (commune, groupement intercommunal). Elles dépendent de sollicitations externes et sont centrées sur l’ouvrage et son adéquation aux « besoins ».

57Dans ce cadre, la Durance peine à être perçue comme un milieu aquatique. Elle s’institue davantage en élément de contexte territorial voire stratégique.

  • 20  Zone (la rivière ne s’assèche généralement pas sur tout son cours) ou période d'assèchement d'une (...)

58A contrario, l’assec20 constitue une figure centrale de la perception des milieux de moyenne Durance, même si les connaissances scientifiques ou techniques sont faibles en la matière.

  • 21  Entretien auprès d’un responsable du pôle « études » d’une association régionale, réalisé le 14 ma (...)

59« Les milieux naturels ont payé un lourd tribu à la gestion de l'eau. Notre région souffre d'abord d'un manque d'eau plutôt que de qualité. » [Intermédiaire, milieux aquatiques]21. Force est pourtant de constater un net décalage entre cette perception et les modes de représentation et les outils disponibles pour en rendre compte.

  • 22  Entretien auprès d’un chargé de mission du Conseil Régional, service en charge de l’eau et des mil (...)
  • 23  Entretien auprès d’un agent du service en charge de la police de l’eau, responsable de la thématiq (...)

60De nombreuses données quantitatives existent. Produites dans un objectif autre que celui de la gestion des milieux aquatiques, elles sont tout de même utilisées dans cette optique. Au-delà du biais que cette transposition brute introduit, les acteurs se trouvent dans une situation ambiguë où « tout le monde a l'impression de tout connaître un peu »19 et pourtant « on navigue un peu à vue » [conseil régional, gestion de l’eau]22, « on n’en sait pas assez » [service départemental de l’Etat, gestion de l’eau]23. Peu de liens sont faits entre le fonctionnement des milieux et la quantité d’eau qui y circule et pour cause… même pour la recherche, cette question « arrive à peine. » [chercheur, hydrobiologie]24.

61Les crédits accordés aux recherches scientifiques ont orienté les regards vers les milieux aménagés, milieux dont on a supprimé une certaine variabilité quantitative. Ainsi la communauté de chercheurs porte une vision de la Durance mais montre un déficit de représentation et de connaissances sur les affluents.

  • 24  Entretien auprès d’un hydrobiologiste spécialiste en hydrodynamique et écologie des macro-invertéb (...)

62En outre, la compréhension des aspects quantitatifs nécessite des travaux interdisciplinaires. « Moins il y a d’eau, plus c’est complexe, plus c’est hétérogène » [chercheur, hydrobiologie]24. L’enjeu est de faire se rencontrer du fluxial et du processus, ce que rend encore difficile la suprématie et la domination des sciences mathématisées et mécanistes dans la hiérarchie universitaire.

  • 25  Entretien auprès d’un chargé d’interventions de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse réal (...)
  • 26  Entretien auprès de la chargée de mission SGAR en charge de l’environnement réalisé le 21 mai 2008 (...)

63L'ensemble de ces éléments fait que les acteurs de l'eau adoptent souvent des positionnements de principe se référant tantôt à une dimension réglementaire « mon rôle c’est d’augmenter l’eau dans le milieu par rapport à la législation » [établissement public, gestion de l’eau]25 tantôt à un registre de l’ordre du sensible « plus il y a d’eau dans le milieu, mieux c’est »25 ou de l’engagement « je me donne ce rôle de lobbying permanent » [service régional de la Préfecture, gestion de l’eau]26.

64Mis dans une perspective de long terme, ce sont pourtant ceux qui tissent le plus de liens avec des domaines externes. Mais leur attitude passive par rapport aux autres sphères d’actions les empêche d’exploiter ces éléments. La DCE et la LEMA, en instaurant une légitimité d'intervention sur la question de la gestion quantitative, vont certainement aboutir à modifier ce positionnement.

Conclusion

65L’articulation entre espaces agricoles, villes et milieux aquatiques est pour l’instant imparfaitement et mal posée en moyenne Durance, que ce soit par rapport à une gestion durable de l’eau ou par rapport aux objectifs propres à chaque sphère d’action. Loin des centres de recherche, les acteurs de moyenne Durance disposent de peu voire d’aucun appui technique pour structurer leur problématique. Une grande part de la connaissance sur le territoire vient des bureaux d’études. Les savoirs ainsi produits reposent sur une juxtaposition d’études finalisées dont les objectifs diffèrent entre eux et dont le but initial n’est pas forcément ce pourquoi elles sont finalement utilisées. Il en découle une vision pointilliste dans le temps et dans l’espace à la fois des dynamiques territoriales et des enjeux liés à la gestion quantitative de l’eau.

66Dans un contexte institutionnel mouvant, la moyenne Durance apparaît comme un territoire de légitimation possible. Au regard de la prégnance du prisme du Val de Durance, l’articulation de la Durance et de ses affluents constitue un moteur prospectif fort et faire exister le débat au niveau local, un défi en soi. En outre, le cas de la moyenne Durance nous enseigne combien il est nécessaire de parvenir à une appréhension de la variabilité et de l’hétérogénéité, abordées en tant que telles et non comme dégénérescence de types prédéfinis.

67Si la plupart des acteurs ont au départ des difficultés d’appréhension de l’échelle méso, celle-ci s’avère pertinente par rapport au fonctionnement des milieux aquatiques. Elle permet, de plus, la mise en lumière par les acteurs eux-mêmes de la variété des domaines en jeu et de leur imbrication à différentes échelles. Elle ouvre ainsi de nouveaux espaces de solution.

68Investir de façon symétrique l’ensemble des dimensions de l’eau (spatiale, fluxiale) et les faire dialoguer à différentes échelles devient un enjeu.

  • 27  Entretien auprès du responsable du service en charge de la police de l’eau, DDEA04, réalisé le 28 (...)
  • 28  Entretien auprès d’un chercheur en hydrobiologie, spécialiste de l’écologie des poissons, réalisé (...)
  • 29  Entretien auprès d’un chercheur en géographie et aménagement, directeur d’études dans une société (...)

69Quant au long terme ? « Vous avez de ces questions vous ! c’est de la philosophie (…) je n’ai pas de vision de long terme, je gère au jour le jour ». [service départemental de l’Etat, gestion de l’eau]27. Pourtant, en envisageant des futurs à long terme, on peut « raisonner sur des problèmes d'aménagement »15 et intégrer la « réponse des milieux naturels » [chercheur, hydrobiologie]28. Le long terme « permet de ne pas se tromper quant aux sens de phénomènes qui s'avèrent des pics dans le temps ou locaux » [chercheur-consultant, urbanisme]29, « de sortir du formatage du moment et de relativiser »7. C'est « la temporalité nécessaire pour la gestion de l'eau »15. Mais, « on n’a pas cette approche, du coup on ne sait pas comment se positionner »17. S’il permet de porter le regard sur les interactions, s’il décale les frontières entre les sphères d’action et les disciplines, le futur à long terme est clairement une dimension à investir et à légitimer.

70Au final, la gestion quantitative de l’eau reste une question implicite, investie par des logiques et des objectifs qui, non explicités, ne permettent pas leur mise en débat. L’eau devient alors ressource et s’apparente souvent à un capital qu’il s’agit de « placer » au mieux. Ses mécanismes de renouvellement et le fonctionnement des milieux aquatiques, considérés comme services (et, par voie de conséquences, potentiellement commercialisables), sont assimilés à un usage dans le processus de répartition.

71Pourtant l’eau en tant que bien communrenvoie à un imaginaire collectif et des pratiques qu’il s’agit de partager. Sa gestion ne peut donc se réduire à des considérants sectoriels ni à une approche comptable. En outre, le fonctionnement des milieux aquatiques en fait un bien spatialisé. La gestion de l’eau peut ainsi être un moyen de penser le territoire, de le négocier.

72Dans ce contexte, la notion de paysage s’apparente à un vecteur intégrateur (à condition de ne pas la réduire à une simple requête urbaine traduite dans les projets et les documents d’urbanisme de manière déconnectée de la compréhension du fonctionnement et de la dynamique des paysages invoqués). Interface par essence entre les sciences de la vie et les sciences humaines, le paysage permet la rencontre du fonctionnement des milieux aquatiques, de l’agriculture et de l’urbanisme. Aussi, campé sur une assise territoriale et pluridisciplinaire, le paysage pourrait s’ériger en germe de changement dans les paradigmes de gestion de l’eau.

Haut de page

Bibliographie

Agence de l’eau Rhône Méditerranée & Corse, 2007, Définition d’une méthode de caractérisation des cours d’eau de type méditerranéen et application dans le cadre de la DCE, Maison régionale de l’eau, Sogreah, Hervé Gomila et AScA.

Agence de l’eau Rhône Méditerranée & Corse, SGAR PACA, 2008, Estimation de la disponibilité des volumes d’eau destinés aux territoires desservis par les canaux « moyenne et basse Durance » et détermination des modes de valorisation des économies potentielles, BRL Ingénierie, Phase 1, rapport Final, juillet.

CETE Méditerranée, 2005, Diagnostic territorial et institutionnel des Alpes de Haute Provence, document provisoire, avril.

DIREN PACA, 2006, Diagnostic de la gestion quantitative de la ressource en eau de la région PACA, rapport provisoire, SIEE, mars.

BALLAND P., HUET P., LAFONT E., LETEURTROIS J.-P., PIERRON P., 2002, Propositions de simplification du dispositif d'intervention de l'Etat sur la gestion des eaux et du lit de la Durance - Contribution à un Plan Durance, rapport de l'Inspection Générale de l'environnement, 93 p.

BARBIER R., BARRETEAU O., BRETON C., 2007, Gestion de la rareté de l’eau : entre application négociée du décret « sécheresse » et émergence d’arrangements locaux, Ingénieuries, n°50, p. 3-19.

BOULEAU G., 2007, La gestion française des rivières et ses indicateurs à l’épreuve de la Directive Cadre, Thèse de Doctorat Sciences de l’environnement, Paris, AgroParisTech – ENGREF, 457 p.

DOUVILLE H., 2008, Vers une sécheresse globale ?, La Recherche, n° spécial L’eau, n°421, juillet-août, p. 40-43.

FRITSCH J.-M, 2008, La crise de l'eau n'aura pas lieu, La Recherche, n° spécial L’eau, n°421, juillet-août, p. 32-36.

GHIOTTI S., 2006, Les territoires de l’eau et la décentralisation. La gouvernance de bassin versant ou les limites d’une évidence, Développement Durable et Territoire, [En ligne], dossier 6 : Les territoires de l’eau, mis en ligne le 10/02/2006, consulté le 20/10/2010. URL : http://developpementdurable.revues.org/1742.

GODARD O., 2006, Du développement régional au développement durable : tensions et articulations, in MOLLARD A., SAUBOUA E., HIRCZAK M. (éds.), Territoires et enjeux du développement régional, Paris, Éditions Quæ, p. 83-98.

MERMET L. (dir.), 2005, Etudier des écologies futures, Un chantier ouvert pour les recherches prospectives environnementales, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, coll. EcoPolis, n°5, 411 p.

NARCY J-B. 2004, Pour une gestion spatiale de l’eau, Comment sortir du tuyau ?, Bruxelles, P.I.E. - Peter Lang, Coll. EcoPolis n°4, 342 p.

TREYER S., 2006, A quelle raréfaction de l’eau faut-il se préparer ? Construire une intervention prospective au service de la planification pour les ressources en eau en Tunisie, Thèse de Doctorat Sciences de l'eau, Paris, AgroParisTech – RGTE, 670p.

Haut de page

Notes

1  Entretiens menés en deux temps : 1) interrogation des dynamiques territoriales propres à chaque type d’activité ; 2) place de l’eau quantitative au sein de celles-ci, manière dont sa gestion est abordée et vision des enjeux attenants.

2  Ont été rencontrés : un hydrobiologiste spécialiste de l’écologie des poissons choisi pour ses liens avec les sphères de gestion ; un hydrobiologiste spécialiste en hydrodynamique et écologie des macro-invertébrés pour sa participation à des programmes de recherche alliant fonctionnement physique des cours d’eau et peuplements biologiques ; un agronome appartenant à une équipe dont les travaux agronomiques sont centrés sur la question de l’eau ; un urbaniste pour ses travaux en relation avec l’eau et la prospective territoriale ; un géographe pour ses travaux en matière de prospective territoriale, son activité de consultant en lien avec les acteurs politiques et son questionnement de l’objet « territoire » ; une sociologue de l’environnement pour son implication dans des recherches interdisciplinaires sur la gestion de l’eau.

3  Outre les chercheurs, ont été rencontrés : deux maires-conseillers généraux dont l’un délégué à l’eau, un responsable de service planification à la DDEA04, une chargée de mission SGAR en charge de l’aménagement du territoire (anciennes activités DATAR), une responsable de service en charge de l’urbanisme au conseil général, un chargé d’études de l’Agence d’Urbanisme du Pays d’Aix Durance, un responsable de service études et prospective à la Société d’Aménagement Régional, un délégué territorial en charge des relations à la fois politiques et commerciales sur le département des Alpes de Haute Provence à la Société d’Aménagement Régional.

4  Selon les termes employés par plusieurs acteurs.

5  Entretien auprès d’un chef de service chargé de la planification urbaine à la DDEA04, réalisé le 15 mai 2008 par Zoé HAGEL (ZH).

6  Entretien auprès d’un chargé d’études à l’Agence d’Urbanisme du Pays d’Aix Durance, réalisé le 9 mai 2008 par ZH.

7  Entretien avec un chercheur appartenant au GDR Rés-eau ville, directeur d’un Institut d’Urbanisme réalisé le 7 mai 2008 par ZH.

8  Entretien auprès de la responsable du service en charge de l’urbanisme au Conseil Général, réalisé par téléphone le 22 mai 2008 par ZH.

9  Ceux de Gabriel Dupuy et André Guillerme sont sans doute les plus connus, mais l’on peut citer également les travaux de Franck Scherrer.

10  En écho au titre de l’ouvrage de Jean-Baptiste Narcy, 2004.

11  Un président d’ASA d’un canal gravitaire du Val de Durance - producteur de fruits, un président de syndicat agricole, président d’une coopérative céréalière, élu à la chambre d’agriculture et producteur de légumes, un technicien de la chambre d’agriculture départementale et régionale en charge de missions dans le domaine de l’environnement et un technicien en charge de fédérer au niveau départemental les structures d’irrigation collectives.

12  Entretien auprès du président d’un syndicat agricole, président d’une coopérative céréalière, producteur de légumes irrigués, réalisé le 3 juin par ZH.

13  Dont l’alimentation en eau est assurée toute l’année.

14  Entretien auprès d’un technicien travaillant à la chambre d’agriculture départementale et régionale en charge des questions d’environnement, élu à l’environnement dans une commune de moyenne Durance réalisé le 6 mai 2008 par ZH.

15  Entretien auprès d’un agronome, chercheur au Cemagref sur la thématique de l’irrigation, réalisé le 29 mai 2008 par ZH.

16  Deux chargés d’interventions de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse en charge de la Moyenne Durance : l’une auprès des collectivités et l’autre sur la thématique agricole, une chargée de mission du SGAR sur des thématiques relatives à l’environnement, une chargée de mission au Conseil Régional et un ingénieur à la DDEA04 en charge de la thématique de la ressource en eau, un responsable de service en charge de la police de l’eau à la DDEA04, un associatif - responsable du pôle études de son association à vocation régionale, un chef de projet « rivières - aménagement - environnement » au sein d’un grand groupe de bureau d’études.

17  Entretien auprès d’une chargée d’interventions de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse, réalisé le 25 avril 2008 par ZH.

18  Les études dites globales portent généralement sur : les inondations, la qualité de l’eau, les milieux remarquables ou l’entretien des berges (souvent en regard des inondations) et l’hydromorphologie.

19  Entretien auprès d’un dirigeant de bureau d’études, chef de projet « rivières - aménagement – environnement », Responsable des activités « Territoire durable », réalisé le 16 mai 2008 par ZH.

20  Zone (la rivière ne s’assèche généralement pas sur tout son cours) ou période d'assèchement d'une rivière. Les assecs naturels existent. Ils peuvent être accentués par les prélèvements ou les aménagements.

21  Entretien auprès d’un responsable du pôle « études » d’une association régionale, réalisé le 14 mai 2008 par ZH.

22  Entretien auprès d’un chargé de mission du Conseil Régional, service en charge de l’eau et des milieux aquatiques, réalisé le 25 avril 2008 par ZH.

23  Entretien auprès d’un agent du service en charge de la police de l’eau, responsable de la thématique « eau quantitative », DDEA, réalisé le 28 avril 2008 par ZH.

24  Entretien auprès d’un hydrobiologiste spécialiste en hydrodynamique et écologie des macro-invertébrés au Cemagref réalisé le 23 avril 2008 par ZH.

25  Entretien auprès d’un chargé d’interventions de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse réalisé le 23 avril 2008 par ZH.

26  Entretien auprès de la chargée de mission SGAR en charge de l’environnement réalisé le 21 mai 2008 par ZH.

27  Entretien auprès du responsable du service en charge de la police de l’eau, DDEA04, réalisé le 28 avril 2008 par ZH.

28  Entretien auprès d’un chercheur en hydrobiologie, spécialiste de l’écologie des poissons, réalisé le 24 avril 2008 par ZH.

29  Entretien auprès d’un chercheur en géographie et aménagement, directeur d’études dans une société de conseils en politiques publiques territoriales, réalisé le 27 mai 2008 par ZH.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8487/img-1.png
Fichier image/png, 90k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8487/img-2.png
Fichier image/png, 67k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8487/img-3.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 4 : La moyenne Durance en cinq secteurs
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8487/img-4.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Hagel, « La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 261-269.

Référence électronique

Zoé Hagel, « La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 29 mars 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8487 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8487

Haut de page

Auteur

Zoé Hagel

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, Laboratoire Interdisciplinaire en Urbanisme, 2 avenue Henri Poncet, 13628 Aix-en-Provence cedex 01 zoehagel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page