Navigation – Plan du site
Articles de varia

La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques

Le cas de la moyenne Durance
The quantitative management of water resources: an implicit question for urban and agricultural areas and wetlands.  The case of the middle Durance valley
Zoé Hagel
p. 261-269

Résumés

Souvent réduite à une logique comptable, la gestion quantitative de l’eau résulte d’interactions complexes entre différentes sphères d’actions. Les représentations que les acteurs se font de cette question et des enjeux attenants apparaissent alors comme centrales. A travers l’exemple de la moyenne Durance, nous confrontons les regards de l’urbanisme, de l’agriculture et de la gestion des milieux aquatiques. L’entrée territoriale, l’échelle « méso » et l’approche diachronique de long terme adoptés ouvrent de nouveaux espaces de solution vers une gestion spatiale de l’eau. Variabilité et hétérogénéité émergent ainsi comme objets de recherche à part entière. Et le paysage s’insinue en vecteur intégrateur à travers lequel la question de la gestion quantitative de l’eau, encore essentiellement implicite, pourrait être énoncée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

Entre dynamiques territoriales et représentations des acteurs
Aux sources de la théorie : une optimisation non rationnelle
Un territoire hétérogène traversé par une eau régionale
Des représentations qui laissent des vides
Urbanisme : la moyenne Durance par le bout du tuyau
Agriculture : l'eau occultante
Gestion des milieux aquatiques : le quantitatif comme impensé
Conclusion

Aperçu du début du texte

La Directive Cadre sur l’Eau (DCE) introduit une obligation de résultats quant à l’atteinte du bon état des milieux aquatiques fixée pour 2015. La notion de bon état n’est pas définie a priori et des dérogations sont possibles (techniques, économiques et/ou au nom de projets d’« intérêt général »). L’approche est ainsi à la fois normative et au départ relativement « molle », laissant place à l’expression d’accommodements à la croisée d’enjeux sociaux, scientifico-techniques et politiques (Bouleau, 2007). S'agrège à cela, la loi sur l'eau et les milieux aquatiques (LEMA) de 2006 qui réforme les dispositions relatives aux débits réservés en rivière, à travers notamment la notion de régime réservé, permettant la modulation sur l'année de la délivrance des débits minimum exigés (dont le niveau est d'ailleurs relevé). Dans ce « contexte à la fois contraignant et non stabilisé » (Bouleau, 2007, p. 344) et donc potentiellement ouvert, la question du lien entre la quantité d’eau présente da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Hagel, « La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 261-269.

Référence électronique

Zoé Hagel, « La gestion quantitative de l’eau : une question implicite entre ville, espaces agricoles et milieux aquatiques », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8487 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8487

Haut de page

Auteur

Zoé Hagel

Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional, Laboratoire Interdisciplinaire en Urbanisme, 2 avenue Henri Poncet, 13628 Aix-en-Provence cedex 01 zoehagel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page