Navigation – Plan du site
Articles de varia

Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges

L’exemple de la vallée de la Touques (Calvados)
Going beyond the issue of pisciculture to define a concerted management strategy for rivers and their banks: The example of the Toques valley, Calvados
Marie-Anne Germaine
p. 245-259

Résumés

Le renforcement de la législation dans le domaine de l’eau se traduit localement par la multiplication des projets de restauration des cours d’eau. Contraintes à atteindre le bon état écologique pour 2015, les collectivités assument cette compétence en s’organisant par bassin. Dans le même temps, les paysages au fil de l’eau font l’objet d’un regain d’intérêt qui se traduit par des attentes multiples pouvant se révéler contradictoires avec les problématiques environnementales. A partir de l’exemple de la Touques, valorisée pour le tourisme pêche, un éclairage sur les difficultés de la gouvernance locale de l’eau est proposé. L’analyse des opérations menées et leur confrontation aux discours des usagers conduisent à identifier les facteurs garantissant la mise en place d’une gestion intégrée.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

  • 1  Directive Cadre sur l’Eau.
  • 2  Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques.

1La Loi sur l’eau de 1992 marque la décentralisation de la gestion de l’eau en France (Barraqué, 1995). Devenue une compétence assumée par de nombreuses collectivités, l’eau occupe une place croissante dans les politiques locales d’aménagement des territoires (Ghiotti, 2007). Demeurant néanmoins fortement encadrée par la législation et les orientations des agences de bassin, le champ d’action dans le domaine de l’eau n’a cessé de s’élargir au fil des nouveaux textes de réglementation conduisant à un transfert d’échelle spatiale (du corridor fluvial au bassin versant) et thématique (de la qualité de l’eau à la préservation du milieu aquatique). Du point de vue organisationnel, on assiste à l’émergence de nouvelles formes d’action publique dans le domaine de l’environnement se traduisant par une multiplication des acteurs et des interactions croissantes entre les niveaux de gouvernement (Theys, 2003). Parallèlement, on observe un élargissement des préoccupations, la redécouverte des fonctionnalités écologiques des vallées (zone tampon contre les crues et les transferts de polluants, réserve de biodiversité) s’accompagnant d’attentes multiples voire contradictoires (développement d’aménités, enjeux économiques) qui se cristallisent autour des paysages au fil de l’eau (Montembault, 2002 ; Barraud, 2007 ; Lespez et Ballouche, 2009 ; Germaine, 2009). On peut alors se demander comment ces nouvelles attentes sociales se concilient avec des objectifs environnementaux plus ambitieux et les obligations de résultats fixés par les derniers textes législatifs (DCE1, 2000 et LEMA2, 2006). Alors que l’eau est définie comme « patrimoine commun de la nation » depuis 1992 et qu’il est plus largement reconnu que la gestion des écosystèmes doit reposer sur un projet de société (Le Floc’h et Aronson, 1995 ; Donadieu, 2001 ; SER, 2004 ; Gunnell, 2009 ; Clewell et Aronson, 2010), il s’agit ici de proposer un éclairage sur les difficultés de la gouvernance locale de l’eau et plus précisément de l’intégration des aspirations sociales dans les programmes de gestion des rivières. À partir de l’exemple d’un cours d’eau bas-normand, d’abord situé au cœur d’un projet de valorisation piscicole envisagé comme un levier du développement économique local puis exclusivement géré en vue de l’atteinte du bon état écologique, cet article propose de montrer les limites d’une gestion univoque (pour la pêche, pour l’écologie…) et d’examiner les difficultés qui empêchent gestionnaires et décideurs de dépasser des intérêts sectoriels pour mettre en place une véritable gestion intégrée tenant compte de la dimension paysagère. Alors que les entretiens réalisés auprès des usagers témoignent d’attentes plus larges, il s’agit de comprendre comment s’opèrent les arbitrages quant à la gestion des berges et du cours d’eau sur les sections non domaniales et comment passer de simples interventions techniques à des projets de rivières partagées. Après avoir présenté le terrain d’étude, la vallée de la Touques, et la méthode employée, les principes de fonctionnement et missions des deux organismes de gestion qui se sont succédé sur ce bassin sont analysés avant de discuter de leurs limites en termes de gouvernance.

La Touques, un cours d’eau de référence dans l’Ouest de la France

2Considérée comme l’« épine dorsale » du Pays d’Auge par ses habitants (Germaine, 2009) et présentée comme un axe structurant du territoire dans les différents documents d’aménagement (SCoT Nord Pays d’Auge, SCoT Sud Pays d’Auge, Pays d’Auge…), la vallée de la Touques se distingue par sa forme ample et son tracé rectiligne (fig. 1). C’est une vallée large à fond plat (entre 500 et 800 mètres) encadrée de longs versants de forme concave encaissés de 70 à 90 mètres dans la craie et les marnes qui forment le substrat du Pays d’Auge. Elle s’insère dans un système herbager extensif dans lequel elle occupe une place singulière, notamment pour les productions « traditionnelles » telles que l’embouche ou le cidre. Le fond de vallée forme une large plaine alluviale verdoyante régulièrement recouverte par les débordements de la rivière. Il offre des herbages riches pour l’élevage bovin tandis que les versants sont pour l’essentiel recouverts de prairies permanentes ou complantées. Ces paysages contribuent à la réputation dont bénéficie le Pays d’Auge d’un point de vue touristique malgré un déséquilibre important en termes de fréquentation entre le littoral (Côte Fleurie) et l’arrière-pays.

Figure1 : Le bassin versant de la Touques

Figure1 : Le bassin versant de la Touques

3La Touques fait également figure de bassin de référence dans l’Ouest de la France pour son bon état écologique et sa richesse piscicole. Classée en ZNIEFF de types 1 et 2, cette rivière calcaire de première catégorie de 109 km de long aux débits réguliers et soutenus (débit spécifique – 9 l/s/km² ; pente moyenne – 3 ‰) jouit d’une certaine notoriété auprès des pêcheurs. Des températures fraîches, un réseau hydrographique inversé, une diversité d’habitats, un lit recouvert de galets à silex et la présence de nombreuses frayères lui confèrent des capacités biologiques élevées qui ont permis l’installation des salmonidés : saumons atlantiques (salmo salar), truites fario (salmo trutta fario) mais surtout truites de mer (salmo trutta trutta). Mis en avant dès 1978 à l’occasion du 1er Plan saumon du ministère de l’environnement, son potentiel piscicole a été amélioré à la suite de trente années d’opérations menées sur les berges et les ouvrages hydrauliques : avec un stock annuel avoisinant 10 000 individus, elle est aujourd’hui considérée comme la première rivière côtière à truite de mer en France. Ces travaux sont présentés comme exemplaires par les gestionnaires, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (Confluence n°41, 20063) et l’ONEMA4.

Méthodologie mise en œuvre et données mobilisées

4L’objectif du travail mené réside dans l’interrogation des liens, affichés, effectifs ou possibles, entre gestion de l’eau et développement local. Il s’agit d’identifier comment les opérations de restauration écologique, s’inscrivant ici aussi bien dans des actions lourdes de restauration morphologique (aménagement ou démantèlement de barrages, reméandrage…) que dans une ingénierie douce (génie végétal), interagissent avec d’autres problématiques environnementales telles que le maintien des aménités paysagères, puis de s’interroger sur les modalités de gouvernance garantissant une gestion intégrée. La vocation piscicole de la Touques pèse d’un poids important dans les orientations des politiques publiques. Sous des formes juridiques différentes, l’association PARAGES (Pays d’Auge, Rivières, Aménagement, Gestion, Sauvegarde) puis le SMBVT (Syndicat Mixte du Bassin Versant de la Touques) sont successivement intervenus dans la gestion du cours d’eau depuis les années 1990. Le travail d’enquête s’est d’abord appuyé sur la collecte puis l’analyse des documents produits par ces organismes. Il s’agit à la fois de documents destinés au public (bulletins d’information, sites Internet) et de documents internes (programmes d’intervention, rapports, bilans financiers). Nous avons également pu consulter des enquêtes de satisfaction (questionnaires) réalisées par PARAGES entre 1998 et 2003 auprès des pêcheurs fréquentant la Touques. En parallèle, l’ensemble des articles parus dans la presse locale ou spécialisée a été recensé ainsi que des notes et comptes rendus publics publiés par les partenaires techniques ou financiers (Agence de l’Eau Seine-Normandie, ONEMA, DIREN…). Outre la description des opérations portées par chacune des structures, l’analyse de ces données conduit à repérer le renouvellement des objectifs et principes de fonctionnement de la gestion de l’eau en relation avec l’évolution plus générale de la réglementation qui les encadre.

  • 5  Voir aussi les travaux du séminaire jeunes chercheurs « Perception et gestion des environnements a (...)

5Le questionnement central concerne le partage des aménités qui découlent des opérations menées sur la rivière entre les différents usagers. Cette interrogation nous a amené à mettre en place une démarche d’enquête qualitative afin de récolter les discours des riverains sur la rivière et les paysages de la vallée. Dans le cadre de l’ingénierie de la restauration, des enquêtes ont été menées pour renseigner les perceptions des paysages aquatiques (Cottet et al., 20105) ou des ouvrages hydrauliques (Barraud, 2009a). Mobilisant les préférences esthétiques, ces approches reposent avant tout sur la dimension visuelle et visent à intégrer les attentes esthétiques des habitants dans la définition des objectifs de restauration. La caractérisation des rapports des habitants à la vallée (représentations, pratiques…) s’appuie sur une démarche complémentaire. L’objectif est en effet ici de déterminer si et comment les interventions sur la Touques ont transformé les relations entretenues par les différents usagers de la vallée (pêcheurs, agriculteurs, riverains) à la rivière et son paysage. Entre septembre et décembre 2008, une série de trente entretiens semi-directifs a été réalisé auprès d’eux mais aussi de sept acteurs directement impliqués dans la gestion de l’eau. D’une durée comprise entre 40mn et 3h20mn, ces entretiens ont été intégralement enregistrés et retranscrits. L’analyse s’est ensuite plus particulièrement appuyée sur l’identification des motifs et valeurs placés au cœur des discours pour appréhender les représentations du paysage de la vallée de la Touques mais aussi mieux cerner les attentes exprimées quant à celui-ci (Droz et al., 2006 ; Germaine, 2009 ; Germaine, 2011).

Evolution de la gestion de l’eau dans le bassin de la Touques

6Deux temps sont distingués dans la gestion de l’eau et des milieux aquatiques sur la Touques : une première période, consacrée à la restauration écologique du cours d’eau dans une démarche de promotion du tourisme de pêche, et une seconde, encore très récente, marquant une rupture avec le volet halieutique puisqu’elle est strictement tournée vers la gestion du milieu. L’analyse des réussites et échecs de PARAGES (1990-2007) apporte un éclairage sur les défis à relever par le nouveau syndicat mixte qui a pris le relais en 2008.

Le temps de la reconstitution de la trame bleue… (1990-2007)

7De manière généralisée, élus et gestionnaires dressaient un constat négatif sur l’état des rivières au début des années 1980. Si l’agriculture ne constitue pas un facteur limitant dans le bassin de la Touques où les teneurs en nitrates restent modérées, l’évolution des pratiques agricoles a toutefois participé à un certain désengagement de l’entretien des berges et du cours d’eau. La rivière était alors sujette à des inondations fréquentes et la qualité du milieu médiocre (encombrement, berges instables, populations piscicoles perturbées). Les premiers aménagements ont été pilotés par le Conseil Supérieur de la Pêche (CSP, nouvellement ONEMA) dans la partie aval dès les années 1980 (installation des premières passes à poissons, entretien des berges) mais ce n’est que dans les années 1990 que les actions se sont généralisées à l’ensemble du bassin avec l’émergence de plusieurs maîtres d’ouvrages. Ces derniers couvrent l’essentiel du bassin hydrographique : il s’agit de collectivités comme la commune de Lisieux ou le Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement et l’Entretien du Bassin Versant de l’Orbiquet (SIAEBVO), des Fédérations de pêche du Calvados et de l’Orne, et d’associations, l’APALVA (Association des Pêcheurs À la Ligne de la Vallée d’Auge) sur le cours aval et PARAGES sur la moyenne et haute Touques.

La promotion du tourisme halieutique comme levier de développement local

  • 6  Le propriétaire révoque le bail qui le lie à une AAPPMA et loue ses lots à des particuliers.

8C’est finalement autour de la mise en valeur du tourisme pêche et en partenariat avec les pêcheurs que les collectivités (46 communes) vont se regrouper pour gérer ensemble le cours d’eau. Tandis que la partie en aval du barrage du Breuil-en-Auge dans le domaine public était sur-fréquentée, la fréquentation touristique était quasi inexistante à l’amont et les retombées économiques locales nulles (fig. 2). Par ailleurs, la pêche associative locale était en chute constante et en péril sur le domaine privé où les parcours étaient menacés de privatisation6. Le potentiel halieutique de la Touques est alors considéré comme sous exploité par le CSP et la Fédération de pêche du Calvados.

  • 7  Site Internet de PARAGES (supprimé en Janvier 2009).

9En 1994, l’État (représenté par la DIREN) et les collectivités locales (Conseil Régional, Conseils Généraux) financent la création de l’association PARAGES regroupant des représentants des collectivités territoriales et des pêcheurs du bassin versant. Elle a pour objectif de « réhabiliter, entretenir et valoriser les cours d’eau et développer le tourisme pêche grâce à une politique de maîtrise du droit de pêche »7. Le projet a pour finalité de « développer une sorte de tourisme vert basé sur les potentialités halieutiques du cours d’eau » comme l’explique le premier animateur de l’association. Il s’inscrit alors précocement dans la problématique de développement durable (Alexandre-Bourhis et al., 2009). La réhabilitation du milieu et la promotion du tourisme pêche sont proposées comme un levier de développement local pour l’intérieur du Pays d’Auge. Après une phase d’investissement initial financée par les organismes publics partenaires (AESN, Union Européenne, État, Conseil Régional), les retombées économiques liées à la pêche doivent permettre d’assurer l’autonomie de l’association.

Une gestion exemplaire du milieu : restauration des berges et aménagement des barrages

  • 8  Le coût global des travaux visant le rétablissement de la fonctionnalité écologique de la Touques (...)
  • 9  Il s’agit du coût global des opérations relevant de plusieurs maitres d’ouvrage.

10Le plus gros chantier mené par PARAGES correspond à la mise en œuvre d’un programme ambitieux de restauration et d’entretien du cours d’eau8. Représentant un budget de 1,2 million d’euros entre 1995 et 2004, les opérations pilotées par PARAGES ont d’abord permis de restaurer plus de 100km de berges. Après le nettoyage des rives, le retrait des embâcles, des méthodes de génie végétal ont été employées pour remettre en état les secteurs de frayères. Des pieux et des fascines de saules ont remplacé les cépées d’aulnes afin de protéger les berges érodées tandis que des abreuvoirs et des clôtures ont été mis en place pour éviter leur piétinement par le bétail. En parallèle, une politique a été menée pour équiper et aménager les nombreux ouvrages hydrauliques (seuils, vannages, barrages) qui faisaient obstacle à la remontée des poissons migrateurs. Entre 1991 et 2006, 33 ouvrages ont été supprimés, abaissés ou ouverts, et 38 autres équipés de dispositifs de franchissement pour un coût actualisé respectif de 1,2 et 2,5 millions d’euros9 (MEEDDM et ONEMA, 2009). Ces opérations ont favorisé le retour des truites de mer qui viennent frayer en eau douce en rendant accessible un linéaire de 140 km de cours d’eau contre 24 km en 1978 (fig. 2). La mise en place d’un escalier d’eau composé de neuf bassins successifs au barrage du Breuil-en-Auge en aval de Lisieux en 2000 a constitué une étape particulièrement importante puisqu’une chute de 2,4 m de hauteur, considérée comme un « verrou », empêchait jusque-là la remontée des poissons. L’installation de cette passe à poisson a permis une remontée spectaculaire des truites de mer dont le nombre a plus que doublé entre 2000 et 2002 passant de 1 400 à plus de 3 100 puis à 3 500 en 2004 (AESN, 2007) et plus de 6 000 en 2008 (MEEDDM et ONEMA, 2009). Il s’agit d’une opération d’autant plus emblématique qu’une station de contrôle a été aménagée afin de suivre la remontée des migrateurs (fig. 3). Bien qu’il reste une dizaine d’obstacles sur l’amont des affluents, l’aménagement en 2005 du dernier barrage de la Touques (moulin de la Scierie à Notre-Dame-de-Courson) a quasiment achevé la reconstitution de la trame bleue en donnant accès à l’intégralité du cours principal et en élevant la part des surfaces accessibles de 15 % seulement avant 1982 à 86 % (MEEDDM et ONEMA, 2009). C’est donc un vrai succès du point de vue écologique (fig.2).

Figure2 : Rétablissement de la libre circulation des poissons migrateurs sur la Touques

Figure2 : Rétablissement de la libre circulation des poissons migrateurs sur la Touques

Figure 3 : L’aménagement du barrage du Breuil-en-Auge

Figure 3 : L’aménagement du barrage du Breuil-en-Auge

Une gestion du cours d’eau donnant la priorité au volet piscicole

11L’objectif premier de PARAGES était cependant la valorisation de la ressource halieutique en lien avec la promotion du tourisme. Pour cela, une gestion cohérente de la ressource a été mise en place. Des zones de frayères ont été réhabilitées : 14 km de rives ont été constitués en réserves interdites à la pêche afin de favoriser la reproduction des poissons sur les affluents. Une partie des parcours, en particulier à l’amont, a fait l’objet d’une limitation progressive des prélèvements (taille légale augmentée, nombre de captures limité) et plusieurs parcours « no kill » ont été définis. La mise en place de dispositifs de comptage, de relevés de frayères mais aussi de déclarations de captures par les pêcheurs a en outre significativement amélioré le suivi des populations de truites de mer. De 2 500 en 2001, les remontées de truites de mer contrôlées à la passe du Breuil-en-Auge représentent 6 000 poissons en 2008 et plus de 5 500 en 2009. Le stock actuel est estimé à 10 000 spécimens, ce qui fait de la Touques une des meilleures rivières européennes pour ce poisson.

  • 10  L’augmentation du budget est liée à l’agrandissement des parcours : à partir de 1998, les parcours (...)
  • 11  Depuis 2007, la Fédération de la Pêche du Calvados, et les AAPPMA de la Touques (Association des P (...)

12Les efforts ont parallèlement porté sur l’aménagement des parcours de pêche. La mission de PARAGES a surtout consisté à négocier les droits de pêche avec les propriétaires riverains. Plus d’une centaine de baux d’une durée de 9 ans a été signé afin d’offrir un domaine de pêche plus étendu et continu. En échange, PARAGES versait un loyer annuel au propriétaire (555 €/km de berge en moyenne en 2005) ce qui représentait un budget conséquent (30 500 € en 1995, 43 500 € en 1999, 44 000 € en 200510). Ces 80km de berges ont été aménagés et équipés de passages permettant aux pêcheurs de franchir les clôtures récemment installées sans nuire à l’activité agricole. Finalement, 19 parcours de pêche sont proposés, totalisant 52 km dans le domaine privé (auxquels il faut ajouter le parcours urbain de Lisieux) contre seulement 18 km en 1992, dont 9 spécifiques réservés à la pêche à la mouche (mouche fouettée uniquement, prises relâchées sauf truites de mer). Ces parcours à forte valeur ajoutée occupent plus du quart du parcours accessible (16 km de berges). En 2008, une carte annuelle de 57 €11 (adhésion à la Société de Pêche Lexovienne) donnait accès aux parcours de pêche traditionnels tandis que les parcours spécifiques nécessitent des frais supplémentaires : entre 121 et 138 € l’année ou 20 € la journée pour les parcours du Calvados, de 185 à 215 € pour accéder aussi aux parcours situés sur le département de l’Orne auxquels il faut ajouter l’achat du timbre migrateur de 33 €. PARAGES misant sur la venue de pêcheurs étrangers a considéré qu’il fallait proposer un produit touristique complet. Neuf gîtes de pêche ont été labélisés afin de recevoir ce tourisme de niche. En collaboration avec le Comité départemental du Tourisme, l’association a enfin mené une campagne de promotion très importante (salons spécialisés en Belgique, dans le Nord de la France et dans le Massif Central, articles dans les revues de pêche, reportages sur les chaînes de télévision spécialisées…).

… et ses difficultés économiques (1990-2007)

Une estimation erronée des bénéfices liés à l’activité halieutique

13Le suivi des ventes de cartes de pêche (1998-2007) et la consultation des questionnaires remplis par les pêcheurs durant plusieurs saisons (1998 à 2003) permettent d’apprécier la réussite de ces opérations auprès des pêcheurs. La fréquentation a nettement progressé : 1900 journées de pêche touristiques vendues en 2003 contre 800 en 1999. L’ouverture des parcours spécifiques en 1998/1999 a provoqué une augmentation de 36 % du nombre de pêcheurs en deux ans tandis que la création de trois parcours supplémentaires en 2002/2003 a continué d’attirer avec une progression de 42 % dans le Calvados et de 50 % dans l’Orne. Si beaucoup viennent de Normandie (environ 40 %), les parcours spécifiques accueillent, eux, principalement une clientèle extérieure composée de franciliens et de belges en particulier et caractérisée par des revenus plus élevés. A partir de 2004, la fréquentation des parcours spécifiques mouche chute fortement alors que l’effectif des AAPPMA locales baisse de manière moins radicale (Caudron et Doron, 2009). Les enquêtes saisonnières réalisées par PARAGES montrent que les pêcheurs sont globalement satisfaits de la qualité des parcours (accès, longueur, tranquillité, aménagement). À partir de 2003, en revanche, plusieurs se plaignent de la trop forte densité de pêcheurs le long de la rivière. Par ailleurs, la faible densité de truites fario sauvages, c'est-à-dire de truites de rivière, apparaît comme un problème récurrent. Cette espèce est en fait plus recherchée que la truite de mer : les pêcheurs qui se déplacent sur la Touques ne correspondent pas à la niche visée.

14Or, l’évaluation des retombées économiques du tourisme halieutique sur la Touques s’appuie sur des études liées à la pratique de la pêche à la truite de mer et le postulat d’un accroissement de la fréquentation. En dehors de la vente des cartes (19 850 €/an en moyenne entre 1994 et 2005), ces bénéfices restent difficiles à évaluer. Dans ce domaine, la majorité de la littérature repose sur des exemples nord-américains ou scandinaves (Salanié et al., 2004 ; Le Goffe et Salanié, 2004) dont les résultats sont difficilement transposables en l’état aux rivières de l’Ouest de la France même si la presse locale témoigne de l’ambition de s’inspirer de ces exemples : « c’est un produit d’appel pour les pêcheurs non-résidents, pour ceux qui ont l’habitude d’aller pêcher en Norvège » (Le Pays d’Auge, 26 mars 1998). Le surplus journalier généré par la pratique de la pêche à la truite de mer sur la Touques a néanmoins fait l’objet d’analyses économiques (Bonnieux et Vermersch, 1993 ; Bonnieux, 2000). Celles-ci s’appuient sur l’évaluation du coût d’une saison de pêche décomposée d’une part en droits de pêche et frais de séjour, qui profitent directement à l’économie locale, et d’autre part en équipement et transport, dont les bénéfices locaux directs paraissent moins évidents. Ces travaux estiment à 762 245 € (Bonnieux et Vermersch, 1993) puis 1 562 775 € (Bonnieux, 2000) l’impact de la pêche sur l’économie locale sans que les facteurs de cette réévaluation soient clairement explicités. Il est certain que la pêche a profité aux gîtes de pêche labellisés ainsi qu’à quelques autres structures d’hébergement et de restauration. Leurs gains sont toutefois limités par une durée de séjour relativement courte : le nombre de nuitées par jour de pêche était estimé à 0,7 en moyenne pour la période 1998-2002 par PARAGES. La variabilité des chiffres annoncés montre en outre qu’il reste difficile de mesurer précisément cette valeur : 3 000 nuitées dans les gîtes et hôtels de la vallée et 3 500 repas suscités par l’activité halieutique pour l’AESN (2007) contre 6 000 nuitées/an liées à la pêche selon le diagnostic du futur Agenda 21 du Pays d’Auge (Pays d’Auge Expansion, 2009). En revanche, l’activité permet clairement de doper la fréquentation touristique de la vallée en saison creuse (mai/juin puis septembre/octobre) puisque 80 % des journées sont vendues hors pleine période touristique (AESN, 2007). Au final, les hypothèses de retour sur investissement semblent s’être révélées exagérément optimistes puisque celles-ci sont en définitive évaluées à 110 000 € en 2003 (hébergement, restauration, droits de pêche) par PARAGES.

Un équilibre financier jamais atteint

15Plus largement, le fonctionnement économique de PARAGES pose la question d’un équilibre financier jamais atteint (fig. 4). Le bilan financier apparaît en effet mitigé compte tenu des investissements consentis par les collectivités (plus de 2 000 000 € entre 1995 et 2004). Près de 80% du budget de PARAGES pour la période allant de 1995 à 2004 reposent sur des fonds publics dont l’Agence de l’Eau à une hauteur de 25 %, puis le Conseil Régional et les deux Conseils Généraux pour respectivement 18 et 15 %, l’État (10 %), l’UE (6 %) et enfin les communes (5 %). Les pêcheurs ne participent que pour 20 % des recettes. Surtout, la vente des cartes ne représente que 8 % du budget total alors qu’elle devait assurer la stabilité financière de l’association. Le déséquilibre entre les recettes générées par l’activité pêche et les dépenses liées au paiement des baux constitue un problème central que l’association n’est pas parvenue à résoudre. Les dépenses ont d’abord été affectées aux travaux effectués sur les cours d’eau : les travaux de restauration engagés au départ représentent près d’un tiers de l’argent dépensé auquel il faut ajouter les travaux d’entretien régulier (10 %) et l’aménagement des barrages (5,6 %). La gestion des parcours de pêche occupe, elle, plus de 22 % des sommes engagées et près de 12 % pour la seule maîtrise du droit de pêche. Enfin, PARAGES génère des frais de fonctionnement occupant 28 % du budget correspondant au financement des trois salariés (70 000 €/an en moyenne).

Figure 4 : Budget global de PARAGES de 1995 à 2004

(d’après les documents fournis par PARAGES)

16Alors que l’association aurait dû entrer dans une phase d’autofinancement à partir de 2001, elle a rencontré de graves difficultés de gestion. À partir de 2004, les statistiques de fréquentation des pêcheurs témoignent d’une franche désaffection qui se traduit par une baisse significative des recettes liées à la vente des cartes de pêche (fig. 4). La vente des cartes a en effet rapporté moins de 10 000 € en 2007 contre 30 000 € en 2003 et 2004 (Caudron et Doron, 2009) alors qu’un chiffre d’affaires annuel proche de 50 000 € était nécessaire pour financer la maîtrise du droit de pêche (46 000 €). S’est alors enclenché un cercle vicieux. Les collectivités, dont la participation financière ne devait pas assumer les frais de fonctionnement, ont successivement accordé plusieurs subventions exceptionnelles à l’association pour poursuivre les travaux d’entretien jusqu’en 2006. Puis, considérant que leur rôle n’était pas de subventionner le volet halieutique et en particulier la location des baux de pêche, elles se sont désengagées. Mise en liquidation judiciaire suite à un déficit chronique et des difficultés de gouvernance, l’association a négocié une année blanche en 2008 auprès des propriétaires qu’elle n’était pas en capacité de payer. À la fin de cette période, l’association a finalement été dissoute.

Vers une gestion plus concertée du bassin versant ? (2008-…)

Restructuration de la gestion de l’eau : séparation des compétences milieu et pêche

  • 12  Le SMBVT recouvre 830 km² alors que le bassin hydrographique mesure 1 350 km². En 2012, deux nouve (...)
  • 13  Page d’accueil du site Internet du SMBVT consulté en février 2011 : http://www.smbvt.fr/accueil/
  • 14  Site Internet du SMBVT consulté en février 2011 : http://www.smbvt.fr/presentation-smbvt/missions/

17Suite à la dissolution de PARAGES, le Syndicat mixte du Bassin Versant de la Touques (SMBVT) a été créé le 31 décembre 2007 avec l’appui des services de l’Etat. Il regroupe cinq communautés de communes et huit communes isolées (fig.1)12. Les communes adhérentes versent des cotisations en fonction du nombre d’habitants. Le SMBVT est soutenu par les mêmes partenaires financiers (AESN, Conseil Régional Basse-Normandie, Conseils Généraux) et techniques (CATER, ONEMA). Ses missions sont en revanche bien différenciées puisque la volonté des élus est clairement d’œuvrer au nom de l’intérêt général. L’émergence de cette structure de coopération intercommunale repose sur le long travail de persuasion mené auprès des collectivités riveraines par quelques élus mobilisés pour conserver une gestion cohérente de la rivière à l’échelle du bassin versant. L’adhésion s’est opérée sur la garantie qu’il n’y aurait pas de confusion entre les objectifs du syndicat mixte et le monde de la pêche. Le volet halieutique (maîtrise du droit de pêche, promotion de l’activité…) est donc abandonné. La mise en œuvre du SMBVT marque ainsi la poursuite d’objectifs plus partagés puisqu’il a pour but de mettre en place « des programmes coordonnés de restauration et d’entretien des cours d’eau afin de garantir le bon état écologique tout en essayant de répondre aux attentes des nombreux usagers de l’eau »13. La définition des missions est aussi plus large puisqu’il est par exemple, attendu que les travaux concourent au « développement des usages tout en conservant le patrimoine naturel et paysager »14. Alors que les pêcheurs étaient partie prenante de PARAGES, ces derniers n’occupent qu’une place secondaire dans le fonctionnement du SMBVT : ils interviennent comme partenaires sur les dossiers concernant les ouvrages et participent aux inventaires piscicoles et travaux complémentaires de nettoyage des ruisseaux. Ils sont néanmoins indirectement présents via l’ONEMA qui figure parmi les principaux partenaires techniques et exerce un rôle non négligeable en livrant son avis sur les aménagements d’ouvrage et plus généralement les projets de restauration. Si cette première difficulté semble résolue, la confrontation des opérations de restauration écologique (menées par PARAGES ou programmées par le SMBVT) aux discours collectés auprès des différentes catégories d’usagers du bassin de la Touques (habitants, agriculteurs, pêcheurs, kayakistes…) conduit à repérer d’autres enjeux. Ces derniers restent à relever par le SMBVT.

Les conséquences paysagères, des externalités positives encore négligées

18Les enquêtes menées dans la vallée de la Touques montrent d’abord que les programmes de restauration des cours d’eau ont des incidences dépassant le cadre des réflexions généralement menées dans les structures porteuses, centrées sur la seule question de la gestion du milieu (Germaine, 2009). Les différentes opérations menées, en particulier les travaux de réhabilitation, ont de fait modifié le paysage rivulaire mais aussi son image auprès des riverains. Guidés par les exigences de la pêche à la mouche qui demande un certain recul, les aménagements ont redonné un accès visuel à la rivière jusqu’alors cachée puisqu’une partie des berges et du fond de vallée était abandonnée faute d’entretien. L’effet d’ouverture est d’autant plus visible que la Touques est longée par des axes de communication très empruntés qui surplombent la rivière et en offrent une vue presque en continu. Les entretiens montrent que cette dimension n’est au final pas négligeable dans l’adhésion des propriétaires riverains et des collectivités locales au projet de restauration écologique. Ce constat ne fait que conforter la nécessité d’intégrer dans les analyses économiques sur lesquelles s’appuient les décisions politiques en matière d’environnement les bénéfices liés à des activités non marchandes (loisirs) et plus généralement les services environnementaux intégrant à la fois les services favorisant le maintien de la biodiversité (valeur écologique) mais aussi les aménités (valeur sociale) (Donadieu, 2001 ; Aznar, 2002 ; Lifran et Oueslati, 2007). L’amélioration de la qualité du cadre de vie et la réappropriation de la rivière constituent pour les habitants des externalités positives plus perceptibles que l’augmentation de la richesse piscicole comme le reconnaissent également plusieurs des techniciens de rivière.

19Ce changement paysager a par ailleurs suscité de nouvelles attentes chez les habitants de la vallée. Celles-ci s’expriment principalement par une demande d’accessibilité au cours d’eau. Or, PARAGES n’ayant pas prévu une valorisation autre que la pêche, les habitants et touristes se trouvent exclus et privés d’accès aux berges : en dehors de la traversée urbaine de Lisieux qui a profité d’un aménagement des bords de la Touques en 2005 (chemins piétonniers, aires de repos…), seule une courte section (propriété d’une ferme musée) propose un cheminement au bord de la Touques. Interrogés sur l’opportunité de profiter de la valorisation de la rivière pour aménager un parcours piétonnier, les gestionnaires répondent que le projet est impossible du fait de son incompatibilité avec la pêche. S’ils se réjouissent de la réussite plus large du projet et de son acceptation par les autres usagers, il n’est pas question de partager le fond de vallée :

20« On ne peut pas. On ne l’a pas souhaité. On m’a souvent posé la question. À savoir s’il y avait possibilité d’installer un chemin de randonnée au tout bord de la rivière et c’est pas possible. Ce n’est pas compatible avec le monde de la pêche à la mouche. Ah non, c’est vraiment pas compatible du tout. » (ancien garde pêche de PARAGES) ;

21« C’est sûr que ça pourrait être intéressant de cheminer le long de la Touques. Maintenant il y aurait plusieurs problèmes, c’est la maîtrise du foncier, la compatibilité avec la pratique de la pêche. Et la pêche à la mouche, c’est pas une pêche statique comme la pêche au coup, il faut avoir une certaine quiétude. Le pêcheur à la mouche souvent il recherche un peu le fait de s’isoler dans son milieu naturel. » (ancien animateur de PARAGES).

Un manque de concertation qui conduit à exclure la majorité des usagers

  • 15  Extrait d’un article consacré à la Touques paru dans la revue Pêches sportives (2000, p. 22-29).

22Si le SMBVT s’efforce de prendre en compte les devoirs et contraintes des différents usagers, celui-ci intervient dans un contexte perturbé dans la mesure où les modes de gestion mis en place par PARAGES ont entraîné des modifications des pratiques de l’ensemble des acteurs intervenant dans le fond de vallée (fig. 5). Le fonctionnement de l’association reposait sur la subvention des propriétaires riverains en échange de la gestion des berges. Comme les pêcheurs s’en félicitaient, « chaque parcours loué à PARAGES reçoit en contrepartie une renaturation par génie végétal ainsi qu’un entretien régulier sans frais à la charge du propriétaire »15. Ce système pesait en réalité sur les éleveurs qui exploitent des herbages de fond de vallée. Si PARAGES a financé l’installation d’abreuvoirs et de clôtures le long des berges, elle a ensuite confié leur entretien aux agriculteurs. Or, ces derniers sont peu enclins à modifier leurs pratiques pour entretenir des équipements non choisis et dont ils estiment qu’ils ne représentent pas d’avantages productifs. Par ailleurs, une marge piétonnière de 1,50 à 2m entre la berge et la clôture a été négociée. Elle constitue un manque à gagner pour l’exploitant mais son entretien est assuré par l’association tous les ans. Aujourd’hui, ces bandes sont mal entretenues et certains éleveurs préfèrent conserver les ronciers qui s’y sont développés comme clôtures naturelles pour que les bêtes ne traversent pas la rivière. Accumulées, ces contraintes favorisent un abandon des fonds de vallées :

23« Le locataire paye un loyer, doit nettoyer les berges, n’a pas le droit d’abreuver ses bêtes et c’est le proprio qui reçoit le loyer. C’est aberrant! C’est l’héritage des châtelains ! Alors comme c’est trop cher, on n’entretient plus la rivière » (un éleveur, Saint Martin de la Lieue).

24Cette menace paraît d’autant plus importante qu’elle s’inscrit dans un contexte de dynamiques concourant à la fermeture des versants alors même que les paysages amples et ouverts offrant des vues sur la vallée de la Touques sont identifiés comme un des atouts majeurs pour conserver l’attractivité résidentielle et touristique du Pays d’Auge (ANERA, 1974 ; CAUE 14, 2002 ; SCoT Nord Pays d’Auge, 2007 ; Germaine, 2009).

  • 16  En parler normand, désigne un étranger à la Normandie.

25Par ailleurs, la création des parcours spécifiques exclut les pêcheurs locaux qui pratiquent peu la pêche sportive. Ces derniers se sont vus privés de l’accès à un certain nombre de berges (parcours spécifiques, pépinières) pourtant fortement appréciées et fréquentées jusque-là. Ils se sont sentis d’autant plus dépossédés de leur rivière que la pêche à la mouche, requérant beaucoup de temps de loisir, de technicité et un équipement coûteux, est considérée comme un « loisir haut de gamme […] assurant une différenciation sociale marquée » (Bonnieux, 1993). Ils ont alors protesté en organisant des manifestations contre une pêche réservée aux riches « horsains »16 et dénoncé une privatisation de la Touques. Ces réactions témoignent du manque de concertation qui a présidé à la gestion de la rivière. Bien que mené en collaboration avec le président de la société de pêche locale, le projet – mettre en place un produit touristique payant afin de financer la restauration et l’entretien de l’ensemble des parcours – n’a pas été expliqué comme le choix des parcours qui devaient rester classiques ou devenaient spécifiques n’a pas été discuté.

  • 17  Le club de kayak de Lisieux (Lexovives) fonctionne à Lisieux toute l’année ainsi qu’à Beuvilliers (...)

26Enfin, la Touques est pratiquée par des kayakistes : un club fonctionne à l’année à Lisieux17 et deux établissements louent des canoës-kayaks pour descendre la rivière depuis Pont-l’Evêque. Ces derniers sont partagés : ils profitent de l’ouverture de certains barrages qui rend le parcours de la Touques plus agréable puisqu’il n’est plus nécessaire de sortir l’embarcation de l’eau pour les franchir, de la création d’un parcours d’eaux vives à Lisieux qui remplace depuis 2008 un barrage-clapet d’une hauteur de 1,90 m mais ils doivent aussi composer avec la diminution des hauteurs d’eau. L’aménagement du barrage-clapet a par exemple supprimé le plan d’eau en amont utilisé comme terrain d’entrainement au kayak polo. Finalement, la politique menée par l’association s’est opérée sans concertation avec les autres usagers et sans réflexion sur les aménités associées à la rivière ou toute autre forme de valorisation que le tourisme halieutique. Le projet a avant tout profité aux pêcheurs à la mouche et aux propriétaires riverains en excluant les autres usagers. Les actions mises en œuvre semblent dès lors converger vers une forme d’appropriation unique du cours d’eau et plus largement de privatisation du fond de vallée.

Figure 5 : Interactions entre les modes de gestion en place sur la Touques et les usagers

Figure 5 : Interactions entre les modes de gestion en place sur la Touques et les usagers

27L’accessibilité à la rivière et le meilleur partage du fond de vallée constituent donc aujourd’hui un défi important pour le SMBVT. Ces questions restent cependant globalement délaissées. Les priorités du syndicat mixte sont clairement liées à l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau. Ainsi, son président annonce que la suite des chantiers concernera les ouvrages prioritaires définis par le Grenelle de l’environnement, la « renaturation de la Courtonne » et le démantèlement des derniers ouvrages faisant obstacle à la continuité écologique (Saint, 2010 ; Cholet, comm. orale). Dans ce cadre, la valorisation des aménités de la rivière et de la vallée, aussi bien dans une perspective halieutique (promotion de la pêche) que paysagère (cadre de vie, loisirs), n’est pas effective.

Du cours d’eau aux paysages : comment passer de la gestion de l’eau au projet de territoire ?

28L’expérience menée sur la Touques depuis près de 30 ans en matière de gestion de l’eau constitue un exemple particulièrement intéressant au moment où les projets de restauration écologique se multiplient sur l’ensemble des cours d’eau de l’Ouest de la France dans le cadre de la mise en œuvre de la DCE, du Plan national de restauration de la continuité écologique des cours d’eau mais aussi des Trames vertes et bleues issues du Grenelle de l’environnement (Barraud et Germaine, soumis). Alors que rivières et vallées tendent de plus en plus à être réduites à des infrastructures naturelles dont il est impératif de préserver la fonctionnalité écologique afin notamment de stopper l’érosion de la biodiversité, l’analyse des modalités de gestion à l’œuvre dans ce bassin est l’occasion de s’interroger sur l’articulation entre programmes de restauration écologique et l’élaboration de véritables projets de territoire.

L’eau, un bien commun encore mal défini par la législation ?

  • 18  Les cours d’eau non domaniaux représentent 95% du réseau hydrographique français avec un linéaire (...)

29À l’aune de ce bilan, une des questions qui reste entière, même après la création du SMBVT, est le partage des rôles entre propriétaires riverains et collectivités face aux objectifs fixés par la DCE. L’État s’est engagé auprès de l’UE à atteindre le bon état écologique des cours d’eau pour 2015. Seulement, pour la majorité des cours d’eau18, les berges ainsi que le fond du cours d'eau appartiennent aux propriétaires riverains. Bien que ces derniers aient délaissé l’entretien de la rivière dont ils n’ont plus usage, celui-ci leur incombe (Le Lay et Piégay, 2007 ; Le Lay et Permingeat, 2008) :

30« … le propriétaire riverain est tenu à un entretien régulier du cours d'eau. L'entretien régulier a pour objet de maintenir le cours d'eau dans son profil d'équilibre, de permettre l'écoulement naturel des eaux et de contribuer à son bon état écologique ou, le cas échéant, à son bon potentiel écologique, notamment par enlèvement des embâcles, débris et atterrissements, flottants ou non, par élagage ou recépage de la végétation des rives… » (article L.215-14 du Code de l'environnement).

31L’eau, considérée comme un patrimoine collectif à préserver, constitue donc une enclave inaccessible pour l’État et les collectivités censés œuvrer pour son bon entretien. Comment préserver la qualité de l’eau sans maîtrise des berges ? Face à ce vide juridique, l’État incite les collectivités à prendre la compétence « eau » et à se structurer par bassin pour une gestion cohérente comme en témoigne la multiplication des Etablissements Publics Territoriaux de Bassin (EPTB), des contrats de rivières ou des Schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE). Si le SMBVT rappelle qu’il n’a pas vocation à se substituer aux propriétaires, force est de constater que ce n’est quasiment que par son intervention que l’entretien du cours d’eau est assuré via des déclarations d’intérêt général (DIG). Cette procédure assure le passage des entreprises spécialisées sur des parcelles particulières à l’occasion de travaux mais a aussi pour but de légitimer l’engagement de deniers publics sur des propriétés privées. Si une contrepartie financière peut être réclamée aux riverains, cette possibilité est rarement utilisée : les propriétaires sont alors largement bénéficiaires (Scarwell et Laganier, 2004).

32Aucune réflexion n’est en revanche engagée sur le partage de la rivière. Celle-ci demeure en effet difficilement accessible pour les habitants ou usagers qui voudraient y accéder puisque le seul moyen légal est d’emprunter la voie d’eau. En milieu rural, seule la permanence d’héritages, tels qu’un chemin de halage (44 km le long de la Vire en Basse-Normandie) ou une ancienne voie ferrée (voie verte de 42 km le long de l’Orne en « Suisse Normande »), semble avoir permis aux collectivités de mettre en place des projets de valorisation des paysages au fil de l’eau. Alors que la nouvelle loi sur l’eau vise à intégrer la prise en compte des attentes de la population et à initier un débat public sur la question de l’eau, actions par ailleurs rendues obligatoires par la Convention d’Aarhus (1998), la plupart des politiques mises en œuvre par les organismes en charge de la gestion des cours d’eau ne repose pas sur une concertation ouverte à l’ensemble des usagers et s’attache à des objectifs restreints à la restauration écologique des cours d’eau (continuité écologique, restauration des habitats…). La dimension paysagère reste ignorée alors même que l’expérience de la Touques montre que ces projets comportent des externalités positives qui mériteraient d’être mises en valeur à une échelle dépassant le corridor fluvial et que plusieurs travaux témoignent de l’attachement exprimé par les populations envers ces paysages (Ardillier-Carras, 1998 ; Montembault, 2002 ; Bonin, 2002 ; Barraud, 2009b ; Germaine, 2009 ; Cottet, 2009).

Quel devenir pour la Touques entre privatisation et abandon ?

33La création du SMBVT pose finalement plus largement la question de la définition d’un projet de territoire partagé à l’échelle de la vallée et de l’opportunité de valoriser le potentiel lié au bon état écologique de la rivière et à l’attractivité des paysages de la vallée.

34La valorisation du territoire pour son potentiel halieutique ne concerne plus que les acteurs de la pêche. Les AAPPMA locales ont repris la maîtrise du droit de pêche mais elles rencontrent de fortes difficultés pour assurer le paiement des baux et l’entretien des parcours. Un décret19 paru en juillet 2008 prévoit pourtant qu’elles puissent bénéficier librement du droit de pêche pour une durée de 5 ans dès lors que l'entretien d'un cours d'eau non domanial est financé majoritairement par des fonds publics. Cette mesure remet en cause le relais systématique pris par les collectivités locales lorsque la gestion de l’espace rural due aux propriétaires est devenue déficiente, renvoyant à des problématiques similaires à celles liées à l’entretien des haies et des chemins agricoles, sur lesquels un regard neuf est posé du fait de la généralisation des loisirs récréatifs et d’un intérêt accru pour la nature. Cependant, les gestionnaires n’y ont pas recours à la fois pour ne pas mêler les volets milieu et pêche mais aussi par crainte que l’application de ce règlement, perçu comme une « spoliation »20 par les propriétaires riverains, freine la mise en place des programmes d’actions :

35« Ça peut être un vrai frein sur des territoires où les droits de pêche ont une réelle valeur commerciale. Il est possible que politiquement ça complique de manière significative la mise en place de projets sur la maîtrise d’ouvrage public. Parce que ça veut dire qu’on va afficher que si on lance une opération globale de restauration de cours d’eau, de facto les propriétaires riverains vont être privés de leur droit de pêche qu’ils ont l’habitude de louer à droite, à gauche. Donc ça veut dire que les riverains risquent de se retourner contre les élus, qui eux-mêmes vont dire "oh, là si c’est sensible comme ça on ne va peut-être pas s’engager dans une compétence qui est facultative". » (ancien animateur de PARAGES) ;

36« C’est un décret de juillet 2008 que les pêcheurs réclamaient depuis longtemps mais ils ne se sont pas rendus compte du piège que ça va représenter. Et ça va nous poser un énorme problème. […] On va avoir des gros problèmes parce que les gens vont dire c’est une atteinte au droit de propriété. À mon avis ça va être un blocage à nos travaux. » (président du SMBVT).

37Alors même que la privatisation était une des motivations principales de départ et que l’ensemble des acteurs réclame un accès à la rivière, les pressions exercées sur les droits de pêche semblent devoir empêcher tout partage du cours d’eau. Les propriétaires disposent aujourd’hui de parcours attractifs, gérés et entretenus, qui peuvent susciter des convoitises. Outre le morcellement des parcours offerts par PARAGES, le retour de tronçons dans le privé pose la question de leur entretien à moyen et long termes. Il est possible que les propriétaires engagent ces travaux à leurs frais si le bénéfice des baux le justifie. Cependant, il semble plutôt que ce soit la collectivité qui continue indirectement d’assurer ce service à travers les actions du syndicat. Seulement, cette politique profitera, cette fois, directement et seulement aux propriétaires puisque ce processus de privatisation se traduirait de fait par l’absence de retombées économiques collectives.

De la restauration du corridor fluvial à un projet de territoire pour la vallée

38Les difficultés de la gestion du cours d’eau et de ses berges semblent finalement résider dans l’absence de politique intégrée et de concertation mais aussi dans une appréhension qui peine à dépasser l’échelle du corridor fluvial et les problématiques de l’eau. Il semble en effet important de replacer les cours d’eau dans leurs contextes géographiques immédiats (patrimoine, paysages rivulaires…) et plus larges (fond de vallée et versants) afin de traiter de l’ensemble des dimensions impliquées par ces enjeux de gestion (usages et pratiques de l’espace, représentations…). Ce changement d’échelle (spatiale et thématique) est nécessaire pour passer de la question de la continuité écologique à l’élaboration de véritables projets de territoire comme l’ont par exemple montré les échanges lors du colloque organisé en novembre 2010 à Cholet par l’association française des EPTB, « Ouvrages hydrauliques, de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire ».

39Si les objectifs de bon état écologique sont fixés au niveau européen, leur mise en œuvre relève essentiellement du niveau local (Ghiotti, 2010). Or, cette échelle révèle des stratégies de gestion de la ressource en eau multiples voire conflictuelles qui soulignent la difficile conciliation pour les collectivités territoriales des problématiques environnementales et des objectifs sociaux et économiques. Dans ce cadre, les gestionnaires disposent d’une bonne connaissance de l’évolution de l’équilibre des milieux en particulier pour les grands cours d’eau (Malavoi et Bravard, 2010), le fonctionnement des rivières de moyenne dimension (ordre 4 ou 5) de l’Ouest de la France caractérisées par une faible énergie et une faible dynamique géomorphologique demeurant moins bien renseigné (Lespez, à paraître). De nombreux travaux rendent compte du fonctionnement écologique et de la qualité biologique des corridors fluviaux (Dufour et Piégay, 2009) tandis que la recomposition des territoires de la gestion de l’eau a été bien traité à travers la question du risque d’inondation (Laganier, 2006 ; Laganier et Arnaud-Fassetta, 2009). Cependant, il s’agit de problématiques de gestion qui se posent avec beaucoup moins d’acuité sur les cours d’eau de l’Ouest de la France. A l’inverse, les dimensions socio-spatiales et paysagères des rivières et vallées restent beaucoup moins bien documentées. La prise en compte de problématiques plus larges s’impose pourtant pour appréhender les enjeux de développement local des territoires ordinaires et la mise en œuvre de projets de territoires (Goussot, 2003).

40C’est également ce que souligne l’opération menée dans la vallée du Léguer en 1996. La réussite du démantèlement du barrage hydroélectrique de Kernansquillec, construit dans les années 1920, repose sur de fortes implications locales et la réintégration de l’opération dans un véritable projet de territoire pour la vallée. Ce projet est présenté comme exemplaire : « en conjuguant ses forces, une communauté humaine a su déplacer la montagne de béton d’un barrage pour qu’à Kernansquillec, la vallée du Léguer révèle sa vraie nature. Une source de développement durable ; l’énergie de l’avenir » (MEEDDM, 2002). Alors que sur le terrain, les réactions locales (conflits, manifestations, mise à l’écart des défenseurs des moulins…) témoignent de la nécessité d’engager des démarches de concertation, la démarche mise en place par l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Nantaise et le Syndicat Mixte de la Vallée du Thouet en 2009 fait preuve de la volonté de mobiliser des démarches participatives innovantes : expérimentation d’une enquête en ligne avec support photographique pour renseigner les perceptions de la rivière des différents usagers et aider aux choix de gestion des ouvrages hydrauliques (Barraud et al., 2009). C’est aussi la démarche que semblent avoir adopté le Ministère de l’environnement et la préfecture de la Manche suite à l’annonce du démantèlement des barrages hydroélectriques de la Sélune puisqu’un « schéma de développement durable de la vallée de la Sélune » a été commandé en parallèle d’un diagnostic environnemental. L’enjeu est bien de définir un projet de restauration écologique des cours d’eau qui soit à la fois en adéquation avec les obligations des politiques publiques mais aussi avec les attentes des usagers.

Conclusion

41Finalement, les enjeux et blocages identifiés à travers l’analyse des modes de gestion de l’eau en cours sur la Touques témoignent de l’émergence d’un nouveau paradigme de la gestion des cours d’eau (DCE, LEMA, Trames vertes et bleues, Plan national pour la restauration de la continuité écologique…) qui considère avant tout les rivières comme un milieu naturel à préserver voire à restaurer (Barraud, 2010). Dans ce cadre, le bassin de la Touques se trouve érigé à la fois comme laboratoire et vitrine des opérations de restauration écologique (nombreuses visites organisées au barrage du Breuil-en-Auge pour les élus et gestionnaires français et étrangers ; mise en avant de l’exemplarité des travaux menés sur la Touques par l’ONEMA, l’AESN et la CATER ; prix décerné à PARAGES dans le cadre du concours « Eau pure - Eau propre » de l’AESN en 2000). Alors que les expériences d’effacement d’ouvrages, en particulier de grande dimension, restent exceptionnelles car difficiles à mettre en œuvre (coût, droit de propriété…), les pouvoirs publics mettent en exergue les programmes menés sur la Touques à des fins stratégiques et de communication. C’est ainsi que la secrétaire d’État chargée de l’écologie, C. Jouanno, a choisi la station du Breuil-en-Auge dans le bassin de la Touques pour lancer le 13 novembre 2009 le Plan national pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau et annoncé l’arasement de deux importants barrages hydroélectriques dans la vallée de la Sélune (Manche). Cette analyse apporte alors un éclairage intéressant alors que les projets de restauration se multiplient sur l’ensemble des petites rivières de l’Ouest de la France. Elle montre le relais joué par certaines catégories d’acteurs locaux (ici, les pêcheurs) pour imposer ce paradigme environnementaliste mais, il pose également la question d’une reformulation des questions liées à la gestion des petits cours d’eau permettant d’impulser de véritables projets de territoire comme dans la vallée du Léguer par exemple. En montrant les implications socio-économiques et les incidences paysagères liées aux projets de restauration écologique des cours d’eau, l’exemple de la Touques incite d’une part à s’interroger sur les moyens de combiner protection de la biodiversité, valorisation des aménités et développement local (Dupraz, 2008) et suggère d’intégrer un volet paysager permettant de formaliser les attentes sociales. Il témoigne d’autre part de la nécessité de dépasser l’échelle du linéaire fluvial qui caractérise encore les politiques de gestion de l’eau pour intégrer fond de vallée et versants, et ainsi proposer des projets de valorisation à l’échelle d’un territoire vécu opérationnel, la vallée.

L’auteur tient à remercier le laboratoire Géophen (UMR LETG 6554 CNRS) dans lequel ce travail a été effectué et les gestionnaires du bassin versant de la Touques, en particulier Serge Saint et Jérémy Chevalier.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Références générales

ALEXANDRE-BOURHIS N., ROUVRAIS-CHARRON C., PERDRIEU-MAUDIERE F., 2009, La valorisation des cours d’eau en Normandie : un exemple de gouvernance locale, VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, Hors-série 6 (URL : http://vertigo.revues.org/8969)

ARDILLIER-CARRAS F., 1998, Les paysages de rivière : une valeur refuge, Géocarrefour, Revue de géographie de Lyon, vol. 73, n°4, p. 309-326.

AZNAR O., 2002, Une caractérisation des services environnementaux produits dans les espaces ruraux, Développement durable et territoires, Dossier n° 1 « Approches territoriales du Développement Durable », 22 p. (URL : http://developpementdurable.revues.org/index904.html)

BARRAQUE B., 1995, Les politiques de l’eau en Europe, Revue de science politique, 45ème année, n°3, p. 420-453.

BARRAUD R., 2009a, La mise en œuvre de la gestion physique des cours d’eau. Le cas des seuils. Retour d’expérience. Bassin de la Sèvre nantaise et du Thouet, Rapport final, 86 p.

BARRAUD R., 2009b, Approche géographique de l’intentionnalité paysagère dans les vallées de l’Ouest de la France (de la fin du XVIIIe siècle à aujourd’hui), Projets de Paysage, n°1, en ligne (URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/enquetes_et_debats)

BARRAUD R., 2010, Rivières du futur, wild rivers ?, Actes du colloque national « Fleuves, estuaires, cours d’eau – Représentations et pratiques», Rouen, 4 et 5 mai 2010, 8 p.

BARRAUD R., CHARRIER A., CONSTANTIN O., CHARRUAUD G., 2009, Restauration écologique et paysagère des rivières à seuils – Retour d’expériences (bassin de la Sèvre nantaise et du Thouet, Ouest de la France), Ingénieries – EAT, n° spécial « Ecologie de la restauration », octobre 2009, p. 17-30.

BONIN S., 2002, Paroles d’habitants, discours sur le paysage : des modèles aux territoires, L’évaluation des paysages du fleuve Loire, du Gerbier-de-Jonc à Nantes, Thèse de Géographie, Université Paris I, 500 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BONNIEUX F., 2000, Evaluation de l’impact sur l’économie régionale de la pêche amateur : l’exemple des salmonidés migrateurs, Bulletin Français de Pêche et de la Pisciculture, n°357-358, p. 421-437.
DOI : 10.1051/kmae/2001059

BONNIEUX F., VERMERSCH D., 1993, Bénéfices et coûts de la protection de l’eau : application de l’approche contingente à la pêche sportive, Revue économique politique, n°103, p. 131-151.

CLEWEL A-F., ARONSON J., 2010, La restauration écologique, Arles, Actes Sud, 340 p.

COTTET M., 2010, La perception des bras morts fluviaux : le paysage, un médiateur pour l'action dans le cadre de l'ingénierie de la restauration. Approche conceptuelle et méthodologique appliquée aux cas de l'Ain et du Rhône, Thèse de géographie, Université de Lyon 3, 359 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

COTTET M., RIVIERE-HONEGGER A., PIEGAY H., 2010, Mieux comprendre la perception des paysages de bras morts en vue d’une restauration écologique : quels sont les liens entre les qualités esthétique et écologique perçus par les acteurs ?, Norois, n°216, p. 85-103.
DOI : 10.4000/norois.3408

DONADIEU P., 2001, Les références en écologie de la restauration, Revue écologie (Terre et Vie), sup. n°9, p. 103-119.

DROZ Y., MIEVILLE-OTT V., SPICHIGER R., FORNEY J., 2006, Le champ du paysage. Représentations paysagères et processus de légitimation des usages sociaux du paysage. De la Vue-des-Alpes au Pays-d’Enhaut, Fonds National Suisse, NRP 48 « Landscapes and Habitats of the Alps », Final scientific report, 67 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DUFOUR S., PIEGAY H., 2009, From the myth of a lost paradise to targeted river restoration: forget natural references and focus on human benefits, River Research and Applications, 25 (5), p. 568-581.
DOI : 10.1002/rra.1239

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GERMAINE M.-A., 2011, Apport de l'analyse de discours pour renseigner les représentations paysagères et les demandes d'environnement. Les vallées du nord-ouest de la France,Annales de géographie, n°682, p. 629-650.
DOI : 10.3917/ag.682.0629

GERMAINE M-A., 2009, De la caractérisation à la gestion des paysages ordinaires des vallées du nord-ouest de la France. Représentations, enjeux d’environnement et politiques publiques en Basse-Normandie, Thèse de doctorat, Université de Caen Basse-Normandie, 648 p. (URL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00440948/fr/)

GHIOTTI S., 2007, Les territoires de l’eau. Gestion et développement en France, Paris, CNRS Editions, 246 p.

GHIOTTI S., 2010, Le « bon état écologique des eaux » pour 2015 : une ambition qui bouscule la gestion des territoires en France, in SCHNEIER-MADANES G. (dir.), L’eau mondialisée, La gouvernance en question, Paris, La Découverte, coll. Recherches, p. 143-159.

GOUSSOT A., 2003, Place de l'eau et de sa gestion dans la construction et le développement d'un territoire : le cas de Bièvre-Valloire (Isère et Drôme, France), Revue de géographie alpine, vol. 91/2, p. 41-56.

GUNNELL Y., 2009, Ecologie et société, Paris, Armand Colin, 415 p.

LAGANIER R., 2006, Territoires, inondation et figures du risque. La prévention au prisme de l’évaluation, Paris, L’Harmattan, collection Itinéraire géographique, 257 p.

LAGANIER R., ARNAUD-FASSETTA G. (éds.), 2009, Les géographies de l’eau - Processus, dynamique et gestion de l’hydrosystème, Paris, L’Harmattan, 298 p.

LE FLOC’H E., ARONSON J., 1995, Ecologie de la restauration, Définitions de quelques concepts de base, Nature-Sciences-Société, vol. 3, n° hors-série, p. 29-35.

LE GOFFE P., SALANIE J., 2004, La gestion associative de la pêche en France : une analyse économique à partir du cas des salmonidés, Bulletin Français de la Pêche et de la Pisciculture, 375, p. 15-34.

LE LAY Y.-F., PIEGAY H., 2007, Le bois mort dans les paysages fluviaux français : éléments pour une gestion renouvelée, L’Espace Géographique, Tome 36, 2007/1, p. 51-64.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LE LAY Y-F., PERMINGEAT F., 2008, Spécificité territoriale et petits arrangements avec la loi : la place des usages locaux dans l'entretien de la rivière (XIXe-XXe siècles), Géocarrefour, vol. 83/1, p. 45-55.
DOI : 10.4000/geocarrefour.4522

LESPEZ L. (dir.), (sous-presse), Paysages et gestion de l’eau : sept millénaires d’histoire des vallées en Normandie, Bibliothèque du Pôle Rural 3, MRSH-Caen, 311 p.

LESPEZ L., BALLOUCHE A., 2009, L’objet, le sensible et leurs trajectoires, in BALLOUCHE A. et LESPEZ L. (éds.), Paysages au fil de l’eau, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 1, p. 3-11.

LIFRAN R., OUESLATI W., 2007, Eléments d’économie du paysage, Economie Rurale, n°297-298, Janvier-Mars, p. 85-98.

MONTEMBAULT D., 2002, Les vallées face à l’appropriation urbaine, des mutations de l’occupation du sol dans les vallées proches d’Angers aux nouveaux paysages, Thèse de doctorat, Université d’Angers, 2 vol., 409 p.

SAINT S., 2010, L’implication des élus dans un projet de restauration de la continuité, avant, pendant et après, Colloque « Ouvrages hydrauliques, de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire », Association française des EPTB, 25-26 Novembre.

SALANIE J., LE GOFFE P., SURRY Y., 2004, Evaluation des bénéfices procurés par le démantèlement de barrages hydroélectriques : le cas de la pêche au saumon sur la Sélune, Ingénieries EAT, n° 39, p. 65-78.

SCARWELL H. J., LAGANIER R., 2004, Risque d’inondation et aménagement durable des territoires, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, coll. Environnement et société, 240 p.

SER, 2004, The Society for Ecological Restoration International Science & Policy Working Group international primer on ecological restoration (URL : http://www.ser.org/content/ecological_restoration_primer.asp)

THEYS J., 2003, La gouvernance, entre innovation et impuissance, Développement durable et territoires, Dossier 2 : Gouvernance locale et Développement Durable (URL : http://developpementdurable.revues.org/1523)

Documents techniques

ANERA, 1974, Les paysages augerons, Éléments pour une charte, Caen, 110 p.

CAUDRON D., DORON J.-P., 2009, Tourisme pêche sur la Touques en Basse-Normandie, une nécessaire responsabilisation des acteurs locaux, Journées nationales d’échanges sur la promotion du loisir pêche et le développement du tourisme halieutique, 13 et 14 Octobre, Annecy, Synergies, Communication orale.

CAUE 14, 2002, La Charte paysagère de quatre cantons du Pays d’Auge, Blangy-le-Château - Cambremer - Dozulé - Pont-L’évêque, 58 p.

MEEDDM, 2002, La renaissance d’une vallée - Démantèlement du barrage de Kernansquillec et réhabilitation du site, Paris, Ministère de l’écologie et du développement durable, Direction de l’Eau, 23 p.

MEEDDM, ONEMA, 2009, Signature du contrat d’objectifs entre l’Etat et l’ONEMA 2009-2012, Restaurer les cours d’eau. Exemple de la Touques (Calvados), Dossier de presse, 31 p. (URL : http://www.onema.fr/IMG/pdf/DP-1311-restaurationdescours_d_eau.pdf)

Pays d’Auge Expansion, 2009, Diagnostic complet de l’Agenda 21 du Pays d’Auge, Diagnostic partagé et concerté avec les acteurs locaux, 89 p. (URL : http://www.pays-auge.fr/files/fck/files/A21%20Pays%20d%27Auge%20diagnostic%20complet.pdf)

Haut de page

Notes

1  Directive Cadre sur l’Eau.

2  Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques.

3  Voir sur le site de l’AESN (http://www.eau-seine-normandie.fr/index.php?id=4223).

4  Voir sur le site internet de l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) consulté en février 2011 : « Un exemple emblématique de la restauration des cours d’eau : l’histoire du bassin de la Touques » (http://www.onema.fr/Le-bassin-de-la-Touques) ; Dossier de presse « Signature du contrat d’objectifs entre l’Etat et l’ONEMA 2009-2012, Restaurer les cours d’eau/Exemple de la Touques (Calvados) », 13 novembre 2009 (http://www.onema.fr/IMG/pdf/DP-1311-restaurationdescours_d_eau.pdf) ; « Rétablissement de la continuité écologique sur le bassin de la Touques », (http://www.csp.ecologie.gouv.fr/IMG/Hydromorphologie/21_18_rex_r1_touquebv_vbat.pdf) et « Effacement du barrage-clapet sur la Touques à Lisieux », Mai 2010, dans « La restauration écologique des cours d’eau retour d’expériences sur l’hydromorphologie » (http://www.csp.ecologie.gouv.fr/IMG/Hydromorphologie/21_19_rex_r1_touquelis_vbat.pdf).

5  Voir aussi les travaux du séminaire jeunes chercheurs « Perception et gestion des environnements aquatiques » organisé par l’UMR 5600 EVS CNRS et l’ONEMA (resp. : Honegger A., Cottet M., Morandi B. et Gendrot C.) (URL : http://perception-aqua.ens-lyon.fr/).

6  Le propriétaire révoque le bail qui le lie à une AAPPMA et loue ses lots à des particuliers.

7  Site Internet de PARAGES (supprimé en Janvier 2009).

8  Le coût global des travaux visant le rétablissement de la fonctionnalité écologique de la Touques menés entre 1991 et 2006 par PARAGES et d’autres maîtres d’ouvrage est estimé à 4,5 millions d’euros par l’AESN (2007). Durant la même période, d’autres programmes ont par ailleurs porté sur la réduction des pollutions d’origine urbaine (46 millions €) et agricole (5,2 millions €) sur le bassin versant de la Touques.

9  Il s’agit du coût global des opérations relevant de plusieurs maitres d’ouvrage.

10  L’augmentation du budget est liée à l’agrandissement des parcours : à partir de 1998, les parcours s’étendent au département de l’Orne.

11  Depuis 2007, la Fédération de la Pêche du Calvados, et les AAPPMA de la Touques (Association des Pêcheurs A la Ligne de la Vallée d’Auge, Société de Pêche Lexovienne, Association Pêche Gacéenne) sont adhérentes de l’EGHO (Entente Halieutique du Grand-Ouest) qui rassemble 36 départements : les pêcheurs ont la possibilité d’acheter une carte interfédérale au prix unique de 85 € donnant le droit de pêcher gratuitement dans l’ensemble des parcours réciprocitaires de l’EGHO.

12  Le SMBVT recouvre 830 km² alors que le bassin hydrographique mesure 1 350 km². En 2012, deux nouvelles communautés de communes devraient être adhérentes au syndicat sur les 12 communautés de communes restant dans le périmètre du bassin versant.

13  Page d’accueil du site Internet du SMBVT consulté en février 2011 : http://www.smbvt.fr/accueil/

14  Site Internet du SMBVT consulté en février 2011 : http://www.smbvt.fr/presentation-smbvt/missions/

15  Extrait d’un article consacré à la Touques paru dans la revue Pêches sportives (2000, p. 22-29).

16  En parler normand, désigne un étranger à la Normandie.

17  Le club de kayak de Lisieux (Lexovives) fonctionne à Lisieux toute l’année ainsi qu’à Beuvilliers (plus en amont) durant les mois de juillet et août : il organise des descentes de la rivière mais aussi des entrainements en eau vive et kayak polo.

18  Les cours d’eau non domaniaux représentent 95% du réseau hydrographique français avec un linéaire de près de 270 000 km.

19  Décret n° 2008-720 du 21 juillet 2008 relatif à l'exercice du droit de pêche des riverains d'un cours d'eau non domanial. L’article L.432-1 du Code de l’environnement prévoyait déjà la possibilité qu’une APPMA bénéficie d’un droit de pêche gratuit en échange de l’entretien des berges et du cours d’eau.  

20  Site Internet : http://www.moulinaeau.org/LoisCoursDeau.htm et entretiens réalisés auprès des riverains.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1 : Le bassin versant de la Touques
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8483/img-1.png
Fichier image/png, 855k
Titre Figure2 : Rétablissement de la libre circulation des poissons migrateurs sur la Touques
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8483/img-2.png
Fichier image/png, 335k
Titre Figure 3 : L’aménagement du barrage du Breuil-en-Auge
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8483/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8483/img-4.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 5 : Interactions entre les modes de gestion en place sur la Touques et les usagers
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8483/img-5.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anne Germaine, « Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 245-259.

Référence électronique

Marie-Anne Germaine, « Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 31 janvier 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8483 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8483

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Germaine

Laboratoire GECKO (EA 375), UFR SSA - Département de Géographie, Université Paris Ouest Nanterre la Défense 200 av. de la République, 92 001 Nanterre marie-anne.germaine@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page