Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Gérard Chouquer, Traité d’archéogéographie – La crise des récits géohistoriques

André Buisson
p. 278-279
Référence(s) :

CHOUQUER G., 2008, Traité d’archéogéographie – La crise des récits géohistoriques, Paris, Editions Errance, 200 p.

Texte intégral

1Dans ce volume, proposé comme le premier tome d’un manuel, l’auteur se donne pour mission de théoriser une discipline, l’archéogéographie, dont l’apparition date d’environ trente ans. Le terme lui-même est apparu à propos de l’étude des populations de Sumatra, «comme « l’application au passé des principes de la géographie culturelle » (Wikipédia, G. Chouquer). Cette discipline est aujourd’hui enseignée à l’université et également sur la toile, dans un cours très interactif1. La méthode sera la suivante : chaque concept (modèle de forme ou de fonction) étant le produit de l’époque de son élaboration, il faut procéder à une archéologie du savoir (suivant les principes de Michel Foucault) pour juger de son aptitude à décrire l’objet de l’observation, d’où le nom d’archéogéographie qui doit venir renouveler celui de géographie historique, car cette nouvelle science n’a rien de « nouvellement révélé » (p. 11). Le plan de l’ensemble prévu est donc le suivant : dans le premier volume (ici examiné), on fait le constat que chacun de ces concepts est inadapté à l’étude des passés lointains (p. 5) ; dans le second (écrit en collaboration avec Magali Watteaux, et dont la publication est annoncée « L’archéologie des données géo-historiques »), que « dans l’historiographie, il naît au moins un nouvel intitulé thématique tous les 18 mois » (p. 6) et, dans le troisième (en projet), on proposera le nouveau « cadre théorique ou épistémologique à la rénovation des objets » (p. 6). L’auteur et maître d’œuvre est donc, dans un premier temps, déconstructeur d’idées reçues.

  • 2 Gérard Chouquer est un spécialiste de l’histoire des paysages. Sur ce thème, il a publié dans les d (...)

2Partant du principe que tout concept est avant tout le produit de l’invention d’une société et d’une époque, G. Chouquer utilise les 200 pages très denses de ce premier tome pour exposer, en 2 parties et 19 chapitres, ce qu’il pense être les bases d’une incompréhension, à partir de l’identification de ce qu’il nomme les « collecteurs hypertrophiés » ou « méta-objets ». Cette appellation regroupe des réalités diverses sous un terme unique, comme par exemple ces termes chers aux archéologues que sont la « ferme indigène », la « villa romaine »… La création de chacun de ces termes était pour autant indispensable politiquement ou économiquement, à un moment M de l’histoire, afin de déterminer une opposition à un autre terme : « ferme indigène » s’oppose à « villa romaine », l’un étant produit par l’opprimé, l’autre par l’oppresseur, sans pour autant que cette fameuse « ferme indigène » fasse l’objet d’une définition précise (les discussions sur l’emploi de ce terme, dès les années qui ont suivi son apparition, le montrent bien). Pour l’auteur, des concepts comme la ville, le bocage, l’openfield… ont été élaborés de manière peu fondée et un jour viendra où l’on pourra dépasser ces concepts pour aborder des réalités sans nom repérées par les archéologues, comme ces fameuses « terres noires » dans les agglomérations médiévales. Il ne faut pas pour autant faire du passé table-rase, mais « renouveler la Modernité » (p. 7). La liste de ces collecteurs hypertrophiés retenue par l’auteur est l’objet de la première partie, avec : en premier lieu, les « ethnotypes nationaux », qui correspondraient à une crispation de « l’idée nationale », par exemple les Germains de Tacite ou les Gaulois de César, qui deviennent au cours du temps des termes d’anthropogéographie et contribuent à l’opposition des peuples, encore exacerbée lorsque les découvertes archéologiques coïncident avec les événements douloureux de l’histoire : la découverte d’Alésia sous Napoléon III puis l’érection de la fameuse statue de Vercingétorix sur le même plateau après la défaite de Sedan… et ainsi se serait faite naturellement l’opposition Gaulois/Romains ou Germains/Romains. En second lieu, « la formation du territoire national » : à partir de la définition de l’espace français, d’abord par l’opposition ville-campagne, puis dans l’analyse régionale, lorsque l’on passe du modèle économique à un modèle néo-naturaliste, puis à celui, plus global, qui fit le succès de l’école des Annales. L’exemple le plus évident est celui du territoire, formé par une conscience collective de l’environnement autour de la notion de zone d’approvisionnement, d’abord sur un modèle en cercles concentriques et tangents, puis transformé à l’époque romaine en une série de formes rectangulaires ou carrées qui constitue notamment la centuriation2, enfin la paroisse médiévale ou le domaine royal, qui n’est pas territorial mais constitué d’un réseau de ressources économiques, très loin de la définition du mot « domaine » !

3En troisième lieu, « la découverte du paysage », qui explicite le lien de l’homme au milieu ambiant (A. Berque), contribue à l’invention du lien paysage-nation (France-Île-de-France…). Puis sont traités les cas de « l’espace-temps bivalent des utopies », de « l’espace-temps de l’objet architectural et urbain et la création de la ville » durant lesquels est mise en phase l’évolution de chacune de ces notions, par oppositions successives.

4Plusieurs chapitres concernent ensuite le grand thème du rural, avec tour à tour « l’invention puis l’épuisement de la ruralité », « L’invention de la grande propriété antique », avec pour centre l’examen du dossier de la villa comme centre de pouvoir, esclavagiste, mais… était-elle le seul instrument d’exploitation rurale ? Enfin sont traités « l’inversion du rapport au passé et l’invention du patrimoine », « L’exclusion de la nature, la création et la naturalisation du concept d’environnement », puis « « La communauté primitive et la complexification sociale ». La notion de patrimoine tirerait son sens de celle de « monument » (monumentum), d’abord simple édifice funéraire ou de bornage chez les Agrimensores latins, puis prenant progressivement le sens qu’on lui donne aujourd’hui, avec ses dérivés, « monumental », « monumentalité »…

5La seconde partie de l’ouvrage est consacrée aux « outils de réduction des réalités et des dynamiques prémodernes », forgés par la Modernité pour transformer des représentations sociales en objets expérimentaux » (p. 103). L’auteur en étudie neuf, à commencer par la carte, chapitre à l’intérieur duquel il regroupe l’atlas, le cadastre et le géo-référencement, tout en montrant l’évolution de l’un à l’autre. Ces concepts ont permis d’envisager la continuité de l’espace, dans tous ses détails. Il en va de même pour le second chapitre consacré à « l’instrumentalisation des mesures », qui rejoint le précédent dans ses buts. Cette mutation a fait perdre leur sens à toutes les anciennes mesures de temps et de surface, autrefois liées intrinsèquement à l’homme (pied, coudée, journal, arpent) pour être regroupées dans les multiples ou sous-multiples du mètre, lui-même égal à la 1/40000000e partie du méridien terrestre ! Or, on constate que c’est sans doute cette même double réalité qui a présidé à la mise en place des relations humaines dans les mondes anciens, romain en particulier.

6La « surdétermination des types agraires » touche à ce qui a été depuis longtemps la spécialité de l’auteur, avec ses recherches incontournables sur l’arpentage romain, les cadastres antiques et l’occupation de l’espace. La bibliographie étoffée de ce chapitre montre que l’auteur y est comme chez lui, entre archéologie, géographie historique et géographie rurale. De l’openfield au bocage, du terroir au finage, de la parcelle à la structure agraire et aux systèmes culturaux, chacune de ces notions reposerait sur un choix humain d’une époque donnée. La centuriation romaine (aussi traitée dans le chapitre 18) comme l’openfield system pour les médiévistes, serait fondatrice de son époque. Continuons avec le chapitre 18 : la voie romaine, la villa romaine, la centuriation romaine… et l’on voit se profiler le poids culturel des études sur Rome et son empire, au risque d’occulter toutes les autres civilisations qui lui ont précédé ou succédé.

7En conclusion, l’auteur nous brosse « les caractères originaux de l’espace-temps moderne » : tous les chapitres abordés dans le Traité montrent l’existence d’un schéma général « anthropologique de la Modernité », ce qui se conclue par le constat que lorsqu’on étudie des concepts liés à des périodes historiques, on est conduit à utiliser des notions modernes qui sont coupées des réalités originelles, ce qui amène à un décalage générateur d’erreurs.

8Cet ouvrage est très puissamment didactique : en tête de chaque chapitre, le lecteur se voit présentés les ouvrages qui ont guidé la réflexion de l’auteur… c’est donc plus qu’une simple invitation à lire cette bibliothèque. Attention, cependant, à ne pas se laisser griser : comme si tous les provinciaux avaient voulu avoir César chez eux ! Le Traité est conçu comme un instrument de réflexion ; il attire l’attention sur les pièges de ces fameux « collecteurs hypertrophiés ».

Haut de page

Notes

1 Sur l’internet, www.archeogeographie.org; cours d’archéogéographie à l’université Paris 1, Besançon-Dijon et Coimbra (Portugal).

2 Gérard Chouquer est un spécialiste de l’histoire des paysages. Sur ce thème, il a publié dans les dernières années près d’une dizaine d’ouvrages, seul ou en collaboration (en dernier lieu, La Terre dans le monde romain - Anthropologie, droit, géographie, 2008, Errance (Editions). Voir également du même auteur, “Ce que le temps fait aux formes planimétriques : du péché originel de l’analyse de morphologie agraire à sa réhabilitation”, dossier « Géohistoire/Géo-histoire. Quelles méthodes pour quel récit ? », Géocarrefour, vol. 84-4, 2009, p. 217-227.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Gérard Chouquer, Traité d’archéogéographie – La crise des récits géohistoriques », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 278-279.

Référence électronique

André Buisson, « Gérard Chouquer, Traité d’archéogéographie – La crise des récits géohistoriques », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8481

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org