Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Anne-Marie Frérot, Imaginaires des Sahariens - Habiter le paysage

André Buisson
p. 218
Référence(s) :

Imaginaires des Sahariens - Habiter le paysage

Frérot A.-M., 2011, Paris, Editeur CTHS, Collection CTHS-Géographie, 181 p.

Texte intégral

1Anne-Marie Frérot, professeur à l'université de Tours, est spécialiste de l'imaginaire de l'espace dans le monde saharien. Elle nous offre ici un beau livre : une mise en page très attrayante appuyée sur de nombreux encarts et de très belles photos personnelles, dont la documentation s'étend sur plus d'une trentaine d'années.

2Ce livre est consacré à ceux qui fréquentent le Sahara, dont c'est le lieu d'existence et non les simples touristes. Il commence par une mise au point utile : « sahara » signifie « désert », ce qui permet d'éviter le pléonasme de « désert du Sahara » que l'on retrouve souvent dans la littérature. Le livre est divisé en trois parties, les « actes », qui déroulent un récit composé comme une pièce de théâtre : acte 1, « entre ciel et terre », acte 2 « le ciel et la terre » et acte 3 « à l'échine du temps ».

3L'introduction montre comment le Sahara a été fantasmé par les Occidentaux, à la suite d'auteurs comme Saint-Exupéry ou Pierre Benoît... mais aussi par les Sahariens qui ont eu, eux aussi, leurs auteurs, principalement des voyageurs d'origine arabe, comme Ibn Khaldoun, Léon l'Africain, Bakri, Idrissi1 et d'autres. Une littérature descriptive du pays existe donc bien.

4Les cartes de situation montrent que le Sahara est avant tout le pays du voyage ; et comme dans tout voyage, l'important est l'orientation. Les premiers actes de l'habitant sont de fixer ses repères, et on observe, grâce à l'analyse de l'auteure, que ceux-ci ne sont pas les mêmes, suivant la région traversée ! Le désert est fait de lignes et de points, les lignes représentant les parcours des Nomades, les points représentant les puits et leurs environnements. Deux mondes se côtoient ainsi, celui de l'éphémère, la ligne formant les routes de l'élevage camelin, routes des pâturages et des points d'eau, ces derniers représentant au contraire le monde du permanent, avec les oasis, ksour, villes, villages et palmeraies. Ce sont ces « points » qui sont à l'origine de territorialités, ces dernières susceptibles d'évoluer en fonction de la création de nouveaux « points » (points d'eau, puits...).

5Le nomade quant à lui envisage son existence en fonction des saisons, qui le guident dans sa recherche des pâturages (qu'ils soient de dunes, de cailloux, de regs...). La mémoire tient donc ici une place fondamentale : elle est tout à la fois visuelle et orale, car la transmission joue un rôle important, avec la connaissance des paysages et de leur évolution depuis plusieurs générations. Le nomade apprend donc de ses aînés la lecture des étoiles, des couleurs de la nature, des reliefs et des sables. C'est ce savoir qui organise sa vie, d'un pâturage à l'autre. Son attention est constante, ses repères évoluent au cours de la journée : qu'il quitte son campement un peu trop tard dans la matinée, il est perdu, car les ombres et les couleurs ont changé entre temps ; d'où découle une autre question intéressante : le désert se vit-il (et se voit-il) en noir et blanc ou en couleurs (p. 89 sq) ?

6On s'oriente ainsi en fonction des éléments et non des points cardinaux, ces derniers ayant une valeur toute relative, principalement dans des régions où la carte « à l'européenne » n'a qu'une valeur relative. Le pays est formé d'une nature mouvante, aux espaces fuyants (qui n'admettent par essence aucune frontière) ! Les routes caravanières, les routes mêmes de la transhumance, qui sont aujourd'hui réglementées par les Etats issus de la décolonisation, sont à l'image de celles de la grande caravane (fig. 21), elles vont de marché en marché, de pâture en pâture... Les lignes relient les points entre eux !

7Le désert n'est pas habité, au sens occidental du terme, mais plutôt « vécu » par des hommes mobiles. Les cartes sont très explicites (fig. 1, par Verdier en 1911 ; fig. 7, par Moktar Sid Ahmed, guide de Théodore Monod...) et le rôle des repères est essentiel dans une contrée foncièrement hostile. On voit alors se dessiner des cartes mentales de l'espace-monde2, où l'orientation est très originale, formée principalement par quatre « côtés », le gablé (devant soi), le tell (l'Est, le Levant, mais aussi la colline), le charg (les flancs, l'orient ou le Sud) et le sahel (le bord, le rivage, le nord-ouest) et quelques autres, suivant les tribus (p. 32). Ces termes, qui varient suivant les peuples, désignent « des directions à caractère empirique » (fig. 8), autour de reliefs considérés comme vivants, les « sphinx » qui donnent à cette portion de la terre une forme imaginée d'après celle du « vaisseau du désert » (fig. 10 : L'Adrar de Mauritanie, « notre région est un chameau baraqué », et fig. 13 : La tente et le lexique du corps). La montagne (adrar) est le « piquet de la terre voulu par Dieu » (Coran), c'est le lieu des génies, elle est hostile aux étrangers et se positionne, dans l'imaginaire des Sahariens, au même titre que la mère, la tente ou la maison, comme un protecteur. Au Sahara, l'eau c'est la vie... les sources sont les « yeux du ventre de la terre » (p. 73). La mémoire des points d'eau forme la richesse des tribus : l'eau rythme les temps de la nature, les saisons (au nombre de quatre ou six), les activités agricoles... le rôle des calendriers est fondamental, il consacre la mémoire des événements locaux, même si on constate qu'aujourd'hui les faits du monde ont été intégrés ; mais l'eau apporte aussi les dévastations dont la mémoire reste fixée dans les chroniques tribales, si précieuses pour les colonisateurs étrangers (chronologie de l'histoire locale, p. 103 sq.). Le désert est aussi le pays du vent, qui brouille les pistes, qui coupe la faim des chameaux, qui peut-être viendra à bout de la résistance de la végétation et des oasis (p. 64-67).

8Le Sahara, voie de passage des hommes, a aussi été la voie de diffusion de l'Islam, et les nombreuses citations du Coran, qui aident à décrypter cet imaginaire des Sahariens, en sont la preuve. La langue arabe est souvent venue se surimposer aux parlers locaux, et plutôt que d'aider à la clarification des notions liées à la vie des habitants du désert, a complété le lexique toponymique local.

9Le livre se termine par un constat en forme de regret : aujourd'hui, plus de 95% des Sahariens sont citadins, ils aspirent à la ville et au repos (p. 124), comme le souligne l'auteure, à l'instruction pour leurs enfants (l'école est incompatible avec le nomadisme), même s'ils restent attachés à ce mode de vie ancestral qu'ils répugnent à voir disparaître3. L'ouvrage est très bien complété par des annexes, un glossaire des termes géographiques, un lexique et une bibliographie très documentée.

Haut de page

Notes

1Cf. E. Tixier du Mesnil, 2011, Le livre et les cartes. Représentations de l'Afrique par Bakri (11è s.) et Idrissi (12è s.), de la revue Cartes et géomatique, n°210, décembre, p. 53-61. On consultera avec le plus grand intérêt le n°210, décembre 2011 de la revue Cartes et géomatique (revue du Comité français de cartographie) consacré à Cartographier l'Afrique. Construction, transmission et circulation des savoirs géographiques du Moyen Âge au XIXè siècle.

2Voir particulièrement l'article de A. Loumpet-Galitzine, 2011, La cartographie du roi Njoya (royaume bamoun, ouest Cameroun). Représenter/traduire son espace-monde, Cartes et géomatique, 210, p.  185-198

3Cf. Eric Verdeil, « Villes et urbanismes du Sahara », Géocarrefour, Vol. 78/4, 2003, [En ligne], mis en ligne le 07 mars 2008. URL : http://geocarrefour.revues.org/452. Consulté le 14 février 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Anne-Marie Frérot, Imaginaires des Sahariens - Habiter le paysage », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 218.

Référence électronique

André Buisson, « Anne-Marie Frérot, Imaginaires des Sahariens - Habiter le paysage », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8472

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page