Navigation – Plan du site

Design urbain en collaboration. Bilan et enjeux

Collaborative urban design. Assessment and issues
Andrée Fortin, Carole Després et Geneviève Vachon
p. 145-154

Résumés

Entre l'été 2002 et l'automne 2003, le Groupe interdisciplinaire de recherche sur les banlieues (GIRBa) a mené une démarche de recherche-action, plus précisément de design urbain en collaboration avec des acteurs-clé des banlieues de la première couronne de Québec. L'objectif était, dans un premier temps, de poser un diagnostic sur ces territoires puis de formuler des propositions concrètes d'aménagement et des mécanismes de mise en œuvre de ces propositions. Ce faisant, c'est une nouvelle carte de la ville qui se dessine, une nouvelle vision du territoire et de la façon d'y intervenir. Cet article a pour but de décrire le processus et ses fondements, ainsi que d'en faire le bilan. Cette démarche s'est réalisée à travers un enchaînement/enchevêtrement de 45 activités variées (mini-colloques, ateliers de travail, groupes de discussion et sessions intensives de design) avec une soixantaine de partenaires de tous les niveaux de gouvernance : à l'échelle de l'agglomération ou macro : la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), le Réseau de Transport de la Capitale (RTC), la Commission de la Capitale Nationale (CCM)), le ministère des Affaires municipales et de la Métropole (MAMM), la Société d'habitation du Québec (SHQ) et bien sûr, la Ville de Québec (divisions de l'Aménagement du territoire, ainsi que du Patrimoine et design). À l'échelle intermédiaire ou méso : les bureaux d'arrondissements, les Commissions scolaires, les Centres Locaux de Développement (CLD), les Centres locaux de services communautaires (CLSC). À l'échelle des groupes communautaires et des citoyens ou micro, nous avons rencontré des groupes cibles lainés, adolescents, immigrants), enquêté auprès de locataires. Ces différents groupes ont d'abord été consultés séparément ; par la suite, certains de leurs membres ou représentants ont participé de nombreuses sessions de travail qui regroupaient des représentants des échelles macro, méso et micro. Nous avons profité d'une conjoncture favorable : la nouvelle ville de Québec devait produire un Plan directeur d'aménagement et de développement (PDAD) et réfléchir à son périmètre d'urbanisation. Si notre équipe s'est dès le départ définie comme interdisciplinaire, ce qui nous réunit, ce n'est pas tant un objet, les banlieues de première couronne de l'agglomération de Québec, qu'une visée éthique : la conviction qu'il est impossible, voire inacceptable, de réfléchir sur l'avenir d'une agglomération en l'absence des principaux intéressés, les résidents. La ville n'appartient-elle pas d'abord à ses citoyens ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  * Merci à Sergio Avellan pour ses commentaires sur une version préliminaire de ce texte.
  • 2  Nous emploierons ici comme synonymes les termes « design urbain » et « aménagement urbain ».

1À l'heure du vieillissement de la population et du protocole de Kyoto, comment éviter la poursuite de l'étalement urbain et aménager dans une perspective de développement durable des banlieues conçues en fonction de l'automobile ?*1 Entre juin 2002 et novembre 2003, le Groupe interdisciplinaire de recherche sur les banlieues (GIRBa) a mené une démarche de design urbain (ou d'aménagement urbain2) en collaboration avec des acteurs-clé des banlieues de la première couronne de Québec. L'objectif était, dans un premier temps, de poser un diagnostic sur ces territoires, puis de formuler des objectifs et des critères d'aménagement, pour en arriver à des propositions concrètes d'aménagement ainsi qu'à des mécanismes de mise en œuvre de ces propositions. Cet article a pour but de décrire le processus et ses fondements, ainsi que d'en faire le bilan.

Territoires en mal de définition

2Associées à la prospérité et au mode de vie nord-américain, les banlieues pavillonnaires d'Amérique du Nord construites dans les années 1950 et 1960, contrairement aux quartiers centraux jusqu'à tout récemment, n'avaient pas été perçues comme « à problème ». Or, ces banlieues vieillissent, physiquement et socialement. Les infrastructures y sont à refaire (rues et aqueducs en particulier). Dans la région de Québec, entre 1991 et 1996, elles ont perdu jusqu'à 10 % de leur population ; les familles avec enfants pour qui elles avaient été conçues n'y représentent plus que le tiers des ménages. De plus, contrairement à une représentation tenace, ce ne sont pas uniquement des banlieues-dortoirs ; elles deviennent des lieux de travail et de consommation. Une chose cependant demeure : le développement démographique, social et économique des banlieues est indissociable de l'usage de l'automobile.

3Les approches de développement durable favorisent la rénovation des secteurs résidentiels existants plutôt que l'étalement urbain. Quel type d'aménagement pourrait avoir des effets positifs sur la vitalité des banlieues vieillissantes et rallier une large part de ceux qui y résident ? En effet, si ces secteurs sont réaménagés sans tenir compte des résidents, ceux-ci risquent de les quitter pour s'établir plus loin encore, accélérant la dévitalisation des premières couronnes et l'étalement urbain.

4C'est dans cette perspective qu'en 1999 nous avons mené une enquête auprès de 173 propriétaires de pavillons (bungalows) des banlieues de la région de Québec (Sillery, Sainte-Foy, Duberger, Charlesbourg et Beauport) afin de connaître leurs usages et représentations de l'espace (fig. 1). Un ouvrage collectif (Fortin, Després et Vachon, 2002) rend compte de cette enquête et de propositions concrètes d'aménagement de la maison, de la rue, du quartier et de l'agglomération, et s'inscrivant dans une perspective de développement durable.

Figure 1 : L’agglomération de Québec

Figure 1 : L’agglomération de Québec

Un contexte politique en transformation

5Au Québec les banlieues se sont développées essentiellement à partir des années 1950, souvent autour de noyaux villageois, et comme municipalités autonomes. Or le gouvernement provincial oblige la fusion des villes de banlieue avec la ville-centre dans plusieurs agglomérations québécoises, dont Québec, à partir de janvier 2002. Ces anciennes villes de banlieues ont désormais le statut d'arrondissement et la rivalité entre elles pour les nouveaux développements résidentiels et les investissements industriels doit faire place à la concertation.

6Les territoires urbains où cette concertation doit s'exercer sont complexes : les frontières des arrondissements ne recoupent pas celles des anciennes villes désormais fusionnées, ni celles des quartiers où existaient déjà des Conseils de quartier ou des Comités de citoyens. Par ailleurs, les commissions scolaires (CS), les centres locaux de développement (CLD), les centres locaux de services communautaires (CLSC) ont également leurs territoires spécifiques, héritages de longues histoires. Ces territoires s'enchevêtrent sans se superposer parfaitement pas plus qu'ils ne se superposent à des quartiers qui ont un sens pour les résidents, ou dotés d'une cohérence architecturale ou socio-historique.

7Le sens que les résidents accordent à divers territoires se révèle lors de conflits (Trudelle, 2003) mais aussi dans des entretiens. Nous en avons mené avec des propriétaires de banlieue en 1999 (Fortin, Després et Vachon, ibid.), avec des locataires (Beaulieu et Després, 2003) et avec des groupes-cibles (focus groups) de jeunes, d'aînés, d'immigrants (Paradis et Avellan, 2003). Nous avons également effectué une enquête par Internet avec des résidents de la banlieue de Québec en général (Paradis et Fortin, 2003). Ces diverses enquêtes ont aussi permis de suivre la mobilité quotidienne des résidents, élément important car les significations et les pratiques sont souvent en décalage les unes avec les autres, tout en se déterminant mutuellement.

8La question demeure : comment définir des territoires ayant un sens pratique et symbolique tant pour les résidents que pour les divers acteurs y intervenant (bureaux d'arrondissement, CLSC, CLD, etc.) et pour les architectes ou aménagistes ? Quelques rappels historiques mettront en évidence les enjeux liés à la définition du territoire de la ville de Québec.

Avatars de la participation au québec

9Les années 1960 sont, en matière d'aménagement, « l'ère des experts ». En même temps que se construisait l'Etat québécois (Simard, 2005), on réaménageait la Colline parlementaire et le centre-ville de Québec. Ce réaménagement s'est traduit par des démolitions massives dans les quartiers centraux et la construction d'autoroutes, lesquelles ont en partie été démolies à leur tour dans les années 1990 et 2000, alors qu'on reconstruisait dans les « trous » laissés par les démolitions. Les experts ont été contestés, et dès le départ leurs propositions ont suscité la réaction des résidents des quartiers concernés.

10Depuis 1963, en effet, avec l'apparition de premiers comités de citoyens, il existe une tradition de participation des citoyens aux affaires urbaines et municipales (Godbout, 1991 ; Fortin, 1991 et 1999). À Québec, les luttes autour de « l'aire 10 », autrement dit le quartier Saint-Roch, ont été épiques. L'aire avait été définie, nommée, découpée, et son développement planifié par les experts du Service d'Urbanisme de la Ville de Québec, contre lesquels se sont mobilisés des citoyens tentant de faire valoir leur propre vision de ce territoire, de son découpage et de son devenir (Racicot, 1969 ; Robert et Racicot, 1972). Dans les années 1970, cette visée de participation connaît une relative éclipse.

11Dans les années 1980-1990, l'élection à Montréal du Rassemblement des citoyens de Montréal et à Québec du Rassemblement populaire favorise l'apparition de conseils de quartier et de mécanismes consultatifs formels (Hamel, 1999). Si elles correspondent à un souhait exprimé par plusieurs citoyens, ces expériences de consultation ont laissé un goût amer : trop souvent les gens ont été simplement informés et non vraiment écoutés (Godbout, 1987 et 1991).

12Par ailleurs, dans les années 1980 et 1990 toujours, le gouvernement québécois organisait des Sommets réunissant les acteurs sociaux, politiques et économiques d'une région ou concernés par un même problème. C'est une démarche analogue qui a été entreprise à Montréal dans la foulée des fusions municipales de 2002 : la ville a mené 27 sommets d'arrondissements, 41 sommets thématiques et un grand sommet pour établir des consensus (Faure, 2003). De tels sommets, exercices politiques, ont comme objectif de créer un consensus autour de priorités, mais aussi d'asseoir à la même table des gens peu enclins à se rencontrer a priori. Le suivi n'a généralement pas été à la hauteur des attentes

13L'ensemble de ces consultations et efforts de consensus portent sur des politiques, sur des orientations, et on les analyse en matière de démocratie locale, de capacité à influencer des décisions (Hamel, ibid.). Dans le même sens, on évoque aussi des politiques procédurales, c'est à dire « un type d'action publique qui opère par la mise en place d'instruments de connaissance, de délibération et de décisions peu finalisés a priori. » (Lascoumes et Le Bourhis, 1998, p. 39).

Principes de notre démarche

14Par opposition à ces démarches d'experts, de participation, de consultation ou de création de consensus, nous avons mis en place une démarche de design urbain en collaboration, qui ne se limite pas à la discussion de politiques ou de principes généraux. L'objectif est d'en arriver à un plan d'aménagement. Aussi tout le long du processus, il s'agit de parfaire ce plan par un travail collectif sur des cartes du territoire à réaménager.

  • 3  Il est né de l'association entre Carole Després, professeure à l'École d'architecture de l'Univers (...)

15Le Groupe interdisciplinaire3 de recherche sur les banlieues existe depuis 1998 ; ce qui en réunit les membres, issus de l'architecture, de l'aménagement et de la sociologie, n'est pas tant un objet, les banlieues de l'agglomération de Québec, qu'une visée éthique : la conviction qu'il est impossible, voire inacceptable, de réfléchir sur l'avenir d'une agglomération en l'absence des principaux intéressés, les résidents.

16L'articulation de la recherche fondamentale et de la recherche-création autour de problèmes et de solutions identifiés et développés avec les acteurs locaux est centrale dans notre démarche, qu'on peut qualifier de recherche-action. L'approche favorisée par notre équipe privilégie les aller et retour entre le milieu universitaire et la communauté. Une telle perspective transdisciplinaire considère légitimes non seulement les savoirs fondamentaux mais aussi les savoirs esthétiques, techniques et éthiques (Després, Brais et Avellan, 2004), et s'inspire de l'approche communicationnelle de Habermas (1984 et 1987). Elle vise à croiser les savoirs fondamentaux que détiennent les chercheurs universitaires : « le vrai », les savoirs techniques des administrateurs, fonctionnaires et ingénieurs : « le possible », les savoirs esthétiques des architectes et designers: « le beau » et les savoirs éthiques : « le bon », tel que définis par l'ensemble des citoyens. Au-delà de l'analyse et de la description d'un problème, l'élaboration de solutions concrètes implique en effet des connaissances contextuelles spécifiques que la recherche fondamentale seule ne peut appréhender, ni les experts de l'aménagement isolément.

17Dans les écrits sur l'urbanisme et le design en collaboration, deux visions s'opposent concernant le rôle des professionnels de l'aménagement :

18- leurs compétences spécifiques sont mises à profit au même titre que les autres types de savoirs (Soderstronn et al., 2000); et

  • 4  - Elle se distingue aussi de celle des Commissions d'aménagement ou des consultations publiques qu (...)

19- les professionnels de l'aménagement sont les orchestrateurs d'une démarche collective de design, mais se retirent à l'étape de la conception (Healey, 1997). Notre approche combine les deux visions4, délestant les designers de l'animation et leur donnant le même droit de parole que les autres participants, mais en même temps leur attribuant un rôle de maître d'œuvre de la démarche et de mise en forme, de mise au net des propos et dessins.

20Le design urbain en collaboration va ainsi au-delà d'un simple rassemblement des acteurs et de la coordination de leurs discours. Le projet se développe au fil d'une série de rencontres à travers lesquelles le projet d'aménagement se construit (Innes, 1996). Dès le début du processus, architectes, urbanistes et sociologues travaillent avec des fonctionnaires, élus et citoyens, se donnant pour tâche d'organiser les rencontres et leur logistique, et de produire des procès-verbaux ainsi que des cartes et plans compréhensibles pour tous.

21Nous sommes parties de nos expériences respectives d'architecte, de designer et de sociologue : charrettes de design (Larochelle, Després et al., 1998 ; Vachon, sous presse), intervention sociologique (Fortin, 1982 et 1987), ainsi que de nos lectures (Habermas, ibid., notamment), et au fond, nous avons beaucoup appris sur le tas.

Un processus en plusieurs étapes

22La démarche de design en collaboration dont il est ici question ne résulte pas d'une commande gouvernementale ; elle est née d'une initiative de notre équipe de recherche. Mais il est important de noter qu'elle a été entreprise en juin 2002, c'est-à-dire peu de temps après les fusions municipales de janvier 2002.

23À l'occasion de la publication de La banlieue revisitée, en juin 2002, nous avons invité des acteurs clés développement de la ville de Québec (Ville de Québec, mais aussi le Ministère des Affaires municipales et le Réseau de Transport de la Capitale, notamment) pour leur présenter nos travaux. Nous leur avons aussi alors proposé d'entreprendre une démarche de design urbain en collaboration pour les banlieues de première couronne. Première surprise pour nous : les personnes que nous avons invitées ne se connaissent pas ou à peine. L'université constituant un “terrain neutre" de rencontre aux yeux des fonctionnaires provinciaux, municipaux et des autres organismes présents, notre invitation à participer à quatre rencontres à l'automne 2002 a été reçue très favorablement.

24Nous avons profité d'une conjoncture favorable : la nouvelle ville de Québec devait produire un Plan directeur d'aménagement et de développement (PDAD) et réfléchir à son périmètre d'urbanisation. Dans le même sens, la Commission métropolitaine de Québec (CMQ), créée en 2002 en même temps que la nouvelle ville, préparait un schéma d'aménagement métropolitain "intégré". Le Réseau de transport de la capitale (RTC) travaillait pour sa part à des Orientations stratégiques, et le Ministère des affaires municipales à des Orientations gouvernementales en matière d'Aménagement pour le territoire de la communauté métropolitaine de Québec. L'année 2002 en était donc une, au sens propre, de construction d'une nouvelle ville, d'un nouveau territoire. Tant les citoyens que les élus ou les fonctionnaires municipaux et ceux des divers organismes locaux devaient s'approprier conceptuellement et symboliquement cette nouvelle entité. En ce sens, notre invitation à s'engager dans une démarche collective tombait à point (sans que nous l'ayons prévu au départ).

25Concrètement, la démarche consistait d'abord à tracer un portrait (sur des cartes "diagnostic" élaborées conjointement par l'ensemble des participants) des réalités physiques, économiques et sociales des banlieues de première couronne, plus précisément des arrondissements de Beauport, Charlesbourg, les Rivières et Sainte-Foy-Sillery. Ce travail s'effectuait à partir de cartes des arrondissements reproduites en format d'au moins deux mètres sur deux. À cette étape, par exemple, on pointait sur la carte des zones de pauvreté ou des barrières infranchissables pour les piétons et cyclistes. Ensuite, il fallait identifier les principaux problèmes et enjeux de développement soulevés par ces constats ; enjeux de mobilité et d'accessibilité, pour poursuivre l'exemple. Puis, il fallait formuler des objectifs et critères pouvant guider les interventions futures (aménagements, politiques et réglementation, financement, etc.) pour l'ensemble du territoire des banlieues de première couronne et reporter ceci sur de nouvelles cartes. À cette étape, toujours pour continuer l'exemple, le transport en commun et la mixité des usages, étaient posés comme base d'intervention. Finalement, il fallait traduire ces objectifs en propositions concrètes en un plan d'aménagement, où par exemple on indiquait par où devaient passer de nouveaux circuits d'autobus et sur quelles rues ou portions de rue le règlement de zonage devait être modifiés pour permettre la mixité des usages. En résumé il s'agissait de dessiner, ensemble, un plan d'aménagement pour quatre arrondissements de la ville de Québec.

45 rencontres

26Entre septembre 2002 et novembre 2003, nous avons ainsi orchestré une démarche visant à construire un consensus autour d'un diagnostic, d'objectifs et de propositions de réaménagement de quatre banlieues de Québec édifiées entre 1950 et 1970. Cette démarche s'est réalisée à travers un enchaînement/enchevêtrement de 45 activités variées (mini-colloques, ateliers de travail, groupes de discussion et sessions intensives de design) avec une soixantaine de partenaires de tous les niveaux de gouvernance (GIRBa 2003a, 2003b).

  • 5  Désormais ministère des Affaires municipales et des régions,

27À l'échelle de l'agglomération, ou macro : ces rencontres réunissaient entre 50 et 60 personnes de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), le Réseau de Transport de la Capitale (RTC), la Commission de la Capitale Nationale (CCNQ), le ministère des Affaires municipales et de la Métropole IMAMM)5, la Société d'habitation du Québec (SHQ) et bien sûr, la Ville de Québec (Service de l'aménagement du territoire).

28A l'échelle intermédiaire, ou méso, nous avons organisé des rencontres de 10 à 15 personnes travaillant dans les bureaux d'arrondissements, les Commissions scolaires, les Centres Locaux de Développement (CLD), les Centres locaux de services communautaires (CLSC).

29À l'échelle des collectivités et des citoyens, ou micro, nous avons rencontré des groupes-cibles d'une dizaine de personnes (aînés, jeunes, immigrants) et enquêté auprès de locataires. Ces différents groupes ont d'abord été consultés séparément ; par la suite, certains de leurs membres ou représentants ont participé à des sessions de travail qui regroupaient une soixante de participants des échelles macro, méso et micro.

30Si la réunion de juin 2002 avait été l'occasion de présenter nos travaux et d'amorcer la démarche, les fois suivantes, les rencontres se déroulaient en deux temps :

31- le matin, des présentations sur un arrondissement ou un thème transversal comme le transport en commun ou le développement durable, par des membres de notre équipe, mais de plus en plus au cours de l'automne par les autres participants, et

32- l'après-midi, du travail sur les cartes des arrondissements.

33Au départ, il s'agissait surtout de baliser le territoire, d'en repérer les caractéristiques, d'en pointer (sur la carte) les forces et les faiblesses :

34- barrières (artères de transit, voies ferrées, lignes électriques) ;

35- secteurs résidentiels (vieillissants, en développement, défavorisés) ;

36- pôles / zones (centralité, emplois, commerces) ;

37- sites et secteurs patrimoniaux ;

38- milieux naturels ;

39- zones (à consolider, à restructurer, à mettre en valeur) ;

  • 6  Cette liste n'était pas préétablie. Nous l'avons ici reconstituée à partir du travail fait en atel (...)

40- liens à aménager (lien piétonnier, piste cyclables, circuits d'autobus, point de convergence multimodales)6.

41Cet exercice cartographique, au départ, déroutait les non-architectes ou géographes, cependant il a permis de s'approprier conceptuellement le territoire de la nouvelle ville.

42Parallèlement, à l'automne 2002, nous avons tenu des réunions dans les quatre arrondissements. Nous avons rencontré, simultanément, des personnes travaillant dans des bureaux d'arrondissements, des CLSC, des CLD et des Commissions scolaires. À ce niveau encore, nous avons catalysé la rencontre entre personnes ne se connaissant pas ou très peu. L'objectif de ces réunions était d'établir un diagnostic plus fin sur chacun de ces arrondissements. Nous avons ensuite présenté des comptes rendus de ces rencontres à nos partenaires du macro.

43À l'hiver 2003, nous avons organisé une série de quatre nouvelles rencontres avec les participants des niveaux macro et méso, le but étant à la fois de raffiner les diagnostics sur les arrondissements et de formuler des objectifs et des critères de design pour les réaménager. Parallèlement, nous organisions des rencontres avec des groupes-cibles au niveau micro ; jeunes, immigrants, personnes âgées vivant dans ces arrondissements.

44Par la suite, avant de formuler un plan d'aménagement, il fallait s'entendre sur des objectifs précis d'aménagement (Nembrini et Joerin, 2003). Ceux-ci ont été discutés en octobre 2003 et traduits eux aussi en cartes. Les objectifs retenus étaient liés à six thèmes : qualité urbaine, mobilité, environnement, économie, considérations sociales, culture et patrimoine. Pour chacun de ces thèmes, ont été examinés puis classés en ordre d'importance des objectifs en matière d'infrastructures, d'équipements et d'aménités, de cadre réglementaire, de politiques, de programmes et d'incitatifs, d'information et de participation des citoyens.

45(Pour plus de détail, voir www.girba.crad.ulaval.ca /Francais/projets.htm#Participatif.)

46Enfin, en novembre 2003, nous avons tenu une session de travail de deux jours regroupant une soixantaine de personnes (encadré 1). Il s'agissait de dessiner un plan d'aménagement pour chacun des quatre arrondissements, misant sur des pôles de centralité, sur la rénovation des résidences unifamiliales et des immeubles à appartement, sur l'accessibilité des transports en commun, des espaces verts, etc.

Bilan et enjeux

47Héritier à fois de l'animation sociale des années 1960 au Québec (Simard, op. cit. ; Fortin, 1991) et des démarches consultatives ultérieures (Godbout, op. cit. ; Hamel, op. cit.), "compagnon de route" du mouvement écologiste, la démarche de design en collaboration soulève plusieurs questions politiques, théoriques et pratiques, ou pour le dire autrement peut être évalué quant à ses effets sur l'objet, la banlieue pavillonnaire, sur le processus participatif en tant que tel et sur les participants. Dans ce qui suit, il ne s'agira pas tant d'une évaluation formelle (Innes et Booher, 1999), en cours, que d'un bilan.

Diagnostic et propositions

48Le processus de design en collaboration a généré beaucoup de connaissances nouvelles sur la banlieue et a permis la construction collective d'une vision renouvelée de ce territoire.

49Les rencontres n'ont pas été enregistrées, mais une équipe d'étudiants gradués de sociologie, d'architecture et d'aménagement produisait rapidement des procès-verbaux très détaillés des rencontres et s'occupait de la mise au net du travail sur les cartes. À l'hiver 2003, un premier recueil réunissait les ordres du jour et procès-verbaux des rencontres de l'automne, ainsi que la version papier des présentations power point de l'ensemble des participants (universitaires et fonctionnaires), sans oublier les cartes-diagnostic d'arrondissement annotées et redessinées au net (GIRBa, 2003a). En octobre 2003, un second recueil faisait état de la suite des travaux (GIRBa, 2003b). Ces documents ont simultanément été rendus disponibles dans notre site web en version pdf.

50Deux ans plus tard, les résultats de la démarche semblent "passés" au sens où on retrouve, dans le Plan directeur d'aménagement de la ville de Québec comme dans les nouvelles orientations du Ministère des Affaires municipales et du Réseau de Transport de la Capitale, tant des éléments de diagnostic sur les banlieues de première couronne de Québec que certaines des solutions avancées dans la démarche de design en collaboration.

Figure 2 : Diagnostic pour l’ensemble des quatre arrondissements

Figure 2 : Diagnostic pour l’ensemble des quatre arrondissements

Effets sur les participants : savoirs et réseaux

51Dans un autre ordre d'idées, le processus a créé beaucoup de synergie entre des acteurs de différentes institutions et de différents niveaux d'intervention, lesquels ne se connaissaient pratiquement pas au départ, comme nous l'avons souligné plus haut. Après des échanges très formels lors des premières rencontres, les participants en sont venus à travailler véritablement ensemble et à se faire confiance, en même temps qu'ils passaient de l'échange de cartes d'affaire au tutoiement. Le processus a de la sorte permis de créer des réseaux professionnels entre les divers intervenants travaillant dans un même arrondissement et dans différents arrondissements. Ceux-ci ont pris conscience d'une part que les problèmes des arrondissements de banlieue de première couronne se ressemblaient, et qu'il était impossible d'autre part de les analyser et de leur trouver une solution sans tenir compte de la ville centre et des franges périurbaines.

52Le travail sur des cartes, s'il n'était pas familier à la majorité des participants, s'est révélé très utile pour formuler non seulement un diagnostic et des propositions mais surtout pour dépasser les discours généraux et pour passer de l'abstrait au concret. Ainsi plutôt que de parler de pauvreté en général, il était possible sur des cartes à très fine échelle de pointer non seulement des secteurs, mais des immeubles en particulier.

53Plusieurs participants, non familiers au départ avec les processus d'aménagement du territoire (travaillant par exemple dans les CLSC, CLD, et Commissions scolaires), se sont familiarisés avec le processus d'aménagement urbain, de l'établissement d'un diagnostic à la définition des enjeux et priorités, puis leur traduction sur le territoire et les politiques nécessaires à la mise en œuvre de ces propositions d'aménagement. Lors du retour final sur l'ensemble du processus, plusieurs ont émis le souhait de continuer ce type de démarche en concertation qui les aide dans leur travail quotidien, en leur fournissant une meilleure vue d'ensemble sur la ville et les problèmes qui la traversent. Bref, s'est fait sentir le désir de "répliquer" la démarche dans d'autres contextes.

54Il est à noter qu'un grand nombre de personnes dans certaines institutions (notamment la ville, les bureaux d'arrondissement et le ministère des Affaires municipales) ont participé à la démarche. En effet, même avec nos partenaires les plus "fidèles", nous avons connu un roulement de participants, inconvénient incontournable dans un processus qui dure plus d'un an : les fonctionnaires sont parfois mutés et cela a souvent été le cas dans un contexte de réorganisation institutionnelle comme celle qui a suivi les fusions et l'élection d'un nouveau gouvernement provincial à Québec. Ce roulement est à la fois un point fort et un point faible. S'il fallait parfois reprendre des explications et revenir sur certaines étapes, un grand nombre de personnes ont été exposées à une nouvelle vision des banlieues et à une nouvelle façon de travailler.

55Par ailleurs, au terme de la démarche, il est apparu que certains acteurs clés du développement urbain ont été absents tout le long du processus, soit qu'ils n'aient pas été invités ou l'aient été sans assez d'insistance, en particulier le ministère des Transports et celui de l'Environnement.

Figure 3 : Critères et objectifs de design, arrondissement de Charlesbourg

Figure 3 : Critères et objectifs de design, arrondissement de Charlesbourg

Savoirs et savoir-faire

56Nous avons aussi tiré du processus des savoirs « techniques » et des savoir-faire quant à la façon d'organiser de telles sessions. Nous avons notamment identifié plusieurs défis en matière de processus ; celui-ci à nos yeux est au moins aussi important que le résultat final, le plan d'aménagement, dont le devenir est incertain car il relève du politique.

57En ce qui concerne le travail en collaboration, il est apparu assez facile d'obtenir un consensus sur un diagnostic et sur les problèmes, assez facile aussi, en un sens, de dessiner sur la carte, de l'annoter ou de faire des propositions concrètes, mais beaucoup moins facile de faire tenir ces deux étapes ensemble ! Les propositions doivent constituer des réponses aux problèmes. Or il semble plus facile de proposer de nouveaux développements résidentiels plus respectueux de l'environnement que de réparer les erreurs du passé. Cela dit, dans une perspective de vieillissement et même de diminution de la population, l'enjeu est dans le réaménagement beaucoup plus que dans l'aménagement.

Figure 4 : Esquisse pour Sainte-Foy, premier jour de la session intensive de travail

Figure 4 : Esquisse pour Sainte-Foy, premier jour de la session intensive de travail

58Penser à l'échelle de l'agglomération apparaît aussi comme un exercice beaucoup plus exigeant que de réfléchir à celle de l'arrondissement. Les propositions restent plus abstraites, tout comme d'ailleurs le diagnostic. De plus, certaines zones sensibles sont apparues au cours du processus qui ne faisaient pas partie au sens propre du territoire à l'étude, mais dont il était nécessaire de tenir compte : les franges entre le centre et les premières couronnes et entre celles-ci et les banlieues plus lointaines.

59Les défis du travail en commun sont importants. Il est impossible de travailler avec « tous » en même temps... La collaboration n'équivaut pas à une participation massive. Comment alors s'assurer que le processus ait un sens « démocratique » ? À quels moments du cycle itératif « diagnostic-objectifs-proposition » et pour quelle échelle territoriale intégrer les compétences des quatre groupes que notre perspective veut faire se rencontrer : les chercheurs universitaires, les architectes et aménagistes, les experts (administrateurs fonctionnaires et ingénieurs) et les citoyens. Il y a ici, au-delà des questions de logistique, des questions théoriques et politiques sur la participation. Au cours du processus, le Girba s'est fait le porte-parole de divers groupes, par l'intermédiaire des enquêtes et tables-rondes qu'il a menées, mais cela ne remplace pas la participation directe de ces groupes.

60Malgré notre bonne volonté, les résultats de la charrette de novembre 2003, deux ans plus tard, n'ont pas encore été déposés sur notre site. Notre objectif était de réaliser un document synthèse (disponible en format papier et électronique), mis en forme par notre équipe, mais signé par tous les participants, qui pourraient l'utiliser dans leurs propres activités comme document de travail, de consultation, voire de pression. Mais le roulement du personnel chez les étudiants "seniors" et les horaires chargés des universitaires ont retardé le processus. Ce qui, au moment de tenir des rencontres apparaissait un "avantage comparatif" : le caractère neutre et indépendant des universitaires, la petitesse de l'équipe et la souplesse de son fonctionnement lui permettant de réagir rapidement, est apparu comme une contrainte lourde au moment du suivi. Encore une fois, force et faiblesse ici sont indissociables.

Conclusion : nouveaux chantiers

61Cette démarche d'aménagement en collaboration a permis la mise en forme d'une nouvelle vision de la banlieue pavillonnaire ; diagnostic et propositions ont fait apparaître la complexité de celle-ci, au-delà de l'image d'arrondissements « sans problème ».

62L'utilisation de support visuel (les cartes à grande échelle, essentiellement) a constitué un des points forts de la démarche, tant au moment du diagnostic proprement dit qu'à celui de l'élaboration des propositions. Cela permet par exemple de passer des statistiques sur la pauvreté à des zones de pauvreté bien précises. De plus la présence d'architectes et de designers dans l'équipe donne la possibilité de traduire visuellement les propositions, et s'il pouvait apparaître fantaisiste a priori de transformer une autoroute en boulevard, le dessin précis de ce « nouveau » boulevard a convaincu les sceptiques de la faisabilité de l'opération.

63Les documents écrits ont peu servi au cours des rencontres, mais plus comme prolongement à celles-ci. Les présentations ont été importantes pour le partage d'information, mais confinent à la passivité, par opposition, le travail avec les cartes a permis à tous les participants d'avoir un rôle actif et de s'approprier le territoire de la ville au-delà des idées reçues.

64Cela nous amène d'autre part à travailler encore davantage à ces supports visuels. Nous avons mentionné plus haut l'importance que l'avenir des banlieues pavillonnaires ne saurait se décider en l'absence des résidents. Si les chercheurs, fonctionnaires, quelques élus et représentants de divers groupes et associations ont débattu de l'avenir de ces banlieues, il convient d'élargir le débat. Cela oblige à développer des outils de simulation et de représentation des données sur le milieu. Des textes (livres et articles) ne sauraient suffire. Il faut aussi développer des outils visuels (exposition itinérante) et interactifs (vidéos, sites web).

65Au fil du processus, la banlieue est devenue pour les administrations municipale et provinciale un lieu possible d'intervention et de réaménagement urbain. Ceci est crucial, car le laisser-faire pourrait encourager la poursuite de l'étalement, ce qui, faut-il le répéter, dans un contexte de vieillissement de population, pose des problèmes immenses. Si de nouveaux quartiers se développent en périphérie, d'autres plus anciens et plus centraux se videront. Aussi avons-nous entrepris une nouvelle enquête auprès des résidents des banlieues plus lointaines pour savoir ce qui les y attire.

66La démarche de design urbain en collaboration dont nous venons ici de retracer les étapes, a valeur autant pour la démarche que pour le résultat. Plusieurs participants ont insisté sur l'utilité de synthétiser l'essentiel de la démarche en un guide pratique d'aménagement et de design en concertation. Ce guide, en préparation, sera accessible à un large auditoire, et comprendra trois sections : une première expliquant les approches participatives et leur bien-fondé ; une seconde décrivant de manière très concrète les techniques, instruments et procédures avec des exemples de protocoles ; une troisième présentant des études de cas.

67Par ailleurs, notre équipe a entrepris une nouvelle démarche d'aménagement en collaboration, dans un sous-secteur bien précis de l'arrondissement Sainte-Foy-Sillery, la zone immédiatement à l'est de la Cité universitaire de Québec, le projet d'aménagement du campus, territoire est, ou Pacte. Forte de l'expérience préalable, la démarche en apparaît très claire dès le départ et est clairement exposée sur le site du projet (www.pacte.ulaval.ca/).

68Elle se structure en quatre points :

69- information et échanges;

70- diagnostic et prospective ;

71- stratégie et choix et

72- conception.

73Chaque étape est caractérisée par la participation de certains acteurs, une forme de rencontre et de résultats attendus.

74Bref, la démarche d'aménagement en collaboration a permis la production de savoirs sur la ville (textes, cartes, plans), de savoirs sur les processus de concertation, l'établissement et la consolidation de réseaux professionnels, disciplinaires et interdisciplinaires, et surtout une nouvelle vision de la ville et de son devenir.

Haut de page

Bibliographie

BEAULIEU G. et DESPRÉS C., 2003, Les locataires s'expriment sur leur milieu de vie en banlieue, Mini-colloque des collectivités, École d'Architecture, Université Laval, 3 octobre.

DESPRÉS C. et FORTIN A., 2001, La requalification et la densification des banlieues pavillonnaires au Québec, in SÖDERSTRÖM O., COGATO LANZA E., LAWRENCE R.J. et BARBEY G. (dirs), L'usage du projet. Pratiques sociales et conception du projet urbain et architectural, Lausanne, Payot, p. 147-161.

DESPRÉS C., BRAIS N. et AVELLAN S., 2004, Collaborative planning for retrofitting suburbs. Transdisciplinarity and intersubjectivity in action, Futures, 36, 4, p. 471-486.

FAURE A., 2003, Montréal, l'île laboratoire. Les politiques publiques à l'épreuve du bien commun urbain, Canadian Journal of Urban Research/ Revue canadienne de recherche urbaine, 12, 1, p. 35-57.

FORTIN A., 1982, Au sujet de la méthode, in DUPUIS J.-P., FORTIN A., GAGNON G., LAPLANTE R. et RIOUX M., Les pratiques émancipatoires en milieu populaire, Québec, IORC, p. 79-122.

FORTIN A., 1987, Au sujet du savoir, in DESLAURIERS J.-P. et GAGNON C. (éd.), Entre le savoir et l'action : choix éthiques et méthodologiques, Chicoutimi, GRIR, Université du Québec à Chicoutimi, p. 47-73.

FORTIN A., 1991, La participation des comités de citoyens au mouvement communautaire, in GODBOUT J.T. (dir.), La participation politique, Québec, IQRC, p. 219-250.

FORTIN A., 1999, Affirmations collectives et individuelles », in DE KONINCK M.-C. et Pierre LANDRY P. (dirs), Déclics art et société. Le Québec des années 1960 et 1970, Québec et Montréal, Musée de la Civilisation, Musée d'Art contemporain et Fides, p. 11-47.

FORTIN A., DESPRÉS C., VACHON G. (dirs), 2002, La banlieue revisitée, Québec, Nota bene, 302 p.

GIRBa, 2003a, Volet participatif, automne 2002, Recueil de comptes rendus et de présentations, Québec, École d'Architecture, Université Laval, 358 p.

GIRBA, 2003b, Volet participatif, hiver 2003, Recueil de comptes rendus et de présentations, Québec, École d'Architecture, Université Laval, 245 p.

GODBOUT J. T. (din), 1991, La participation politique, Québec, IQRC, 301 p.

GODBOUT J. T., 1987, La démocratie des usagers, Montréal, Boréal, 190 p.

HABERMAS J., 1984, The Theory of Communicative Action, volume 1. Reason and the Rationnalization of Society, Boston, Beacon Press, 465 p.

HABERMAS J., 1987, The Theory of Communicative Action, volume 2. Lifeworld and System. A Critique of Functionalist Reason, Boston, Beacon Press, 457 p.

HAMEL P., 1999, La consultation publique et les limites de la participation des citoyens aux affaires urbaines, Recherches sociographiques, XL, 3, p. 435-466.

HEALEY P., 1997, Collaborative planning, Houndmills, Royaume-Uni, McMillan Press, 338 p.

INNES J. E., 1996, Planning through consensus building. A new view of the comprehensive planning ideal, Journal of the American Planning Association, 62, 4, p. 460-472.

INNES J. E. and BOOHER D., 1996, Consensus building and Complex Adaptative Systems. A Framework for Evaluating Collaborative Planning, Journal of the American Planning Association, 65, 4, p. 412-423.

LAROCHELLE P., DESPRÉS C., DUBÉ C., PICHÉ D., VACHON G., ZWIEJSKI J., 1998, Plan intégré de requalification et de développement du secteur Saint-Denis à Sainte-Foy, Charrette de design urbain, École d'architecture, Université Laval, 22 p.

LASCOUMES P. et LE BOURHIS J.-P., 1998, Le bien commun comme construit territorial. Identi­tés d'action et procédures, Politix, 42, p. 37-66.

NEMBRINI A. et JOERIN F., 2003, Un processus participatif de diagnostic de quartier : le quartier de Saint-Jean à Genève, in DEBARBIEUX B. et LARDON S. (dirs), Les figures du projet territorial, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, p. 213-223.

PARADIS D. et FORTIN A., 2003, L'enquête internet sur l'avenir des quartiers de banlieue, Mini-colloque des collectivités, École d'Architecture, Université Laval, 3 octobre 2003.

PARADIS D. et AVELLAN S., 2003, Le point de vue des aînés, des jeunes et des immigrants rencontrés lors de groupes de discussion à propos de l'aménagement de leur quartier, Mini-colloque des collectivités, École d'Architecture, Université Laval, 3 octobre 2003.

RACICOT P., 1969, Aire 10, Mémoire de maîtrise en sociologie, Université Laval, 61 p.

ROBERT L., RACICOT P., 1972, La politique de rénovation urbaine : le cas québécois. Une ville à vendre, Québec, Conseil des œuvres et du bien-être de Québec, 331 p.

SIMARD J.-J., 2005, L'Éclosion. De l'ethnie-cité canadienne-française à la société québécoise, Sillery, Septentrion, 350 p.

SÔDERSTRÔM O., COGATO LANZA E., LAWRENCE R. J., BARBEY G., (dirs), 2000, L'usage du projet, Lausanne, Payot, 187 p.

TRUDELLE C., 2003, Au-delà des mouvements sociaux : une typologie relationnelle des conflits urbains, Cahiers de géographie du Québec, p. 223-242.

VACHON G., à paraître en 2006, Design and conservation in Québec City's rural-urban fringe. The Case of Lac-Beauport, in CADIEUX V. et TAYLOR N. (eds), The Exurbs. Sprawl and the ideology of nature, Boulder, University Press of Colorado.

Haut de page

Annexe

Encadré : Objectifs de la session intensive finale des 6 et 7 novembre 2003

1 À l'échelle de l'agglomération (macro)

Rappeler les moyens prioritaires d'intervention identifiés le 3 octobre, pour l'ensemble de la couronne de banlieues.

2. À l'échelle des arrondissements (meso)

- Valider les objectifs spécifiques de design pour les arrondissements de Sainte-Foy-Sillery, Les Rivières, Charlesbourg et Beauport et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre.

Concevoir des plans d'aménagement et élaborer des mesures de contrôle pour chaque arrondissement en lien avec les objectifs et les critères d'aménagement développés.

3. À l'échelle de sous-secteurs ciblés (micro)

- Évaluer des propositions d'aménagement concrètes élaborées à l'École d'architecture pour des sous-secteurs ciblés de chaque arrondissement

- Élaborer les grandes lignes de plans intégrés d'aménagement

Les connaissances sur la ville et ses arrondissements issues de ces rencontres représentent plus que la somme des compétences individuelles des participants, grâce aux allers et retours entre la théorie et la pratique, et entre divers types de savoirs. Le design urbain en collaboration ne consiste en effet pas à passer du top-down au bottom-up, mais à créer des allers et retours entre les objectifs et les solutions et entre les échelles d'intervention. Lors de la rencontre finale, on pouvait aussi bien pointer des intersections où rajouter des feux pour piétons, que délimiter un périmètre précis où des immeubles à logement pourraient être l'objet d'un projet-pilote de rénovation en collaboration avec des coopératives, tracer l'itinéraire d'un nouveau parcours d'autobus que redessiner en détail une autoroute pour la transformer en boulevard.

Haut de page

Notes

1  * Merci à Sergio Avellan pour ses commentaires sur une version préliminaire de ce texte.

2  Nous emploierons ici comme synonymes les termes « design urbain » et « aménagement urbain ».

3  Il est né de l'association entre Carole Després, professeure à l'École d'architecture de l'Université Laval, et Andrée Fortin, professeure de sociologie à la même université, auxquelles se joignait en 2000 Geneviève Vachon, également professeure à l'École d'architecture. GianPiero Moretti, professeur à l'Ecole d'Architecture et Florent Joerin, professeur en Aménagement etdu territoire et formé et génie rural, se sont joints au GIRBa au printemps 2003 . (www.girba.crad.ulaval.ca).

4  - Elle se distingue aussi de celle des Commissions d'aménagement ou des consultations publiques qui ne font que recevoir des mémoires, puisque l'objectif est de produire un plan d'aménagement et tout le long du processus, le travail collectif se poursuit.

5  Désormais ministère des Affaires municipales et des régions,

6  Cette liste n'était pas préétablie. Nous l'avons ici reconstituée à partir du travail fait en atelier. Cela correspond globalement à la légende des cartes-diagnostic.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’agglomération de Québec
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8460/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Figure 2 : Diagnostic pour l’ensemble des quatre arrondissements
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8460/img-2.png
Fichier image/png, 2,8M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8460/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 3 : Critères et objectifs de design, arrondissement de Charlesbourg
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8460/img-4.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Figure 4 : Esquisse pour Sainte-Foy, premier jour de la session intensive de travail
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8460/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrée Fortin, Carole Després et Geneviève Vachon, « Design urbain en collaboration. Bilan et enjeux », Géocarrefour, vol. 80/2 | 2005, 145-154.

Référence électronique

Andrée Fortin, Carole Després et Geneviève Vachon, « Design urbain en collaboration. Bilan et enjeux », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/2 | 2005, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8460 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8460

Haut de page

Auteurs

Andrée Fortin

Département de sociologie Université Laval, Québec, Canada, G1 K 7P4 andree.fortin@soc.ulaval.ca

Carole Després

Professeure, École d'architecture Université Laval, Québec, Canada, G1 K 7P1 carole.despres@arc.ulaval.ca

Geneviève Vachon

Professeure, École d'architecture Université Laval, Québec Canada, G1K 7P4 genevieve.vachon@arc.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page