Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Geneviève Bédoucha, Les liens de l'eau. En Brenne, une société autour de ses étangs

André Buisson
p. 64
Référence(s) :

Bédoucha G., 2011, Les liens de l'eau. En Brenne, une société autour de ses étangs, Paris, co-édition QUÆ Éditions et Editions de la Maison des sciences de l'homme, collection Natures sociales, 688 p.

Texte intégral

1La Brenne aux mille étangs, fait l’objet d’un livre édité en 2011. L’auteure, spécialiste de la gestion de l’eau dans les territoires arides (Sahara, Yémen), nous rend compte d’une enquête menée sur le long terme autour des rapports entre gestion de l’eau et société dans un petit monde enclavé. Les dates de début et d’achèvement de l’enquête en disent long sur la patiente étude présentée ici. L’ouvrage qui en est le fruit est un très fort volume de 688 pages, dense et passionnant. Ce pays d’en France du Centre, entre Poitou, Touraine et Berry, s’est forgé une histoire faite d’isolement, tout comme la Dombes sa semblable. Il fallait une immersion complète, un engagement personnel fort, pour vaincre les « réticences » et briser les silences des habitants… « Les Brennous, ils sont méfiants » (comme il a été rapporté à l’ethnologue, p. 30) ; c’est chose faite, et l'opiniâtreté de l’auteure a payé : l’introduction de l’ouvrage, écrite dans le style d’un journal de bord, en donne les preuves, notamment par le nombre de remerciements.

2L'ouvrage se décline ensuite en trois parties : « L'espace d'une société », « Les liens de l'eau » et, enfin « Autour de l'étang, une société qui se resserre ».

3La première partie a pour but de présenter la Brenne, dans ses particularités géologiques et dans son évolution historique. La Brenne est en effet un terroir précieux, d'environ 50 000 hectares pour une dizaine de communes, 750 étangs « historiques » et de nombreux autres, un conservatoire des traditions, déjà labellisé par la création d’un Parc naturel régional en 1989, puis par son inscription sur la liste des zones humides protégées de la convention de Ramsar en 1991. Ce territoire, à l'écart des grands axes de circulation jusqu’à la création d’une voirie de désenclavement sous le second Empire, reste encore aujourd’hui, malgré les dernières mutations de la société contemporaine, héritier et jaloux gardien de traditions multi-séculaires. Le pays de Brenne s'identifie ainsi aux spécificités de sa terre argileuse : la mauvaise terre est la qualité de la vraie Brenne (l'origine même du nom fait problème : saltus Brionis ou simplement « le bren » ? ( cette dénomination médiévale de la m... comme le proposait La Tramblais dans son discours de 1837). Ses sols, qui collèrent aux bottes de Gargantua ( !), font que la Brenne, terre d’eau, est tour à tour brûlée par le soleil et noyée par les pluies piégées dans les moindres creux. Seuls les Brennous de sang peuvent y vivre, comme le confirme l'échec cuisant de l'implantation de migrants (venus de Belgique et du nord de la France principalement) après 1945, lorsque la mutation du métayage au fermage a vidé les campagnes... l'échec de nouvelles méthodes agricoles pourtant bien adaptées ailleurs a condamné ces derniers à s'adapter aux traditions locales... C'est le « devenir Brennous » par l'adoption des modes de culture ancestraux, à tel point que se faire traiter de Brennous peut être parfois vu comme une insulte ! (si l'on est d'ailleurs).

4La formation historique de cette terre d'étangs montre là aussi des parallèles très nombreux avec la Dombes: tout d'abord, l'origine des étangs se perd dans la nuit des temps ; ensuite, le relief très particulier de ce terroir, fait de faibles creux piégeant naturellement l'eau de pluie, favorise le développement d'étangs « spontanés », que des abbayes (de Méobec ou de Saint-Cyran) aménagent. Rapidement, des seigneuries laïques (seigneurie de Mézières) s'installent à côté de ces domaines ecclésiastiques pour composer les premiers réseaux d'étangs et utiliser cette composante comme un élément essentiel de la richesse, par les revenus considérables générés par la pisciculture (les revenus sont détaillés lors des évaluations des dégâts occasionnés par les guerres). Rapidement, l'utilité d'organiser les étangs en chaînes est remarquée et des coutumes s'établissent, suivant le droit seigneurial : « chacun peut faire étang, pourvu que ce soit sans préjudice du droit du seigneur ou d'autrui ». L'étang devient le ciment des « liens d'homme à homme », jusqu'à ce que l'on confirme l'utilité d'organiser des étangs en « chaînes », et que la coutume, là encore, vienne fixer les droits et devoirs de chacun des propriétaires de l'eau.

5Comme ailleurs, les liens sont forts entre lieux de production et villes de consommation du poisson d'eau douce : pour la Sologne, ce sont les villes de Blois, Orléans, Tours, Paris ou Bourges, pour la Dombes, ce sont Lyon, Mâcon, Genève ou Chambéry, pour la Brenne, ce sont Tours ou Poitiers. Des chemins sont tracés dans ce but d'approvisionnement, d'autant plus que le calendrier multiplie les jours maigres...

6De là vient l'expression « les liens de l'eau » (seconde partie) : tout est contrainte dans la gestion de l'eau, en Brenne (comme en Dombes) ; le calendrier des pêches, la crainte de l'inondation, de la pénurie d'eau. De la contrainte naît la solidarité. L'étang d'en bas est prioritaire sur l'étang d'en haut, mais dans les conditions du respect des droits de l'autre !

  • 1  De Patrice Lecomte, 1996, avec Charles Berling, Jean Rochefort, qui raconte l'histoire de la quere (...)

7L'histoire est faite de hauts et de bas, d'eaux et de secs ! Cette rigueur de la vie en Brenne est encore soulignée par la faible espérance de vie de la population et, dès l'époque des Lumières, pour lutter contre les maladies endémiques, on oscille entre continuité et assèchement des étangs ; cela vient éclairer de belle manière les derniers reflets d'une société déjà mise en scène pour la Dombes dans le film de Patrice Leconte « Ridicule »1. Après la crise traversée par la région durant la Révolution et sa volonté d'assécher les étangs (le cas très emblématique de l'étang dit « la mer rouge » est très bien décortiqué), à la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, la Brenne est sauvée par les concours agricoles et les sociétés d'agriculture qui encouragent la bonification des domaines... Le rôle des propriétaires est là encore à souligner, de même que la prise en compte économique des étangs : l'étang est « réservoir de vie et d'argent » (p. 319) et la pisciculture scientifique se développe. Mais attention à respecter l'équilibre traditionnel entre les étangs et le bétail (car les queues d'étangs sont mis à profit pour le pâturage et l'abreuvage des bovins). L'introduction du faucardage, à partir de 1920, va faire croître de plus de 50% le rendement piscicole des étangs. Enfin, depuis les années 1970, la mode est à nouveau à la création d'étangs (dont la superficie passe de 11 à 20% du territoire de la commune de Saint-Michel-en-Brenne) avec tout ce que cela apporte de perturbations dans le système traditionnel de gestion de l'eau. Ainsi, si les étangs apportent la richesse, les propriétaires se doivent d'être attentifs à l'organisation de leurs propriétés autour des réseaux d'étangs, en chaînes, dans lesquelles chaque pièce d'eau a son rôle dans la croissance du poisson ; mais également où chaque terroir a sa spécialité : aux étangs à fond sableux correspondent les élevages de poisson blanc, aux étangs tourbeux l'élevage de la carpe. Tout cela est contraignant et nécessite une discipline traduite dans la coutume : un étang lessivé par une vidange trop rapide devient stérile pour plusieurs années, ainsi il est plus que nécessaire de s'entendre entre propriétaires au sein d'une même chaîne d'étangs. Comme en Dombes, toute l'eau est nécessaire pour remplir les étangs, une vidange intempestive et non programmée dans la chaîne et c'est un déficit en eau pour l'ensemble des étangs du bas.

8La troisième partie, « Autour des étangs, une société qui se resserre » est consacrée à l'étude des liens sociaux établis par la tradition et renforcés chaque année par les événements que sont la pèche de l'étang ou les travaux d'entretien. Elle montre que la société s'est façonnée autour de ces temps forts, et que les propriétaires renforcent ces liens chaque année par la distribution de privilèges, ceux de participer à la pèche. Mais attention, un mot peut en cacher un autre : le privilège de participer à une pèche d'étang cache l'effort nécessité par cette journée de travail, et dissimule également l'engagement moral de l'invité à participer à d'autres corvées autour de l'entretien de l'étang.

  • 2  Cf. notre compte rendu de : Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale, MANC (...)

9Tout au long de l'ouvrage, on note une grande similitude avec d'autres régions d'étangs, comme la Dombes22, par exemple : le cœur de Brenne est la Brenne mouillée, comme on connaît la Dombes humide (par opposition à la Dombes sèche), le vrai Brennou est un « mangeur de carpe », il est issu d'une famille de métayers, chez qui la carpe était un élément essentiel de la nourriture. Si l'on a souligné les nombreuses similitudes avec la Dombes, il est aussi nécessaire d'en signaler les différences ; en matière d'alternance entre assec et évolage, en Brenne, l'assec n'a lieu qu'une fois tous les neuf ans, au lieu de trois en Dombes ; quant à la propriété de l'étang, en Dombes on distingue le propriétaire de l'eau, unique durant toute la période d'évolage, des propriétaires de l'assec, qui se partagent les terres inondables, alors qu'en Brenne, le propriétaire de l'étang est unique, pour l'évolage comme pour l'assec. En termes de vocabulaire, à la bonde brennouse correspond le thou dombiste... mais dans ces deux régions, le rôle du savoir populaire est fondamental : chaque étang a son histoire, sa technique et sa vitesse de vidange, tout cela correspond à la coutume locale, et le savoir se transmet de père en fils.

10Il fallait, pour donner au grand public les clés d'accès à cette région secrète, une illustration originale. Elle est fournie par un cahier central de 64 photos couleur, 23 cartes et des photographies noir et blanc dans le texte. Si l'on devait formuler un reproche, ce serait dans la petitesse de ces documents qui nécessitent pour leur consultation une très grande attention. On notera l'existence d'inévitables redites, entre des chapitres dont les centres d'intérêt se recoupent régulièrement, mais on gardera surtout l'agréable impression d'un ouvrage aisé à lire, et d'une considérable source documentaire.

Haut de page

Notes

1  De Patrice Lecomte, 1996, avec Charles Berling, Jean Rochefort, qui raconte l'histoire de la querelle autour des zones humides de la Dombes.

2  Cf. notre compte rendu de : Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale, MANCERON V., 2005, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, coll. Ethnologie de la France, 258 p., dans Géocarrefour, 80.1, 2005, p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Geneviève Bédoucha, Les liens de l'eau. En Brenne, une société autour de ses étangs », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 64.

Référence électronique

André Buisson, « Geneviève Bédoucha, Les liens de l'eau. En Brenne, une société autour de ses étangs », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 30 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8458

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page