Navigation – Plan du site
Articles

Hommes et Terres du Nord : de la région aux territoires en mouvement

Hommes et Terres du Nord : from the region to evoluting territories
Patrick Picouet
p. 213-218

Résumés

L’article présente brièvement l’histoire de la revue Hommes et Terres du Nord, depuis sa création en 1963 jusqu’à son renouvellement en 2005. Plusieurs périodes marquent ces années de publication. Elles soulignent l’évolution de ses périmètres géographiques et scientifiques, et les variations de ses soutiens financiers et institutionnels. Revue régionale de géographie (1963-1972) puis revue de géographie régionale (1973-1991), elle devient progressivement plus généraliste (1992-2005) en perdant ses soutiens financiers industriels d’origine mais en développant ses relations institutionnelles régionales. Comment une revue de géographie construit-elle sa scientificité au risque de disparaître ou de se perdre ?

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

Introduction

1Comme l’écrit J.-P. Renard (1998), « une revue, c’est un peu comme un territoire : sa création, délimitation, dénomination et son appropriation se font à partir d’un projet « politique », d’une équipe de personnes convaincues et dévouées constituant le noyau initiateur, d’un réseau d’acteurs et de partenaires en cours d’élargissement progressif, d’un budget diversifié et d’une reconnaissance scientifique et sociale qui se construit à partir d’articles de qualité et articulés à des questions de société intéressant un public relativement large ». L’analyse des numéros et articles parus dans Hommes et Terres du Nord de 1963 à 2005, en consultant les Tables générales de la revue publiées en 2007, permet de dégager quelques étapes de son histoire, marquées par une évolution de sa territorialité et de sa géographicité. La revue régionale de géographie des origines devient progressivement une revue de géographie plus généraliste avec tous les aléas que cette évolution représente.

Aux origines de la revue « Hommes et Terres du Nord »

« Une revue consacrée à la connaissance de la région du Nord »

2C’est ainsi que P. Pinchemel définit le projet initial de la revue, dans son premier éditorial de 1963. Jusqu’à cette année, la géographie lilloise doit beaucoup à la présence de personnalités et à la durée des rares enseignants géographes. Ils contribuent par leur travail et souvent, leur audace, à la reconnaissance de la géographie au sein des structures universitaires et du milieu régional (Bruyelle, 1998). Isolés dans le seul Institut de Géographie au Nord de Paris, ils publient quelques-uns de leurs travaux dans le Bulletin annuel de la Société de Géographie de Lille puis, à partir de 1952, avec l’autorisation des collègues historiens, directeurs de la « Revue du Nord » dans l’un de ses quatre numéros trimestriels.

3Pour le Président et les membres du comité de rédaction de la nouvelle revue (A. Gamblin, P. Flatrès, J-P. Angrand et P. Bruyelle), la région méritait mieux que deux numéros annuels pour une connaissance non seulement théorique mais pratique du Nord. Hommes et Terres du Nord naît donc de la fusion des deux revues.

4Comme le rappelle P. Pinchemel, « c’est volontairement que le mot géographie ne figure pas dans le titre de la revue. Elle se veut d’abord la revue de la région du Nord, ouverte à tous ses aspects, tous ses problèmes humains, économiques ». A cette échelle, la référence aux « Hommes » et aux « Terres du Nord », souligne le lien très fort, l’ancrage des hommes dans ces terres qui représentent aussi bien la région, le territoire, les milieux et les espaces.

Une revue au fort ancrage régional

5Durant les années 1970, une douzaine de grandes entreprises régionales sont citées en page de couverture de la revue : les Houillères du Nord-Pas-de-Calais, la Chambre régionale de Commerce et d’Industrie, le Crédit du Nord, la banque Scalbert, la Voix du Nord, Usinor, etc. Leurs présences soulignent l’influence presque séculaire de la Société de Géographie dans la vie lilloise et dans la région. Dès la fin du XIXe s., elle a été présidée par des industriels, des notables lillois étroitement associés à des universitaires. Lors de son lancement en 1963, la Société de Géographie de Lille financée par les grandes entreprises, est coéditrice de la revue. Celle-ci bénéficie donc, outre d’une forme de mécénat, de la notoriété de la Société et de sa vocation reconnue à diffuser des connaissances géographiques.

« Hommes et Terres du Nord » : une revue régionale de géographie

6A l’origine, le contenu de la revue est divisé en trois rubriques, les articles, les chroniques et les comptes rendus, ces deux dernières étant les plus importantes car l’une des missions de la publication est l’information. De ce point de vue, elle renouvelle sans doute un lien ancien entre les acteurs régionaux et le monde académique.

7L’analyse du nombre d’articles et de la répartition géographique des thèmes étudiés permet de distinguer plusieurs périodes dans l’histoire de la revue. Elle souligne initialement l’arrimage territorial fondamental de la revue : le Nord et le Pas-de-Calais sont au cœur des études publiées (fig. 1). De 1963 à 1967, les articles qui leur sont consacrés représentent 70 % sur un total de 44. De 1968 à 1972, ils forment encore 60% pour un total de 40 publiés (fig.2). Pendant ces deux périodes, le grand nombre de chroniques (60 au total) raconte la vie régionale, par exemple le commerce du vin à Saint-Omer ou la rénovation du Quartier Saint-Sauveur à Lille (Bruyelle, 1967). La revue est donc bien alors une revue régionale de géographie qui s’attache à faire connaître la « région du Nord » à travers ses chroniques. Elle publie essentiellement des articles de géographie humaine sous l’influence des séminaires de recherche dirigés par les titulaires des chaires de géographie rurale (P. Flatrès), de géographie urbaine (P. Pinchemel) et de géographie industrielle (J.-P. Moreau).

8Toutefois, la quasi-disparition des chroniques dans la deuxième période annonce une évolution importante de la politique éditoriale, l’élargissement relatif du périmètre géographique de la revue et l’affirmation renouvelée de son caractère scientifique alors que la géographie développe de nouveaux paradigmes. Symbolique de cette évolution est l’installation des géographes en 1972-1973, sur le campus de l’université des sciences et technologies de Lille avec ses laboratoires.

Figures 1, 2, 3 :Répartition géographique des articles en pourcentage du total

1963 – 1967,1968 – 1972, 1973 - 1979

La croissance de la revue de 1973 à 1991 : dispersion des espaces et diversification des thèmes

L’affirmation d’une revue de géographie plus généraliste

9La revue, au format renouvelé et au volume étoffé, augmente le rythme de ses publications qui passe de deux (années 1970) à quatre numéros par an (années 1980).

10Elle consacre dorénavant moins de 50% des articles au Nord ; durant la période 1973-1979, ils ne regroupent plus que 45% des articles sur les 80 publiés (fig. 3) et le déclin se poursuit entre 1980 et 1991 : ils ne sont plus que 36% sur un total de 307 (fig. 4). La revue adopte une nouvelle ligne de publication permettant la parution de numéros consacrés à une région, un Etat… Nous pouvons distinguer des volumes qui soulignent la diversité des échelles spatiales (Renard, 1998) :

  • les espaces infra-régionaux tels le pays minier, l’Avesnois-Thiérache, la métropole lilloise,

  • les régions institutionnelles, Nord-Pas-de-Calais, Picardie.

  • Les Etats, France, Belgique, Pays-Bas, Pologne, Etats-Unis, Canada, Irlande, RFA puis Allemagne,

  • Les espaces internationaux ou transnationaux, telles les régions de fortes densités…

Figure 4 : Répartition géographique des articles en pourcentage du total, 1980-1991

Figure 4 : Répartition géographique des articles en pourcentage du total, 1980-1991

11La dispersion des espaces, observée sur les cartes, est liée à la croissance des effectifs d’enseignants-chercheurs durant les années 1960-1970 (18 en 1969) et à la diversification de leurs espaces et thèmes de recherche tels que le Canada ou les milieux polaires et subpolaires. Elle s’explique aussi par le redéploiement universitaire ; longtemps isolée à Lille, dans l’Université d’Etat et au sein de l’Université catholique, la géographie essaime d’abord à Amiens où l’Université de Picardie est mise en place en 1971, puis elle participe à la création d’enseignements dans les antennes qui deviennent les universités de Valenciennes (1978), d’Artois et du Littoral en 1992.

12Elle est portée par la logique des programmes de recherche dont la dimension internationale devient indispensable pour comprendre les concurrences entre territoires, acteurs institutionnels et entreprises. De nombreuses opérations concernent les pays de l’Europe du Nord-Ouest. L’évolution éditoriale traduit donc le dynamisme de la discipline et des géographes d’un Nord « élargi » dans le contexte général du renouveau de la géographie française, manifeste à partir de ces années-là. Les débats et les conflits qui animent la géographie lilloise font osciller la revue entre l’arrimage ancien et les horizons nouveaux.

Une revue de géographie régionale et d’aménagement

13S’il y a bien dispersion géographique relative des articles publiés, ceux consacrés au Nord restent les plus nombreux en valeur absolue ; entre 1980 et 1991, 109 articles traitent du Nord-Pas-de-Calais. Fidèle à ses objectifs d’origine, la revue poursuit les publications d’articles régionaux.

14P.Pinchemel, A. Gamblin et P. Flatrès ont, par leur engagement personnel, mis en place des liens très forts avec l’aménagement du territoire naissant. Les jeunes enseignants-chercheurs de la nouvelle génération développent naturellement des partenariats avec les acteurs de l’action régionale, de l’aménagement et de la culture urbaine (Thumerelle, 1998). Avec la décentralisation et les perspectives du « développement local », les relations entre l’UFR de Géographie et sa région se multiplient tout en se diversifiant et en se spécialisant afin de répondre aux problèmes régionaux. Les articles de la revue font écho aux nombreux travaux consacrés à la place du tourisme dans le développement local (1987, 4) aux nouvelles dynamiques économiques dans les pays miniers (1989, 4), à la création du tunnel sous la Manche (1988, 1 et 2), etc.

15Le dynamisme scientifique de la revue est toutefois perturbé à la fin des années 1980 par la disparition de ses principaux soutiens financiers. La liste des entreprises « mécènes » se réduit puis disparaît de la première page. Quoiqu’il soit difficile d’appréhender l’explication de cette évolution, il est possible de distinguer certaines des causes déterminantes de l’affaiblissement du réseau des partenaires. J.-P. Renard (1998) évoque :

  • les effets de la crise économique pour de nombreuses entreprises qui réduisent toute dépense jugée non rentable,

  • l’évolution d’une géographie qui s’adresse de plus en plus à un public composé de spécialistes, donc peu nombreux,

  • les enseignants des collèges et lycées lisent moins les articles difficilement transposables dans leurs enseignements,

  • l’évolution de la politique éditoriale avec des numéros thématiques à travers lesquels le Nord-Pas-de-Calais est moins visible qu’avant.

16La revue de géographie régionale n’est plus la revue régionale d’antan.

1992-2005 : Une revue soutenue par la Région

La confirmation de l’élargissement géographique

17Pendant cette dernière période de l’histoire de la revue, la dispersion géographique des thèmes publiés est confirmée (fig. 5) ; pour la première fois, la part relative des articles consacrés à la France (24%) ou plus précisément, à des sujets concernant des espaces français autres que la région originelle, égale pratiquement celle des articles du Nord (26%), soit 86 articles dans le premier groupe et 93 dans le second. Les géographes lillois ne sont plus isolés au nord de Paris ; ils ont tissé des liens avec de nombreux collègues de toute la France qui alimentent et enrichissent la revue désormais reconnue parmi les revues françaises.

Figure 5 : Répartition géographique des articles en pourcentage du total,1992-2005

Figure 5 : Répartition géographique des articles en pourcentage du total,1992-2005

18Les partenariats développés entre les géographes de l’académie de Lille et leurs collègues étrangers suscitent la parution de nouveaux numéros thématiques ; la politique éditoriale privilégie les relations anciennes avec les voisins belges (Gand, Liège, Leuven), néerlandais (Rotterdam, Utrecht), allemands (Munster) et anglais (Leeds, Sheffield). L’étude des politiques urbaines favorise les points de vue comparatifs français et anglais (1997, 1) ; la création de l’Eurorégion éveille les regards croisés des Wallons, Flamands et Anglais (1998, 3).

19La nouvelle territorialité de la revue exprime aussi les relations développées avec les géographes canadiens de Vancouver (1997, 3 et 4) ou slovaques de Bratislava (2003, 4).

20L’élargissement de l’assise géographique des articles et des numéros peut être enfin associé à la recomposition des comités de lecture et rédaction, souhaitée par le CNRS et conforme à une recherche géographique de plus en plus internationalisée.

21En matière de publications scientifiques, le réseau régional originel s’étend à quelques équipes françaises et aux pôles de certains pays du Nord qui contribuent au rayonnement de la revue.

Les relations étroites avec le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais

22Durant les années 1990 et 2000, les relations avec les structures chargées de l’aménagement et de l’environnement prennent de l’ampleur et se réalise une nouvelle symbiose entre l’Institut de géographie de Lille et la Région. Les géographes publient un nouvel Atlas du Nord, interviennent dans le cadre du programme DATAR, participent au schéma d’aménagement intégré du littoral français, répondent aux multiples sollicitations et contrats de recherche qui couvrent de nombreux champs de la discipline et jouent un rôle particulièrement important dans la mise en place de la coopération décentralisée lancée par la Région depuis 1992.

23Afin de répondre à toutes les attentes institutionnelles, les géographes ouvrent de nouvelles formations professionnelles et des enseignements techniques comme la télédétection (C. Kergomard).

24L’engagement renouvelé de nombreux géographes de Lille (C. Gachelin, par exemple) et des autres pôles universitaires régionaux dans la géographie appliquée, favorise la reconnaissance de la géographie toute entière dont bénéficie Hommes et Terres du Nord. D’une part, les recherches dans l’aménagement, l’environnement et le développement régional y sont partiellement publiées. D’autre part, la reconnaissance de la Région se traduit par un soutien financier particulièrement important alors que le mécénat a disparu. A partir de 2004, le Conseil Régional fournit une part fondamentale des abonnements à la revue.

25La composition plus internationale des comités de la revue, des relations étroites avec les institutions régionales, un engagement renouvelé des géographes dans le développement local ne suffisent cependant pas pour assurer la pérennité d’une revue scientifique ; les fluctuations de la reconnaissance du CNRS le soulignent : label perdu en 1989, recouvré en 1992, à nouveau perdu en 2004.

Une revue à la structure héritée et fragile

26Au début des années 1990, la structure de la revue est organisée en trois comités, un comité de lecture, un comité de rédaction et un comité de patronage. Cette organisation est héritée des années 1960 et de l’engagement des géographes lillois dans le Nord. Le comité de patronage comporte quelques universitaires, anciens professeurs à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Lille, et surtout de nombreuses personnalités (préfets des deux départements, recteur, présidents des conseils généraux, présidents des universités de Lille 1 et Lille 3, président de la Société de géographie de Lille et ambassadeur de France en Belgique). Comme son nom l’indique, le comité de patronage exerce un parrainage, fournit un appui institutionnel et politique. La structure du comité de rédaction est elle-même héritée : un président, une équipe de rédaction constituée de 3 coordonnateurs, de 5 membres, tous universitaires, et de 13 « autres membres ». Parmi ces derniers, on trouve les représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lille-Roubaix-Tourcoing, de la CCI du Nord-Pas-de-Calais, du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais et de l’INSEE). Les premiers associés et soutiens de la revue sont toujours présents, en particulier la Société de Géographie et l’INSEE. L’équipe rédactionnelle paraît nombreuse même si sa structure souligne le rôle essentiel du président et des trois coordonnateurs. La gestion est confiée à un comité réduit à sa plus simple expression puisque composé d’un directeur de publication et d’une trésorière.

27Fondamentalement, la revue peut afficher ces multiples soutiens régionaux grâce à l’engagement permanent de deux des fondateurs, A. Gamblin et P. Bruyelle (ce dernier, encore président du comité de rédaction en 1998, reste membre de celui-ci et du comité de lecture jusqu’en 2003). Leurs personnalités, leurs connaissances de la région et le poids de leurs réseaux scientifiques et institutionnels contribuent à la reconnaissance nationale voire internationale de la revue. Pratiquement jusqu’à son décès, P. Bruyelle maintient le cap, assure la pérennité scientifique de la revue.

28A la fin des années 1990 et surtout de 2000 à 2003, un comité scientifique complète les structures de la revue conformément aux demandes du CNRS, mais l’équipe rédactionnelle s’amenuise considérablement, passant à 5 membres seulement. Le travail des jeunes chercheurs de Lille 1 qui siègent dans le comité de rédaction aux côtés de P. Bruyelle, J.-P. Renard et C. Kergomard, devient très difficile face à l’ampleur de la tâche : choix des numéros thématiques, organisation des évaluations, contrôle de l’édition, surveillance de l’impression. Les exigences renouvelées d’une revue scientifique de qualité dans le concert des publications nationales et internationales, auraient nécessité l’engagement d’un plus grand nombre de chercheurs.

29L’engrenage menant au déclin, à la fin de la reconnaissance du CNRS, celui-ci peut s’enclencher rapidement lorsque se combinent, vieillissement des structures et disparition des membres fondateurs, diminution des rédacteurs sans successeurs volontaires, moindre qualité des publications et moindre intérêt des chercheurs en quête de revues de référence.

Conclusion

30Remarquable et reconnue pour son ancrage régionale, Hommes et Terres du Nord, a, selon le souhait de ses fondateurs, fait connaître le Nord, grande région industrielle trop longtemps associée aux représentations d’un pays noir, tout en servant de lien entre les acteurs du développement. En diffusant les informations et en présentant les projets, la revue a sans doute été une vitrine de l’évolution régionale ; elle a ainsi bénéficié durablement de l’implication des géographes dans le développement et l’aménagement de la région, tant du point de vue des soutiens financiers que des parrainages institutionnels.

31En élargissant son périmètre géographique grâce à l’enrichissement de son réseau de partenaires nationaux et internationaux, elle a connu une évolution scientifique parallèle au renouvellement de la géographie française. Elle a contribué aux débats multiples consacrés aux concepts de région ou de pays. Cependant, cette « déterritorialisation » a compromis pendant un temps sa pérennité financière.

32Son image a souffert de la disparition des fondateurs à un moment sans doute où, d’une part, les jeunes géographes n’étaient pas suffisamment nombreux et assurés pour prendre le relais, d’autre part, les revues régionales pouvaient paraître moins attractives, un peu datées.

33Quand une équipe rajeunie et plus nombreuse a pu faire face au déclin amorcé des années 2003-2004, elle a commencé par changer le nom de la revue, devenu Territoire en Mouvement comme un signe de rupture avec les traditions initiales et comme une volonté de s’inscrire dans des perspectives futures. Les thèmes de recherche (paysage, développement et territoires, question urbaine, circulations et réseaux, discontinuités) qui ont construit la ligne éditoriale subsistent, mais dans une nouvelle étape de l’histoire de la revue, au périmètre géographique désormais élargi à l’ensemble du monde, selon la volonté des géographes venus de l’ensemble des universités de l’académie et de quelques universités françaises voire étrangères qui constituent dorénavant son comité de rédaction.

Haut de page

Bibliographie

BRUYELLE P., 1967, La rénovation du quartier Saint-Sauveur, chronique et photographie, Hommes et Terres du Nord, n°1, p. h.t.

BRUYELLE P., 1998, L’Institut de Géographie de Lille : cent ans d’évolution, Hommes et Terres du Nord, n°2, p. 63-70.

PINCHEMEL P., 1963, Editorial, Hommes et Terres du Nord, n°1, p. 3-4.

RENARD J.-P., 1998, Hommes et Terres du Nord : déjà 35 ans d’existence, et toujours des projets en tête…, Hommes et Terres du Nord, n°2, p. 103-107.

THUMERELLE P.-J., 1998, Un siècle de recherche en géographie humaine à Lille, Hommes et Terres du Nord, n°2, p. 77-83.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8426/img-1.png
Fichier image/png, 336k
Titre Figure 4 : Répartition géographique des articles en pourcentage du total, 1980-1991
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8426/img-2.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 5 : Répartition géographique des articles en pourcentage du total,1992-2005
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8426/img-3.png
Fichier image/png, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Picouet, « Hommes et Terres du Nord : de la région aux territoires en mouvement », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 213-218.

Référence électronique

Patrick Picouet, « Hommes et Terres du Nord : de la région aux territoires en mouvement », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 30 janvier 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8426 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8426

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Professeur des universités, Laboratoire TVES (EA 4019), UFR de Géographie et Aménagement, Université de Lille 1, Sciences et Technologie Avenue Paul Langevin, 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex patrick.picouet@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page