Navigation – Plan du site
Articles

La Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, de 1930 au début des années 1970

The Revue Géographique des Pyrénéés et du Sud-Ouest : from 1930 to the beginning of the 1970s
Robert Marconis

Résumés

L’article retrace l’histoire intellectuelle et humaine de la RGPSO, depuis sa création par la grand géographe toulousain Daniel Faucher, qui en fut l’animateur jusqu’aux années 1950. Il y défendit et propagea une géographie active et moderne, ancrée dans les réalités et les acteurs de son environnement régional. Les articles de ses nombreux élèves et disciples nourrirent la Revue d’études régionales et pyrénéennes nombreuses, surtout physiques. La Revue fut aussi un organe de diffusion d’informations et de bibliographie soucieux d’efficacité. Dès le début des années 1960 la RGPSO poursuivant une œuvre désormais plus collégiale, agrandit ses perspectives au monde ibérique dans les années 1970 et à des thématiques géographiques dilatées depuis lors. Fidèle à l’héritage de son fondateur, elle demeure soucieuse de rendre compte de façon ouverte des interrogations et développements d’une géographie moderne et en évolution constante.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

  • 1 Quatre-vingtième anniversaire de Monsieur Daniel Faucher, Correspondant de l’Institut, Doyen honora (...)

1La Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO) fut d’abord l’œuvre d’un homme exceptionnel, le géographe Daniel Faucher (1882-1970), qui en assura la direction depuis sa création, en 1930, jusqu’en 1964. Bien qu’il s’en soit défendu, elle porte témoignage du travail pionnier de celui qui fut considéré comme un grand maître, à qui l’on doit la naissance et le développement d’une « école toulousaine de géographie », d’obédience vidalienne. Mais si D. Faucher fit toujours référence au père fondateur de l’Ecole française de géographie, dont il n’avait pas été l’élève, il n’en fut pas prisonnier, manifestant très tôt une grande autonomie dans son enseignement et dans les travaux de recherche qu’il poursuivit, dirigea ou inspira, bien au-delà de ses 80 ans. Un anniversaire célébré avec éclat1 par ses élèves, ses collègues de toutes disciplines, les représentants de l’Etat et des collectivités locales qu’il avait convaincus de l’intérêt d’une « géographie active » au service de la cité, bien avant que la question ne soit posée dans la corporation des géographes français.

  • 2 … aux côtés de Pierre George, André Meynier, Etienne Juillard, Louis Papy, et des « Toulousains », (...)

2Dans les dernières années de sa vie, il eut à cœur de rédiger un grand livre, L’Homme et le Rhône (Gallimard, 1968) où il revenait sur les terres qui l’avaient vu naître et dont l’étude avait nourri ses premières publications. Mais il restait fidèle à Toulouse, au Sud-Ouest, en siégeant par exemple dans le jury2 de la grande thèse sur Les campagnes toulousaines, soutenue le 13 décembre 1965 par Roger Brunet (Brunet, 1965). Pouvait-il en être autrement pour celui qui avait, depuis son arrivée à Toulouse, quarante ans plus tôt, joué un rôle décisif dans la construction d’une connaissance scientifique des Pyrénées et du Sud-Ouest, à laquelle, sa revue, la RGPSO donna la plus large audience, bien au-delà du monde universitaire ?

Daniel Faucher, géographe et citoyen

  • 3 MARCONIS, 2000, Cf. en particulier le chapitre 3, L’affirmation d’une Ecole française de géographie(...)
  • 4 FAUCHER, 1927. La Première Guerre mondiale imposa cette soutenance tardive, car D. Faucher fut mobi (...)

3La création de la RGPSO peut être analysée comme un exemple d’enracinement et de diffusion de la géographie vidalienne dans les grandes universités de province en France (Marconis, 2000)3. Raoul Blanchard a conté dans ses souvenirs la stratégie qu’il adopta pour convertir à la « géographie moderne » ses collègues universitaires et les autorités académiques, mais aussi les professeurs des lycées et rapidement les forces vives de l’économie locale (Blanchard, 1963). C’est dans cette quête qu’il « découvrit » Daniel Faucher. « En tournée d’inspection dans son académie, le recteur Petit-Dutaillis découvre avec stupeur dans la modeste école primaire supérieur de Loriol (Drôme) un jeune professeur d’une valeur exceptionnelle qui s’appelle Daniel Faucher ; il lui dit d’abord que sa place n’est pas ici et qu’il va le faire nommer à l’Ecole normale de Valence, ce qui fut acquis dès la rentrée suivante [1912]. Puis il le pousse à des travaux personnels, choisit avec lui un sujet d’histoire locale à traiter comme mémoire et ajoute : « Allez-voir Blanchard. » Tant pis pour l’histoire, car Faucher a été le premier cas de nombreux étudiants venus à la faculté avec le projet de se spécialiser en histoire et que j’ai inclinés à la géographie (…). Une année passa : le mémoire historique était achevé, mais son auteur s’était converti à la géographie ; d’accord nous convînmes qu’il apprendrait un peu de latin pour décrocher sa licence et qu’en même temps il se mettrait à une thèse de doctorat sur la vallée du Rhône 4. L’acquisition [sic] de Faucher m’était doublement chère car plus encore qu’un élève, j’avais trouvé en lui un ami. ».

  • 5 In Quatre-vingtième anniversaire…, op. cité.

4A la tête de son « labo », le « patron » Blanchard, comme il aimait à se nommer fit une forte impression sur celui qui était de cinq ans à peine son cadet, et qui venait à la faculté pour faire de l’histoire économique de la période révolutionnaire, ce qui, en 1912, paraissait bien téméraire : « J’ai été reçu par une manière d’officier de cavalerie, la moustache longue et cirée, l’œil vif et perçant, plutôt sévère derrière son lorgnon »5. Et c’est bien de façon militaire que R. Blanchard concevait son magistère, présentant ses premiers élèves, Arbos, Bénévent, Pardé, Blache, tous appelés à de belles carrières universitaires : « c’était déjà un bel état-major ». Quant à Gibert, élève instituteur à Valence, que lui présenta ensuite D. Faucher : « je fus conquis par la rectitude morale et intellectuelle du jeune homme ; si bien que je résolus de l’attirer vers la géographie… Il se tint une réunion à l’Ecole normale de Valence, où je pris part avec tout l’état-major de la maison ; on fit comparaître Gibert, auquel le directeur énuméra les grades et dignités auxquels il pouvait prétendre en restant dans l’enseignement primaire, après quoi je lui fis entrevoir les horizons de la licence, de l’agrégation et du doctorat. Le lendemain, la décision était prise et Gibert m’informait qu’il se rangeait sous mes drapeaux ».

  • 6 Ce texte tiré de l’oubli a été publié par ESTEBE, 1996.

5On peut s’étonner des liens d’amitié qui se nouèrent alors entre le patron grenoblois et Daniel Faucher, et qui sont demeurés solides jusqu’à la mort de R. Blanchard en 1965. Ils doivent beaucoup plus à la connivence scientifique qui s’affirma rapidement sur le terrain lors de nombreuses excursions, qu’à des affinités idéologiques ou politiques. Dès cette époque, en effet, Daniel Faucher affichait des convictions progressistes fortes qui en faisaient dans la Drôme un militant actif de la Ligue des droits de l’Homme et de la Ligue de l’Enseignement. A Toulouse, il poursuivit dans cette voie qui le conduisit à prendre des positions très fermes devant la montée des fascismes pendant l’entre-deux-guerres, puis à jouer un rôle actif dans la Résistance, sauvant de la déportation en Allemagne de nombreux étudiants, tout en continuant à dispenser ses cours, le plus souvent debout, depuis sa chaire sous laquelle étaient cachées des armes. On lui doit, en 1944, un texte majeur, diffusé clandestinement, « Le mensonge raciste », qu’il rédigea avec les philosophes Etienne Borne et Vladimir Jankélévitch6. Très tôt, Daniel Faucher avait porté aussi une attention particulière à la condition matérielle des étudiants, à ceux d’origine étrangère en particulier. Nommé doyen de la faculté des lettres à la Libération, puis élu à l’unanimité dans cette fonction, jusqu’à sa retraite « administrative » en 1952, il se donna les moyens de réalisations très concrètes en ce domaine, avec la création des « œuvres universitaires » qui devinrent le CROUS, et la fondation d’une société de HLM pour construire une grande cité universitaire qui porte aujourd’hui son nom.

  • 7 FAUCHER D., « Allocution », dans Quatre-vingtième anniversaire…, op. cité.
  • 8 FAUCHER, 1962 ; Recueil d’une partie des travaux de D. Faucher, réunis et publiés par ses amis et s (...)

6Dans son action publique, ses compétences de géographe furent sans doute essentielles, d’autant qu’il pratiqua bien avant qu’elle ne soit revendiquée comme telle une « géographie sociale », c’est-à-dire, et cela comme bien des géographes de son époque, attentive aux réalités du terrain et aux conditions de vie des « petites gens ». Ceci ne fut pas sans influencer certains historiens de l’« école des Annales », qui se regroupèrent autour de Marc Bloch et de Lucien Febvre, après la fondation, en 1929, des Annales d’histoire économique et sociale : « Parmi les hommes, c’est vers les plus déshérités, vers les plus humbles, et j’allais dire vers ceux qui se livrent le moins que j’ai porté de préférence mes regards… Je crois que ma pensée constante, en effet, a été de retrouver les humbles travailleurs, non pas ceux que j’avais connu quand j’étais enfant, non pas ce monde d’artisans au milieu duquel j’avais vécu, mais ceux qui m’étaient plus directement accessibles à partir du jour où j’ai été professeur d’Université, c’est-à-dire les paysans. Je les ai beaucoup étudiés, et je dois le dire, je les ai beaucoup aimés. Car il n’y a pas d’œuvre féconde qui ne soit animée par le cœur. »7 Au-delà de la vie rurale, son domaine de recherche favori8, Daniel Faucher fut très attentif à la vie de la cité, souvent sollicité par les administrations, mais n’hésitant pas à prendre aussi des initiatives pour orienter l’action publique. Il créa par exemple puis présida le Comité d’études pour l’aménagement de la région toulousaine, participant ainsi dans les années 1950, à l’émergence d’un régionalisme moderne.

  • 9 Voir en particulier, les débats autour de la géographie appliquée et le sévère rappel à l’ordre de (...)
  • 10 Outre Febvre, 1922, sont particulièrement révélateurs les comptes rendu d’ouvrages de géographie da (...)

7Dans l’hommage qu’il lui a rendu, François Taillefer écrivait : « Chez Daniel Faucher, on ne peut séparer l‘homme du géographe et de l’universitaire. (…) Sa personnalité s’imposait partout dans son enseignement comme dans les hautes fonctions qu’il a exercées. Avant d’être le professeur, le doyen, il était lui-même. Sa prestance physique, sa distinction, la séduction qui émanait de lui n’étaient que le reflet d’une belle âme. Il s’était voué tout entier au service de l’homme » (Taillefer, 1970). Relisant la collection de la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, le lecteur d’aujourd’hui, ignorant tout de l’homme Daniel Faucher, y trouverait essentiellement le géographe, comme si celui-ci avait toujours veillé à séparer nettement ses travaux scientifiques ou ceux qu’il publiait, de ses activités de citoyen. Pour connaître celles-ci, on dispose d’un petit nombre d’écrits et de documents épars, car D. Faucher semble avoir volontairement détruit certains documents, en particulier ceux qui nous renseigneraient sur son rôle dans la Résistance. On peut regretter que dans sa retraite active, après 1952, il n’ait pas utilisé son expérience de doyen, préoccupé d’insérer l’université dans le territoire de la cité, ou sa très bonne connaissance des rouages administratifs et politiques, des milieux économiques aussi, pour montrer leur intérêt géographique, à une époque où les politiques d’aménagement des territoires sollicitaient les géographes, et rencontraient chez beaucoup d’entre eux une grande frilosité9. De ce point de vue, Daniel Faucher, comme presque tous les grands géographes universitaires de son époque, semble avoir considéré que la discipline qu’ils construisaient devait d’abord s’affirmer et obtenir une légitimité « scientifique », ce qui explique leur volonté de l’ancrer dans les champ des « sciences de la terre » en privilégiant la géomorphologie, et lui interdisait d’autres champs d’investigation jugés moins assurés, dans le domaine politique en particulier. Ils laissaient ainsi le champ libre à la « vieille compagne » de leur discipline, l’histoire, dont certains représentants, tel Lucien Febvre10 s’érigeaient souvent en censeurs, s’inquiétant parfois d’une géographie conquérante qui serait venue chasser sur leurs terres et qui n’hésitait pas à revendiquer son autonomie, obtenant même, en 1942, la création d’une agrégation spécifique.

Une revue « pour faire connaître de façon scientifique les Pyrénées et le Sud-Ouest »

8Quand Daniel Faucher arrive à Toulouse, « tout ou presque reste à faire dans le domaine géographique. C’est sa grande chance. Il part à la découverte du Sud-Ouest, terra quasi incognita, entraînant ses élèves conquis par son talent » (Taillefer, op. cit.). Dans une faculté des lettres, pétrie de traditions, l’élection du nouveau professeur, « étranger » à la région, car « venu des bords du Rhône », est fraîchement accueillie par ses collègues comme le rappelait l’un d’eux, Paul Dottin, son compagnon plus tard dans la Résistance, nommé recteur à la Libération : « il n’avait pas été nourri dans le sérail, n’avait pas suivi la marche normale qui, à cette époque menait à une chaire professorale. Et on n’était pas sûr qu’il pourrait faire sa conférence inaugurale en latin ». Si le nouveau maître s’imposa immédiatement auprès de ses étudiants, il dérangeait aussi en revendiquant des moyens et des locaux pour une discipline dont il eut à cœur de faire reconnaître la spécificité avec la création, dès 1930, d’un « Institut de Géographie », pour lequel il obtiendra la construction de nouveaux locaux fonctionnels, inaugurés dix ans plus tard. « Dès à présent, l’Institut de Géographie de la Faculté des Lettres croit qu’il a heureusement travaillé à rendre plus utilisables et plus efficaces les études de géographie. Le nombre croissant des étudiants qui suivent les cours et les excursions en est une preuve non équivoque. En même temps, il s’est efforcé d’organiser les recherches régionales et les sympathies que son effort a rencontrées lui font un devoir de persévérer dans cette voie » (Faucher, 1930).

9Cette géographie novatrice ne pouvait rester enfermée dans les murs de l’université, comme les autres disciplines. Le travail sur le terrain s’est rapidement organisé grâce à de fréquentes excursions dont une au moins, chaque année, durait plusieurs jours. Des contacts d’un type nouveau se nouaient ainsi entre « le » professeur et ses étudiant(e)s qui partageaient souvent à cette occasion des conditions d’une vie bien spartiate. Cela n’allait pas sans quelques froncements de sourcils dans une institution attachée au sens de la hiérarchie et à des travaux plus académiques. Le succès fut immédiat, beaucoup d’étudiants et quelques étudiantes venant alors à la géographie, qui leur ouvrait des horizons aussi divers et l’opportunité d’un vrai de travail de terrain. En témoignent les mémoires réalisés entre 1927 et 1931, pour leur Diplôme d’études supérieures, ancêtre de la maîtrise (et aujourd’hui du Master I) : Toulouse étude de géographie urbaine (G. Leblanc), Les Petites Pyrénées (L. Goron), La zone industrielle de Carmaux-Albi (A. Monié), La région sud-orientale du Quercy (J. Sermet), Population et habitat du Lauragais (F. Delaruelle), L’habitat dans les Pyrénées ariégeoises (M. Chatelard), Lourdes et sa région (P. Lasserre), Le Razès (L. Jasserand), La vallée sous-pyrénéenne de la Neste et de la Garonne (R. Pic). Beaucoup de ces auteurs étaient déjà ou deviendront professeurs de l’enseignement secondaire, ce qui permettait à Daniel Faucher, toujours très attentif à la diffusion de la géographie nouvelle dans les écoles primaires, les collèges et les lycées, de tisser un important réseau de missi dominici, qui relayaient dans la région les méthodes et les acquis de la discipline, suscitant ici et là des vocations nouvelles. Mais c’est la RGPSO qui est devenue l’outil majeur pour diffuser tous ces travaux auprès d’un public plus large.

10Dès sa création, Daniel Faucher en avait défini la mission : « La Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest a donc l’ambition de faire connaître d’une manière scientifique les Pyrénées et le Sud-Ouest, c’est-à-dire d’en analyser, suivant l’esprit géographique, les caractères physiques et humains. (…) Elle espère ainsi devenir un instrument de travail, non seulement pour les spécialistes de la géographie, mais pour les membres de l’enseignement, et pour tous ceux qui, à des degrés divers ont besoin de connaître objectivement, les réalités géographiques dont elle s’occupera principalement » (Bulletin de l’Université et de l’Académie de Toulouse, décembre 1929)

11La situation dramatique créée par les graves inondations de mars 1930 dans le Sud-Ouest de la France, lui permirent de montrer au grand public l’importance de la géographie pour comprendre une telle catastrophe et réfléchir aux moyens à mettre en œuvre face à des risques de cette nature. Quelques mois après seulement, dès l’automne 1930, le troisième numéro de la jeune RGPSO, est entièrement consacré à ces inondations : grâce à l’aide du Conseil général de la Haute Garonne et de l’administration des Eaux et Forêts un tirage spécial est réalisé, accompagné d’un cahier de trente planches de photographie. Pour l’analyse scientifique de la genèse de la catastrophe, Daniel Faucher a mobilisé son collègue grenoblois, Maurice Pardé (1893-1973), élève de R. Blanchard, qui s’imposait alors comme le géographe, grand spécialiste de l’étude des fleuves et des rivières depuis la soutenance de sa grande thèse sur Le régime du Rhône, étude hydrologique (1925). Contribuèrent également à ce travail Gaston Astre, géologue de la Faculté des Sciences de Toulouse, et les directeurs des services agricoles des deux départements les plus touchés, le Tarn-et-Garonne et le Lot-et-Garonne. La presse régionale avait apporté son concours en publiant le questionnaire de l’Institut de Géographie et D. Faucher soulignait à cette occasion que « beaucoup de nos étudiants [avaient] participé à nos enquêtes avec le dévouement que leur inspiraient leur désir de savoir et leur besoin d’être utiles ». Il concluait son avant-propos par un vœu : « Nous serions payé de nos peines, si notre travail et celui de nos collaborateurs ne passaient pas inaperçus des pouvoirs publics et de tous ceux qui ont pour mission de veiller à la sécurité des populations si cruellement éprouvées il y a quelque huit mois ».

12Dans les années 1930, un très grand nombre des articles publiés sont le prolongement des mémoires de recherche universitaires réalisés par les étudiants après la licence. Fondés sur un important travail de terrain, ils constituent souvent des contributions majeures à la connaissance de la région. Certains y occupent plus d’une centaine de pages, telle l’étude du Vicdessos (Ariège) rédigée en 1939 par François Taillefer (1917-2006), qui apparaît déjà comme le successeur pressenti par le maître, ce qui ne se produira qu’en 1952, après la soutenance de sa thèse de géomorphologie sur Le Piémont des Pyrénées françaises (Taillefer, 1951).

13Les créations de postes étaient très rares dans l’université, ce qui imposait à beaucoup de jeunes chercheurs de rester affectés dans des lycées tout en gardant un contact étroit avec l’Institut de géographie où ils étaient chargés de cours ou de conférences. Certains choisirent d’autres voies. Charles Higounet (1911-1988) et Jean Sentou, qui avaient fait leurs premiers pas de chercheurs en géographie avec D. Faucher et publié dans la revue, (re)deviendront historiens et feront dans cette discipline une belle carrière universitaire. Jean Coppolani (1918-2009) s’orienta délibérément vers la géographie urbaine et donna à la RGPSO, à partir de 1941, de très nombreux articles sur Toulouse, qui jalonnent ses recherches couronnées en 1954 par l’une des premières grandes thèses de géographie urbaine soutenue en France (Coppolani, 1954), préparée sous la direction de D. Faucher. La succession de celui-ci étant alors assurée, il deviendra urbaniste de l’Etat, affecté à Toulouse, mais resta un fidèle et actif collaborateur de l’Institut de Géographie de Toulouse et de la RGPSO.

14D’autres élèves de D. Faucher firent de même mais en poursuivant leurs activités dans d’autres ordres d’enseignement. Tel fut le cas de Georges Jorré (1899-1956) auquel D. Faucher fit appel. dès 1929, sur les conseils de R. Blanchard qui l’avait eu comme élève à Douai, de Lucien Goron (1886-1954), ancien élève de l’ENS de Saint-Cloud, qui fit toute sa carrière à l’Ecole normale d’instituteurs de Foix, jusqu’à sa révocation par le gouvernement de Vichy (Faucher, 1954). Docteur d’Etat avec une thèse monumentale préparée sous la direction de D. Faucher, soutenue en 1941, sur La morphologie des Pré-Pyrénées, il retrouvera un poste à l’école normale d’instituteurs de Toulouse. G. Jorré comme L. Goron, furent aux côtés de D. Faucher, les artisans d’un imposant travail visant à donner chaque année dans la revue une copieuse « Bibliographie pyrénéenne ».

15La RGPSO permettait ainsi de faire le point sur l’avancée des travaux scientifiques menés sur les Pyrénées, toutes disciplines confondues. Dans le même temps, le plus souvent sous la plume de son directeur, elle rendait compte des principales publications géographiques concernant le Sud-Ouest et la péninsule ibérique, l’analyse des grandes thèses (H. Cavaillès, P. Deffontaines…) donnant l’opportunité à D. Faucher, de préciser ses conceptions de la géographie. Enfin, en un temps où la diffusion de l’information économique et sociale n’était guère abondante, de très nombreuses notices apportaient de précieux éléments et quelques données chiffrées, sur une activité particulière ou une usine du Sud-Ouest. Cette rubrique s’est considérablement enrichie ensuite, dans la décennie 1950, sous l’impulsion de Roger Brunet.

16Mais la RGPSO témoignait aussi, dès les années 1930, de la volonté constante manifestée par D. Faucher de multiplier les coopérations avec des représentants d’autres disciplines, du monde économique et des administrations. La publication sur les crues de 1930 avait montré la voie. Très tôt, il noua ainsi des rapports étroits avec des géologues (G. Astre, et plus tard A. Cavaillé), mais surtout avec le grand botaniste et biogéographe Henri Gaussen (1891-1981), qui partageait avec lui l’ambition de construire une connaissance scientifique des Pyrénées, son domaine d’élection, sur lequel il a laissé une impressionnante collection de photographies11. Il donna de nombreux articles à la revue et cette coopération avec le père des diagrammes ombrothermiques se révélera particulièrement féconde quand, en 1947, le CNRS lui confia la création à Toulouse du Service chargé réaliser la carte de la végétation de la France au 1/200 000e.

17On trouve là sans doute, dans ce souci d’ouverture, l’une des raisons qui sortit la géographie physique toulousaine du seul domaine de la géomorphologie, pour l’ouvrir de façon précoce à la climatologie dynamique et à la biogéographie. En 1957-1958, en poste à Toulouse, Pierre Pédelaborde donne deux articles à la RGPSO, préludes à sa thèse sur Le climat du Bassin parisien (1961) et à son cours polycopié et diffusé par le CDU, Introduction à l’étude scientifique du climat (« Les cours de la Sorbonne », 1964).

18Dans les années 1930, comme l’avait fait R. Blanchard à Grenoble, D. Faucher eut aussi le souci d’attirer vers la géographie des techniciens ou des représentants de la vie économique, ce qui n’était pas toujours aisé dans une région où l’activité agricole dominait. Un ingénieur en chef de la Compagnie des chemins de fer du Midi, M. Garau, a donné ainsi en 1934, un article la question des voies ferrées transpyrénéennes, et pose la question de la pénétration de la voie d’écartement européen en Espagne, au moment où venaient d’être ouvertes au trafic, en 1929, deux liaisons nouvelles dans la partie centrale de la chaîne, avec le percement de tunnels en altitude, à l’ouest sous col le Somport, à l’est sous le Puymorens. De même, encouragé par D. Faucher, le travail d’un ingénieur de l’Union pyrénéenne électrique, Lucien Babonneau est soutenu comme thèse d’université en 1938 (L’énergie électrique dans les Pyrénées, Privat, 1942), et se prolongea par plusieurs articles dans la RGPSO en 1942 et 1944.

19Dans un ordre certes bien dispersé, car tributaire des opportunités ou de l’origine géographique des étudiants et des chercheurs, mais toujours avec le souci de la rigueur scientifique, de Toulouse à la frontière espagnole, du Béarn au Rouergue, c’est bien l’ensemble du Sud-Ouest et des Pyrénées qui a subi les assauts curieux des géographes de 1926 au début des années 1950. Beaucoup plus sans doute que dans la décennie suivante, où prévaudront les problèmes d’interprétation, c’est une riche moisson de connaissances sur la région qui fut ainsi engrangée et diffusée par la RGPSO. La diversité des terrains étudiés et des thèmes abordés, doit beaucoup à la grande culture et à la curiosité toujours en éveil de Daniel Faucher, qui a toujours accompagné et encouragé ces travaux, en refusant de les enfermer dans des spécialisations trop étroites au service d’une « école ». Il est vrai qu’à l’époque, la question de l’unité de la géographie, ne se posait guère dans la mesure où il en assumait, seul, leur direction. « D. Faucher ne se rattache à aucune école, si ce n’est à celle qu’il a lui-même fondée. Certes, ses liens avec ce que l’on a appelé « l’école de Grenoble » furent étroits à l’origine. (…) Mais son amitié pour R. Blanchard, dont il ne se départit jamais, n’empêchait pas une totale indépendance d’esprit et de pensée à l’écart du maître de Grenoble. Même indépendance à l’égard de « l’école de Paris » et de celui qui, entre les deux guerres, en fut le chef incontesté, E. de Martonne. D. Faucher a travaillé seul, suivant sa propre inspiration. Il a eu une foule d’élèves et de disciples. Il a eu des amis, des collaborateurs. Il a multiplié le contact avec ceux qui, comme lui, avaient une forte personnalité et pouvaient enrichir son expérience. On ne lui connaît pas de maître » (Taillefer, 1975).

A partir des années 1950, continuité…

20Dans les années 1950 l’éventail des contributions publiées par la RGPSO s’élargit et se diversifia car les enseignants-chercheurs furent plus nombreux en même temps que se développaient des problématiques nouvelles chez les géographes. Dès 1953, Daniel Faucher invite Louis Papy (1903-1990), directeur de l’Institut de Géographie de Bordeaux depuis 1945, à partager avec lui la direction de la revue. Cela traduisait la volonté d’associer plus étroitement les géographes bordelais à la connaissance du Sud-Ouest et des Pyrénées, ce qui n’ait pas été le cas antérieurement, sinon de façon ponctuelle avec Paul Arqué, Henri Cavaillès. Parmi les prédécesseurs de L. Papy, ni Camena d’Almeida (1865-1943), ni Pierre Gourou affecté à Bordeaux de 1943 à 1947 ne semblent avoir entretenu de relations suivies avec leurs collègues toulousains, peut-être plus préoccupés d’études portant sur le monde colonial, ce qui conduira Louis Papy à créer, en 1948, une revue spécifique Les Cahiers d’Outre-Mer, puis à jouer un rôle actif dans la naissance d’un centre de recherche bordelais spécialisé, le CEGET (Centre d’Etudes de Géographie Tropicale). Mais, parallèlement, le développement de travaux menés à Bordeaux sur le Sud-Ouest français favorisait les échanges avec les enseignants et les chercheurs toulousains. Pierre Barrère, un moment affecté à Toulouse, se verra ainsi associé en 1955 au secrétariat de rédaction de la RGPSO, aux côtés de F. Taillefer à qui D. Faucher avait confié cette tâche, dès 1946, lui laissant de facto la responsabilité essentielle de la publication. De plus en plus actif dans la vie de la Revue, Roger Brunet, agrégé de géographie, nommé chef de travaux à Toulouse en 1957, est associé deux ans plus tard à ce secrétariat, renforcé peu après par un autre bordelais, Serge Lerat (1929-2005), puis par le toulousain Georges Cazes, qui fut l’un des premiers à traiter en géographe du tourisme, une activité qui paraissait alors bien « futile » par rapport à l’agriculture ou à l’industrie, pour que l’on y consacre un vrai travail scientifique. La transition s’opérait ainsi vers une rédaction plus collégiale, qui devint effective en 1963, avec la création d’un comité de rédaction, au moment où D. Faucher quittait la direction et cédait sa place à F. Taillefer.

  • 12 Ultérieurement, C. Toujas-Pinède.

21Par leurs articles, leurs chroniques et de très nombreux comptes rendus, ces géographes ont poursuivi l’une des missions essentielles qui était celle de la RGPSO depuis sa naissance : contribuer à diffuser et à actualiser les connaissances géographiques sur les Pyrénées et le Sud-Ouest. Dans le domaine de la géographie physique, alors dominante, on perçoit très vite la volonté d’apporter, à partir d’études régionales, portant majoritairement sur les Pyrénées, une contribution majeure aux grands débats qui sont alors ceux de la géographie française, en particulier sur les problématiques de géomorphologie structurale et de géomorphologie climatique (François Taillefer, Pierre Barrère, Henri Enjalbert, Georges Viers, Gérard Galibert…). Dans le domaine de la géographie humaine, l’ambition semble avoir été plus modeste et la production est restée longtemps plus empirique, plus monographique, dans la tradition vidalienne, ce qui n’excluait pas, parfois une orientation plus affirmée dans le sens d’une « géographie sociale ». P. Barrère livra ainsi en trois gros articles un tableau très complet des quartiers de Bordeaux qui seront réunis en un seul volume (Auch, 1956). Pour leur part S. Lerat et R. Brunet renouvellent l’étude du monde rural, sous forme d’articles de fond qui annoncent leurs thèses d’Etat, l’une sur les Pays de l’Adour (Lerat, 1963), l’autre sur les campagnes toulousaines (Brunet, 1965). La géographie de la population abordée par l’étude des migrations est illustrée par une des rares femmes ayant un statut universitaire, Christiane Pinède12, chargée d’enseignement à Toulouse, qui donne à la revue plusieurs articles pionniers.

22Complétant et enrichissant au fil des ans ce tableau géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, s’est maintenue la tradition de publier dans la RGPSO des articles originaux souvent issus des meilleurs mémoires réalisés pour le Diplôme d’Etudes supérieures. Une sélection souvent judicieuse si l’on en juge par la liste de leurs auteurs, dont beaucoup feront ensuite une brillante carrière universitaire : Michel Chevalier, Jean Bastié, Paul Claval, Gérard Soutadé, René Pijassou, Philippe Roudié… Mais la revue accueille également des contributions venant d’enseignants ou de chercheurs d’autres universités en dehors du Sud-Ouest, dont les travaux portent directement ou en partie sur la région : Raymonde Caralp, Paul Fénelon…, et régulièrement aussi, M. Pardé, fidèle depuis 1930, sur les problèmes hydrologiques. Enfin, chaque fascicule de la revue comporte son lot de notes et de comptes rendus, qui portent de plus en plus sur des publications nationales ou étrangères tandis que chaque année, la « Bibliographie pyrénéenne » s’enrichit de nouvelles références, qui en font une base de données précieuse et unique, dans la tradition de la « Bibliographie géographique internationale » que publient les Annales de Géographie depuis la fin du XIXe siècle.

23Hors du Sud-Ouest français, au-delà des Pyrénées, la RGPSO fut toujours attentive à la géographie de l’Espagne et du Portugal. Elève de D. Faucher, jeune agrégé en 1929, Jean Sermet (1907-2003), s’était engagé dans la réalisation d’une thèse de géographie régionale sur l’Andalousie dans la tradition vidalienne qui faisait alors la renommée de l’Ecole française de géographie. Après cinq années de recherches, ses espoirs furent ruinés par la perte de toute sa documentation, en 1936, dans la destruction de la Casa de Velázquez, dont il était pensionnaire, lors de la guerre civile qui déchirait l’Espagne. Revenu en France comme professeur de lycée, puis chargé d’enseignement à la Faculté des lettres de Toulouse, jusqu’à sa retraite. Il ne reprit ses enquêtes qu’en 1949, qui aboutirent tardivement, en 1969, à la soutenance de sa monumentale thèse de doctorat d’Etat sur l’Andalousie, neuf volumes totalisant 2 430 pages ! Entre temps, il a joué un rôle majeur, auprès des Préfets de Haute-Garonne dans le rétablissement des relations diplomatiques franco-espagnoles. Membre du cabinet préfectoral dès la Libération, puis chargé de mission, il a présidé dès sa création la commission chargé de régler les différends frontaliers entre les deux pays, s’appuyant sur une connaissance parfaite d’un terrain qu’il n’a cessé de pratiquer en géographe. Si la situation politique de l’Espagne et du Portugal a longtemps freiné l’essor de la recherche scientifique sur la péninsule ibérique, Jean Sermet, collaborateur fidèle de la RGPSO, a été l’auteur de très nombreux articles, notes et chroniques, toujours nourris d’une documentation de première main, qui ont permis de suivre les mutations que connaissait l’Espagne à partir des années 1950. Il a reçu en ce domaine, peu à peu, le renfort de Max Daumas, jeune agrégé de géographie, appelé comme assistant à l’Institut de Géographie de Toulouse en 1957, où il enseigna jusqu’en 1972. Jamais cependant, il ne s’aventura à traiter dans la revue des questions géopolitiques, qu’il connaissait parfaitement comme expert toujours sollicité par la diplomatie française, illustration significative d’une réserve que s’imposèrent les géographes français dans leurs publications académiques, quel que soit leur engagement parfois dans d’autres instances traitant de ces questions. Et cela jusqu’au moment où la création de la revue Hérodote par Yves Lacoste, en 1976, finit par lever cet « interdit » qui n’avait été transgressé que par quelques personnalités toujours tenues en marge des instances universitaires comme Jacques Ancel ou Jean Gottmann…

24C’est beaucoup plus tard, avec la fin des dictatures en Espagne et au Portugal, que la RGPSO élargira plus systématiquement son domaine à l’ensemble de la péninsule ibérique à laquelle elle a consacré plusieurs numéros thématiques, dont le premier en 1974, le professeur Vilá Valenti de Barcelone étant ensuite associé à sa direction. Après une période de crise, qui vit sa parution interrompue entre 1993 et 1998, cette nouvelle orientation fut confirmée lorsqu’elle devint, en 1999, Sud-Ouest Européen, avec une nouvelle direction associant toujours les universités de Toulouse, Bordeaux, qu’avaient rejoint lors de leur création, dans les années 1970, celles de Pau et Perpignan.

… et changements

25Bien avant cette transition la RGPSO avait vu ses objectifs initiaux se modifier. C’est au milieu des années 1960, au moment où le fondateur Daniel Faucher quitte officiellement sa direction que l’on perçoit cette évolution qui se traduira, en 1967, par le choix d’une nouvelle couverture verte et blanche, rompant avec l’austérité de la jaquette grise des origines. C’est aussi le moment où apparaissent en encarts, les premières cartes grand format et en couleurs, traitant des questions géomorphologiques ou paysagères. Elles sont le fruit des ateliers universitaires de cartographie, expressions du rôle nouveau joué dans la recherche géographique par le CNRS et par des commandes contractuelles dont celles qui conduiront à la réalisation des grands atlas régionaux (Taillefer, 1970 ; Enjalbert, 1973), qui imposent aux géographes, parfois réticents, de travailler dans les nouveaux cadres que furent les régions administratives, créées en 1961. Le Sud-Ouest fut alors de plus en plus étudié dans les limites de l’Aquitaine et de Midi-Pyrénées, qui se partageaient la chaîne des Pyrénées, dont la partie orientale était même rattachée à une troisième entité, le Languedoc-Roussillon, placé dans la mouvance de Montpellier. « L’évolution récente de la région Midi-Pyrénées » (1963), « Les stations touristiques de Midi-Pyrénées » (1964)…, la RGPSO prend peu à peu en considération cette nouvelle donne, plus rapidement pour Midi-Pyrénées que pour l’Aquitaine où ce cadre n’est utilisé qu’en 1971 et 1972 dans deux articles de Joël Pailhé sur la population et les villes. Il s’agit bien d’une rupture avec les références géographiques traditionnelles dont témoignent toujours ses tables décennales : bassin d’Aquitaine, Pays de l’Adour, Quercy-Périgord, Lauragais, Albigeois et bordure de Massif central…

26En fait, la RGPSO comme toutes les revues régionales de géographie a perdu progressivement la quasi exclusivité dont elle jouissait depuis sa création, la diffusion d’une connaissance géographique du Sud-Ouest et des Pyrénées. La production de l’information territorialisée s’est élargie, du fait de la multiplication des services administratifs collectant et traitant, avec des outils de plus en plus performants les données les plus diverses, avec un souci accru de les quantifier, de les classer dans des catégories statistiques dont les géographes déplorent souvent qu’elles ne rendent pas suffisamment compte de la complexité des terrains qui leurs sont familiers. Ils ont également perdu peu à peu le quasi-monopole dont ils jouissaient pour leur traitement cartographique, qui a disparu ensuite, dans les années 1990, avec l’utilisation de logiciels spécialisés.

27C’est l’époque où la géographie s’interroge justement sur son identité et son utilité, sur sa place dans un éventail élargi des sciences de la terre et de la société. Certains ont alors pu parler d’une « géographie en miettes », d’une « géographie éclatée », écartelée entre des curiosités multiples et des spécialisations accrues. La RGPSO des années 1960 traduit bien cette évolution ; elle s’ouvre alors à des contributions relevant de disciplines différentes comme la botanique, la pédologie… et, pour sa partie humaine, l’économie, la démographie, la sociologie…

28Le temps des monographies empiriques semble révolu, au bénéfice d’études répondant à des problématiques nouvelles dont beaucoup renvoient à une « demande sociale » souvent relayée par les commandes publiques des administrations d’Etat, comme la DATAR, ou des collectivités locales. Désormais, la priorité n’est plus d’accumuler un maximum de connaissances et de données sur une portion d’espace géographique, mais de les mobiliser de façon méthodique afin de répondre à des questions précises. Les grandes opérations d’aménagement et d’urbanisme ne peuvent laisser indifférents les géographes, dont l’expertise est alors sollicitée pour leurs compétences de « généralistes » possédant une bonne connaissance des territoires, à différentes échelle, dans leurs différentes composantes naturelles, économiques, sociales et culturelles. La « géographie physique » progressivement réduite à la seule géomorphologie, n’a saisi qu’avec retard les perspectives de renouvellement que lui offrait alors la montée des préoccupations environnementales, très souvent suscitées par les effets pervers de nombreuses pratiques d’aménagement, sacrifiant sur l’autel de techniques trop rapidement parées des vertus du progrès, la « nature » et ses « équilibres », en particulier dans certains milieux fragiles, comme les montagnes et les littoraux.

29La recherche scientifique en géographie est aussi devenue moins individuelle et plus collective en même temps qu’elle s’ouvrait aux pratiques interdisciplinaires. Des équipes se sont constituées pour répondre à de nouveau enjeux et regrouper des moyens et des crédits plus importants, des outils d’investigation et de traitement des données plus efficaces. Même si l’on ne repère pas de rupture nette, la RGPSO a enregistré au fil des années 1960, les conséquences de ces changements.

30Dans les domaines de l’urbanisme et de l‘aménagement, l’Institut de Géographie de Toulouse s’est doté, en 1966 d’un Centre interdisciplinaire d’Etudes Urbaines associant autour du géographe Bernard Kayser (1926-2001) et du sociologue Raymond Ledrut (1919-1987) une équipe de jeunes enseignants-chercheurs et de chercheurs (Christian Béringuier, André Boudou, Guy Jalabert, Xavier Piolle…). Chaque année, à partir de 1967, la revue donne un bilan de leurs travaux et des mémoires d’étudiants qu’ils dirigent. Jean Coppolani, par ses fonctions d’urbaniste de l’Etat en poste à Toulouse, assure un échange permanent entre les diverses administrations et l’université dont il est issu. Qu’il s’agisse des espaces urbanisés (1963) ou des armatures urbaines régionales et françaises (1967, 1969), ses articles apparaissent souvent pionniers, tandis que Bernard Kayser ouvrait des pistes fécondes autour de problématiques émergentes dans les politiques françaises d’aménagement, comme « les processus d’urbanisation » (1967), « l’espace non métropolisé du territoire français » (1969), le rôle des petites villes et des villes moyennes (1973, 1974). Le territoire régional sert alors de champ d’observation privilégié, permettant de tester des hypothèses et de nuancer par des études de cas certains modèles théoriques trop schématiques.

31A Bordeaux, ces problématiques émergent aussi, un peu plus tardivement autour du CESURB (Centre d’études des espaces urbains) qu’animent Pierre Barrère et Micheline Cassou-Mounat. Les travaux sur la question urbaines se développent et donnent lieu à publication dans la RGPSO qu’il s’agisse des mutations de la métropole régionale et de ses activités (Jean Dumas, Joël Pailhé), ou d’autres composantes de l’armature urbaine de l’Aquitaine (Michel Genty, Jean-Paul Charrié, Pierre Laborde…).

  • 13 Devenu aujourd’hui le laboratoire GEODE, Géographie de l’environnement.
  • 14 Sur cet itinéraire, cf. Bertrand, 2009.

32Dans ce contexte, pour éviter la dispersion des articles dans des fascicules hétérogènes de la revue, s’est imposée peu à peu la nécessité de numéros thématiques, de plus en plus nombreux à partir de 1970 : Bordeaux et Toulouse, mécanisme de la croissance urbaine (1971), Villes moyennes (1973), Petites villes et espace rural (1974)… Il en va de même pour la géographie physique, dont la mutation s’est opérée à Toulouse avec la création d’une autre équipe interdisciplinaire, le CIMA13 (Centre interdisciplinaire d’études des milieux naturels et de leur aménagement) qui se structure autour de F. Taillefer et de Georges Bertrand14. Ce dernier ouvre la voie à une « géographie physique globale » autour du concept de « géosystème » par le biais de la biogéographie et de l’étude scientifique des paysages, sur lesquels il donne plusieurs articles de référence dans la RGPSO (Bertrand, 1966), dont le plus novateur, en1968 (Bertrand, 1968) avait été refusé par les Annales de Géographie. Et en 1972, c’est un fascicule complet de la Revue qui réunit les contributions d’un grand colloque interdisciplinaire sur La science du paysage dont il est l’initiateur avec F. Taillefer.

Conclusion

  • 15 Daniel Faucher précisait : « Au milieu des douleurs et des préoccupations que nous a causées, après (...)

33En 1970, quand disparaît son fondateur Daniel Faucher, la collection complète de la RGPSO comporte quarante gros volumes, réunissant chacun les quatre fascicules annuels dont la livraison n’a jamais cessé, même pendant les années sombres de la guerre et de l’Occupation (Bauguitte, 2008)15. Par le jeu des échanges entre universités, la revue a fait connaître dans le monde entier les travaux des géographes travaillant sur les Pyrénées et le Sud-Ouest français et leur a donné accès à un large éventail de revues publiées tant en France qu’à l’étranger, qui constituent un patrimoine exceptionnel conservé dans la bibliothèque de l’Institut de Géographie de Toulouse. Un Institut qui porte, depuis 1966, le nom de Daniel Faucher et conserve officiellement cette identité, malgré les réformes universitaires successives qui en ont modifié le statut pour en faire successivement une UER, une UFR puis un Département au sein de l’Université de Toulouse-Le Mirail.

34La revue a été, dès l’origine, un outil exceptionnel au service d’une géographie moderne conquérante, quittant les sphères parisiennes pour s’ancrer durablement en province dans le Sud-Ouest français, au pied des Pyrénées, dont il fallait jeter les fondements d’une connaissance scientifique enracinée dans l’espace et dans le temps, afin d’éclairer les enjeux du présent. Tel fut son rôle pendant plus de deux décennies. Ce faisant, elle a pu apporter une contribution majeure à la puissance publique et à l’ensemble des acteurs locaux confrontés à la complexité de territoires qu’ils avaient à gérer et à repenser dans le cadre de politiques d’aménagement plus volontaires, dont la nécessité s’est imposée pour répondre aux mutations économiques, sociales et culturelles de la période des Trente Glorieuses.

35Dès la fin des années 1950, ces problématiques d’aménagement, la prise en compte de leurs dimensions environnementales, l’apparition de nouveaux outils de connaissance, ont imposé de nouvelles orientations à la recherche géographique. Une page devait se tourner, celle des inventaires empiriques et des monographies, où les géographes analysaient les territoires à la façon de notaires scrupuleux. Ils devaient ne plus se contenter de décrire et d’expliquer ce qui était « fixe et permanent » dans les contrées qu’ils étudiaient, comme l’avait souhaité Paul Vidal de La Blache, mais s’attacher aussi à en comprendre les mutations. La revue se fit alors l’écho de la recherche géographique qui se développait dans les universités du Sud-Ouest où des équipes de chercheurs abordaient de nouvelles thématiques de façon plus collective et avec une ouverture interdisciplinaire plus affirmée. Restructurée, mobilisant de nouveaux outils d’investigation et des protocoles méthodologiques plus complexes, cette recherche a continué de se nourrir de l’observation des territoires locaux et régionaux, dont elle éclairait d’un jour nouveau les potentialités et les mutations. En ce sens, une revue régionale comme la RGPSO demeurait un outil nécessaire pour diffuser ses résultats, mais, dans les années 1960, on pouvait craindre que la fascination des grands modèles d’interprétation des changements économiques et sociaux ne détournent peu à peu l’attention des réalités locales et de leur diversité. Bien des géographes eurent alors des scrupules à se revendiquer comme tels, face à des disciplines conquérantes comme l’économie, la sociologie ou à d’autres « sciences dures » dans le domaine des sciences de la terre. La crise économique, la décentralisation et la montée des préoccupations environnementale ont cependant montré tout l’intérêt d’un retour aux territoires concrets et à l’étude globale de leur complexité. Dans un contexte de mondialisation, qui bouscule héritages et identités, le « local » a retrouvé toute sa pertinence.

36Tel est bien le cheminement que l’on suit, dès la fin des années 1960, et que la RGPSO accompagne par le biais de numéros thématiques de plus en plus nombreux, s’efforçant ainsi de donner une certaine cohérence à des travaux plus spécialisés, dont la diversité brouille l’unité de la discipline. C’est le constat que font ses deux directeurs, Louis Papy et François Taillefer en 1979, lorsqu’ils passent le flambeau à une équipe nouvelle associant les représentants des universités de Toulouse, Bordeaux et Pau : Pierre-Yves Péchoux, Pierre Barrère et Jeanine Brisseau-Loaïza : « Au cours du dernier demi-siècle, la géographie a évolué, en même temps que les régions étudiés connaissaient des transformations profondes. La Revue s’est efforcée d’accompagner cette évolution et d’y prendre part, en renouvelant ses centres d’intérêt et en faisant appel à des auteurs venus de tous les horizons. En se retirant aujourd’hui, après quelques trente années vécues au service de la Revue, L. Papy et F. Taillefer souhaitent accélérer ce renouvellement sous la conduite d’un bureau rajeuni mais expérimenté (…) Nous savons que la Revue poursuivra sa route dans la ligne tracée par son fondateur Daniel Faucher, tout en s’ouvrant aux techniques, aux thèmes, aux langages propres à notre temps » (Papy, Taillefer, 1979).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BAUGUITTE L., 2008, Publier en temps de guerre : les revues de géographie françaises de 1939 à 1945, Cybergéo

BERTRAND G., 2009, En passant par le paysage…, parmi les lieux et milieux, environnements et territoires, Géodoc, n°56, Département de Géographie-Aménagement, Université de Toulouse-Le Mirail.

BERTRAND G., 1966, Pour une étude géographique de la végétation, RGPSO, n°2, p. 129-143.

BERTRAND G., 1968, Paysage et géographie physique globale, Esquisse méthodologique, RGPSO, n°3, p. 249-272.

BLANCHARD R., Je découvre l’Université, Douai, Lille, Grenoble, Fayard, 1963.

BRUNET R., 1965, Les campagnes toulousaines, Toulouse, Association des Publications de la Faculté des Lettres, 727 p.

COPPOLANI J., 1954, Toulouse, étude de géographie urbaine, Privat.

ENJALBERT H., 1973, dir., Atlas d’Aquitaine, Ed . Technique.

ESTEBE J., 1996, Les Juifs à Toulouse et en Midi toulousain au temps de Vichy, Presses universitaires du Mirail, Toulouse.

FAUCHER D., 1927, Plaines et bassins du Rhône moyen entre Bas-Dauphiné et Provence, Armand Colin.

FAUCHER D., 1930, Bulletin de l’Université de Toulouse, février.

FAUCHER D., 1954, Lucien Goron, RGPSO, p. 251-254.

FAUCHER D., 1962, Allocution, dans Quatre-vingtième anniversaire de Monsieur Daniel Faucher, Correspondant de l’Institut, Doyen honoraire de la Faculté des Lettres de Toulouse, Toulouse, 10 février, 82 p.

FAUCHER D., 1962, La vie rurale vue par un géographe, Toulouse, Institut de Géographie, Faculté des Lettres, 316 p.

Recueil d’une partie des travaux de D. Faucher, réunis et publiés par ses amis et ses élèves à l’occasion de son 80ème anniversaire.

FEBVRE L. , 1922, La Terre et l’évolution humaine, Paris, Renaissance du livre.

GEORGE P., 1961, Existe-t-il une géographie appliquée ?, Annales de Géographie, n°380, p. 337-346.

GEORGE P., GUGLIELMO R., KAYSER B., LACOSTE Y., 1964, La géographie active, PUF, 392 p.

LERAT S., 1963, Les Pays de l’Adour, structures agraires et économie agricole, Bordeaux.

MARCONIS R., 2000 (2ème édition), Introduction à la géographie, Paris, Armand Colin.

MARCONIS R., 1985, Midi-Pyrénées XIXe-XXe siècles, Transports, Espace et Société, Toulouse, Editions Milan, Tome I, Première partie, L’état de la question.

PAPY L., TAILLEFER F., 1979, La relève, RGPSO, n°1.

PHLIPPONEAU M., 1960, Géographie et action, Paris, Armand Colin

Colloque national de géographie appliquée, Strasbourg 1961, Publications du CNRS, 1962,

TAILLEFER F., 1970, Daniel Faucher, RGPSO, n°3-4.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TAILLEFER F., 1951, Le Piémont des Pyrénées françaises, Toulouse, Privat.
DOI : 10.3406/ingeo.1952.1129

TAILLEFER F. (dir.), 1970, Atlas Midi-Pyrénées, Paris, Berger-Levrault.

TAILLEFER F., 1975, Daniel Faucher (1882-1970), Bulletin de la section de Géographie, CTHS, Tome LXXXI, Les géographes français, Paris.

VEYRET P., 1954, Nécrologie, Lucien Goron, Annales de Géographie.

Haut de page

Notes

1 Quatre-vingtième anniversaire de Monsieur Daniel Faucher, Correspondant de l’Institut, Doyen honoraire de la Faculté des Lettres de Toulouse, 10 février 1962, Toulouse, 82 p. Retranscription des interventions de François Taillefer, son successeur, de l’historien Jacques Godechot, alors Doyen de la Faculté, du recteur Paul Dottin, qui fut son collègue puis son compagnon dans la Résistance, et réponse de Daniel Faucher.

L’Institut de Géographie de Toulouse, aujourd’hui département de géographie et d’aménagement de l’Université de Toulouse II- Le Mirail, a pris le nom de Daniel Faucher, en 1966, pour célébrer le 40ème anniversaire de son arrivée à Toulouse.

2 … aux côtés de Pierre George, André Meynier, Etienne Juillard, Louis Papy, et des « Toulousains », Jacques Godechot, François Taillefer, Bernard Kayser et Georges Viers.

3 MARCONIS, 2000, Cf. en particulier le chapitre 3, L’affirmation d’une Ecole française de géographie. Et, pour la situation toulousaine, MARCONIS, 1985, Tome I, Première partie, L’état de la question.

4 FAUCHER, 1927. La Première Guerre mondiale imposa cette soutenance tardive, car D. Faucher fut mobilisé comme officier d’artillerie sur le front des Vosges et sur le front d’Orient où il fut atteint par le paludisme, ce qui le contraignit à prendre un an de congé. Il fut fait chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire.

5 In Quatre-vingtième anniversaire…, op. cité.

6 Ce texte tiré de l’oubli a été publié par ESTEBE, 1996.

7 FAUCHER D., « Allocution », dans Quatre-vingtième anniversaire…, op. cité.

8 FAUCHER, 1962 ; Recueil d’une partie des travaux de D. Faucher, réunis et publiés par ses amis et ses élèves à l’occasion de son 80ème anniversaire. C’est ainsi, dans cette logique, que Daniel Faucher fut, en 1961, avec le médiéviste Georges Duby, le fondateur d’une revue nouvelle, Etudes rurales, ouverte aux représentants des toute les disciplines, qui se propose « l’étude scientifique des campagnes, des groupes qui, directement ou indirectement vivent du travail de la terre ». (Avertissement, n°1, 1961)

9 Voir en particulier, les débats autour de la géographie appliquée et le sévère rappel à l’ordre de Pierre George. Phlipponeau, 1960 ; Colloque national de géographie appliquée, Strasbourg 1961, Publications du CNRS, 1962, et George, 1961 ; George et al., 1964.

10 Outre Febvre, 1922, sont particulièrement révélateurs les comptes rendu d’ouvrages de géographie dans les Annales d’histoire économique et sociale, et la correspondance entre Marc Bloch et Lucien Febvre, 3 volumes publiés chez Fayard en 2003.

11 On peut en consulter une partie sur le site http://www-sv.cict.fr/gaussen/francais.html

12 Ultérieurement, C. Toujas-Pinède.

13 Devenu aujourd’hui le laboratoire GEODE, Géographie de l’environnement.

14 Sur cet itinéraire, cf. Bertrand, 2009.

15 Daniel Faucher précisait : « Au milieu des douleurs et des préoccupations que nous a causées, après le désastre de 1940, l’occupation allemande, nous n’avons jamais cessé nos occupations habituelles. La première forme de résistance était de donner notre enseignement sans rien changer ni à nos programmes, ni à nos méthodes », RGPSO, 1944.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Marconis, « La Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, de 1930 au début des années 1970  », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 29 mars 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8398 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8398

Haut de page

Auteur

Robert Marconis

Professeur émérite, Université de Toulouse II – Le Mirail, Département de Géographie & Aménagement, Centre interdisciplinaire d’études urbaines (LISST-CIEU, UMR 5193) marconis@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page