Navigation – Plan du site
Articles

Une invention des Alpes

Inventing the Alps
Henri Chamussy
p. 169-178

Résumés

R. Blanchard, nommé à l’université de Grenoble en 1906, découvre dans les Alpes un terrain quasi vierge pour les géographes. Seuls les géologues les ont étudiées et les alpinistes et les militaires explorées. Avec son équipe, il met méthodiquement en place une connaissance factuelle des Alpes françaises, dans laquelle la géographie physique aura la première place. Il œuvre aussi, grâce à ses liens avec les industriels et banquiers grenoblois, ainsi qu’avec des hommes politiques, à la création d’une région alpine. Ce sera un échec, que Blanchard ressentira fortement.

Les géographes grenoblois ne se préoccupent pas de problèmes épistémologiques, ils décrivent et tentent d’expliquer les Alpes telles qu’elles se présentent à un observateur avisé. Cette connaissance, transmise par Blanchard à ses élèves devenus des maîtres, sera aussi simplifiée et schématisée, répandue dans le grand public et dans les manuels scolaires et fera loi pendant une bonne partie du XXe s.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

Un maigre socle de connaissances

  • 1  Lorsque Raoul Blanchard se lance dans son étude systématique des Alpes, il y a moins d’un demi-siè (...)

1Bien que cela puisse nous étonner d’un pays si anciennement peuplé et chargé d’histoire, la géographie de la France, au sens où nous entendons aujourd’hui le mot « géographie », était, à la fin du XIXe s., fort mal connue, voire inconnue. Bien sûr le territoire français n’était pas terra incognita, on n’écrivait pas sur les blancs des cartes hic sunt leones, et d’ailleurs il n’y avait pas de blancs sur les cartes. S’agissant de cartes, soit dit en passant, la France était bien pourvue. Pour remplacer la carte de Cassini, chef d’œuvre à l’époque, Napoléon avait lancé la carte dite « d’Etat-Major », au 1/80 000e commencée en 1818 - la Restauration avait entériné la décision – et achevée en 1865 seulement, précisément par des feuilles consacrées aux Alpes de Savoie. Ce retard sur les Alpes est dû à la grande difficulté de cartographier des hautes montagnes, mais, en ce qui concerne la Savoie, en raison aussi de la date de l’annexion de cette province1.

2Bien entendu, de nombreux géographes avaient traité des Alpes avant R. Blanchard ; mais la géographie n’était pas constituée en domaine de connaissance, ni encore moins en discipline, elle n’avait pas non plus de véritable statut académique et son discours était scientifiquement assez inaudible. Certes E. Reclus avait, dans plusieurs de ses ouvrages, abordé les Alpes, mais, comme le montre bien S. Alavoine (Alavoine, 2001), sans aucune prétention scientifique, presque comme description d’itinéraires. E. Reclus connaissait bien les Alpes, en avait gravi un certain nombre de sommets (pas les plus élevés…) et longé les vallées, mais, par un paradoxe qui n’est qu’apparent, il en fait une étude moins scientifique que pour beaucoup de régions éloignées dans lesquelles il n’était jamais allé. Henri Ferrand, avocat et alpiniste, avait aussi publié plusieurs ouvrages sur les Alpes que Blanchard s’attachera à démolir avec une certaine mauvaise foi, ces écrits d’ailleurs ne laissant guère apparaître un discours géographique cohérent.

3Certes il existe, lorsque Blanchard arrive à Grenoble, un socle de connaissances sur les Alpes : un socle topographique, grâce aux topographes militaires et aux alpinistes, et un solide socle géologique constitué par une pléiade de géologues célèbres, Haug, Lory, Termier, Kilian, etc. Ces travaux manifestent un véritable bouillonnement de grandes hypothèses sur les soulèvements, les plissements, les nappes de charriage, etc., mais, sauf pour tenter de démêler l’écheveau des glaciations quaternaires, la morphologie n’intéresse guère les géologues : la place est à prendre, les géographes sauront s’en emparer et en faire un véritable fonds de commerce, parfois un peu encombrant.

4Mais il n’existe aucun travail scientifique d’ensemble sur les Alpes françaises. Ce qui n’a rien d’étonnant, puisque personne n’était, sur place, en mesure de s’attaquer à un travail qui exigeait en premier lieu une longue étape de débroussaillement. Ainsi de la toponymie. Si pour les hauts massifs, une forte influence britannique est manifeste - pic Coolidge, arête Whymper, couloir Tuckett, etc. - (dans les années 1860-1890, beaucoup d’alpinistes étaient de cette nationalité) ainsi que celle des militaires (Debarbieux, 2001), il n’en reste pas moins que les dénominations sont encore mal fixées. On parle de massif du Pelvoux - on a cru longtemps que le Pelvoux était le point culminant du massif appelé aujourd’hui Oisans (alors que l’Oisans, dans la nomination locale de l’époque, était la vallée autour du Bourg d’Oisans) - et ce n’est que tardivement que justice est rendue à la Meije et à la Barre des Ecrins… Les Grenoblois ne connaissaient guère le Vercors, l’appellation étant réservée historiquement à la partie sud-ouest du massif, mais parlaient des Quatre Montagnes, de la Montagne de Lans, qu’on voyait depuis le fond de la vallée. En fait, on manque encore, sinon de vues, du moins d’une vue d’ensemble. Enfin, de très nombreuses cotes d’altitude sont fausses, les dernières erreurs (de moins en moins importantes, certes) ne seront corrigées que dans les années 1920.

5Les preuves de cette incomplétude dans la connaissance géographique des Alpes françaises et de leurs abords à la fin du XIXe et au début du XXe s. sont multiples. Ainsi, les gorges du Verdon, ce magnifique objet géographique, étaient complétement inconnues – sauf des gens du cru, évidemment – et furent littéralement « inventées » et explorées, non sans risques, par Martel, en 1905, au cours d’une expédition digne de celle que les explorateurs étatsuniens conduisaient à la même époque dans les montagnes de l’Ouest sauvage américain… Un autre exemple peut être donné par la Géographie du département de la Haute-Savoie, d’Adolphe Joanne (Hachette, 1884). Il s’agit essentiellement d’une énumération de sommets (avec leurs altitudes), de cours d’eau (avec leurs longueurs et tous leurs affluents). Le climat est traité en une page, la géologie en 12 lignes. Il y a un long chapitre de géographie historique, qui est en fait un chapitre d’histoire, et le livre se termine par une liste des communes de Haute-Savoie.

6Le même Adolphe Joanne est l’auteur, en 1894, d’un Dauphiné et Savoie, dans la collection des Guides Joanne, ancêtre des célèbres Guides Bleus. Les Guides Joanne contiennent en général des chapitres de géographie, parfois fort bien venus, auxquels collaborèrent fréquemment Onésime et Elisée Reclus. Or cette édition de 1894 ne contient pas de géographie… Il y a de la topographie, des altitudes, des panoramas, mais manifestement la géographie des Alpes n’est pas connue. Même les villes sont expédiées en quelques pages.

  • 2  Entendons-nous sur « connaissance scientifique » lorsqu’on parle du discours géographique : la géo (...)

7Lors donc, quand Raoul Blanchard est nommé professeur-adjoint de Géographie à la Faculté des Lettres de l’Université de Grenoble, en 1906 - où il est mal reçu par le Doyen, qui se demande ce qu’est la géographie - on peut dire - et le jeune professeur ne s’est pas privé de le dire ! – que la géographie des Alpes, en tant qu’objet de connaissance scientifique, n’existe pas ; il existe une topographie des Alpes ; il existe une géologie des Alpes (souvent remise en question depuis mais c’est le lot de toute connaissance scientifique), mais de connaissance scientifique géographique, point. Tout est à faire2.

Une excursion interuniversitaire fondatrice

8Raoul Blanchard s’attèle alors à deux tâches, divergentes en apparence, mais qui convergent finalement pour camper le personnage et ses objectifs : imposer la géographie comme discipline académique et s’imposer dans le paysage français de la géographie académique. La tâche est à la fois facile et difficile. Facile parce que les géographes, comme corps scientifique constitué, sont très peu nombreux : c’est un tout petit monde de quelques dizaines d’enseignants et de quelques poignées d’étudiants. Difficile car ce corps académique est dominé par la grande figure de Paul Vidal de La Blache, connu et reconnu, et installé à Paris, tout près du pouvoir. Raoul Blanchard a donc le choix, entre accepter une bienveillance tutélaire ou manifester son indépendance en s’imposant loin de la Sorbonne... L’indépendance, il faut l’affirmer sociologiquement dans la hiérarchie implicite et explicite de l’Université, et il faut l’affirmer scientifiquement, en accumulant des connaissances et, au besoin, en n’hésitant pas à créer une hétérodoxie par rapport aux orthodoxies « officielles ». Blanchard adoptera fermement les deux attitudes.

9Quant à imposer la géographie comme discipline académique, c’était relativement aisé, puisque ce domaine de la connaissance avait une existence assez anonyme, et que, dans le grand public, elle était vue essentiellement comme une description de contrées exotiques et des rapports d’explorations destinés à préparer la colonisation. Les explorateurs revenus des déserts africains, des forêts équatoriales ou des montagnes d’Asie Centrale étaient reçus magnifiquement par les diverses « Sociétés de Géographie » dont les membres étaient pour la plupart des officiers en retraite ou en activité, des responsables des Chambres de Commerce, quelques académiques et les « explorateurs » eux-mêmes. Dans ce contexte, la géographie de la France, à laquelle certes Vidal s’était attaqué avec vigueur et efficacité, restait largement à faire, et tout particulièrement, celle des Alpes qui restaient vierges d’invention géographique.

10Il faut s’entendre sur le sens du mot « invention ». On l’emploiera ici exactement dans le même sens que lui donne O. Poujol dans son article « l’invention du Massif Central » (Poujol, 1994), même s’il existe une différence entre les deux inventions : Blanchard avait à inventer la géographie des Alpes, mais pas les Alpes qui existaient dans la perception sociale, politique et économique, alors que l’expression et le concept de Massif Central a été créé de toutes pièces. A l’époque, la mission du géographe, à laquelle Blanchard adhère de toutes ses capacités, c’est de révéler (le mot est peut-être meilleur que celui d’inventer, en raison du glissement sémantique) les formes, la diversité et les ensembles de la surface terrestre, c’est-à-dire la « réalité » à prendre en charge.

11Le dépouillement systématique des premiers recueils des Annales de Géographie, fondée en 1892 par Paul Vidal de La Blache, ne recense que quelques très rares articles consacrés aux Alpes françaises, tandis que la bibliographie systématique qui fait annuellement l’objet d’un fascicule entier de la revue, rassemble surtout de nombreux titres de géologie. Certes M. Zimmermann signale largement, dans la chronique qui lui est confiée, l’état d’avancement des percées alpines dans toutes les Alpes (et pas seulement françaises). Le tunnel du Fréjus est achevé depuis deux décennies, les Suisses travaillent au Simplon, au Lötschberg, et M. Zimmermann écrit à plusieurs reprises que la physionomie des Alpes (on dirait maintenant : l’organisation de l’espace alpin) est en train de changer. Mais force est de constater que l’étude géographique des Alpes n’est nullement systématique : un article par ci, une notule par là, quelques lignes sur l’hydroélectricité. Autre signe des temps : en 1905 (Raoul Blanchard n’est pas encore là…) se tient à Grenoble le congrès de l’Association Française pour l’Avancement des Sciences dont la liste des items est instructive : les glaciers, les ciments de Grenoble, les eaux minérales du Dauphiné, alpinisme et tourisme, la pisciculture dans le Grésivaudan, l’industrie gantière, l’évolution de l’industrie papetière, un étonnant patchwork de membra disjecta

12Les choses changent à partir de 1906 (Blanchard est arrivé à Grenoble…) et l’on voit se multiplier les articles sur les Alpes. Certes, il n’y a pas de véritable cohérence ni de plan d’étude, et tous ces articles ne sont pas issus de la fabrique grenobloise. Il est difficile aujourd’hui d’éclairer le rôle joué en la matière par Blanchard. Girardin et Brunhes s’intéressent, en Suisse, au Val d’Anniviers, lequel Val deviendra un must de la géographie alpine, un type idéal, une sorte de modèle mental des établissements humains en montagne, de l’élevage bovin avec inalpage, de l’économie laitière, ainsi que le montre Marie-Claire Robic (Robic, 2001). Peu après, Levainville s’attaque à la vallée de Barcelonnette, tandis que Zimmermann, abandonnant un instant les percées alpines, fait une sorte de revue des idées nouvelles sur le modelé dans les Alpes, un thème qui n’intéresse guère les géologues et que les géographes vont brandir pendant des décennies. C’est en 1908 que le nom de R. Blanchard apparaît pour la première fois dans les Annales, avec un bref article sur l’hydrologie des Alpes françaises. En 1909 il publie dans la revue La Géographie un article assez fondateur sur les limites d’altitude dans les Alpes. Cet article est signalé dans les Annales de Géographie. Enfin, en 1910, dans le numéro 108 des Annales de Géographie, on découvre un long article signé R. Blanchard, consacré à la sixième excursion interuniversitaire, activité dont il a eu la charge quelques mois auparavant. Des conditions matérielles de l’excursion, et surtout de la liste des participants (qu’il serait bien intéressant de consulter, et qui doit dormir dans quelques archives oubliées), il n’en est et ne serait en être question. Mais il vaut la peine de s’attarder sur ce qui a été vu, décrit, expliqué, étudié au cours des sept jours de déambulation.

13Ce qui frappe d’abord, - et c’est loin d’être seulement anecdotique – c’est le caractère sportif de l’excursion. Il n’y a pas d’autocars à l’époque. On emprunte parfois des tronçons de chemin de fer, mais surtout on marche. La géographie se fait avec des bons souliers et des bonnes jambes. Une traversée des Alpes, depuis le Bas Dauphiné jusqu’au Val de Suse, en sept jours, le franchissement de la chaîne de Belledonne par le Pas de la Coche à 1989 m. d’altitude à une époque de l’année (première semaine de juin) où les sentiers d’altitude devaient être encore fort enneigés, la descente raide et vertigineuse sur la vallée de l’Eau d’Olle, le passage du col du Glandon (1951 m.), ce n’est pas rien ; on imagine la « caravane » (le mot est utilisé par Blanchard) s’étirant sur des centaines de mètres au long des sentiers du Bas Dauphiné ou des lacets de haute montagne, avec rucksacs et bâtons ferrés… Aucune indication n’est donnée au lecteur sur le nombre des participants, ni sur les conditions météorologiques, ni sur la fatigue des géographes, ni sur le probable inconfort des auberges de montagne ; ce sont des détails contingents : de minimis non curat praetor ! C’est ainsi qu’en 1910, on « inventait » la géographie, si loin de nos ordinateurs, d’Internet et des images satellitaires…

14La géographie physique, et, au premier chef la géomorphologie occupent la majeure partie du discours. La première journée est consacrée à la dépression de la Bièvre, paradis des quaternaristes, et aux formes héritées des glaciations. Il est loisible d’entrevoir ici et là la naissance d’un discours explicatif, né de l’observation attentive de formes du relief peu spectaculaires, et, dans la foulée de l’observation, de la construction inductive de familles de formes, ce qui permet, dans un deuxième temps du raisonnement, l’ébauche d’une démarche déductive. Tout ce qui n’est pas morphologie et hydrographie (car le tracé des cours d’eau est attentivement observé) est pratiquement absent ; les seules observations sur l’agriculture sont relatives à la nature des sols…

15La deuxième journée est consacrée à une traversée pédestre du massif de la Chartreuse, de Saint-Laurent du Pont au plateau des Petites-Roches, ce qui permet plusieurs morceaux de bravoure sur le relief plissé, les synclinaux, les anticlinaux. Blanchard est nourri du discours des géologues alpins, seul discours scientifique alors mobilisable : il s’en sert pour inventer et construire un discours de géomorphologie, en cours d’autonomisation et qui deviendra le fleuron de la géographie française pendant un demi-siècle. Mais il exprime aussi une volonté d’indépendance par rapport aux théories davisiennes, dominantes à l’époque, que Blanchard jugera assez rapidement peu adaptées à l’étude de la morphologie alpine. La fameuse controverse entre l’école grenobloise et l’école parisienne pointe déjà son nez ! C’est pendant cette excursion que l’inimitié – le mot est faible – entre Emmanuel de Martonne et Raoul Blanchard s’aiguise. Blanchard prétend que de Martonne avait fait bande à part avec quelques-uns de ses étudiants (Broc, 2001), moquant ses explications morphologiques, mais profitant de l’organisation matérielle… Là encore, en Chartreuse, les quelques observations de géographie humaine sont étroitement liées aux considérations sur le relief, la nature des roches, le climat ; la forte pluviosité de la Chartreuse est soulignée à plusieurs reprises ; Blanchard parlera plus tard de « tyrannie » à propos de ce qu’on appellerait aujourd’hui des contraintes physiques.

16La troisième journée, Grésivaudan et Grenoble, reste centrée sur l’explication morphologique. Le processus de formation de cette énorme vallée du Grésivaudan est expliqué d’une manière qui pourrait aujourd’hui faire sourire géologues et morphologues, mais un siècle est passé ! Manifestant parfois peu d’esprit critique devant des explications « risquées », Blanchard avoue néanmoins ne pas bien comprendre le processus. Il rabat toujours les implantations et activités humaines sur la géographie physique (ainsi de l’industrie, qui se développe sur l’hydroélectricité fournie par les torrents qui dévalent de Belledonne) et fonctionne par analogie - opposant en une jolie formule la « Norvège » du plateau des Petites-Roches à la « Lombardie » du fond du Grésivaudan. Grenoble, où Blanchard habite depuis quatre ans, est expédiée en une demi page, dont l’essentiel est d’ailleurs consacré au cône de déjection du Drac, qui, plaquant l’Isère sur le bas du versant cartusien, rétrécit la rivière et la rend franchissable, fixant ainsi le site de la ville. Cette démarche, strictement physique pour analyser le site des villes, perdurera des décennies.

17Les quatrième et cinquième journées ont dû être dures pour les muscles des géographes, car elles les ont conduit du Grésivaudan à la moyenne Maurienne par la traversée de Belledonne (Pas de la Coche, 1989 m.), la raide descente sur la vallée de l’Eau d’Olle, le passage sur la Maurienne par le col du Glandon (1951 m.) et la vallée des Villards. Le discours est largement axé sur les formes de haute montagne et la concurrence des creusements fluviatiles et glaciaires.

18La sixième journée se déroule dans la moyenne Maurienne où il est beaucoup question des cônes de déjection et de l’érosion torrentielle. Un passage qui peut nous sembler familier aujourd’hui concerne le procès fait par les vignerons de la vallée aux industriels en raison des émanations de chlore issues des sept usines d’aluminium installées dans la vallée entre Saint-Michel de Maurienne et Modane. La pollution industrielle est déjà là.

19Enfin l’excursion se termine par une journée dans le Val de Suse, occasion de souligner le contraste entre le versant italien et le versant français, contraste climatique certes, mais surtout… morphologique, et donc, bien entendu (notons la relation de cause à effet) paysager : « Lorsqu’on arrive en bas des pentes riantes, peuplées de vignes et de châtaigniers, on est […] en pleine Italie, avec les arbres fruitiers, les mûriers, les jardins du Val de Suse. La petite ville est déjà toute italienne d’aspect ».

20Sur cette fin d’excursion, une remarque étonnante ! La « caravane », pour aller de Modane au Val de Suse, est nécessairement passée, en train, par le tunnel du Fréjus, historiquement la première grande percée ferroviaire alpine. La gare de Modane est dès cette époque le point de passage le plus important entre France et Italie, avec ses faisceaux de rails, son armée de douaniers et d’employés des chemins de fer. Modane en vit. Or, dans le compte-rendu, il n’en est pas question : pas une seule ligne, pas un seul mot, alors que, depuis des années, M. Zimmermann commente longuement, à plusieurs reprises, les percées alpines, dans les Annales de Géographie. Respect d’un domaine réservé ? Mépris de travaux qui ne sont pas conduits depuis Grenoble ? M. Zimmermann était-il membre de l’excursion ? On ne sait pas…

21Ce compte-rendu de la sixième excursion interuniversitaire méritait d’être détaillé parce qu’il revêt très clairement une fonction de « manifeste » : plus qu’une ébauche, il annonce le projet scientifique (et il faut insister sur ce terme) de R. Blanchard, celui d’inventer la géographie des Alpes, de construire une orogenèse intellectuelle, de faire sortir ces montagnes de la méconnaissance dont elles pâtissent et en révéler une intelligence globale. Il y consacrera vingt ans, à temps complet, avant de partir inventer une autre région du monde, le Québec. Ce texte donne à lire la naissance d’un chef d’école : cet encore jeune « professeur adjoint » (c’est sa fonction…) a été responsable d’une excursion interuniversitaire, manifestation annuelle aujourd’hui disparue, mais qui constituait une importante institution académique dont la direction consacrait un « Maître » ; il a parlé pendant sept jours devant ses pairs et des étudiants avancés ; il en a profité pour s’affirmer et affirmer la naissance de la géographie alpine. Sa conclusion, prudente comme il sied à un vrai scientifique, dessine les lignes du projet : « L’état de nos connaissances est encore très rudimentaire. Pour la plupart des questions, il faut se contenter de poser les données des problèmes et se garder d’aller trop vite. Ces problèmes, la petite équipe qui s’est constituée à Grenoble s’emploie à les poser et à les résoudre. »

Consolidation

22En 1913, R. Blanchard, pour publier les résultats de ses recherches et ceux de ses collaborateurs, disciples et étudiants avancés, crée le Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie Alpine. Deux raisons majeures l’incitent à se lancer dans l’aventure d’une nouvelle publication. La première, faire connaître et diffuser des travaux innovants. La seconde, se donner les moyens éditoriaux de son indépendance par rapport à Paris, à Vidal et aux Annales de Géographie, dont il doit juger qu’elles ne lui font pas assez de place. Il a eu son excursion, il a désormais sa revue. Le premier numéro du Recueil est, à lui seul, une deuxième forme de manifeste. Alors que R. Blanchard est souvent présenté comme un « mandarin » égocentrique, imbu de lui-même et avec une forte propension à toujours tirer la couverture à lui, il n’y publie pas d’article scientifique. Il s’efface devant ses collaborateurs, sauf à publier son fameux « questionnaire » sur lequel on reviendra. Cela dit, il est évident qu’il a soigneusement concocté la composition de cette première livraison.

23Le premier - et fort long - article, signé de Mlle D. M. Vaughan (dont c’est ici la première et dernière collaboration) porte sur la route du Lautaret. Sûrement sur les conseils du Maître - sont bannies par Blanchard les vieilles dénominations historiques d’Alpes Grées, Alpes Cottiennes, etc. - apparaît une nouvelle physionomie toponymique du relief des Alpes. Pointent les massifs, déjà identifiés par les géologues, et aussi cette invention du géographe alpin, le fameux Sillon Alpin. Le terme n’est pas encore explicitement utilisé, mais l’auteure décrit le « couloir de Chambéry » où convergent Grésivaudan et Combe de Savoie. En revanche, elle utilise encore la terminologie du « massif du Pelvoux ». L’article est largement historique, mais sur le mode d’une histoire souvent contrainte par les conditions physiques, ce qui préfigure un des piliers de la géographie alpine en devenir ; le second est la géomorphologie, et, accessoirement, les conditions climatiques. Dans cette même livraison, Ph. Arbos, un des disciples historiques de Blanchard, publie un article, plus ethnographique que géographique stricto sensu, où il décrit différents types d’élevage, sans toutefois parvenir réellement à une typologie. Si méthodes et techniques sont à perfectionner et si le discours manque de robustesse, ce texte signale pourtant le début de la place d’un des items préférés de la géographie alpine : l’élevage bovin.

24D. Faucher, autre disciple historique, analyse le site de Valence. Nous ne sommes plus dans les Alpes, mais Valence est un des carrefours importants de la périphérie alpine, sa plaine s’inscrit sur l’horizon du sud du Vercors et du débouché de la vallée de l’Isère. Faucher s’intéresse beaucoup aux terrasses du Rhône, à la convergence des voies de circulation, fort peu à la ville elle-même. Il est vrai que le titre de l’article est : « le site de Valence » et non point « la ville de Valence. ». Du même auteur, un article, centré sur les terrasses fluviales, impose une batterie terminologique, élaborée au regard des phénomènes glaciaires, assez mal débroussaillés par les géologues (rarement quaternaristes). Ces réflexions auront une étonnante postérité…

25Enfin, un article consacré au Cours Berriat (une des grandes artères nées du développement économique et démographique des Alpes et qui s’échappent du cœur historique de la vieille cité delphinale) manifeste, par son sujet, l’éventail des centres d’intérêt qui participeront à la fabrication d’une géographie des Alpes. Il faut, en 1913, un certain courage pour imposer une rue – et une rue récente – comme objet géographique digne d’un article.

26Ce premier numéro du Recueil - morphologie, communications, élevage, artère urbaine - est éclectique mais dans son éclecticité même, élabore un programme d’ « invention », du micro-espace aux apocalyptiques déferlements de nappes de charriage. C’est le début d’un vaste inventaire, dont l’achèvement voudrait conduire à une connaissance quasi-complète des Alpes françaises.

27Le numéro 2 voit le début d’une longue étude d’un certain Marchal (que Blanchard semble tenir en très haute estime, tué tout au début de la Guerre de 1914-1918) sur la cluse de Grenoble. Ce travail est très révélateur de cette géographie des petits espaces, qui permet aux géographes du début du XXè s. – et pas seulement ceux de Grenoble – de frôler le rêve récurrent des géographes : l’exhaustivité. Il y a de tout dans cette étude de la Cluse de Grenoble, de la vision des plis encadrant la cluse, de sa formation (qui n’est d’ailleurs pas vraiment clarifiée…), de l’habitat, des hameaux et villages, des cultures et jusqu’à l’influence de Grenoble très proche et l’apparition des migrations quotidiennes de travail.

Le rouleau compresseur

28Avec ce premier numéro des Travaux, le rouleau compresseur est en marche que symbolise le « fameux » questionnaire imposé par Blanchard à tous ses collaborateurs et élèves, le « questionnaire d’enquêtes géographiques en montagne ». C’est un document fascinant, qui vaut la peine qu’on y regarde d’un peu près. Ce n’est pas par hasard que Blanchard le fait figurer dans la première livraison de sa nouvelle revue, tant il est révélateur de la manière dont il envisage l’exploration systématique du terrain qu’il a ouvert à ses collaborateurs et aux étudiants qu’il encadre. Le mot « encadre » est choisi à dessein ; ce questionnaire constitue en effet un cadre qui, une fois rempli, permettra d’éclairer toutes les caractéristiques de l’espace étudié. Les différences relevées, jusqu’à très grande échelle (« L’intérêt principal de ces différentes rubriques, c’est de noter les différences entre les parties d’une même commune, entre la commune et les voisines. »), dessineront alors une mosaïque spatiale et, littéralement, révéleront la géographie de ces Alpes que Blanchard se donne pour mission de faire surgir à la fois dans leur globalité et leur exhaustivité.

29Contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, au regard des pratiques géographiques contemporaines et de la matière du compte-rendu de l’excursion interuniversitaire, la partie du questionnaire consacrée à la géographie physique est très courte et aucun item ne porte sur la géomorphologie. Il ne s’agit nullement d’un rejet : la géomorphologie des Alpes vient couronner les travaux des géologues, dont les publications sont soigneusement répertoriées dans les bibliographies du Recueil des Travaux, mais elle ne relève pas d’enquêtes de terrain, pas plus que le climat d’ailleurs. En revanche, ce questionnaire est une sorte d’aide-mémoire recensant toutes les questions que le chercheur doit se poser, et éventuellement poser aux montagnards qu’il interroge. Il s’étend sur six pages : on est surpris de constater qu’il ne comporte pas de questions, ou si peu, sur la nature montagnarde. Deux questions seulement, sur près de deux cents, s’y référent franchement et portent sur les limites altitudinales des essences forestières et des cultures, et sur l’inalpage. La spécificité des montagnes ne pourra apparaître que par l’analyse des réponses, par différence avec ce que l’on sait des régions non montagneuses ; autrement dit, il ne faut avoir aucune idée préconçue, aucune bribe de théorie préalable. La méthode est clairement positiviste et la construction de la connaissance ne pourra être qu’inductive. L’observation sur place, les renseignements récoltés sur le terrain sont aussi proches que possible de la méthode expérimentale qui prévaut massivement dans la recherche scientifique à l’époque, et ils en tiennent lieu.

30Raoul Blanchard y développe le thème de la nature montagnarde et de ses spécificités, non en référence aux « perceptions » de la nature par les habitants, approche bien en dehors des curiosités géographiques de cette période (bien qu’au fil des sujets, quelques idées de ce genre auraient pu affleurer…), mais en mobilisant des « objets » : les torrents, les climats d’altitude, les pentes, les glaciers, l’utilisation pastorale des alpages, etc. Ils les prennent à bras le corps, les situent, comptent, mesurent, sans inquiétude réflexive. Le climat, les sols, la végétation, les cultures, les animaux ; l’état économique, la vie rurale, la propriété, l’habitat, les habitants, les noms de pays voilà les rubriques décidées par Blanchard. Il s’agit bien, à ce stade de la construction de la connaissance, d’accumuler et de ranger en ordre (dans quel ordre, cela n’est pas dit, à moins qu’il ne s’agisse de l’ordre des rubriques…) Le problème de l’ontologie des objets et des phénomènes étudiés n’est pas abordé, car l’existence de ces objets et phénomènes en tant que telle, en soi, objective, indépendante de l’observateur, mais également des populations montagnardes, ne fait aucun doute ; le problème n’est pas même posé.

31Les livraisons du Recueil des Travaux puis, à partir de 1920, de la Revue de Géographie Alpine s’accumulent. Trimestre après trimestre, pendant des années, sans interruption pendant les deux guerres - ce qui est un tour de force - les Alpes sont examinées, divisées, recomposées par Blanchard et son équipe : la morphologie glaciaire du Vercors par Allix, la foire de Goncelin par Allix encore (les géographes de l’époque sont multicartes…), Uriage station balnéaire par Marchal, qui écrira dans le même numéro un article sur l’auge glaciaire du Grésivaudan ; la formation du département de l’Isère par Marcel Blanchard (homonyme de Raoul et spécialiste de géographie historique), la neige dans les Alpes par Bénévent, les contrastes entre Vercors et Diois, la houille blanche dans les Alpes, etc. Inutile de poursuivre une énumération fastidieuse. Il faut se reporter à la collection des livraisons du Recueil, puis de la R.G.A., et aux très nombreux ouvrages publiés par les différents géographes de Grenoble, et en particulier aux monumentales Alpes Occidentales, sept volumes, le Grand Œuvre de Blanchard, et surtout au dernier tome, Essai d’une synthèse, pour comprendre qu’en effet, la géographie des Alpes a été passée au peigne fin, que la moindre vallée, le moindre bourg est certainement cité quelque part. Lorsque le Maître prend du recul avec la recherche quotidienne sur les Alpes (tout en poursuivant la rédaction de ses Alpes Occidentales) et s’en va, à partir des années 1930, enseigner un semestre par an au Québec et à Harvard, lui et son équipe ont effectivement « inventé », c’est-à-dire révélé les Alpes françaises au monde académique et au grand public. Du moins ils le pensent et on peut le penser. Mais…

32Raoul Blanchard et ses collaborateurs considéraient qu’après avoir accumulé des dizaines d’articles, des centaines de pages, on pourrait les juxtaposer et ainsi obtenir « la » géographie des Alpes. Du moins le croyait-on… Le souci épistémologique n’effleurait pas alors la géographie, et surtout pas Raoul Blanchard. Peter Nash, professeur dans une université de l’Ontario, qui avait été l’élève de Blanchard à Harvard, qui a été le premier officier américain à entrer dans Grenoble libérée en 1944 et est allé immédiatement saluer son maître, avait commencé un livre sur Raoul Blanchard (semble-t-il malheureusement inachevé) dans lequel un chapitre était intitulé : « Is no Philosophy a Philosophy ? ». On inventoriait, on rassemblait, on inventait sans connaître la phrase d’H. Poincaré : « La science est construite avec des faits, comme une maison avec des pierres. Mais un grand nombre de faits n’est pas plus de la science qu’un tas de pierres n’est une maison ». Ces géographes, positivistes et réalistes (d’ailleurs en ont-ils conscience ?) ramasse des faits et les entasse. Ne soyons pas trop méchants ; d’une part, ces faits ils savent parfois les interroger avec pertinence, et d’autre part ces entassements seront bien utiles comme matériaux pour des constructions ultérieures.

Une géographie « appliquée »

33Ce labeur incessant pour créer et diffuser une connaissance systématique des Alpes françaises ne fait pas oublier à Raoul Blanchard que cette connaissance doit être utile, i.e. favoriser le développement économique et donc le bien-être humain. Cette dimension visionnaire est un aspect qu’on oublie souvent à son endroit. Pas un visionnaire romantique (encore que ses descriptions des paysages alpestres peuvent être pleines de métaphores poétiques ainsi du « cuirassé Vercors fendant la houle du Diois »), mais un visionnaire au sens propre, c'est-à-dire un homme qui voudrait, par ses connaissances modeler l’avenir. Pour les Alpes, il juge que l’hydroélectricité et les industries induites constituent un levier puissant (Veitl, 2001).

34La petite ville provinciale et médiocre du XIXe s. que Stendhal détestait tellement, est en passe de devenir une ville industrielle moderne et d’avant-garde. Depuis la fin du siècle, et après l’épisode utile, mais limité, de la ganterie, Grenoble, grâce à son environnement alpin, est entré dans l’époque de la houille blanche. Pour développer cette source d’énergie, qu’on n’appelait pas encore « renouvelable », il faut tout un environnement industriel, (construction de turbines, matériel électrique, conduites d’eau énormes), sans compter les matériaux de construction pour les barrages qui vont, de plus en plus nombreux, harnacher les torrents de montagne. Blanchard voit dans cet environnement industriel, non seulement un avenir industriel, mais surtout une voie pour unifier les Alpes autour d’un projet de développement. Visionnaire en géographie « appliquée », il veut la création d’une région économique des Alpes, de Nice à la frontière suisse. Il n’est pas encore question de régions au sens politique et administratif, mais de l’union des forces économiques. Cet espace économique des Alpes, gravitant autour de Grenoble, est le rêve de sa vie, chose étonnante chez un homme qui ne semble guère avoir été un rêveur, mais au contraire un esprit profondément attaché aux réalités et au concret.

35Pour réaliser ce rêve d’union économique des Alpes qu’il se juge en droit de proclamer grâce à sa connaissance du terrain, et à celle de ses disciples, il se rend vite compte qu’il faut se rapprocher des leaders d’opinion et des chefs d’entreprise. Cette action, mûrie pendant les années de guerre (où disparaissent nombre de ses disciples et étudiants), il la déploie aussitôt la guerre finie, et même avant, comme en témoigne l’article de janvier 1918 dans la revue L’Action Nationale. Blanchard noue alors des liens étroits avec des industriels comme Bouchayer, Directeur des Etablissements Bouchayer et Viallet, qui fabriquent des conduites destinées à la construction des conduites forcées, et avec la banque Charpeney, qui assure les financements nécessaires aux investissements autour de l’électricité (Veitl, 2001). Il entretient ainsi des liens étroits avec l’Association des Producteurs des Alpes Françaises, l’APAF et avec tous les organismes consulaires, poussant à une étroite collaboration des Chambres de commerce des Alpes Maritimes, des Hautes Alpes, de l’Isère et des deux Savoies et à la création d’une Chambre de commerce des Alpes.

36Il lui faut des appuis moraux, mais aussi financiers. Blanchard, en 1920, modifie le titre du Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie Alpine, trop académique et pas du tout grand public, en celui de Revue de Géographie Alpine, dont la parution sera largement soutenue, il n’en fait pas mystère, par des subventions privées facilitées par la complicité entre force académique et forces économiques. Il trouve aussi un appui utile auprès d’Etienne Clémentel, radical-socialiste, sept fois ministre (dont ministre des Finances dans le Cartel des Gauches), un des inspirateurs de la politique de régionalisation, que Blanchard soutiendra du haut de sa posture académique. Le couronnement de ce rêve d’une région centrée sur Grenoble, capitale des Alpes françaises, a lieu en 1929, avec l’Exposition universelle de la Houille Blanche, qui attire à Grenoble industriels et économistes du monde entier. Blanchard y officiera, parmi de nombreuses personnalités. Il croit à ce moment que son rêve se réalise.

Postérité et impasses

37L’échec de ce projet est une des grandes désillusions de Blanchard. C’est peut-être parce qu’il constate que décideurs et politiques ne suivent pas très efficacement, que Lyon renforce son emprise et que Chambéry et Annecy ne veulent pas se placer dans l’orbite de Grenoble, qu’il prend du recul et part enseigner au Canada et aux Etats-Unis, un semestre par an. L’après-guerre de 1939-1945 détruira définitivement ses illusions, qui voit l’espace alpin découpé en deux régions économiques, Marseille absorbant dans son attraction les Alpes du Sud, y compris de vieilles terres dauphinoises, et Lyon, la rivale, étendant son influence sur les Savoie, laissant Grenoble très seule au cœur d’une toute petite zone d’influence. Il se retirera sans voir que la recherche scientifique de pointe, l’électronique et l’informatique donnent à sa ville (car elle était devenue SA ville) un rayonnement beaucoup plus important que celui qu’elle aurait pu avoir comme capitale des Alpes, ce qu’elle n’a jamais été… Ses successeurs, Germaine et Paul Veyret tenteront, mais sans aucun succès, de contrer la création des Régions. En vain : on verra naître Rhône-Alpes et Provence Alpes Côte d’Azur. Le terme « Alpes » dans les deux régions est une très maigre consolation !

  • 3  NDLA : Exprimée oralement comme telle lors de colloques, cette expression se retrouve sous une for (...)

38Faut-il voir dans cet échec et dans l’incapacité de R. Blanchard d’imposer une « région alpine », les limites qui furent les siennes en ne saisissant pas qu’une région économique entièrement montagneuse, étirée de Nice à la frontière suisse, sans colonne vertébrale et avec des communications difficiles, voire inexistantes, n’était en aucun cas viable. Des études approfondies, conduites à l’Institut de Géographie Alpine (IGA) dans la fin des années 1990, ont montré qu’il n’a même jamais existé un axe économique Grenoble-Chambéry-Annecy… Blanchard fut-il à ce point obnubilé par les contraintes physiques, dans lesquelles il voyait peut-être un élément unificateur… ? Cet échec invite alors et plus avant à questionner les présupposés épistémologiques mêmes du maître grenoblois, présupposés qui participent d’une certaine représentation disciplinaire, elle-même confondant sous le terme « géographie », la science géographique et son objet. Cette confusion est une clé pour rendre compte des relations complexes et troubles que les géographes ont toujours entretenu avec la « réalité », et on peut penser que c’est aussi une des clés qui explique leurs nombreux échecs pour simultanément tenir une place honorable dans le concert des sciences et influer sur la marche du monde. Comme l’a dit Claude Raffestin dans une célèbre citation : « La géographie a été victime de son évidence »3.

39Les géographes grenoblois, conduits avec une grande autorité par Blanchard, ont révélé, non pas LA géographie des Alpes, mais UNE géographie des Alpes, la leur. Lire aujourd’hui les écrits de Blanchard – et de ses disciples – en particulier dans la Revue de géographie alpine, fait apparaître qu’ils ont, somme toute, inventé une image des Alpes, celle qu’ils se faisaient. Seize ans après la publication du questionnaire, Blanchard est sur le point de publier un petit livre, Les Alpes françaises, préfiguration de la somme citée plus haut, les Alpes Occidentales. Il se livre, dans la Revue de Géographie Alpine, à une réflexion que les contraintes éditoriales l’ont empêché de placer dans le petit ouvrage à paraître ; il s’agit d’un article intitulé « Sur les noms des régions naturelles des Alpes françaises ». On remarquera l’emploi du mot « naturelles », et l’auteur poursuit en définissant ce qu’il entend par « région naturelle » : « Une […] division dans laquelle les conditions de climat, d’hydrographie, de végétation, et après elles toutes les caractéristiques anthropo-géographiques qui seront observées sur les mêmes espaces, concordent remarquablement ». Pour Blanchard, la coïncidence spatiale de faits naturels – climat, hydrographie, végétation – doit entraîner des caractéristiques anthropo-géographiques qui seront observées sur les mêmes espaces. C’est donc, si on comprend bien, la nature qui impose les caractéristiques culturelles. Dans cet article, fondateur à bien des égards, l’auteur lance un certain nombre de dénominations toponymiques, uniquement basées sur des traits naturels, qui s’imposeront grâce à l’autorité du Maître, et seront largement diffusées pendant plus d’un demi-siècle, dans les manuels scolaires, et sont encore fréquemment utilisées aujourd’hui, parfois un peu dévoyées : Préalpes, Sillon Alpin, Massifs centraux ; il invente pratiquement le Vercors dans son acception actuelle… Et depuis près d’un siècle, ces divisions servent de trame spatiale à toutes les études de géographie et même d’aménagement du territoire, dans les Alpes françaises. Elles y trouvent une application…

40Prééminence exclusive de la nature, sans doute aucun sur son statut. Prééminence ? Le mot est faible. Dans la première phrase du premier volume des Alpes Occidentales, Blanchard écrit : « Le relief, dans un examen des Alpes, est le problème central, celui qui tyrannise tous les autres. Il est donc nécessaire de le placer au fronton de notre ouvrage ». On ne saurait être plus clair ; c’est la nature qui commande, très brutalement : la nature EST et tyrannise. S’en trouve esquivé le déterminisme naturel comme « problème » géographique, qui hante pourtant toute l’œuvre de Blanchard, mais implicitement.

41La conclusion, étonnement brève (quatre pages) de l’énorme ouvrage en sept tomes, est tout aussi claire. Ce qui est essentiel, c’est la division en trois régions : Alpes françaises du Nord, Alpes françaises du Sud, versant italien. Or cette division repose exclusivement sur des facteurs naturels (y compris la frontière « naturelle » entre la France et l’Italie) : altitudes et pentes, sols, climat, végétation. Ce qui est très frappant, au fil des pages, ce n’est pas d’abord cette conviction que la nature impose ce qu’on appellerait aujourd’hui l’organisation spatiale, dans la genèse de laquelle il est apparent que Blanchard n’assigne qu’un rôle très secondaire aux faits culturels. De ce point de vue, on peut discuter… Ce qui est frappant, c’est justement que Blanchard n’en discute pas ; la discussion n’est pas même suggérée. Puisqu’on observe ce qui est et qu’on le voit ainsi, alors c’est ainsi.

42La postérité de l’œuvre de Blanchard est incontestable, mais à géométrie variable. Elle est ainsi plus sensible dans le grand public (guides touristiques) et dans la galaxie scolaire – la vision des Alpes selon Blanchard, simplifiée, réduite à l’état de squelette, hantera les manuels scolaires jusque dans les années 1970 (fig. 1), et l’enseignement aux étudiants à l’Institut de Géographie Alpine plus tard encore – que dans le petit monde de la géographie académique. En revanche, la difficulté à pénétrer en profondeur la géographie scientifique à son époque - l’ensemble des géographes était pourtant un tout petit monde – est en partie liée aux querelles entre géographes « parisiens » et « grenoblois ». Les controverses portent essentiellement sur des problèmes morphologiques très limités et assez ésotériques de surfaces d’érosion. Alors que la conception de la géographie n’est pas en cause, faire la part d’une véritable controverse scientifique et des inimitiés personnelles est bien difficile : elle tourne parfois au comique, comme dans les articles vengeurs sur l’observation des morsures (ou surfaces ?) d’érosion sur la Tête de Parmelan ! L’invention des Alpes ne souffrira pas de ces médiocrités académiques, le rayonnement des géographes grenoblois peut-être plus. Numa Broc décrit fort bien ces affrontements (Broc, 2001), qui ont peut-être plutôt servi Blanchard. Mais en tout cas ses élèves vont obtenir des postes dans de nombreuses universités, Arbos à Clermont-Ferrand, Faucher à Toulouse, Bénévent à Aix, Allix à Lyon, Blache à Nancy. Ils vont bien entendu diffuser la bonne parole…

Figure 1 : Les Alpes françaises. Carte murale

Figure 1 : Les Alpes françaises. Carte murale

43Au terme de ce parcours, peut-on alors dire que Raoul Blanchard a « inventé » les Alpes et que la revue grenobloise en a constitué la vitrine ? Il a bien vu l’objet, la géographie des Alpes, mais il n’a pas écrit la géographie de sa géographie, autrement dit, il a peut-être inventé les Alpes, mais il ne le montre pas. C’est une invention inachevée. Ce point de vue peut sembler une banalité, un truisme ? Ce n’est pas si sûr…

44C’est donc un autre échec, mais un demi-échec seulement, probablement inévitable à l’époque. Toute exploration d’un domaine de la connaissance commence par une quête des données et une accumulation de faits et d’observations ; pensons à Linné et à ses interminables classifications… Blanchard et ses disciples ont proclamé la nécessité d’une connaissance des Alpes et ont travaillé à en jeter les bases et surtout à diffuser ces connaissances. C’est déjà beaucoup.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pour écrire ces quelques pages, on a consulté la série des livraisons des Annales de Géographie, de 1892 à 1912, et le Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie Alpine (devenu la Revue de Géographie Alpine en 1920) de 1913 à 1924, puis passim. Il serait fastidieux de noter tous les articles et notules qui ont été pris en compte. Il est aisé de se reporter à ces revues, toutes deux désormais en ligne.

Deux articles cependant seront référés car particulièrement utilisés : ils apparaissent comme fondateurs de la géographie selon Raoul Blanchard :

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BLANCHARD R., 1910, La sixième excursion géographique interuniversitaire (Alpes Occidentales 1910), Annales de Géographie, 1910, t. 19, n°108, p. 412-439.
DOI : 10.3406/geo.1910.2706

BLANCHARD R., 1913, Questionnaire d’enquêtes géographiques en montagne, Recueil des Travaux de l’Institut de Géographie Alpine, 1913, t.1, n°1, p. 85-90.

BLANCHARD R., 1918, La région économique des Alpes françaises, l’Action Nationale, 25 janvier, p. 28-48.

Un numéro thématique de la Revue de Géographie Alpine, n°3, t. LXXXII, intitulé La montagne réinventée : Géographes, naturalistes et sociétés (XVIIIe-XXe siècles) est largement consacré à l’invention géographique, et un autre numéro thématique de la même revue, n°4, t. 89, 2001, intitulé Les Géographes inventent les Alpes est également à consulter.

Dans ces deux numéros, on retiendra pour le présent propos :

ALAVOINE S., 2001, Les Alpes d’Elisée Reclus, RGA, 4, t.89, p. 27-42.

BROC N., 2001, Ecole de Grenoble contre école de Paris : les Alpes enjeu scientifique, RGA, 4, t.89, p. 95-106.

DEBARBIEUX B., 2001, Différenciation et désignation géographique des objets alpins : six manières de faire, RGA, 4, t.89, p. 43-66.

POUJOL O., 1994, L’invention du Massif Central, RGA, 3, t. LXXXII, p. 49-62.

RAFFESTIN C., 2001, Les Alpes entre mythe et réalité, RGA, 4, t. 89, p. 13-26.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ROBIC M.-C., 2001, Le Val comme laboratoire de géographie humaine ? Les avatars du Val d’Anniviers, RGA, 4, t.89, p. 67-94.
DOI : 10.3406/rga.2001.3058

VEITL Ph., 1994, Raoul Blanchard. Dire et faire les Alpes, RGA, 3, t. LXXXII, p. 81-94.

VEITL Ph., 2001, Entre étude scientifique et engagement social. L’Institut de Géographie Alpine de Raoul Blanchard, laboratoire de la région économique alpine, RGA, 4, t.89, p. 121-132.

A consulter particulièrement :

BLANCHARD R., 1925, les Alpes françaises, Armand Colin.

BLANCHARD R., 1924, Sur les noms des régions naturelles des Alpes françaises, RGA, p. 455-462.

BLANCHARD R., jusqu’en 1956, Les Alpes Occidentales, 7 tomes, et surtout le t. VII, Essai d’une synthèse, Arthaud.

Enfin il faut se reporter au livre récent de B. Debarbieux et G. Rudaz, 2010, Les Faiseurs de montagne, C.N.R.S. Editions, 374 p. Le chapitre 1, « La montagne comme objet de connaissance » est fondamental. Au cours du livre, de très nombreux travaux sur le sujet de l’invention des montagnes sont signalés. Malheureusement, la bibliographie, très riche, est dispersée par chapitres et correspond aux notes infrapaginales. Il n’y a pas de bibliographie générale, ce qui est assez gênant.

Haut de page

Notes

1  Lorsque Raoul Blanchard se lance dans son étude systématique des Alpes, il y a moins d’un demi-siècle que la Savoie est française. Beaucoup de gens sur lesquels lui ou ses disciples vont appliquer le fameux questionnaire d’enquête sont nés sujets de la monarchie piémontaise.

2  Entendons-nous sur « connaissance scientifique » lorsqu’on parle du discours géographique : la géographie est l’étude scientifique de l’organisation de l’espace par les sociétés ; Cette définition, que je fais mienne, n’exclut nullement la géographie physique. Les géographes qui ont « inventé » les Alpes, Blanchard et ses équipes n’auraient pas formulé ainsi une définition de la géographie, mais en fait ils n’ont pas été très loin de la mettre en œuvre ; ils faisaient une place de choix à la géographie physique, mais n’ont jamais oblitéré le rôle des sociétés et groupes humains.

3  NDLA : Exprimée oralement comme telle lors de colloques, cette expression se retrouve sous une forme un peu différente : «  Les géographes se sont enfermés dans l’évidence de l’objet », in Geographica Helvetica, 1986, n°3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les Alpes françaises. Carte murale
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8369/img-1.png
Fichier image/png, 599k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Chamussy, « Une invention des Alpes », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 169-178.

Référence électronique

Henri Chamussy, « Une invention des Alpes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 30 janvier 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8369 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8369

Haut de page

Auteur

Henri Chamussy

Université Joseph Fourier, Grenoble h.chamussy@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page