Navigation – Plan du site

Editorial : Quand les revues dessinent des territoires

When the journals draw territories
Isabelle Lefort
p. 163-168

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1L’ère numérique marque un réel tournant pour les périodiques scientifiques. La mise en ligne de leurs livraisons passées conjointement au nouveau mode de diffusion en réactualisent l’accessibilité et facilitent la relecture de ce que l’on peut sans doute légitimement qualifier de patrimoine scientifique et disciplinaire (Baudelle et al., 2001). Alors que ces périodiques n’ont longtemps et essentiellement circulé que par les échanges entre revues - si l’on excepte bien sûr les abonnés particuliers - l’internet en permet aujourd’hui une visibilité quasi panoptique, en facilite la redécouverte et permet aussi d’en saisir plus aisément les trajectoires. Prenant acte de ces récentes évolutions, la revue Géocarrefour a invité les géographes à une large relecture des revues régionales de géographie, pour continuer de rendre compte, non pas d’une Histoire, mais des histoires de la discipline, dans la pluralité des voies et des choix scientifiques qui l’ont élaborée (Pinchemel et al., 1979, p. 223).

2Les revues, et en particulier celles-ci, composent de fait un corpus très riche et particulier qui permet de se saisir de questionnements tout à la fois scientifiques, disciplinaires et institutionnels. Ces supports de publication rendent compte de “savoirs situés”, dont les trajectoires, c’est l’hypothèse faite ici, sont indissociables des tensions entre dispositifs académiques et personnels localisés d’une part et capitalisation plus globale de savoirs géographiques d’autre part.

3L’objectif était donc de prendre la mesure des positionnements et des dynamiques disciplinaires des revues régionales pour proposer à la collectivité des géographes (mais aussi à d’autres sciences sociales) un panorama sur le temps long de cette dimension historiographique. Par leur implantation (grandes villes de province, mais pas toutes, et pas en même temps) et leur ancrage institutionnel localisé, elles ont, en effet, tenu une place singulière dans le dessin de bassins de savoirs géographiques régionaux, délimité des territoires et des thématiques de prédilection, bref, ont construit une géographicité propre à chacune. Ce regard porté sur les dynamiques de publications, sur les pleins surinformés et les creux - quelle revue pour les régions ligériennes, voire même pour le Massif central ? - a ainsi et également contribué à élaborer une représentation particulière de la géographie nationale.

L’espace-temps des revues régionales

4En laissant de côté le cas des grandes revues généralistes françaises qui, chacune en leur temps, ont servi de manifeste et de visibilité éditoriale aux mutations de nos paradigmes scientifiques (Annales, Espace géographique, Géographie et culture…), il s’agit ici de saisir le lien plus particulier qui relie une publication de géographie et son périmètre d’études. Nous faisions l’hypothèse d’un espace-temps propre à cette famille de publications qui les singulariserait. Si, dans d’autres disciplines, les revues ont borné des pourtours d’investigation par une thématique, une période ou une approche, en géographie, discipline qui travaille (avec, sur) l’espace, les revues régionales ont initialement délimité leurs prés carrés sur une base géographique, prés carrés qu’elles ont dessinés et documentés, qu’elles se sont appropriés, dont elles ont fait leur territoire en même temps qu’elles le circonscrivaient. Ce « territoire » capitalise la triple acception de périmètre de souveraineté, d’identité et d’appropriation.

5Analyser ces mémoires éditoriales bien vivantes, articuler périmètre géographique et périmètre scientifique pose d’emblée plusieurs questions. D’abord, parce que les revues constituent tout à la fois un corpus scientifique et de connaissances positives, un outil de communication et de positionnement scientifiques, un lieu de sélection et de validation de la production mais aussi un indicateur d’une dynamique et d’une inventivité scientifiques. La mue des titres constitue ainsi un premier indicateur de la pertinence et de la vitalité des positionnements : ainsi des Etudes rhodaniennes devenues tout d’abord Revue de Géographie de Lyon puis Géocarrefour, d’Hommes et Terres du Nord devenu Territoire en Mouvement ou Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, que remplace Sud-Ouest Européen en 1999. Ces changements éclairent déjà sur les évolutions de la maille spatiale de ces périodiques.

6Le mitan du siècle marque deux vagues de créations, corrélées en partie avec le réseau des universités de province qui s’étoffe et se structure durant le siècle. Une première, à l’amont, qui rassemble les Travaux de l’Institut de Géographie Alpine (1913) devenus la Revue de Géographie Alpine en 1920, les Études Rhodaniennes en 1925, le Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie et la Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest en 1930 ; une seconde à l’aval qui voit la création de Norois en 1954, de la Revue de géographie de l’Est en 1961, d’Hommes et Terres du Nord en 1963 et de Mosella enfin en 1971. Les textes ici rassemblés n’en couvrent pas la totalité mais illustrent tout de même chacun des deux moments : Revue de Géographie Alpine (RGA), Etudes Rhodaniennes (ER), Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO) d’une part et Hommes et terres du Nord (HTN) d’autre part.

7Manquent à l’appel la Revue Géographique de l'Est dont le site internet donne à penser que la démonstration aurait pu faire valoir des analyses comparables, la revue indiquant qu’elle « publie des articles, notes et comptes rendus de géographie physique et humaine concernant principalement l’Europe rhénane, centrale et orientale, la France de l’Est et le Proche-Orient ». Norois, aussi, qui « est une revue de géographie générale ouverte sur le milieu naturel et les questions d'environnement, mais aussi sur les hommes et les dynamiques territoriales des faits sociaux. Traditionnellement inscrite dans la France de l'ouest et les régions de l'Atlantique nord, son aire géographique s’étend désormais aux rives de l’Atlantique sud (Amérique Latine et Afrique), ainsi qu’à l’Europe de l’Est dans la limite d’études comparatives menées dans le cadre communautaire ». Cette dilatation géographique est également signalée sur le site de Mosella dont « les espaces clefs sont la France de l’Est, Grande Région (SarLorLux), Monde germanique, Europe centrale et orientale, Maghreb, Monde ». L’expansion des aires concernées, à partir d’un cœur régional est analogue dans ces trois revues et fait écho à la trajectoire géographique des Etudes Rhodaniennes/Revue de géographie de Lyon (RGL) et de la RGPSO ici analysées.

Desseins et dessins territoriaux

8Les articles rassemblés saisissent essentiellement sur le temps long la trajectoire de ces revues et permettent d’en comprendre les desseins initiaux, marqués du sceau le plus souvent d’une figure intellectuelle forte et de personnalités dont l’engagement et le volontarisme - l’énergie déployée aussi – sont indissociables du succès de l’aventure. Se dessinent ainsi des figures de pionniers, presque de capitaines d’entreprises (R. Blanchard à Grenoble, D. Faucher à Toulouse, A. Cholley - mais brièvement - à Lyon). Ce sont eux qui mettent en branle le projet d’un inventaire, la fabrique d’une collection d’articles qui progressivement fabriquera des collectifs scientifiques localisés. La dimension humaine personnelle de ces sujets géographes qui incarnent un projet disciplinaire participe fondamentalement de ses orientations, de ses pratiques et de ses évolutions.

9Les analyses de ces revues et bien qu’elles n’aient pas toutes la même épaisseur historique, mettent à jour quelques scansions majeures qui nous permettent de monter en généralité à partir des articles rassemblés ici. Se succèdent ainsi, dans leurs grandes lignes, le temps de l’inventaire (questionnaire, collecte des connaissances à grande échelle, instruction du grand dossier « régional »), celui de moments d’inflexion (spécialisation thématique, (re)positionnement d’un projet scientifique), celui enfin de la pluralisation des auteurs, de la dilatation des périmètres géographiques et de la professionnalisation de la recherche (programmes). Ces trois points sont conjoints à la montée en puissance des instituts, départements et laboratoires de géographie.

10Mais on ne saurait ramener à cette simple succession chronologique la richesse des questionnements soulevés par cet appel à textes sur les « territoires » des revues régionales de géographie. En la matière, qu’établissent ces articles ? Que ces revues n’ont pas fait l’impasse sur l’utilité et les usages souhaités des connaissances capitalisées, qu’il s’agit même d’un de leurs objectifs initiaux. Que ces usages sont allés de pair avec des relations significatives avec les acteurs locaux/régionaux de l’action territoriale et de l’aménagement. Que les inflexions et les changements d’orientation sont finement corrélés à la professionnalisation de la recherche et de ses structures, tout autant voire plus qu’à la chronologie coutumièrement reçue de l’histoire paradigmatique de la discipline. Que toutes enfin, au long cours de leurs publications, ont enregistré des élargissements spatiaux venus s’ajouter aux espaces initialement documentés qui relevaient « légitimement » de leurs prés carrés. Reste que cette légitimité revendiquée ne repose sur aucune raison univoque ni partagée par l’ensemble des revues analysées. Revues régionales de géographie, elles furent aussi revues de géographie régionale, mais la maille de leur « région » ne fait guère (ou pas) l’objet d’une formalisation réflexive dans la mise en œuvre éditoriale.

Mailles géographiques des revues

11Des périmètres de tutelle sont certes bien visibles dans les articles qui suivent et pour toutes les revues étudiées : certains sont dès le départ expressément limités et défendus (Les Alpes pour la RGA, le Nord pour HTN), d’autres plus mouvants (RGPSO) ou plastiques (ER/RGL), mais ils respectent peu ou prou les limites des académies. Mais toutes ces revues, bras éditorial armé de la mise en œuvre du dossier régional, « régionalisent », inégalement certes, mais progressivement, et surtout pour la première moitié du siècle, l’espace français. La figure de l’universitaire-entrepreneur de revue joue un rôle majeur. Si la puissante figure de R. Blanchard à Grenoble constitue un « cas » que l’histoire de la discipline véhicule comme tel dans sa singularité – singularité dont il a lui-même contribué à écrire le récit – elle n’est pas unique. Celle de D. Faucher à Toulouse ou d’A. Allix à Lyon dans une moindre mesure (d’ailleurs tous deux anciens disciples du premier), de Ph. Pinchemel à Lille, rendent compte du rôle des individus dans la mise en œuvre de ces projets. Et ce, d’autant plus que les carrières sont stables et longues (Ph. Deboudt*). Cette dimension humaine et personnelle des universitaires, leur capacité à mobiliser des « troupes », à attirer des étudiants, à construire des synergies et des complémentarités pour documenter, en extension et en profondeur, les connaissances régionales sont ici largement exemplifiées comme indissociables des territoires que les revues s’approprient. Celles-ci, en publiant de très nombreux mémoires d’étudiants, assurent ainsi leurs premiers pas dans le cursus honorum académique (et ce faisant la légitimité des travaux impulsés par leurs directeurs) mais élaborent aussi de véritables « programmes » scientifiques sur une base cumulative.

12Au-delà des spécificités de chacune, toutes ces revues rendent compte d’une démarche et d’un projet analogues : documenter, actualiser, assurer un dossier « régional » dont le découpage est certes assujetti au réseau urbain national (grandes villes universitaires de province), mais pas uniquement. Ainsi la RGPSO, basée à Toulouse, qui associe l’université de Bordeaux, puis celles de Pau et de Perpignan dans les années 1970. La maille et la hiérarchie urbaines françaises interviennent ainsi comme facteur déterminant - mais partiel - dans la maille territoriale de ces revues, et conséquemment sur la délimitation de leurs aires « régionales ». Là réside clairement toute l’ambiguïté, bien connue des géographes, du terme de « région ». Le piège du mot, entre acception disciplinaire et sens commun, oblige ici à quelques périphrases. Si H. Chamussy montre comment le projet alpin de Blanchard couvre la totalité du massif montagneux pour en inventer l’unité géographique (Chamussy, 2011*), Ph. Deboudt dessine la saisie géographique du littoral dans la région du Nord comme espace de cristallisation des publications (Deboudt, 2011*). R. Marconis retrace quant à lui les publications d’une RGPSO qui incorpore progressivement, au gré des laboratoires et des créations universitaires, les régions bordelaises et les Pyrénées atlantiques (Marconis, 2011*). « Dans un ordre certes bien dispersé, car tributaire des opportunités ou de l’origine géographique des étudiants et des chercheurs, mais toujours avec le souci de la rigueur scientifique, de Toulouse à la frontière espagnole, du Béarn au Rouergue, c’est bien l’ensemble du Sud-Ouest et des Pyrénées qui a subi les assauts curieux des géographes de 1926 au début des années 1950 ». Le cas lyonnais des ER/RGL a dessiné un périmètre d’investigation et de légitimité sur le calibre d’une région lyonnaise déjà identifié par P. Vidal de la Blache, mais en lui octroyant des apophyses vers les terres ardéchoises et plus largement le couloir séquano-rhodanien, mais sans toucher aux terres blanchardiennes... A contrario, pour HTN, si son envergure couvre l’espace régional du « Nord », son objectif n’est pas de nature uniquement de « région géographique » : « c’est volontairement que le mot géographie ne figure pas dans le titre de la revue. Elle se veut d’abord la revue de la région du Nord, ouverte à tous ses aspects, tous ses problèmes humains, économiques » (Pinchemel, 1963).

Connaître, faire connaître et être utile : une question de territoires et d’acteurs

13La création de ces revues est portée par un objectif à deux coups : d’une part connaître et faire connaître scientifiquement, d’autre part servir aux questions et problèmes d’aménagement : « La Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest a donc l’ambition de faire connaître d’une manière scientifique les Pyrénées et le Sud-Ouest, c’est-à-dire d’en analyser, suivant l’esprit géographique, les caractères physiques et humains. (…) Elle espère ainsi devenir un instrument de travail, non seulement pour les spécialiste de la géographie, mais pour les membres de l’enseignement, et pour tous ceux qui, à des degrés divers ont besoin de connaître objectivement, les réalités géographiques » (R. Marconis). Cette phrase inaugurale doit être rapprochée de celle qui annonce la création des ER. « L'Institut des Etudes rhodaniennes de l’Université de Lyon a été créé dans le but de coordonner les recherches d'ordre physique et économique concernant le Rhône et ses principaux affluents ainsi que la voie de passage et la zone d'activité que constitue le couloir rhodanien (vallée de la Saône et du Rhône). Organiser, sur cette importante région française, et européenne, une enquête scientifique permanente, susciter des courants d'idées, créer entre les chercheurs et aussi entre les foyers d'activité et de pensée dispersés au long de cet axe rhodanien un organe de liaison efficace, tel est en somme l'idéal » (Cholley, 1926, p. 9-10).

14Collecter des informations, de toutes natures, pouvant être mobilisées dans le cadre des aménagements projetés ou en cours, participe historiquement des projets de ces revues. Ainsi des ER alors qu‘E. Herriot emmène une politique de modernisation des économies lyonnaise et régionale, ou d’HTN à l’heure des grands tournants de la région du Nord. R. Blanchard agit de même en faisant de la RGA le bras informationnel de l’évolution énergétique et industrielle des Alpes. En attestent avec évidence les rubriques « chronique » dont l’intitulé exprime assez la nécessité et la volonté de tenir à jour les informations et de les rassembler pour en assurer la publicité. Actualité et bibliographie régionale – la RGPSO tient une bibliographie pyrénéenne, toutes disciplines confondues –remplissent cet objectif, dans un temps où la diffusion de l’information économique était moins aisée qu’aujourd’hui. Pour le dire autrement, ces revues régionales de géographie ont eu (et certaines ont conservé longtemps) une fonction de veille régionale informationnelle et d’actualisation des données.

15Cette utilité potentiellement opérationnelle a pour symétrique la participation et l’engagement des acteurs politiques et économiques. H. Chamussy, Ph. Deboudt, P. Picouet, I. Lefort soulignent combien la création des revues fut aidée et accompagnée par des acteurs de leur « territoire ». Ces liens font écho à ceux que les anciennes sociétés de géographie ont historiquement entretenus avec le tissu local, d’élus et d’entreprises qu’illustre l’articulation entre les articles de H. Clout (2011*) et d’I. Lefort (2011*). De même, HTN résulte de la fusion de deux numéros annuels isolées, Revue du Nord et Bulletin de la Société de géographie de Lille. Mais l’existence préalable d’une société de géographie ne saurait suffire à rendre compte de la création ni même de la précocité de la création d’une revue de géographie. Ainsi, de grandes villes de province ayant connu de vivaces sociétés de géographie n’en ont pas vu naître le projet, ce qui explique par exemple que Daniel Faucher ait invité Louis Papy, directeur de l’Institut de Géographie de Bordeaux depuis 1945, à partager dès 1953 la direction de la RGPSO. Il se révèle indéniable que la coupure géographie savante/dimension opérationnelle qui a longtemps été un des topoï les plus usités dans l’histoire de la géographie mérite d’être relue à la lumière des projets éditoriaux de ces revues. Inversement et paradoxalement, alors que la géographie investit la question de l’aménagement à partir des années 1960-1970, ces revues dont ce fut pourtant un des axes de travail, ne sont plus sur ces lignes : elles sont devenues des vitrines de la recherche scientifique. H. Chamussy, R. Marconis, P. Picouet, I. Lefort restituent le désengagement progressif des acteurs territoriaux, publics ou privés, corrélativement à un recentrage éditorial désormais plus normé par des canons académiques. On y adjoindra sans doute aussi le fait que l’extension des périmètres de ces revues, en excédant leur territoire « régional », sert moins expressément les attentes extra-universitaires, sauf à être partie prenante des opérations pilotées par une région (Picouet, 2011*).

16Une revue a un coût dont l’équilibre constitue, pour les géographes qui les pilotent, un constant souci sur l’ensemble de la période. Les budgets sont ainsi abondés par des subventions qui viennent heureusement compléter des abonnements fluctuants, et en particulier en un temps où aucun organisme de recherche n’y participait. Se dessine alors indéniablement une relation fonctionnelle forte entre les revues régionales et leur aire d’investigation. Ce lien n’est pas anodin. Il a constitué de fait un véritable moteur d‘objectif géographique - dans l’orientation et les thématiques des articles publiés, dans l’inventaire privilégié des espaces environnants - mais dont l’empan varie et dans le temps et dans l’espace. C’était là un des points les plus stimulants à investiguer que les articles rassemblés ici s’attachent à analyser.

Territoires à géographicité variable

17Les périmètres de géographicité peuvent alors s’analyser en fonction de deux critères essentiels. Le premier correspond aux périmètres spatiaux, le second aux périmètres thématiques. En suivant les différents cas analysés ici, on peut affirmer que les revues régionales de géographie, si elles n’ont pas toute « inventé » une région, ont toutes dessiné par leurs collections une représentation collective de leurs territoires scientifiques « légitimes », véritables terrains-laboratoires où s’élabore une matière éditoriale régionale propre. C’est le cas de la géographie sociale (R. Rochefort) dans la RGL ou des propositions innovantes pour refonder la géographie physique (G. Bertrand) ou la science de paysages (F. Taillefer) dans la RGPSO. Ce faisant, l’analyse des revues régionales de géographie en France documente la question des « écoles » : face à l’école de Paris, quelle place pour l’école grenobloise ou toulousaine (« D. Faucher ne se rattache à aucune école, si ce n’est à celle qu’il a lui-même fondée », Marconis, 2011*, p. 183), quels rendez-vous manqués pour une école lyonnaise ? Les relations Paris/Province peuvent alors symétriquement s’entendre aussi dans leurs dimensions cognitives.

18Alors que les comptes rendus expriment des positions, que les articles des étudiants et des enseignants-chercheurs assurent la visibilité des travaux menés dans le cadre des laboratoires, ces revues témoignent de leur place singulière et singuliarisante au sein d’un système disciplinaire et scientifique national. Leurs publications montrent assez au final de fines différenciations localisées et des écarts à des normes qui en jaugeraient uniformément la géographicité. Au contraire. Sont-ce alors les revues qui auraient pris des libertés avec le modèle initial ? N’ont-elles pas plutôt co-construit ce modèle même, plus divers et pluriel au final qu’on a voulu le réécrire ? L’analyse de ces corpus éclaire des manières de faire, chorales sans doute au final, mais dont bien sûr les voies/voix ne peuvent être identiques. Elles n’en sont pas pour autant dissonantes. Leurs territoires disciplinaires pourraient correspondre à des fabriques, certes impatronisées par un top/down sous la forme de feuilles de route paradigmatiques (mais selon des temporalités propres durant la période), mais aussi par des dynamiques en bottom/up, dessinant ainsi et pour chacune d’entre elles des appropriations singulières, parce que territorialisées.

Conclusion 

19 L’analyse de ces revues fait au final la démonstration de territoires doublement impatronisés : par l’organisation géographique du réseau urbain universitaire d’une part (les lieux) et par la structure hiérarchique et académique d’autre part (le « patron »). Elle fait aussi la démonstration d’une dynamique en tension entre maille régionale (qui perdure dans ses grandes lignes mais qui cesse progressivement d’en constituer le cœur battant) et déploiement thématique qui se structure progressivement. Cela correspond à une forme de « déterritorialisation » géographique et de reterritorialisation thématique que les auteurs des articles de ce numéro expliquent par une pluralité (non exclusive) de facteurs : mutations disciplinaires, insertion dans une nouvelle division (inter)nationale du travail scientifique, passage des numéros de varia à des numéros thématiques, passage d’auteurs « locaux » à des signatures venues d’autres cieux. Ces revues sont progressivement devenues des revues régionales de géographie (générale/thématique) dont l’ancrage territorial initial se dilue au gré de la professionnalisation de la recherche et de sa valorisation.

20Cette « géographicité » des revues est donc partie prenante d’une fabrique disciplinaire plus globale. Le terme, comme tous les néologismes en –té dont la géographie et certaines autres disciplines ont été productrices durant la seconde moitié du XXe s., s’avère heuristique à plus d’un titre dans la saisie des périmètres d’investigation estampillés comme « géographique » et reconnus pour tels par les revues. Si dans notre discipline et dans le champ français, la référence séminale est celle d’E. Dardel, on peut estimer que le mot connaît depuis les deux dernières décennies une monétisation accrue (à côté d’urbanité, spatialité, territorialité, maritimité…). Dans la référence dardélienne, d’horizon phénoménologique, la géographicité renvoie au rapport sensible, celui qui construit le « géographique » pour et d’un individu. Dans ses usages contemporains, les auteurs engagent une reconnaissance plus globale, qui excède la seule acception d’un rapport phénoménologique. Le terme recouvre plus largement un « rapport à » indissociable de la construction d’un « fait » géographique, reconnu pour tel et dans sa singularité. Ces néologismes expriment essentiellement une réflexivité sur l’objet que recouvre le terme souche ; la reconnaissance de son élaboration (par un individu, par un groupe), n’en admet la construction qu’après en avoir déconstruit l’évidence. Ce faisant, ils expriment conséquemment l’idée d’un « rapport à ». De ce point de vue, le beau Parcours de la reconnaissance de P. Ricoeur ouvre des pistes fécondes pour comprendre comment l’élaboration intellectuelle d’une connaissance du monde (la géographie comme savoir), ne peut se connaître elle-même et se reconnaître comme telle (épistémologie de la géographie) que par un retour/détour réflexif sur la re-connaissance des objets qu’elle connaît parce qu’elle les a reconnus pour légitimes. La connaissance de l’extériorité du monde, ici de la « région », appropriée au point de dessiner des territoires scientifiques n’est précisément légitimée que par la reconnaissance (institutionnelle et académique) de celui qui connaît et est reconnu pour tel. Or, c’est bien un des effets de l’organisation et du contrat scientifiques vidaliens que d’avoir rendu possibles, non plus des savoirs de sociétés savantes mais de cités de savants. Reconnus et validés comme tels, ils devinrent alors en mesure de dessiner des territoires et symétriquement de régionaliser leurs savoirs.

21Le terme de géographicité, tel qu’il est mobilisé ici, permet dès lors de concevoir une dimension (qui serait ?) particulière aux savoirs dont les objets s’inscrivent dans et sur l’espace et qui ferait de la dimension géographique une des dimensions de leur construction. Le savoir géographique ne s’est pas construit exactement de la même façon ici et ailleurs, à Lyon et à Toulouse, même si nous avons pu échafauder une montée en généralité à partir des articles rassemblés. Ces variations régionales de la géographie française, y compris dans leur temporalité, mobilisent des éléments de leurs puzzles géographiques - entendus comme énigmes géographiques (Kuhn) - que ces revues ont différemment négociés dans le cadre d’un projet ensemblier, en fonction de leur périmètre spatial lui-même assujetti aux maillages urbain, académique et hiérarchique de l’institution universitaire.

22Ce n’est pas le moindre intérêt de ces articles d’en exhumer les trajectoires et les manières de faire. Au final, cette géographicité des périodiques géographiques a sans doute d’abord construit des isolats de savoirs dont la circulation eu longtemps une fonctionnalité plus centripète que centrifuge, valorisant en interne la capitalisation d’un savoir plus que sa circulation en dehors de ses contours… géographiques. Le temps du repositionnement qu’ont toutes traversé ces revues correspond au fond à celui de la mise en circulation (et de la mise en commun, en discussion, en controverse aussi) des approches et des manières de traiter des objets géographiques localisés. Ces revues en devenant revues plus « générales » ou « thématiques » n’ont donc pas seulement élargi leurs périmètres de légitimité, elles ont aussi participé à la naissance d’une réflexivité disciplinaire. Elles ont dû s’extraire de leurs « rationalismes régionaux » (G. Bachelard) mais aussi de leur provincialisme. La géographicité du savoir est aujourd’hui confrontée à d’autres décentrements que les récentes mutations dans l’évaluation de la recherche ré-agencent à bien plus grande échelle. En accélérant de façon spectaculaire la circulation des propositions d’articles et de thématiques, ces dispositifs éditoriaux annoncent un nouveau redéploiement des périmètres géographiques et thématiques et donc de nouvelles géographicités. Il n’était pas inutile d’en saisir quelques prémices dans un temps plus reculé.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BAUDELLE G., OZOUF-MARIGNIER M.-V. & ROBIC M.-C. (dir.), 2001, Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

CHAMUSSY H., 2011*, Une invention des Alpes, Géocarrefour, 86/3-4, p. 169-178.

CHOLLEY A., 1926, Préface, Les Études rhodaniennes, vol. 2, p. 9-10.

CLOUT H., 2011*, Geographical Pioneers in Lyon, 1874-1927; a biobibliographical essay, Géocarrefour, 86/3-4, p. 189-200.

DARDEL E., 1990, L'Homme et la Terre, Paris, CTHS.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DEBOUDT P., 2011*, Le littoral et la mer dans les revues Hommes et Terres du Nord et Territoire en Mouvement (1963-2007), Géocarrefour, 86/3-4, p. 219-232.
DOI : 10.4000/geocarrefour.8435

KUHN T.S., 1983, (éd. améric. 1962), La structure des révolutions scientifiques, Paris, Champs Flammarion, 286 p.

LEFORT I., 2011*, Une revue de Géographie sur la place lyonnaise : géographie d’un périodique, Géocarrefour, 86/3-4, p. 201-212.

MARCONIS R., 2011*, la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest. De 1930 au début des années 1970, Géocarrefour, 86/3-4, p. 179-188.

PICOUET P., 2011*, Hommes et Terres du Nord : de la région aux territoires en mouvement, Géocarrefour, 86/3-4, p. 213-218.

PINCHEMEL P., 1963, Hommes et Terres du Nord (introduction), Hommes et Terres du Nord, n°1, p. 5.

PINCHEMEL G. & PINCHEMEL P., 1979, Réflexions sur l’histoire de la géographie : histoires de la géographie, histoire des géographes, CTHS, Bulletin de la section de géographie, 84, p. 221-231.

RICŒUR P., 2004, Parcours de la reconnaissance, Paris, Editions Stock, collections "Les Essais", 386 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort, « Editorial : Quand les revues dessinent des territoires », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 163-168.

Référence électronique

Isabelle Lefort, « Editorial : Quand les revues dessinent des territoires », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 25 avril 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8368

Haut de page

Auteur

Isabelle Lefort

Université de Lyon, UMR 5600 ENS IRG isabelle.lefort@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page