Navigation – Plan du site
Articles

Rétrécissement urbain et conditions d'innovation pour un développement durable : le cas de l'enjeu énergie-climat

Urban shrinkage and innovation conditions for sustainable development: the case of energy and climate protection
Julia Gamberini
p. 139-149

Résumés

Cet article souhaite interroger les conditions effectives des villes rétrécissantes à répondre aux enjeux globaux présentés par le développement durable et ce à travers les questions spécifiques de l'énergie et de la protection du climat. Sont-elles capables de mettre en place des solutions innovantes, devenir des laboratoires de développement durable ? Inversement, le développement durable représente-t-il un référentiel pertinent - et particulièrement celui de l'énergie qui s'est imposée en Allemagne - pour pallier les problèmes du rétrécissement urbain ?

À travers la protection du climat locale et ses incidences sur la politique énergétique de la ville de Dessau-Roßlau, en Saxe-Anhalt, l'article met en exergue à la fois les conditions d'émergence d'un arrangement de gouvernance et les obstacles à l'innovation, pour en tirer quelques enseignements sur l'articulation global-local en contexte rétrécissant. Le contexte urbain non stabilisé de Dessau-Roßlau remet en question la pertinence de la vision commune de la lutte contre le CO2.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un double contexte de lutte contre le changement climatique et de déplétion des ressources fossiles, deux perceptions contradictoires gravitent autour des villes. D'un côté, par leur métabolisme et les activités qu'elles génèrent, leur consommation et leurs excreta, elles sont les principales responsables d'une crise écologique globale. D'un autre, elles représentent l'échelle décisive pour pallier ces difficultés, les avantages de l'agglomération permettant d'optimiser les démarches de durabilité. Dès lors, qu'en est-il des villes qui ne bénéficient plus de ces effets d'optimisation, comme de celles touchées par le rétrécissement ?

2La décennie 1990 marque l'avènement du développement durable par le rapport Brundtland (1987) et de la prise en compte des enjeux globaux dans les politiques urbaines. Elle représente aussi une période d'accélération et de généralisation de la dynamique de rétrécissement urbain et régional en ancienne Allemagne de l'Est, résultant de plusieurs effets conjugués : évolutions démographiques naturelles et migratoires, transformations post-fordistes initiées par la globalisation, changements économiques post-socialistes et péri-urbanisation (Florentin et al., 2009). Le rétrécissement entraîne une réaction en chaîne de problèmes : migration socio-sélective, accroissement et persistance de la crise des finances communales, augmentation de la vacance de l'habitat et sclérose des centres-villes, surcapacité infrastructurelle et spatiale, chômage, vieillissement de la population. Phénomène cependant récurrent dans l'histoire (Benke, 2005), il confirme l'émergence, dans les nouveaux Länder, d'un nouveau type de ville, face auquel les instruments de planification et les politiques urbaines servant au contrôle et à l'accompagnement de la croissance depuis l'industrialisation semblent désormais inadaptés (Hannemann, 2003 ; Häußermann et al., 2008). Les politiques urbaines adoptées depuis la reconnaissance du rétrécissement dès les années 2000 se concentrent tantôt sur les stratégies d'image de ville à recréer, tantôt sur l'environnement bâti et la stabilisation du marché du logement. À cet effet, la sur-représentation du programme national de démolition de l'habitat vacant depuis 2002, Stadtumbau Ost, a freiné l'adoption de démarches plus complexes au renouvellement urbain (Kuhn et al., 2007). Au-delà de ces problématiques, un type de questionnement émerge eu égard d'une part à l'émergence d'enjeux locaux inédits et d'autre part aux impératifs de développement durable incitant à agir face à une crise socio-environnementale mondialisée. Le rétrécissement offre ainsi une ouverture originale sur la ville durable, puisqu'il s'agit d'assurer ces objectifs sans les avantages de l'agglomération, alors même que des problèmes énergétiques émergent et des potentialités pour mitiger le changement climatique se présentent (espaces verts, friches). À une époque où le développement durable mêlé à une surdétermination climatique incitent les villes à adopter des politiques énergétiques dites durables, comment réagit une ville en situation de rétrécissement ? La susdite mise à l'épreuve des outils traditionnels génère-t-elle de nouvelles capacités d'action, offre-t-elle les conditions d'un laboratoire où seraient expérimentées et adoptées de nouvelles formes d'actions politico-techniques ? Les principes de durabilité et de gestion des ressources soulèvent la question de la gouvernance urbaine. Par celle-ci, on entend un système de relations et de coordination d'acteurs issus des sphères privée et publique, groupes sociaux et institutions, œuvrant pour la réalisation de choix collectifs. On comprend cette gouvernance comme l'addition d'effets exogènes et endogènes. Les marges de manœuvre effectives des villes rétrécissantes et les stimuli externes sont-ils propices à des formes innovantes de politique urbaine de l'énergie-climat ? L'étude se base sur le cas empirique de Dessau-Roßlau, en région Saxe-Anhalt, présentant des signes évidents de rétrécissement et qui depuis les années 1990, se lance sur la voie de la protection du climat.

3La première partie délimitera ce qui est entendu par développement urbain durable et référentiel énergétique nourri de l'impératif de protection du climat et les positionnera à l'aune du rétrécissement. La deuxième partie abordera le cas de Dessau-Roßlau, ses bouleversements urbains et les conditions d'émergence d'une gouvernance de l'énergie-climat. Enfin seront dégagés les principaux enseignements qui émanent de la lecture des conditions d'innovations dans le domaine de la durabilité.

Mise à l'épreuve du développement urbain durable

Énergie-climat : pierre angulaire du développement urbain durable en Allemagne

Opportunité d'innovations locales ou importation de bonnes pratiques ?

4Le développement urbain durable (DUD) déployé sur les deux dernières décennies est lourd d'ambiguïté et nécessite d'être recadré dans le débat qui l'anime. Il se présente à la fin du XXème siècle comme une tentative de réponse au malaise généralisé des villes, aux problèmes engendrés par le processus de métropolisation (Bochet et al., 2007) et par le fonctionnalisme, à l'augmentation de la consommation des ressources et des mobilités, et finalement, « aux risques que les villes semblent engendrer socialement et environnementalement » (Ascher, 2001, p.7). Ce faisant, il pose les questions de nature comme équilibre à préserver et de gestion des ressources au centre des préoccupations, afin d'imaginer des possibilités de croissance (économique, urbaine) viable. Ainsi, les chartes d'Aalborg (1994) et de Leipzig (2007) sur la ville européenne durable entérinent les rôles de l'urbanisme et des collectivités locales dans la poursuite et la concrétisation de ces objectifs dans les politiques urbaines. Le DUD promeut les actions au niveau local en tenant compte de son idiosyncrasie; il s'agirait alors d'un jeu de gouvernance visant l'équilibre des piliers économique, environnemental et social et constituant un défi mobilisateur propice à l'innovation dans les politiques urbaines. Sans pour autant remettre en question les relations sociales et les valeurs du système économique existant, il apporterait une nouvelle culture du changement correspondant à un verdissement du capitalisme et à une codification d'une forme urbaine, maintenant la compétitivité territoriale et bénéficiant particulièrement aux villes-régions (Krueger et al., 2010). D'aucuns reprochent au développement durable de n'être que la promulgation de bonnes pratiques répondant aux intérêts de certains en dehors de tout véritable débat (Mancebo, 2006). Ainsi, l'adoption d'outils tels que les Agenda 21 ou plans-climat locaux serait la conséquence d'effets de benchmarking, de mimétisme et d'impulsions extérieures. Or, idéalement le développement durable ne peut représenter « une doctrine qui pourrait gommer les contradictions, les intérêts divergents et faire l'unanimité sur des choix qui rationnellement s'imposeraient à tous » (Ascher, 1998, p.76). Dans une vision plus critique, la nature post-politique de la durabilité lie vision apocalyptique et hégémonie néolibérale, rejette la division idéologique, vise l'universalisation des demandes et met en exergue une rhétorique de l'assentiment autour d'une menace commune, où des solutions pré-établies sont proposées face à une nature qu'il faudrait rééquilibrer (Swyngedouw, 2007). Enfin, des grands domaines de la durabilité dans l'action urbaine, l'énergie à visée de protection du climat semble prépondérante (Nijkamp et al., 1994), ce particulièrement en Allemagne.

Un référentiel énergétique dominé par l'objectif zéro carbone

  • 1  Il existait aussi des mouvements environnementaux en RDA. Cf. Chibret, 1996.
  • 2  Expression désignant les pollutions engendrées en RDA.

5En 1961, l'énergie devient cible des politiques environnementales contemporaines en République Fédérale d'Allemagne; l'appel du chancelier W. Brandt « Ciel bleu au-dessus de la Ruhr » visait à contrer la pollution atmosphérique due au charbon dans le bastion industriel du pays. En 1980, un institut de contre-expertise, Öko-Institut, préconise un tournant énergétique ou Energiewende. Véritable plaidoyer pour un renoncement au pétrole et à l'atome, sans remettre en question la ressource locale qu'est le charbon (Krause et al., 1980), il se nourrit des vagues de contestations pacifiques et mouvements environnementaux qui, dès les années 1970 mettent en garde contre les pollutions, le progrès technique, l'usage civil du nucléaire, dans un contexte de double crise pétrolière. À cette époque, le changement climatique n'est certes pas encore pris en considération, mais les municipalités sont placées dans une position clé pour instituer le tournant (Hennicke, 1985) et les premières formes de managements énergétiques communaux apparaissent. Parallèlement, la pensée sur l'aménagement urbain écologique qui se développe contient de fortes composantes qui préfigurent la forme contemporaine de l'écoquartier : économie d'eau, d'énergie, effets de localisation, etc. (Hahn, 1987) ; elle trouve un écho à travers l'application de programmes fédéraux, dont le plus représentatif est Experimenteller Wohnungs- und Städtebau (ExWoSt). Ainsi, la construction d'un « référentiel énergétique » (Ascher, 2006, p.153) spécifique est intimement liée à l'histoire des politiques et mouvements environnementaux en RFA1. L'énergie n'était pas un sujet environnemental en République Démocratique d'Allemagne, dont le système économique et l'indépendance énergétique reposait sur l'autarcie du charbon. Son extraction abusive (310 millions de tonnes en 1988) est responsable des tristement fameuses Umweltbelastungen2 touchant les eaux, l'air, le sol et le paysage (Mez et al., 1991 ; Deshaies, 2004).

  • 3  Sortie du nucléaire - formulée dans la Loi sur le nucléaire en 2002 - désormais fixée à 2021. Loi (...)

6A la fin des années 1980, le discours particulièrement consensuel sur la protection du climat et son institutionnalisation quasi-immédiate font de l'Allemagne un pionnier international en la matière (Weidner, 2008 ; Engels, 2003), renforçant la légitimité d'un référentiel à visée zéro carbone. En 1995, l'ambition du Bundestag est de réduire d'ici à 2050 les émissions de CO2 de 50% par rapport à celles de 1990. Sous l'effet du quatrième rapport du GIEC (2007) confirmant un changement climatique d'origine anthropique, les objectifs s'accroissent en 2010, visant une réduction de 80 à 95% d'ici 2050. Aujourd'hui, l'engagement politique se caractérise par un renoncement aux énergies fossiles et fissiles compensé par les énergies renouvelables3 et l'efficience énergétique, et par la lutte contre le réchauffement climatique. Nul doute que ces ambitions ont des impacts sur l'aménagement du territoire et que la participation des villes pour l'atteinte des objectifs est nettement sollicitée. Assurer la sécurité de l'approvisionnement en énergie et l'entretien des réseaux étant une tâche communale obligatoire, c'est principalement par la voie de l'énergie que les villes peuvent diminuer les émissions de CO2 (Müschen, 1999). Dès les années 1990, un éventail d'actions se déploie pour diminuer les consommations d'énergie : ce référentiel contemporain se traduit par l'intégration de nouvelles technologies énergétiques dans l'action urbaine, l'émergence de nouveaux acteurs intermédiaires (agence de l'énergie) et la spécification du rôle des municipalités : exemplarité, échange d'expériences, nouveaux services et mesures incitatives, influence sur l'entreprise d'approvisionnement en énergie. De plus, une gouvernance horizontale dans les domaines environnementaux s'organise, créant de nouvelles sphères d'autorité résultant de l'interaction entre acteurs étatiques et non-gouvernementaux (Bulkeley, 2005 ; Bulkeley et al., 2006). Ainsi, les réseaux transnationaux de villes comme Energy Cities, Alliance climatique et ICLEI, en tant qu'organes d'échange, participent à la diffusion d'un référentiel et de bonnes pratiques faisant de l'énergie une nouvelle doxa de l'action urbaine.

Durabilité et rétrécissement : par essence contradictoires ?

  • 4  Essai documentaire de Daniel Kunle & Holger Lauinger, 2004.

7Si le rétrécissement annonce « la fin de la machine à croissance » (Pallagst, 2005), souligne le caractère réversible de la ville et sans doute l'avènement d'une nouvelle urbanité, ou encore un « nicht mehr, noch nicht »4 (« plus du tout, pas encore ») où tout semble à réinventer, le DUD lui, paraît porteur de valeurs planificatrices et gestionnaires surdéterminées et figées. N'y verrions-nous pas une contradiction essentielle ? Selon R. Capello et al. (1999, p.13), « les villes durables sont des villes où les intérêts socio-économiques sont en harmonie avec les préoccupations environnementales et énergétiques (...). Une ville en situation de non-durabilité impliquerait un déclin structurel de sa base économique (déclin de population, dégradation environnementale, systèmes énergétiques inefficaces, perte d'emplois, émigration des industries et des services et une composition socio-démographique inéquilibrée) ». Les critères caractérisant ici la ville non durable sont ironiquement ceux du rétrécissement et dans ce sens, la ville rétrécissante serait par nature non durable. Or, en cas de perte de l'équilibre « traditionnel » de croissance économique et démographique, de nouveaux enjeux techniques, politiques, financiers, questionnent l'ambition globalisante du message porté par le DUD.

  • 5  Pour un ménage modèle ayant une consommation moyenne annuelle de 4 000 kWh d'électricité et 20 000 (...)

8Un premier enjeu concerne le maintien de service d'approvisionnement par les infrastructures urbaines; longtemps considérées comme moteur de croissance, elles illustrent dans le cas est-allemand l'application d'une planification inadaptée. Le désir d'équité territoriale, inspiré par la tradition du Sozialstaat, l'euphorie de la réunification et l'espoir de perspectives de croissance dans les nouveaux Länder ont favorisé, par une modernisation de rattrapage, la logique équipementière traditionnelle et la remise à niveau des réseaux aux normes européennes et environnementales, au détriment d'éventuels développements d'infrastructures alternatives. Ainsi, le système énergétique de l'ancienne RDA s'est reconstruit sur l'ancien, respectant un chemin de dépendance profitable au secteur du charbon déjà lourdement frappé par les pertes d'emplois post-réunification (Hvelplund et al., 1998). La dé-population sur la même période provoque une sous-utilisation des infrastructures et un renchérissement des coûts, supportés au final par les usagers, surtout dans les domaines de l'eau, de l'assainissement, des transports et du chauffage urbain (Zepf et. al., 2008 ; Moss, 2008 ; Koziol, 2004). Le programme Stadtumbau Ost aggrave cette situation par une augmentation des coûts d'adaptation des réseaux qu'entraînent les destructions (Schmitz et al., 2006).Cette crise en ciseaux impose un management des ressources allant à l'encontre de la logique de durabilité -diminuer les consommations- et encourageant la maximisation des infrastructures sous-utilisées. Ces perturbations accroissent également les inégalités territoriales Est-Ouest quant aux coûts de l'énergie. L'écart entre nouveaux et anciens Länder peut s'élever à 200€5, une différentiation due à l'amortissement des restructurations post-réunification et aux coûts d'exploitation des entreprises d'approvisionnement (cf. Wallstreet:online, 20.09.2010).

9Le deuxième défi porte sur l'objet bâti, soit la forme urbaine. La ville dense cède la place à la métaphore de la ville certes étendue, mais « perforée » (Lütke, 2003). Elle contrecarre l'idéal type de compacité préconisé par le DUD et l'efficience énergétique assurée par les effets de la densité, ce dans les transports où l'étalement de la ville augmente les distances, et dans l'habitat où la vacance engendre davantage de consommation d'énergie, et donc de coûts et d'émissions (Bauer, 2003; Deilmann et al., 2005). Pour autant, d'aucuns voient le changement de structure spatiale comme une chance pour des stratégies énergétiques écologiques et les friches urbaines comme espaces d'installation de centrales solaires pour une «ville zéro émission» (Rietdorf et al., 2004; Sturm et al., 2009). Si ces solutions sont techniquement possibles, bien que les récentes restructurations des infrastructures au long cycle de vie constituent un frein, les conditions de pilotage politique et de financement demeurent incertaines.

10Une troisième réflexion concerne l'intégration de la dimension planétaire. En contexte rétrécissant, il s'agit plus d'une logique corrective liée à la croissance, mais « ré-inventive », dans laquelle l'articulation global-local serait pensée autrement. D'un côté, l'enjeu concerne la métaphore de l'empreinte écologique (Wackernagel et al., 1996) ; si l'impact de la ville croissante sur la planète est mesurable, il faudrait calculer celui de la ville rétrécissante. Il est communément admis que les villes sont responsables de 75-80 % des émissions globales de CO; Satterthwaite (2008) insiste sur la difficulté de mesurer les émissions urbaines, car la plupart seraient réalisées hors des villes (trafic) et les estime à au plus 40%. Dans ces 40 %, quel impact carbone représente la ville rétrécissante ? Ceci nécessite l'adoption d'indicateurs spécifiques qui par exemple ne se basent pas sur le nombre d'habitants. D'un autre côté, le contexte de crise urbaine impose un certain recentrage implicite et légitime sur le « local », le « présent » et peut-être sur l'économique. Même si une projection dans l'avenir reste essentielle, un doute émerge quant à l'intégration du discours basé sur l'agir en prévision d'une croissance démographique et d'une déplétion des ressources mondiales, alors que le rétrécissement montre la tendance inverse (moins d'individus, plus de ressources), accentuant la vision d'un monde davantage polarisé (métropolisation vs rétrécissement) et le côtoiement de villes assurant leur principe de subsidiarité et d'autres plus indigentes. L'enjeu des politiques urbaines en contexte rétrécissant est de maintenir une qualité de vie pour les habitants qui restent.

11Une dernière remarque, s'appuyant sur l'apport des études urbaines, de la sociologie urbaine et politique du rétrécissement en Allemagne, questionne l'idée même du processus, soit les capacités d'action et d'innovation effectives des acteurs urbains, qui d'une manière générale peinent à s'éloigner des espoirs de croissance. L'atrophie des finances communales, qui montre que le système fiscal allemand n'est pas approprié car basé sur le nombre d'habitants (Pohlan et al., 2005), la désindustrialisation, la perte de population, le désinvestissement des banques et des propriétaires privés constituent un frein aux politiques et au renouvellement urbain (Häußermann et al., 2004), compromettant aussi les possibilités d'innovation techniques et politiques. U. Altrock (2008) montre, à travers Stadtumbau Ost, que de nouveaux modèles de gouvernance semblent émerger, différenciés de ceux développés dans la deuxième moitié du XXème siècle en contexte de croissance, créant une mosaïque de coopérations qui préfigurerait une politique du rétrécissement. Cependant, le discours sur l'innovation politique, démocratique, technique encouragée par les tenants du DUD pour exploiter de nouvelles voies (Mega, 2005) et nécessaire aux politiques en contexte rétrécissant, oscille entre spéculation sur la chance et réelle condition de mise en œuvre du changement. Les tentatives d'innovation ne sont pas automatiques, s'avèrent souvent infructueuses, fragiles sur le long terme et ne sont possibles que si les acteurs ne restent pas prisonniers des traditionnelles perceptions, stratégies et routines d'action (Glock, 2008).

12Les principaux défis aux politiques urbaines concernant la durabilité en contexte rétrécissant étant exposés, il convient de se pencher sur la manière dont ils sont pris en compte à Dessau-Roßlau à travers la question énergético-climatique : quels sont les d'outils adoptés et contiennent-ils des traces d'innovation propices au changement de climat politico-technique ?

L'adoption d'une politique énergétique durable en contexte rétrécissant

Bouleversements urbains et réactions au rétrécissement depuis 1990

13Dessau-Roßlau est la troisième ville de Saxe-Anhalt. Depuis 1990, son histoire est marquée par des bouleversements relatifs aux changements politiques, économiques et démographiques. La réunification permet de ré-instituer le principe de libre-administration communale mis entre parenthèses sous le régime socialiste, où le pouvoir politique était centralisé. C'est aussi l'occasion d'une mise à niveau du personnel et d'une homogénéisation des structures politico-administratives par le biais d'un transfert politico-institutionnel Ouest-Est (Lozac'H, 2006). Dans cette lignée, la production et l'approvisionnement en énergie jusqu'alors régionalisés sous forme d'Energiekombinat, redeviennent une tâche communale. La ville opte pour le statut d'entreprise municipale (Stadtwerke) ; la Dessauer Versorgungs- und Verkehrsgesellschaft (DVV) voit le jour en 1991, regroupant en son sein l'intégralité des services urbains. L'adaptation et la mise aux normes constituent les premiers pas vers les économies d'énergie et la diminution du CO2, dans une région fortement touchée par les pollutions industrielles.

  • 6  Située à 6 km au nord. Une fusion a déjà eu lieu de 1935 à 1946.
  • 7  IBA régionale regroupant 19 villes et centralisée par la Fondation du Bauhaus Dessau.

14Parallèlement, la ville du Bauhaus est victime d'un rétrécissement économique et démographique. Ville moyenne comptant 103 900 habitants à la veille de la chute du mur, elle perd 20% de sa population et atteint 77 390 habitants en 2006 (graph. 1). Pour ne pas perdre le statut de ville indépendante, un rattachement avec la ville voisine de Roßlau6 est accordé par réferendum (Berth, 2005) et s'opère en 2007. Le gain de 12 000 habitants ne dévie pas les perspectives descendantes et l'on prévoit au plus 80 000 habitants en 2020, au moins 67 000 (Stadt Dessau, 2006). Les transformations post-fordistes et post-socialistes n'épargnent pas la ville qui jouissait depuis le milieu du XIXe siècle d'une diversification et renommée industrielles (brasserie, sucrerie, construction de wagons). Le taux de chômage atteint son point culminant en 1997, 23%, pour arriver à 15,9% en 2008 (Stadt Dessau, 1998 et 2009). La perte d'emplois dans le secteur industriel (près de 80%) n'est pas entièrement compensée par la tertiarisation et l'accueil d'un établissement d'enseignement supérieur en 1995 et de l'Agence Fédérale de l'Environnement (UBA) en 2005. Très affaiblie économiquement et marquée par la diminution drastique de ses moyens financiers (graph. 2), Dessau fait l'objet dès la fin des années 1990 de programmes nationaux (ExWoSt : 1997 à 2002) et européens (Urban II : 2001 à 2006) en vue d'une relance du développement économique et social. Une stratégie de développement urbain est adoptée dans le cadre de l'Internationale Bauaustellung Sachsen-Anhalt (IBA)7 et influencée par Stadtumbau Ost qui planifie la destruction de 5500 logements entre 2002 et 2011. La vision consiste en une rétraction de la ville sous forme de noyaux urbains (Urbane Kerne) entrecoupés de zones vertes (Stadt Dessau-Roßlau, 2010). La thématique énergético-climatique entre ainsi sur la scène politique dans un contexte de profondes restructurations urbaines.

Graph. 1 : Evolution de la population à Dessau (1988-2010)

Graph. 1 : Evolution de la population à Dessau (1988-2010)

Graph. 2: Evolution de la dette communale à Dessau (1992-2008)

Graph. 2: Evolution de la dette communale à Dessau (1992-2008)

Energie-climat : entre top-down ponctuel et bottom-up faible

Conditions d'émergence d'un arrangement de gouvernance

  • 8  Fruit d'une campagne de réduction du CO2 dans les communes de la Fondation Nationale pour la prote (...)

15Forte de ses échanges avec des villes de l'Ouest et de l'engagement de l'Office de l'environnement de la ville, Dessau est choisie en 1995 comme ville pilote, avec Heidelberg et Bernsheim, pour les tables rondes de l'énergie8. Cette démarche correspond à la vague, significative dans la protection de l'environnement, qui promeut la gouvernance et les méthodes participatives (Theys, 2002) à une période où l'on comprend que « l'assentiment démocratique est une condition essentielle d'opérationalité du développement durable » (Emelianoff et al., 2000). A cette époque, le rétrécissement n'est pas consciemment assumé, bien que les dynamiques soient à l'œuvre. L'on discute alors des gisements d'économie d'énergie et d'un projet de management communal énergétique, dans des conditions laborieuses conjuguant avancement de propositions et frustrations des participants confrontés aux bouleversements socio-économiques. Mais ces réunions démocratisent les enjeux de l'énergie, plus seulement l'apanage de la DVV et de la municipalité. En 1997, la phase pilote prenant fin, la pérennisation des tables rondes se matérialise par la création d'une association, démontrant une volonté évidente de la municipalité de ne pas instrumentaliser cet outil. L'association Energietisch Dessau (ET) est à la base de l'adoption du plan-climat (1998) à une époque où ce document d'intention fait florès dans les villes allemandes. Il se découpe en deux volets, énergie et transport, et fait état des consommations énergétiques et des émissions de CO2 par secteur entre 1990 et 1996, des potentialités d'économies d'énergie, présente des pronostics, scenarii et recommandations, sans pour autant proposer un programme d'action concret. Son pilotage demeure incertain jusqu'au début des années 2000, où la DVV montre un regain d'intérêt, s'expliquant par le renouvellement du personnel et l'évidence que le climat devient un enjeu de marketing dans un contexte de libéralisation. Une relève aux tables rondes est aussi prise par un groupe de pilotage constitué des principaux acteurs (municipalité, DVV, ET), mais la coopération avec les sociétés d'habitat locales n'est pas affichée, alors qu'elles tiennent une place de choix avec leur parc de logement (près de 23 000 pour quatre sociétés). Le rattachement de Roßlau impose une actualisation du plan-climat qui présente alors une avancée en établissant une grille de mesures cernant les différents acteurs. Le document reste basé sur des recommandations et des potentialités d'efficacité énergétique, manquant de stratégies, moyens d'action et répartition de tâches entre les acteurs concernés. Le premier plan est réalisé par une équipe de l'ancienne agence de l'énergie régionale avec un document d'aide à l'élaboration de plans-climat du DIFU. Le second est réalisé en deux ans par un ingénieur ancien employé de l'agence ; sans son implication et la vente de ses services à perte, le plan n'aurait sans doute pas vu le jour.

Une politique énergétique éclatée

16Malgré une certaine inertie, la question énergético-climatique apparaît comme la démarche de durabilité la plus significative à Dessau et se caractérise de la sorte :

17Miser sur l'entreprise clé. La politique énergético-climatique connaît un centrage autour de la DVV, détentrice du capital financier et principal approvisionneur à Dessau. Elle a failli connaître une privatisation en 2004 largement décriée par la population (Pflug, 2006). La main-mise publique (le maire est Président du conseil d'administration) permet de contrôler les actions et d'imposer des ambitions environnementales. Elle propose un éventail de services pour la protection du climat, adopte des systèmes efficients (smart grid), moins polluants mais dépendants de ressources fossiles (charbon et gaz) et reçoit des injonctions nationales (étiquettes énergie obligatoires depuis 2008). Cependant, la maximisation des infrastructures existantes (réseaux de chaleur) laisse peu de marges de manœuvre pour des projets d'énergies renouvelables et le territoire énergétique de la double ville n'est pas homogénéisé, Roßlau étant approvisionné par ses propres Stadwerke pour le chauffage urbain.

18Économiser. Les conditions financières sont un frein à une politique offensive, mais un levier pour diminuer les consommations. Ainsi, le management énergétique communal représente un succès significatif (diminutions de 30,4% des besoins énergétiques et de 37,6% des émissions entre 2003-2008). Il en va de même pour les sociétés d'habitation pour qui l'efficience énergétique constitue un argument de choix pour maintenir de faibles charges pour des locataires majoritairement en situation précaire. Si certaines sont aux prises avec des sujets prioritaires liés à la dimension visible comme la vacance du logement et StadtumbauOst, elles participent à la lutte contre le CO2 par leur propre concept énergétique et par la réhabilitation de leur parc de logement en pré-fabriqué (photo 1), modernisation écologique imposée par la logique du marché.

Photo 1 : Dessau. Grand ensemble avant et après restauration

Photo 1 : Dessau. Grand ensemble avant et après restauration

19Impulsions extérieures. La municipalité est membre de l'Alliance Climatique et participe à la campagne nationale Solar lokal, mais s'est retirée de l'International Council for Local Environmental Initiatives (ICLEI)pour raisons financières. En 2011, elle s'est vu allouer des subventions nationales (80%) pour l'embauche d'un coordinateur de la protection du climat pour deux ans. Une nouvelle impulsion venue de la Fondation du Bauhaus et de l'UBA émerge dans l'espoir de faire naître de nouvelles capacités d'action.

20Relais associatif et individuel. Comptant une quinzaine de membres, l'association ET agit en tant que groupe de pression et de sensibilisation (réunions thématiques et conseil). Parallèlement, des initiatives sporadiques peuvent être considérées comme initiatrices d'innovations, comme en témoigne la centrale solaire de citoyens (photo 2), une action de huit citoyens engagés rendue possible par une stimulation ascendante, la Loi sur les Énergies renouvelables, rendant le tarif de rachat de l'électricité photovoltaïque abordable.

Photo 2 : Dessau,  centrale solaire citoyenne

Photo 2 : Dessau,  centrale solaire citoyenne

21La protection du climat a été introduite par les tables rondes et le plan-climat, qui n'ont jusque-là pourtant pas permis de créer un arrangement de gouvernance solide, ni contribué à faire émerger des formes d'innovations politico-techniques malgré un certain engagement des acteurs. Où demeurent les obstacles ?

Enseignements sur la durabilité en contexte rétrécissant

22Comprendre les raisons de l'échec relatif du processus et de la considération des enjeux durabilité-rétrécissement à Dessau nécessite de recourir au discours produit par les acteurs et à une grille de lecture issue d'une étude de la capacité des villes à influencer des transitions socio-techniques en direction de la durabilité (Hodson et al., 2010), à savoir : le rôle et la proximité d'intermédiaires (association, ONG, agence énergie, etc.), la possibilité de transformer les capacités existantes en action, l'engagement d'acteurs idoines, la formulation d'une vision et des objectifs coordonnés en fonction des problèmes soulevés. Cette analyse permet de relever trois écueils -la difficulté de prendre en compte le rétrécissement comme variable spécifique, de créer une vision partagée et de définir des objectifs ad hoc- et d'avancer des idées permettant de mieux considérer les potentialités locales.

Considérer le rétrécissement dans un système multi-niveaux

23Malgré une autonomie des villes dans le domaine énergétique, l'impératif climatique nécessite un appui extérieur et d'intermédiaires. Selon H. Kilper (2009), les villes rétrécissantes ne peuvent gérer seules leurs défis urbains, dépendent davantage d'une gouvernance multi-niveaux (région, État, Europe, réseaux) pour les questions financières, conceptionnelles et organisationnelles relatives aux politiques urbaines et ainsi, elles doivent tirer parti des opportunités existantes pour les lier à leurs potentialités. Cette remarque soulève deux réflexions concernant l'enjeu énergie-climat. S'il s'agit de tirer partie des opportunités existantes, la plupart des ressources financières et des stimuli nécessaires au DUD sont exogènes et nécessitent de se plier aux exigences des commanditaires. La limitation dans le temps freine les possibilités de suivi, alors qu'il s'agit d'ouvrir des processus systémiques : les injections de type tables rondes ne garantissent pas une coopération intégrative, ni une stabilité des ressources et de l'engagement organisationnels permettant de déboucher sur une stratégie territoriale. L'adoption d'outils « labellisés DUD » selon les opportunités ou injonctions s'effectue au mépris de l'objectif effectif de territorialisation, soit de la création d'un système autonome de gouvernance (Jaglin et al., 2005, p. 344). Dans les villes de référence comme Fribourg, Munich ou Heidelberg, le succès de l'implémentation des plans est lié à plusieurs critères comme l'appartenance à plusieurs réseaux de villes, à la formation de coalitions pérennes, à de forts institutionnalisation (intermédiaires systémiques) et pilotage politique, aux ressources financières et à des objectifs ambitieux comme la Convention des Maires (Kern et al., 2005). En ville rétrécissante, la possibilité d'accumuler ces critères et de même, les chances d'appartenir à un réseau, d'y rester ou d'être reconnu par les systèmes de gratification instaurés semblent limitées. La ville rétrécissante serait plus exclue du flux d'information global et alors la question de la création d'arènes d'échanges spécifiques se pose. Ceci exige ainsi des programmes et des organisations intermédiaires d'intégrer la variable rétrécissement. Enfin, s'il s'agit de lier les opportunités aux potentialités de la ville, le référentiel énergétique à visée climatique pourrait représenter une nouvelle « cage cognitive » (Glock, 2008, p. 342) qui freinerait la reconnaissance des susdites potentialités intrinsèques, servirait peu les intérêts territoriaux et, en ne proposant pas d'alternatives d'action, envenimerait un sentiment de frustration.

Quelle vision partagée effective ?

24Les villes sont confrontées à un double défi : s'adapter au rétrécissement et rattraper un «retard» en matière de durabilité. Ceci questionne le discours sur la durabilité (quelle priorité tient-elle ?) et la création d'une vision, soit la compréhension partagée des intérêts territoriaux. Dessau-Roßlau tente de se forger une image porteuse autour de la durabilité : la Charte Voies pour un développement durable de la ville (Stadt Dessau-Roßlau, 2010b) élaborée avec des acteurs locaux, experts externes et citoyens, décline une vision directrice à travers six terrains d'action (économie/savoir, environnement, culture/loisir, commerce, lien social, développement urbain) et présente la ville comme modèle pour la gestion des changements démographique et climatique entre autre. Dessau est certes avancée quant à l'intégration de l'enjeu énergético-climatique par rapport à d'autres villes rétrécissantes, comme Francfort-sur-l'Oder qui, malgré de récentes restructurations économiques vers l'industrie photovoltaïque, peine à tirer partie de cette impulsion pour une stratégie locale. Mais l'articulation entre la vision directrice, l’implémentation et le monitoring semble encore spéculative. La durabilité reste un terme incantatoire et l'énergie-climat, un sujet d'importance pour certains intérêts sociaux mais finalement peu soutenu politiquement, et dont on doute de la capacité à favoriser la résilience de la ville. Une approche intersectorielle permettant une stratégie intégrée manque, entre les offices municipaux (urbanisme) et entre les acteurs concernés comme les sociétés d'habitat, qui ont été consultées pour le plan-climat mais pour qui il manque de directive. Ainsi, les recommandations du plan-climat ignorent les évolutions d'un futur en noyaux urbains laissant place à plus d'espaces verts, facteurs de mitigation, mais soulevant de nouvelles vulnérabilités quant à la forme urbaine, l'énergie et la mobilité. Toutefois, des projets pilotes intègrent l'enjeu énergétique dans les opérations de renouvellement urbain en villes rétrécissantes de Saxe-Anhalt et du Brandebourg, dans le cadre d'un programme ExWoSt (2007-2011); la construction nouvelle étant limitée, il se concentre sur le bâti ancien (Koziol et al., 2009). Cette nouvelle génération de programmes nationaux relèverait d'une stratégie plus intégrée que Stadtumbau Ost, même si la transférabilité à d'autres villes n'est pas assurée.

Légitimité de l'objectif zéro carbone

25En contexte de rétrécissement est-allemand, les stratégies de réduction du CO2 et la pertinence de cet indicateur peuvent être questionnées au regard des résultats quantitatifs. Entre 1990 et 2006, les émissions à Dessau chutent de 70% et devraient encore diminuer de 14% jusqu'en 2020 (Stadt Dessau-Roßlau, 2010). Cette tendance s'explique par la modernisation des systèmes, le déclin de l'utilisation du charbon (graph. 3) et les effets de la perte de population et de la dés-industrialisation (Schneider, 2008). La ville divisera presque par quatre ses émissions de CO2 dans le domaine énergétique en 2020 (base 1990), une empreinte carbone finalement faible qui pourrait être mise en avant. De plus, une étude portant sur l'efficience énergétique montre que les villes des nouveaux Länder obtiennent les meilleures positions; l'indice de Dessau (95,1) est inférieur à la moyenne nationale (138), résultat des investissements des années 1990 dans la réhabilitation (Michelsen, 2009).Si le plan-climat représente une expertise territorialisée et un document de compromis, il en découle deux pensées  :la nécessité d'une expertise adaptée au rétrécissement et l'alignement des enjeux du combat contre le CO2, alors même que l'on distingue une diminution « naturelle » des émissions. Ce document d'intention présente localement un défi faussement mobilisateur, qui n'affiche pas d'objectif de réduction, d'échéancier et de monitoring clairs -ne pouvant entraîner une adhésion des acteurs- et ignorant le processus de changement métabolique de la ville. Diminuer le gaspillage et les consommations énergétiques demeure un noble défi et l'accès à l'énergie, un droit fondamental. Or, l'enjeu énergético-climatique tel qu'il est abordé ne garantit pas de meilleures conditions de vie et le maintien de l'accès à un service abordable. En ce sens, il constituerait une nouvelle routine planificatrice face à laquelle la ville rétrécissante démontre une incapacité à apporter une culture novatrice et à mettre en avant ses propres atouts.

Graph. 3 : Evolution de la consommation d’énergie finale par secteur à Dessau-Roßlau (1990-2006)

Graph. 3 : Evolution de la consommation d’énergie finale par secteur à Dessau-Roßlau (1990-2006)

Conclusion

26L'article questionnait l'articulation entre les défis posés par le rétrécissement urbain et les impératifs de DUD dans le domaine des politiques urbaines. L'analyse des enjeux de durabilité-énergie-climat à Dessau-Roßlau montre que la situation de rétrécissement ne conduit pas automatiquement à l'innovation politico-technique du fait de l'inadaptation des outils, des objectifs et des indicateurs utilisés et de la limitation à initier un changement stratégique intégrant « rétrécissement-énergie-climat ». Les observations montrent davantage de dépendance aux ressources et aux impulsions exogènes, aux exigences desquelles il faut se soustraire, laissant peu de marge de manœuvre à une créativité locale, confinée dans un registre comparatif peu adapté pour reconnaître les véritables forces et intérêts territoriaux. À l'heure actuelle, rien ne certifie que les villes rétrécissantes (pas toutes à considérer sur le même plan) présentent un renouveau original dans les politiques de durabilité et si la durabilité offre une vision fédératrice pour l'action collective de manière à pallier les effets du rétrécissement. Mais dans un contexte de décroissance, l'entrée en durabilité par la question de la lutte contre le CO2, fortement influencée par le niveau national, semble toutefois peu pertinente. Face aux enjeux globaux et aux défis du rétrécissement, deux possibilités d'action se présentent :

27- la solution palliative où l'addition d'actions ponctuelles, individualisées, inspirées par les bonnes pratiques issues de la modernisation écologique et de la durabilité contribue à un bilan positif pour la qualité environnementale de la ville -qui sera malgré tout faible émettrice de CO2- et pour son image par de la visibilité symbolique ;

28- la solution du changement de perceptions et d'actions, inspirée par une écologie urbaine radicale (Keil, 2007). Cette dernière va au-delà de la durabilité, appelle une véritable prise de risques, nécessite de sortir des routines d'interprétation et d'une vision déterminée des bonnes pratiques aux niveaux urbain, national et supra-national. La ville rétrécissante innovante n'existerait que par sa capacité à accepter sa singularité et à remettre en question la pertinence de choix homogénéisés.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALTROCK U., 2008, Urban Governance in Zeiten der Schrumpfung, in HEINELT H., VETTER A. (dir.), Lokale Politikforschung heute, VS Verlag für Sozialwissenschaften, Wiesbaden, p.301-326.
DOI : 10.1007/978-3-531-91111-3_13

ASCHER F., 2006, Effet de serre, changement climatique et capitalisme high-tech, Esprit, février, p.150-164.

ASCHER F., 1998, La république contre la ville. Essai sur l'avenir de la France urbaine, La Tour d'Aigues, Editions de l'Aube, 200p.

BAUER U., 2003, Nachhaltige Stadtentwicklung in schrumpfenden Städte: Selbstläufer oder neue Gestaltungsaufgabe?, Informationen zur Raumentwicklung, Heft 10/11.2003, Bonn, p.635-646.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BENKE C., 2005, Historische Schrumpfungsprozesse: urbane Krisen und städtische Selbsbehauptung in der Geschichte, in GESTRING N. et.al. (dir.), Jahrbuch Stadtregion 2004/2005. Schwerpunkt : schrumpfende Städte, VS Verlarg für Sozialwissenschaften, Wiesbaden, p.49-70.
DOI : 10.1007/978-3-322-90546-8_3

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BULKELEY H., 2005, Reconfiguring environnemental governance: towards a politics of scales and networks, Political Geography, 24 (8), p.875-902.
DOI : 10.1016/j.polgeo.2005.07.002

BULKELEY H., BETSILL M., 2006, Cities and multilevel governance of global climate change, Global governance 12, p.141-159.

BOCHET B., BONARD Y., DIND JP., GUINAND S., THOMANN M., 2007, Continuité – discontinuité de l'urbain et des réponses urbanistiques : réflexion sur le champ émergent de l'urbanisme durable, in DA CUNHA A., MATTHEY L. (dir.), La ville et l'urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, p.187-206.

CAPELLO R., NIJKAMP P., PEPPING G., 1999, Sustainable cities and energy policies, Berlin / Heidelberg, Springer Verlag, 290p.

DEILMANN C., GRUHLER K., BÖHM R., 2005, Stadtumbau und Leerstandsentwicklung aus ökologischer Sicht, Munich, Oekom Verlag, 104p.

DESHAIES M., 2004, Énergie et paysages en Allemagne: les enjeux environnementaux, Annales de Géographie, t. 113, n°637. p.251-275.

EMELIANOFF C., THEYS J., 2000, Les contradictions de la ville durable, in THEYS J. (dir.), Développement durable, villes et territoires, innover et décloisonner pour anticiper les ruptures, Notes de prospective et de veille scientifique, Ministère de l'Équipement, Paris, p.55-63.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ENGELS A., 2003, Institutionalisation of ecological risk perceptions: the role of climate change discourses in Germany, in BREIT H., ENGLES A., MOSS T., TROJA M., How institutions change. Perspectives on social learning in global and local environmental contexts, Opladen, Leske + Budrich, p.155-177.
DOI : 10.1007/978-3-322-80936-0_10

FLORENTIN D., FOL S., ROTH H., 2009, La «Stadtschrumpfung» ou «rétrécissement urbain» en Allemagne : un champ de recherche émergent, Cybergéo, mai 2009.

http://www.cybergeo.eu/index22123.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GLOCK B., 2008, Politik in schrumpfenden Städten. Bedigungen von Persistenz und Innovation im Stadtvergleich, in HEINELT H., VETTER A., (dir.), Lokale Politikforschung heute, VS Verlag für Sozialwissenschaften, Wiesbaden, p.327-345.
DOI : 10.1007/978-3-531-91111-3_14

HAHN E. (dir.), 1987, Ökologische Stadtplanung. Konzeptionen und Modelle, Francfort-sur-le-Main, Haag + Herchen Verlag, 222p.

HANNEMANN C., 2003, Schrumpfende Städte in Ostdeutschland–Ursachen und Folgen einer Stadtentwicklung ohne Wirtschaftswachstum, Aus Politik und Zeitgeschichte, B28, p.16-23.

HÄUSSERMANN H., LÄPPLE D., SIEBEL W. , 2008, Stadtpolitik, Francfort/Main, Edition Suhrkamp.

HÄUSSERMANN H., SIEBEL W., 2004, Schrumpfende Städte – schrumpfende Phantasie, Merkur, n° 664.

HENNICKE P., 1985, Energiewende ist möglich: für eine neue Energiepolitik der Kommunen, Bericht des Öko-Institut, Fischer, Frankfürt-am-Main.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HODSON M., MARVIN S., 2010, Can cities shape socio-technical transitions and how would we know if they were?, Research Policy 39, p.477-485.
DOI : 10.1016/j.respol.2010.01.020

HVELPLUND F., LUND H., 1998, Rebuilding without restructuring the energy system in east Germany, Energy policy, Vol. 26, n°7, p.535-546.

JAGLIN S., DUBRESSON A., 2005, Gouvernance, régulation et territorialisation des espaces urbanisés. Approches et méthodes, in ANTHEAUME B., GIRAUT F., Le territoire est mort, vive les territoires !, Paris, IRD, p.337-352.

KEIL R., 2007, Sustaining modernity, modernizing nature: the environmental crisis and the survival of capitalism, in GIBBS D., KRUEGER R. (dir.), The sustainable development paradox, New York, Guilford Press, p.41-65

KERN K., NIEDERHAFNER S., RECHLIN S., WAGNER J., 2005, Kommunaler Klimaschutz in Deutschland – Handlungsoptionen, Entwicklung und Perspektiven, Berlin, WZB-Discussion paper SP IV 2005-101, 107p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KILPER H., 2008, Multilevel Governance – Anregungen für die Analyse von Stadtentwicklungspolitik in schrumpfenden Städten, in KÜHN M., LIEBMANN H. (dir.), Regenerierung der Städte. Strategien der Politik und Planung in Schrumpfeungskontext, Wiesbaden,VS Verlag für Sozialwissenschaften, p.109-121.
DOI : 10.1007/978-3-531-91495-4_6

KOZIOL M., 2004, The consequences of demographic change for municipal infrastructure, German journal for urban studies, Vol. 44, 2004, n°1.

KOZIOL M., PORSCHE L., 2008, Innovative Konzepte und Modellvorhaben der Weiterentwicklung kommunaler technischer Infrastruktur – Das Beispeil der energetischen Stadterneuerung, Deutsche Zeitschrift für kommunalwissenschaften, Band II/2008, Berlin.

KRAUSE F., BOSSEL H., MÜSSER-REISSMANN K-F., 1980, Energie-Wende: Wachstum und Wohlstand ohne Erdöl und Uran. Ein Alternativ-Bericht des Öko-Instituts, Francfort-sur-le-Main, Fischer.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KÜHN M., LIEBMANN H., 2007, Strategies for urban regeneration – The transformation of cities in Northern England and Eastern Germany, in LENTZ S. (dir.), German Annual of spatial Research and policy. Restructuring Eastern Germany, Berlin/Heidelberg, Springer Verlag, p.123-138.
DOI : 10.1007/978-3-540-32088-3_9

LOZAC'H V., 2006, Transfert institutionnel et transformation post-communiste. Les modalités de la réforme administrative dans les communes est-allemandes, Revue Internationale de politique comparée, 2006/2, vol. 13, p.279-300.

LÜTKE DALDRUP E., 2003, Die perforierte Stadt – Neue Räume im Leipziger Osten, Informationen zur Raumentwicklung, 1/2 p.55-67.

MANCEBO F., 2006, Le développement durable en question(s), Cybergeo: European Journal of Geography, mis en ligne le 09 octobre 2007. http://cybergeo.revues.org/index10913.html

MEGA V., 2005, Sustainable development, energy and the city. A civilisation of concepts and actions, New York, Springer, 282p.

MEZ L., JÄNICKE M., PÖSCHK J., 1991, Energiesituation in der vormaligen DDR, Berlin, Edition Sigma, 192p.

MICHELSEN C., 2009, Energieeffizienter Wohnimmobilien stehen im Osten und Süden der Republik, Wirtschaft im Wandel, 9/2009, p.380-389.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MOSS T., 2008, 'Cold Spots' of urban insfrastructure : 'shrinking' processes in Eastern Germany and the modern infrastructural ideal, International Journal of Urban and Regional Ressearch, 3272, p.436-451.
DOI : 10.1111/j.1468-2427.2008.00790.x

MÜSCHEN K., 1999 (1994), Kommunale Energiepolitik, in ROTH R., WOLLMANN H. (dir.), Kommunale Politik, Politisches Handeln in den Gemeinden, Bonn, Opladen, p. 463-473.

NIJKAMP P., PERRELS A., 1994, Sustainable cities in Europe, London, Earthscan, 144p.

PALLAGST K., 2005, The end of the growth machine – New requirements for regional governance in an era of shrinking cities, ACSP congress Kansas City, octobre 2005.

PFLUG T., 2008, Gewerkschaftliche Strategien in kontroversen politischen Privatisierungsprozessen, Wasserkolloquium (dir.), Wasser, die Kommerzialisierung eines  öffentliches Gutes, Berlin, Karl Diezt Verlag, Texte/Rosa-Luxemburg-Stiftung, p.88-101.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

POHLAN J., WIXFORTH J., 2005, Schrumpfung, Stagnation und Wachstum – Auswirkungen auf städtische Finanzlagen in Deutschland, in GESTRING N. et al. (dir.), Jahrbuch Stadtregion 2004/2005. Schwerpunkt : schrumpfende Städte, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p.19-48.
DOI : 10.1007/978-3-322-90546-8_2

RIETDORF W., PEICKERT U., 2004, Zukunftsicherheit : von der schrumpfenden Stadt zur Bio-Solar-City, eine Chance.http://www.schrumpfende-stadt.de/magazin/0402/10rietdorf_p.htm

SCHNEIDER S., 2008 ?, Erarbeitung eines kommunalen Klimaschutzkonzepts – Heransgehensweise in Dessau-Roßlau, présentation, Bioenergie und Klimaschutz, ein Thema in Kommunen?!, Magdebourg, 7/05/2009.

STADT DESSAU, 1998, Energie- und Klimaschutzkonzept für die Stadt Dessau.

STADT DESSAU-ROSSLAU, 2008, Energieverbrauch und CO2-Emissionen in Dessau-Roßlau im Zeitraum 1990-2006.

STADT DESSAU-ROSSLAU, 2010a, Klimaschutzkonzept Dessau-Roßlau.

STADT DESSAU-ROSSLAU, 2010b, Leitbild Dessau-Roßlau. Wege für eine nachhaltige Stadtenwicklung der Stadt, Beschlussfassung Stand 10. Dezember 2010.

STADT DESSAU, STADT ROSSLAU, 2006, Fortschreibung der Stadtentwicklungskonzepte für Dessau und Roßlau, Dessau.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SATTERTHWAITE D., 2008, Cities' contribution to global warming: notes on the allocation of greenhouse gas emissions, Environment and Urbanization, 20/2, p.539-549.
DOI : 10.1177/0956247808096127

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SHOVE E., WALKER G., 2000, Caution! Transition ahead: politics, practice and sustainable transition management, Environment and Planning A, 39(4), p.763-770.
DOI : 10.1068/a39310

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

STURM P., DIEFENBACH N., ENSELIG A., WERNER P., 2009, Vision Zero Emission cities, Raumforschung und Raumplanung, 2/2009, p.170-181.
DOI : 10.1007/BF03185704

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SWYNGEDOUW E., 2007, Impossible sustainability and the post-political condition, in GIBBS D., KRUEGER R. (dir.), The sustainable development paradox, New York, Guilford Press, p.13-40.
DOI : 10.1007/978-90-481-3106-8_11

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Theys J., 2002, La gouvernance, entre innovation et impuissance : le cas de l’environnement, in WACHTER S. (dir.), L’aménagement durable : défis et politiques, Paris, Editions de l’Aube, DATAR, Coll. Bibliothèque des territoires, p. 124-167.
DOI : 10.4000/developpementdurable.1523

WACKERNAGEL M., REES W., 1996, Our ecological footprint: reducing human impact on Earth. Gabriola Island, New Haven, New Society Publishers.

Wallstreet:online, 29.09.2010, Energiepreise. Trotz geringe Kaufkraft hohe Energiekosten im Osten Deutschlands. http://www.wallstreet-online.de/nachricht/3018582-energiepreise-trotz-geringer-kaufkraft-hohe- energiekosten-im-osten-deutschlands , dernier accès: 07.12.2010.

WEIDNER H., 2008, Klimaschutzpolitik: warum ist Deutschland ein Vorreiter im internationalen Vergleich ? Zur Rolle von Handlungskapazitäten und Pfadabhängigkeit, Berlin, WZB-Discussion paper, SP IV 2008-303, 137 p.

ZEPF M., SCHERRER F., VERDEIL E., ROTH H., GAMBERINI J., 2008, Les services urbains en réseau à l'épreuve des villes rétrécissantes : l'évolution des réseaux d'eau et d'assainissement à Berlin-Brandebourg, rapport de recherche, PUCA «Lieux, flux, réseaux dans la ville des services».

Haut de page

Notes

1  Il existait aussi des mouvements environnementaux en RDA. Cf. Chibret, 1996.

2  Expression désignant les pollutions engendrées en RDA.

3  Sortie du nucléaire - formulée dans la Loi sur le nucléaire en 2002 - désormais fixée à 2021. Loi sur les énergies renouvelables (2000) et objectif de 80% d'énergies renouvelables d'ici 2050 fixé par le «concept énergétique» 2010.

4  Essai documentaire de Daniel Kunle & Holger Lauinger, 2004.

5  Pour un ménage modèle ayant une consommation moyenne annuelle de 4 000 kWh d'électricité et 20 000 kWh de gaz.

6  Située à 6 km au nord. Une fusion a déjà eu lieu de 1935 à 1946.

7  IBA régionale regroupant 19 villes et centralisée par la Fondation du Bauhaus Dessau.

8  Fruit d'une campagne de réduction du CO2 dans les communes de la Fondation Nationale pour la protection de l'environnement, l'instrument participatif a été élaboré par l'Institut Allemand des Affaires Urbaines (DIFU) et mis en place par l'Institut pour la Communication des Organisations (IFOK).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graph. 1 : Evolution de la population à Dessau (1988-2010)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8354/img-1.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Graph. 2: Evolution de la dette communale à Dessau (1992-2008)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8354/img-2.png
Fichier image/png, 6,6k
Titre Photo 1 : Dessau. Grand ensemble avant et après restauration
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8354/img-3.png
Fichier image/png, 273k
Titre Photo 2 : Dessau,  centrale solaire citoyenne
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8354/img-4.png
Fichier image/png, 64k
Titre Graph. 3 : Evolution de la consommation d’énergie finale par secteur à Dessau-Roßlau (1990-2006)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8354/img-5.png
Fichier image/png, 9,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julia Gamberini, « Rétrécissement urbain et conditions d'innovation pour un développement durable : le cas de l'enjeu énergie-climat », Géocarrefour, Vol. 86/2 | 2011, 139-149.

Référence électronique

Julia Gamberini, « Rétrécissement urbain et conditions d'innovation pour un développement durable : le cas de l'enjeu énergie-climat », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8354 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8354

Haut de page

Auteur

Julia Gamberini

Institut d'Urbanisme de Grenoble, 14, avenue Marie Reynoard, 38100 Grenoble jgamberini@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page