Navigation – Plan du site
Articles

Les services du quotidien comme solution au rétrécissement urbain : le cas de Marzahn-Hellersdorf

Everyday services as a solution to urban shrinkage: the case of Marzahn-Hellersdorf
Aurore Meyfroidt
p. 127-137

Résumés

L’Allemagne a connu des transformations importantes qui ont affecté son paysage non seulement urbain mais aussi démographique, économique et social, de façon différenciée à l’Ouest et à l’Est. Le rétrécissement urbain des villes d’Allemagne de l’Est est un phénomène préoccupant, qui concerne aussi certains Bezirke de Berlin comme Marzahn-Hellersdorf, quartier de grands ensembles, à travers le programme Stadtumbau Ost. La population subit les effets de cette transformation : elle diminue et vieillit, ce qui affecte les services publics à travers les infrastructures sociales et de loisirs. Les pouvoirs publics et les associations locales doivent alors composer avec ce phénomène qui touche en particulier les jeunes et les seniors. La revalorisation de Marzahn-Hellersdorf pourrait alors avoir lieu grâce à une offre de services déployée mieux adaptée à ces nouveaux enjeux.

Haut de page

Texte intégral

1Les villes allemandes sont touchées par la variante d’un phénomène international où se mêlent changement économique, chômage, recul de la population et désurbanisation. En Allemagne, le rétrécissement apparaît structurel et durable (Florentin, Fol, Roth, 2009) ; il n’est plus considéré comme un phénomène passager par les politiques mais un fait dont il faut au pire s’accommoder, ou qu’il faut valoriser. Dans la recherche allemande, le thème des « villes rétrécissantes », Schrumpfende Städte, fut mis en relief par Häussermann et Siebel (1988) qui identifiaient les causes du déclin des vieilles régions industrielles, à savoir le passage d’une société industrielle à une société de services, générateur d’une crise de l’urbain avec perte démographique et essoufflement économique.

  • 1  « Das heißt, eine Stadt ist umso mehr mit dem Problem der Schrumpfung konfrontiert, je stärker die (...)

2La question des critères de définition d’une ville rétrécissante se pose et notamment la place des évolutions démographiques. Heineberg (2004) définit six critères : l’évolution de la population, le solde migratoire, le développement de l’emploi, celui du chômage, celui des revenus imposables et enfin le pouvoir d’achat. Ainsi, on parle de rétrécissement urbain quand une ville se trouve dans le quintile inférieur pour chacun des indicateurs. En somme, une ville est d’autant plus confrontée au rétrécissement que le recul de sa population, les pertes migratoires, le recul des emplois, le chômage sont forts et que la situation économique est précaire1. Les villes d’Allemagne de l’Ouest ont été touchées par le rétrécissement avant celles d’Allemagne de l’Est : les villes de la Ruhr ont fait face à une désindustrialisation dès les années 1970, cependant moins intense qu’à l’Est. En effet, en 2003, seules 2,6% des villes d’ex-RFA sont rétrécissantes (au moins quatre indicateurs sont dans le quintile inférieur) alors que ce taux dépasse les 50% en Allemagne de l’Est.

  • 2  Ne datant pas tous de la période socialiste, comme les Mietskasernen du Märkisches Viertel dans la (...)
  • 3  Les Stadtteile en dehors des grands ensembles (Mahlsdorf, Biesdorf et Kaulsdorf) ne seront pas étu (...)
  • 4  Cette loi, du nom du directeur du personnel de Volkswagen, réduit les indemnités versées aux chôme (...)
  • 5  Programme mis en place de 2002 à 2009, dans 353 villes rétrécissantes d’Allemagne (Ouest et Est) v (...)

3Cependant, ce phénomène ne touche pas toutes les villes allemandes de la même manière et certains espaces se révèlent plus fragiles que d’autres, les grands ensembles d’Allemagne de l’Est en particulier (Hannemann, 2004). Une analyse à l’échelle des quartiers s’avère alors nécessaire. Le rétrécissement urbain ne concerne pas Berlin dans son ensemble : on retrouve ce phénomène essentiellement dans les quartiers de grands ensembles périphériques2. Il s’agit notamment du grand ensemble de Marzahn-Hellersdorf3, le plus vaste d’Allemagne (équivalent en population à la ville de Bamberg), datant de la fin des années 1970. Il forme la partie septentrionale d’un Bezirk berlinois et présente toutes les caractéristiques évoquées : c’est un quartier vieillissant qui a perdu des habitants et se situe à présent dans une phase de stagnation, où le taux de chômage est élevé, dont une grande partie de la population vit grâce aux transferts sociaux (allocation Hartz IV4 ou SGB II par exemple) et enfin où les politiques de renouvellement urbain se traduisent par la destruction ou la déconstruction (Umbau) de bâtiments et d’immeubles. En effet, le programme de démolition-rénovation Stadtumbau Ost5, bien qu’il soit dirigé vers les communes est-allemandes en décroissance, est surtout appliqué, à Berlin, dans les quartiers de grands ensembles, alors que la ville ne peut vraiment être considérée comme décroissante à petite échelle. Toutefois, les modalités sont particulières car Marzahn est un grand ensemble qui se trouve dans une capitale prétendant à un rôle à l’échelle internationale, ce qui la différencie d’autres villes moyennes est-allemandes rétrécissantes. Comment l’application d’un programme fédéral comme Stadtumbau Ost peut-il modifier durablement l’équilibre du logement et des services d’un quartier de grands ensembles comme Marzahn, afin de résorber le rétrécissement urbain ? Qu’apporte-t-il par rapport à d’autres mesures plus anciennes et classiques telles que Soziale Stadt ?

4Dans les travaux sur le rétrécissement, les causes du phénomène sont décrites, de même que l’établissement du champ de recherche (Florentin, Fol, Roth, 2009) mais plus rares sont les analyses sur les effets de ce phénomène comme l’évolution du parc de logements, l’état des  équipements, ou la participation des habitants pour un nouveau « management » de quartier. Les services restent délaissés alors qu’ils sont aussi touchés par la Schrumpfung. L’évolution démographique qui accompagne le rétrécissement questionne l’offre de services, notamment auprès de deux catégories de la population qui, moins mobiles, ont des besoins spécifiques de services dans l’espace résidentiel : les personnes âgées, qui sont dépendantes de soins médicaux et demandent des lieux d’accueil et de sociabilité, et les jeunes, qui ont besoin d’équipements de garde et éducatifs. Ces types de services seront donc analysés.  Ces tranches d’âge se justifient par le fait qu’elles semblent être les plus révélatrices des mutations démographiques provoquées par le rétrécissement urbain. Comment se répartissent les réponses de l’action publique envers ces populations ? Les efforts sont-ils concentrés sur la population vieillissante ou au contraire, cherche-t-on à attirer des jeunes qualifiés, et surtout des jeunes familles, en leur offrant un meilleur cadre de vie, peu onéreux, vert et doté de bonnes infrastructures pour rejoindre le cœur de Berlin ? Quel type de population est ciblé par ce quartier et quels sont les dispositifs adoptés par les politiques ?

  • 6  « Chancen der Schrumpfung ».

5Inversement, la solution au rétrécissement urbain que connaîtrait Marzahn-Hellersdorf ne se trouverait-elle pas dans l’adaptation des services publics vers des groupes de populations particuliers, grâce au Stadtumbau Ost mais aussi aux associations? En effet, l’amélioration de l’offre éducative et de loisirs pourrait être un facteur attractif pour l’installation de jeunes familles venant d’autres Bezirke. L’une des « chances du rétrécissement »6 (Häussermann, 2004) serait de s’adapter à la situation démographique, et de favoriser certains types de services, pouvant enclencher un cercle vertueux à Marzahn-Hellersdorf, différent des schémas de croissance habituels.

Marzahn-Hellersdorf, archétype du quartier rétrécissant ?

Un Berlin fragilisé économiquement plus que démographiquement

6En 1990, Berlin comptait 3,4 millions d’habitants dont 37% dans sa partie Est (Lenz, 2002). Le développement urbain en Allemagne de l’Est a changé lors de la réunification de 1990, effective en 1991, quand Berlin est devenue capitale de l’Allemagne réunifiée.

7Il peut cependant paraître étrange de se concentrer sur la capitale allemande dans l’étude du rétrécissement urbain car Berlin ne perd plus d’habitants. En effet, lors de la réunification, il y avait même pénurie de logements, surtout à l’Est  (Dufaux, 1998). Berlin était même la seule grande ville allemande à voir augmenter sa population à partir de 1987, avec un bilan migratoire à nouveau positif. Grésillon et Kohler (2001) nuancent cette affirmation car Berlin connaît de grosses difficultés, notamment économiques et sociales. L’espoir de voir s’installer des entreprises dans la nouvelle capitale est vite déçu : si des entreprises arrivent, elles sont peu nombreuses et les grands sièges sociaux restent en Allemagne de l’Ouest.

  • 7  La tendance reste toutefois plus accentuée à Berlin Est car entre 1990 et 1999, le nombre de naiss (...)

8Après une légère augmentation à partir de 1991, Berlin a perdu de la population de façon drastique dès 1995 (fig. 1). D’après la courbe du solde migratoire, en 1998, 8% de la population totale a quitté Berlin. En effet, lors de la Wende, beaucoup d’habitants (classes moyennes essentiellement) ont choisi d’habiter en maison individuelle dans les communes avoisinantes du Brandebourg comme Barnim ou Ahrensfelde. En 1999, le nombre de familles avec enfants a baissé de 11% par rapport à 1991 pour l’ensemble de Berlin7. Mais depuis 2006 ces pertes sont peu à peu compensées par l’arrivée de jeunes familles et une légère croissance de la population est observée (Barthel, Ferchland, Zahn, 2008). Le solde naturel, lui, augmente progressivement de 1992 à 2006, avant de se stabiliser autour de 0 pour mille en 2007-2008.

Figure 1 : Evolution de la population de Marzahn-Hellersdorf depuis 1988

Figure 1 : Evolution de la population de Marzahn-Hellersdorf depuis 1988
  • 8  Bundesagentur für Arbeit, 2009

9Berlin s’apparente davantage à une ville rétrécissante du point de vue économique : 15,9% de la population berlinoise était au chômage en avril 1999 (10,7% au niveau national). Cette tendance se poursuit avant de s’essouffler : en 2005, le taux de chômage était de 21,5% puis a atteint un plancher de 15,5% en 20088.

Une autre échelle d’analyse : le quartier de grands ensembles

  • 9  Populations de nationalité allemande qui vivaient à l’est de la ligne Oder-Neisse (surtout en ex-U (...)

10A l’échelle de Berlin, le Bezirk de Neukölln semble concentrer les difficultés (fig. 6). A l’échelle inferieure, celle des Bezirke, le nord de Kreuzberg ou encore le nord de Mitte présentent un taux de chômage qui avoisine les 15% en 2009, tout comme le nord de Marzahn-Hellersdorf. Mais Marzahn-Hellersdorf se démarque (fig. 3 et 4) : les données du Sénat de Berlin mettent en évidence sa spécificité. Le Bezirk analysé se distingue aussi par sa population d’origine étrangère : Marzahn ayant certes un taux de population non-allemande parmi les plus bas de Berlin, les populations vietnamiennes et les Aussiedler9 y sont cependant très fragiles. La partie nord de Marzahn-Hellersdorf (Marzahn Nord, Hellersdorf Nord et Hellersdorf Ost) est la principale concernée par ces difficultés, qui renforcent sa vulnérabilité au rétrécissement urbain. Comme indiqué sur la figure 2, les principales opérations de « démontage » ou de démolition ont lieu dans cette partie nord, où la situation sociale est plus précaire qu’au sud du Bezirk caractérisé par un habitat résidentiel de type pavillonnaire.

11

Figure 2 : Une organisation spatiale marquée par les grands ensembles

Figure 2 : Une organisation spatiale marquée par les grands ensembles

12Rietdorf, Liebmann et Haller (2001) soulignent que les grands ensembles sont des espaces particulièrement touchés par le rétrécissement urbain. La morphologie des grands ensembles et la sociologie particulière de ceux-ci (cohabitation de toutes les échelles sociales sous la période socialiste puis relégation des catégories modestes et d’origine étrangère) sont source de vulnérabilité. En 1994, de 40 à 65% de la population de Berlin Est et 23% de la population est-allemande vivait dans ces grands ensembles construits à l’époque socialiste, contre 2% de la population d’Allemagne de l’Ouest (Gasperin, 2006). Les grands ensembles d’Allemagne de l’Est ont été confrontés à un processus de déclin démographique par l’exode de populations jeunes et dynamiques dans les anciens Länder de l’Ouest, et par le processus de périurbanisation. Ceux qui en ont les moyens sont partis dans les Bezirke du centre ou en périphérie.Malgré les investissements importants en leur faveur, la désaffection pour les grands ensembles perdure.

  • 10  Littéralement, le « tournant », désigne le passage de l’ex-RDA à une démocratie parlementaire en 1 (...)

13Marzahn-Hellersdorf, et notamment sa partie septentrionale, est le Bezirk de Berlin qui a perdu le plus d’habitants depuis la Wende10: entre 1992 et 2008, il a perdu 16,5% de sa population (fig. 3). L’évolution de la population du Bezirk depuis 1991 comporte trois phases : une légère augmentation de la population de 1991 à 1994 (+2,1%), suivie d’une stabilisation jusqu’en 1996, puis d’une baisse de 1996 à 2008 (-15%). Cette baisse de population est majoritairement due au solde migratoire. Ainsi, en 2009, alors que le solde naturel est positif (0,9 ‰), le solde migratoire est négatif (-1,5 ‰).

Figure 3 : Evolution de la population berlinoise par Bezirk après la réunification

Figure 3 : Evolution de la population berlinoise par Bezirk après la réunification
  • 11  Notamment les Aussiedler.

14Cette diminution concerne trois populations. Tout d’abord, au début des années 1990, à Marzahn Nord, beaucoup de jeunes actifs sont partis chercher du travail dans les anciens Länder, notamment ceux du sud, tendance observée au niveau national. Ensuite, ceux qui avaient une situation sociale stable et des revenus suffisants se sont installés dans les maisons individuelles du Brandebourg ou de Biesdorf et Mahlsdorf, au sud du Bezirk. Enfin, les jeunes qui entament leurs études supérieures à Berlin se sont rapprochés du centre-ville, à Prenzlauer Berg par exemple, pour se rapprocher des universités. Cela explique le recul de personnes âgées de 20 à 30 ans (24 pour mille habitants) de 1991 à 2002. Quelques flux de population entrent dans le Bezirk11 mais ont cependant du mal à compenser les départs et le solde naturel assez faible. A Marzahn-Hellersdorf, les acteurs locaux soulignent l’arrivée de quelques familles provenant notamment du Bezirk voisin de Treptow-Köpenick.

15La population connaît un vieillissement rapide. Lors de la création des grands ensembles, l’âge moyen était de 24 ans,  actuellement il est de 42,1 ans, sous la moyenne berlinoise (42,8 ans). A Marzahn-Hellersdorf, l’évolution de l’âge moyen entre 1991 et 2008 est la plus forte de Berlin avec une augmentation du vieillissement de 38% (fig. 4 et 5). Dans les années 1990, Marzahn-Hellersdorf était le Bezirk le plus jeune de Berlin, puis en 2000, Kreuzberg-Friedrichshain a pris la première place et enfin en 2006, trois autres Bezirke sont plus jeunes que Marzahn (Barthel, Ferchland, Zahn, 2008).

16

Figure 4 : Evolution de l’âge de la population berlinoise par Bezirk après la réunification

Figure 4 : Evolution de l’âge de la population berlinoise par Bezirk après la réunification

Figure 5 : Evolution de deux groupes représentatifs : les jeunes et les seniors

Figure 5 : Evolution de deux groupes représentatifs : les jeunes et les seniors

17A Marzahn-Hellersdorf, le taux de chômage est important (13,9%) ; c’est le deuxième Bezirk où il est le plus fort, derrière Mitte (15,2%). Dans les représentations des Berlinois, Marzahn-Hellersdorf est souvent associé aux bénéficiaires de l’allocation Hartz IV et aux familles en situation précaire, vivant de transferts sociaux. Analyser le taux de bénéficiaires permet de rendre compte de la précarité sociale du Bezirk. En 2008, avec un taux de 12,9%, de deux points supérieur à la moyenne berlinoise, la situation de Marzahn est difficile (fig. 6). Cette situation peu prospère influence les habitudes de vie des habitants et donc leur rapport aux services et surtout aux loisirs. Quand les revenus sont plus limités, la part des dépenses des ménages réservée aux services diminue, l’essentiel étant réservé au logement et à l’alimentation.

Figure 6 : Répartition du taux d’allocataires Hartz IV à Berlin

Figure 6 : Répartition du taux d’allocataires Hartz IV à Berlin
  • 12  Ces conseils financent par exemple l’aménagement de cours intérieures au sein d’îlots de grands en (...)

18A l’échelle d’un Berlin stabilisé voire en croissance, le Bezirk se démarque donc, et ce dès la Wende. Comme le souligne C. Cuny (2007), il est concerné par des projets de rénovation durant la décennie 1990 et quelques voix s’étaient déjà élevées en faveur de la démolition de certaines barres mais avaient rencontré peu d’échos, dans un contexte où il fallait reloger les habitants des immeubles centraux délabrés. A partir de 1999 pour Marzahn Nord et de 2005 pour le quartier Hellersdorfer Promenade (Hellersdorf), les grands ensembles sont concernés par le programme Soziale Stadt (« Ville sociale »), associant le Bund et les Länder et visant un développement social (emploi, formation, espaces publics, vie communautaire…) et la réduction de la fragmentation socio-spatiale, tout en renforçant la participation des habitants grâce à des Quartiersmanagements12(conseils de quartier). Aujourd’hui encore, ce programme est en cours et complète les mesures du Stadtumbau Ost en favorisant l’intégration des étrangers et des chômeurs, premier pas vers une résorption du rétrécissement économique. Stadtumbau Ost, lancé en 2002 à Berlin concernait à l’origine uniquement le bâti résidentiel. Mais Berlin réalise un tour de force en exigeant l’application des mesures aux infrastructures sociales et de loisirs (Dubach, Kohlbrenner, Flecken, 2007) et en focalisant l’action sur les grands ensembles dans une stratégie de requalification. Le cas de Berlin est alors exemplaire et l’expérience se propage rapidement aux autres communes est-allemandes rétrécissantes.

  • 13  D’après les données de DEGEWO.

19Le rétrécissement urbain est souvent associé à la vacance de logements. D’après l’organisme de logements DEGEWO, qui gère les grands ensembles de Marzahn-Hellersdorf, le taux acceptable se situe autour de 5 à 6% de logements inoccupés sur le stock total. A l’échelle de l’Allemagne de l‘Est, la vacance de logements au tournant des années 2000 était encore de 14% (Rietdorf, Liebmann, Haller, 2001). A Marzahn-Hellersdorf, ce taux était de 15% en 2002 avec des immeubles entièrement vides ou à plus de 50%, avant de diminuer pour atteindre une situation quasi normale à 6% en 200913 (fig. 7). Cette évolution s’explique tout d’abord par la mise en place des démolitions de logements vacants pour la première phase de diminution et ensuite par un renversement de la tendance démographique depuis ces trois années, au profit de Marzahn-Hellersdorf.

Figure 7 : Evolution du taux de vacance sur le parc de logements géré par la DEGEWO à Marzahn-Hellersdorf

Figure 7 : Evolution du taux de vacance sur le parc de logements géré par la DEGEWO à Marzahn-Hellersdorf

20Les impacts du rétrécissement sur la gestion des services sont importants. En quinze ans, le nombre d’élèves diminue d’un tiers, s’ensuit alors une fermeture des garderies et de certains établissements scolaires. Par ailleurs, depuis 2006, la part des personnes âgées de plus de soixante ans dans la population totale de Marzahn-Hellersdorf est plus importante que celle des jeunes de moins de 18 ans (Barthel, Ferchland, Zahn, 2008). Ces évolutions nécessitent une adaptation de l’offre de services : la moitié des infrastructures sociales démolies dans le cadre du programme fédéral se situe à Marzahn.

Des services témoins et victimes du rétrécissement urbain

21Dans les années 1970, lors de la construction du grand ensemble de Marzahn-Hellersdorf se posait aussi la question de celle des infrastructures de transport, de loisirs et de services. Dans la plupart des grands ensembles de la période socialiste, un décalage existait entre la construction des logements et l’aménagement de l’environnement immédiat des immeubles. Marzahn-Hellersdorf faisait exception, notamment dans le domaine des transports car la conception des logements et celle des infrastructures de transports avaient été  associées et les équipements (écoles et aires de jeux) avaient été construits au plus près des immeubles.

  • 14  Suite aux démolitions d’immeubles et d’îlots entiers

22Les services les plus touchés par les démolitions ont été les crèches et les jardins d’enfants14 mais malgré cela, le Bezirk reste relativement bien pourvu. De même, dans le domaine des loisirs, les aires de jeux sont nombreuses à Marzahn même si beaucoup sont en mauvais état, et cette richesse s’explique par le fait que de nombreuses aires vacantes, suite à la démolition d’un immeuble, sont transformées en espaces verts ou aires de jeux. L’équipement social, culturel et technique ne diminue cependant pas au même rythme que celui des habitants et des activités économiques. De moins en moins d’habitants utilisent les possibilités offertes par les équipements de loisir, ce qui a pour conséquence une augmentation du prix d’utilisation pour ceux qui continuent à s’en servir. Ce phénomène est aggravé par une crise des finances publiques qui ne peuvent assumer de telles dépenses, jugées superflues : la perte de rentrées fiscales face à la diminution de l’activité économique s’avère importante et dans le même temps, les coûts dus aux évolutions socio-économiques augmentent (chômage et précarité par exemple).

23Mais il reste très difficile de prévoir les tendances démographiques à grande échelle. Ainsi, il est justifié d’étudier en quoi une offre adaptée aux services à la personne peut, si ce n’est renverser, du moins freiner le processus de perte démographique. En revanche, miser sur une adaptation des services au phénomène semble difficile. Les actions sur les services doivent alors s’affranchir quelque peu des pronostics démographiques.

Marzahn-Hellersdorf, un Eldorado pour les familles berlinoises à la recherche de services performants et d’un cadre verdoyant ?

24Pour résoudre le problème du logement à Berlin dans les années 1970, Marzahn-Hellersdorf était ciblé en priorité et il mettait à disposition des Berlinois tous les éléments du confort moderne à un coût avantageux. Cependant, lors de la Wende, une forte désaffection vis-à-vis des des grands ensembles de Marzahn-Nord s’est révélée. Les médias et les Berlinois des autres Bezirke en avaient et en ont encore une vision assez négative, qui ne correspond pas à la réalité ni au ressenti des habitants. Lors d’une enquête de terrain concernant la réputation de ce Bezirk auprès des autres Berlinois, il ressort que l’image principale de Marzahn est celle d’un quartier de grands ensembles monotone et à problèmes (situation économique précaire voire violence, « ghetto »). Mais contrairement à sa réputation, Marzahn apparaît comme un Bezirk attractif. En effet, la grande majorité des habitants (88% selon le Bezirksamt) est satisfaite du quartier et peu veulent en déménager. Les points positifs qui reviennent le plus souvent lors des entretiens sont l’environnement verdoyant, le calme, les nombreuses aires de jeux et parcs pour enfants et le caractère bon marché des logements. Le programme Stadtumbau Ost permet également un certain renouveau de l’image de Marzahn-Hellersdorf, à l’opposé des préjugés de « ghetto », par un marketing territorial autour du Garten der Welt, de Alt-Marzahn ou des Ahrensfelder Terrassen. Ce dernier exemple renvoie au démontage d’immeubles de huit à quatre étages, accompagné d’un travail de rénovation et de verdissement des cours intérieures ainsi que d’une focale sur les services de proximité. En définitive, les avantages cités montrent que le Bezirk serait un endroit favorable aux jeunes familles avec enfants ; c’est sur cette catégorie de population que se concentrent les politiques pour résorber le rétrécissement urbain.

25Face au rétrécissement, deux types de réactions apparaissent (Baron et al., 2010) : une attitude classique qui prône le retour à la croissance dans les villes rétrécissantes et l’autre, plus novatrice, qui tire parti des « chances du rétrécissement » (Häussermann, 2004). Les politiques mises en place à Marzahn-Hellersdorf combinent ces deux postures : un programme de démolition puis des mesures classiques de marketing urbain comme le projet phare des Ahrensfelder Terrassen cité précédemment.

Un cadre de vie amélioré par le programme Stadtumbau Ost

  • 15  Rapport sur le changement structurel dans l’économie du logement des nouveaux Länder.
  • 16  Il s’agit des quartiers de Marzahn Nord, Marzahn Mitte, Marzahn Süd, Hellersdorf Nord, Hellersdorf (...)

26Dans un premier temps s’applique la deuxième réaction à Marzahn-Hellersdorf à travers des démolitions d’immeubles et des démontages, pour redimensionner le quartier à une population moindre. Le programme fédéral Stadtumbau Ost est mis en place en 2002, dans les nouveaux Länder, afin de résoudre le problème de la vacance par des démolitions et des rénovations ciblées (Schulz, 2004). Il a pour but plus global de garantir et d’améliorer l’attractivité des communes d’Allemagne de l’Est en tant que lieux de vie et de travail. A l’origine du programme se trouvait un rapport de 2000 sur la vacance de logements et d’infrastructures, le « Wohnungswirtschaftlicher Strukturwandel in den neuen Bundesländer »15, ou Commission Lehmann-Grube, qui montre aux gouvernements locaux l’importance des démolitions à prévoir. A Berlin, le programme Stadtumbau Ost ne concernait pas l’ensemble de Marzahn Hellersdorf mais sa partie nord16.

  • 17  Dans le cas d’une démolition, les frais sont pris en charge à 50% par le Bund (République fédérale (...)

27Grâce au programme, de 2002 à 2009, 2,5 milliards d’Euros étaient mis à disposition des communes allemandes rétrécissantes. Même si les logements étaient concernés en priorité, les infrastructures sociales et de loisirs vacantes y figuraient aussi, que ce soit par la démolition (ou démontage), la requalification (un ancien immeuble résidentiel transformé en crèche par exemple) ou la rénovation, les deux premières solutions étant favorisées17. Les services du quotidien étaient donc concernés par la politique de Stadtumbau Ost. Dans le cas de Marzahn, la moitié des infrastructures scolaires et de loisirs était inutilisée au début des années 2000 et la gestion de ces bâtiments vacants en voie de dégradation devenait problématique. Dès 2001, les pouvoirs locaux et le Land de Berlin ont établi une liste des infrastructures vacantes à transformer afin de créer un réseau de maisons de quartier, notamment à Hellersdorf. Le programme fédéral finançait alors les démolitions mais non le réaménagement intérieur de bâtiments vacants détournés de leur fonction originelle. Ainsi à Hellersdorf, un ancien jardin d’enfants vacant de la Kastanienallee a été requalifié en maison de quartier : le bâtiment en préfabriqué à l’aspect extérieur dégradé a été rénové grâce aux fonds du programme et la transformation de l’intérieur financée grâce à des associations.

  • 18  D’après le Bezirksamt.
  • 19  Grundschule (classe d’âge de 6 à 10 ans)
  • 20  d’après le rapport INSEK de 2007

28Dans le Bezirk étudié, la principale raison justifiant la mise en place du programme est la diminution de 70% du nombre d’enfants et d’adolescents de 1993 à 2006, en particulier pour ceux âgés de moins de douze ans18. De 1991 à 2008,  les élèves des écoles primaires19 sont les plus touchés, passant de 33000 à 12000 élèves (sur 55000 élèves au total dans le Bezirk en 1991 et 25000 en 2008). Les jardins d’enfants et les écoles sont affectés par les démolitions (le nombre de jardins d’enfants passe de 58 à 39 entre 2002 et 2006 et celui de Grundschule de 32 à 20 sur la même période)20.

  • 21  Conseil de quartier

29Dans le choix résidentiel des parents et jeunes familles, le domaine des loisirs a une place secondaire, la priorité étant donnée à l’offre éducative et de placement en crèche ou jardins d’enfants. Dans ce domaine, le quartier de Ringkolonnaden est bien loti quantitativement parlant. Mais contrairement à certaines zones du Bezirk qui vieillissent, les prévisions démographiques pour ce quartier annoncent une augmentation du nombre d’enfants et donc un nouveau besoin en écoles primaires, au moins jusqu’en 2018. Ainsi, l’école serait un facteur de dynamisation du quartier. Les habitants en sont conscients comme le montre cette initiative à Marzahn-Mitte : un groupe de parents d’élèves améliore et décore certaines cours d’écoles, avec l’aide financière du Quartiersmanagement Mehrower Allee21 (Dubach, Kohlbrenner, Flecken, 2007). Il s’agit par exemple d’aménager de façon « ludique » un pédibus menant des immeubles aux écoles.

  • 22  On peut ainsi noter récemment la transformation d’un bâtiment vacant adjacent à une école en jardi (...)
  • 23  Pour davantage d’informations sur la participation des habitants de Marzahn et les limites de cell (...)

30L’application du programme s’est peut-être faite avec trop de précipitation. En effet, le nombre d’enfants augmente à nouveau depuis trois ans, d’où une pénurie de places en crèches, au point que des places supplémentaires sont créées dans les structures existantes et  que deux autres jardins d’enfants ouvrent leurs portes22. On voit donc que les solutions au rétrécissement ne peuvent pas se calquer sur les prévisions démographiques. Malgré ces difficultés, l’application du Stadtumbau Ost à Marzahn est exemplaire en raison de la forte participation des habitants au projet grâce à la Plattform Marzahn qui fédère les habitants autour de projets phares23.

Une offre de services efficace pour dynamiser le Bezirk ?

31L’offre d’infrastructures sociales et de loisirs permet-elle de rendre Marzahn-Hellersdorf attractif pour d’autres familles, extérieures au Bezirk ?

  • 24  Réalisée par le Sozialwissenschaftliches Forschungszentrum Berlin Brandenburg

32Les attentes des jeunes adultes et des familles de Marzahn-Hellersdorf concernent les infrastructures réservées aux enfants. Ainsi, selon une étude24 de 2008 sur la situation de l’habitat à Marzahn-Hellersdorf, les préoccupations de cette population sont assez communes : l’ordre et la propreté de l’environnement de l’habitat pour 80% des sondés et un bon réseau de commerces pour 79%. Puis, l’entretien des aires de jeux est un élément indispensable pour 39%, la disponibilité des écoles pour 38% et les places dans les jardins d’enfants pour 37%.

  • 25  D’après le rapport du Bezirksamt.

33Reste à savoir si l’offre en infrastructures de services suffirait pour faire venir des personnes extérieures à Marzahn-Hellersdorf. Comme le montre D. Florentin pour Leipzig (Baron et al., 2010), le rôle des bailleurs dépasse celui de la simple location d’appartements pour recouvrir une offre de services dédiés aux familles, dans une optique d’attractivité territoriale. Ainsi, à Marzahn Nord, le DEGEWO combine l’offre de logements avec l’offre de garderie en proposant une place de crèche pour la location ou l’achat d’un appartement à Marzahn. On note un fort afflux de jeunes familles avec enfants venant d’autres Bezirke et d’autre Länder depuis trois ans25. Ces enfants ont pour la plupart moins de 6 ans : en 2008, on observe l’arrivée de 12 enfants entre 0 et 6 ans pour 1000 habitants, ce qui, avec le groupe des plus de 65 ans (7 hommes de plus de 65 ans arrivant et 11 femmes de plus de 65 ans pour 1000) représente le plus grand groupe d’arrivants à Marzahn-Hellersdorf. Une tendance démographique positive se dégage donc.

34Toutefois des limites subsistent quant à l’offre de services dans le cadre du programme Stadtumbau Ost, car un décalage s’est instauré entre la communication faite autour des services et la connaissance qu’en ont les habitants. Les démolitions d’infrastructures sociales et de loisirs et leur reconversion sont connues des habitants mais l’origine de ce processus ne l’est pas, alors que le programme est mis en place en 2002 et vient de s’achever avec des mesures de démolitions qui ne peuvent passer inaperçues.

L’accent sur les seniors, une adaptation au vieillissement de la population ?

35Le groupe des seniors est important à Marzahn-Hellersdorf, ce qui reflète le vieillissement, l’un des symptômes du rétrécissement urbain mais aussi une tendance générale à l’échelle de l’Allemagne. Les associations sont alors impliquées et complètent les mesures du Stadtumbau Ost.

Des services complets

  • 26  Voir le site http://www.Landesseniorenbeirat-berlin.de/
  • 27 Voir http://www.berlin.de/imperia/md/content/bamarzahnhellersdorf/publikationen/gesbericht2002/akti (...)
  • 28  Selon les statistiques de la Ärztekammer Berlin (Association des médecins de Berlin)
  • 29  D’après les données du Senatsverwaltung für Integration Arbeit und Soziales (Senat de Berlin pour (...)

36Les services de santé et de loisirs pour les personnes âgées sont régis par le Sénat de Berlin et le Bezirk qui se répartissent certaines compétences. A l’échelle de Berlin, le département des affaires sociales du Sénat gère les soins affectés aux personnes âgées et permet leur représentation dans des groupes de travail au sein d’un conseil du Land26. Quant au Bezirk, il coordonne le « Netzwerk im Alter », organisme regroupant des groupements d’intérêt (par exemple « Wohnen im Alter » sur l’habitat) et qui est à l’origine du document d’orientation sanitaire et social « Altenplanung »27. Au sein du Bezirk, ces politiques sociales sont relayées par des Sozialstationen, telles que Volkssolidarität, qui se chargent de véhiculer des informations et des conseils, en plus de leur fonction de centres de soins. Ces organismes sont le plus souvent privés mais coopèrent avec les caisses d’assurance maladie. Les services à la santé deviennent incontournables au vu du vieillissement de la population. En 2009, 119 médecins généralistes exercent dans le Bezirk pour 248 000 habitants (soit 4,8 pour 10 000 habitants) dont 40 000 personnes âgées de plus de 65 ans (on en compte 1 600 pour les 3,5 millions de Berlinois28). L’offre se concentre à Kaulsdorf (8,5 médecins généralistes pour 10 000 habitants) ainsi qu’à Marzahn (5,7 médecins pour 10 000 habitants). Les maisons de retraite et autres équipements réservés aux soins des personnes âgées sont au nombre de 18, sur les 180 que compte Berlin29, pour 6% de la population de plus de 65 ans.

  • 30  Littéralement, le « comptoir du logement ». 

37Le secteur médical et paramédical est porteur à Marzahn-Hellersdorf et suscite la création de projets comme Wohntheke30en avril 2006 : celui-ci réunit des représentants du Bezirk, du Land de Berlin et du Bund, ceux des structures médicales, des avocats et des entreprises de logement et de services publics qui s’accordent sur la façon de mettre en valeur le potentiel de lieu d’accueil pour seniors. Marzahn-Hellersdorf possède une situation assez avantageuse pour accueillir cetype de population : le trafic automobile y est inférieur à la moyenne berlinoise et les espaces verts sont nombreux, sous forme de parcs, jardins, ou cours intérieures (on compte 50m2 d’espaces verts par ménage). Ainsi, un ancien centre de sport et fitness, situé à Marzahn Nord, vacant depuis 2004, a été « recyclé » en maison médicalisée. A l’origine, cet organisme est réservé aux soins des personnes âgées mais il élargit son offre de services : le centre comporte aussi des résidences adaptées pour les seniors (173 logements) et devient ainsi un lieu attractif et adapté aux seniors.

Des innovations dans le cadre du programme Stadtumbau Ost

  • 31  Concrètement, il s’agit d’ajouter des loggias et des ascenseurs dans des bâtiments de cinq à six é (...)

38Marzahn-Hellersdorf doit prévoir davantage de ressources pour cette population. La demande de logements spécialisés pour personnes âgées et à mobilité réduite est plus importante que l’offre disponible (beaucoup d’immeubles présentent un défaut d’accessibilité). C’est pourquoi les entreprises de logement du Bezirk, dans le cadre de la deuxième vague du programme Stadtumbau Ost, ont réservé les fonds disponibles pour la modernisation et l’augmentation de l’offre en logements adaptés aux personnes âgées31, complétant l’offre en maison de retraite classique (Dubach, Kohlbrenner, Flecken, 2007).

39L’exemple le plus manifeste de ce programme de rénovation pour les services aux seniors est la maison de retraite Polimar à Hellersdorf. Le bâtiment en lui-même, avant l’ouverture du centre en 2007, est un immeuble résidentiel concerné par le programme de démontage. De onze étages, il a été ramené à six et équipé afin d’être plus accessible. Il comporte actuellement 95 places et 14 sont prévues en soins de jour. Par ailleurs, ce centre diversifie son offre afin de faciliter le maintien à domicile des personnes âgées, en veillant à leur encadrement : 21 places sont créées dans des appartements de deux à trois pièces, respectant les normes d’accessibilité.

Une offre alternative ? Combiner soin auprès des seniors et modernité

40La part des personnes âgées à Marzahn-Hellersdorf est en progression comme nous l’avons montré précédemment (fig. 5). D’après les prévisions démographiques, l’augmentation de la part de cette classe de d’âge est durable d’où un vieillissement du quartier. Pour l’instant, les structures en place semblent suffire mais elles attirent aussi des personnes âgées de Treptow, autre Bezirk berlinois. Cependant, la maison de retraite n’est plus l’unique solution d’accueil pour les seniors. De plus en plus, les seniors ont tendance à rester chez eux, ce qui nécessite des adaptations en terme de logements. Certaines résidences spécialisées dans l’accueil de personnes âgées en colocation voient alors le jour. Marzahn-Hellersdorf fait partie des Bezirke qui en comportent le plus avec 1415 places disponibles.Toutefois, ce type de logements en colocation ne correspond pas toujours aux attentes des seniors car peu sont prêts pour ce mode d’habitat.

41En revanche, l’offre de loisirs n’est pas un facteur d’attractivité pour les seniors des autres Bezirke de Berlin. Celle-ci concerne des cours d’éducation à la santé, d’arts plastiques et d’informatique mais aussi des conseils, sanitaires notamment, plus généraux. Il y a un décalage entre l’offre disponible et la connaissance qu’en ont les habitants : en 2007, entre 7 et 18% de la population connaît l’offre disponible d’après le plan d’action vieillesse (Altenplanung) mené par le Bezirksamt de Marzahn-Hellersdorf. La moitié des plus de 65 ans n’utilisent cependant pas ces loisirs et parmi les usagers, un quart le font uniquement si le prix à payer pour bénéficier de cette offre est correct. Les loisirs ne semblent donc pas être une priorité pour les seniors et les politiques publiques délaissent de même ce secteur.

42Ainsi, en plus de s’adapter à la situation démographique, les services à la santé dirigés vers les seniors permettraient de dynamiser le Bezirk du point de vue économique voire démographique, ce qui est visible grâce à la participation d’habitants extérieurs. Cependant, reconvertir le quartier en un lieu attractif pour les personnes âgées peut poser problème car les acteurs locaux craignent de donner l’image d’un quartier sclérosé et délaissé par les jeunes.

Conclusion 

43Les facteurs du rétrécissement urbain à Marzahn-Hellersdorf sont essentiellement démographiques (mobilités résidentielles en périphérie de Berlin, difficultés de la natalité) et économiques (augmentation du chômage et migrations de travail dans les anciens Länder). Ce rétrécissement affecte les services publics visant les deux populations : au niveau quantitatif, l’offre est réduite et au niveau qualitatif, l’accent est mis sur les loisirs et surtout les services médicaux auprès des seniors.

44La nouvelle offre visant les seniors ne peut freiner totalement le rétrécissement urbain. En effet, l’adaptation des services à certains publics et l’augmentation de l’offre montre bien la dépendance des politiques publiques face au rétrécissement. Au mieux, on assiste à une stabilisation de la population sans toutefois observer une augmentation nette. Le principal problème, en particulier à Marzahn-Hellersdorf, reste le taux de chômage et celui de bénéficiaires de revenus sociaux.

45L’arrivée d’un pôle économique dans le Bezirk pourrait être une solution, certes assez classique, favorisant l’arrivée de ménages plus aisés, à l’image de Cleantech, pôle économique et technologique : spécialisé dans le domaine des nouvelles technologies, il est créé en 2009 (la construction a été achevée en 2011) à l’initiative du Sénat de Berlin, du Bezirk et de leurs partenaires économiques, afin de donner à ce territoire les moyens de devenir un site d’implantation pour des entreprises de haute technologie ou de services. Dans la présentation du projet, un marketing territorial intensif était développé (accessibilité par rapport au centre-ville et aux autres métropoles allemandes, offre éducative et de loisirs à travers le Erholungspark - où parc de loisirs Marzahn par exemple, et insistance sur le caractère rural). Marzahn-Hellersdorf permet en effet de réunir les avantages de la capitale et la campagne brandebourgeoise avec ses pavillons résidentiels. La combinaison de facteurs positifs comme une offre de services, un faible coût de l’habitat, un cadre verdoyant et des infrastructures techniques optimales, rendrait Marzahn-Hellersdorf attractif pour des familles de classe moyenne. Une symbiose des trois fonctions résidentielle, économique et de loisir serait alors un moyen de redynamiser le Bezirk.

Haut de page

Bibliographie

BARON M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C., RIVIERE D., VAN HAMME G (dir.), 2010, Villes et régions européennes et décroissance : Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Hermès – Sciences publications, 346 p.

BARTHEL W., FERCHLAND R., ZAHN D., MARZAHN-HELLERSDORF, 2008, Tendenzen der sozialdemographischen und sozialräumlichen Entwicklung. Studie als Beitrag zur Sozialbericherstattung, im Auftrag der Rosa-Luxemburg-Stiftung, Berlin, 186 p.

Conseil de Marzahn-Hellersdorf pour la prise en charge des personnes âgées : http://www.berlin.de/ba-marzahn-hellersdorf/verwaltung/gesundheit/netzalter.html

Conseil de Marzahn-Hellersdorf pour les affaires familiales : http://www.berlin.de/ba-marzahn-hellersdorf/verwaltung/jugend/jugendamt.html

CUNY C., 2007, L’action collective en situation de déclassement: le cas d’une mobilisation de locataires dans un secteur de grands ensembles à l’Est de Berlin, in BOUMAZA M., HAMMAN P. (dir.), 2007, Sociologie des mouvements de précaires. Espaces mobilisés et répertoires d’action, Paris, Harmattan, p. 105-130.

DUBACH H., KOHLBRENNER U., FLECKEN U., 2007, Im Wandel beständig. Stadtumbau in Marzahn und Hellersdorf. Projekte, Reflexionen, Streitgespräche, Berlin, Bezirksamt Marzahn-Hellersdorf, 303 p.

DUFAUX F., 1998, Berlin, le rétablissement d’une métropole ?, in REY V. (dir), Les territoires centre-européens. Dilemmes et défis. L’Europe médiane en question, Paris, La Découverte, p. 216-231.

FLORENTIN D., 2009, Les méthodes d’analyse du déclin en Allemagne : le cas de Leipzig. http://cle.ens-lyon.fr/08127817/0/fiche___pagelibre/

FLORENTIN D., FOL S., ROTH H., 2009, La "Stadtschrumpfung" ou "rétrécissement urbain" en Allemagne: un champ de recherche émergent, Cybergeo, Espace, Société, Territoire, article 445, mis en ligne le 26 mars, modifié le 07 avril 2009. URL: http://cybergeo.revues.org/index22123.html.

FRITSCHE M., 2008, Civic participation within « Urban restructuring » in East Berlin: « Risks and Side Effects » of coopérative governance, in ADELHOF K., GLOCK B., LOSSAU J., SCHULZ M., Urban trends in Berlin and Amsterdam, Berliner geographische Arbeiten 110, Humboldt Universität Berlin, p. 48-57.

GASPERIN DE A., 2009, Les villes des nouveaux Länder: La requalification dans le difficile contexte du déclin, Vertigo - la revue électronique en sciences de l'environnement, Vol. 9 n° 2 | septembre, [En ligne], mis en ligne le 29 septembre 2009. URL : http://vertigo.revues.org/8716

GLOCK B., HÄUßERMANN H., 2004, New trends in urban development and public policy in eastern Germany: dealing with the vacant housing problem at the local level, International Journal of Urban and Regional Research, Vol.28, n°4, p. 919-929.

GRESILLON B., 2009, L’Allemagne, vingt ans après…, Paris, La Documentation photographique, 64 p.

GRÉSILLON B., KOHLER D., 2001, Berlin, capitale en attente, Hérodote n°101, p. 96-121.

HANNEMANN C., 2004, Von der sozialistischen zur schrumpfenden Stadt: Konsequenzen für Stadtpolitik und öffentlichen Raum, in NAGLER H., RAMBOW R., STURM U. (dir.), Der öffentliche Raum in Zeiten der Schrumpfung, Berlin, Edition Stadt und Region, p. 118-128.

HÄUSSERMANN H., 2005, Berlin: from divided to fragmented city, in HAMILTON E., Transformation of cities in Central and Eastern Europe, towards globalization, New York, United Nations University Press, p. 189-221.

HÄUSSERMANN H., 1996, From the socialist to the capitalist city: experiences from Germany, in ANDRUSZ G., HARLOE M., SZELENYI I., Cities after socialism. Urban and regional change and conflict in post-socialist societies, Oxford, Wiley Blackwell, p. 214-231.

HÄUßERMANN H., SIEBEL W., 1988, Die schrumpfende Stadt und die Stadtsoziologie, in FRIEDRICHS J. (ed.), Soziologische Stadtforschung, Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie,Westdeutscher Verlag, Cahier spécial No.29, p. 78-94.

HEINEBERG H., 2004, Städte in Deutschland – zwischen Wachstum und Umbau, Geographische Rundschau 56 Heft 9, p. 40-46.

Compétences du Land de Berlin pour la prise en charge de la vieillesse. http://www.Landesseniorenbeirat-berlin.de/

LENZ K., 2002, Berlin: Hauptstadt zwischen Vergangenheitsbewältigung und Neuorientierung, in SCHNEIDER-SLIWA R. (dir.),  Städte im Umbruch. Neustrukturierung von Berlin, Brüssel, Hanoi, Ho Chi Minh Stadt, Hongkong, Jerusalem, Johannesburg, Moskau, St Petersburg, Sarajewo und Wien, Berlin, Reimer, p. 11-42.

LEVY J., LUSSAULT M., 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

MEYFROIDT A., 2010, Rétrécissement urbain et services pour les jeunes et les seniors, le cas de Marzahn-Hellersdorf, Berlin, Mémoire de Master 2, ENS de Lyon, 186 p.

Monitoring soziale Stadtentwicklung, Senat de Berlin, 2010. http://www.stadtentwicklung.berlin.de/planen/basisdaten_stadtentwicklung/monitoring/index.shtml

RIETDORF, W., LIEBMAN, H., HALLER, C., 2001, Schrumpfende Städt – verlassene Grosssiedlungen? Stadtstrukturelle Bedeutung und Probleme von Grosswohnsiedlungen. In: DISP 146, Heft 3.

SCHULZ M., 2004, Das Programm « Stadtumbau ost » - das Beispiel Berlin, in ADELHOF K., FRANK S., PETHE H., SCHULZ M. (dir), Amsterdam-Berlin : Menschen, Märkte und Räume, Berliner Geographische Arbeiten 98, Humboldt Universitât zu Berlin, p. 9-19.

SENONER D., 1988, Berlin aujourd’hui et demain : le point de vue d’un Berlinois, in FRANÇOIS E., WESTERHOLT E.G. (eds.), Berlin. Capitale, Mythe, Enjeu. Actes du colloque organisé par le Goethe Institut de Nancy, 30-31 octobre 1987, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Programme « Ville sociale » : http://www.sozialestadt.de

Institut Stadtteilentwicklungskonzept (Institut pour le développement des quartiers), Rapport sur les mesures du programme Stadumbau Ost à Marzahn-Hellersdorf en 2007, URL: http://www.stadtumbau-berlin.de/uploads/media/Fortschreibung_INSEK_Marzahn_Hellersdorf_01.pdf .

Office statistique de Berlin et du Land de Brandebourg : http://www.statistik-berlin-brandenburg.de/

Haut de page

Notes

1  « Das heißt, eine Stadt ist umso mehr mit dem Problem der Schrumpfung konfrontiert, je stärker die Bevölkerungsabnahme, je größer die Wanderungsverluste, je stärker der Arbeitsplatzrückgang, je höher die Arbeitslosigkeit und je geringer die Wirtschafts- und Kaufkraft sind », Heineberg, 2004, p. 40.

2  Ne datant pas tous de la période socialiste, comme les Mietskasernen du Märkisches Viertel dans la partie ouest de la ville.

3  Les Stadtteile en dehors des grands ensembles (Mahlsdorf, Biesdorf et Kaulsdorf) ne seront pas étudiés ici, en raison d’une morphologie urbaine et d’une sociologie différentes.

4  Cette loi, du nom du directeur du personnel de Volkswagen, réduit les indemnités versées aux chômeurs de longue durée. Elle réduit aussi la durée de perception des allocations chômage : de 32 à 12 mois. Après cette période, le chômeur est considéré comme chômeur de longue durée et reçoit le minimum social Arbeitslosengeld II.

5  Programme mis en place de 2002 à 2009, dans 353 villes rétrécissantes d’Allemagne (Ouest et Est) visant à résoudre le rétrécissement urbain par la destruction de logements et infrastructures vacants.

6  « Chancen der Schrumpfung ».

7  La tendance reste toutefois plus accentuée à Berlin Est car entre 1990 et 1999, le nombre de naissances diminue de 37%.

8  Bundesagentur für Arbeit, 2009

9  Populations de nationalité allemande qui vivaient à l’est de la ligne Oder-Neisse (surtout en ex-Union Soviétique) après 1945 et qui sont revenues vivre en Allemagne après 1989

10  Littéralement, le « tournant », désigne le passage de l’ex-RDA à une démocratie parlementaire en 1990-1991.

11  Notamment les Aussiedler.

12  Ces conseils financent par exemple l’aménagement de cours intérieures au sein d’îlots de grands ensembles.

13  D’après les données de DEGEWO.

14  Suite aux démolitions d’immeubles et d’îlots entiers

15  Rapport sur le changement structurel dans l’économie du logement des nouveaux Länder.

16  Il s’agit des quartiers de Marzahn Nord, Marzahn Mitte, Marzahn Süd, Hellersdorf Nord, Hellersdorf Ost et Hellersdorf Süd.

17  Dans le cas d’une démolition, les frais sont pris en charge à 50% par le Bund (République fédérale) et 50% par le Land. Dans le cas d’une rénovation, 1/3 par le Bund, 1/3 par le Land et 1/3 par la commune.

18  D’après le Bezirksamt.

19  Grundschule (classe d’âge de 6 à 10 ans)

20  d’après le rapport INSEK de 2007

21  Conseil de quartier

22  On peut ainsi noter récemment la transformation d’un bâtiment vacant adjacent à une école en jardin d’enfant avec aménagement d’une aire de jeux sur le Havelländer Ring, à Hellersdorf.

23  Pour davantage d’informations sur la participation des habitants de Marzahn et les limites de celle-ci, consulter les travaux de Cécile Cuny (Cuny, 2007) et Miriam Fritsche (Fritsche, 2008).

24  Réalisée par le Sozialwissenschaftliches Forschungszentrum Berlin Brandenburg

25  D’après le rapport du Bezirksamt.

26  Voir le site http://www.Landesseniorenbeirat-berlin.de/

27 Voir http://www.berlin.de/imperia/md/content/bamarzahnhellersdorf/publikationen/gesbericht2002/aktivimalter/altenplanung2007_11.pdf?start&ts=1185452999&file=altenplanung2007_11.pdf

28  Selon les statistiques de la Ärztekammer Berlin (Association des médecins de Berlin)

29  D’après les données du Senatsverwaltung für Integration Arbeit und Soziales (Senat de Berlin pour l’intégration, le travail et les affaires sociales).

30  Littéralement, le « comptoir du logement ». 

31  Concrètement, il s’agit d’ajouter des loggias et des ascenseurs dans des bâtiments de cinq à six étages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution de la population de Marzahn-Hellersdorf depuis 1988
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-1.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Figure 2 : Une organisation spatiale marquée par les grands ensembles
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-2.png
Fichier image/png, 314k
Titre Figure 3 : Evolution de la population berlinoise par Bezirk après la réunification
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Titre Figure 4 : Evolution de l’âge de la population berlinoise par Bezirk après la réunification
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-4.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 5 : Evolution de deux groupes représentatifs : les jeunes et les seniors
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-5.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Figure 6 : Répartition du taux d’allocataires Hartz IV à Berlin
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-6.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 7 : Evolution du taux de vacance sur le parc de logements géré par la DEGEWO à Marzahn-Hellersdorf
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8353/img-7.png
Fichier image/png, 4,9k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Meyfroidt, « Les services du quotidien comme solution au rétrécissement urbain : le cas de Marzahn-Hellersdorf », Géocarrefour, Vol. 86/2 | 2011, 127-137.

Référence électronique

Aurore Meyfroidt, « Les services du quotidien comme solution au rétrécissement urbain : le cas de Marzahn-Hellersdorf », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8353 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8353

Haut de page

Auteur

Aurore Meyfroidt

UMR 5600-Géophile 15 parvis René Descartes BP 7000 69007 Lyon  ameyfroidt@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org