Navigation – Plan du site
Articles

La culture comme alternative au déclin : mythe ou réalité ? 

Le cas des villes allemandes rétrécissantes
Culture as an alternative to decline : myth or reality ? The case of shrinking cities in Germany
Boris Grésillon
p. 151-160

Résumé

Cet article se veut une réflexion sur la pertinence de l’utilisation du paradigme culturel dans l’analyse du phénomène de rétrécissement urbain, à travers l’exemple des villes allemandes. Il s’agit d’examiner dans quelle mesure les stratégies culturelles des municipalités, associées à des politiques de rénovation urbaine, peuvent infléchir le cours du déclin démographique. Tandis que les modèles d’aménagement de ces vingt dernières années échouent à endiguer le processus de rétrécissement urbain et de perte de population, on examinera la pertinence des modèles de l’économie culturelle et notamment de l’un de ses avatars, les clusters culturels (appelés aussi « créatifs »). L’économie créative constitue-t-elle une réponse adéquate au défi de la déprise économique et démographique ? Enfin, nous conclurons cette contribution par l’étude de deux cas d’études, deux villes de taille comparable situées de part et d’autre de l’ancien rideau de fer.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 17 décembre 2014.

Introduction

1Depuis une vingtaine d’années, l’Allemagne voit certaines de ses villes, certains de ses foyers industriels et urbains, rétrécir, c’est-à-dire non seulement perdre des habitants, parfois en nombre important, mais aussi se dédensifier, décroître, pas partout mais dans certains quartiers particulièrement touchés par les effets d’une triple crise : démographique, sociale et économique. Apparaissent alors des sortes de trous dans le tissu urbain, qui prennent par exemple, concrètement, la forme de quartiers de grands ensembles progressivement vidés de leurs habitants et plus ou moins laissés à l’abandon à la périphérie des villes. A part les deux Länder dynamiques du Sud, Bavière et Bade-Würtemberg, aucun Land allemand n’est épargné par ce phénomène, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest du pays. Les foyers de vieille industrie, d’industrie lourde notamment, sont les plus touchés par le processus de rétrécissement : le bassin de la Ruhr dès les années 1980, la région de Brême au Nord, et quasiment toutes les villes et Länder d’Allemagne de l’Est depuis la chute du Mur.

2Au demeurant, ce phénomène de « rétrécissement » urbain (de l’anglais to shrink et de l’allemand schrumpfen) ne se limite pas à l’Allemagne. Il touche tous les pays industrialisés à des degrés divers. Les villes des Midlands anglais, celles du Nord Est de l’Angleterre (Newcastle, Leeds, Sheffield) et du Nord-Ouest (Liverpool et Manchester), certaines villes industrielles américaines (Pittsburgh et Detroit sont les plus souvent citées dans la littérature scientifique), et plus encore, bien que moins connues, les villes de la partie orientale de l’Europe et de Russie, toutes sont affectées par ce phénomène de « rétrécissement » synonyme de perte importante de population. Ce faisant, elles posent aux urbanistes, aux aménageurs et aux politiques un défi redoutable : comment composer avec le déclin ? Alors qu’un siècle et demi de croissance urbaine continue pouvait laisser penser qu’il suffisait d’aménager et de répartir la croissance pour accompagner le développement concomitant de l’industrie, des villes et de l’économie, le retournement de la conjoncture économique oblige les politiques à changer de cadre d’action et les chercheurs à changer de cadre de pensée. Il s’agit rien moins que de réinventer la politique urbaine, la façon de faire la ville. Non pas que les outils traditionnels de l’urbanisme, élaborés en temps de croissance et pour aménager la croissance, soient obsolètes. Mais il faut désormais inventer d’autres outils, plus souples, qui permettent pour ainsi dire d’organiser la décroissance. D’aucuns plaident pour un « urbanisme réversible » (Paquot, 2005 ; Scherrer et Vanier, 2010)1, qui pourrait mieux s’adapter aux cycles de croissance / décroissance / reprise de croissance caractéristiques des villes contemporaines.

3Dans les faits, face à ce phénomène de décroissance que certains jugent inquiétant, il n’y a aucune recette-miracle, mais une multiplicité de réponses, d’expérimentations tentées avec plus ou moins de bonheur dans différents domaines par les municipalités et les pouvoirs publics. L’une de ces réponses, ou plutôt tentative de réponse, mérite qu’on s’y arrête par son originalité. On peut la formuler de la manière suivante : puisque l’économie classique, fondée sur l’industrie, a échoué à assurer la croissance des villes, pourquoi ne miserait-on pas sur l’économie culturelle et sur le rayonnement artistique d’une agglomération ? Dans la vogue des industries culturelles, appelées de plus en plus aujourd’hui « créatives » (nous rangeons dans cette catégorie la musique, l’audiovisuel, le cinéma, l’industrie du jeu vidéo, le multimedia, le design et la mode notamment – cf. Scott, 2006), les villes allemandes et européennes se sont lancées dans l’édification de clusters créatifs, voire de quartiers entièrement dévolus à une ou plusieurs branches des industries créatives. La recherche urbaine a largement contribué à alimenter ce mouvement, depuis la publication des ouvrages de Richard Florida sur les classes créatives, véritables best-sellers de librairie et de colloques, et de Charles Landry sur les villes créatives (Florida, 2002 et 2005 ; Landry, 2000). L’Allemagne n’échappe pas à la mode de la créativité tous azimuts.

  • 2  Plus précisément, en plus des sources allemandes citées en bibliographie, nous avons pu nous procu (...)

4La question est donc de savoir si la mise en valeur du patrimoine culturel et symbolique ainsi que l’essor des industries créatives constituent une réponse adéquate au déclin démographique et économique des villes industrielles allemandes. Même s’il est un peu prématuré de répondre à cette interrogation tant les cas de figure sont différents et tant les dynamiques divergent, cet article cherche à interroger le panel d’alternatives au déclin proposé par quelques villes allemandes, alternatives qui placent la culture au centre de leurs politiques de planification. Nous nous appuierons à la fois sur un examen de la littérature allemande contemporaine, sur des documents d’urbanisme que nous avons pu consulter ainsi que sur des études de terrain effectuées à Berlin, Wolfsburg, Essen/Ruhr, Cottbus et Dresde au cours des années 2008-20112.

Comment lire la ville allemande aujourd’hui ?

La situation actuelle

  • 3  Même si les sources statistiques varient, notamment à cause du seuil de population urbaine retenu, (...)

5Au 1er janvier 2011, l’Allemagne comptait 82,3 millions d’habitants et un taux d’urbanisation de 88,4 %3. Cela en fait, avec le Japon, l’un des pays de cette taille les plus urbanisés au monde. On ne reviendra pas sur les raisons de cette urbanisation extrême (précocité de l’industrialisation et de la transition urbaine, essor démographique très puissant au XIXème et au début du XXème siècle, etc.), mais force est de constater la puissance du fait urbain outre-Rhin. L’Allemagne compte 82 villes de plus de 100 000 habitants. Contrairement à la France et à la Grande-Bretagne, ce n’est pas la macrocéphalie de la capitale qui caractérise l’Allemagne, mais au contraire, un semis dense de villes de taille moyenne, comprises entre 100 000 et 500 000 habitants. Tandis que la conurbation de la Ruhr concentre 5,3 millions d’habitants, la capitale, Berlin, rassemble 3,4 millions d’habitants, Hambourg, la ville de rang deux, en possède la moitié, suivie ensuite par Munich et Cologne. Quant à la répartition des villes allemandes, il faut souligner une double dissymétrie entre l’Est et l’Ouest, d’un côté, le Nord et le Sud de l’autre. La partie occidentale de l’Allemagne, notamment le sillon rhénan, rassemble les trois-quarts de la population urbaine et, à l’exception de Berlin, la plupart des grandes villes du pays. La distinction Nord / Sud, quant à elle, apparaît d’une autre nature. Elle se caractérise moins par le nombre d’habitants dans les villes – Berlin et Hambourg, les deux capitales du Nord, sont les villes les plus peuplées du pays – que par les dynamiques démographiques, nettement favorables aux villes de la partie Sud du pays. Tandis que presque toutes les villes septentrionales (Berlin, Brême, les villes de la Ruhr) connaissent des évolutions démographiques négatives ou stagnantes, les villes du Sud (Munich, Stuttgart, Ulm, Nuremberg…) enregistrent une croissance positive continue.

6Par conséquent, vis-à-vis de la problématique qui nous intéresse, on trouvera la plupart des « villes rétrécissantes » dans la partie Nord et a fortiori à l’Est du pays. C’est là que les effets du déclin démographique, du vieillissement de la population, du départ des jeunes, de la désindustrialisation et de la crise économique de 2008-2010 se conjuguent en une spirale du déclin qui paraît très difficile à enrayer, notamment sur les franges orientales du pays. On a pu ainsi parler de « dynamique inversée » (Grésillon, 2009) à propos des villes et villages allemands proches de la frontière polonaise, dont certains ne survivent que grâce à l’installation de familles polonaises et à l’arrivée d’entreprises polonaises ou tchèques cherchant à s’implanter dans cette partie de l’Allemagne répulsive pour les Allemands mais attractive pour les Européens de l’Est (le prix du foncier y est dans certains cas devenu plus faible que de l’autre côté de la frontière, à l’Ouest de la Pologne ou en Bohème). De fait, c’est bien ce « far Ost » allemand qui constitue toujours, même vingt ans après la réunification, même après les sommes immenses investies par l’Etat fédéral, la zone la plus problématique de la nouvelle Allemagne, celle qui cumule tous les handicaps.

Les tentatives de réponse officielles au déclin démographique

7On ne reviendra guère sur la littérature scientifique qui s’attache au phénomène des villes rétrécissantes depuis une dizaine d’années. On renverra, pour le cas de l’Allemagne, à l’excellente mise au point bibliographique de Daniel Florentin, Sylvie Fol et Hélène Roth parue en 2009 dans la revue électronique Cybergéo (Florentin, Fol, Roth, 2009). Parmi la nombreuse littérature allemande sur la question, citons quand même l’ouvrage de référence d’Oswalt (Oswalt, 2006), qui approfondit le concept de Stadtschrumpfung tel qu’il avait été posé pour la première fois par les sociologues Hartmut Häussermann et Walter Siebel en 1988 dans un article qui avait fait date (Häussermann et Siebel, 1988). Loin de constituer un cas à part, les villes allemandes rétrécissantes renvoient à un processus européen, si ce n’est mondial, de déclin, qui affecte les villes industrielles en crise. Les chercheurs sont d’ailleurs sensibles à cette dimension internationale, et au-delà des inévitables et nécessaires études monographiques, certains ont récemment publié d’intéressantes comparaisons internationales (Cunningham-Sabot et Fol, 2009 ; Pallagst, 2009).

8Au demeurant, il est très difficile de mesurer le rétrécissement urbain, ce que Cheshire et ses collègues soulignaient dès 1986 (Cheshire et alii, 1986). En effet, le processus de rétrécissement urbain n’est pas réductible au seul phénomène de déclin démographique, qui, lui, est quantifiable. Il renvoie également à un processus de déprise économique, qui se traduit dans le paysage urbain par des usines et entrepôts abandonnés ainsi que des immeubles d’habitation en partie ou totalement délaissés. Dans les pays industrialisés d’Amérique du Nord et d’Europe occidentale, les mesures s’affinent en même temps que les analyses progressent. Ainsi, d’après des chiffres avancés par Gatzweiler en 2003 repris par Heineberg en 2004, 53,5 % des communes de l’ex-Allemagne de l’Est seraient en déclin contre seulement 2,6 % des communes de l’ex-RFA (Gatzweiler et alii, 2003 ; Heineberg, 2004). Ainsi, on voit à quel point l’ancienne frontière inter-allemande demeure une clé de lecture géographique puissante. Quant aux chiffres de déclin démographique avancés, ils concernent une perte de population pouvant aller jusqu’à 30 à 40 % dans les cas extrêmes que constituent des villes mono-industrielles est-allemandes comme Hoyerswerda (Hannemann, 2003), Eisenhüttenstadt ou Bitterfeld – celles-là même qui avaient enregistré une forte croissance démographique du temps de la RDA entre 1965 et 1989. Mais il existe bien sûr de nombreux cas plus nuancés de déclin démographique, où ce dernier est compris entre 8 et 15 % de la population totale sur une période allant de dix à vingt ans – seuils à partir desquels on peut classer ces villes dans la catégorie des « villes rétrécissantes ». En outre, le déclin concerne surtout des villes de taille petite (moins de 50 000 habitants) et moyenne (moins de 200.000 habitants), à l’économie peu diversifiée, et il épargne davantage les grandes villes de plus de 500 000 habitants. Grâce aux services statistiques régionaux (Landesstatistische Ämter), nous disposons d’un corpus de données fiables sur les chiffres de population.

9Face à ce processus de déclin, comment les autorités allemandes, ont-elles réagi ? Tout d’abord en investissant des sommes colossales dans les infrastructures et les services publics des villes est-allemandes. Loin d’ignorer les problèmes de la partie orientale, l’Etat fédéral les a au contraire saisis à bras le corps, en injectant, toutes sommes confondues (y compris les allocations chômage et les transferts « solidaires » des Länder riches de l’Ouest vers les Länder pauvres de l’Est), 900 milliards d’euros dans les régions de l’ex-RDA entre 1990 et 2010 (Grésillon, 2009). Aucun Etat au monde n’a investi autant d’argent public en si peu de temps pour aider ses régions en difficulté. Et pourtant, cela n’a pas suffi à enrayer la spirale du déclin. Il est plus facile de moderniser les infrastructures que de fixer les hommes… Pour cela, il aurait fallu recréer de l’emploi. Or, c’est le contraire qui s’est produit : entre 1990 et 1994, 90 % des emplois industriels de l’ex-RDA ont été détruits, et les créations d’emplois ont été rares. Le taux de chômage des « nouveaux Länder » de l’Est est donc systématiquement près du double de celui des Länder de l’Ouest. Conscient du problème, l’Etat fédéral a lancé en 2002 un vaste programme de rénovation urbaine et de modernisation économique, appelé StadtUmbau Ost, doté de 2,5 milliards d’euros pour la période 2002-2009 et destiné à rénover le parc de logements est-allemand (destruction prévue de 300 000 logements vétustes) et à réhabiliter les centres anciens. Pour louable qu’elle fût, cette opération a davantage concerné le logement que l’emploi. Plusieurs chercheurs ont récemment émis des avis critiques sur ce type de programme (Goldschmitt et Taubeneck, 2010 ; IBA-Büro, 2007). Cependant, afin de ne pas léser les communes ouest-allemandes en difficulté, un programme similaire intitulé StadtUmbau West a été créé à la fin de la décennie 2000. En 2011, de nombreuses villes est-allemandes présentent ainsi le paradoxe d’être dotées d’un centre historique mieux restauré que celui des villes ouest-allemandes, de bénéficier d’infrastructures autoroutières et ferroviaires plus modernes, mais de présenter un « costume territorial » trop grand pour elles, avec des vides ou des délaissés urbains dont elles ne savent que faire. Certains chercheurs français (Florentin, Fol, Roth, op. cit.), à la suite de leurs collègues allemands, parlent même de « ville perforée ». Face à ce constat qui perdure, que proposent les aménageurs, les urbanistes et les politiques ?

Les politiques de rénovation urbaine

10Au regard du défi majeur que constitue le rétrécissement urbain, la tentation est grande d’y répondre de manière radicale, c’est-à-dire par des opérations de destruction d’infrastructures vétustes ou d’immeubles plus ou moins abandonnés par leurs habitants. Pour certains urbanistes au début des années 2000, c’était la mesure la plus adaptée à la situation : puisque, de toute façon, certaines portions du territoire urbain étaient délaissées par la population, autant raser le bâti existant et transformer la zone, par exemple, en espace vert. Dans le cadre du programme StadtUmbau Ost financé par l’Etat fédéral, de nombreuses expériences de ce type ont été menées dans les quartiers en crise des villes est-allemandes. La transformation du paysage est spectaculaire. A Leipzig, certains îlots sont méconnaissables. D’anciens grands ensembles ont laissé la place à de vastes espaces verts parsemés ça et là de petits collectifs (Florentin, 2008). La ville se met donc au diapason des faibles densités. C’est dans ce contexte de décroissance qu’a émergé outre-Rhin le concept de trame verte, destiné à transformer d’anciennes zones d’habitat et d’activités en espaces verts et récréatifs. A ce propos, il y aurait d’intéressantes comparaisons à mener entre l’Allemagne et la France en matière de mise en place des « trames vertes », dans des contextes locaux toutefois différents. De même, le programme StadtUmbau Ost, dont on comprend qu’il s’agit avant tout d’un programme de rénovation urbaine, mériterait d’être comparé aux actions de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), telle qu’elle a été mise en place en France au début des années 2000. La coïncidence temporelle de ces programmes nationaux n’est peut-être pas fortuite.

11Quel est le résultat des programmes de rénovation urbaine ? Sont-ils adaptés aux problèmes des villes en déclin ? Le bilan qu’a dressé l’Etat fédéral lui-même du programme StadtUmbau Ost en 2009-2010 invite à la prudence. En effet, ce bilan souligne deux faiblesses intrinsèques de ce type d’action, malgré les résultats concrets obtenus. D’une part, comme nous l’avons évoqué, le programme n’agit que sur l’habitat, pas ou peu sur l’emploi. D’autre part, il permet tout juste de panser les plaies (reloger les habitants dans de meilleures conditions), pas de soigner le mal (le déclin démographique et économique).

12Par conséquent, les stratégies d’aménagement du territoire mises en œuvre depuis une quinzaine d’années échouent en partie à répondre aux défis posés par les villes rétrécissantes. En agissant essentiellement sur le logement et les infrastructures de transport et pas ou trop peu sur l’économie, les politiques urbaines ne traitent qu’une partie du problème. Qu’en est-il du modèle, qui concerne à la fois l’urbain, la culture et le territoire, de l’économie culturelle ? (Leriche et alii, 2008).

L’économie culturelle, une chance pour les villes rétrécissantes ?

  • 4  En raison de la taille impartie à cette contribution mais surtout de la non pertinence de la théor (...)

13Face à l’incapacité des politiques urbaines à inverser la spirale du déclin, de nombreuses municipalités se sont récemment tournées vers un nouveau modèle de développement, en provenance des Etats-Unis, qui pourrait leur permettre de recréer de la croissance. Il s’agit de l’économie culturelle (dite aussi de plus en plus souvent « créative »), et l’un de ses avatars, « les clusters culturels »4.

Les concepts de l’économie culturelle et des clusters culturels

14L’examen des théories de l’économie culturelle et notamment des clusters culturels s’avère, pour notre propos, plus intéressant que celui du modèle de Richard Florida. Ces théories ne sont pas nouvelles, contrairement au modèle des classes créatives de R. Florida. Elles trouvent leur source dans les travaux d’économistes portant sur la diffusion des innovations, la compétition entre les villes et la nécessité pour elles de se spécialiser dans une ou plusieurs branches économiquement porteuses. Pour ce faire, des politiques incitatives sont mises en place afin de créer ce qu’on appelait jadis des « districts » industriels (Becattini, 1989 ; Aydalot, 1986) – même si certains sont nés spontanément, sans aide des pouvoirs publics – et aujourd’hui des clusters technologiques, selon la terminologie anglophone. En 2002, le géographe économiste allemand Stefan Krätke publiait un ouvrage consacré aux « clusters urbains et [aux] centres globaux de la production culturelle » (Krätke, 2002). Cet ouvrage de référence ouvrait la voie aux études de géographie économique sur les clusters culturels, rebaptisés ensuite « clusters créatifs » ou « clusters des industries créatives » (Krätke, 2011 et 2005). Dans les faits, Stefan Krätke montre bien comment une métropole comme Berlin a su encourager la formation de clusters créatifs, comme par exemple le technopôle d’Adlershof dans la périphérie Sud-Est pourtant économiquement déprimée, ou encore le cluster des industries du cinéma autour des studios de Babelsberg près de Potsdam (Krätke, 2004). Aujourd’hui, toutes les régions métropolitaines allemandes ont leurs clusters consacrés aux industries culturelles, et on ne peut nier que ces derniers ont des effets d’entraînement sur l’emploi local.

Les conséquences des politiques d’économie culturelle sur les villes

15La question qui se pose est la suivante : ce qui fonctionne dans une ville comme Berlin peut-il fonctionner dans d’autres villes plus petites et en difficulté économique ? Faute d’études d’impact suffisamment étayées, on se doit de rester nuancé. Les deux capitales de Saxe, Leipzig et Dresde, ont, certes, perdu des habitants entre 1989 et 2006, mais elles disposent néanmoins d’atouts culturels et patrimoniaux de grande qualité, d’universités réputées, de loyers à bas coût, de bonnes infrastructures de transport ainsi que d’une certaine qualité de vie qui peuvent les rendre attractives pour des petites entreprises du monde des industries créatives. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit autour des métiers de l’édition et du livre à Leipzig (liés à la Buchmesse de Leipzig, autrement dit le Salon du livre) et des métiers de la restauration d’œuvres d’art à Dresde. Les tout derniers chiffres du recensement (source : Destatis, 2010 et 2011) montrent que Dresde, a regagné quelques 50 000 habitants depuis 2006 et que le déclin démographique de Leipzig semble enrayé. Certes, ces deux villes ont bénéficié de l’implantation d’usines d’assemblage automobile et électroniques très modernes, ce qui a contribué à les rendre plus attractives.

16Autrement dit, la spécialisation de ces villes dans certains secteurs des industries créatives, combinée à un cadre de vie agréable et à l’installation sur place d’unités de productions de grandes entreprises, peut leur permettre de tirer leur épingle du jeu, à condition toutefois d’être activement soutenues par des politiques publiques volontaristes. On peut dresser peu ou prou le même constat en ce qui concerne les villes de la Ruhr (Essen, Dortmund, Bochum, Duisbourg) qui sont en train de réussir leur reconversion de villes industrielles en villes post-industrielles et culturelles grâce à de lourds investissements publics, ce qui n’enraye cependant pas la tendance au déclin démographique. En revanche, dans les cas extrêmes de villes rétrécissantes que nous avons déjà évoqués, villes de taille plus modeste et excentrées dans le territoire allemand, les clusters culturels ne sauraient constituer une recette miracle. Il manque ici trop d’éléments essentiels (présence de jeunes diplômés et de cadres, économie diversifiée, instituts de formation ou de recherche, etc.) pour qu’un élan économique fondé sur l’économie créative puisse voir le jour. Sur la base de ce premier bilan synthétique, examinons maintenant le terrain d’un peu plus près.

La culture au cœur des politiques communales de régénération urbaine : différents cas de figure

De l’intérêt mais de la difficulté de retenir la variable culturelle comme critère de régénération urbaine

17Depuis la réussite de « Glasgow 1990 – ville européenne de la culture » à tout le moins, les chercheurs anglais se sont emparés de la question de la régénération urbaine par l’action culturelle. Le thème de l’Urban regeneration est devenu une figure quasi obligée des urban studies (Couch, 2003 ; Robert et Sykes, 2000). Ce qui est plus intéressant dans notre perspective, c’est de constater que les études urbaines tentent de plus en plus de mesurer l’impact des politiques culturelles ou des grands événements artistiques (grandes expositions, capitale européenne de la culture…) sur l’économie urbaine et plus généralement sur le dynamisme urbain. Bianchini et Parkinson avaient ouvert la voie en 1993 (Bianchini et Parkinson, 1993). De nombreux ouvrages ont suivi depuis (Bianchini et Landry, 1994, Vickery, 2007 ; Evans et Shaw, 2004), certains dans une perspective critique (Miles, 2007 ; Miles et Miles, 2004). On peut considérer le livre dirigé par Steven Miles et Ronan Paddison (Miles et Paddison, 2007) comme un ouvrage de référence sur la question du rôle de la culture dans les politiques de régénération urbaine, auquel les chercheurs allemands, influencés par le « cultural turn » anglo-saxon, se réfèrent (Berndt et Pütz, 2007).

18La question centrale qui court dans tous ces ouvrages, et celle que nous nous posons aussi au sujet des villes allemandes rétrécissantes, est celle du processus de création de valeurs symboliques, autrement dit, de la croyance selon laquelle la valorisation symbolique va amener de la valeur économique. Vaste interrogation, qui demeure en partie irrésolue, d’autant plus que les formes de valorisation symboliques sont très variables : il peut s’agir de festivalisation (de la vie culturelle), de patrimonialisation (ou comment transformer un héritage en valeur contemporaine), de mise en scène et de mise en mémoire, de création artistique, d’industries culturelles. Toutes ces formes ne revendiquent pas la même capacité à créer de la valeur économique. Or, de quelle « culture » parle-t-on ? Malgré la qualité de l’ouvrage dirigé par S. Miles et R. Paddison et des autres livres cités, aucun ne s’interroge réellement sur le sens du mot « culture ». Pourtant, on sait que ce terme est polysémique (Grésillon, 2002). Il recouvre des réalités très différentes. Il peut être entendu au sens classique des (beaux-)arts ou au sens anthropologique des modes de vie d’un groupe. Il peut se rapprocher des processus de formation et d’éducation ou du sens anglo-saxon de entertainment, c’est-à-dire divertissement. On parle de culture de l’individu ou de culture de masse, de culture populaire ou de culture élitiste, de la culture ou des cultures. La culture est ce tout qui, à la fois, forme et élève les esprits, divertit et apprend la vie en société. Quelle acception privilégier ?

19Loin d’être anodines, ces différences d’acceptions ont, en outre, des répercussions sur les politiques culturelles promues de part et d’autre de l’ancienne ligne de démarcation. Tandis que les communes ouest-allemandes investissent volontiers dans des équipements créatifs et de divertissement (cf. exemple de Wolfsburg ci-après) et pas seulement dans des équipements culturels de prestige, leurs homologues est-allemandes, en schématisant un peu, se préoccupent davantage de secteurs éducatifs comme les bibliothèques ou les universités (cf. exemple de Cottbus ci-après).

20Ces différences de significations du mot culture, auxquelles s’ajoutent les divergences existant entre l’Est et l’Ouest, rend difficile, on le comprend, toute tentative de typologie sérieuse menée à l’échelle de l’Allemagne. En effet, une typologie ne peut reposer que sur des critères uniques applicables à tous les cas étudiés. Or, certaines municipalités, s’appuyant sur leur agence d’urbanisme ou sur un cabinet de conseil extérieur, vont mettre l’accent sur telle politique culturelle débouchant sur des actions précises, tandis que d’autres feront un choix différent. L’éventail des choix en amont et des actions en aval interdit ou du moins entrave la comparaison. Cependant, nous aimerions étayer cet article par la présentation rapide de deux cas de figure de villes qui mettent en avant des politiques culturelles – et des politiques de régénération urbaine fondée sur la culture – différentes, parce qu’elles reposent sur des façons variées de concevoir la culture et les politiques culturelles. Du coup, les enjeux urbains et les stratégies mises en œuvre varient également d’un cas à l’autre.

Quelle « culture » pour quel projet urbain ? Des cas de figure variés

21Pour donner une idée du large spectre couvert par les politiques culturelles, nous prendrons deux exemples de villes rétrécissantes de taille comparable, 100.000 habitants environ. L’une (Wolfsburg) est située dans la partie occidentale de l’Allemagne, mais elle est proche de l’ancienne frontière inter-allemande, l’autre (Cottbus) est située dans la partie orientale de l’Allemagne. Nous avons exclu d’emblée les cas extrêmes de villes rétrécissantes (qui ont subi une perte de population supérieure à 33 % depuis vingt ans, tel Hoyerswerda ou Eisenhüttenstadt), qui s’apparentent plus au modèle de déclin de l’Europe de l’Est qu’à celui en vigueur dans le reste de l’Allemagne. Les deux villes que nous avons choisies sont très différentes l’une de l’autre, par leur histoire et leur situation, mais elles furent (Cottbus) ou sont toujours (Wolfsburg) des villes industrielles et ouvrières, peu réputées pour leur paysage culturel. Enfin, le dernier critère de sélection de ces deux villes est d’ordre bibliographique. Il existe très peu de travaux en langue française (et même en allemand et en anglais) portant sur ces villes. Cette dernière partie espère donc combler une lacune bibliographique.

22De la « culture-divertissement » à la « culture-éducation », chaque cas d’étude illustre un paradigme culturel particulier, dont découlent des opérations d’aménagement du territoire spécifiques.

Wolfsburg ou la culture-divertissement

  • 5  Nous renvoyons sur ce thème au numéro de la revue Géocarrefour consacré à La ville événement (...)

23Capitale des usines automobiles Volkswagen depuis sa création en 1938 par le régime nazi, Wolfsburg a longtemps été une ville-usine dont le sort était très étroitement lié à celui du « Konzern » automobile qui avait présidé à sa fondation. Même si on est loin des cas extrêmes de villes rétrécissantes, Wolfsburg, située en Basse-Saxe non loin de la frontière avec l’ex-RDA, entre quand même dans cette catégorie, puisque la ville est passée de 130 000 habitants en 1972 à 119 000 en 2008. Pour des chercheurs en sciences sociales, le cas de Wolfsburg est particulièrement intéressant à étudier. En effet, depuis sa création, son développement a été suivi et documenté de manière précise et à intervalles réguliers par des équipes de sociologues et d’urbanistes. Il s’agit donc d’un observatoire urbain exceptionnel. La quatrième grande enquête urbaine et sociologique menée depuis l’après-guerre a été publiée en 2010, et elle retrace la dernière étape, tout à fait inattendue, de l’évolution de Wolfsburg (Harth et alii, 2010). Ainsi, à partir de 2000, le groupe automobile Volkswagen s’associe à la commune pour faire de Wolfsburg une « Erlebnis-Stadt », c’est-à-dire une ville événementielle5. Pour cela, la multinationale et les édiles misent sur la culture entendue au sens large du terme, comprenant toutes les activités de loisir et d’entertainment. Les activités de divertissement sont en effet perçues par les spécialistes de marketing urbain et d’économie urbaine comme un moteur de croissance, au point qu’un nouveau concept, celui de l’« Entertainment-City » calqué sur le modèle américain, a été récemment inventé par les chercheurs allemands (Baldauf, 2008 ; Ronneberger, 2001 ; Häussermann, 2006). Les investissements sont à la mesure du premier groupe automobile européen. Sont ainsi successivement créés un parc d’attraction et un musée liés à l’automobile (« Autostadt », d’un coût de 850 millions d’euros financés entièrement par Volkswagen, sur un parc de loisirs s’étendant sur 25 ha), un stade modulable (Volkswagen-Arena), un parc de loisirs (« AllerPark ») incluant un complexe aquatique (« Badeland ») et une patinoire (« EisArena »), un complexe de cinémas (« CinemaxX »), une « City Galerie », mais aussi, de manière plus inattendue, un musée d’art contemporain (Kunstmuseum), une cité des sciences (« Phaeno », architecte Zaha Hadid) et, récemment, une antenne universitaire formant essentiellement des ingénieurs en automobile (« Auto-Uni »). Le tout en une décennie (2000-2010) ! Il s’agit donc de diversifier le profil économique de la ville en mettant en scène des événements de toute nature, sportifs, culturels, de loisirs. La politique urbaine de la municipalité et de ses partenaires semble tout entière vouée à créer ces nouveaux équipements de loisirs, dont elle attend des retombées économiques, surtout en termes de tourisme. Quant au groupe automobile, il trouve doublement son compte dans ces investissements sans précédent : à la fois en faisant de Wolfsburg une « Auto-Stadt » que l’on vient visiter de partout et dans le cadre d’une stratégie de diversification économique.

24Il semble que le concept fonctionne, car en peu de temps Wolfsburg est devenue une destination privilégiée par les tour-operators. Il faut dire que le pouvoir d’attraction de l’industrie et de la technologie automobiles ne se dément pas outre-Rhin. Wolfsburg illustre donc un cas atypique de ville industrielle qui mise sur la culture-divertissement pour se renouveler et attirer à elle des visiteurs et des touristes. Notons cependant que quelques autres villes moyennes ont fait des choix similaires, l’exemple le plus connu étant celui d’Oberhausen dans la Ruhr et de son « CentrO », l’un des plus vastes complexes commerciaux européens copié sur les shopping mall américains (Basten, 1998). Cependant, il est encore trop tôt pour juger de l’effet d’entraînement de ce type de politique urbaine sur la courbe de la population. Nous manquons de données et d’études en ce sens. Ce qui est sûr, c’est que le cas de Wolfsburg est et restera atypique, eu égard aux sommes colossales investies dans les équipements culturels et de loisirs.

Cottbus ou la culture-éducation

25Enfin, Cottbus est une ville rétrécissante s’il en est, puisqu’elle est passée de près de 130 000 habitants en 1989 à 100 000 habitants en 2009. Située à 100 kilomètres au Sud-Est de Berlin dans le Land de Brandebourg, Cottbus échappe aux grands flux de circulation. Capitale culturelle de la minorité sorabe, elle a subi de plein fouet le déclin du textile et de la production de lignite. Ayant peu d’atouts à faire valoir, la « ville perforée » a tenté de faire de ses trous urbains un atout : un tiers de la surface communale est aujourd’hui occupée par des espaces verts, parcs et jardins qui assoient sa réputation de « ville verte ». La ville mise aussi sur le développement durable et les énergies renouvelables (hydroélectricité et photo-voltaïque). Par ailleurs, afin de freiner son déclin démographique, elle renforce son offre éducative pour attirer de nouveaux étudiants. Le pari semble gagné : la faculté d’architecture de Cottbus est l’une des plus dynamiques d’Allemagne, elle enregistre des inscriptions nouvelles en provenance de toute l’Allemagne et elle a fait appel à de jeunes enseignants motivés, souvent originaires de Berlin ou d’Allemagne de l’Ouest. Grâce aux subsides de l’Union européenne (reçus au titre de l’objectif 1 pour les régions en retard de développement) et de l’Etat fédéral (cf. programme StadtUmbau Ost évoqué en première partie), la ville a édifié une superbe bibliothèque à double vocation universitaire et communale, qui symbolise son investissement dans la culture-éducation. Le bâtiment, conçu par les architectes suisses Herzog et De Meuron pour un coût de 30 millions d’euros, a reçu le grand prix allemand d’architecture en 2007. Il est aujourd’hui visité par des amateurs d’architecture et fréquenté par les étudiants, et il est devenu l’un des nouveaux emblèmes de la ville. Certes, et les autorités le savent bien, l’université et les espaces verts ne suffisent pas à faire venir des investisseurs et des habitants, mais l’éducation est un investissement à long terme, et les étudiants de Cottbus bénéficient de conditions de travail et de vie (loyers faibles) meilleures qu’ailleurs. La ville espère ainsi fortement inciter quelques-uns de ces jeunes diplômés, après leurs études, à créer, qui une agence d’architecture, qui une micro entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables au sein d’une pépinière d’entreprises que la ville tente de promouvoir. Mais les sommes investies n’ont rien à voir avec celles du géant automobile Volkswagen dans son fief de Wolfsburg.

Conclusion

26Que retenir de cet aperçu à la fois bibliographique, conceptuel et géographique des politiques culturelles et urbaines allemandes à l’heure de la décroissance ? Qu’il existe une pluralité de réponses à la Schrumpfung ! L’action culturelle en est une parmi d’autres. Elle se décline elle-même en une multitude de stratégies possibles, qui mettent en avant un ou plusieurs aspects (patrimonial, architectural, touristique, artistique, loisirs, etc.) du prisme des politiques culturelles. Mais quels que soient les aspects choisis par les municipalités, la culture ne peut pas tout. Même si les attentes à son égard augmentent singulièrement, l’action culturelle ne peut pas résoudre à elle seule les problèmes de la déprise démographique et de la crise économique et sociale que traversent de nombreuses villes est-allemandes et quelques villes industrielles de la partie occidentale de l’Allemagne. Ainsi, en termes de réponse au défi posé par le rétrécissement urbain, la culture et les politiques culturelles n’offrent que des résultats mitigés. Sur le plan du déclin démographique, il est clair qu’une politique culturelle, même la plus audacieuse soit-elle, ne peut suffire à enrayer le mécanisme du déclin. Il y a fort à parier que, à l’exception de Dresde et de Potsdam - qui profite de la proximité de Berlin -, les villes est-allemandes continueront à perdre des habitants, tant la crise économique et sociale (cf. taux de chômage élevé) est profonde. Le cas des communes ouest-allemandes est plus complexe et invite à considérer d’autres aspects de ce qu’on appelle le rétrécissement urbain. On l’a vu, des villes qui misent beaucoup sur la culture/divertissement pour leur revitalisation, comme Wolfsburg et les villes de la Ruhr, certes, freinent au mieux leur déclin démographique sans toutefois inverser la tendance. En revanche, elles parviennent à redensifier et même repeupler leur centre-ville grâce à des politiques efficaces de requalification au sein desquelles la place accordée aux nouveaux équipements de culture ou/et de divertissement jouent un rôle non négligeable. Autrement dit, lorsque la politique culturelle est associée à une vision d’ensemble qui combine politique de réhabilitation de logements et politique économique visant à rendre attractif un territoire autrefois déprécié, elle peut être efficace, au moins en termes de changement d’image.

27En définitive, il ressort de l’examen des politiques mises en œuvre pour contrer le phénomène de rétrécissement urbain que le paradigme de la « croissance » continue de prévaloir, de même que celui de « compétition » entre les villes. Les urbanistes et les politiques ont encore beaucoup de mal à penser la ville décroissante. Le « rétrécissement » ne se traduit pas vraiment par l’émergence de politiques spécifiques, innovantes, même si on sent un frémissement dans des villes comme Leipzig ou Cottbus, qui essayent de jeter les bases d’une ville verte, durable et « pour tous ». Cependant, les politiques, nourris au mythe de la croissance, ne parviennent pas à envisager la décroissance non pas comme une tare, mais comme la possibilité d’inventer une autre ville – pour une autre société ? Pourtant, cette question du rétrécissement ou du moins du déclin démographique risque de concerner de plus en plus de régions européennes dans un proche avenir. Les géographes urbains ont donc tout intérêt à continuer à suivre de près l’évolution des villes « rétrécissantes » à l’échelle européenne. Gageons que ce sont elles qui participeront à l’invention ou du moins au renouveau de l’urbanisme de demain.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AYDALOT Ph., 1986, Milieux innovateurs en Europe, Paris, GREMI, 362 p.

BALDAUF A., 2008, Entertainment-Cities. Stadtentwicklung und Unterhaltungskultur, Vienne / New York, Springer, 196 p.

BASTEN L., 1998, Die Neue Mitte Oberhausen. Ein Grossprojekt der Stadtentwicklung im Spannungsfeld von Politik und Planung, Bâle/Boston/Berlin, Birkhäuser.

BECATTINI, G., 1989, Les districts industriels en Italie, in MARUANI M. et al. (dir.), La Flexibilité en Italie. Débats sur l'emploi, Paris, Syros, p. 261-268.

BERNDT C., PÜTZ R. (dir.), 2007, Kulturelle Geographien, Bielefeld, Transcript Verlag.

BIANCHINI F., PARKINSON M. (dir.), 1993, Cultural Policy and Urban Regeneration: The West European Experience, Manchester: Manchester University Press.

BIANCHINI F., LANDRY C., 1994, The Creative City: A Methodology for assessing Urban Vitality and Viability, Stroud, Glos, Comedia.

CARROUE L. et alii, 2009a, L’Europe, Paris, Bréal, 300 p.

CARROUE L. et alii, 2009b, La mondialisation. Genèse, acteurs et enjeux, 2e édition, Paris, Bréal, 348 p

CATTAN N. et alii, 1993, Le système des villes européennes, Paris, Anthropos, coll. « Villes », 194 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CHESHIRE P., CARBONARO G., HAY D., 1986, Problems of urban decline and growth in EEC countries: or measuring degrees of elephantness, Urban Studies, vol. 23, n° 2, p. 131-149.
DOI : 10.1080/00420988620080121

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

COUCH C., 2003, Urban Regeneration in Europe, Londres, Blackwell, 256 p.
DOI : 10.1002/9780470690604

CUNNINGHAM-SABOT E., FOL S., 2009, Shrinking Cities in France and Great Britain : A Silent Process ?, in PALLAGST K. et al., (dir.), The Future of Shrinking Cities - Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context,published by Center for Global Metropolitan Studies, Institute of Urban and Regional Development, and the Shrinking Cities International Research Network, p.24-35.

DEILMANN C., EFFENBERGER K.-H., HAUG P., KROPP I., 2010, Wer zahlt für das schöne Leben? Technische Infrastruktur in Zeiten von Bevölkerungsrückgang am Beispiel von drei ostdeutschen Mittelstädten, in ALTROCK U. et al. (dir.), Jahrbuch Stadterneuerung 2010. Schwerpunkt "Infrastrukturen und Stadtumbau", Berlin, Universitätsverlag der TU, p.169-181.

DIEFENBACHER H., 2001, Gerechtigkeit und Nachhaltigkeit. Zum Verhältnis von Ethik und Ökonomie, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt.

DUHEM G., GRESILLON B., KOHLER D. (dir.), 2000, Paris-Berlin, regards croisés, Paris, Anthropos, coll. « Villes », 266p.

EMELIANOFF C., 2005, La ville durable en quête de transversalité, inMATHIEU N., GUERMOND Y. (dir.), La ville durable, du politique au scientifique, Ed Cemagref, INRA, p.129-142.

EVANS G., SHAW P., 2004, The Contribution of Culture to Regeneration in the UK: A report to the DCMS, London, London Metropolitan University.

FLORENTIN D., FOL S., ROTH H., 2009, La "Stadtschrumpfung" ou "rétrécissement urbain" en Allemagne : un champ de recherche émergent, Cybergeo : European Journal of Geography. [En ligne]

FLORENTIN D., 2008, Leipzig ou la ville perforée : une "shrinking city" modèle ?, mémoire de master, sousla direction de Fol S. et Dufaux F., université Paris I Panthéon-Sorbonne.

FLORIDA R., 2002, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books.

FLORIDA R., 2005, The Flight of the Creative Class, New York, Harper Business.

GANSER K., 1996, Die Internationale Bauaustellung Emscher Park: Strrukturpolitik für Industrieregionen, Bochumer AG, 58, p.189-196.

GATZWEILER H.-P., MEYER K., MILBERT A., 2003, Schrumpfende Städte in Deutschland?, Informationenzur Raumentwicklung, n°10-11, p.560-574.

GOLDSCHMIDT J., TAUBENEK O., 2010, Stadtumbau,Rechtsfragen, Management, Finanzierung, Munich, C.H. Beck.

GRESILLON B., 2002, Berlin métropole culturelle, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 352p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GRESILLON B., 2004, Le Tacheles, histoire d’un ‘SquaArt’ berlinois, Multitudes, n° 17, p.147-157.
DOI : 10.3917/mult.017.0147

GRESILLON B., 2009, L’Allemagne, vingt ans après…, Paris, La Documentation photographique, 66 p.

HANNEMANN C., 2003, Schrumpfende Städte in Ostdeutschland – Ursachen und Folgen einerStadtentwicklung ohne Wirtschaftswachstum, Politik und Zeitgeschichte, Bundeszentrale für politische Bildung, p.16-23.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HARTH A. et alii, 2010, Stadt als Erlebnis : Wolfsburg, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften.
DOI : 10.1007/978-3-531-91912-6

HÄUSSERMANN H., SIEBEL W., 1987, Neue Urbanität, Francfort, Suhrkamp.

HÄUSSERMANN H., SIEBEL W., 1988, Die schrumpfende Stadt und die Stadtsoziologie,in FRIEDRICHS J. (dir.), Soziologische Stadtforschung, Kölner Sozialpsychologie, Westdeutscher Verlag, n° 29, p.78-94.

HÄUSSERMANN H., 2006, Lebendige Stadt, belebte Stadt oder inszenierte Urbanität ?, in BRUNE W. et alii (dir.), Angriff auf die City, Düsseldorf, p.31-35.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HARTH A., HERLYN U., SCHELLER G., TESSIN W., 2010, Stadt als Erlebnis : Wolfsburg, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschafte. On pourra lire une recension de cet ouvrage sur le site de la revue Géocarrefour, recension mise en ligne en juin 2010, référence : http://geocarrefour.revues.org/index7746.html.
DOI : 10.1007/978-3-531-91912-6

HEINEBERG H., 2004, Städte in Deutschland – zwischen Wachstum und Umbau, GeographischeRundschau, Vol. 56, n° 9, p.40-47.

HEßLER M., 2007, Die kreative Stadt. Zur Neuerfindung eines Topos, Bielefeld, Transcript, coll. « Urban Studies ».

HOLZ J-M., 1988, La Ruhr : crise, reconversion et dynamique régionale, Thèse de doctorat, géographie, Université de Lettres et Sciences Humaines de Metz, Metz.

IBA-Büro (dir.), 2006-2007, Die anderen Städte - The other cities. IBA Stadtumbau 2010, 5 vol., Berlin, IBA.

KRÄTKE S., 2002, Medienstadt. Urbane Cluster und globale Zentren der Kulturproduktion, Opladen, Verlag Leske und Budrich.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KRÄTKE S., 2004, City of Talents? Berlin's Regional Economy, Socio-spatial Fabric and 'worst practice' Urban Governance, International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 28, n° 3.
DOI : 10.1111/j.0309-1317.2004.00533.x

KRÄTKE S., 2005, ‘Global Media Cities’: Major Nodes of globalising Culture and Media Industries, in BRENNER N., KEIL R. (dir.), The Global Cities Reader. New York/London, Routledge.

KRÄTKE S., 2011, The Creative Capital of Cities. Interactive Knowledge Creation and the Urbanization Economies of Innovation, Oxford, Wiley-Blackwell (forthcoming).

KRÖHNERT S., MORGENSTERN A., KLINGHOLZ R., 2008, Talente, Technologie und Toleranz. Wo Deutschland Zukunft hat, Berlin, Berlin-Institut für Bevölkerung und Entwicklung.

LANDRY C., 2000, The Creative City. A Toolkit for Urban Innovators, Londres, Earthscan, 300 p.

LEFEVRE P., 1999, L’art du paysage à Emscher Park, Les annales de la recherche urbaine, 85, p. 190-195.

LERICHE F. et alii, 2008, L’économie culturelle et ses territoires, Toulouse, PUM, 382 p.

L’Observatoire des politiques culturelles, 2010, n° 36, consacré aux villes créatives.

LUSSO B., 2010, Culture et régénération urbaine : les exemples du Grand Manchester et de la vallée de l’Emscher, Métropoles [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 30 novembre.

MILES S., 2007, Cities and Culture, Londres, Routledge, coll. « Critical Introductions to Urbanism and the City ».

MILES S., MILES M., 2004, Consuming Cities, New York, Palgrave Macmillan.

MILES S., PADDISON R. (dir.), 2007, Culture-led Urban Regeneration, Londres, Routledge.

OSWALT P., 2006, Shrinking Cities, Vol. 1. International Research, Ostfildern-Ruit, Hatje CantzVerlag.

OSWALT F., SCHÜLLER N., 2003, Neue Urbanität : Das Verschmelzen von Stadt und Landschaft, Beiträge des Symposiums an der ETH Zürich, ETH Zürich.

PALLAGST K., 2009,Shrinking Cities in the United States of America: Three Cases, Three Planning Stories, inPALLAGST K. et al. (dir.), The Future of Shrinking Cities - Problems, Patterns and Strategies of Urban Transformation in a Global Context,published by Center for Global Metropolitan Studies, Institute of Urban and Regional Development, and the Shrinking Cities International Research Network.

ROBERT P., SYKES H., 2000, Urban Regeneration. A Handbook, Londres, Sage.

RONNEBERGER K., 2001, Disneyfizierung der europäischen Stadt ? Kritik der Erlebniswelten, in BITTNER R. (dir.), Die Stadt als Event. Zur Konstruktion Urbaner Erlebnisräume, Frankfurt / New York, Campus Verlag, p. 87-97.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

SCOTT A. J., 2006, Creative cities : Conceptual Issues and Policy Questions,Los Angeles, University of California, Department of Public Policy.
DOI : 10.1111/j.0735-2166.2006.00256.x

TREMBLAY R. et TREMBLAY D.-G. (dir.), 2010, La classe créative selon Richard Florida, un paradigme urbain plausible ?, Québec et Rennes, PUR et Presses de l’université de Laval.

Urbanisme, 2010, n° 373, dossier spécial sur « Villes créatives ? », juillet-août.

VICKERY J., 2007, The Emergence of Culture-led Regeneration : a policy doncept and its discontents, Center for Cultural Policy, University of Warwick, Research Papers n° 9.

Haut de page

Notes

1  Entretien avec Thierry Paquot, par Gaétan Alary, Urba +, Paris, 2005. Voir : www.urbaplus.org/Entretien-avec-Thierry-Paquot.html. Voir notamment le colloque de Cerisy consacré aux « Villes et territoires réversibles », organisé en septembre 2010 par Franck Scherrer et Martin Vanier, où ce terme de « réversibilité » fut discuté dans ses multiples déclinaisons.

2  Plus précisément, en plus des sources allemandes citées en bibliographie, nous avons pu nous procurer les schémas directeurs ainsi que le Plan local d’urbanisme (correspondant peu ou prou au « Bebauungsplan ») des villes de Cottbus, de Wolfsburg et de Dresde. Nous avons également eu accès à certains documents d’urbanisme émanant de l’agence d’urbanisme de Wolfsburg. Néanmoins, dans le cadre court de cet article, il ne fut pas possible de rendre compte des entretiens informels que nous avons menés in situ.

3  Même si les sources statistiques varient, notamment à cause du seuil de population urbaine retenu, le chiffre de 88% de population urbaine est le plus couramment rencontré. Sources : ONU, Eurostat, PopulationData.net. Voir aussi Carroué et alii, 2009b pour des données similaires.

4  En raison de la taille impartie à cette contribution mais surtout de la non pertinence de la théorie, au demeurant connue et débattue, de Richard Florida sur les « classes créatives », nous ne nous pencherons pas sur cette théorie, applicable et appliquée bien davantage aux villes en croissance qu’en déclin. Deux des principaux ouvrages de l’auteur en question sont cités en bibliographie. Quant à ses nombreux détracteurs, on en retrouve un florilège récent et intéressant dans l’ouvrage dirigé par R. et D.-G. Tremblay (2010). Enfin, nous renvoyons aussi le lecteur aux numéros spéciaux des revues Urbanisme (n° 373, 2010) et L’Observatoire des politiques culturelles (n° 36, 2010), qui donnent un bon aperçu de la pensée de Florida.

5  Nous renvoyons sur ce thème au numéro de la revue Géocarrefour consacré à La ville événementielle, 82/3, 2007 et à l’ouvrage de Harth et alii, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Grésillon, « La culture comme alternative au déclin : mythe ou réalité ?  », Géocarrefour, Vol. 86/2 | 2011, 151-160.

Référence électronique

Boris Grésillon, « La culture comme alternative au déclin : mythe ou réalité ?  », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 17 décembre 2014, consulté le 17 avril 2015. URL : http://geocarrefour.revues.org/8305 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8305

Haut de page

Auteur

Boris Grésillon

Université Aix-Marseille, UMR 6570 Telemme / Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page