Navigation – Plan du site
Articles

Une mesure du déclin démographique des villes allemandes de 1820 à 2010

Measuring the Demographic Decline of German cities from 1820 to 2010
Cathy Chatel
p. 81-90

Résumés

La base de données originale e-Geopolis permet de mesurer les variations démographiques des agglomérations allemandes de 1820 à 2010. Le ralentissement démographique explique largement la décroissance des villes. Le déclin urbain en Allemagne est général, brutal mais la division politique après la guerre a indiqué deux temporalités. Les villes d’Allemagne de l’Est décroissent dès 1950, tandis que les villes d’Allemagne de l’Ouest qui ont poursuivi leur croissance et ont profité de l’immigration voient leur population baisser depuis 2000. Les villes de l’Allemagne réunifiée connaissent alors une redistribution de la population.

Haut de page

Texte intégral

1Le déclin urbain est une dynamique particulière de l’espace urbain. A ce titre, il convient de différencier urbanisation de l’espace et urbanisation de la population. Les deux variables sont privilégiées ici dans la mesure du déclin. L’urbanisation de l’espace est une progression univoque et irrémédiable, sauf exception, de l’espace urbain, au détriment d’un espace qui n’était pas considéré jusqu’alors comme urbain (villages, terres agricoles, forêts…). L’urbanisation de la population est l’augmentation de la population urbaine, contenue dans les limites de l’espace urbain. La population urbaine augmente : a) quand la population totale augmente, b) par une ponction de la population rurale qui devient urbaine, soit par migration, soit par la progression de l’espace urbain au détriment de l’espace rural et l’adjonction de la population de cet espace nouvellement urbanisé. Par conséquent, la population urbaine baisse : a) quand la population totale baisse, b) quand la population contenue dans les villes migre.

2La mesure du déclin urbain dépend donc à la fois du stock de population et de la définition de la ville.

3Comment mesurer la décroissance urbaine à partir de stocks, la population totale et la population urbaine, et d’un objet, l’espace urbain, en constant mouvement ? La mesure du déclin urbain au moyen des données sur les agglomérations urbaines de plus de 10 000 habitants permet-il d’étayer les explications avancées pour caractériser les shrinking cities : l’inadaptation aux logiques économiques, les difficultés de reconversion de régions industrielles, le déclin démographique, la périurbanisation ? Le cas allemand permet-il de préciser ce phénomène, ou se distingue t-il ?

4Les enjeux méthodologiques sont ici décisifs : les résultats dépendent largement de la définition de la ville choisie dans la base de données e-Geopolis et fondée sur l’extension du bâti. La mesure du déclin urbain doit tenir compte des variations de la population et de l’espace urbain. Afin d’isoler le facteur démographique, les données sont rapportées sur un périmètre fixe de l’espace urbain. Au contraire, les données relatives au périmètre variable de l’agglomération permettent de vérifier l’impact de l’extension spatiale urbaine sur les variations de la population urbaine.

5Ensuite, les variations démographiques depuis 1800 permettent d’identifier la période consécutive à la scission des deux Allemagne en 1949 et de distinguer les évolutions de chacune.

6En effet, les temporalités et l’ampleur du déclin sont localisées : les villes de l’Allemagne de l’Est perdent des habitants depuis la scission, mais l’Ouest souffre depuis la fin du 20e siècle d’une décrue croissante.

7Enfin, les variations du périmètre urbain permettent de préciser si l’extension de l’agglomération est un facteur explicatif du déclin urbain.

La mesure statistique de la décroissance urbaine : enjeux et méthodologie

8Une mesure statistique considère (1) une variable et (2) un objet auxquels s’ajoute, dans le cas du déclin, (3) la variable temporelle. Des problèmes méthodologiques inhérents à ces trois facteurs questionnent la mesure du déclin urbain.

9(1) La mesure du déclin des shrinking cities a souvent privilégié la variable démographique qui est corrélée à de nombreux indicateurs de l’urbain : activités, emplois, infrastructures.

10(2) La définition de la ville dépend de la variable qui fonde la délimitation des caractères urbains d’un espace. Trois définitions de la ville (Baron et al., 2010, p.74) coexistent et correspondent à trois phases successives de l’urbanisation et à trois périmètres urbains :

11- la ville politique est un territoire administratif ;

12- l’agglomération est une unité morphologique définie à partir de la continuité du bâti : la concentration de bâtiments correspond à la concentration de population. Elle prend sens au cours du 19ème siècle lorsque les limites de la ville politique sont dépassées par les constructions sous l’effet de l’industrialisation et de l’agrégation de faubourgs et de banlieues ;

13- l’aire métropolitaine est définie par des relations de type centre-périphérie qu’attestent les migrations quotidiennes des individus entre leur résidence et leur lieu d’activité. Elle distingue l’espace périurbain en formation depuis 1950 mais plus encore depuis les années 1970 en Europe occidentale.

14(3) Ces différentes définitions mettent en lumière les différentes causes convoquées pour expliquer la décroissance urbaine.

15Quatre causes (Baron et al., 2010, p. 26-28) expliquent le déclin urbain, un phénomène loin d’être nouveau (Oswalt et al., 2006, p. 38-63). L’usage d’un mot nouveau se justifie t-il ? Le problème est que ces causes, formalisées à mesure que les études portaient sur diverses régions du monde occidental, n’ont pas les mêmes temporalités ou se réfèrent à des caractères de l’urbanisation qui relèvent de registres très différents. Par conséquent, le choix d’une définition de l’urbain pour mesurer le déclin questionne le concept de shrinkage.

16a) Le déclin urbain s’explique par une baisse démographique générale dans un Occident vieillissant.

17b) La suburbanisation indique un abandon des villes au profit d’espaces périphériques notamment dans le cas du déclin des villes américaines ; la délimitation de l’espace urbain est immédiatement posée. Or, le suburb est, aux Etats-Unis, une banlieue extensive et peut se développer à une certaine distance de l’agglomération ou en continuité. En français, l’espace suburbain ou la banlieue signe l’extension de l’agglomération, l’espace périurbain désignant la périphérie de la ville mais qui conserve son caractère rural.

18c) Le déclin industriel caractérise ces villes. Un modèle productif est pointé du doigt, mais aussi la crise de la croissance de l’ancien monde occidental opposé aux nouveaux pays industrialisés.

19d) La mondialisation, enfin, privilégie les régions bien connectées aux réseaux internationaux, et exclut les régions périphériques ne répondant pas à la rentabilité et aux nouvelles logiques économiques.

20L’exemple de la mesure du déclin des shrinking cities portant sur l’aire métropolitaine et présentée dans l’ouvrage récent qui fait le point sur la question en Europe, Villes et régions européennes en décroissance, montre l’enjeu du choix de la définition de la ville et le manque de disponibilité des données pour vérifier ces quatre facteurs d’explication (Baron et al., 2010, p. 89-93). Les données doivent être comparables dans l’espace et dans le temps. Les nomenclatures spatiales définies pour l’Europe fondent une comparaison à l’échelle des LUZ (large urban zones) (ibid., p. 89), des centres urbains, des villes politiques, et des régions NUTS 2, régions administratives qui recouvrent en réalité des entités nationales. La comparabilité des résultats reste critiquable mais les différentes échelles d’appréhension permettent de localiser et relativiser ce déclin.

21Ces données sont disponibles pour une période très récente et réduite, de 2000 à 2004. Aussi, la nouveauté du phénomène a nécessité des reformulations successives de la définition rendant les données incomparables dans le temps. Pour pallier ces faiblesses, des scénarios de déclin sont proposés pour les décennies à venir tandis que les mesures pour les décennies passées sont écartées (ibid., p. 87). Aucune des quatre explications du déclin déjà ancien des shrinking cities ne peuvent être appréhendées sans recul temporel suffisant.

22Le choix d’une définition influe sur l’approche du phénomène. L’aire métropolitaine est pertinente pour mesurer des « dynamiques démographiques assez récentes » (Julien, 2000, p. 5) qui ne correspondent pas forcément à la période de déclin des shrinking cities. Par ailleurs, dans ce cadre métropolitain, la mesure du déclin urbain désignerait une baisse relative des flux quotidiens : ce facteur correspond à un type d’urbanisation récent.

23Ensuite, les temporalités varient dans l’espace urbain, quelle que soit sa définition, car il intègre des zones très différenciées par les stades d’urbanisation. La mesure des shrinking cities nécessite d’analyser l’espace intra-urbain.

24Enfin, les aires métropolitaines ne sont définies qu’autour des villes les plus grandes, alors que la spécificité de l’Europe réside précisément dans la densité du semis de petites villes.

25La mesure du déclin urbain souffre de l’ambigüité de la notion de shrinking cities. Les causes du déclin sont démographiques, économiques, ou encore tiennent de la nature mouvante de la ville. L’ambigüité est levée lorsque la délimitation de l’espace urbain est dissoute : en 2002 apparaît le concept de shrinking region (Baron et al., 2010, p. 71). Le lissage des données locales exhaustives opéré pour l’Allemagne par Muller et Siedentop (Muller et al., 2004) peut mêler les différentes causes invoquées en écartant le problème de la mesure dans un espace urbain pour lequel les indicateurs relatifs aux différentes causes du déclin ne sont pas disponibles.

26Ensuite, le verbe anglais to shrink, et son équivalent allemand désignent à la fois un rétrécissement, associé à une rétraction physique, et la « décroissance d’une quantité dénombrable » (Baron et al., 2010, p. 69). En français, le mot « décroissance » règle l’ambiguïté. La mesure du déclin, dans le contexte urbain actuel, oblige toutefois à distinguer espace et population : la population urbaine est rapportée à une étendue d’espace qui, loin de se rétracter, peut poursuivre son extension (Cunningham-Sabot et al., 2010, p. 362). Le concept entend mesurer une rétraction démographique isolée des variations du périmètre urbain.

27La ville en déclin est trop étendue pour ses habitants : des logements ou des bâtiments dédiés aux activités urbaines sont à l’abandon. L’écart entre le paysage et les effectifs de population démontre une inadéquation entre deux temporalités : celle du bâti et celle des individus. La « perforation » (Florentin, 2008, p.    6) rend mieux compte du phénomène : la ville, malgré la pérennité de l’extension du bâti, est vidée de son contenu. Le choix de l’agglomération semble bien adapté à ce concept.

28La base de données mondiale e-Geopolis présente les chiffres de population des agglomérations de plus de 10 000 habitants, du début du 19ème siècle à 2010 sur des intervalles de 10 ans.

29L’agglomération urbaine1 est un espace bâti sans solution de continuité de plus de 200 mètres. Elle compte au minimum 10 000 habitants agglomérés. Pour cela, l’unité morphologique est rapportée aux unités administratives locales pour lesquelles les statistiques de population sont disponibles. Cette définition correspond à celle de l’INSEE mais l’unité urbaine compte 2000 habitants agglomérés2. Elle n’existe pas en Allemagne pourtant, la précision des données dépend largement de la superficie des unités locales : en Allemagne, la superficie moyenne des unités locales est de 32 km², en France de 15 km².

30La construction de la base de données e-Geopolis

31La base de données e-Geopolis est construite en deux étapes majeures : a) l’harmonisation des données de population et b) leur ajustement sur les agglomérations morphologiques.

32a) L’harmonisation des chiffres statistiques se réalise au niveau des Etats dans leur configuration actuelle. Les statistiques sont issues des recensements nationaux dont l’organisation et la publication débute lorsque les Etats de type moderne se constituent.

33Les recensements ont l’avantage d’être exhaustifs et les données systématiques. Les données antérieures à la consolidation des Etats et de leur territoire, peuvent souffrir de leur éparpillement, des méthodes différentes de comptage, de lacunes et d’une moindre fiabilité.

34L’harmonisation comprend deux difficultés : (1) les recensements ne se réalisent pas aux mêmes dates selon les Etats et (2) les chiffres sont agrégés sur des mailles dont les dimensions varient dans le temps.

35(1) On dispose de données exhaustives pour l’ensemble du territoire allemand de 1872 à 1939. Cependant, dès 1810, les multiples pouvoirs territoriaux composant l’Allemagne actuelle procèdent déjà à des recensements de type moderne mais à des dates différentes. De même, les recensements n’ont pas été réalisés aux mêmes dates en RDA et en RFA. Après 1987, date du dernier recensement en RFA, les registres de population constituent la source. Les chiffres de population sont alignés sur des dates fixes, en 0, communes à tous les pays du monde par une interpolation entre les chiffres enregistrés aux deux recensements encadrant une année en 0.

36(2) La base e-Geopolis considère les chiffres de population disponibles pour la maille administrative la plus petite, la plus proche de l’unité de peuplement, nommée l’« unité locale » (UL). En Allemagne, ce sont les Städte (villes), et les Gemeinde (communes). La particularité du maillage allemand est d’être très instable : des UL se divisent, fusionnent, sont absorbées par d’autres. Les statistiques des UL ne sont donc pas comparables dans le temps. Les chiffres pour toute la période ont donc été alignés et réagrégés sur les mailles au 1er janvier 2011.

37b) Les chiffres nationaux harmonisés pour chaque UL et pour les années en 0 sont affectés aux entités spatiales originales définies selon la continuité du bâti, les agglomérations morphologiques. Suivant la méthode utilisée en France par l’INSEE, ces agglomérations sont ensuite ajustées sur les contours des UL. La population des agglomérations ajustées est donc la somme de la population d’une ou de plusieurs UL sur lesquelles s’étend l’espace aggloméré.

38L’agglomération change de périmètre à mesure que les constructions progressent. A chaque date considérée, la base de données présente les agglomérations selon un périmètre redéfini et une composition en UL qui a pu varier.

39La base de données e-Geopolis pose la question de la délimitation de l’espace considéré et du temps de manière originale dans le cadre de la mesure de la décroissance des villes allemandes.

401) La base de données offre une grande latitude quant au choix de la période de mesure (190 ans, 20 séries) : le déclin peut ainsi être daté et caractérisé selon son amplitude temporelle.

412) Faut-il considérer l’agglomération à géographie constante ou variable ?

42D’un côté, l’agglomération à délimitation variable rend compte du « caractère fondamentalement spatio-temporel de l’urbanisation » (Julien, 2000, p. 5). Cependant, le déclin démographique au cours d’une période peut être masqué par le gain de population réalisé sur les nouvelles extensions de l’agglomération.

43D’un autre côté, le choix de l’agglomération à délimitation constante permet d’évaluer la décroissance « absolue » (ibid., p. 13) de la population entre deux dates même s’il « conduit à surestimer la population initiale et à sous-estimer la croissance des villes » (Paulus et al., 2000, p. 364). Les chiffres de population des agglomérations allemandes peuvent dans ce cas être ajustés rétrospectivement sur le périmètre fixe de 2010 pour évaluer la rétraction démographique seule.

44Les analyses croiseront les données relatives aux deux périmètres afin d’appréhender le facteur démographique et le facteur spatial de la décroissance urbaine.

453) Les données sur l’agglomération sont produites à partir des « briques élémentaires », les UL (Julien, 2000, p. 4). Les agglomérations peuvent être décomposées afin d’approcher l’intra-urbain et de vérifier si le phénomène de suburbanisation est une des causes du déclin des centres des agglomérations.

46La problématique des shrinking cities convoque les nuances d’une mesure statistique géographique et historique.

L’impact des variations démographiques sur le déclin des agglomérations allemandes

  • 3  La population totale de l’Allemagne dans ses frontières actuelles a été recalculée depuis 1816 par (...)
  • 4  Les chiffres relatifs à l’Allemagne de l’Est dans l’ensemble des analyses comprennent l’intégralit (...)

47La population totale de l’Allemagne dans ses limites actuelles3 croit jusqu’en 1970, passant de près de 17 millions d’habitants en 1820 à 77 millions en 1970, s’essouffle ensuite et atteint 81 millions d’habitants en 2010, accusant une baisse de 500 000 habitants entre 2000 et 2010 (Graph. 1). L’Allemagne, divisée de 1949 à 1989, est un terrain privilégié pour vérifier l’impact d’une situation géopolitique sur les dynamiques démographiques et urbaines4.

48Les variations de la population à l’Ouest suivent l’évolution générale : la part de la population occidentale dans la population totale est majeure. Avant la Première guerre mondiale, la part relative de la population de la future RDA augmente (Tab. 1). De 1820 à 1900, elle passe de 21% à 33% et se maintient autour de 30% de 1900 à 1940 alors que l’ensemble de la population allemande est en hausse. Elle baisse ensuite et représente 20% de la population totale en 2010.

49En 1820, l’Allemagne compte 3 millions d’habitants agglomérés (agglomérations à délimitation variable), soit 15% de la population totale, dont 24% dans la partie orientale. Les villes profitent de la croissance démographique enregistrée jusqu’à la Première guerre mondiale. Le nombre d’urbains à l’Est passe de 700 000 en 1820 à 6 millions en 1890. Leur part dans la population urbaine totale passe de 24% à 38%. Ensuite, elle est stable, mais en chiffres absolus, la population urbaine augmente atteignant son maximum en 1940 avec 13 millions d’urbains. Après 1950, la population urbaine baisse faiblement et représente 12 millions d’habitants en 2010, soit 20% de la population urbaine allemande.

50Les 19ème et 20ème siècles voient donc l’affirmation démographique de l’Allemagne dans un cadre d’unification territoriale qui fonde sa situation dominante sur la scène européenne. La croissance démographique nourrit un mouvement d’urbanisation, notamment à l’Est jusqu’alors sous-urbanisé.

51Ce développement va être stoppé par la Seconde guerre mondiale et la partition de l’Allemagne. La population urbaine baisse à l’Est, conformément à la diminution générale de la population en RDA. L’impact de l’émigration, forte de 1949 à 1961 puis après la chute du Mur, sur la démographie à l’Est est double : les migrants font partie des classes les plus jeunes et aggrave la baisse de la natalité (Schmidt, 2001, p. 84). Celle-ci se maintient jusque dans les années 1980 grâce à la politique nataliste socialiste (Herfert, 2007, p. 32). La croissance naturelle et la croissance urbaine sont freinées à l’Ouest mais l’apport de migrants compense ce ralentissement. L’immigration à l’Ouest est alimentée notamment par les flux d’Allemands de l’Est, jusqu’à la construction du Mur en 1961, puis relayés par des flux en provenance d’Europe du Sud et des Balkans. La reprise des migrations de l’Est vers l’Ouest à partir de 1989 explique en partie l’augmentation de la population à l’Ouest de l’Allemagne dans les années 1990 (Tab 1.). Dans ce contexte de scission, les variations de population dans les deux parties de l’Allemagne sont largement éclairées par les mouvements migratoires.

52Les variations de la population urbaine suivent donc les variations démographiques.

Graphique 1 : Evolution de la population totale et urbaine 1820-2010, Allemagne, Est et Ouest (agglomérations à délimitation variable).

Source : e-Geopolis 2011

Tableau 1 : Population et population urbaine en Allemagne 1820-2010 (agglomérations à délimitation variable)

Source : e-Geopolis 2011

53Les agglomérations sont considérées selon le périmètre fixe de 2010 afin de comparer les variations démographiques des villes. Les variations absolues de la population des agglomérations allemandes sont cartographiées pour deux périodes, d’une amplitude de 40 et 20 ans, définies selon deux évènements : l’après-guerre et la partition (Carte 1), et la réunification (Carte 2).

54Les deux périodes attestent d’une progression du déclin des villes de l’ex-RDA du sud au nord. Le sud industriel, notamment la Saxe, vieille région industrielle d’Europe, a été continument transformée en une « région dépressive » pendant la période socialiste (Dufaux, 1996, p. 451). « Le déclin est au cœur des fortes concentrations de population » (id., p. 98). L’Etat aménageur, soucieux d’équilibrer le territoire, aurait privilégié les marges pionnières du Nord (id., p. 451).

55Après 1990, les villes de la moitié Nord de l’ex-RDA déclinent aussi et seules Berlin et sa périphérie forment un îlot de croissance : celle-ci a été continue de 1950 à 2010.

56La majorité des villes de l’Ouest sont en croissance aux deux périodes. Les villes qui enregistrent des pertes entre 1950 et 1990 sont pour la plupart situées à proximité de la frontière avec l’ex-RDA, au Nord autour de Wilhelmshaven, Flensburg et Lübeck, et se concentrent notamment à l’Est de la Basse-Saxe, dans un triangle entre Hanovre, Braunschweig et Göttingen. A partir de 1990, des pertes encore relatives se distribuent à partir de la frontière de la Saxe et de la Thuringe. Des zones de déclin se distinguent avec en premier lieu l’agglomération Rhin-Ruhr puis la région de Sarrebruck et de Bremerhaven.

Carte 1. Les agglomérations en déclin et en croissance entre 1950 et 1990 (agglomérations à délimitation constante 2010)

Carte 1. Les agglomérations en déclin et en croissance entre 1950 et 1990 (agglomérations à délimitation constante 2010)

Carte 2. Les agglomérations en déclin et en croissance entre 1990 et 2010

(agglomérations à délimitation constante 2010)

(agglomérations à délimitation constante 2010)

L’ampleur de la décroissance de la population des agglomérations

La décroissance démographique des agglomérations : un phénomène ancien à l’Est, récent à l’Ouest de l’Allemagne

57Les agglomérations dont les variations de population sont négatives ont été dénombrées sur des pas de 10 ans, de 1830 à 2010, et rapportées au nombre total de villes à l’Est et à l’Ouest (Graph. 2). L’échantillon varie à mesure que les villes passent le seuil des 10 000 habitants.

58Le nombre relatif de villes en déclin à l’Ouest varie entre 3 et 30% entre 1830 et 2000. Le pic des 20-30% est atteint à trois reprises. Entre 1850 et 1870, la population urbaine est certes en croissance, mais l’urbanisation est sélective dans une période d’industrialisation et d’unification territoriale. Les pics entre 1950 et 1960 puis entre 1970 et 1990 émergent car les périodes qui les encadrent correspondent à celles d’apports massifs de migrants. Pour la première fois, entre 2000 et 2010, les villes déclinantes à l’Ouest effectuent un bond, atteignant 46% du total soit 443 villes sur 971.

59Les villes en déclin à l’Est sont moins nombreuses qu’à l’Ouest entre 1830 et 1910. L’Est est en pleine urbanisation. Les deux régions sont à des stades d’urbanisation distincts. La Première guerre mondiale signe une augmentation des villes déclinantes : elles représentent 20% du total. La Seconde guerre mondiale est un tournant : le nombre de villes en déclin dépasse le nombre de villes en croissance. 60% des villes de l’Est sont en déclin entre 1950 et 1970, 70% entre 1980 et 1990, 90% aux décennies suivantes. La baisse démographique en Allemagne de l’Est n’épargne que peu d’agglomérations.

60Le phénomène des shrinking cities est précisé. En Allemagne de l’Est, une décroissance urbaine massive se généralise et s’explique en grande partie par un mouvement naturel faible aggravé par l’émigration. Puisque ce phénomène débute en 1950, la situation géopolitique est davantage soulignée comme facteur d’explication plutôt que la désindustrialisation.

Graphique 2 : Part des agglomérations en déclin en Allemagne de l’Est et de l’Ouest dans le total des agglomérations dans les deux Allemagnes (agglomérations à périmètre constant 2010)

Source : e-Geopolis 2011

Des agglomérations petites et moyennes plus sujettes à la décroissance démographique (en valeur relative)

61Les agglomérations sont échantillonnées selon trois critères : leurs zones, Est et Ouest, leurs variations, positive ou négative, pour la période considérée, leur taille. Les deux périodes correspondent aux deux processus de déclin mis à jour relatifs aux deux Allemagnes : 1950-2010 et 2000-2010.

62Six classes sont définies. Les seuils des classes de taille choisis identifient notamment les villes petites, plus négligées dans les mesures des shrinking cities faute de données. On distingue : les agglomérations de moins de 10 000 habitants qui passent le seuil défini pour l’urbain au cours de la période, les villes qui comptent entre 10 000 et 50 000 habitants et entre 50 000 et 100 000 habitants. Viennent les villes moyennes entre 100 000 et 500 000 habitants puis les grandes agglomérations qui comptent entre 500 000 et 1 million d’habitants et celles de plus de 1 million d’habitants.

63Entre 1950 et 2010, à l’Est, 211 agglomérations sur 269, soit 78 % enregistrent une baisse attestant d’un phénomène massif ; à l’Ouest 128 agglomérations sur 973, soit 13 % (Tab. 2).Au contraire, à l’Ouest, la croissance est générale et les pertes sont largement compensées par le nombre de villes en croissance et l’amplitude des variations positives.

64A l’Est, toutes les classes de taille sont touchées à tel point que la taille moyenne d’une ville en déclin passe de 40 000 à 30 000 habitants entre 1950 et 2010, alors qu’à l’Ouest elle passe de 30 000 à 27 000 habitants.

65Dans les deux zones, les petites villes sont davantage soumises aux variations : le nombre de villes en déclin de la 2ème classe (10 000-50 000) représentent 82% du total des villes déclinantes. Or, leur déclin engage une population moins importante que pour les classes de taille supérieure. Aussi, le déclin des villes moyennes à grandes est plus significatif car leur position dans la hiérarchie devrait être moins fragile (Moriconi-Ebrard, 1993, p.266-273) et souligne la gravité du phénomène.

  • 5  Dans la base e-Geopolis, l’agglomération Rhin-Ruhr s’étend sur 5700 km² en 2010 pour 9 millions d’ (...)

66Les villes de l’Est qui ont entre 10 000 et 500 000 habitants en 1950 perdent en moyenne près de 30% de leur population en 60 ans. Les deux grandes villes orientales en déclin, Dresde et Leipzig, qui comptent chacune 740 000 habitants en 1950, perdent 15% de leur population. Seule Berlin croît de 200 000 habitants en 60 ans, ce qui demeure faible comparé à la croissance moyenne de 1 million d’habitants des deux unités urbaines occidentales de plus d’1 million d’habitants, l’agglomération Rhin-Ruhr5 et Hambourg.

Tableau 2 : Agglomérations par classes de taille, variations de la population 1950-2010

Source : e-Geopolis, 2010.

67Entre 2000 et 2010 près de la moitié des agglomérations occidentales déclinent et toutes les classes de taille sont touchées (Tab. 3). Le déclin dans les classes de taille supérieures progresse, tandis que l’instabilité des plus petites (10 000 et 50 000) demeure. Les villes comprises entre 50 000 et 100 000 habitants qui déclinent sont plus nombreuses que celles qui augmentent. Le déclin dans les classes suivantes est encore relativement compensé par les villes en croissance. Les villes petites et moyennes sont les premières à souffrir de pertes démographiques.

68Le déclin touche l’agglomération Rhin-Ruhr qui, avec plus de 9 millions d’habitants, en perd 162 000. Les villes comprises entre 100 000 et 1 million d’habitants ont des variations moyennes négatives modérées : Bielefeld, Sarrebruck, Cassel, Coblence ou Lubeck. Elles sont compensées par les variations positives de Hambourg, Munich, Stuttgart, Brême, Hanovre ou Francfort. Les variations moyennes relatives et absolues à l’Ouest restent inférieures à celles enregistrées à l’Est.

69A l’Est, le déclin touche les quatre premières classes surtout, alors que les trois villes de plus de 500 000 habitants sont en croissance. Berlin n’a en effet jamais cessé de croître et Dresde et Leipzig enregistrent à nouveau une variation positive après des années de déclin. Ces deux dernières, dénigrées par le régime socialiste, réémergent notamment grâce à leurs fonctions régionales et aux politiques de rénovation (ANAH, CDC, 2008). Le déclin démographique, inévitable, est dès lors sélectif et toucherait surtout les villes petites et moyennes privilégiant la concentration de la croissance dans les principaux nœuds réhabilités du réseau allemand.

Tableau 3 : Agglomérations par classes de taille, variations de la population 2000-2010

Source : e-Geopolis, 2010

70Les déclins enregistrés à l’Ouest et à l’Est ne sont guère semblables, par leurs temporalités et l’ampleur du phénomène. A l’Est le déclin est durable et massif. Les grandes agglomérations d’avant guerre retrouvent leur position réactualisée dans l’Allemagne réunifiée.

71A l’Ouest, les villes sont en majorité en croissance entre 1950 et 2010 mais la dernière décennie montre un déclin soudain et plus général. Il semble confirmer la progression d’une dépression démographique d’Est en Ouest dans le cadre allemand et européen (Baron et al., 2010, p. 86-88). Cette progression est d’autant plus soudaine à l’Ouest car retardée par les différentes phases de migrations qui ont pallié la décrue de la natalité avérée depuis la fin des années 1960.

72Le déclin des agglomérations s’explique surtout par les mouvements démographiques naturels. Les trajectoires de variation de population des deux Allemagne divergent lors de la séparation, mais convergent à nouveau une fois la réunification acquise. Seules, les extensions de l’espace urbain pourraient pallier encore la décroissance urbaine.

La décroissance démographique au regard de la croissance spatiale de l’espace urbain

73La suburbanisation est une des causes désignée de la décroissance urbaine (Baron et al. 2010 ; Oswalt et al., 2006). Comment se redistribue la population dans un espace urbain en extension ? Une analyse intra-urbaine repose sur la délimitation de deux espaces. Le « centre » correspond ici à l’agglomération dans son extension de 1950. La « banlieue », l’espace suburbain, est l’extension de l’agglomération réalisée entre 1950 et 2010. C’est donc un espace peu dense et en cours d’urbanisation. 1950 signe la scission mais aussi une divergence des modes d’urbanisation. A l’Est, les agglomérations, sauf Berlin, vont demeurer relativement compactes (Wießner, 2001, p. 116) alors qu’une part des villes décline et que les variations positives restent modérées. L’Ouest se rattache aux dynamiques d’Europe occidentale tandis que la population croît : les villes s’étendent. Les variations négatives des centres d’une part, et des banlieues des agglomérations d’autre part, sont mesurées entre 1950 et 2010 et entre 2000 et 2010.

74Entre 1950 et 2010 les centres enregistrent des pertes massives, continues, et très localisées en Saxe et Saxe-Anhalt, et dans une moindre mesure en Sarre et au Schleswig-Holstein (carte 3). Un déclin plus faible perdure dans ces régions dans la décennie 2000-2010. Mais s’y ajoutent d’autres centres distribués dans le Mecklembourg-Vorpommen, à la frontière polonaise, dans la Ruhr et le long du Rhin et du Main, ainsi que sur un axe Est-Ouest courant d’Essen à Magdebourg (carte 4).

75Entre 1950 et 2010, dans les deux zones, les banlieues en décroissance sont plus nombreuses et éparpillées que les centres déclinants, mais leurs variations sont logiquement plus faibles (carte 5). En revanche, la régression touche les banlieues des villes petites et moyennes surtout.

76A l’Est, les banlieues sont autant touchées que les centres par ce déclin massif à partir de 2000. En revanche, à l’Est comme à l’Ouest, les banlieues des villes petites et moyennes décroissent avant les centres. Le déclin se montre là aussi sélectif, épargnant les plus grandes villes et les centres des agglomérations.

Carte 3 : Variation absolue de la population de l’agglomération centrale (extension de 1950) : 1950-2010

Carte 3 : Variation absolue de la population de l’agglomération centrale (extension de 1950) : 1950-2010

Carte 4 : Variation absolue de la population de l’agglomération centrale (extension de 1950) : 2000-2010

Carte 4 : Variation absolue de la population de l’agglomération centrale (extension de 1950) : 2000-2010

Carte 5 : Variation absolue de la population de la banlieue (extension 1950-2010) : 1950-2010

Carte 5 : Variation absolue de la population de la banlieue (extension 1950-2010) : 1950-2010

Carte 6 : Variation absolue de la population de la banlieue (extension 1950-2010) : 2000-2010

Carte 6 : Variation absolue de la population de la banlieue (extension 1950-2010) : 2000-2010

Conclusion

77L’utilisation de la base de données e-Geopolis éclaire une mesure de déclin urbain en Allemagne jusqu’à présent contrainte par la faible comparabilité des données urbaines sur le temps long.

78Les shrinking cities souffrent du ralentissement démographique général, brutal et commun à toute l’Allemagne ; la partition de 1945 introduit deux temporalités du déclin urbain.

79L’évolution des villes de la séparation à la réunification diverge entre Ouest et Est. L’Ouest a poursuivi un mouvement d’urbanisation commun à l’Europe de l’Ouest et soutenu par la croissance démographique. L’Est constitue ce « laboratoire territorial » avec des frontières hermétiques depuis 1961, et une population stagnante : les dynamiques urbaines reflètent la politique d’aménagement de l’Etat socialiste (Dufaux, 1996, p. 451). Pour la période socialiste, la dépression des vieilles villes industrielles de Saxe et Saxe-Anhalt et la politique en faveur des régions pionnières du Nord sont confirmées par un gradient Nord-Sud.

80La réunification et le bouleversement qu’elle suppose n’ont pas entraîné le déclin des villes. La baisse de l’accroissement naturel explique largement la décroissance urbaine à l’Est comme à l’Ouest. Les déficits migratoires expliquent le déclin de l’ex-RDA qui a pu néanmoins maintenir le niveau de sa population urbaine par la fermeture des frontières avec l’Ouest en 1961 : le taux annuel de variation entre 1950 et 1990 se situe à 0, mais passe à -0.6 entre 1990 et 2010. L’Ouest croît jusqu’à ce que l’apport migratoire ne suffise plus à compenser le déficit naturel : son taux annuel de variation passe de 0.7 à 0.2 pour les deux périodes. Le contexte politique a donc freiné l’évolution négative à l’Ouest.

81Depuis la réunification, les dynamiques démographiques et urbaines des anciens et nouveaux Länder convergent ; elles correspondent à un mouvement dépressif européen qui progresse d’Est en Ouest. Ce mouvement s’étend en Allemagne de l’Ouest à partir de l’ancienne frontière de l’ex-RDA. Les villes en croissance forment une écharpe de Hambourg à Munich et, à l’Est, seules Berlin et sa couronne émergent. Les villes en déclin sont majoritaires à l’Est et se distribuent à l’Ouest dans une moindre mesure. En revanche, la suburbanisation n’explique pas le déclin des agglomérations : les banlieues souffrent au contraire davantage du déclin que les centres.

Haut de page

Bibliographie

AGENCE NATIONALE DE L’HABITAT -ANAH-, CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS -CDC- (dir.), 2008, La ville de Leipzig en Allemagne, Paris, ANAH-CDC, Coll. Les politiques de renouvellement urbain des villes d'Europe centrale illustrées par la réhabilitation de quartiers existants, 171 p.

BARON M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C., RIVIERE D., VAN HAMME G. (dir.), 2010, Villes et régions européennes en décroissance : maintenir la cohésion territoriale ?, Paris, Hermès Science, Lavoisier, 345 p. .

CUNNINGHAM-SABOT E., FOL S., 2010, « Déclin urbain » et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine, Annales de Géographie, n°674, p. 359-383.

DUFAUX F., 1996, Recomposition territoriale et restructuration du système urbain à l'Est de l'Allemagne (1950-1993), Thèse de Doctorat, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 522 f.

FLORENTIN D., 2008, Leipzig où la ville perforée : une « shrinking city » modèle ?, mémoire de master, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 128 p.

FLORENTIN D., FOL S., ROTH H., 2009, La « Stadtschrumpfung » ou « rétrécissement urbain » en Allemagne : un champ de recherche émergent, Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, document 445, mis en ligne le 26 mars 2009.

URL : http://cybergeo.revues.org/index22123.html.

HERFERT G., 2007, Campagnes et villes face au déclin démographique de l'Allemagne orientale : de nouveaux enjeux pour l'aménagement du territoire, Revue d’études comparatives Est-Ouest, Vol. 38, n°3, p. 31-56.

URL :http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/receo_0338-0599_2007_num_38_3_1845

JULIEN P., 2000, Mesurer un univers urbain en expansion, Economie et Statistique, n°336, p. 3-33.

MORICONI-EBRARD F., 1993, L’urbanisation du monde depuis 1950, Paris, Economica, Anthropos, Coll.Villes, 372 p.

MORICONI-EBRARD F., 1994, Géopolis : pour comparer les villes du monde, Paris, Economica, Anthropos, Coll.Villes, 246 p.

MULLER B., SIEDENTOP S., 2004, Growth and shrinkage in Germany – Trends, Perspectives and Challenges for spatial Planning and Development, German Journal of Urban Studies, vol. 44, n°1, p. 14-32. URL : http://www.difu.de/node/6053

OSWALT P., RIENIETS T. (dir.), 2006, Atlas of shrinking cities, Ostfildern, Hatje Cantz, 160 p.

PAULUS F.,PUMAIN D., 2000, Trajectoires de villes dans le système urbain, in MATTEI M.-F., PUMAIN D. (dir.), Données urbaines, 3, p. 363-372.

SCHMIDT H., 2001, Mutations en Saxe – potentialités de développement et disparités régionales, Revue géographique de l’Est, p. 81-92.

WIEßNER R., 2001, Développements périurbains en Allemagne de l’Est : l’exemple de la région de Lepzig, Revue géographique de l’Est, p. 115-124.

Haut de page

Notes

1  Cette définition de l’agglomération fonde la base de données internationale Geopolis construite depuis les années 1980 (Moriconi-Ebrard, 1994). La base de données e-Geopolis a pour source privilégiée, Geopolis, mais la méthode de construction des données a évolué, les objectifs sont reformulés et les sources statistiques et géographiques enrichies.

2  URL : http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/unite-urbaine.htm . « Ces seuils, 200 mètres pour la continuité du bâti et 2 000 habitants pour la population des zones bâties, résultent de recommandations adoptées au niveau international ».

3  La population totale de l’Allemagne dans ses frontières actuelles a été recalculée depuis 1816 par l’équipe e-Geopolis. Les chiffres s’appuient sur la saisie exhaustive des recensements au niveau des UL.

4  Les chiffres relatifs à l’Allemagne de l’Est dans l’ensemble des analyses comprennent l’intégralité de l’agglomération de Berlin.

5  Dans la base e-Geopolis, l’agglomération Rhin-Ruhr s’étend sur 5700 km² en 2010 pour 9 millions d’habitants. Elle est centrée sur l’unité locale d’Essen qui compte 576 000 habitants en 2010. C’est une conurbation qui a intégré de grandes agglomérations autrefois distinctes : Hagen en 1950, Iserlohn et Velbert en 1970 ; Cologne et Bonn, Düsseldorf, Wuppertal et Mönchengladbach en 2000.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-1.png
Fichier image/png, 14k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-2.png
Fichier image/png, 28k
Titre Carte 1. Les agglomérations en déclin et en croissance entre 1950 et 1990 (agglomérations à délimitation constante 2010)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-3.png
Fichier image/png, 269k
Titre (agglomérations à délimitation constante 2010)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-4.png
Fichier image/png, 271k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-5.png
Fichier image/png, 10k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-6.png
Fichier image/png, 27k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-7.png
Fichier image/png, 27k
Titre Carte 3 : Variation absolue de la population de l’agglomération centrale (extension de 1950) : 1950-2010
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-8.png
Fichier image/png, 74k
Titre Carte 4 : Variation absolue de la population de l’agglomération centrale (extension de 1950) : 2000-2010
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-9.png
Fichier image/png, 91k
Titre Carte 5 : Variation absolue de la population de la banlieue (extension 1950-2010) : 1950-2010
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-10.png
Fichier image/png, 87k
Titre Carte 6 : Variation absolue de la population de la banlieue (extension 1950-2010) : 2000-2010
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8295/img-11.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cathy Chatel, « Une mesure du déclin démographique des villes allemandes de 1820 à 2010 », Géocarrefour, Vol. 86/2 | 2011, 81-90.

Référence électronique

Cathy Chatel, « Une mesure du déclin démographique des villes allemandes de 1820 à 2010 », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8295 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8295

Haut de page

Auteur

Cathy Chatel

Doctorante en Géographie, Université Paris VII Denis Diderot, laboratoire SEDET, équipe e-Geopolis chatelcathy@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page