Navigation – Plan du site

Les « villes rétrécissantes » en Allemagne

Shrinking cities in Germany
Hélène Roth
p. 75-80

Texte intégral

1Après des décennies marquées par la croissance urbaine, les dynamiques urbaines en Allemagne se caractérisent depuis une quinzaine d’années par des contrastes grandissants entre des « villes qui gagnent » et d’autres qui « perdent » : les schrumpfende Städte, objet de ce dossier. Les processus et les enjeux de la décroissance urbaine et régionale, en Europe et dans le monde, ont fait récemment l’objet d’analyses et de synthèses nombreuses, y compris dans la littérature francophone (Oswalt, 2004, 2005 ; RIATE, 2008 ; Baron et al., 2010 ; Fol S. et al., 2010). Ce dossier propose une focale sur l’Allemagne et ses villes qui « rétrécissent » dans une ampleur et une intensité telles qu’elles ont suscité l’émergence d’un nouveau champ de recherche dans les études urbaines allemandes (Florentin et al., 2009). Après une mise au point sur la terminologie et une rapide mise en perspective historique de la décroissance urbaine en Allemagne, seront présentés les thèmes du dossier.

 « Villes rétrécissantes » : un néologisme pour un phénomène ancien

  • 1  Ce dossier le confirme : l’article de C. Chatel sur la mesure du déclin urbain confirme que les vi (...)

2En Allemagne, la terminologie ne fait pas débat : Schrumpfung est le terme consacré pour désigner les pertes conjointes de population, d’emplois et de richesse. Ce dossier reflète en revanche les hésitations terminologiques dans la littérature francophone : les processus auxquels il fait référence sont nommés tantôt déclin, tantôt décroissance, ou encore rétrécissement, voire rétraction. Le terme rétrécissement, initialement retenu dans des études francophones sur les villes (est-)allemandes (Florentin et al. 2009 ; Zepf et al. 2008), correspond à la traduction littérale mais imparfaite des notions allemande et anglaise de Schrumpfung et shrinking, reprenant « l’image du linge lavé à une température trop élevée » (Florentin et al., 2009). Pour autant, il s’affranchit de l’idée, contenue dans Schrumpfung ou shrinking, de diminution d’une quantité dénombrable, et souligne en revanche la dimension spatiale du processus, qui n’est pas avérée dans le cas allemand1. L’emploi de la notion de déclin s’opère sous influence anglo-saxonne, en référence à decline ou decay (Fol, Cunninghamm-Sabot, 2010), alors que les auteurs germanophones évitent leurs équivalents Niedergang et Untergang, à connotation trop négative et trop irréversible, et préfèrent la neutralité de Schrumpfung (Owzar, 2008). L’idée de diminution de quantité dénombrable contenue dans ce terme se retrouve dans décroissance, dont l’emploi souligne la symétrie avec les processus de croissance urbaine ou régionale (Baron et al., 2010). Si le néologisme « villes rétrécissantes » tient à un effet de traduction, le phénomène auquel il renvoie n’est pourtant pas inédit.

3En effet, la décroissance urbaine en Allemagne n’est pas récente. Au XIXème siècle et à l’époque wilhelminienne (Gründerzeit), la différenciation régionale de l’industrialisation a polarisé l’urbanisation et multiplié les cas de décroissance et de stagnation urbaine. Déjà, les petites villes spécialisées dans l’industrie textile ou l’extraction minière, ou celles ayant raté la connexion au réseau de chemin de fer, ont subi des pertes de population parfois importantes (Benke, 2004), pourtant dans un contexte général de croissance démographique.

4Après la partition de l’Allemagne et la période de forte croissance démographique et économique à l’Ouest, des villes industrielles ont été touchées de plein fouet par la crise et les restructurations sectorielles à l’instar des villes de la Sarre et de la Ruhr à partir de la décennie 1970, qui ont inspiré à Häußermann et Siebel un essai de modélisation des spirales de déclin urbain (1988).

5En République Démocratique Allemande (RDA), l’hémorragie démographique jusqu’en 1961 a été ici compensée par les faveurs du régime, là aggravée par le délaissement de villes spécialisées dans les industries légères, textiles en particulier. La base de la hiérarchie urbaine et les villes du sud de la RDA ont été particulièrement affectées par le caractère spatialement et sectoriellement sélectif des investissements industriels du régime socialiste, ces derniers orientant la politique de construction de logements et, partant, les choix migratoires des Allemands de l’Est (Dufaux, 1996 ; Kress, 2008). Dans une typologie des évolutions des villes de RDA, Benke et Wolfes (2005) soulignent la relation entre la trajectoire des villes et l’époque de leur industrialisation, celles industrialisées après 1945, en particulier dans la partie septentrionale de la RDA, étant les « gagnantes » du système urbain est-allemand... jusqu’en 1989. La réunification et la transformation post-socialiste ont eu raison de cette différenciation générée par le système socialiste : la désindustrialisation massive a rapidement opéré une convergence des trajectoires. Les villes de la croissance socialiste, souvent spécialisées dans une seule activité industrielle, ont rejoint, dans leurs dynamiques régressives, celles délaissées sous la RDA.

  • 2  Voir le compte-rendu de l’ouvrage Schrumpfende Städte zwichen Antike und Moderne (2008) en fin de (...)

6Une mise en perspective historique2 permet ainsi de relativiser le phénomène du rétrécissement urbain, dont se saisissent parfois les médias pour alimenter des discours catastrophistes de fin du monde (Der Spiegel, 24.07.2003).

7La décroissance urbaine fait bien sûr écho à une dynamique plus large de la société allemande, voire européenne : le « tournant démographique » (demographischer Wandel), effet d’une faible fécondité et d’un vieillissement de la population. Après une longue période de croissance, la population allemande diminue depuis 2008, symbole d’un point de rupture qui nécessiterait de revoir les schémas de pensée qui orientent l’action publique. Les villes rétrécissantes sont alors scrutées, à tort ou à raison, comme des espaces de projection et de condensation à grande échelle des mutations démographiques allemandes et comme des lieux où s’expérimentent de nouveaux modes de gestion de l’espace et des sociétés.

8L’intérêt porté par de jeunes géographes français à cette thématique témoigne de la résonance de la décroissance urbaine allemande au-delà des frontières de l’Allemagne : ce pays, et particulièrement sa partie orientale, serait-il un laboratoire où s’inventeraient les développements urbains de l’Europe vieillissante de demain ? Cette interrogation fut au cœur d’un programme de recherche du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) dirigé par Lydia Coudroy de Lille et intitulé « Urbanisation et urbanité européennes : l’Allemagne aux avant-postes ? », d’où sont issus quatre des sept articles de ce dossier.

9A partir d’approches théoriques et méthodologiques différentes, et à travers des cas d’étude variés, ce dossier propose d’interroger les processus de rétrécissement urbain ainsi que les politiques urbaines adoptées dans le contexte de décroissance, essentiellement dans les nouveaux Länder.

Le rétrécissement urbain : pertes de population et pertes de fonctions

  • 3  Six indicateurs : évolution démographique, solde migratoire, évolution de l’emploi, taux de chômag (...)
  • 4  à savoir les plus grandes villes - Berlin, Leipzig, Dresde, Erfurt.

10Le rétrécissement urbain est un processus où s’associent recul démographique, pertes de fonctions et d’emplois, augmentation des taux de chômage voire de la pauvreté (Hannemann, 2003). Deux études permettent de mesurer l’évolution, l’intensité et l’ampleur géographique de ce processus multifactoriel en Allemagne depuis la fin des années 1990 (Gatzweiler, Milbert, 2004 et 2009). A partir d’un maillage très fin (communal) et d’indicateurs variés3, elles mettent en évidence l’homogénéité spatiale de la décroissance dans des régions entières des nouveaux Länder, d’où n’émergent dans les années 2000 que quelques rares « îlots de stabilité »4 (Herfert, 2004), ainsi que sa diffusion vers l’ouest, en particulier vers les régions bordières de l’ancien Rideau de Fer.

11Une telle mesure multivariée de la décroissance sur une période plus longue se heurte à l’incomparabilité spatio-temporelle des indicateurs – en particulier du fait de la scission de l’Allemagne entre 1949 et 1989. Une mise en perspective historique passe alors soit par des études qualitatives, soit par une réduction du nombre d’indicateurs. C’est cette dernière option qu’a retenue Cathy Chatel (2011*),dont l’article propose de mesurer le déclin urbain en Allemagne à partir de la base de données e-Geopolis, qui permet une analyse des évolutions de population sur près de deux siècles et de questionner ainsi les temporalités du déclin urbain. Elle montre que la partition de l’Allemagne a représenté le moment clé de déclenchement des trajectoires de déclin dans sa partie orientale, et elle confirme que le phénomène s’étend des nouveaux vers les anciens Länder depuis une vingtaine d’années.

12Christiane Hannemann a qualifié de « déséconomisation » les pertes de fonctions des villes est-allemandes après la réunification : non seulement les fonctions industrielles, mais aussi militaires et parfois administratives ont été laminées, condamnant les actifs résidents au chômage ou au départ, et les villes au rétrécissement (Hannemann, 2003). La ville de Bonn n’a rien d’une ville rétrécissante : elle gagne des habitants et son économie de services se porte bien. Pourtant, son étude a toute sa place dans ce dossier car elle éclaire d’une manière originale les liens – ou l’absence de liens – entre perte de fonctions et décroissance urbaines. En étudiant ce cas, très particulier en Allemagne du fait du statut de capitale fédérale qu’a porté Bonn de 1949 à 1999, Antoine Laporte (2011*)montre que la perte d’une fonction majeure, et des emplois qui l’accompagnent, ne présume rien, en soi, du devenir d’une ville. Le type de fonction perdue, le volontarisme politique et l’environnement régional ont été, dans le cas de Bonn, décisifs dans la reconversion réussie de son économie et dans le maintien de son dynamisme démographique. L’auteur met ainsi en garde contre tout déterminisme entre perte de fonction et décroissance, tout en soulignant que les fonctions industrielles – caractéristiques de nombreuses villes est-allemandes aujourd’hui en déclin – n’ont pas les effets d’entraînement et d’inertie qu’ont les fonctions de capitale.

13Pertes de population et pertes de fonctions : ces symptômes de fragilité représentent des défis importants pour la gestion et l’aménagement des villes affectées.

Les politiques urbaines en contexte décroissant : des programmes de rénovation urbaine à l’insaisissable changement de paradigme

14Importants taux de vacance des logements, multiplication de friches, sous-utilisation des infrastructures sociales, éducatives et techniques : le « rétrécissement » implique de nombreux défis pour les politiques urbaines, inscrites depuis des décennies dans des logiques de croissance qui ont imprégné les théories et les instruments de la planification urbaine.

Le programme de rénovation urbaine Stadtumbau Ost

15Si les villes est-allemandes ont tant attiré les regards depuis dix ans, c’est notamment parce qu’elles sont le lieu d’émergence et d’application d’un programme fédéral de rénovation urbaine, Stadtumbau Ost, visant à accompagner la décroissance en tentant de retendre le marché immobilier est-allemand à travers des actions de démolition et, plus secondairement, de revalorisation. Il est l’objet de trois articles du dossier qui s’intéressent à ses enjeux et à ses effets sur des quartiers de grands ensembles construits sous le régime socialiste de RDA.

16Les valeurs, les symboles et les modèles véhiculés par Stadtumbau Ost apparaissent en décalage avec les paysages urbains transformés et les représentations des habitants. C’est ce décalage qu’interrogent deux articles qui analysent les effets de Stadtumbau Ost sur les quartiers de grands ensembles, cibles prioritaires de ce programme destiné à réduire la vacance. L’article de Axelle de Gasperin (2011*) étudie les stratégies d’acteurs dans le processus de transformation des formes des grands ensembles. Elle souligne notamment les décalages qui existent entre le modèle de la ville compacte, qui oriente le programme de rénovation urbaine à Halle, et les évolutions contradictoires de l’emprise urbaine, entre réduction du bâti dans les quartiers de grands ensembles et développement de zones pavillonnaires ailleurs. L’article de Daniel Florentin (2011*)montre comment les effets de ce programme alimentent le processus cumulatif de déclin dans les quartiers de grands ensembles à Leipzig, tout en participant parallèlement au renforcement de l’attachement résidentiel des habitants à leurs quartiers. Ces deux articles suggèrent une certaine portée symbolique de la rénovation urbaine telle qu’elle est réalisée à Leipzig ou à Halle : en revalorisant les centres anciens délaissés du temps de la RDA et en démolissant des pans entiers de grands ensembles emblématiques de la modernité socialiste, ne cherche-t-on pas à construire la ville compacte pour mieux déconstruire la ville socialiste ?

17A Berlin, la question des enjeux et des effets du programme se pose en d’autres termes, dans la mesure où s’articulent au sein de l’agglomération des mouvements de croissance et des dynamiques de décroissance. L’article d’Aurore Meyfroidt (2011*)se penche sur  l’arrondissement berlinois de Marzahn-Hellersdorf, qui présente les symptômes classiques de décroissance (vacance des logements et précarité) légitimant la mise en oeuvre du programme Stadtumbau Ost, mais qui par sa situation peut prétendre capter une part du dynamisme berlinois. Au niveau local, la rénovation urbaine est ainsi l’occasion de repenser les services aux populations jeunes et âgées et d’en faire un atout pour l’attractivité du quartier.

18En cherchant à adapter la ville physique aux pertes de population, le programme Stadtumbau Ost révèlerait un changement de posture face au déclin, une volonté politique assumée d’organiser la décroissance et de s’en donner les moyens, plutôt que de la minimiser et de l’enrayer. Pour autant, les villes rétrécissantes allemandes sont-elles le lieu d’émergence d’un changement de paradigme dans l’action publique?

Vers un changement de paradigme ?

  • 5  « Toll ! Endlich Platz ! »  [Super ! Enfin de la place !], Straubhaar 2004, cité dans Wiechmann T. (...)

19Dans une Allemagne à la fois profondément urbanisée et marquée par un lien particulier à la « nature », la rupture avec les logiques de croissance suscite des envolées provocatrices5 ou du moins des espoirs quant aux chances de la décroissance, pour reprendre le titre d’un article de Häussermann et Siebel publié en 1985. La décroissance est ainsi saisie par certains comme l’opportunité d’inventer une autre ville (Oswalt, 2005), loin des dynamiques d’étalement urbain et de congestion.

20Certains auteurs proposent en particulier de considérer le potentiel de développement écologique que représente le recul démographique (Hesse, 2005). Pourtant, l’équation du développement durable en contexte rétrécissant est difficile à résoudre : comment se dénoue la tension entre les possibilités offertes par la déprise (terrains et logements vacants, pression moindre sur les infrastructures, etc.) et les capacités d’action de villes aux ressources limitées ? La « chance » que représente la déprise urbaine pour mettre en oeuvre un développement durable est-elle saisie par les acteurs dans les villes rétrécissantes ? A travers l’étude de la mise en oeuvre d’une politique énergétique durable dans la ville de Dessau-Roßlau, Julia Gamberini (2011*)répond à ces questions en analysant les contradictions entre le processus de rétrécissement et l’impératif de développement urbain durable, articulé au modèle de la ville compacte. Elle pointe notamment l’inadaptation des visions et des outils de planification préconisés par le DUD dans un contexte de décroissance. Soulignant les limites des capacités d’action politiques et budgétaires, elle s’inscrit en porte-à-faux avec l’idée que les villes rétrécissantes seraient des laboratoires pour l’adoption de stratégies énergétiques écologiques.

21Les villes décroissantes ne renoncent pas à s’engager dans des politiques d’image, aux déclinaisons multiples mais révélant une volonté d’enrayer la spirale du déclin et de renouer avec une certaine attractivité et un dynamisme économique. Le paradigme de la croissance continue donc d’orienter au moins pour une part les projets urbains et les stratégies locales : c’est ce que montre l’article de Boris Grésillon (2011*). Devant l’échec des stratégies d’aménagement du territoire, dans lesquelles l’Etat fédéral a pourtant massivement investi depuis la réunification, les pouvoirs locaux expérimentent d’autres modèles de développement. L’auteur interroge la place de la culture et de l’économie culturelle dans les politiques de régénération urbaine et souligne les différences d’approche de la culture de part et d’autre de l’ancienne frontière inter-allemande, à travers l’étude du cas (ouest-allemand) de Wolfsburg, ville qui investit dans la culture-divertissement, et du cas (est-allemand) de Cottbus qui mise sur la culture-éducation. Au-delà de la diversité des réponses, l’efficacité des politiques culturelles face au déclin semble d’autant plus limitée que continue de prévaloir l’idée de la compétition entre les villes. Boris Grésillon conclut par une interrogation sur la réalité du changement de paradigme chez les urbanistes et les politiques.

22Par des entrées différentes, ces deux articles interrogent ainsi le statut de laboratoire que l’on attribue parfois aux villes rétrécissantes en Allemagne et soulignent que le changement de paradigme, dont l’idée même fait consensus chez les aménageurs (Cunningham-Sabot et al., 2010), demeure insaisissable dans les pratiques.

Diffusion et transferts : lectures Est-Ouest de la décroissance urbaine en Allemagne

23Si l’appel à communication portait sur l’ensemble de l’Allemagne, les articles retenus concernent majoritairement les nouveaux Länder - seuls quelques détours à l’Ouest sont proposés, à Bonn (A. Laporte) ou Wolfsburg (B. Grésillon). On peut y voir le reflet d’une préférence de la géographie francophone pour l’Est plutôt que l’Ouest de l’Allemagne depuis deux décennies. Mais cette focalisation sur les cas est-allemands pose la question de la pertinence d’une lecture Est-Ouest des dynamiques et des politiques urbaines en contexte décroissant.

24La géographie de la décroissance urbaine allemande révèle la persistance de la limite Est-Ouest : les nouveaux Länder concentrent la majorité des villes rétrécissantes et les cas les plus accentués (Heineberg, 2004 ; Gatzweiler et al., 2005, 2009) ; le phénomène est moins fréquent et surtout moins intense dans les anciens Länder. Pourtant, la césure de l’ancien Rideau de fer tend à s’estomper depuis une dizaine d’années. Les processus de décroissance se diffusent de l’Est vers l’Ouest depuis le tournant des années 2000 (Gatzweiler, 2009), en particulier dans des régions bordières de l’ancien Rideau de fer, comme le montre ici l’analyse de Cathy Chatel.

  • 6  Sur la question de l’articulation entre dynamiques spatiales et transferts de modèles d’aménagemen (...)
  • 7  Pour une présentation synthétique des modèles de développement urbain en contexte décroissant, voi (...)

25De façon fragmentaire en fonction des cas étudiés et des approches retenues, ce dossier donne quelques éclairages sur la façon dont les villes est-allemandes inventent leur devenir en composant avec des mutations démographiques et économiques lourdes et avec des modèles souvent exogènes6. Dans le cadre de l’appel à projet de rénovation « Stadtumbau Ost », les villes ont eu recours, dans la formulation de leur stratégie de développement, à des concepts conçus à l’ouest, tels que la régénération urbaine ou la ville compacte7, voire le développement urbain durable, et ajustés avec plus ou moins de succès aux contextes urbains locaux. Des modèles nouveaux ont émergé, dont le plus célèbre, par les débats qu’il a suscités, est celui de la « ville perforée », conçu à et pour Leipzig ; il présente une structure urbaine fragmentée et discontinue, mitée par des espaces en friche, éléments de rupture dans la cohérence architecturale des quartiers centraux et péri-centraux (Lütke-Daldrup, 2001). Après des années de transferts dans les nouveaux Länder de modèles ouest-allemands d’aménagement territorial et de gouvernance urbaine, l’heure est-elle alors à un « retour de balancier » qui accompagnerait la diffusion vers l’ouest de dynamiques régressives ? Les villes ouest-allemandes touchées par les phénomènes de rétrécissement vont elles s’inspirer des expériences orientales (Reuther, 2003), au-delà de l’extension aux anciens Länder du programme Stadtumbau ?

  • 8  Cette question a fait l’objet d’un colloque en mars 2011 à Lyon, dont les actes seront publiés en (...)

26Ce dossier éclaire des facettes méconnues des mutations sociales et urbaines allemandes. Complété par des compte-rendus de lecture d’ouvrages sur l’histoire des villes rétrécissantes, sur la ville événementielle et sur la démolition des logements sociaux, il ouvre des pistes d’analyses comparatives avec des processus similaires qui se déroulent ailleurs en Europe et qui permettraient de savoir si l’Allemagne des villes rétrécissantes se trouve aux avant-postes d’une nouvelle urbanité européenne8.

Haut de page

Bibliographie

Pour une bibliographie plus complète sur les villes rétrécissantes en Allemagne, voir Florentin, Fol, Roth, 2009.

BARON M., CUNNINGHAM-SABOT E., GRASLAND C., RIVIERE D., VAN HAMME G., 2010, Villes européennes en décroissance. Maintenir la cohésion territoriale, Paris, Lavoisier, 346 p.

BENKE C., 2004, Historische Umbrüche - Schrumpfungen und städtische Krisen in Mitteleuropa seit dem Mittelalter, Städte im Umbruch – das Online-Magazin für Stadtentwicklung, Stadtschrumpfung, Stadtumbau und Regenerierung, n°1, http://www.schrumpfende-stadt.de/magazin/0401/2benke.htm [consulté le 30 septembre 2011].

BENKE C., WOLFES T., 2005, Stadtkarrieren – Typologie und Entwicklungsverläufe von Industriestädten in der DDR, in BERNHARDT Chr., WOLFES Th. (Hg.), Schönheit und Typenprojektierung. DDR-Städtebau im internationalen Vergleich, Erkner 2005 (Regio Transfer 5), p. 127-164.

Chatel C., 2011*, Une mesure du déclin démographique des villes allemandes de 1820 à 2010, Géocarrefour, 86/2, p. 81-93.

Florentin D., 2011*, Les Plattenbauten et le déclin « Effet Plattenbau », politiques urbaines et représentations sociales dans les quartiers de grands ensembles à Leipzig, Géocarrefour, 86/2, p. 113-126.

FLORENTIN D., FOL S.etROTH H., La «Stadtschrumpfung» ou «rétrécissement urbain» en Allemagne : un champ de recherche émergent, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 445, mis en ligne le 26 mars 2009, consulté le 21 novembre 2011. URL : http://cybergeo.revues.org/22123

FOL S., CUNNINGHAM-SABOT E., 2010, “Déclin urbain” et Shrinking Cities : une évaluation critique de la décroissance urbaine, Annales de Géographie, n°674, p. 359-383.

Gamberini J., 2011*, Rétrécissement urbain et conditions d’innovation pour un développement durable : le cas de l’enjeu énergie-climat, Géocarrefour, 86/2, p. 139-150.

Gasperin A. de, 2011*, La restructuration des grands ensembles dans les villes des nouveaux Länder : une double lecture de la transformation de quartiers fortement touchés par le déclin démographique, Géocarrefour, 86/2, p. 103-112.

Grésillon B., 2011*, La culture comme alternative au déclin : mythe ou réalité ? Le cas des villes allemandes rétrécissantes, Géocarrefour, 86/2, p. 151-160.

HÄUSSERMANN H., SIEBEL W., 1988, Die schrumpfende Stadt und die Stadtsoziologie, in FRIEDRICHS J. (ed.), Soziologische Stadtforschung, Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, Westdeutscher Verlag, Cahier spécial No.29, 78-94.

HEINEBERG H., 2004, Städte in Deutschland – zwischen Wachstum und Umbau, Geographische Rundschau, 56/9, p. 40-47.

HEINEBERG H., 2008, Städte in Deutschland zwischen Wachstum, Schrumpfung und Umbau aus gegraphischer Perspektive, in LAMEN A., OWZAR A. (eds.) Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne, Köln, Böhlau, p. 295-324.

HESSE M., 2005, Kompakte Stadt - Leitbild für Ostdeutsche Städte?, in OSWALT Ph. (Hg.), Schrumpfende Städte. Handlungskonzepte, Band 2, Ostfildern, Hatje Cantz, p. 479-483.

KRESS C., 2008, Schrumpfungsprozesse versus Wachstumsparadigma in der DDR, in LAMEN A., OWZAR A. (eds.) Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne, Köln, Böhlau, p. 237-278.

LAMEN A., OWZAR A. (eds.), 2008, Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 358 p.

LAPORTE A., 2011*, Bonn, la ville qui devait rétrécir, Géocarrefour, 86/2, p. 95-102.

LÜTKE-DALDRUP E., 2001, „Die perforierte Stadt“, Eine Versuchsanordnung, Bauwelt, N°24, p. 40-42.

LOHRE M., Das grosse Sterben [La grande agonie], Der Spiegel, 24.07.2003.

Meyfroidt A., 2011*, Les services du quotidien comme solution au rétrécissement urbain : le cas de Marzahn-Hellersdorf, Géocarrefour, 86/2, p. 127-139.

OSWALT Ph. (Hg.), 2004, Schrumpfende Städte / Shrinking Cities: Städtischer Wandel im Zeichen von Postfordismus und Globalisierung, Band 1, Ostfildern, Hatje Cantz Verlag, 736 p.

OSWALT Ph. (Hg.), 2005, Schrumpfende Städte. Handlungskonzepte, Band 2, Ostfildern, Hatje Cantz, 896 p.

OWZAR A., 2008, Schrumpfen in der Gegenwart – Schrumpfen in der Geschichte. Zur Einführung, in LAMEN A., OWZAR A. (eds.), Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne, Köln, Böhlau, p. XI-XXXV.

REUTHER I., 2003, “Learning from the East?” Über die Suche nach Leitbildern zum Stadtumbau, Informationen zum Raumentwicklung, Heft 10-11, p. 575-588.

UMS 2414 RIATE, UMR 8504 Géographie-cités, Laboratoire d’Informatique de Grenoble, IGEAT, Umeå University, Università l’Orientale, Université «Alexandru Ioan Cuza» Iaşi, 2008, Régions en déclin : un nouveau paradigme démographique et territorial, Rapport pour la Commission du développement régional du Parlement Européen, 126 p. [accessible en ligne : http://www.ums-riate.fr/travauxriate.html]

VON HIRSCHHAUSEN B., LACQUEMENT G., 2007, Modèles de l’Ouest, territoires de l’Est. Le développement local et la valorisation du patrimoine dans les campagnes d’Allemagne orientale, Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol.38, n°3, p. 5-29.

WIECHMANN T. & SIEDENTOP S. 2006, Chancen des Schrumpfens – Stadtumbau als kommunale Gestaltungsaufgabe, in Bertelsmann Stiftung (ed.), Wegweiser Demographischer Wandel 2020. Analysen und Handlungskonzepte für Städte und Gemeinden, p. 106-111. Wegweiser Kommune, Bertelsmann Stiftung.

ZEPF M., SCHERRER F., VERDEIL E., ROTH H., GAMBERINI J., 2008, Les services urbains en réseau à l’épreuve des villes rétrécissantes : l’évolution des réseaux d’eau et d’assainissement à Berlin—Brandebourg, Rapport de recherche, PUCA, 152 p. [consultable en ligne : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00435551/fr/]

Haut de page

Notes

1  Ce dossier le confirme : l’article de C. Chatel sur la mesure du déclin urbain confirme que les villes ne se rétractent pas d’un point de vue physique ; l’article de A. de Gaspérin sur Halle-Neustadt évoque certes des actions de démolition menées dans le cadre du programme Stadtumbau Ost qui tendent parfois à rogner l’emprise urbaine sur ses marges, à très grande échelle, mais des zones pavillonnaires se développent parallèllement dans d’autres quartiers de la même ville.

2  Voir le compte-rendu de l’ouvrage Schrumpfende Städte zwichen Antike und Moderne (2008) en fin de dossier.

3  Six indicateurs : évolution démographique, solde migratoire, évolution de l’emploi, taux de chômage, Realsteuerkraft, pouvoir d’achat.

4  à savoir les plus grandes villes - Berlin, Leipzig, Dresde, Erfurt.

5  « Toll ! Endlich Platz ! »  [Super ! Enfin de la place !], Straubhaar 2004, cité dans Wiechmann T., & Siedentop S., 2006.

6  Sur la question de l’articulation entre dynamiques spatiales et transferts de modèles d’aménagement en Allemagne orientale, voir : Von Hirschhausen, Lacquement, 2007.

7  Pour une présentation synthétique des modèles de développement urbain en contexte décroissant, voir Heineberg, 2008.

8  Cette question a fait l’objet d’un colloque en mars 2011 à Lyon, dont les actes seront publiés en 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Roth, « Les « villes rétrécissantes » en Allemagne », Géocarrefour, Vol. 86/2 | 2011, 75-80.

Référence électronique

Hélène Roth, « Les « villes rétrécissantes » en Allemagne », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 05 mars 2012, consulté le 01 juin 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8294

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page