Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne [Villes décroissantes. Un phénomène entre Antiquité et modernité]

Hélène Roth
Référence(s) :

Lampen A., Owzar A. (dir.), 2008, Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne [Villes décroissantes. Un phénomène entre Antiquité et modernité], Köln, Weimar, Wien, Böhlau Verlag, 356 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par les historiens Angelika Lampen et Armin Owzar propose une mise en perspective historique du débat actuel sur la décroissance urbaine en Allemagne, à travers un corpus pluridisciplinaire de quatorze contributions ordonnées chronologiquement. Il résulte d’un colloque consacré aux « Perspectives historiques sur les villes décroissantes », tenu à Münster en 2006.

2Cet ouvrage collectif s’attache à identifier les causes, les modalités de la décroissance urbaine dans l’histoire et à interroger leur éventuelle similitude avec les facteurs de l’actuelle décroissance urbaine allemande – facteurs démographiques, économiques et politiques. Il questionne aussi les enjeux politiques de la décroissance urbaine à travers l’histoire.

3Les deux premiers textes traitent de l’Antiquité. Klaus Freitag montre que les phénomènes de décroissance n’étaient pas rares dans le monde grec et souligne la multiplicité de facteurs qui intervenaient – guerres, catastrophes naturelles, crises économiques... Christian Witschel étudie le système urbain romain dans l’antiquité tardive ; il met en doute la pertinence des notions de décroissance, désurbanisation ou déclin pour caractériser cette période, au vu de la continuité des structures urbaines et de la vitalité de nombreuses villes.

4Quatre contributions s’intéressent au Moyen-Age et à l’époque moderne. Terry R. Slater passe en revue cinq décennies de recherches historiques sur les villes des îles britanniques de 1300 à 1700. Une série d’études de cas avait dans un premier temps servi une vision très négative sur les évolutions des villes à cette époque, mais l’analyse du système urbain et des régions urbaines ont permis de nuancer fortement cette vision : le déclin de centres urbains a notamment profité à des villes moyennes et des périphéries rurales. Les textes de Matthias Untermann et de Thomas Künzel concernent les processus de désertification et la critique des sources est au cœur de leurs contributions respectives. Matthias Untermann regrette que l’archéologie ne se distancie pas plus des sources textuelles et iconographiques, pour remettre en question les continuités supposées. Thomas Künzel souligne que les sources des études de cas tendent à valoriser comme facteurs de déclin urbain des événements isolés (guerres, catastrophes naturelles,...) mais que les approches chronologiques à plus petite échelle permettent d’envisager des facteurs de plus long terme. La contribution de Philipp R. Hoffmann-Rehnitz « Rhétorique du déclin. De la perception des processus de décroissance urbaine à l’époque moderne, à l’exemple de Lübeck » pose trois questions : comment ces processus de diminution de la population et de difficultés économiques ont-ils été décrits et évalués par les contemporains, et quels effets cela a-t-il eu sur l’action, en particulier dans le milieu politique ? L’auteur montre que le recours à la rhétorique du déclin était lié à des intérêts politiques, qu’il s’agisse de légitimer certaines mesures et décisions ou qu’il s’agisse de les critiquer ou de les délégitimer.

5Trois auteurs traitent de la décroissance urbaine pendant l’âge d’or de la croissance urbaine, aux 19ème et 20ème siècles. Carsten Benke étudie les cas et les causes multiples (pertes de fonctions politiques, culturelles, économiques ; absence de connexion au réseau de chemin de fer, etc.) de villes décroissantes en Allemagne de 1790 à 1914 et interroge le biais qu’apporte la focalisation sur le modèle de croissance industrielle sur l’étude des trajectoires de villes, dont beaucoup ont réussi à se mobiliser et à dépasser leurs problèmes de développement. Dirk Schubert étudie la politique de décroissance et de déconcentration menée à Londres dans l’entre-deux-guerres et ses conséquences sur la perte de fonction et d’importance économique de la ville centre. Celina Kress s’intéresse aux processus de décroissance urbaine en RDA et montre les tensions, persistantes jusqu’en 1989, entre les représentations sociétales empreintes de croissance et de modernité, la planification, et les pertes parfois impressionnantes de population.

6Rédigés par des auteurs de référence dans ce domaine, les quatre derniers articles interrogent la décroissance urbaine allemande aujourd’hui.

7L’économiste Peter Franz rappelle la simultanéité des processus de croissance et de décroissance en Allemagne, à plusieurs échelles. Il explore deux théories explicatives – les cycles des évolutions urbaines de Van den Berg et la théorie des cycles de vie des produits revisitée par Jürgen Friedrich – et en souligne les limites pour expliquer le processus de décroissance urbaine en Allemagne orientale. Il tente de modéliser la décroissance est-allemande et conclut que, du fait de la prédominance des déficits naturels comme facteur de décroissance démographique, les villes sont condamnées à miser sur des apports migratoires et donc à développer leur attractivité économique.

8Le texte du géographe Heinz Heineberg porte sur l’intérêt croissant porté à la Schrumpfung dans les discours scientifiques et professionnels, ce qui se traduit notamment par une augmentation des programmes et moyens financiers qui y ont consacrés. Heineberg propose ensuite une revue critique des modèles de planification qui sont mobilisés en Allemagne pour penser et planifier le devenir des villes décroissantes. Le géographe Markus Hesse propose non un modèle, mais l’expression « ville qui respire » (atmende Stadt) pour envisager désindustrialisation et baisse de population comme des potentiels de développement écologique. Hartmut Häussermann signe le dernier article de l’ouvrage et renouvelle son plaidoyer de la décroissance urbaine comme chance à saisir pour repenser les modes de gestion, de planification et de gouvernance urbaines.

9Au vu de la diversité des cas et des époques étudiés, le pari de la cohérence était risqué, mais il est tenu notamment par l’éclairage qu’il propose sur les causes de la décroissance urbaine.

10Les cas les plus connus de déclin urbain sont ceux relevant d’événements exogènes – guerres, famines, épidémies, incendies ou catastrophes naturelles – qui ont décimé la population et détruit parfois massivement le bâti urbain, comme Troie, Carthage, Pompéi, Lisbonne ou Hiroshima. En revanche, les processus plus diffus et continus susceptibles de supporter la comparaison avec la décroissance urbaine que connaît l’Allemagne actuellement avaient jusqu’à présent peu retenu l’attention des historiens. C’est à cette lacune que l’ouvrage répond partiellement, en mettant en évidence la simultanéité (donc les interactions ?) entre croissance et décroissance au sein d’un même système urbain, même si les logiques de ces interactions ne sont pas toujours clairement élucidées.

11Schrumpfende Städte zwischen Antike und Moderne contribue en tous cas à dédramatiser la question du rétrécissement urbain et ouvre des perspectives de recherche comparatives passionnantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Roth, « Schrumpfende Städte. Ein Phänomen zwischen Antike und Moderne [Villes décroissantes. Un phénomène entre Antiquité et modernité] », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8290

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page