Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

G. Di Méo, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale

Fleur Guy
p. 160
Référence(s) :

DI MEO G., 2011, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale, Paris, Armand Colin, coll. Recherches, 344 p.

Texte intégral

1S’inscrivant dans un champ encore émergent de la géographie française, cet ouvrage a pour ambition d’enrichir les travaux encore peu nombreux sur les relations entre genre et espace. Dans la continuité de récentes recherches (Denefle, 2004 ; Lieber, 2008), Guy Di Méo, professeur à l’Université de Bordeaux III - Michel de Montaigne, interroge ces relations dans un contexte urbain. Cet ouvrage, publié dans la collection « Recherches » des éditions Armand Colin, présente en effet les résultats d’une enquête menée auprès de 57 bordelaises et envisage le rapport des femmes à l’espace urbain, à la fois en termes de pratiques (espaces de vie) et de représentations (espaces vécus). Il se fonde sur l’important travail de terrain réalisé par Catherine Hoorelbecke, titulaire d’un master de géographie, pour retracer dans ces 344 pages les parcours (quotidiens ou résidentiels) de femmes âgées de 20 à 89 ans, de toutes catégories socio-professionnelles et réparties dans les treize quartiers INSEE de Bordeaux. A l’exception de sa première partie, qui éclaire le lecteur sur les cadres conceptuels et méthodologiques de la recherche, l’ouvrage s’appuie abondamment sur ces entretiens. La qualification de « livre-enquête » en quatrième de couverture se justifie ainsi parfaitement : au fil des pages, de véritables « récits de vie » de bordelaises sont retranscrits et analysés, avec pour ambition une meilleure compréhension des rapports spatiaux des femmes.

2La grille d’entretien construite et utilisée dans le cadre de cette recherche, tout comme l’organisation de l’ouvrage, montrent que ces rapports spatiaux sont appréhendés autour de la dichotomie intérieur/extérieur. Plus souples que les concepts d’espaces public et privé, l’intérieur, entendu comme l’espace de l’habiter mais aussi ses potentielles extensions, et l’extérieur, permettent d’appréhender les espaces subjectifs, ressentis et vécus par les femmes. Ce couple spatial est également mobilisé pour décrire une « partition sexuée de l’espace géographique : celle de l’intérieur (plutôt) féminin et celle de l’extérieur (plutôt) masculin ». Les rapports spatiaux des femmes sont alors envisagés selon leur écart ou leur conformité à ce modèle, dans une typologie qui structure les deuxième et troisième parties de l’ouvrage.

3La deuxième partie de l’essai s’intéresse à deux groupes de femmes dont les rapports spatiaux sont présentés comme opposés : à l’enfermement de certaines dans leur intérieur répond l’ouverture des autres sur l’extérieur et sur la ville dans sa globalité. Le cas de femmes entretenant un rapport décrit comme équilibré entre les deux pôles spatiaux choisis par l’auteur est présenté en troisième partie. La quatrième partie sort de cette dichotomie et envisage plus en profondeur la question centrale de l’ouvrage : les limites, immatérielles et parfois inconscientes, qui cadrent les pratiques urbaines des femmes. Pour cela, les perceptions positives ou négatives de différents espaces sont analysées, tandis que les pratiques urbaines recueillies au cours de l’enquête font émerger trois modèles de « formes des espaces de vie ». On voit alors apparaître, et les documents cartographiques en fin d’ouvrage sont à ce titre très utiles, les « murs invisibles » qui clôturent les espaces de vie des enquêtées. Propres à chacune, ces limites mouvantes au cours de la journée mais aussi à l’échelle de la vie, prennent cependant des formes communes. Elles peuvent épouser les limites d’un quartier ou d’un axe privilégié, ou être repoussées par des pratiques urbaines géographiquement plus dispersées.

4Cet ouvrage offre ainsi au lecteur un tableau complexe des territorialités et spatialités des Bordelaises. Les « histoires d’espaces » relatées donnent en effet à voir une variété importante de rapports spatiaux que l’auteur explique par une multitude de facteurs : le genre mais aussi l’âge, la condition socio-économique, la situation personnelle, la possession de différents capitaux (culturel, social mais aussi spatial). Conformément à la thèse de l’intersectionnalité, le genre est ici replacé au sein d’un large ensemble de facteurs de compréhension des rapports spatiaux des individus. Malgré l’effort de classification de l’auteur, la lecture de l’ouvrage montre qu’il est difficile d’identifier le poids respectif des différents facteurs dans les rapports spatiaux analysés.

5La variable « genre » est également remise en cause en fin d’ouvrage, puisque l’auteur signale que nombre des conclusions de cette recherche seraient sans doute valables pour des individus de sexe masculin. Il valide pourtant en parallèle l’hypothèse de territoires urbains spécifiques construits et représentés par les femmes. Cette ambigüité sur le rôle du genre dans la compréhension des territorialités et spatialités des femmes est sans doute liée au dispositif méthodologique de la recherche. Signalée dès l’introduction, l’absence de comparaison avec des hommes nous semble être la principale limite de l’ouvrage. En effet, les suppositions de l’auteur, souvent entre parenthèses et sous forme de questions, sur l’éventualité de résultats similaires chez une population masculine, gagneraient à être vérifiées par une enquête du même type.

6Au-delà de l’enjeu du genre, c’est le lien entre les rapports sociaux et les rapports spatiaux, dans une perspective de géographie sociale, qui est ici questionné. L’introduction de l’ouvrage revient à ce titre sur les concepts d’espace de vie, d’espace vécu et d’espace social, regroupés dans le concept de territoire. L’urbanité entendue comme une « plus ou moins grande aptitude à (se) jouer des échelles géographiques » tient également une place importante dans la démarche de l’auteur puisqu’elle constitue un marqueur de la libération ou de la domination des femmes. Guy Di Méo accorde alors une valeur particulièrement positive à la mobilité, aux déplacements dans la ville, en opposition à un enfermement au sein de l’espace du quartier. Malgré la place centrale accordée aux déplacements, le concept de mobilité n’est pas convoqué explicitement dans l’essai. Pourtant, la référence aux travaux récents sur les dimensions à la fois sociales et spatiales de la mobilité et sur « l’injonction à la mobilité » (Bacque, Fol, 2007) enrichirait et nuancerait certainement cette approche.

7La définition de l’urbanité comme aptitude interroge également les conditions de son acquisition. Les pratiques et représentations des femmes enquêtées sont ainsi mises en relation avec leurs expériences géographiques antérieures. Ce lien entre mobilité résidentielle et mobilité quotidienne pourrait être approfondi afin d’enrichir la réflexion autour de la notion de « capital spatial » qui apparaît à plusieurs reprises dans le texte. Un regard porté sur la construction d’un « capital spatial » par les femmes permettrait en outre d’aborder les conditions de reproduction des inégalités spatiales de genre.

8Contribuant au champ de la géographie du genre, cet ouvrage semble aussi avoir pour intention de compléter les productions antérieures de l’auteur. Celui-ci répond aux critiques relatives à l’absence de prise en compte de la variable « genre » dans ses travaux, « plaide coupable » en début d’ouvrage et envisage son essai comme une « défense ». Le registre du plaidoyer, avec la préoccupation de l’auteur pour les « injustices » faites aux femmes, montre bien l’importance que revêt pour lui la réhabilitation des femmes comme objet d’étude des sciences sociales. S’il offre certainement autant de questions que de réponses, cet ouvrage montre toute la complexité d’une approche par le genre en géographie et constitue un point de départ à partir duquel la développer pour de futures recherches. La richesse du matériau d’enquête présenté ici donne en particulier un bon aperçu du potentiel heuristique d’une telle approche.

Haut de page

Bibliographie

BACQUE M-H., FOL S., 2007, L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction, Revue Suisse de Sociologie, 33(1), p. 89-104.

DENEFLE S. (dir), 2004, Femmes et villes, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 539 p.

LIEBER M., 2008, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Les Presses de Sciences Po, 324 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fleur Guy, « G. Di Méo, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale », Géocarrefour, Vol. 88/2 | 2013, 160.

Référence électronique

Fleur Guy, « G. Di Méo, Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 88/2 | 2013, mis en ligne le , consulté le 30 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8282

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page