Navigation – Plan du site
Articles

De Mitrovica à Troyes : l’itinéraire de Nedzmedin Neziri, président de l’URYD

Entretien
From Mitrovica to Troyes: the itinerary of Kosovska Mitrovica, president of the Union for the diaspora of Yugoslav  Roma
Régis Guyon et Nedzmedin Neziri
p. 65-71

Résumés

Nedzmedin Neziri est une personnalité importante de la communauté rom de Troyes. Originaire de Kosovska Mitrovica, au nord du Kosovo, il milite depuis une dizaine d’années pour la reconnaissance des droits des Roms du Kosovo au sein de l’Union des Roms de Yougoslavie en diaspora (URYD), une association qu’il a créée. Il revient ici sur son itinéraire, ainsi que celui des Roms concernés, comme lui, par l’exil, à la suite de la guerre du Kosovo de 1999. Ses propos ont été restitués le plus fidèlement possible.

Haut de page

Notes de la rédaction

Entretien réalisé par Régis Guyon avec le soutien de Julien Rocipon (association Le Son des Choses  http://www.lesondeschoses.org).

Notes de l’auteur

On pourra retrouver le parcours d’autres personnes militantes roms dans l’étude de Nando Sigona (2009).

Texte intégral

1Pour commencer, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

2Je m’appelle Nedzmedin Neziri. Je suis né à Kosovska Mitrovica en ex-Yougoslavie, aujourd’hui le Kosovo. J’ai fait mes études d’économie et de droit au pays. En 1991, je me suis marié avec ma femme qui est de Belgrade et qui vivait déjà en France. Je l’ai rejoint à Troyes en octobre 1992. Ma famille a vécu au Kosovo jusqu’à la guerre de 1999. Elle a été chassée par les extrémistes albanais, sous le regard des forces internationales (KFOR et UNMIK) qui devaient protéger tous les citoyens du Kosovo, comme le demandait la résolution 1244 du 9 juin 1999. Mais ce ne fut pas le cas. Les Roms ont subi des pogroms, des massacres.

  • 1  Au Kosovo, comme dans le reste de ce qui fut l’empire ottoman, le soufisme est le mouvement spirit (...)

3Mon père était militaire de Tito, capitaine de premier rang. Il a, par la suite, travaillé pour l’usine de Trepça qui fabrique essentiellement des batteries pour les voitures. Il faut savoir que le Kosovo est un pays riche : son sous-sol regorge de minerai, de l’uranium, de l’or, du charbon ou du nickel… Je viens aussi d’une famille de soufis et mon père est devenu un chef spirituel en 19921. Mon grand-père, comme son père, était aussi un chef spirituel. Mon frère cadet devrait prendre la suite. Personnellement, je suis pratiquant, je fais mes cinq prières. Dans notre quartier, il y avait sept salles de prières qu’on appelle des takiya [tekija]. Et souvent, on ignore ces aspects spirituels quand on parle des Roms.

4Pour revenir sur la diversité et le Kosovo sur le plan économique cette fois, ’ y avait-il de grandes différences à l’intérieur de la communauté, et quels étaient les rapports à travers ces activités avec les autres communautés, albanaises ou serbes ?

5Ces échanges économiques existaient évidemment. Beaucoup de Roms étaient à leur propre compte, mais beaucoup travaillaient dans les usines d’État et en particulier chez Trepça, usine très importante, mais qui était très dangereuse pour la santé des ouvriers qui étaient obligés de faire des tests sanguins réguliers pour surveiller la présence du plomb (le saturnisme). D’autres refusaient de travailler dans cette usine.

  • 2  Le quartier, encore appelé Mahala par les Roms du Kosovo (souvent traduit par ghetto), tire son no (...)

6Dans le quartier rom de Fabrička2, il y avait des petits commerces et de petites usines : des magasins alimentaires, des restaurants... Mais il y avait aussi des petits magasins de vêtement ou de réparation de vélos en ville, dans le quartier de Baïr, près de la gare routière (tenus par la famille D.) ; à côté de l’église, du côté serbe aujourd’hui, la famille T. avait une fabrique de chaussures. Si le cœur de l’activité était dans le quartier de Fabrička, une importante activité existait à l’extérieur, et surtout à l’extérieur du Kosovo, dans les autres régions de la Yougoslavie. Le quartier de Fabrička n’était pas un ghetto, fermé sur lui-même, et les échanges étaient permanents avec les autres régions et les pays voisins.

  • 3  Nedzmedin Neziri fait allusion aux Roms roumains présents dans la petite couronne parisienne, de p (...)
  • 4  Le terme vient du turc "tcherga" signifiant "tente". Ce sont ainsi "les Roms des tentes", c'est à (...)

7Les marchandises étaient échangées à l’extérieur de la ville de Mitrovica, au Kosovo et Methohija, vers Novi Pazar, Sjenica en Serbie [à une trentaine de kilomètres au Nord de Mitrovica]. Par exemple, mon père allait acheter la marchandise en Croatie, Serbie et Bosnie. D’autres personnes, dans les années 1970-1980, partaient chercher la marchandise en Italie, en Turquie ou encore en Pologne et en Roumanie. C’était vraiment quelque chose d’autre : ni un quartier fermé, ni des « biffins »3 qui récupéraient pour revendre. Il y avait des gens pauvres, comme les Roms čergari4, mais la plupart des gens travaillaient dans tous les domaines. Il y avait aussi des constructeurs de maison, avec des Roms qui construisaient nos maisons, d’autres avec des chevaux faisaient des livraisons de bois, de sable, etc. Et il ne faut pas oublier les familles qui possédaient des troupeaux de vaches ou de chèvres. Mais il y avait aussi des Albanais qui travaillaient chez nous, pour construire les bâtiments, pour rapporter du bois ou pour les travaux ménagers.

8Concernant la propriété foncière, les Roms possédaient leurs biens dans le quartier. Qu’en est-il à l’extérieur ?

9À Mitrovica, les Roms n’habitaient pas que dans le quartier. Il y avait à peu près 2000 qui habitaient en ville. On avait deux quartiers principaux, éloignés de deux kilomètres l’un de l’autre : celui de la rue Fabrička qu’on appelait avant Sedmi Kvart (7e concession) et celui près de la rivière Sitnica, à côté de la gare ferroviaire, du cimetière serbe et de l’usine Trepça. Vivaient à Sitnica les familles Gushani qui travaillaient le bois, fabriquaient des parquets, des fenêtres…

  • 5  Les questions de titres de propriété et de cadastre sont toujours vives et une infime partie des l (...)

10Aujourd’hui, tous ces gens-là n’ont plus les papiers prouvant leur droit à la propriété5. Cela concerne les maisons, mais aussi les champs. Tous les documents ont été perdus pendant la guerre de 1999. Depuis, les terrains ont été remis en culture ou revendus et aujourd’hui les familles n’arrivent pas à faire reconnaître leurs droits. On peut prendre l’exemple du cimetière musulman situé au nord de la ville, pas très loin de la prison et du commissariat principal, où tous les musulmans sont enterrés – les Bosniaques, les Turcs, les Goranis, les Égyptiens et les Roms. Et si les Roms y sont enterrés, c’est aussi parce que le propriétaire du terrain était Rom.

11Peut-on maintenant parler des formes de migration ?

  • 6  Objet nostalgique qui permettait aux gens de voyager dans le monde. C’est aussi l’objet nostalgiqu (...)

12Avec le passeport rouge de Tito6, tous les citoyens avaient la possibilité de voyager sans visa. À cette époque, on ne faisait pas de séparation entre les ethnies et on était tous des citoyens yougoslaves. Parallèlement, après la Seconde Guerre mondiale, l’Europe a besoin de bras. Et certains pays (l’Allemagne, l’Autriche, la France, la Suisse) signent des accords de travailleurs migrants. C’est dans ce contexte qu’a eu lieu une première vague de migration au milieu des années 1960, avec des travailleurs yougoslaves sans étiquette ethnique, au départ, mais surtout dans le pays d’accueil. Et on venait en famille : ma tante est venue avec sa famille à Paris en 1968, mon oncle a migré vers l’Allemagne avec toute sa famille.

  • 7  De façon significative, Nedzmedin Neziri est président de l’URYD, l’union des Roms d’Ex-Yougoslavi (...)

13La diaspora rom existe un peu partout depuis cette époque-là7. Et il ne faut pas oublier que c’est dans ce contexte qu’ont lieu les échanges commerciaux et des migrations vers la Turquie ou l’Italie pour se fournir en marchandises. Les personnes ainsi présentes à l’extérieur de la Yougoslavie servaient de relais pour les commerçants : dans le nord de l’Italie, à Trieste, d’abord, puis avec la guerre des années 1990, à Bari. On se rendait aussi à Subotica à la frontière hongroise où le commerce se faisait avec la communauté chinoise installée en Hongrie.

14Avec les années 1990, les choses changent et les migrations changent de nature. Il ne faut pas oublier que les premières demandes d’asile politique datent de 1988-1989, dans les années qui suivent la mort de Tito, quand les Albanais commencent à manifester. Les Roms ont commencé à fuir vers l’Italie, mais sans dire qu’ils étaient Roms. Ils se présentaient souvent comme des Albanais, par peur des préjugés concernant leur propre ethnie. Les choses s’accélèrent et se compliquent à partir 1990-1991 avec la guerre de Bosnie : le pays est sous embargo jusqu’en 1998, avec une pauvreté qui se développe, l’absence de médicaments…

15Et cela a entraîné des migrations internes à l’Ex-Yougosalvie, vers les régions en paix ou encore en paix comme le Kosovo.

16Tout à fait. Des personnes – et seulement les Roms – venaient de Bosnie, de Krajina ou de Croatie vers la Voïvodine, la Serbie voire le Kosovo. Mais la plupart partaient vers l’Europe. Et avec la fin du conflit, on les a encouragés à rentrer au pays, mais sans leur garantir quoi que ce soit en termes de retour. Et aujourd’hui encore, on a partout de gens rejetés, sans identité, sans rien et personne ne s’en occupe depuis deux décennies !

17Et vous, quelles étaient les raisons de votre départ ?

18Personnellement, je suis venu pour la première fois en France en 1991 à la suite de mon mariage, ma femme habitant en France. Jusqu’à cette époque-là, les gens n’ont pas eu l’intention de s’installer définitivement en France ou en Allemagne. C’était des “Gastarbeitern“. On faisait tous des allers-retours, construisant une maison au pays. Avant de partir, je faisais des études d’économie et de tourisme à l’Ecole supérieure d’économie et de tourisme de Peć. Après, je suis venu ici au moment où la guerre a commencé Croatie et Bosnie [1991]. Mon père m’a dit de ne pas rentrer, que ça devenait trop dangereux. En 1997, j’ai décidé de rentrer au pays, je ne pouvais plus supporter l’éloignement. Mais mes amis m’en ont dissuadé, disant que la guerre se préparait au Kosovo. Je suis resté, malgré le fait que j’avais monté un petit snack à Mahala, en plus d’une épicerie [le tout dans la maison familiale]. Et la guerre a effectivement commencé tout de suite après et une autre période débute, celle de la guerre et de l’exode. Personnellement, j’ai pris des notes pendant toute cette période de guerre, j’ai rassemblé des documents. Je me suis rendu au Kosovo en passant par la Hongrie et la Serbie pour aller chercher ma famille, sous les bombardements de l’OTAN.

  • 8  On peut se reporter au travail de Bénédicte Tratnjek et son site « Géographie de la ville en guerr (...)

19Ce que je n’ai pas aimé dans cet événement, c’est le traitement fait aux Roms à leur arrivée en France : venant d’une même région, ayant subis les mêmes événements, les Roms, n’ont pourtant pas été traités de la même manière que les Albanais. À ce moment-là, j’étais bénévole de la Croix-Rouge [à Troyes] et je sais comment les gens, venant des mêmes régions [Albanais du Kosovo], ont été traités et je sais comment les Roms ont été traités. Déjà là je vois une distinction énorme : 140 000 à 150 000 Roms ont été chassés, sous les yeux des forces internationales (KFOR) qui sont de véritables touristes, qui sont là et ne font rien8 ! Si, ils ont donné des coups de main : pour détruire nos maisons ! De notre quartier vieux de trois siècles, il n’y a plus rien !

20Et l’accueil fait en France ?

  • 9  Les AUDA sont les accueils d’urgence des demandeurs d’asile ; les CADA sont les centres d’accueil (...)

21C’était un traitement différent, que j’appelle discriminatoire. En 1999-2000, mais encore aujourd’hui ! Les autres réfugiés étaient accueillis dans les AUDA ou les CADA9. Toutes les associations, ONG étaient là pour aider. J’étais à Roissy Charles-de-Gaulle quand le premier réfugié albanais est arrivé. Il y avait trois sortes de médecins : des psychologues, des chirurgiens et des généralistes. Et c’est bien ce que la France a fait pour eux. Mais on n’a pas fait cela pour les autres ! Pour les autres, pour les Roms qui sont aussi des victimes ! J’ai alors rencontré un Albanais, un vieillard blessé à la jambe. Je lui ai dit : « dis-moi, mon oncle, qui t’a blessé à la jambe ? » Il m’a répondu : « Mon fils, la balle ne venait pas des Serbes, mais c’est l’UCK qui a essayé de me tuer ! » Par contre, devant les journalistes, on va toujours accuser une population. On voit qu’il n’y a pas cette honnêteté et qu’on prend parti.

  • 10  Le préfet Guy Merrheim a été chargé en septembre 2001 d’un rapport sur la situation des Roms et de (...)
  • 11  Voir la liste des avocats du réseau ELENA, en ligne, consulté le 2/9/2011, url : http://www.droit- (...)

22En général, les personnes avec un permis de séjour de six mois, voir la carte d’un an avec la possibilité de faire une demande d’asile, sont bien accueillies. Mais ça n’a pas été le cas des Roms. Cette possibilité n’a pas été donnée aux Roms, qui venaient de la même région, qui ont subi les mêmes choses. Pourquoi un accueil différent ? Nous sommes allés voir le préfet de Paris en 200010 et on lui a dit : on a deux frères qui viennent d’une même famille ; en se déclarant Albanais, le premier obtient l’asile tout de suite, le second en se déclarant Rom est débouté. Il y a un problème quelque part ! Et c’est tout à fait la même déclaration, le même récit : ils habitent la même maison, le même quartier, mais la différence venait de l’ethnie. L’Albanais obtient, le Rom est rejeté. Mais pourquoi ? M. le préfet Guy Merrheim a fait son travail, et grâce à lui l’OFPRA depuis accorde l’asile à tous les Roms de Mitrovica prouvant leur identité. Les choses ont changé à ce moment-là. Mais parce qu’on a beaucoup milité ! Cela s’appuie aussi sur une jurisprudence obtenue en septembre 1999, grâce au travail des avocats du réseau ELENA et Me Gilles Piquois11, pour faire reconnaître les Roms du Kosovo comme réfugiés.

23Beaucoup de gens ont en fait été accueillis dans les familles, à Troyes ou à Besançon. Pas dans les dispositifs comme les CADA ou AUDA. Comme beaucoup de gens, j’ai accueilli mes frères, ma mère, mon père. Tous chez moi, dans un F4 ! Après cela, le droit d’asile obtenu, ils ont obtenu des appartements, ensuite ils ont construit des maisons. Mais on n’est jamais passés dans les caravanes ni dans les baraques ! Ça, c’est autre chose, c’est différent. Malgré la guerre et ce qu’on a subi, il n’y a jamais eu de bidonvilles. On ne sait pas vivre dedans, on ne connaît pas.

24Mais pourquoi parlez-vous des bidonvilles ?

25Parce qu’aujourd’hui, avec les nouvelles migrations des Roumains et des Bulgares, on crée des bidonvilles que les médias et les hommes politiques mettent en avant. Et voilà, on dit que les Roms vivent dans les bidonvilles, c’est comme ça, la pauvreté, la misère. C’est pour ça que je veux en parler : chez nous, ça n’existe pas ! On ne sait pas vivre dans les bidonvilles, dans les caravanes.

26Concernant les Roms des Balkans, on a quatre migrations : on avait les migrants du travail avec l’intention de rentrer au pays, ceux qui faisaient le commerce entre les Balkans et l’Europe, après il y a ceux qui sont là pour des raisons de guerre. Et depuis quelques années, il y a aussi les Roumains qui sont des citoyens européens, mais qu’on traite différemment.

27Si on revient sur les activités professionnelles, peut-on évoquer la situation à Troyes ?

28Souvent, les familles ont gardé les mêmes activités d’avant la guerre et l’exode. Trois de mes frères sont restés des marchands : ils sont le marché de Troyes et vendent des vêtements sur les marchés. Un autre frère, qui est en Allemagne, est médecin des hôpitaux. Personnellement, j’ai eu aussi une petite épicerie de produits balkanique. On est donc resté dans le même domaine. Et c’est le cas d’autres familles aussi. La famille D. qui avait une fabrique de chaussures et qui a une boutique de chaussure dans le centre commercial de Chantereigne [à La Chapelle-Saint-Luc, dans la banlieue de Troyes]. Beaucoup sont des vendeurs d’autos aussi. D’autres ont créé leur propre entreprise un peu partout en France, des petites entreprises. Mais ceux qui ont le mieux réussi sont en Allemagne où il y a une forte réussite de la diaspora rom parce que le commerce avec les pays de l’Est est très fort. On a même des millionnaires ! Et à partir du moment qu’on donne la possibilité aux gens de travailler, ils travaillent !

29Vous parlez de diaspora. Existe-t-il une entraide, des réseaux de solidarité entre vous à travers l’Europe ?

30Non, chacun se débrouille à sa manière là où il est, à l’intérieur de son réseau familial. Pas vraiment d’échanges entre nous, mais des conseils, des aides.

31Et au niveau local, est-ce organisé ?

32Non, non, non. Chacun se débrouille à sa manière. On voit que la plupart des marchandises viennent de Paris, on sait où aller la chercher, mais il n’y a pas cette organisation. En revanche, on évite de faire la même chose que le voisin parce qu’on ne veut pas entrer en concurrence. On essaye d’avoir un certain respect.

33On parle souvent des petits commerces, de la débrouille aussi sans que ce soit péjoratif. Mais il y a aussi des gens en grande difficulté et ceux qui ont une activité salariée. Pouvez-vous nous en dire deux mots ?

34Toute à fait. Un grand nombre d’entre nous travaille dans les usines ici en France.

35Y a-t-il une différence aujourd’hui entre ceux qui sont arrivés dans les années 1960 et ceux qui sont arrivés suite à la guerre ?

36Je pense que la réussite est plus grande pour ceux qui sont arrivés après 1999. Ceux qui sont arrivés avant ont été employés dans les usines, sans faire de commerce, sans possibilité de sortir de l’usine. Avec l’idée aussi de rentrer au pays et si on prend un crédit, c’est pour construire la maison au pays, pas pour lancer une entreprise. Par contre, ceux qui sont arrivés avec les années 1990 voient les choses autrement. Et ce sont eux qui sont entrés dans le commerce, sans doute par nécessité, mais aussi par opportunité.

37Des familles ont tout perdu avec la guerre, leurs biens et leur argent. Et beaucoup sont arrivés ici en dessous de zéro, sans moyen de s’en sortir. D’autres, qui n’avaient rien au pays, qui poussaient les charriots, mais qui ont réussi aujourd’hui. Parce qu’ils se sont servis des aides de l’État allemand pour lancer des commerces. Donc certaines ont tout perdu et d’autres ont réussi.

38Quelle est la situation des familles arrivant actuellement en France, qui sont toujours dans une démarche de demande d’asile, qui voient sans doute les choses encore autrement ?

  • 12  http://www.cnda.fr/ta-caa

39Il faudrait en parler avec les associations, mais aussi avec les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur. Et vous avez raison, leur situation est dramatique. Il faut arrêter de les faire souffrir psychologiquement : d’un côté, leur vie est instable, ils sont sans études et sans solution, toujours dans l’attente dans les CADA à Troyes. Ils savent qu’ils ne peuvent pas rentrer et, en même temps, ils ne peuvent pas rester. Quoi faire sérieusement ? Pour moi, ça a été un défi d’aller travailler à la Commission de recours qui est aujourd’hui la Cour nationale du droit d’asile (CNDA12). On a travaillé pour que le romani soit reconnu comme langue officielle à l’OFPRA et à la CNDA en septembre 2001, permettant aux gens de s’exprimer dans leur langue maternelle. Parce que jusque-là, on considérait que les personnes arrivant du Kosovo parlaient toutes l’albanais ou le serbe. Alors que c’est faux.

40Je voulais aussi connaître le fonctionnement de la cour et j’y vois encore beaucoup de défauts. La méconnaissance de certaines personnes, méconnaissance du pays, de la géopolitique, de l’histoire ! Et on juge sans savoir. Et on voit des gens déboutés alors qu’ils ont subi des choses graves. Ça me torture forcément, mais je ne dis rien parce que je suis là pour traduire les récits des demandeurs d’asile. Et on ne me demande pas mon opinion. Je suis aussi devenu expert judiciaire en interprétariat parce que je parle plusieurs langues et je suis donc sollicité pour différentes situations en France, par les juges des enfants ou auprès des services sociaux par exemple.

41Comment voyez-vous l’avenir ? Celui des enfants arrivés et nés en France ?

  • 13  GUYON R., 2009, «Scolarisation des enfants roms du Kosovo-Troyes», Diversité, n° 159, décembre, p. (...)

42Avant la guerre, on sait très bien que peu ont fait des études. Mon grand-père n’a pas fait d’études, même si c’était un savant. Mon père, lui, est né en 1943 et il a fait des études. Et il est devenu chef d’équipe à Trepça. Nous étions neuf frères et sœurs et on a tous été scolarisés. Avec la période de guerre, nos enfants nés à la fin des années 1980 n’ont pas eu la possibilité d’être scolarisés. On a donc eu ce vide qui a duré jusqu’en 1999. On a donc une décennie très préoccupante13. Et comme l’avenir ne passait pas par l’école, on a trouvé un emploi par la famille. Et chez beaucoup, cette mentalité est restée ici en France. Qu’est-ce que va faire mon fils ? On pense qu’il va être rejeté et il ne va pas trouver du travail. Mais ce n’est pas la même chose ici en France. Quand je suis arrivé en France, je me suis inscrit à l’université et j’ai fait des études de linguistique. Et je suis diplômé en linguistique pour la langue romani [de l’INALCO]. Et mes enfants sont tous scolarisés ! Mon fils va bientôt passer son bac, mon deuxième est au lycée, mes filles sont aussi à l’école. Mes nièces sont diplômées. Mais il y a certaines familles à qui il faut expliquer le système français, il faut casser le mur ! Au pays, on ne pouvait pas, mais ici ça marche autrement ! Ici, on peut faire des études et personne ne va vous en empêcher, au contraire on va même vous donner des bourses ! Tout le monde ne fera pas des études longues, mais il faut valoriser l’école !

43Mais c’est un peu comme au pays : lorsque j’étais étudiant dans les années 1980, j’étais le seul Rom. Dans le quartier, on est une dizaine à avoir fait des études supérieures, pour une population de 7000-8000 habitants. Parce qu’il y avait une discrimination à l’école, on était obligé de travailler plus que les autres pour réussir. C’était la même quand j’étais sportif : je pouvais représenter mon pays, mais on ne m’a pas permis de le faire. Ici ce n’est pas la même chose et il faut montrer la valeur d’être scolarisé et discuter ! Et quand on discute, ça change tout !

44Comment voyez-vous aujourd’hui la situation des Roms au Kosovo ?

45Dans le quartier, on a eu la première mairie annexe dans notre quartier, avec un président et un secrétaire. Il y avait un dispensaire où travaillaient des médecins roms, albanais et parfois serbes et des infirmières roms. On a eu une radio en langue romani et des émissions de télévision en langue romani une fois par semaine, diffusées par des Roms depuis Pristina. On a eu le premier parti politique rom, pour défendre nos droits ! On était en avance ! Tout cela a disparu. Pourquoi ? Parce qu’on ne voulait pas d’un peuple rom prospère, pouvant avoir les mêmes droits que les autres.

  • 14  Ces désignations sont des sous-groupes roms, dont « l’invention » est plus ou moins récente. Au Ko (...)

46Malgré tous les problèmes, notre vie était bien au pays. Matériellement, on était mieux au pays qu’ici. Ça allait. Avant on ne faisait pas de différences entre les ethnies. Mais aujourd’hui, on le fait et on est même en train de couper les ethnies : on était la troisième ethnie du Kosovo et aujourd’hui on essaye de la partager entre les Ashkalis, les Égyptiens, les Millets, les Esnafs et autres14. Mais qui fait cela ? Les institutions internationales continuent à soutenir ces séparations, on va s’entretuer.

Haut de page

Bibliographie

GUYON R., 2009, Scolarisation des enfants roms du Kosovo-Troyes, Diversité, n° 159, décembre, p. 93-97.
LUCAS Y., 2010, « Encadrement localisé des vendeurs à la sauvette et conséquences socio-spatiales régionales. Le cas des Roms migrants en Seine-Saint-Denis », séminaire Urba-Rom.

PIROZZI G., 2009, Le quartier de la Fabrique, Paris, Rivages, 346 p.

SIGONA N., 2009, Being Roma activists in post-Independence Kosovo. Nando Sigona in conversation with Avdula (Dai) Mustafa and Gazmen Salijevic, in SIGONA N. and TREHAN N. (dir.), Romani Politics in Contemporary Europe, London, Palgrave Macmillan, p. 209-225

SPEZIALE F.,2005, Adapting Mystic Identity to Italian Mainstream Islam: The Case of a Muslim Rom Community in Florence, Balkanologie, Vol. IX, n° 1-2, décembre , [En ligne], mis en ligne le 13 janvier 2010 :

URL : http://balkanologie.revues.org/index589.html. Consulté le 12 juillet 2011.

Haut de page

Notes

1  Au Kosovo, comme dans le reste de ce qui fut l’empire ottoman, le soufisme est le mouvement spirituel chiite des derviches mettant en avant les aspects mystiques de l’Islam. Fabrizio Speziale (2005) a étudié ces aspects spirituels d’une communauté rom macédonienne présente à Florence.

2  Le quartier, encore appelé Mahala par les Roms du Kosovo (souvent traduit par ghetto), tire son nom de la rue de la Fabrique (Fabrička). Cf. Pirozzi, 2009.

3  Nedzmedin Neziri fait allusion aux Roms roumains présents dans la petite couronne parisienne, de plus en plus nombreux à se lancer dans la vente des produits recyclables récupérés dans les poubelles. Voir les travaux de Yannick Lucas (2010)

4  Le terme vient du turc "tcherga" signifiant "tente". Ce sont ainsi "les Roms des tentes", c'est à dire des Roms nomades, souvent confondus avec les Roms Kalderash, surtout présents en ex-Yougoslavie (Serbie et Bosnie-Herzégovine). Ils sont méprisés par les autres Tsiganes qu'ils ne considèrent pas comme de vrais Roms (nous tenons à remercier Alain Reyniers pour tous ces renseignements).

5  Les questions de titres de propriété et de cadastre sont toujours vives et une infime partie des litiges ont été à ce jour résolus : Voir et écouter : «Les défis des migrations forcées en Serbie», Radio Srbija, 9 juin 2011, en ligne [consulté le 2/9/2011), url : http://glassrbije.org/F/index.php?option=com_content&task=view&id=16108&Itemid=28

6  Objet nostalgique qui permettait aux gens de voyager dans le monde. C’est aussi l’objet nostalgique de l’Ex-Yougoslavie.

7  De façon significative, Nedzmedin Neziri est président de l’URYD, l’union des Roms d’Ex-Yougoslavie en diaspora, créée en décembre 1999.

8  On peut se reporter au travail de Bénédicte Tratnjek et son site « Géographie de la ville en guerre » et aux ressources disponibles sur Mitrovica : http://sites.google.com/site/geographievilleenguerre/mitrovica

9  Les AUDA sont les accueils d’urgence des demandeurs d’asile ; les CADA sont les centres d’accueil des demandeurs d’asile. Les premiers suppléent les seconds lorsqu’ils n’ont plus de place disponible.

10  Le préfet Guy Merrheim a été chargé en septembre 2001 d’un rapport sur la situation des Roms et des Gens du Voyage remis au ministre de l’Intérieur (Rapport du Préfet Guy Merrheim, chargé de mission « Gens du Voyage » remis à M. le ministre de l’Intérieur, septembre 2001, 38 p. Non publié. Voir en particulier les pages 20-26.)

11  Voir la liste des avocats du réseau ELENA, en ligne, consulté le 2/9/2011, url : http://www.droit-asile.org/menu_demander_asile/liens_avocats.php

12  http://www.cnda.fr/ta-caa

13  GUYON R., 2009, «Scolarisation des enfants roms du Kosovo-Troyes», Diversité, n° 159, décembre, p. 93-97.

14  Ces désignations sont des sous-groupes roms, dont « l’invention » est plus ou moins récente. Au Kosovo, la plupart sont de langue albanaise. Le terme millet signifie « nation » et esnaf veut « artisan », « marchand » en turc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Guyon et Nedzmedin Neziri, « De Mitrovica à Troyes : l’itinéraire de Nedzmedin Neziri, président de l’URYD », Géocarrefour, Vol. 86/1 | 2011, 65-71.

Référence électronique

Régis Guyon et Nedzmedin Neziri, « De Mitrovica à Troyes : l’itinéraire de Nedzmedin Neziri, président de l’URYD », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8269 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8269

Haut de page

Auteurs

Régis Guyon

Département Ville-École-Intégration, Centre National de Documentation Pédagogique Rédacteur en chef adjoint de la revue Diversité 60, boulevard du Lycée 92.170 Vanves regis.guyon@cndp.fr http://www.cndp.fr/vei/

Nedzmedin Neziri

Union des Roms de Yougoslavie en diaspora (URYD)

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page